CONTACTS
Production
Julien DINAEL
06 03 29 89 62
contact@fracassede12.fr
Diffusion
Laura OCCHIONERO
06 35 13 48 81
laura@f...
la cérémonieprojet de creation 2013 / 2016
Après avoir réécrit en couleur la routine de 4 balayeurs communaux en 2012, nou...
methodologie de creationBasées sur une écriture collective, les périodes de recherche, de mise en scène et d’écriture du s...
retroplanning previsionnelCe projet commence au printemps 2013 pour être abouti fin 2016 après une première année de diffu...
la compagnie fracasse de 12La compagnie Fracasse de 12 crée et diffuse depuis 2011 des spectacles de rue humoristiques et ...
comédiens
karl-edouard bentho :
Batteur de formation, Karl s’est vite mis à faire de la musique avec son corps (percussion...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier.creation.04.2014

293 vues

Publié le

Publié dans : Médias sociaux
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
293
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier.creation.04.2014

  1. 1. CONTACTS Production Julien DINAEL 06 03 29 89 62 contact@fracassede12.fr Diffusion Laura OCCHIONERO 06 35 13 48 81 laura@fracassede12.fr www.fracassede12.fr n° de licence d’entrepreneur de spectacle : 2-1049103 la cérémonie (titre provisoire) Et si le jour de votre mort était le plus beau jour de votre vie... projet de creation pour la rue 2016 version avril 2014
  2. 2. la cérémonieprojet de creation 2013 / 2016 Après avoir réécrit en couleur la routine de 4 balayeurs communaux en 2012, nous explorons aujourd’hui le monde sombre et énigmatique des métiers funéraires. Nous portons avec ces deux spectacles un autre regard sur des professions que l’on peut rencontrer dans l’espace public et qui sont souvent dénigrées. Un regard emplit de notre fantaisie, notre humour et notre poésie. Après avoir assisté à nos spectacles, les spectateurs ne verront plus jamais ces employés de la même façon. note d’intentionIl existe un rendez-vous face auquel nous sommes tous égaux. Une cérémonie dont nous serons tous un jour le héros. Une convocation inéluctable : notre mort. A travers le monde, ce sont les religions et les croyances qui régissent les rites funéraires. Et si aujourd’hui vous deveniez le maître de votre cérémonie ? Que s’y passerait-il ? On chanterait ? On danserait ? Voici un postulat qui soulève beaucoup de questions auxquelles nous fournirons un maximum d’éléments de réponse en mettant en scène une équipe d’agents funéraires moderne; un nouveau genre de croque-morts ! La légende dit que le croque-mort était celui qui croquait les pieds des morts pour s’assurer qu’ils l’étaient bien (morts !). Le dictionnaire de l’académie française renvoie le terme au verbe « croquer » dont l’un des sens était en vieux français « faire disparaître ». Ainsi le croque-mort signifie tout simplement « celui qui fait disparaître les morts ». Un éventail de protocoles funéraires s’ouvre donc sur cette entreprise inévitablement fructueuse de part une demande fatalement intarissable... « J’ai très envie de placer mon objectif sur ces maîtres de cérémonie hors du commun et de les placer sous un angle de vue surréaliste…. Alors, je voudrais un conseiller funéraire au petit soin avec ma famille, compréhensif et serviable. Un porteur musclé et sexy pour faire baver mes copines, un thanatopracteur qui me fasse une beauté digne d’une retouche pro sur Photoshop et un maître de cérémonie qui réussisse à faire rire toute l’assistance parce que je le vaux bien ! » Maud Jegard (Metteur en scène) Et si le jour de votre mort était le plus beau jour de votre vie... la formeSpectacle en fixe, tout public, pour 4 comédiens et 1 cercueil. L’expression corporelle, la danse, le chant, la magie étant des modes d’expression pouvant parler à tout un chacun, le texte ne sera pas un élément primordial de la compréhension du spectacle. Nous souhaitons développer avec nos spectacles un langage universel pouvant s’expatrier hors de nos frontières, et ainsi faire rayonner la culture française des arts de la rue. Le thème choisit parlera lui aussi à tout un chacun, explorant des univers communs ou méconnus comme le négro spiritual ou les danses de porteurs africains. Ce spectacle se jouera en fixe avec un public principalement frontal mais disposé à 180°. Nous prévoyons pour l’instant un espace scénique carré de 8m X8m. Le spectacle étant en parti sonorisé, nous comptons sur une jauge de 700 personnes environ. Nous préférerons des espaces de représentation à l’abri des nuisances sonores. Afin de créer un effet de surprise, les spectateurs ne sauront pas dès le début quel sera le thème du spectacle. Le cercueil ne sera dévoilé qu’en cours de représentation. Les éléments de communication auprès du public seront donc adaptés dans ce sens. page 1
