Sacrifice de la filière aquacole : que fait la Mairie de l’Étang-Salé ?
Alors  que  toute  la  filière  est  en  danger,  ...
Après  discussion  avec  les  acteurs  de  la  filière,  mais  aussi  des  échanges avec  l’ensemble de mon équipe depuis
...
vision  du  Maire  «  Chef d’orchestre  »  s’applique  à  cette  situation  ! Nous devons  travailler  sur des solutions a...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sacrifice de la filière aquacole : que fait la Mairie de l’Étang-Salé ?

261 vues

Publié le

Alors que toute la filière est en danger, David Sita s’est rendu, encore une fois, auprès de la ferme d’aquaculture « AQUAGOL » à l’Etang-Salé pour leur apporter son soutien et recueillir leur vision sur l’avenir de la filière.
En effet, une des deux fermes d’aquaculture de l’Etang-Salé est sous la menace d’une expulsion en voie d’exécution. La faute à qui ? Quelle volonté politique se cache derrière cela ?
Aujourd’hui, du fait d’une décision de justice défavorable, La Région a tout loisir de faire appel à la force publique pour arriver à ses fins dans le dossier spécifique de la ferme « Aquagol » de l’Etang-Salé. Un avis d’expulsion par la force publique qui semble être caduque : en pleine période cyclonique, du fait de l'existence d'une habitation principale sur le site et d'un redressement judiciaire en cours ! C’est ici clairement un choix politique !

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
261
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
60
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sacrifice de la filière aquacole : que fait la Mairie de l’Étang-Salé ?

