Et le français dans tout ça #8

228 vues

Publié le

tutoriel de français sur les constructions "avoir affaire" et "avoir à faire"

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
228
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
130
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Deux mots sont homophones lorsqu'ils se prononcent de la même façon, mais s'écrivent différemment. Bien sûr, leurs sens diffèrent, puisqu'il s'agit de mots distincts. Ce sont le plus souvent les mots d'une ou de deux syllabes qui ont des homophones (extraordinaire n'a pas d'homophone). Il faut donc toujours se demander lorsqu'on écrit un mot court s'il n'y a pas risque de confusion avec un autre mot. On peut parfois s'aider de mots de la même famille. Être particulièrement vigilant avec les mots faisant partie d’une expression et dont le sens n’est plus toujours perceptible.
  • Et le français dans tout ça #8

    1. 1. Avoir à faire / avoir affaireAttention à ne pas confondre ces deux constructions non homographes.« Si vous ne rentrez pas à l’heure, vous aurez affaire à moi ! » ; avoiraffaire directement au responsable…Avoir affaire à (au) donne l’idée d’un litige, ou d’une discussion serréeavec un interlocuteur, mais il peut s’agir d’être en rapport avecquelqu’un.« C’est à lui que j’aurais affaire. »Avoir affaire à ou avec. On peut faire une distinction entre avoiraffaire à quelqu’un et avoir affaire avec quelqu’un. Un inférieur aaffaire à un supérieur. Celui qui veut obtenir une faveur, a affaire auministre ; un plaideur a affaire à ses juges. Mais un commis a affaireavec le ministre lorsqu’il lui rend compte de quelque affaire ; un associéa affaire avec son associé lorsqu’ils traitent ensemble de leurs affairescommunes.
    2. 2. Quand avoir affaire est suivi de la préposition avec, la forme à faireest souvent employée : j’ai affaire avec quelqu’un peut se comprendre :j’ai quelque chose à faire avec quelqu’un.On écrit au singulier : se tirer d’affaire, être hors d’affaire.Au pluriel : un avocat d’affaires, un homme d’affaires, le chiffred’affaires, toutes affaires cessantes.Au sens de « j’ai à travailler », « j’ai à m’occuper », c’est la forme avoirà faire, en trois mots, qui doit être suivie : j’ai à faire au bureau, j’ai àfaire avec mon avocat (= je dois travailler avec mon avocat).Avoir à faire, suivi d’un COD, s’écrit en trois mots : j’ai à faire unevisite (c’est-à-dire j’ai une visite à faire).Toujours en trois mots : « Qu’avez-vous à faire de ces commérages ? ».On écrit toujours avoir fort à faire (et non forte affaire).
    3. 3. Vous souhaitez approfondir vos connaissances ?Au bonheur des Mots délivre des formations de remise à niveau en français. www.aubonheurdesmots.com http://leblogaubonheurdesmots.typepad.com

    ×