Nouveau cadre de gouvernance de la sécurité de l’information

3 457 vues

Publié le

Nouveau cadre de gouvernance de la sécurité de l’information.
Présenté à ISACA-Québec par Mohamed Darabid du Sous-secrétariat du dirigeant principal de l’information,
Direction de l’encadrement de la sécurité de l’information.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 457
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 706
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Article 25 : La personne responsable de l'accès à un document technologique qui porte un renseignement confidentiel doit prendre les mesures de sécurité propres à en assurer la confidentialité, notamment par un contrôle d'accès effectué au moyen d'un procédé de visibilité réduite ou d'un procédé qui empêche une personne non autorisée de prendre connaissance du renseignement ou, selon le cas, d'avoir accès autrement au document ou aux composantes qui permettent d'y accéder.
  • Séparer les obligations des responsabilités de la Directive
  • Les instances de concertation gouvernementales de sécurité de l’information :
    CCGSI composé de représentants des organismes publics ayant les responsabilités horizontales (CSPQ, MSP, SQ, CF, BAnQ, MJQ et le MCE) et des représentants des réseaux
    Table des ROSI
    Réseau des COSI
  • Audit au 2 ans
    Test intrusion annuellement
  • Heartbleed : gestion préventive des incidents
  • Un OP se situe au niveau 4 si, de plus, la sécurité de l’information est intégrée dans toutes les opérations et dans la culture de l’organisation.
  • Cibles découlent de la Directive
    Évaluation des cibles basée sur les bilans de sécurité
  • Cibles découlent de la Directive
    Évaluation des cibles basée sur les bilans de sécurité
  • Nouveau cadre de gouvernance de la sécurité de l’information

    1. 1. NOUVEAU CADRE DE GOUVERNANCE DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION 14 octobre 2014 PRÉSENTÉ À ISACA-QUÉBEC Sous-secrétariat du dirigeant principal de l’information Direction de l’encadrement de la sécurité de l’information
    2. 2. TABLE DES MATIÈRES Introduction Définition de la gouvernance Cadre légal Évaluation de la Directive adoptée en 2006 Composantes du nouveau cadre de gouvernance Directive sur la sécurité de l’information Cadre gouvernemental de gestion de la sécurité de l’information Cadre de gestion des risques et des incidents à portée gouvernementale Approche stratégique gouvernementale 2014-2017 en sécurité de l’information Gestion du changement Stratégie et leviers de transformation Conclusion
    3. 3. INTRODUCTION
    4. 4. GOUVERNANCE DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION DÉFINITION « Établissement et mise en oeuvre d’un processus de gestion intégrée et d’amélioration continue de la sécurité de l’information où les rôles et les responsabilités en cette matière sont clairement attribués à tous les niveaux de l’organisation. » 4
    5. 5. CADRE LÉGAL 5 Loi concernant le cadre juridique des technologies de l'information Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement (adoptée en juin 2011) Établit les règles de gouvernance et de gestion en matière de ressources informationnelles, incluant la sécurité de l’information (Champ d’application, acteurs clés et nouvelles fonctions, règles de gouvernance des RI) Politique-cadre sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics (adoptée en décembre 2010) Met l’emphase sur la révision de la directive en vigueur et sur la réalisation de trois documents structurants permettant d’en faciliter la mise en oeuvre (cadre gouvernemental de gestion de la sécurité de l’information, cadre de gestion des risques et des incidents à portée gouvernementale, approche stratégique triennale)
    6. 6. ÉVALUATION DE LA DIRECTIVE ADOPTÉE EN 2006
    7. 7. 7 ÉVALUATION DIRECTIVE 2006 Directive 2006 Ajustement requis • Champs d’application non aligné sur la LGGRI • Alignement sur le champ d’application de la LGGRI, incluant les établissement des réseaux • Énoncés trop généraux et sujets à interprétations diverses • Énoncés identifiant clairement les exigences, et conformes aux bonnes pratiques de sécurité de l’information • Édicte des obligations ainsi que des rôles et des responsabilités • Édicter des obligations dans une nouvelle directive. Les rôles et responsabilités sont à intégrer dans un autre document : le cadre gouvernemental de gestion de la sécurité de l’information • Limite la gestion des risques à l’échelle d’un ministère ou organisme • Instaurer une gestion des risques prenant en compte les risques ayant un impact à l’échelle gouvernementale • Absence d’obligation en matière de cybersécurité et de gestion des incidents • Les incidents sont déclarés au Centre de services partagés du Québec (CERT/AQ) sur une base volontaire • Instaurer un processus de coordination et de concertation, advenant un incident ayant un impact à l’échelle gouvernementale • Instaurer une déclaration obligatoire des incidents à portée gouvernementale • Exige la désignation d’un RSI, sans préciser sa classe d’emploi. Lorsqu’un professionnel est désigné en tant que RSI, il bénéficie d’une faible marge de manoeuvre en raison de son éloignement du pouvoir décisionnel • Désigner un ROSI de niveau cadre (ministères ou organismes, réseaux). Celui-ci a l’avantage de bénéficier d’une plus grande marge de manoeuvre en raison de son rapprochement du pouvoir décisionnel • Désigner un COGI de niveau professionnel ou supérieur (ministères ou organismes, réseaux) • Est appuyée par une approche stratégique 2005-2009, limitée à la définition de grands axes d’intervention • Adopter une approche stratégique gouvernementale qui soit basée sur les bilans gouvernementaux et les tendances de l’heure en sécurité de l’information, et qui définit les objectifs, les cibles à atteindre et les indicateurs de performance
    8. 8. COMPOSANTES DU NOUVEAU CADRE DE GOUVERNANCE
    9. 9. 9 QUATRE DOCUMENTS STRUCTURANTS Directive sur la sécurité de l’information gouvernementale Fixe les objectifs à atteindre, énonce les principes directeurs devant être appliqués et établit les obligations du dirigeant principal de l’information (DPI) et des organismes publics afin d’assurer la sécurité de l’information gouvernementale tout au long de son cycle de vie Cadre gouvernemental de gestion de la sécurité de l’information Vise à compléter les dispositions de la directive en précisant l’organisation fonctionnelle de la sécurité de l’information au sein de l’appareil gouvernemental ainsi que les rôles et les responsabilités en cette matière Cadre de gestion des risques et des incidents à portée gouvernementale Présente une approche novatrice d’identification et de suivi du traitement des risques et des incidents susceptibles d'avoir des conséquences sur la prestation de services à la population, sur la vie, la santé ou le bien-être des personnes, sur le respect de leurs droits fondamentaux à la protection des renseignements personnels qui les concernent et au respect de leur vie privée, sur l’image du gouvernement, ou sur la prestation de services fournie par d’autres organismes publics Approche stratégique gouvernementale 2014-2017 en sécurité de l’information Permet d’établir la vision gouvernementale et de définir les objectifs stratégiques pour les trois années à venir
    10. 10. 10 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION GOUVERNEMENTALE Obligations du dirigeant principal de l’information  Conseiller le CT en matière de gouvernance de la sécurité de l’information  Déposer au CT un rapport bisannuel sur l’état de situation gouvernemental et un rapport annuel sur les risques à portée gouvernementale  Définir et mettre en oeuvre, conjointement avec le CERT/AQ, un processus de gestion des incidents à portée gouvernementale  Proposer au CT des services communs de sécurité de l’information à rendre obligatoires pour l’Administration gouvernementale  Mettre en place les instances de concertation gouvernementales de sécurité de l’information
    11. 11. 11 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION GOUVERNEMENTALE (SUITE) OBLIGATIONS DU CSPQ - CERT/AQ  Présenter au DPI, conjointement avec le ministère de la Sécurité publique et la Sûreté du Québec, un rapport annuel sur les incidents à portée gouvernementale  Informer le DPI de tout incident de sécurité de l’information à portée gouvernementale OBLIGATION DU CONTRÔLEUR DES FINANCES  Veiller à l’intégrité du système comptable du gouvernement et informer, le cas échéant, le DPI des situations ayant des incidences sur la sécurité de l’information gouvernementale
    12. 12. 12 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION GOUVERNEMENTALE (SUITE) Obligations des organismes publics  Adopter et mettre en oeuvre une politique et un cadre de gestion de la sécurité de l’information  Présenter au DPI une planification et un bilan de sécurité de l’information  Définir et mettre en oeuvre, de façon formelle, les processus de gestion des risques, de gestion des incidents et de gestion de l’accès à l’information  Déclarer, au CERT/AQ, les incidents de sécurité de l’information à portée gouvernementale  Réaliser des audits et des tests d’intrusion  Mettre en place un registre d’autorité  Intégrer aux ententes de service et aux contrats les clauses garantissant le respect des exigences de sécurité de l’information  Déclarer au DPI les risques de sécurité de l’information à portée gouvernementale  Utiliser les services communs de sécurité de l’information  Désigner les principaux intervenants en sécurité de l’information (ROSI, COGI)  Définir et mettre en place un programme formel de formation et de sensibilisation