  1. 1. Sacrifice de la filière aquacole : que fait la Mairie de l’Étang-Salé ? Alors  que  toute  la  filière  est  en  danger,  David  Sita  s’est  rendu,  encore  une  fois,  auprès  de  la  ferme d’aquaculture « AQUAGOL » à l’Etang­Salé pour leur apporter son  soutien et recueillir leur vision sur l’avenir de la filière. En  effet,  une  des  deux  fermes  d’aquaculture  de  l’Etang­Salé est sous la menace d’une expulsion en voie d’exécution.   La  faute  à  qui  ?  Quelle  volonté  politique  se  cache derrière cela ? Aujourd’hui,  du  fait  d’une  décision  de  justice  défavorable,  La Région  a  tout  loisir  de  faire appel à la force publique pour arriver à ses  fins  dans  le  dossier  spécifique  de  la  ferme  «  Aquagol  »  de l’Etang­Salé.  Un  avis  d’expulsion  par  la  force  publique  qui semble être  caduque  : en  pleine  période  cyclonique,  du  fait  de l'existence d'une  habitation  principale  sur  le  site  et  d'un  redressement judiciaire en cours ! C’est ici clairement un choix politique ! La  commune  est de  mèche  avec la Région pour édifier un Musée de l’Eau sur le site qui accueille pour le moment « Aquagol ». C’est  toute  une filière  qui est remise en cause, faute d’approvisionnement suffisant en alevins de la part  de l’ARDA (Agence  Réunionnaise  de  Développement  de  l’Aquaculture  ­  «  mère  » porteuse  de  la  filière).  Depuis  2007,  des dysfonctionnements,  internes  à   l'ARDA,  l’empêchent  de  remplir  sa  mission  première  et  vitale  pour  la filière  aquacole  Réunionnaise  à  savoir  :  la  fourniture  d’alevins   de  qualité  aux  producteurs,  qui  vendent  une grande  partie  de  leurs  produits  aux  grandes  surfaces  locales  et  à  l’export.  Le  dossier  est  complexe  et  très opaque  entre  l’ARDA,  la  Région  et   les  autres  subventions  publiques qui  alimentent  la filière.  Comment dès  lors  peut­on  arriver  à une telle situation de mise en  danger de toute une filière et des nombreux  emplois qui en dépendent  ?  Une  première  bataille  a  été  gagnée  par  ces professionnels d’aquaculture, ce 4 février, en obtenant la démission   du  Directeur  de  l’ARDA.  Une  solution  d’urgence  a  été   proposée  par  la  ferme  «  Aquagol  »,  qui,  faute d’activité  sur  son  site  a  plusieurs  milliers  d’alevins disponibles : vendre à  l’ARDA entre 15 et 20 000 alevins afin de les mettre à disposition aux autres fermes d’aquacultures. Pourquoi  sacrifier  toute  une  filière  au profit de la création d’un musée qui coûtera la « modique » somme de  12  millions  d’euros  ?  Où  est  le  bon  sens dans  ce  dossier ? N’y a­t­il  pas d’autres enjeux sous cette affaire ? Pourquoi la Mairie de l’Etang­Salé ne fait rien pour soutenir cette activité ?
  2. 2. Après  discussion  avec  les  acteurs  de  la  filière,  mais  aussi  des  échanges avec  l’ensemble de mon équipe depuis plusieurs  mois,  un certain nombre  de  questions  restent  en suspend : a­t­on cherché ici l’intérêt général ? N’y a­t­il pas  des  solutions  plus  cohérentes  en  termes  de   pérennisation  des  emplois  existants,  de  développement  d’une activité touristiques et de loisirs, et de sauvegarde du patrimoine ? Nous avons étudié les hypothèses de travail. En  effet,  les politiques, dans ce dossier, ont oublié que l’une des missions de l’ARDA est la réalisation  d’actions de valorisation pédagogique du contenu scientifique développé par ses équipes  de recherche auprès des plus jeunes, avec  une  mise  à  disposition  des  bassins  de  pisciculture  (les   fermes  d’aquaculture)  pour  des  circuits pédagogiques. Ainsi  donc,  avec  un peu de  bon  sens  et  de  volonté politique, une combinaison entre l’activité commerciale de ces exploitants,  leur  savoir­faire  et leurs  compétences,  il  semble  que  le  développement  d'une activité pédagogique au profit  des   scolaires  et  touristes  seraient  un  choix  bénéfique  pour  la filière  ! Nous  pourrions  utiliser  une  partie infime  des  12  millions  d’euros  pour  relancer  cette  activité  sur  l’Etang­salé   et  les  autres  sites d’aquaculture  à  la  Réunion.  Cela  permettrait  de sauvegarder  les  emplois  existants,  d’en créer  de  nouveaux  en développant  l’activité  de  découverte  du  site  et  de  « pêche  loisir  ».  De  nombreuses familles de l’Etang­Salé et des communes  voisines que nous  avons  interrogées,  seraient  intéressées  par la mise en place d’une telle activité. La pêche,  c’est  une  grande histoire avec la population de l’Etang­Salé, mais aussi celle des communes avoisinantes. Est­il  nécessaire  de  rappeler  qu’à  l’origine  l’Etang­salé  les  Bains  était  un  village  de  pêcheur  ? Ces  derniers temps,  avec  la  pollution  de  l’Etang  et  celle  du  lagon,  pratiquer  ce  genre  d’activité  est  devenu  impossible.  Les familles  et  autres  pratiquants  méconnaissent  les  activités  proposées par  cette  ferme  :  venir  s’adonner  à  un  loisir familial  que  peut­être  la  pêche,  perpétuer  leur  activité  traditionnelle  favorite de  manière  différente  mais  tout  aussi plaisante.  On  se  rappelle  combien  la  pêche  à  la  truite  attirait  beaucoup  de  personnes  le  week­end.  D’autant  plus que  le  site  de  la  ferme  «  Aquagol  »  est  devenu  un  refuge  pour  diverses  espèces  d’oiseaux  sauvages  (butors, canards sauvages et poules d’eau entre autres). Aussi,  l’ARDA  est  un  site  prisé  des  pique­niqueurs  qui  ne  disposent  pas  de  sanitaires  publiques.   Dans   notre programme,  nous  voulons  équiper  chaque  site  touristique  de  la  commune  de  toilettes  publiques  et  de points d’eau. Nous  avons  des  atouts  pour  nous orienter vers l'écotourisme, au même titre que d'autres, avec un environnement unique  et  très  riche.  Pourquoi  ne  pas  les  utiliser  ?  Je  le   répète,  un  soutien  au  développement   de  cette  activité permettrait des créations d’emplois dans notre bassin qui est fortement touché par le chômage ! Enfin,  participer  à  la  sauvegarde  de  cette  filière,  serait  un  signal  fort  envoyé  aux entrepreneurs désireux de s’installer sur notre commune. Nous devons redonner un élan à l’attractivité économique de notre commune. Il y a  trop  d’entreprises  qui  ferment  sur  notre  territoire.  Mais  comment  pourrait­il  en  être   autrement  ?  Voyez vous­même,  on  fait  venir un chef d’entreprise sur un territoire. Celui­ci investit  de manière conséquente dans cette structure  !   Et  maintenant,  on  lui  dit  «  dégagez   !  On  a  plus   besoin  de  vous  !  »  Et  cela  sans  aucun  consensus possible.  C’est  inacceptable !  Encore  une  fois,  le  Maire  de  l’Etang­Salé s’illustre par son manque de  clairvoyance et  de dynamisme ! Encore une fois, il est le « liquidateur » de l’activité économique sur notre territoire ! Encore une fois,  l’Etang­Salé  «  y  avance pas,  y  recule » ! C’est la Région qui commande et lui garde le doigt  sur la couture du pantalon ! Il  faut  changer  cela  !  Il  faut  un nouvel  élan  à  la  commune  de  l’Etang­Salé  ! Il faut une alternative inovante ! Ma
  3. 3. vision  du  Maire  «  Chef d’orchestre  »  s’applique  à  cette  situation  ! Nous devons  travailler  sur des solutions afin de relancer  cette  filière  de  manière  dynamique,  intelligente,  et  attractive.  Je  m’engage  donc  avec  mon  équipe  à relancer  cette  filière  et  à  soutenir  le  développement  d’activités  connexes  afin  de   sauvegarder  les emplois menacés et de « met en lèr » nout ban tradision. David Sita, candidat aux élections municipales et communautaires 2014 sur l’Étang­Salé Contact : 0693 130 974 Email : contact@davidsita.re Site internet : www.davidsita.re Facebook : www.facebook.com/davidsita.re

×