• Lyon . Siège social
9 bis, route de Champagne
• 193, rue de Bercy . BP 10410
Tour Gamma A
• E-mail info@algoe.fr
ALGOE, ...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de
...
Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé Note de synthèse ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé Note de synthèse : étude d'opportunité

1 622 vues

Publié le

Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé : Note de synthèse : étude d'opportunité

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 622
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé Note de synthèse : étude d'opportunité

  1. 1. • Lyon . Siège social 9 bis, route de Champagne • 193, rue de Bercy . BP 10410 Tour Gamma A • E-mail info@algoe.fr ALGOE, société anonyme au capital de 4 503 680 € SIRET 352 885 925 000 29 69134 . Ecully Cedex Tél 33 (0) 4 72 18 12 00 Fax 33 (0) 4 72 18 13 90 75560 . Paris Cedex 12 Tél 33 (0) 1 53 02 26 00 Fax 33 (0) 1 53 02 27 40 NAF 741 G . RCS LYON B N° intracommunautaire FR 78 352 885 925 partenaire de Allied Consultants Europe ACE Grenoble Alpes Métropole Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé Note de synthèse : étude d'opportunité Lyon-Ecully, le 19 mars 2008 Olivier Exertier olivier.exertier@algoe.fr Philippe Fournand philippe.fournand@algoe.fr Mireille Masson mireille.masson@algoe.fr Assistante : laurence.peersman@algoe.fr Tél 04 72 18 12 34
  2. 2. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 2/42 S O M M A I R E 1. Introduction 3 1.1. Les enjeux pour l’agglomération grenobloise 3 1.2. Les objectifs de l’étude pilotée par La Métro 3 2. L’autonomie et la santé, un défi collectif majeur 5 2.1. Le vieillissement de la population et ses conséquences 5 3. Le positionnement de l’agglomération de Grenoble 9 4. Des enjeux forts pour la métropole grenobloise 26 4.1. Des difficultés et initiatives à prendre en compte 26 4.2. Des opportunités à saisir rapidement 34 5. Annexes 38 5.1. Ressources bibliographiques 38 5.2. Extrait du rapport du Conseil Economique et Social 39 5.3. Nombre de recherches médicales déclarées par CHU 41 5.4. Liste des personnes rencontrées pour les entretiens 42
  3. 3. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 3/42 1. Introduction 1.1. Les enjeux pour l’agglomération grenobloise La réflexion de Grenoble Alpes Métropole et de l’Adebag sur l’intérêt de positionner l’agglomération grenobloise comme un laboratoire d’expérimentation de niveau européen pour l’autonomie et le handicap est parti d’un double constat. Tout d’abord la prise en charge de la perte d’autonomie temporaire ou définitive des personnes en situation de dépendance constitue une préoccupation croissante des pouvoirs publics à l’échelle locale, nationale et européenne. Confrontée au problème du vieillissement de la population, aux contraintes budgétaires sur les dépenses de santé, ou encore à la pénurie de personnel qualifié pour accompagner les personnes dépendantes, les pouvoirs publics doivent définir des solutions à long terme. Par ailleurs, les innovations technologiques et de services appliqués à l’autonomie et la santé constituent une voie possible pour assurer une meilleure prise en charge des personnes dépendantes. L’agglomération grenobloise dispose de plusieurs atouts pour développer et expérimenter des prestations personnalisées portant sur le diagnostic précoce, la prévention, le maintien ou le retour à domicile. Parmi les atouts identifiés par la Métro figurent en premier lieu : • Le pôle de compétences d’envergue mondiale sur les micro-nanotechnologies et leurs applications dans les sciences du vivant, • Une forte tradition d’innovation sociale et des centres de soins en pointe, • Des infrastructures de logement et de transport adaptées pour les personnes dépendantes ou à mobilité réduite. 1.2. Les objectifs de l’étude pilotée par La Métro La mission confiée par Grenoble Alpes Métropole et la CDC à Algoé en lien avec l’Adebag vise à répondre à un triple enjeu, puisqu’il s’agit à la fois : • De définir les thématiques et les technologies porteuses et de produire un argumentaire sur les atouts de l’agglomération sur les technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé, tout en identifiant les projets concurrents, • De contribuer à la mobilisation des acteurs publics et privés à l’échelle de l’agglomération grenobloise sur des thématiques et des projets communs, • De proposer un positionnement et une stratégie collective susceptibles de faire émerger des projets collaboratifs à forte visibilité nationale et internationale sur la thématique autonomie et santé.
  4. 4. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 4/42 Pour mener à bien ce travail d’étude d’opportunité, des entretiens ont été conduits avec un échantillon représentatif des principaux acteurs de l’agglomération sur la thématique autonomie et santé, en particulier : des responsables de laboratoires et de centres de recherche, des créateurs et des dirigeants d’entreprises, des médecins et responsables hospitaliers, des représentants de groupes industriels et de services (cf. annexes).
  5. 5. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 5/42 2. L’autonomie et la santé, un défi collectif majeur En raison du vieillissement de la population, les actions en faveur de l’autonomie et de la santé deviennent un défi collectif majeur dont se saisissent les pouvoirs publics à l’échelle européenne, nationale et locale. L’agglomération grenobloise dispose de plusieurs atouts spécifiques pour apporter des solutions innovantes dans le champ de l’autonomie et de la santé, mais doit également tenir compte de certaines contraintes. 2.1. Le vieillissement de la population et ses conséquences Les données internationales, nationales et locales montrent que le vieillissement de la population constitue bien un enjeu global. Pour y faire face les solutions reposent sur une combinaison de prise en charge humaine et d’innovations technologiques. 2.1.1. DONNEES DE CADRAGE MONDIALES ET EUROPEENNES UN VIEILLISSEMENT IMPORTANT DE LA POPULATION MONDIALE Entre 1950 et 2000, l’espérance de vie au niveau planétaire a augmenté de vingt ans en moyenne grâce notamment à l’amélioration des conditions d’hygiène, ainsi que les progrès réalisés en matière de nutrition. Cette évolution combinée à une fertilité déclinante est responsable du vieillissement des populations. Selon les prévisions en 2030 dans certains pays développés, le tiers de la population aura plus de 60 ans. D'ici 2050, le tiers de l'humanité aura plus de 60 ans. L’UNION EUROPEENNE SE MOBILISE SUR LE VIEILLISSEMENT ET L’AUTONOMIE Aujourd’hui, 20% de la population européenne est âgée de 70 ans et plus, dont 50% est âgée de 85 ans et plus. En 2014, l’Europe aura 24,1 millions d’habitants de 80 ans et plus, soit 5,2% de la population. Entre 2005 et 2050, le nombre de personnes âgées entre 65 et 79 ans augmentera de 44%.
