actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 9                                               Partie 1 :                     ...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 10                                                Partie 1 : intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 11                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 12                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 13                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:10 Page 14                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 15                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 16                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 17                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 18                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 19                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 20                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 21                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 22                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:14 Page 23                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:48 Page 24                                                Partie 1 : Intervention de Je...
actes:Mise en page 1 12/11/2009 14:14 Page 25                                                Partie 1 : Intervention de Je...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Actes sociotopes JP Ferrand

934 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
934
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
91
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Actes sociotopes JP Ferrand

  1. 1. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 9 Partie 1 : intervention de Jean-Pierre Ferrand conseil en environnement Diapo 1 7 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  2. 2. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:46 Page 10 Partie 1 : intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 3 Bonjour mesdames et messieurs. A l’heure où, en France, on com- mence à débattre beaucoup de la trame verte et bleue, et de la ma- nière de la mettre en place, du contenu à lui donner, de ses objec- tifs aussi, il est certainement très in- téressant pour nous de nous ouvrir à des réalisations étrangères en la matière puisqu’il y a des pays en Eu- rope qui ont déjà acquis une expé- rience et, de ce fait, nous pourrons certainement nous en inspirer, tirer profit de leur retour d’expérience. Diapo 4 Parmi ces pays, il y a évidemment, vous vous en doutez, la Suède. Ce n’est pas le seul pays à être en pointe, mais cest lun deux, et il y a donc un certain nombre de raisons pour lesquelles il est utile, au- jourd’hui, de s’intéresser à l’exemple suédois lorsque l’on travaille sur la trame verte et bleue. Alors pourquoi parler de la Suède aujourd’hui ? 8
  3. 3. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 11 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 5 Tout d’abord, parce que c’est un pays qui a une tradition ancienne de planification de l’urbanisme, donc qui a déjà eu le temps d’intégrer ces choses là dans sa planification. Mais c’est aussi un pays qui a une tradi- tion culturelle un peu différente de la nôtre, tradition culturelle que lon appellera germano-nordique si vous voulez, tradition dans laquelle la na- ture n’est pas l’antithèse de la ville, mais la nature est considérée comme un élément constitutif de la ville. Et évidemment, c’est une donnée qui change un certain nombre de choses par rapport à la tradition latine dans laquelle nous sommes, qui est une tradition d’antagonisme entre la ville et la nature. 9 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  4. 4. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 12 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 6 Une autre raison de s’intéresser à la Suède, c’est que dans ce pays, il y a depuis 1996 -donc ça fait déjà 13 ans- une loi qui oblige les collectivi- tés locales à intégrer une trame verte - là-bas on appelle cela, une «structure verte»- dans tous leurs documents de planification urbaine. C’est une politique qui est laissée à l’initiative des communes, mais dans laquelle les régions ont une possibi- lité – ce n’est qu’une possibilité – d’intervenir. L’état, lui, n’intervient pas dans la mise en place de la struc- ture verte en Suède. Dans le cas de Stockholm, la structure verte a été identifiée à l’échelle régionale – c’est le document que l’on voit en bas à droite – et cette structure verte a été affinée, précisée, argumentée finement, à l’échelle de la com- mune. C’est ce que nous allons voir dans quelques instants. 10