    13. 13. DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION 13 GOUVERNEMENTALE (SUITE) Obligations des réseaux de l’éducation et de la santé  Les établissements des réseaux sont assujettis aux obligations faites aux organismes publics en matière de respect de bonnes pratiques de sécurité de l’information  Le DRI présente au DPI une synthèse des bilans et des plans d’action des établissements de chaque réseau  Chaque réseau désigne un ROSI et un COGI
    14. 14. CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION14 Organisation fonctionnelle de la sécurité de l’information Structure gouvernementale de sécurité de l’information Organisme public
    15. 15. CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION 15 EIMSG Comité de crise gouvernemental Réseau d’alerte gouvernemental Instances gouvernementales de concertation CCGSI Table des ROSI Réseau des COSI Conseil du trésor Dirigeant principal de l’information Organismes publics à portée horizontale MJQ MSP MCE - SIDPC SQ - CSPQ - CERT /AQ BAnQ CF Organisme public Organisation fonctionnelle de la sécurité de l’information Structure gouvernementale de sécurité de l’information
    16. 16. CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION ROSI COGI COSI Organisme public Dirigeant d’un organisme public DRI DSI Détenteurs de l’information Comité chargé de la sécurité de l’information Comité de crise ministériel Comité de continuité des services Autres intervenants - RASI - RGD - RCS - RSP - RDASI - RE - RVI - RGTI - RAIPRP Structure sectorielle de sécurité de l’information Instances Structure gouvernementale de sécurité de l’information gouvernementales de concertation CCGSI EIMSG Table des ROSI Réseau des COSI Comité de crise gouvernemental Conseil du trésor Dirigeant principal de l’information Réseau d’alerte Organismes publics à portée horizontale MJQ MSP MCE-SIDPC SQ -C SPQ gouvernemental - CERT/AQ BAnQ CF Organisation fonctionnelle de la sécurité de l’information
    17. 17. CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATIO1N7 Structure gouvernementale de sécurité de l’information EIMSG Comité de crise gouvernemental Réseau d’alerte gouvernemental Instances gouvernementales de concertation CCGSI Table des ROSI Réseau des COSI Conseil du trésor Dirigeant principal de l’information Organismes publics à portée horizontale MJQ MSP MCE-SIDPC SQ - CSPQ - CERT/AQ BAnQ CF Organisation fonctionnelle de la sécurité de l’information Organisme public Dirigeant d’un organisme public DRI DSI Détenteurs de l’information Comité chargé de la sécurité de l’information Comité de crise ministériel Comité de continuité des services Autres intervenants - RASI - RGD - RCS - RSP - RDASI - RE - RVI - RGTI - RAIPRP Structure sectorielle de sécurité de l’information ROSI COGI COSI
    18. 18. 18 CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE) Responsable organisationnel de la sécurité de l’information (ROSI)  Joue un rôle transversal à l’ensemble des systèmes de mission de l’organisation [De ce fait, et sans qu’il soit mis dans une situation de conflit d’intérêt, le ROSI doit bénéficier d’une marge de manoeuvre qui dépend essentiellement de son positionnement hiérarchique, d’où l’avantage de son rapprochement du pouvoir décisionnel, voire son rattachement auprès de la haute direction]  Assure la coordination et la cohérence des actions de sécurité de l’information menées au sein de son organisation  S’assure de la contribution de son organisation au processus de gestion des risques et des incidents de sécurité de l’information à portée gouvernementale  Représente le dirigeant d’organisme en matière de déclaration des incidents à portée gouvernementale  Est le principal interlocuteur du comité chargé de la sécurité de l’information de l’organisation
    19. 19. 19 CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE) Conseiller organisationnel en sécurité de l’information (COSI)  Met en oeuvre les orientations internes et les priorités d’actions, notamment celles portant sur l’instauration de processus formels de sécurité de l’information et le suivi de leur mise en oeuvre  Collabore étroitement avec le ROSI et lui apporte le soutien nécessaire dans la prise en charge des exigences de sécurité de l’information  Assiste les détenteurs dans la catégorisation de l’information relevant de leur responsabilité et dans la réalisation des analyses de risques de sécurité de l’information  Participe aux négociations des ententes de service et des contrats et formule des recommandations quant à l’intégration de dispositions garantissant le respect des exigences de sécurité de l’information  Produire les bilans et les plans d’action de sécurité de l’information