  6. 6. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 6/42 Répartition de la population dans l’Europe des 25 par groupe d’âge (1950-2050) 100% 80% 60% 40% 20% 0% 1950 1975 2000 2025 2050 80+ 65-79 50-64 25-49 15-24 0-14 Source : Green paper – confronting demographic change : a new solidarity between the generations Face à ce constat, l’Union européenne a lancé un programme pour accompagner le vieillissement de la population et relever le défi du « bien vieillir ». Cette notion est définie comme le processus d'optimisation de la santé physique, sociale et mentale afin de permettre aux personnes âgées d'être actives socialement sans discrimination, de bénéficier de leur indépendance et d'une bonne qualité de vie. Bien vieillir dans la société de l’information La Commission Européenne a adopté, en juin 2007, un plan d’actions intitulé « Bien vieillir dans la société de l’information ». Ce plan d’actions est accompagné d’un nouveau programme de recherche européen commun, qui fera passer à plus d’un milliard d’euros les investissements dans la recherche sur les technologies de l’information et des communications (TIC) destinées à améliorer la vie des personnes âgées à domicile, sur le lieu de travail et dans la société en général. Ces nouvelles initiatives de l’Union européenne aideront les Européens âgés à rester actifs et à vivre de manière autonome plus longtemps. Source : Ambient Assisted Living, article 169 2.1.2. PRINCIPAUX REPERES A L’ECHELLE NATIONALE L’AIDE AUX PERSONNES EN PERTE D’AUTONOMIE La proportion des 60 ans et plus en France n’a cessé de croître depuis une trentaine d’années. Aujourd’hui près de 13 millions de personnes ont 60 ans et plus. Selon les prévisions de l’INSEE, cette population atteindra 17 millions en 2020 et 21 millions en 2040. Les personnes de 75 ans et plus qui sont actuellement 4,6 millions, seront 6 millions en 2020 et 10,4 millions en 2040.
  7. 7. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 7/42 Parmi les 13 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus de la population française, environ 7% ont besoins d’aide pour accomplir les actes essentiels de la vie courante. Les deux tiers d’entre elles vivent à domicile, le leur ou celui d’un proche, ou en logement- foyer. Un tiers des personnes âgées vit en institution : dans des maisons de retraite ou des unités de soins de longue durée. Le plan national « Bien vieillir 2007/2009 » Au niveau national, le plan « Bien vieillir 2007/2009 » élaboré par Philippe Bas pour aider les jeunes retraités à bien commencer leur nouvelle vie, porte sur le dépistage des signes du vieillissement et vise à favoriser les liens intergénérationnels. L’objectif de ce plan est la prévention médicale et le bien-être social. Cette politique globale en faveur du bien vieillir devrait mobiliser 168 millions d'euros sur trois ans au plan national. LE ROLE CROISSANT DES TECHNOLOGIES ET SERVICES APPLIQUES A LA SANTE Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes est souvent rendu possible grâce à l’implication forte des familles. Néanmoins avec l’avancée en âge, généralement accompagnée d’une augmentation de la dépendance, une aide mixte, c’est à dire l’intervention conjointe d’aidants informels et professionnels, s’avère nécessaire. Les technologies appliquées à la santé et à l’autonomie jouent également un rôle croissant. Quelques repères sur les technologies appliquées à l’autonomie et à la santé ° 22% des personnes âgées de 60 et plus, soit 2,6 millions de personnes, ont recours à au moins une aide technique ou un aménagement de leur logement. ° 9% des personnes âgées de 75 et plus ont recours à des aménagements spécifiques de leur logement. ° 14% des 60 ans ou plus, en particulier les femmes ont recours aux aides à la mobilité. ° 10% des personnes de 75 ans et plus utilisent des aides auditives. Source : INSEE Les personnes âgées estiment que leurs besoins en matière d’aides techniques sont satisfaits dans près de 60% des cas. Cependant, des progrès doivent être réalisés pour satisfaire les besoins en matière d’aménagement de logement, de téléalarmes et d’appareils auditifs.
  8. 8. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 8/42 Utilisation d’aides techniques par les personnes de 60 et plus Source : INSEE, enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance (HID)à domicile de 1999.Source : INSEE, enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance (HID)à domicile de 1999. Cannes ou béquilles Aide auditive Aides pour l'incontinence W C, baignoires, douches ou cuisines adaptés Télé-alarm e Dispositifs de soutien ou pour actionner les portes M obilier adapté Fauteuil roulant m anuel ou électrique Déam bulateur 0 2 4 6 8 10 12 % 11.6% des personnes de 60 ans ou plus utilisent des cannes ou des béquilles Source : INSEE, enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance (HID)à domicile de 1999.Source : INSEE, enquête Handicaps-Incapacités-Dépendance (HID)à domicile de 1999. Cannes ou béquilles Aide auditive Aides pour l'incontinence W C, baignoires, douches ou cuisines adaptés Télé-alarm e Dispositifs de soutien ou pour actionner les portes M obilier adapté Fauteuil roulant m anuel ou électrique Déam bulateur 0 2 4 6 8 10 12 % 11.6% des personnes de 60 ans ou plus utilisent des cannes ou des béquilles Toutefois, on ne constate pas en France aujourd’hui un décollage du marché des technologies et des services d’autonomie à domicile analogue à l’engouement que l’on peut rencontrer en Angleterre, en Allemagne ou encore dans les pays du Nord, les plus en pointe sur ces sujets. Le potentiel existe, des initiatives se mettent en place mais le marché ne décolle pas encore.