  5. 5. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 13 Partie 1 : Intervention de Jean-PierreFerrAnD, conseil en environnement Diapo 7 Une autre raison encore de s’intéres- ser à la Suède, c’est que la politique des structures vertes est, dès le dé- part, mais de plus en plus au- jourd’hui, conçue comme étant indissociable des politiques de den- sification urbaine. Et ça, c’est un sujet qui bien sûr nous concerne di- rectement aujourd’hui. C’est un sujet sur lequel, en Suède, on tra- vaille beaucoup actuellement. Et je signale au passage - on y reviendra toute à l’heure - qu’Alexander Ståhle vient de soutenir une thèse entièrement tournée vers les liens entre la densification urbaine et la préservation d’espaces ouverts – on reviendra sur ce concept aussi. Donc c’est une question d’une brûlante actualité, à la fois en Suède et chez nous. 11 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  6. 6. actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:10 Page 14 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre Ferrand, conseil en environnement Diapo 8 Et enfin, en ce qui concerne non pas la Suède de façon générale mais plus précisément le cas de Stockholm, c’est un territoire sur le- quel depuis longtemps, grâce au travail mené par Alexander Ståhle et son collègue Anders Sandberg, les services de l’urbanisme ont dé- veloppé une approche multifonc- tionnelle de la structure verte. 12
  7. 7. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 15 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 9 Je tiens à insister sur ce point, parce que la structure verte en Suède, et spécialement à Stockholm, n’est pas conçue comme étant uniquement de l’écologie : il y a aussi des utilisa- tions par les gens et ça c’est très im- portant et, pour ce qui me concerne, c’est quelque chose qui m’a séduit depuis longtemps et qui m’a paru suffisamment intéressant pour être à l’origine de tout un travail de for- mation sur ce sujet. 13 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  8. 8. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 16 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 10 Alors nous allons regarder rapidement com- biotope devait, pour ces chercheurs, trouver ment on travaille aujourd’hui la structure verte son pendant à l’égard de la population. Et à Stockholm. Et je rappellerai pour commencer c’est pour cette raison qu’a été élaboré, par que, pour Alexander Anders Sandberg et Alexander Ståhle, le Ståhle et Anders Sand- concept de «sociotope». Le concept de socio- berg, dans les années tope, appliqué à notre domaine, a véritable- 90, la structure verte ment pris naissance en Suède, grâce aux d’une agglomération travaux de ces deux personnes. Et le sociotope, ne pouvait certaine- donc le pendant du biotope mais pour les ment pas se limiter à gens qui vivent là, dans une région détermi- des fonctions écolo- née, se définit comme étant un lieu, quelle giques, même si évi- que soit sa taille, tel qu’il est vécu et pratiqué demment les aspects quotidiennement par les gens qui y vivent, écologiques présen- dans un environnement culturel donné. Sa- tent une importance chant que, bien entendu, la nature des rela- primordiale. Ils ont tions que les gens entretiennent avec leur considéré que, dans environnement est conditionnée aussi par des une grande ville, la facteurs culturels, parce que les habitants de structure verte devait Stockholm n’ont pas la même manière d’utili- aussi pouvoir jouer et ser les espaces naturels que des gens d’espaces continuer durable- ruraux ou d’autres villes dans le pays et - a for- ment à jouer un rôle au bénéfice de l’ensemble tiori - dans notre pays, nous navons pas le de la population, parce que la structure verte même rapport quotidien avec ce que l’on ap- permet les contacts entre les villes et la nature pelle la «natur », qui d’ailleurs peut faire l’ob- et offre d’innombrables services aux gens. C’est jet d’interprétations différentes. la raison pour laquelle la notion écologique de 14
  9. 9. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 17 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Alors, le sociotope, ce n’est pas forcément un es- c’est-à-dire : Est-ce un espace public ? En fait en Diapo 11 pace vert. Le sociotope peut être aussi un espace Suède, la question primordiale n’est pas de savoir dur, un espace construit puisqu’il peut s’agir aussi si c’est public, la question est de savoir si les gens y bien de places urbaines, de quais le long d’une ri- vont. Donc on fait prévaloir l’usage effectif par les vière, ou bien gens par rapport au statut juridique, ce qui est entendu de la aussi une autre différence culturelle, on peut peut- mer – ça nous in- être voir une différence entre un certain pragma- téresse aussi tisme nordique et un certain juridisme bien de beaucoup à Lo- chez nous. Ce qui est intéressant, c’est d’analyser rient. En fait, le la manière dont les gens utilisent un espace, quel sociotope est que soit son statut, analyse qui s’effectue par un fondé sur une travail d’observation, d’enquête qui est basé sur le notion qui porte protocole très élaboré, faisant intervenir des socio- un nom en logues, le cas échéant, et s’adressant à différentes Suède, mais qui catégories d’usagers. Donc on va s’intéresser à la n’est pas évi- manière dont