  3. 3. methodologie de creationBasées sur une écriture collective, les périodes de recherche, de mise en scène et d’écriture du spectacle s’articulent essentiellement autour d’improvisations, de jeux de théâtre et d’expression corporelle. A partir du thème exploré les acteurs développent des improvisations encadrées par le metteur en scène. Notre recherche est avant tout gestuelle et rythmique. Le travail à la table n’intervient donc que pour avaliser et assembler les propositions. Les phases de travail sont filmées afin de permettre un regard extérieur commun lors des débriefings. Cette période de recherche s’accompagnera lors des résidences de rencontres autour du spectacle. Des expérimentations publiques impromptues et des sorties de résidences nous permettront dès 2014 de recueillir les premiers retours des spectateurs et de nous en nourrir pour faire évoluer la création. Ces rencontres seront aussi artistiques et participeront à l’élaboration de passages précis du spectacle. Nous allons travailler notamment avec Denis Cefelman de la compagnie Tango Sumo sur la partie chorégraphique. Nous avons décidé d’un rythme de travail sur cette création d’une semaine par mois entre la fin de l’année 2013 et la fin 2016. Cette fréquence permet de prendre du recul entre deux périodes de création. Cela permet également de dégager du temps entre deux résidences pour travailler sur des aspects logistiques, de construction ou de communication autour du spectacle. des partenariats, des rencontresAu regard de cette méthodologie de travail nous avons mis en place différentes actions et recherchons des partenaires pour nous accompagner dans cette création. Après une phase de réflexion et de tests de jeu au printemps, une première résidence au lycée agricole de Caulnes s’est déroulée début décembre 2013. cette résidence préfigurera nous l’espérons d’autres semaines de travail durant l’année scolaire 2014/2015. Ce partenariat avec le lycée de Caulnes sera renforcé par la participation de l’association Théâtre en Rance de Dinan (22). Nous allons déposer en septembre un dossier auprès de la DRAC pour des aides aux résidences artistiques en milieu scolaire. Cette première résidence à été riche en enseignements grâce aux discussions avec les élèves et l’équipe enseignante sur un sujet parfois douloureux. La mort et le suicide sont très présents en milieu agricole. Nous avons également rencontré un porteur qui nous a dévoilé quelques anecdotes personnelles croustillantes. Dans le cadre d’actions sur le territoire de l’Agglo de Vannes, deux résidences sont prévues pour 2014. Le centre socioculturel d’Elven nous a reçu en février et fera jouer Hop! en juin pour la clôture du festival le printemps du théâtre. La ville de Theix nous accueillera elle en avril pour une semaine de résidence et pour la diffusion du spectacle Hop! Dans le cadre de la semaine de l’environnement. Une subvention de l’agglo- mération de vannes nous a été accordée pour financer une partie de ces deux résidences. L’Antipode de Rennes nous apporte une aide logistique en nous prêtant des espaces de travail. Ils s’enga- gent par ailleurs à acheter le spectacle pour un de leur prochain événement. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenaires pour la période 2014 / 2016. Une de- mande d’accompagnement sur l’année 2015 auprès du Fourneau (Centre National des Arts de la rue) sera déposée cet été. Nous attendons également la réponse du projet culturel Mill Tamm dans le Pays de Pontivy pour des accueils en résidences au Printemps 2015. D’autres lieux sont également intéressés pour nous accueillir et étudient la question : Le festival Les oreilles en éventail à Saintes (17), Le centre culturel L’Échappée Belle à Bécon les Granits (49)... Au niveau communication le journal Le Mensuel du Golfe souhaite suivre notre travail sur le long terme en relayant régulièrement notre actualité dans leurs pages. Suite à notre passage dans ses rues en 2013, le festival Mimos à Périgueux, qui ne fait pas de coproduc- tions arts de la rue, suit avec attention notre travail pour une éventuelle future diffusion. En ce qui concerne la diffusion nous entretenons des relations privilégiées avec les équipes de la mairie de St Palais sur Mer (17), des Festives halles de Questembert (56), le festival Grandchambardement à Grandchamp des Fontaines (44), la mairie de Sallertaine (85)... où nous avons déjà joué plusieurs de nos spectacles. Nous avons rencontré l’année dernière Jean-Christophe Baudet conseiller théâtre de la DRAC Bretagne en vue de présenter un dossier d’aide à la production cet automne. page 2