  9. 9. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 9/42 3. Le positionnement de l’agglomération de Grenoble Les atouts de Grenoble sur les technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé relèvent de son réseau de recherche, de ses activités cliniques, de la dynamique de valorisation, ainsi que des innovations des politiques publiques. Pour consolider cette filière économique, l’agglomération doit cependant tenir compte de son profil démographique, consolider l’interface entre la santé et les nanotechnologies, contribuer à la mobilisation des principaux industriels et renforcer l’offre de services. 3.1.1. LES PRINCIPAUX ATOUTS DE L’AGGLOMERATION UN RESEAU DE RECHERCHE STRUCTURE ET GENERATEUR D’INNOVATION La recherche publique grenobloise dans les sciences de la vie rassemble 2000 personnes et 5 000 étudiants dont 125 doctorants par an en moyenne. Sur la thématique des technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé, les activités de recherche s’articulent autour de plusieurs institutions clefs. • Le Centre d’Etudes Atomiques (CEA) de Grenoble emploie 3600 personnes, dont une part des travaux de recherche porte sur les biotechnologies, outre les micro- nanotechnologies, les nanomatériaux, ainsi que les nouvelles technologies pour l’énergie. Deux laboratoires sont particulièrement actifs sur les sciences de la vie et de la santé : l’Institut de Recherche en Technologies et Sciences pour le Vivant (IRTSV) qui emploie 400 personnes et le Laboratoire d’Electronique et de Technologies de l’Information (LETI) qui rassemble 1 000 employés. Parmi les nombreuses start-up issues des activités du CEA figurent notamment dans les activités liées la santé et aux sciences du vivant : Protein’eXpert (production de protéines recombinantes), Movéa (conception et commercialisation de microsystèmes de mesure des mouvements), ou encore Sofradir (acteur majeur dans le domaine de l’infrarouge). Le projet Care @ Home Le projet Care @ Home vise à spécifier, développer et exploiter les micro et nano technologies développées au sein du pôle MINALOGIC pour les réseaux de capteurs embarqués et d'environnement. L’enjeu est de permettre la création de nouveaux services à partir de la mesure de l'activité des personnes âgées ou fragiles dans leur vie quotidienne pour déterminer et prévenir une évolution de leur état et améliorer la prise en charge (suivi, alerte, diagnostic, soin).
  10. 10. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 10/42 Ce projet est réparti en 11 lots de travaux portant sur la modélisation des activités, les capteurs, le traitement des données, les interfaces Homme-Machines et Machines-Machines, la plateforme de service, des démonstrations, tests et expérimentations et le transfert industriel. Ses applications portent en priorité sur le segment personnes âgées, mais il concerne également des marchés de niches comme l’apnée du sommeil. Les partenaires du projet sont France Télécom, Schneider Electric, SleepInnov, TIMC – Imag, CEA-Leti, CHU UJF LI2G. Ce projet a été labellisé par le pôle MINALOGIC mais ne dispose pas encore de financement à ce jour. Source : MINALOGIC • L’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) regroupe 400 personnes sur le site de Montbonnot et sur le campus universitaire. 25 équipes y effectuent des recherches sur la bioinformatique, le calcul hautes performances sur grappes et grilles d’ordinateurs, les images et la réalité virtuelle, la modélisation et la simulation de phénomènes physiques complexes, les logiciels et systèmes embarqués, en particulier pour les puces. Au sein de l’INRIA Rhône-Alpes dont une part des activités est intégrée avec celles du Laboratoire d’Informatique de Grenoble (LIG), les travaux appliqués à « l’Ambient Assisted Living » conduisent à des développements sur l’habitat intelligent, grâce notamment à une salle d’expérimentation financée par France-Télécom. Le projet CASPER Le projet CASPER a pour objectif de faciliter et prolonger le maintien à domicile pour les personnes âgées qui entrent dans la dépendance, les cérébro-lésés et déficients cognitifs légers. L’enjeu est de leur permettre de vivre à domicile en sécurité tout en respectant leur liberté et intimité. Le projet porte ainsi sur le développement de technologies d'intelligence ambiante et sur l’intervention des réseaux d’aidants. Il s’agit de faire appel à un réseau d'aidants en fonction des situations et de fournir une assistance aux tâches de la vie quotidienne. Sur le plan technologique, les recherches portent en particulier sur : les capteurs visuels et acoustiques (caméras, microphones), les capteurs bas niveaux (pression, présence, température, …), les actionneurs répartis dans l'environnement pour l’aide aux tâches de la vie quotidienne et plus généralement la communication ambiante (lumières, sons, mouvements, vibrations, interaction affective…). Ce projet coopératif d’une durée de 3 ans a démarré en mars 2007. Il est financé par l’ANR. Il associe trois partenaires que sont : France Telecom R&D (Objets Communicants et Intelligence Ambiante), le laboratoire PRIMA de l’INRIA (Composants perceptuels et reconnaissance d'activité) et l’entreprise H2AD (Solutions innovantes pour le maintien à domicile). Source : INRIA
  11. 11. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 11/42 • Le laboratoire des Techniques de l’Ingénierie Médicale et de la Complexité TimC (CNRS/UJF) réunit scientifiques et cliniciens sur des travaux liées à l’utilisation de l’informatique et des mathématiques appliquées pour la compréhension et le contrôle des processus normaux et pathologiques en biologie et santé. Les travaux du laboratoire TimC qui fédère 13 équipes portent notamment sur le développement de systèmes pour l’aide au diagnostic et à la thérapie, la surveillance du vieillissement ou encore les technologies pour le maintien à domicile. • Plusieurs PME ou jeunes pousses sont issues des activités du laboratoire TimC représentant un total d’une soixantaine d’emplois au sein des sociétés du réseau "Chirurgie Augmentée" : PRAXIM (chirurgie orthopédique assistée par ordinateur), EndoControl (Robotique médical appliquée à la chirurgie), Keolis (chirurgie urologique). Le projet « Habitat Intelligent pour la Santé » L'Équipe « Acquisition, fusion d'information et réseaux pour la médecine » (AFIRM), du Laboratoire TIMC de Grenoble travaille depuis plusieurs années sur le projet « Habitat Intelligent pour la Santé ». Soutenu notamment par la Métro de Grenoble, ce projet vise à favoriser le maintien à domicile des personnes âgées, des patients atteints de maladies chroniques, etc. A l'aide de capteurs disséminés dans la maison ou embarqués sur la personne suivie, un ensemble de données sont relevées, traitées et analysées localement par un système d'informations. Ces données sont ensuite relayées par un centre de télésurveillance, grâce à Internet par exemple où elles sont redistribuées aux personnes ressources (médecins, famille, proches…). Les informations sont d’ordre physiologiques, comme le poids, les fréquences cardiaque et respiratoire, le taux d'oxygène dans le sang ou encore la glycémie. Un appartement pilote a été installé dans le laboratoire et permet de tester son bon fonctionnement. Source : TIMC DES ACTIVITES D’INVESTIGATIONS CLINIQUES ET D’INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN POINTE Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble emploie 7 000 personnes. Outre les activités de soins d’un grand hôpital, il participe à la formation des futurs médecins et pharmaciens. Il gère également plusieurs écoles paramédicales agréées par le Ministère de la santé. En hospitalisation complète, le CHU compte : • 90 lits courts séjours gériatrie, • 90 lits courts séjours soins de suite et réadaptation gérontologique, • 165 lits pour les maladies lourdes en longs séjours, • La gérontologie représente un budget annuel de 10 millions d’euros et 120 personnes dédiées.
