GILLES BROUGERES● Professeur en sciences de léducation àluniversité Paris 13● Responsable de la spécialité Loisir, Jeu,Edu...
LE JEU : description.LE JEU : description.● SECOND DEGRE● REGLES● LIBRE DECISION DE JOUER● NON-CONSEQUENCE DU JEU DANS LA ...
LA DIMENSION SOCIALE DU JEU.LE JEU : description.LE JEU : description.● APPARTENANCE AU MONDE DES LOISIRS(SECOND DEGRE <= ...
LE JEU : potentiel éducatif.LE JEU : potentiel éducatif.LA DIMENSION EDUCATIVE DU JEU.● RIEN NE PERMET DE DIRE QUE LE JEU ...
EDUCATION ET APPRENTISSAGEEDUCATION ET APPRENTISSAGEINFORMELINFORMELLA DIMENSION DIMENSION SOCIALE ET INFORMELLEDE LEDUCAT...
LA FORMALISATIONLA FORMALISATIONUTILISER LES SITUATIONS DE JEUX POUR DIRIGERLAPPRENTISSAGE (Aspect non naturel du jeu éduc...
CONCLUSIONLE JEUDEFINITIONSPLURIELLES"...jouer ne relève pas de caractéristiques objectives delactivité qui ne sont pas sp...
Merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rerise expose2

253 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
253
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • - SECOND DEGRE de l’activité dans le jeu  dans son rapport aux mêmes activités de la vie ordinaire: le joueur sait qu&apos;il s&apos;agit d&apos;un jeu - REGLES : l’existence de règles implicites ou explicites partagées ==&gt;ces 2 premiers critères Conduisent a une convergence entre jeu et éducation ================== LIBRE DECISION DE JOUER : diverge avec une éducation conçue de façon traditionnelle, mettant le maître au centre, mais converge avec les visions plus contemporaines accordant une grande importance à l&apos;initiative et l&apos;activité de l&apos;élève =================== LA NON-CONSEQUENCE DU JEU DANS LA VIE  : Frivolité INCERTITUDE QUAND A L&apos;ISSUE DU JEU: cad dans le jeu tout est possible ==&gt; ces 2 derniers critères semblent contraire a un projet éducatif qui poursuit des objectifs d&apos;apprentissage  Le résultat de cette analyse théorique du jeu realisee par Brougere conduit à mettre en évidence une tension entre jeu et éducation autour des finalités des actions et de l&apos;indétermination du processus ludique
  • APPARTENANCE DUJEU AU MONDE DES LOISIRS   : caractérisé par le « second degré », c&apos;est-à-dire la reprise de significations issues du contexte de la vie quotidienne ou du premier degré pour leur donner une nouvelle signification dans un contexte fictif. UNE ACTIVITE SOCIALE ET UN PRODUIT CULTREL Brougere nous dit qu&apos;en tant qu&apos;activité sociale et produit culturel, le jeu s&apos;inscrit dans des formes collectives soumises à la variabilité sociohistorique : - a chaque epoque, chaque culture, en fonction d&apos;analogies repérées, construit une sphère qui va délimiter (de façon plus vague que précise) ce qui dans une culture donnée est désignable comme jeu. - de plus, contrairement à une idée reçue, que le jeu n&apos;est pas donné, il doit faire l&apos;objet d&apos;un apprentissage. L&apos;enfant en particulier dans les jeux, dits de nourrice, doit apprendre à maîtriser des caractéristiques essentielles du jeu : XXXCLICKXXX - Cet apprentissage du jeu en general, se poursuit dans le jeu lui meme, en effet, on oublie trop qu&apos;en jouant on apprend avant tout à jouer, à maîtriser un univers symbolique particulier. C&apos;est  pourtant évident si l&apos;on prend en compte les échecs ou le sport, où le jeu est un lieu de progression dans les habiletés requises dans le jeu lui-même. UNE CULTURE LUDIQUE Ces « cultures ludiques », ainsi que l&apos;auteur les désigne, sont formées de l&apos;ensemble des procédures, des structures, des schèmes généraux et particuliers que les individus doivent acquérir, co-produire et partager avec d&apos;autres pour pouvoir jouer. Le processus à l&apos;oeuvre dans la construction de la culture ludique a tous les aspects les plus complexes de la construction de significations par l&apos;être humain... XXXCLICKXXX ...et ce n&apos;est pas par hasard si le jeu a souvent été pris comme modèle du fonctionnement social par les sociologues.
