Chapitre 5 : Base de données                                                          Prof : Ghaïth AmmarChapitre 5       ...
Chapitre 5 : Base de données                                                           Prof : Ghaïth AmmarIII-Les composan...
Chapitre 5 : Base de données                                                          Prof : Ghaïth Ammar      b. Saisie d...
Chapitre 5 : Base de données                                                            Prof : Ghaïth Ammar        c. Rela...
Chapitre 5 : Base de données                                                          Prof : Ghaïth Ammar    3)Les requête...
Chapitre 5 : Base de données                                                            Prof : Ghaïth Ammar« Payer » est u...
Chapitre 5 : Base de données                                                        Prof : Ghaïth Ammar        b. Définiti...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ch5 base de données

2 342 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 342
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
198
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ch5 base de données

  1. 1. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth AmmarChapitre 5 Base de donnéesI - Définition:Une base de données est un ensemble de données modélisant les objets d’une partie du monde réel etservant de support à une application informatique.Une base de données permet de mettre des données à la disposition des utilisateurs pour une consultation,une saisie ou bien une mise à jour tout en s’assurant des droits accordés à ces derniers.Une base de données peut être locale, utilisable par un seul utilisateur, ou bien répartie, cest-à-dire queles informations sont stockés sur des machines distantes et accessibles par plusieurs utilisateurs à traversle réseau.Pour pouvoir manipuler les bases de données on a recours souvent à un outil de gestion de base dedonnées appelé SGBD (Système de Gestion de Base de Données) ou DBMS (Data Base ManagementSystem). Comme exemple de SGBD on trouve le logiciel Microsoft Access.Un SGBD est souvent constitué de trois couches successives : 1. Gestionnaire de fichiers : Gère le stockage physique de l’information. Il est dépondant du matériel utilisé. 2. SGBD interne : gère les liens et l’accès rapide aux données. 3. SGBD externe : Se charge de la présentation et la manipulation des données aux concepteurs et utilisateurs. Il se charge donc de l’interface avec l’utilisateur.II- Description d’une base de données :Une base de données est constituée de plusieurs tableaux appelés Tables, chacune contient desinformations, concernant un objet du monde réel et représentés par des lignes, appelés Enregistrements.Une table est constituée de plusieurs colonnes, chacune est représenté par un nom appelé Champ. Chaquechamp regroupe des informations, de même type.Exemple : (voir copie Activité1)Les tables sont représentées textuellement comme suit :Véhicules (Num_véhicule, Marque, modèle)Clients (Code client, Tel, Nom client, Adresse client, Ville)Location (Num_location, Num_véhicule, Code client, Date, Durée)Remarque :  Chaque table est identifiée par un champ ou plus, cet identificateur s’appelle clé primaire. 1
  2. 2. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth AmmarIII-Les composants d’une base de données : (Voir figure 2 page 105)Pour créer une base de données avec Microsoft Access il faut suivre la démarche suivante :  Lancer le logiciel (Démarrer/Programme/Microsoft Access).  Cocher l’option nouvelle base de données et valider par OK.  Choisir l’emplacement d’enregistrement.  Donner un nom à la base et valider par créer. 1)Les tables :Une table est une collection de données relatives à un sujet spécifique tel qu’un client, ou un véhicule. a. Création d’une table :Pour créer une table il faut :  Cliquer sur l’onglet table.  Choisir l’option Mode création.  Créer les champs de la table.  Sélectionner le (ou les champs) qui forment la clé primaire.  Cliquer sur l’outil Θ.  Enregistrer la table. (Voir figure 3 page 107)Remarques :  Il faut définir Les propriétés de chaque champ :  Type de données (Numérique, Texte, Date…)  Taille du champ : On peut fixer la taille. Exemple pour le champ Nom client = 20 =>Il ne dépasse pas 20 caractères.  Format : Comment se présente le champ s’il est de type numérique. Exemple pour le champ Code client = 0000 =>Il est représenté sur 4 chiffres.  Masque de saisie : Comment se présente le champ s’il est de type texte. Exemple pour le champ Num_véhicule = 0000 TU 000.  Null interdit : S’il est égal à oui on ne peut pas avoir un enregistrement avec valeur vide.  Dans une table on ne peut pas avoir des doublons (deux enregistrements identiques). Pour identifier les enregistrements, il faut créer la clé primaire. Ainsi la clé primaire de la table Client est Code client, de la table Véhicule est Num_véhicule et de la table Location est Num_location.  Les SGBD n’acceptent, en aucun cas, les doublons et les valeurs nulles dans les clés primaires des tables. 2