  4. 4. retroplanning previsionnelCe projet commence au printemps 2013 pour être abouti fin 2016 après une première année de diffusion. Voici un prévisionnel de planning qui qui sera ré-affiné en fonction de l’avancée du projet. 3ème et 4ème trimestre 2013 : Élaboration du projet, mise à plat des idées / premières prises de contacts. (artistique, technique, financier). Décembre 2013: Résidence au lycée agricole de Caulnes (1 semaine). 1er et 2ème trimestre 2014 : Début des résidences de création. Février 2014 : résidence à Elven (1 semaine). Avril 2014 : résidence à Theix (6 jours). Septembre 2014: Résidence. Hiver 2014 / 2015: Résidences de répétitions (3 semaines) / création plastique : décors, accessoires (2 semaines) 2ème et 3ème trimestre 2015 : Résidences / 1eres petites dates test, avant premières (4 semaines). 4ème trimestre 2015 : Reprise des répétitions / résidence (3 semaines). 1er trimestre 2016 : Sortie publique : Présentation auprès des professionnels bretons(2 semaines). 2ème et 3ème trimestre 2016 : 1eres dates, représentations dans les festivals vitrines des arts de la rue. (1semaine de résidence). 4ème trimestre 2016 : Reprise des répétitions pour des dernières retouches de mise en scène (3 jours). budget de créationNotre première création Hop ! a été réalisée en totale autoproduction. Forts de notre expérience et des rencontres créées depuis deux ans, nous souhaitons avec ce nouveau spectacle donner une nouvelle ambition à la compagnie. Les partenariats évoqués plus haut et les subventions demandées permettront de développer un nouveau rapport avec le territoire, de nouveaux réseaux de production et de diffusion, et de faire rayonner encore plus nos actions et nos spectacles. La compagnie Fracasse de 12 prendra en charge 20 % du budget global. Nous sommes donc à la recherche de partenaires publics et privés prêts à nous soutenir dans la réalisation de ce spectacle. Ces aides peuvent être de différents ordres: financier (subvention, coproduction, mécénat), technique (prêt de salle, hébergement, organisation de rencontres) ou moral (préachats, regard artistique extérieur, communication autour du projet). Les besoins financiers sont de divers ordres : accessoires, costumes, location d’espaces de répétition, communication... Mais le poste le plus important reste les salaires lors des répétitions. Pour l’instant nous avons évalué le budget de création à 93500 Euros. Ce budget est un prévisionnel et sera réévalué au fur et à mesure de l’avancée du projet et de la recherche de coproducteurs et de subventions. plan de diffusionEn se basant sur les tournées 2012 / 2013 de notre dernier spectacle Hop ! nous avons calculé une moyenne de 50 spectacles par an. En supposant que 250 personnes en moyenne assistent à chaque représentation, cela fait un total de 12500 spectateurs par an. Spectateurs de tous âges et de toutes origines sociales, puisque 99% de ces représentations sont gratuites. Les représentations sur la période 2012/2013 ont été présentées pour 40% en Bretagne, 47% dans le reste de la France et 13% à l’international. Ces chiffres reflètent une réelle implication sur la diffusion dans le territoire breton, ainsi qu’un rayonnement important en France à l’étranger. Avec ce nouveau spectacle et fort de notre expérience passée nous espérons faire aussi bien, sinon mieux en terme quantitatif de diffusion. Au niveau répartition géographique, les ratios devraient rester à peut près équivalent avec une une augmentation du nombre de dates à l’étranger due au travail fait actuellement pour élargir notre réseau. Si vous êtes intéressé pour prendre part à l’aventure d’une quelconque manière ou si vous souhaitez en savoir plus sur ce spectacle, n’hésitez pas à nous contacter pour en discuter plus amplement. page 3
  5. 5. la compagnie fracasse de 12La compagnie Fracasse de 12 crée et diffuse depuis 2011 des spectacles de rue humoristiques et populaires avec un seul mot d’ordre : dérider et surprendre l’espace public. L’association est née de la rencontre de quatre comédiens, de deux personnes à la diffusion et à la production des spectacles, et d’une metteur en scène. Une synergie entre différentes disciplines teintée de théâtre d’improvisation, de musique, de cirque, d’organisations événementielles qui a trouvé ici de nouvelles bases pour se développer. hop! (création 2012)un spectacle burlesque, rythmé et chanté Un travail autour de l’acteur corporel et du rythme avec la metteur en scène Maud JEGARD nous mène à notre première création : Hop !. Un spectacle burlesque en fixe et sans parole où la routine de travail de quatre balayeurs communaux s’exprime dans une une chorégraphie déchaînée mêlant théâtre, danse, chants, cascades et percussions. Quand les instruments de travail se transforment en instruments de musique c’est toute la poésie et l’humour de ces balayeurs qui sont enfin dévoilés. Pour la réalisation de ce spectacle il nous