  12. 12. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 12/42 De manière générale, les données de la DGS indiquent que le CHU de Grenoble occupe une place de choix dans la promotion de recherches biomédicales. Il se situe en effet dans le trio de tête au plan national, après Paris et Marseille avec 24 études en 2002 et 18 en 2003. Il concentre ainsi près de 7% de l’activité de recherche clinique cognitive des CHU de France. En matière de recherche clinique et d’innovation technologique deux projets en cours d’élaboration se distinguent particulièrement sur l’agglomération grenobloise : le Centre d’Investigation Clinique et d’Innovation Technologique « CIC-IT », ainsi que le projet de clinique expérimentale pour les maladies du cerveau « Clinatec ». A l’instar de 12 autres agglomérations, le CHU de Grenoble a déposé en septembre 2007, sous l’impulsion du Professeur Cinquin, un projet de Centre d’Investigation Clinique et d’Innovation Technologique (CIC-IT) auprès de l’INSERM et de la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS) du Ministère de la santé. Cet appel à projets fait suite à la création de 29 centres d’investigation clinique et 6 centres d’innovation technologique en France. Ces six centres d’innovation technologique hospitaliers déjà labellisés au plan national se situent au sein des CHU de Grenoble (Robotique et Domotique médicales), Bordeaux (Biomatériaux), Tours (Ultra-Sons), Lille (Télématique et Santé), Rennes (Instrumentation en Cardiologie) et du Centre hospitalier de Garches (Handicap). Le CIT de Grenoble, soutenu financièrement par le Ministère de la Recherche et de la Technologie depuis 2002, est centré sur l'ingénierie médicale, en particulier la modélisation, la robotique et la domotique. Autour de ces activités les collaborations tripartites Université - CHU - Industrie ont contribué à la constitution d’un portefeuille de plus de 50 brevets, à la création de plus de 60 emplois industriels sur le bassin grenoblois (notamment au sein de la société PRAXIM) et aux soins de plusieurs dizaines de milliers de patients par des Gestes Médico-Chirurgicaux Assistés par Ordinateur (GMCAO). Dans le cadre de l’appel à projet doté d’un million d’Euros pour la période 2008-2011, les centres d’innovation technologique hospitaliers (CIT) deviennent une nouvelle déclinaison du CIC spécialisé dans l’innovation technologique (CIC-IT). Selon les termes de l’INSERM, les CIC-IT ont pour vocation de conduire une recherche de haut niveau en synergie avec des partenaires industriels. Ils rassemblent et fédèrent l’ensemble des équipes de recherche implantées sur le site, reconnues sur la thématique soutenue au sein du CIC-IT, ainsi que des industriels associés à la recherche, au développement et à la diffusion des technologies innovantes. Ils visent à mutualiser les moyens matériels, financiers et humains des différents partenaires et à garantir une meilleure diffusion des résultats des recherches dans l’ensemble de l’économie.
  13. 13. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 13/42 Le projet de CIC-IT MAXITHEC Forts de compétences reconnues en imagerie multimodale, modèles de simulation, robotique chirurgicale, chirurgie mini-invasive et micro-nanotechnologies, le projet présenté par le CHU de Grenoble vise à concevoir des réponses industrielles à des problèmes médicaux précis. Intitulé MAXITHEC pour « MAXImisation de l’effet des THérapeutiques Expertes Ciblées », il a pour objectif le développement de moyens pour guider l’agent thérapeutique vers une cible précise, en minimisant la morbidité induite. Ce projet rassemble autour d’une cellule centrale hospitalière, les équipes de plusieurs services cliniques, de deux UMR UJF-CNRS, d’un CR UJF-INSERM et de trois industriels. Leur démarche commune vise au final à raccourcir le délai entre l’émergence d’une approche thérapeutique innovante et sa mise en œuvre clinique routinière, dans un cadre éthique et méthodologique irréprochable. Source : CHU de Grenoble Annoncé officiellement le 15/01/2007 par le directeur du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Grenoble, M. Jean Therme, "CLINATEC", la clinique expérimentale utilisant les nanotechnologies, notamment pour les opérations du cerveau devrait voir le jour à Grenoble d’ici trois ans. Ce projet est issu de l'initiative du professeur Alim-Louis Benabib, chirurgien Grenoblois, mondialement connu pour ses opérations sur le cerveau de patients souffrant de maladies dégénératives, comme la maladie de Parkinson. L’objectif est de créer un centre expérimental qui traiterait une moyenne d'un patient par mois, et dont l'activité serait suivie par un comité d'éthique. L'originalité du projet CLINATEC consiste à intégrer trois types d’activités : • Une extension de MINATEC où des ingénieurs travailleront sur les nanotechnologies et construiront des prototypes. • Des laboratoires d'expérimentation animale pour tester les prototypes, • Un secteur d'application humaine avec un bloc opératoire et quelques chambres, afin d’implanter les prototypes sur un nombre restreint de patients choisis dans le cadre d'un protocole de recherche clinique. Le nouveau bâtiment devrait ouvrir dans trois ou quatre ans. Il sera financé par les collectivités locales, la Région, le CEA ainsi que des partenariats industriels. CLINATEC regroupera une cinquantaine de personnes et fonctionnera sur le mode d’un d’une plateforme de développement de technologies qui pourront être ensuite transférées au CHU de Grenoble.