    20. 20. 20 Conseiller organisationnel en gestion des incidents (COGI)  Participe au réseau d’alerte gouvernemental dont la coordination est assurée par le CERT/AQ  Est l’interlocuteur officiel de son organisation auprès du CERT/AQ  Assure la coordination de l’équipe de réponse aux incidents de son organisation, et du déploiement des stratégies de réaction appropriées  Apporte au ROSI et au COSI le soutien technique nécessaire dans l’exercice de leurs responsabilités  Contribue à la mise en place du processus de gestion des incidents de son organisation  Le COGI contribue à la mise en oeuvre du processus gouvernemental de gestion des incidents CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE)
    21. 21. 21 CADRE GOUVERNEMENTAL DE GESTION DE LA SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE) INSTANCES DE COORDINATION ET DE CONCERTATION  Comité de crise gouvernemental : centre de coordination de la réaction et de la décision lorsqu’un incident de sécurité de l’information à portée gouvernementale n’est pas maîtrisé en dépit des stratégies palliatives mises en oeuvre  Table des ROSI : exerce un rôle-conseil auprès du dirigeant principal de l’information dans la définition, la mise en oeuvre et le suivi de l’application des politiques, des directives et des orientations gouvernementales de sécurité de l’information  Comité de coordination gouvernementale de la sécurité de l’information (CCGSI) : est constitué de représentants des organismes publics ayant les responsabilités horizontales. Il voit à la coordination des actions découlant de ces responsabilités horizontales des OP membres et qui seraient d’intérêt pour l’ensemble des organismes publics  Réseau des COSI : constitue une plateforme d’échanges et de partage des connaissances en sécurité de l’information  Réseau d’alerte gouvernemental : animé par le CERT/AQ, ce réseau constitue une plateforme de partage de l’information entre les coordonnateurs organisationnels de gestion des incidents
    22. 22. 22 CADRE DE GESTION DES RISQUES ET DES INCIDENTS À PORTÉE GOUVERNEMENTALE Risque de sécurité de l’information à portée gouvernementale (RPG) Risque d'atteinte à la disponibilité, à l’intégrité ou à la confidentialité de l’information gouvernementale et qui peut avoir des conséquences sur la prestation de services à la population, sur la vie, la santé ou le bien-être des personnes, sur le respect de leurs droits fondamentaux à la protection des renseignements personnels qui les concernent et au respect de leur vie privée, sur l’image du gouvernement, ou sur la prestation de services fournie par d’autres organismes publics Incident de sécurité de l’information à portée gouvernementale (IPG) Conséquence observable de la concrétisation d’un risque de sécurité de l’information à portée gouvernementale et qui nécessite une intervention concertée au plan gouvernemental
    23. 23. 23 CADRE DE GESTION DES RISQUES ET DES INCIDENTS À PORTÉE GOUVERNEMENTALE (SUITE) Le DPI assure la mise en oeuvre et la coordination de la stratégie de gestion des RPG. Il doit : Identifier, de concert avec les organismes publics, les RPG inhérents aux activités stratégiques Analyser les RPG et les mesures d’atténuation mises en place Apprécier le niveau de risque résiduel et juger de son acceptabilité au niveau gouvernemental Formuler des recommandations de prise en charge du RPG, si nécessaire, à l’organisme public concerné. Élaborer un rapport annuel sur les RPG à l’intention du CT En matière de réponse aux IPG, le DPI, conjointement avec le CERT/AQ Assure la coordination du processus gouvernemental de gestion d’un IPG Soutient les organismes publics dans le rétablissement de la situation après incident Effectue le suivi d’un IPG auprès des organismes publics
    24. 24. 24 APPROCHE STRATÉGIQUE GOUVERNEMENTALE 2014-2017 EN SÉCURITÉ DE L’INFORMATION ORIENTATIONS ET OBJECTIFS STRATÉGIQUES Environnement interne (Rapport du VG, état de situation gouvernemental) Environnement externe (Préoccupations et tendances observées au plan national et International) Parties prenantes (Tables de concertation, groupes de validation interministériels, réseau d’expertise et de vigie) Orientations et objectifs stratégiques
    25. 25. 25 APPROCHE STRATÉGIQUE GOUVERNEMENTALE 2014-2017 EN SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE) Niveau de maturité cible : Un niveau de maturité en sécurité de l’information, convenable pour un organisme public (niveau 3), est atteint, notamment, lorsque ses processus de sécurité de l’information sont normalisés, intégrés, documentés et implémentés et lorsque l’information qu’elle détient est sécurisée, conformément aux bonnes pratiques de sécurité de l’information.