  • RIEN NE PERMET..... Bower en 2000, après une étude exhaustive de la littérature écrit que :“Les enfants et les jeunes de nombreuses autres espèces passent un temps considérable à jouer et il est vraisemblable que des apprentissages importants se déroulent dans ce contexte. Toutefois n&apos;apparaît pas clairement ce qui est appris et comment cet apprentissage se produit” JEU ET / OU APPRENTISSAGE Brougeres de demande alors si le jeu a une valeur éducative, du fait des comportement mis en œuvre, comportements existants dans les situations du 1er degre comme le pense BRUNER, ou au fait que ce comportement devienne un comportement de second degré dans une situation ludique. Et il en conclut que si les comportements existants restent au 1er degre il peut y avoir apprentissage mais on ne peut pas parler de de jeu par contre si ces comportements sont repris au second degré il y a jeu, donc plaisir à jouer maisl&apos;apprentissage disparaît. Pour sortir de l&apos;Impasse puisqu&apos;on appprend soit disant quelque chose dans le jeux, Brougeres nous propose la notion d&apos;éducation informelle, qui meme si elle est encore peu construite, permet d&apos;introduire cependant l&apos;idée essentielle que...XXXCLICK...
  • L&apos;EDUCATION CONTINUITE ENTRE... Il s&apos;appuie sur le constat que l&apos;enfant apprend à travers des situations de la vie quotidienne qui n&apos;ont rien d&apos;éducatives a priori : conversations, promenades, télévision et autres spectacles, activités de la vie quotidienne.. Le jeu apparaît en continuité avec ces activités de la vie quotidienne, tout en manifestant la caractéristique, partagée avec d&apos;autres activités sociales, d&apos;être décalé par cette dimension de la simulation dont on peut penser quelle a un effet sur les modalités de l&apos;apprentissage informel EXISTENCE DUNE FONCTION.... Brougere parle d&apos;une fonction éducative latente dans des activités sans but éducatif. Il s&apos;appuie sur les travaux de Pain qui évoque différentes activités (adultes dans leurs loisirs ou leur travail ) qui nont “ni but éducatif explicite, ni programme formalisé, ni animateur ou enseignant désigné, mais dans lesquels des changements de comportement et l&apos;acquisition d&apos;informations [y] étaient repérables”. Il parle d&apos;une éducation diffuse qu&apos;on trouve également chez les enfants, en particulier dans le cadre familial.. APPRENTISSAGE.... Pourtant, il nous dit avec Marsik &amp;Watkins que l&apos;apprentissage informel ne veut pas dire qu&apos;on apprend a son insu est qu&apos;il suppose un cycle d&apos;apprentissage complexe à partir de l&apos;expérience et des problèmes rencontrés en passant par la réflexion. ... &quot; les apprentissages informels réalisés dans des activités de la vie quotidienne sans finalités éducatives sont propres à une culture et de plus ils constitueront les bases sur lesquelles l&apos;éducation plus formelle qui suit se construira. &quot;
  • LES PROCESSUS DE …. Brougere défini ces processus de formalisation comme des éléments qui donnent une dimension partiellement éducative a la situation. Il repère ces processus de formalisation : - dans la vie quotidienne lorsque les parents s&apos;adaptent aux enfants, modifient leur langage, aident ceux-ci à comprendre ce qui les entoure.. - lors de l&apos;intervention d&apos;un adulte, un parent, dans le jeu, le conduisant vers des objectifs conçus comme éducatifs. -La formalisation apparaît encore plus nettement dans les espaces institutionnels (structures de garde, structures préscolaires ou scolaires) où le jeu est (re) pensé en relation avec des objectifs d&apos;apprentissage, l&apos;intervention adulte pouvant être plus ou moins importante, donc la formalisation plus ou moins forte jusqu&apos;à l&apos;exercice qui achève l&apos;entrée dans le système formel ou scolaire. PLACE DU JOUEUR Le joueur à une position centrale dans le jeu et il va faire du jeu un contstruit original.. … construit au sens de « qui suppose des références à des éléments extérieurs au jeu qui y sont repris et dotés de nouvelles significations » .mais aussi de se laisser aller dans le FLOW, ce concept qui renvoie a une approche du jeu, évoqué dans son aspect premier de divertissement et décrit comme la possibilité pour l&apos;individu de jouer à volonté avec son propre plaisir et dans lequel : « Le jouer serait une recherche du jouir ».   Il s&apos;agit donc d&apos;une expérience optimale, l&apos;experience d&apos;une activité centrée sur elle-même dans laquelle l&apos;individu éprouve un sentiment de bien-être dynamique et d&apos;assurance en lui-même (il est dans le flux, dans le courant).  L&apos;activite du joueur semble donc primordiale, centrale, pourtant Brougere remet en cause  la notion simpliste de jeu naturel et spontané, en montrant comment tout jeu est aussi le produit d&apos;un contexte social qui lui impose sa logique, ses contraintes, ses objectifs : le jeu est une construction sociale, « l&apos;artefact d&apos;une vue particulière du monde » (Cannella). Il est aussi le fruit d&apos;une co-production, d&apos;un jeu d&apos;interrelations entre l&apos;individu et les autres, entre l&apos;individu et le social.