  14. 14. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 14/42 Le projet CLINATEC A titre d’illustration, selon le Professeur Benabib les applications probables des nanotechnologies pouvant être développées dans le cadre de Clinatec portent : ° Sur la maladie de Parkinson, il est prévu de développer la stimulation cérébrale profonde à haute fréquence en implantant sous la peau du crâne non plus une électrode mais cinq électrodes reliées au niveau d'un multiplexeur en utilisant les nanotechnologies. ° L'autre application, "à plus long terme", porte sur les interfaces entre le cerveau et un ordinateur (Brain computer interface) et vise à implanter des puces avec des nanoélectrodes dans le cerveau de certains malades pour leur permettre notamment de piloter des effecteurs (souris d'un ordinateur, éléments de domotique). L'objectif est d'aboutir par ce biais au pilotage de prothèse ou d'une chaise à roulette afin de rendre leur autonomie à des personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral ou souffrant de maladie neurodégénérative. Source : apmnews.com UNE REELLE LOGIQUE DE VALORISATION ET UNE FORTE DYNAMIQUE ENTREPRENEURIALE Les acteurs grenoblois des technologies appliquées à l’autonomie et la santé se distinguent par une démarche fortement orientée vers la valorisation et une forte dynamique entrepreneuriale. A titre d’illustration, les recherches menées au sein du seul laboratoire CEA LETI ont permis le dépôt de 168 brevets à fin 2006 et la société Movéa est la 100ème start-up issues des travaux du CEA depuis 1985. Les travaux réalisées au sein des équipes TimC en lien avec le CHU de Grenoble ont permis de constituer un portefeuille de plus de 50 brevets et la société Praxim qui occupe une position leader sur son créneau de la chirurgie assistée par ordinateur en est directement issue. Au sein de l’INRIA Rhône-Alpes en 2006, 5 start up étaient en cours d’incubation et l’activité de certaines d’entre elles concernent directement des applications pour l’autonomie et la santé : Bue Eye Video, TechnoSens, HI Lab.
  15. 15. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 15/42 Acteurs industriels grenoblois des technologies appliquées à l’autonomie et à la santé INFORMATIQUE MEDICALE Technidata, Praxim Medivision, HC Forum, Aesculap, Cadimplant, Noesis, Scito, Ivès, Techno Sens BIOTECHNOLOGIES Roche Diagnostics, bioMérieux, Cogenics/Genome Express, Protein’eXpert, PXPharma, DGTec, ImmunID, SynapCell, Creacell DISPOSITIFS MEDICAUX BD, Tyco Healthcare, Rexam Pharma, GHW Group, Soframedical, IMPLANTS / MATERIEL ORTHOPEDIQUE Tornier/Bioprofile, Phusis, Laboratoire Sober ETUDES CLINIQUES Optimed Clinical Research (études cliniques de phase I à IV) ELECTRONIQUE MEDICALE Thales Electron Devices, Trixell, Fresenius Vial, Tronics Microsystems, Memscap /Intuiskin, Gambro, ISIS, Cyberfab, Ela Medical, Sleepinov, Movéa Au final l’agglomération peut se prévaloir d’un tissu relativement important de jeunes pousses et de PME dont les activités liées à l’informatique médicale, aux biotechnologies, aux dispositifs médicaux, aux implants, aux études cliniques ou à l’électronique médicale constituent autant de points d’appui pour le développement de projets innovants sur la thématique des technologies appliquées à l’autonomie et la santé. Au niveau des atouts industriels, il faut également souligner que l’agglomération grenobloise compte sur son territoire plusieurs grands leaders industriels, en particulier les sociétés HP, ST, FT, Schneider Electric ou encore BD. Certaines d’entre elles sont directement impliquées dans les projets collaboratifs locaux sur la santé, notamment dans le cadre du pôle de compétitivité Minalogic.
  16. 16. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 16/42 Les projets sur l’autonomie et la santé du pôle Minalogic Minalogic est l’un des six pôles de compétitivité mondiaux labellisés en 2005. Ce pôle repose sur le mariage des micro-nanotechnologies et de l’intelligence logicielle, en particulier autour des systèmes embarqués sur puce. Quatre projets labellisés par le pôle de compétitivité Minalogic sont dédiés aux technologies pour les sciences du vivant et de la santé : ° Le projet Hameli est dédié à la conception et à la fabrication des systèmes électroniques embarqués (ex d’applications : défibrillateurs, pace-makers…). Les partenaires du projet sont : Dolphin Integration, ELA Medical, TIMA, IROC. ° Le projet SurgiMag a pour objectif de créer une station de chirurgies assistée par ordinateur miniature. Les partenaires du projet sont : Praxim Medivision, Alpwise, Cedrat, Movea, Saxxo Technologies, CEA-Leti, TIMC, CHU de Grenoble. ° Le projet Imalogic développe les imageurs numériques du futur en se focalisant sur les composants et les technologies de détection. Les partenaires du projet sont : Sofradir, Trixell, Ulis, Thales Electron Devices, STMicroelectronics, CEA-Leti. ° Le projet Care @ Home porte sur des réseaux de capteurs embarqués pour permettre le maintien à domicile des personnes fragilisées. Les partenaires du projet sont : France Télécom, Schneider Electric, SleepInnov, TIMC – Imag, CEA-Leti, CHU UJF LI2G. Source : MINALOGIC Le centre de R&D de France Télécom, qui rassemble près de 300 personnes à Meylan, est l'un des 17 centres de Recherche et Développement du groupe (8 centres en France et 9 à l’international). France Telecom qui compte 250 000 personnes dans le monde dont 3 600 en Recherche et Développement opère depuis ces dernières années une mutation de la recherche technologique vers une recherche axée sur les usages et les services. Le centre de R&D de Grenoble s’organise autour de trois laboratoires : • le premier répond aux besoins spécifiques de certaines communautés d’intérêts et d’usages professionnels, tels que les services de la santé et de la télémédecine, l’habitat et le bâtiment, le transport, le tourisme, les collectivités locales et les associations professionnelles, • le deuxième, dédié aux objets communicants, aux terminaux, aux environnements M2M (Machine to Machine), a pour objectif d’innover et d’anticiper les ruptures technologiques dans le domaine des objets communicants et des terminaux éclatés et intelligents, • le troisième est un laboratoire d’informatique. Il fait partie de la direction Techniques logicielles et centre ses recherches sur l’architecture, les systèmes répartis et la veille sur les composants logiciels. Les activités liées à la santé de France Télécom R&D sont pilotées depuis le site de Grenoble.