  3. 3. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth Ammar b. Saisie des données dans une table :Pour saisir les enregistrements d’une table il faut :  Cliquer sur l’onglet table.  Cliquer deux fois rapide sur la table à remplir.  Entrer les valeurs des différents enregistrements.Remarque :  On peut basculer entre le mode création et le mode feuille de données en cliquant sur l’icône à gauche de l’icône disquette dans la barre d’outils. 2)Les relations :Une relation est un lien entre deux tables à l’aide de deux champs en commun qui sont dits associés. Ondistingue différents types de relations : a. Relation un-à-un : (1 à 1)Pour chaque enregistrement de la table A correspond un seul enregistrement de la table B. Et inversementpour chaque enregistrement de la table B correspond un seul enregistrement de la table A.Exemple : Facture Commande 1 1 Num_facture : Num_commande : … … Une relation (1 à 1) est créée si les deux champs liés sont des clés primaires. b. Relation un à plusieurs : (1 à N)Pour chaque enregistrement de la table A correspond plusieurs enregistrements de la table B. Mais pourchaque enregistrement de la table B correspond un seul enregistrement de la table A.Exemple : Clients Locations 1 Code_client : N Num_location : … Code client : … Une relation (1 à N) est créée si l’un des champs liés est une clé primaire. 3
  4. 4. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth Ammar c. Relation plusieurs à plusieurs : (N à N)Pour chaque enregistrement de la table A correspond plusieurs enregistrements de la table B. Etinversement pour chaque enregistrement de la table B correspond plusieurs enregistrements de la table A.Exemple : Clients Véhicules Code_client : 1 Num_véhicule : … 1 … Locations Num_location : N Code client : N Num_véhicule … La relation (N à N) qui existe entre la table clients et la table véhicules est représentée enutilisant une troisième table qu’on l’appelle table de Jonction avec deux relations (1 à N).Remarques :  Les relations résous les problèmes de redondance, exemple les données nom client, tél, adresse client et ville ne figurent pas dans la table location, mais on peut les avoir à partir de la table clients à l’aide de la relation (1 à N) via le champ code client.  Les relations assurent le contrôle de saisie, exemple on ne peut pas saisir un enregistrement dans la table location avec un code client qui n’existe pas dans la table clients.  Pour identifier le type d’une relation on doit poser la question suivante : Pour un enregistrement de la table A combien d’enregistrement correspond de la table B ? d. Création d’une relation :Pour créer une relation il faut :  Activer la commande relation du menu Outils.  Ajouter les tables qu’on désire relier.  Glisser le champ de clé primaire d’une table vers le champ associé (appelé clé externe) de l’autre table.  Cocher l’option Appliquer l’intégrité référentielle pour assurer le contrôle de saisie.  Valider en cliquant sur le bouton créer.Remarques :  On ne peut pas créer ou modifier les relations entre les tables ouvertes.  Les propriétés des champs de la table Location (Num_véhicule et Code_client) doivent être les mêmes définis dans les tables Clients et Véhicules pour pouvoir créer les relations. 4