enfants, adolescents, adultes, per- dente à traduire sonnes âgées utilisent ou n’utilisent pas un espace, en français – et là en fonction de leurs besoins propres, de leurs at- on voit bien les tentes et aussi de leurs contraintes, de leurs diffi- petits problèmes cultés spécifiques. Je voudrais d’ailleurs dire à de décalage cul- propos de cette question de statut juridique et de turel qu’il peut y réalité des usages, que ça peut nous amener à avoir. Le sociotope est basé sur la notion de considérer en France qu’un terrain privé, qui est «friyta», qui se traduit en anglais par la notion emprunté - de fait - par des gens d’un quartier «d’open space», que lon traduit en français par HLM pour aller faire leurs courses au centre com- «espace ouvert». Le problème c’est que quand en mercial le plus proche, cet espace-là, même étant France, on parle d’espace ouvert, on ne voit pas privé, peut avoir beaucoup plus d’intérêt social forcément directement à quoi cela correspond. qu’un itinéraire de randonnée dûment balisé, of- Tout simplement parce qu’en France, on a ten- ficiel etc… sur lequel passent une demi-douzaine dance à privilégier l’approche juridico-foncière, de personnes tous les dimanches. 15 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  10. 10. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 18 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 12 Alors ces travaux d’observation, Diapo 11 d’analyse, d’identification des socio- topes se traduisent évidemment en cartographie par la production de cartes sur lesquelles il peut être pos- sible de superposer à la fois les va- leurs écologiques des espaces ouverts, ici sous forme de teintes verte et jaune, et les valeurs sociales, qui sont indiquées par des hachures ainsi que des lettres codes, qui per- mettent d’identifier, au premier coup d’œil, quels sont les usages so- ciaux prédominants pour un espace urbain ou périurbain déterminé. Ce travail de synthèse entre les aspects écologiques et les aspects sociaux des espaces naturels ou semi natu- rels, peu importe, urbains ou périur- bains, est quelque chose de très efficace et qui me semble particuliè- rement intéressant. 16
  11. 11. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 19 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Une fois que ces cartes sont élaborées, on dis- tours. Cela n’a l’air de rien, mais ça demande pose alors d’un matériau d’une très grande uti- quand même un travail d’analyse et de ré- Diapo 13 lité, à la fois pour flexion. Cela permet aussi de faire des études élaborer des plans d’impact plus efficaces et plus intelligentes d’urbanisme, pour éla- parce qu’intégrant la dimension des vocations borer des projets ur- sociales des espaces de nature, notamment au- bains, pour mettre en tour des villes, avec le problème des effets de place des plans de ges- coupure qui peuvent être générés par des tion pour des espaces aménagements, qui débordent des continuités naturels, qui peuvent naturelles. Et je dois dire que c’est quelque être aussi des grands chose qui mériterait d’être mieux traité par les espaces naturels pu- études d’impact aujourd’hui en France. Et le blics ou encore des travail des sociotopes permet, par la démarche parcs et des jardins. préalable d’analyse, d’associer les habitants à Lesquels d’ailleurs des décisions qui concernent leur environne- sont conçus pour ment de tous les jours. Et ça, c’est très intéres- s’adapter au mieux sant aussi, parce que cela permet de aux besoins des habi- redynamiser la démocratie locale, en faisant tants, besoins qui évo- participer les gens, tous les gens, quels que luent, par exemple, soient leur statut social et leur âge, à des déci- avec la démographie. sions qui les concernent de près. Ce travail permet d’adapter un jardin public à l’évolution de la population qui vit aux alen- 17 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  12. 12. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 20 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 14 La méthode de travail sur les socio- Diapo 13 topes est présentée dans un docu- ment très clair qui s’appelle le «manuel des sociotopes». Il a été écrit en suédois par Alexander Ståhle et Anders Sandberg, puis édité par les services d’urbanisme de la ville de Stockholm. C’est un ou- vrage d’une très grande richesse qui nous a paru mériter d’être traduit. Et qui vient d’être traduit grâce au talent de Françoise et de Tom Heide. C’est un document qui présente une extrême utilité pratique pour que, dans chaque commune, il soit juste- ment possible de mettre en œuvre la méthode des sociotopes. 18