  17. 17. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 17/42 Les enjeux de la santé E-santé porte tout particulièrement sur le bien être, les soins, l’accessibilité, la télémédecine, l’E-inclusion et l’AAL. En matière de technologies, les compétences nécessaires au développement de produit E-santé relèvent à la fois des capteurs, de la robotique, des nanotechnologies et des interfaces. Il est important de signaler que le centre de Grenoble dispose au sein de ses équipes des experts en sciences humaines et en ergonomie qui travaillent sur l’acceptabilité des produits. La création de la filiale Orange Healthcare en septembre 2007 (Cf. encadré), devrait conduire au lancement de plusieurs offres commerciales au premier trimestre 2008 pour le suivi de patients atteints de maladies chroniques, l’hospitalisation à domicile, ainsi que les équipements réseaux notamment Wifi des hôpitaux (Cf. annexe). Il s’agit d’un marché « B to B to C » pour France Télécom, à fort potentiel puisque les objectifs d’Orange Healthcare sont 500 Millions d’€uros de chiffre d’affaires en 2010. Outre l’Europe, les pays émergents (Vietnam, Sénégal…) constituent une cible privilégiée pour FT. Pour conduire ses projets, le centre de France Telecom R&D de Meylan qui est directement en relation avec la Technocentre de la région parisienne, travaille avec les acteurs du pôle grenoblois, en particulier l’équipe TIMC, l’INRIA et le CHU. La création d’Orange Healthcare Alors que les perspectives de croissance se réduisent sur un marché des télécoms arrivé à maturité, France Télécom se diversifie vers un nouveau secteur porteur : la santé. Le groupe a présenté le 26/09/2007 à la presse sa nouvelle division, baptisée Orange Healthcare, qui regroupera les technologies destinées au secteur médical. « En termes de volumes, la gestion des maladies chroniques et le maintien à domicile des personnes aidées vont devenir un intérêt majeur », prédit Thierry Zylberberg, le directeur d'Orange Healthcare. Déjà présent dans l'apport de solutions techniques aux professions de santé, l'opérateur entend regrouper l'ensemble de ses activités concernant le secteur au sein de sa nouvelle entité. Des expérimentations sont déjà en cours pour le suivi à distance de malades du diabète. Le groupe entend intervenir sur l'amélioration du suivi du patient ou la transmission d'informations médicales, du lit du patient à l'ordinateur du praticien. Avec sa branche santé, France Télécom cherche surtout à renforcer sa présence sur un créneau au « potentiel de croissance significatif », reconnaît le groupe dans un communiqué. En France, 10 milliards d'euros vont être débloqués par l'Etat pour aider les seuls hôpitaux à passer à l'ère numérique. « La e-santé est un marché très porteur dont la croissance annuelle est estimée entre 15 et 20 % pour les cinq ans à venir », rappelle encore le groupe. Pour sa branche santé, France Télécom vise un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros en 2010. Et ambitionne de devenir l'un des leaders du secteur de l'e-santé d'ici trois ans. Source : Usine Nouvelle - 26/09/2007
  18. 18. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 18/42 DES POLITIQUES PUBLIQUES INNOVANTES EN FAVEUR DE L’AUTONOMIE L’agglomération de Grenoble se distingue par ses innovations en matière de politiques publiques, en particulier grâce à ses actions en faveur des personnes en situation de handicap. En 1987 Grenoble a réalisé une première mondiale en inaugurant une ligne de tramway entièrement accessible de plain-pied. En 1995 la Ville de Grenoble a mis en place une délégation à l’accessibilité, chargée de suivre les projets et de conduire cette politique. Depuis le lancement du schéma directeur d’accessibilité en 2002, l’agglomération conduit des opérations à plusieurs niveaux : transports en commun, voirie et établissements publics, logement, espace universitaire. • Les transports en commun : Le réseau du SMTC est remarquable pour l'accessibilité de ses véhicules aux personnes à mobilité réduite : plancher bas intégral, service spécifique de transport pour les personnes handicapées. Les nouvelles voitures Citadis du tramway ont ainsi été choisies afin d'améliorer l’accessibilité et la capacité d’accueil des personnes à mobilité réduite. Le réseau bus est aujourd’hui accessible à 70%, l’objectif étant de le rendre totalement accessible à l’horizon 2012. La Ville a également mis en place des parcours accessibles en relation avec les arrêts. L’agglomération de Grenoble, leader en matière d’accessibilité En 2004, la Conférence européenne des ministres des Transports (CEMT) et le Forum européen des personnes handicapées (FEPH) ont attribué le premier prix "accessibilité et inclusion pour les services et infrastructures de transport" au Syndicat mixte des transports en commun, (SMTC) de l'agglomération grenobloise parmi 56 candidats des Etats membres. • La voirie et les établissements publics : Dans le cadre du schéma directeur d’accessibilité des priorités sont définis par l’accessibilité des établissements publics et les trottoirs. Une cartographie dresse un état des lieux de l’accessibilité des établissements publics communaux et de la voirie. L’accessibilité est également prise en compte dans les nouveaux projets comme la maison de la culture - la Mc2 - ou la bibliothèque Kateb Yacine, au-delà de ce qu’impose la réglementation. • Les logements : La Ville de Grenoble a mis en place une aide à l’accessibilité des logements qui porte sur des travaux d’adaptation du logement, des parties communes ou des interfaces public/privés, afin de favoriser le maintien des personnes handicapées dans leur logement.