tenait à cœur de partir d’un univers proche de la réalité afin de pouvoir ensuite le métamorphoser et le faire basculer vers des horizons à la fois oniriques et déjantés. Nous souhaitons avec nos spectacles rendre l’ordinaire un peu plus exceptionnel. En nous inspirant des chants d’esclaves, de Stomp ou encore de Jacques Tati, nous souhaitons rendre l’ordinaire un peu plus exceptionnel.. Ce spectacle connaît tout de suite un véritable succès auprès des spectateurs et des professionnels. Il nous permet depuis deux ans de jouer dans des festivals et événements partout en France (festival Mimos à Périgueux, Fest’art à Libourne, Z’arts up à Béthune...), mais aussi à l’étranger. (Taipei summer fest à Taiwan, Malmofestival et STOFF en Suède, Carnaval de Venise, Milano clown festival...). En mars 2014, c’est en Australie et en Nouvelle Zélande que nous nous retrouvons pour une tournée de 3 semaines avec le Womad festival. page 4
  6. 6. comédiens karl-edouard bentho : Batteur de formation, Karl s’est vite mis à faire de la musique avec son corps (percussions corporelles, beat box) et tout ce qu’il croise, avant de rencontrer le groupe X Makeena avec lequel il partagera dix ans de tournée. Parallèlement il a été un électron actif au sein des groupes de musique Sputter Shower, de la Cie d’improvisation la Turi Ukwa, Les Frappovitch, silk… Désirant perpétuellement élargir son champ artistique il a entre autres découvert la magie nouvelle lors d’un stage au Centre National des Arts du Cirque en 2009/2010. pierre gueheneuc : Pierre a fait ses premières armes dans la rue au plus près du public. Cette expérience de plus de dix années de spectacles l’a mené vers le clown et lui a fait croiser le chemin du théâtre d’improvisation. Il a depuis enrichi son expérience de stages et cours de clown, de théâtre d’improvisation, de masques, de marionnettes, de cascades, de chant, et s’est engagé depuis dans un projet de chorale. laurent quere : Après un parcours plutôt musical (Zwieback, Katoomba, Fiddle Drone...), Laurent découvre le théâtre en intégrant la Turi Ukwa (troupe d’improvisation) où y officient également Karl et Pierre. De là s’en suivent de nombreux stages (improvisation théâtrale, masque neutre, clown, commedia dell’arte, cascade burlesque...). Il ne perd pour autant pas ses liens avec la musique puisque vous pouvez le voir à l’oeuvre dans la peau de Gordon Booze, personnage héros du groupe éponyme et au sein des Flex Makumba, groupe de musique théâtralisé. grégory hilaire : Autodidacte de la jonglerie, c’est en suivant des cours de danse contemporaine avec Laïna Fishbeck qu’il affine ses recherches sur le mouvement. Parallèlement il continue sa formation en suivant des cours d’acrobatie, de théâtre et de clown (Raymond Peyramaure, Dany Simon, Soazig Tchang) tout en travaillant dans la pédagogie et les représentations circassiennes au sein du Bing Bang Circus. C’est en tant que comédien qu’il travaille désormais ses capacités corporelles, continuant sa formation par des stages et des cours de chant et de clown (Fred Robb, Christian Cerclier, Mikaël Egard). Également musicien, il joue de la guitare sur des airs de jazz manouche et de musique de l’Est. mise en scène : maud jegard : Comédienne de formation Maud fait ses armes en débutant au café-théâtre puis a travaillé avec différentes compagnies de rue : Vent d’étoiles (Gniah), Jo Bithume (Victor Frankenstein et Boite de rue), la Cie de théâtre Sur mesure « les éléments disponibles », la Cie Nej’ma et la Cie les Grands moyens... Pour n’en citer que quelques unes. En 2000, elle se retrouve tour à tour, regard extérieur, directrice d’acteurs, metteuse en boite. C’est avec la Cie jeune public «les Troubaquoi» qu’elle aiguise son regard, puis elle l’affûte avec «Des filles etc» prod, La station service, L’âge de la tortue, «Prince à dénuder» Cie Ocus... équipe administrative : laura occhionero : Italienne vivant en France depuis huit ans, après avoir touché à plusieurs métiers, de l’événementiel à la création d’un bar à Paris, elle a décidé de mettre toutes ses capacités organisationnelles et relationnelles au service de la compagnie Fracasse de 12. julien dinael : Julien a suivi des études d’administration culturelle à Lille. Il a ensuite travaillé sur de nombreux événements en Bretagne et participe aux actions et réflexions de la fédération des arts de la rue de Bretagne. Depuis plus de dix ans, la rue c’est son métier, sa passion. formations communes au sein de la compagnie :- Mai 2013 : Stage de connerie universelle avec Stéphane Filloque (Cie Carnage production) - 2011/2012 : Cours de chant avec Julia Chesnin, chanteuse de gospel. - Journées autour de la danse, du tango et des portés avec Benoît Armange et Denis Cefelman (Tango Sumo). page 5

×