  5. 5. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth Ammar 3)Les requêtes :Une requête est un moyen d’interroger une base de données d’une ou plusieurs tables. Exemple : Pour afficher le nom et le numéro de téléphone de tous les clients dont la ville est « Tunis ».  La table à interroger est la table clients.  Les champs à afficher sont nom client, Tel.  La condition d’affichage est ville = Tunis.Pour créer une requête il faut :  Cliquer sur l’onglet requête.  Choisir l’option Mode création.  Ajouter la ou les tables à interroger dans la requête.  Selon les contraintes de la requête, choisir le ou les champs à afficher, les critères etc… !  Enregistrer votre requête puis l’exécuter en cliquant sur le bouton dans la barre d’outils.Remarques :  Dans la ligne Afficher on coche la case du champ qui va être affiché dans le résultat de la requête.  On peut ordonner le résultat dans un ordre croissant ou décroissant selon un ou plusieurs champs en utilisant la ligne Tri (Voir figure 14 page 118).  Si pour un champ on a deux critères associés par un OU on utilise la ligne OU pour ajouter le deuxième.  Pour afficher les clients dont leurs noms commence par « be » on utilise l’expression suivante : comme "be*".  On utilise les requêtes pour rechercher des enregistrements qu’on les utilise pour créer des sous tables. 4)Les formulaires : a. Activité 2:Si vous consulter un bureau de poste pour payer une facture d’électricité, qu’est ce qu’il utilise l’agent ?Est ce qu’il ouvre la Base de données pour saisir les nouvelles données directement?L’agent utilise une interface de saisie qui contient différents champs voici un exemple : Facture à payer Numéro de facture: 2100005201 Nom client: Ben Saleh Payer 5
  6. 6. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth Ammar« Payer » est un bouton : si l’agent clique le dessus le payement s’enregistre automatiquement.Avec, Microsoft Access on peut créer des interfaces de saisie similaires qu’on les utilise pour l’entréede données. On les appelle formulaires. b. Définition :Un formulaire représente une interface graphique entre la Base de données et son utilisateur. On l’utilisesouvent pour saisir des données dans une table. c. Création d’un formulaire à l’aide d’un assistant :Pour créer un formulaire à l’aide de l’assistant il faut :  Cliquer sur l’onglet Formulaire.  Choisir l’option à l’aide de l’assistant.  Choisir la source de données, les champs à ajouter au formulaire et cliquer sur suivant . (Voir figure 17 pages 120).  Choisir la présentation, le style souhaité pour le formulaire et l’enregistrer.Remarques :  Vous pouvez passer en mode création pour déplacer les champs, ajouter des titres, des images, etc…  Pour insérer des objets dans le formulaire, on peut utiliser la boite à outils (Voir figure 18 page 121).  Chaque champ du formulaire est relié avec son équivalent dans la table source donc il faut respecter le même type et les même propriétés pour les données entrées.  Pour saisir les données il faut passer en mode Formulaire et entrer les données dans les différents champs (Voir figure 19 page 121). 5)Les états : a. Activité 3 :Après le payement de la facture qu’est ce qu’il vous donne l’agent ?Il vous donne un papier imprimé. Cest-à-dire lorsqu’il clique sur le bouton payer Somme payée: 300 D,000 Date de payement : 17/04/2007 Cest cette page qui va être imprimée.Avec Microsoft Access on peut créer des pages à imprimer similaires qu’on les appelle Etats. 6
  7. 7. Chapitre 5 : Base de données Prof : Ghaïth Ammar b. Définition :Un état est un moyen de préparation des données pour limpression à partir d’une ou plusieurs tables. c. Création d’un état :Pour créer un état il faut :  Cliquer sur l’onglet Etats.  Choisir l’option à l’aide de l’assistant.  Sélectionner les champs qui vont former l’état puis choisir un niveau de regroupement. (Voir figure 23 page 124).  Choisir par la suite l’ordre d’affichage, la disposition des données, le style de l’état etc…, donner un nom à l’état et l’enregistrer. Remarques :  Vous pouvez passer en mode création pour appliquer les mises en page, les mises en forme et les modifications souhaitées.  On peut passer en mode aperçu avant impression en choisissant cette commande à partir du menu « affichage ».  Il est possible d’ajouter des champs calculés à un état à partir des requêtes de calcul ou des expressions saisies en suivant la démarche ci-dessous :  Afficher le mode création de l’état en question.  Placer un objet zone de texte dans l’état.  Cliquer dans la zone de texte et écrire la formule de calcul.  On peut faire un comptage sur une donnée en utilisant la propriété <Cumul> de la zone de texte. Exemple : Pour calculer le nombre des locations, on doit activer la zone de texte en question, activer le menu affichage, choisir la commande propriété, cliquer sur l’onglet données, choisir le champs Num_location comme source contrôle, choisir par groupe ou continu comme Cumul, fermer la boite de propriétés, enregistrer les modification et passer en mode aperçu avant impression pour voir le résultat.IV- Application : 7

×