  19. 19. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 19/42 • Le domaine universitaire : le campus de Grenoble joue lui aussi un rôle pilote matière d'accessibilité. Le service Accueil Handicap, pionnier en France, travaille à l'amélioration de l'autonomie des étudiants handicapés dans leur vie quotidienne sur le campus. Des aménagements spécifiques ont été réalisés pour faciliter l’autonomie en matière de : déplacement, logement, restauration, accès aux bâtiments universitaires, aux outils du savoir, aux technologies informatiques... Par ailleurs l’étude Etude d’ingénierie relative au projet d’infrastructures TIC sur Grenoble Alpes Métropole menée par l’Idate, prévoit que les sites clefs des pôles autonomie, santé et handicap seront raccordés en fibre optique. Le projet MétroNet de réseau haut débit Le projet MétroNet prévoit le raccordement en fibre optique de type FTTB des sites publics importants du territoire : mairies, collèges, lycées, enseignement supérieur et recherche, hôpitaux publics, médiathèques – avec mise en place du réseau jusqu’au local technique d’immeuble à partir du moment où le site souscrit le service. Les sites identifiés dans le cadre des pôles autonomie - santé sont également raccordés en FTTB. Le projet MétroNet prévoit également le raccordement en fibre optique des principaux sites publics et des sites des pôles autonomie – santé garantie des services d’accès performant et pérenne pour l’ensemble des acteurs. Il s’agit en particulier de 20 sites raccordés spécifiquement sur le pôle de St Martin d’Hères et de 15 sites raccordés spécifiquement sur le pôle d’Echirolles. Source : Métro / IDATE Enfin, une initiative grenobloise de nature différente mais toujours en lien avec les technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé, mérite d’être mis en évidence : le colloque InnovaDom « Innovation au service du maintien à domicile » qui s’est tenu à Europôle le 24 novembre 2006 sous la présidence du Professeur Alain Franco. Ce colloque a rassemblé 430 personnes au total, une centaine d’intervenants dont des personnalités internationales (Commission Européenne, ministère de l’économie du Japon). Il vise à promouvoir les aides techniques émergentes et à réfléchir sur leur déploiement en terme de simplicité d’usage, d’éthique, de problèmes financiers à travers des tables rondes afin que les acteurs puissent échanger sur les solutions existantes ou à développer.
  20. 20. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 20/42 3.1.2. LES POINTS DE FAIBLESSE DE L’AGGLOMERATION UNE AGGLOMERATION VIEILLISSANTE MAIS QUI GARDE UN PROFIL ET UNE IMAGE JEUNES Comme partout en France, les données de l’AURG indiquent la population de la région urbaine grenobloise continue de vieillir : la part des jeunes a tendance à diminuer au profit de la population âgée. Entre 1990 et 1999, la population des 60 ans et plus a augmenté de 1,8 % par an, celle des moins de 20 ans a diminué de 0,2 %. Repères sur la population de Rhône-Alpes et de l’Isère En Rhône-Alpes, 1,2 millions d’habitants ont 65 ans et plus, soit 21% de la population ° 308 000 personnes de plus de 60 ans vivent seules, soit 27% de la population totale des plus de 60 ans ° Les proportions les plus élevées de personnes de plus de 60 ans vivant seules, se trouvent dans les grandes villes de la Région : Lyon (37%), Grenoble (36%), Saint-Etienne (35%) ° Selon les estimations, 1,75 millions d’habitants auront 65 ans et plus en 2020. En Isère, près de 160 000 personnes sont âgées de 65 ans et plus, soit 14% de la population. ° Les 75 ans et plus représentent près de 70 000 personnes. ° 50 000 personnes de plus de 60 ans, dont 40 000 femmes, vivent seules en Isère. ° Selon les estimations, près de 240 000 personnes auront 65 ans et plus en 2020. Source : INSEE La tendance au vieillissement démographique se vérifie sur l’ensemble du bassin grenoblois, avec quelques nuances cependant. Dans l’agglomération et la Bièvre, le nombre de jeunes est en baisse sensible alors que dans le Grésivaudan la population jeune augmente toujours fortement. Source : AURG
  21. 21. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 21/42 L’agglomération de Grenoble n’est donc pas à l’abri des enjeux du vieillissement (cf. en annexe l’extrait du rapport du Conseil Economique et Social sur ce sujet). Cependant malgré un vieillissement global de la population sur la région grenobloise et en Isère, l’agglomération reste relativement jeune par rapport aux autres aires urbaines françaises (cf. tableau ci-dessous). Cette pyramide des âges est liée au fait que Grenoble bénéficie de l’afflux sensible d’étudiants et de jeunes actifs, en raison de son dynamisme économique. Evolution relatif de la population de l’agglomération grenobloise Ce profil démographique et cette image jeune de l’agglomération, ne positionne pas Grenoble comme un territoire naturel d’expérimentation sur un public âgé, à l’instar de villes telles que Nice ou encore Limoges qui en font un argument. Il est donc possible de s’interroger sur la cohérence entre l’image de jeunesse et de dynamisme que possède l’agglomération grenobloise et sa légitimité sur la thématique autonomie et vieillissement. Il faut pourtant souligner qu’une agglomération comme Toulouse dont le profil démographique est assez semblable à celui de Grenoble fait le pari de dépasser cette difficulté (cf. partie 3). UNE INTERFACE ENTRE LES NANOTECHNOLOGIES ET LA SANTE A CONSOLIDER La santé est l’un des 5 axes prioritaires du pôle de compétitivité MINALOGIC. Cependant, par rapport aux projets liées à la micro-électronique, cette thématique peine à se développer. En effet, le pôle ne compte que 4 projets déposés dans le secteur de la santé sur un total de 35, dont un qui porte plus spécifiquement sur la thématique autonomie avec le projet Care @ Home. Le taux de succès des projets santé de MINALOGIC est d’environ 50%, alors que le taux de succès moyen des projets du pôle atteint 86%.