  13. 13. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 21 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 15 Et bien sûr, dans n’importe quelle commune, chacun peut commencer à cartographier, par exemple, ce que sont les espaces ouverts. Et pour ma part, à mes moments perdus, j’ai commencé à faire ce travail dans ma propre commune et à regarder ce que sont ces espaces auxquels les gens peuvent aujourd’hui accéder. Et si sur une carte, vous mettez les espaces ouverts et sur une autre carte les principales coupures qui empêchent les gens d’accéder com- modément à ces espaces ouverts - tels que les grands axes routiers dif- ficiles à traverser, par les enfants par exemple - vous vous apercevez que, quand on trace un rayon de 500m autour d’un gros quartier HLM, il peut y avoir des difficultés pratiques d’accès de la population qui vit là à des espaces ouverts de qualité et ça, c’est un travail très simple à faire et qui pose des tas de questions très in- téressantes, parce que cela nous amène aussi à avoir envie de pren- dre des décisions pour contrebalan- cer les situations négatives que l’on peut ainsi constater. 19 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  14. 14. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:47 Page 22 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 16 Alors nous sommes allés à Stockholm, nous en avons déjà parlé. Nous sommes au moins 17 personnes dans cette salle à avoir fait le déplacement et nous avons pu visiter de très intéressantes réalisations concrètes dans des situations très diverses, aussi bien des gros quartiers HLM avec une importante popula- tion d’immigrés, que des quartiers plus chics, un peu bobos éventuellement… On a vrai- ment eu un aperçu très vaste des choses. Diapo 17 20
  15. 15. actes:Mise en page 1 10/11/2009 16:14 Page 23 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Grâce à ce déplacement en Suède, nous avons eu C’est une démarche aussi qui ne renie pas les am- Diapo 18 l’occasion de faire connaissance avec Alexander biances urbaines, c’est-à-dire que Alexander Ståhle Ståhle, d’apprécier son travail, non seulement sur le est quelqu’un qui aime la ville, qui aime la ville fond, mais aussi dans la forme, dans la capacité de dense, la ville avec de l’animation. Sa démarche ne conviction, dans la consiste pas à vouloir verdir la ville artificiellement, simplicité des argu- si on peut dire, en y apportant de la verdure pour ments utilisés, dont faire joli et pour la dédensifier. Au contraire, sa dé- vous allez avoir une marche est de dire que si lon veut avoir une vraie idée dans quelques ville compacte, dense et vivante, il faut aussi avoir à instants. Alexander côté du vert. Son travail débouche aussi sur une mul- Ståhle, en dépit de titude d’applications pratiques, nous allons le voir et son jeune âge, a son travail permet, enfin, de redynamiser la démo- déjà une expérience cratie locale. Il y a beaucoup d’élus ici. J’ai la convic- très riche puisqu’il a tion que son travail permet aussi de donner un coup travaillé au sein des de fouet quelquefois à des projets communaux, à services d’urbanisme des projets municipaux, qui seraient un peu vacil- de la ville de Stock- lants, ça peut arriver. Donc je pense que se remettre holm pour mettre dans ces choses là peut donner de nouvelles ambi- en place la structure tions, de nouvelles énergies pour travailler locale- verte et les socio- ment. Et enfin, et ce sera ma conclusion, le travail topes. Il a créé et di- d’Alexander Ståhle nous rappelle qu’il y a des valeurs rige un bureau universelles. Parce que je sais bien quon pourra dire d’études qui s’appelle «Spacescape», qui est un bu- que c’est loin la Suède, la géographie n’est pas la reau d’études en urbanisme et en paysage, qui tra- même, il y a plus de nature, les cultures ne sont pas vaille aujourd’hui sur des grosses opérations les mêmes… Tout ça, c’est bien gentil, mais pour d’urbanisme en Suède, y compris avec des équipes nous, en France, ce n’est pas pour nous… Je ne mé- internationales. Son travail mérite, à mon avis, d’être connais pas l’intérêt de ces objections, mais je vou- davantage connu en France, bien sûr, parce qu’il est drais rappeler que tous les gens sur cette terre ont d’une grande actualité, aussi parce que je trouve les mêmes aspirations : des besoins de bouger, des qu’il repose sur des conceptions humanistes et géné- besoins de santé, des besoins de se rencontrer, des reuses, qui consistent tout simplement à penser aux besoins de découvrir, de s’émerveiller, de faire des gens, au confort, au bien-être quotidien des gens. galipettes dans l’herbe, que sais-je… 21 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009
  16. 16. actes:Mise en page 1 10/11/2009 15:48 Page 24 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 19 Et le travail d’Alexander Ståhle nous rappelle le caractère universel de ces valeurs et nous rappelle qu’une po- litique d’urbanisme intelligente peut avoir pour objectif, tout sim- plement, d’offrir de meilleures conditions pour que les gens soient contents. 22
  17. 17. actes:Mise en page 1 12/11/2009 14:14 Page 25 Partie 1 : Intervention de Jean-Pierre FerrAnD, conseil en environnement Diapo 20 Je ne commenterai pas la chanson de Pierre Perret, mais je trouve que cette chanson a beaucoup de choses à nous dire sur le sujet qui nous oc- cupe aujourd’hui. Merci de votre at- tention. 23 «Réussir la Ville dense en l’ouvrant sur la nature» - Les Actes - Décembre 2009

×