    26. 26. 26 APPROCHE STRATÉGIQUE GOUVERNEMENTALE 2014-2017 EN SÉCURITÉ DE L’INFORMATION (SUITE) Orientation Cible à l’endroit des organismes publics 1- Renforcer l’encadrement • Adopter une politique et un cadre de gestion • Identifier les actifs critiques et mettre en place les mesures de sécurité associées 2- Atteindre un niveau de maturité adéquat en sécurité • Définir et mettre en oeuvre, de façon formelle, les processus de gestion des risques, de gestion des incidents et de gestion des droits d’accès • Effectuer un audit de sécurité et des tests d’intrusion • Adopter une architecture de sécurité de l’information • Mettre en place un registre d’autorité 3- Renforcer la cybersécurité • Participer au réseau d’alerte gouvernemental 4- Développer l’offre de service d’authentification • Utiliser les services communs d’authentification 5- Développer et maintenir les compétences • Élaborer un plan de formation et de sensibilisation
    27. 27. GESTION DU CHANGEMENT
    28. 28. 28 STRATÉGIE DE GESTION DU CHANGEMENT Vise l’adhésion des acteurs impliqués, la transformation des pratiques et l’évolution de la sécurité de l’information gouvernementale vers un niveau de maturité adéquat Leviers de transformation  Communication : plateforme de collaboration des DI, plateforme dédiée à la sécurité de l’information, communauté d’intérêt en sécurité de l’information  Formation : formations dispensées par le CSPQ/CLDC, réflexion en cours sur une nouvelle stratégie de formation  Sensibilisation : colloques, séminaires et conférences organisés par des associations et forums exerçant des activités en SI ou dans des domaines connexes  Accompagnement et soutien : réalisation de guides de bonnes pratiques, soutien dans le cadre d’un service de première ligne, mise en oeuvre du cadre de gestion des RPG, mise en place d’un processus gouvernemental de gestion des incidents  Pilotage du changement : mise en place de comités de travail interministériels et des instances gouvernementales de coordination et de concertation
    29. 29. 29 ACCOMPAGNEMENT DES ORGANISMES PUBLICS (GUIDE DE BONNES PRATIQUES) Guides réalisés (11) Politique de sécurité de l’information Cadre de gestion en sécurité de l’information Critères de désignation des principaux intervenants en SI (ROSI, COSI et COGI) Tests d’intrusions et de vulnérabilités Catégorisation de l’information Processus de gestion des risques de sécurité de l’information Suivi de la reddition de comptes (tableau de bord) Méthode d’analyse des risques Méhari Audit de sécurité de l’information Mise en oeuvre du cadre de gestion des risques à portée gouvernementale Sensibilisation à la sécurité de l’information Guides en cours de réalisation(4) Plan d’action ministériel de sécurité de l’information (en cours) Registre d’autorité de la sécurité de l’information (en cours) Gestion des incidents à portée sectorielle et gouvernementale (en cours) Processus de gestion des accès logiques (en cours) Guides à venir (2) Utilisation sécuritaire des assistants numériques personnels (à venir) Prise en charge des exigences de SCPRP (à venir)
    30. 30. CONCLUSION 30 3 2 1 0 1 2 3 Confiance Risque AMÉLIORATION CONTINUE
    31. 31. MERCI Mohamed Darabid mohamed.darabid@sct.gouv.qc.ca

    ×