  • …Alors, j’espère ne pas avoir trop dénaturé la pensee de Gilles Brougeres pour ... AH... quand même …. Et je vous remercie de votre attention.
  • Rerise expose2

    1. 1. GILLES BROUGERES● Professeur en sciences de léducation àluniversité Paris 13● Responsable de la spécialité Loisir, Jeu,Education du Master EFIS.● Développe des recherches sur le jouet, laculture enfantine de masse, les relations entrejeu et éducations, léducation préscolairecomparée et les apprentissages en situationinformelle.
    2. 2. LE JEU : description.LE JEU : description.● SECOND DEGRE● REGLES● LIBRE DECISION DE JOUER● NON-CONSEQUENCE DU JEU DANS LA VIE● INCERTITUDE QUANT A LISSUE DU JEU5 CRITERES POUR DECRIRE LE JEUX(Je sais que « ceci est un jeu »)(« Jouer, cest décider de jouer »)(«...Implicites ou explicites partagées»)(« Dans le jeu toutest possible »)● (« Frivolité »)
    3. 3. LA DIMENSION SOCIALE DU JEU.LE JEU : description.LE JEU : description.● APPARTENANCE AU MONDE DES LOISIRS(SECOND DEGRE <= 1er DEGRE)● UNE ACTIVITE SOCIALE ET UN PRODUITCULTUREL● UNE CULTURE LUDIQUELaspect fictif (dans le jeu on fait comme si), la réversibilité des rôles, larépétition, qui fait que le jeu na pas modifié le réel puisque lon peut revenirau point de départ, la nécessité dun accord entre partenaires, même silenfant peut difficilement accepter le refus du partenaire de continuer àjouer.- rôle de lexpérience,- apprentissage progressif,- éléments hétérogènes provenant de sources diverses,- importance de linteraction, de linterprétation,- diversification de la culture selon différents critères,- importance de la créativité
    4. 4. LE JEU : potentiel éducatif.LE JEU : potentiel éducatif.LA DIMENSION EDUCATIVE DU JEU.● RIEN NE PERMET DE DIRE QUE LE JEU CONTRIBUEAU DEVELOPPEMENT DE LENFANT● JEU ET / OU APPRENTISSAGE (SECOND DEGRE <=1er DEGRE)● VERS LEDUCATION INFORMELLE... léducation peut accompagner dautres activités sans être présentedans la structuration ou la finalité de celles-ci.Cest rompre avec une vision de léducation qui ne peut être que le résultatdun processus conscient et volontaire.
    5. 5. EDUCATION ET APPRENTISSAGEEDUCATION ET APPRENTISSAGEINFORMELINFORMELLA DIMENSION DIMENSION SOCIALE ET INFORMELLEDE LEDUCATION.● CONTINUITE ENTRE ACTIVITE DE LA VIEORDINAIRE ET ACTIVITE A OBJECTIF EDUCATIF● EXISTENCE DUNE FONCTION EDUCATIVE LATENTEDANS DES ACTIVITES SANS BUT EDUCATIF● APPRENTISSAGE INTENTIONNEL● BASE DE LEDUCATION FORMELLE
    6. 6. LA FORMALISATIONLA FORMALISATIONUTILISER LES SITUATIONS DE JEUX POUR DIRIGERLAPPRENTISSAGE (Aspect non naturel du jeu éducatif)- LES PROCESSUS DE FORMALISATION● LES PARENTS, LES ESPACES INSTITUTIONNELS- LE JOUEUR● POSITION CENTRALE DE LAGIR ET DE LA DECISION● FAIRE DU JEU UN CONSTRUIT ORIGINAL...- LE CONTEXTE● ...DANS UN CONTEXTE SOCIALE QUI IMPOSE SALOGIQUE, SA CONTRAINTE ET SES OBJECTIFS.Le jeu doit donc être renvoyé à la fois à une expérience individuelle singulière et àune forme de participation collective, à une culture.
    7. 7. CONCLUSIONLE JEUDEFINITIONSPLURIELLES"...jouer ne relève pas de caractéristiques objectives delactivité qui ne sont pas spécifiques, mais de la façondont cette activité prend sens pour un individu ou dansla communication entre deux ou plusieurs individus."IMPREDICTIBLE"Quand nous saurons mieux comment on apprend sans chercher à apprendre, dansles expériences multiples de la vie quotidienne, nous pourrons sans doute passer dumythe à la réalité du potentiel éducatif du jeu""Le jeu fait émerger unesituation comportant unpotentiel symbolique fort quipeut être facteurdapprentissage, mais defaçon tout à fait aléatoire,difficilement prédictible."LAPPRENTISSAGE...COMPRENDRE LES PROCESSUS INFORMELS DAPPRENTISSAGE
    8. 8. Merci de votre attention

    ×