  22. 22. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 22/42 Plusieurs types d’explications peuvent être avancés pour expliquer cet écart : • Les technologies appliquées à la santé portent peu sur des ruptures technologiques. Les projets renvoient davantage à des enjeux d’intégration et d’expérimentation de technologies disponibles. • La dynamique liée à la mise en place du réseau Nano-Bio et à l’implantation de bioMérieux près du site MINATEC souffre de la disparition de Christophe Mérieux qui constituait un promoteur clef de l’interface nanotechnologies / santé. • Le modèle économique pour la commercialisation des technologies appliquées à l’autonomie et à la santé reste largement à construire et implique de répondre à de nombreuses interrogations : intégration avec les services, mode de distribution, mode de facturation, répartition de la prise en charge... UN SOUTIEN INSUFFISANT DES GRANDS ACTEURS INDUSTRIELS LOCAUX ? L’agglomération de Grenoble compte plusieurs grandes entreprises industrielles qui occupent une position leader dans leur filière d’activités. Selon les données du SESSI sur les effectifs industriels (EAE 2001), les sept principaux établissements du bassin grenoblois sont : ST Microelectronics (4 200 employés environ), Hewlett Packard (3 300 employés environ), Schneider Electric (2 500 employés environ), Caterpillar (2 000 employés environ), Calor (1 200 employés environ), Atofina (700 employés environ), bioMérieux (600 employés environ). Répartition des effectifs industriels sur le bassin d’emploi de Grenoble Source SESSI : Enquête annuelle d'entreprise 2005 A l’échelle de l’agglomération, le développement de la filière des technologies appliquées à l’autonomie et la santé renvoie donc à un enjeu de diversification marketing pour des groupes industriels dont les produits ont actuellement pour principaux débouchés les marchés de l’électronique, des équipements électriques et de l’informatique.
  23. 23. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 23/42 L’implication sur des projets collaboratifs à l’échelle de l’agglomération des grandes entreprises situées à Grenoble et qui ont pour cœur de métier le secteur de la santé et les instruments médicaux, notamment bioMérieux, Becton Dickinson, Roche ou Tyco, n’a pas pu être clairement établie. Dans les deux cas, la mobilisation des industriels locaux constituent donc un facteur clef de réussite pour le devenir de cette filière économique. UNE OFFRE DE SERVICES QUI N’A PAS LA MEME DENSITE QUE L’OFFRE TECHNOLOGIQUE AU SEIN DE L’AGGLOMERATION Nous avons vu plus haut que l’agglomération grenobloise se distingue au plan européen en matière de services publics, en particulier de transports, afin de favoriser l’autonomie des personnes à mobilité réduite. Concernant les acteurs privés, l’offre de services est nettement moins dense mais elle n’est pas pour autant inexistante, avec un acteur majeur pour le dispositif : DOMPLUS et sa plate forme plateforme de télé assistance de portée nationale implantée à Eybens. DOMPLUS est une société d’intermédiation dans le champ des services à la personne, spécialisée dans la télé assistance. Ses membres fondateurs sont Groupe Initiative, AG2R, ProBTP et France Telecom Technologie Investissement. Elle compte parmi ses adhérents aujourd’hui en plus des fondateurs 8 institutions de prévoyance, retraite ou mutuelles (groupe Taitbout, Réunica, Isica) et des enseignes de service à la personne. La plateforme DOMPLUS a pour objet d’informer les allocataires sur l’ensemble des aides et services disponibles pour le maintien à domicile. Cette plateforme, qui emploie 25 personnes à Eybens, fournit un service personnalisé aux allocataires. DOMPLUS a développé avec France Télécom et d’autres partenaires plusieurs dispositifs et offres de services innovantes : • Un terminal téléphonique avec trois touches (bleu pour les besoins quotidiens, rouge pour les urgences, vert pour les appels en direction des proches) • L’offre de services PrésencePlus Visio composé d’une webcam, d’un écran et d’un terminal Présence plus qui permet de communiquer à partir de la Télévision. Ce dispositif a été développé en partenariat avec Eiffage immobilier sur une résidence de 38 logements La présence de DOMPLUS sur l’agglomération grenobloise est un atout important. Les autres acteurs de la télé assistance sont Fil Assistance (CNP), l ‘ADMR et l’UNA. Ces opérateurs sont en avance de phase (en test et pour certains comme DOMPLUS en phase de commercialisation de bouquet de services). Leur habitude de travail avec les usagers en font des « testbed » incontournables pour adapter au mieux les technologies aux besoins. A noter : DOMPLUS est engagé dans un projet dans la Somme avec le Conseil Général de la Somme.
  24. 24. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 24/42 Par ailleurs, la MACIF de Grenoble travaille sur un projet visant à équiper des logements pour faciliter l’autonomie des personnes. Le projet porte sur l’environnement du logement (éclairage et domotique) plutôt que la santé. En dehors de ces initiatives, les entretiens menés n’ont pas permis d’identifier d’offre de services différenciantes sur l’autonomie et la santé, à l’échelle de l’agglomération. En ce qui concerne les mutuelles et les assurances, les principales explications sont : • La réticence des mutuelles à financer des dispositifs innovants dans un contexte où le périmètre du risque dépendance n’est pas déterminé, • Le manque de culture de R&D dans le secteur des assurances et des mutuelles. • Comme dans la plupart des grandes villes nationales, Grenoble peut se prévaloir de la présence des antennes locales des grandes mutuelles nationales. Cependant les centres de décision de ces entreprises tertiaires se situent hors de l’agglomération, ce qui semble limiter sérieusement leur capacité à mener des projets à l’échelle locale. Comme nous n’avons vu plus haut, les activités de ces entreprises tertiaires sont indispensables pour développer des offres innovantes sur l’agglomération. Une action ciblée auprès des sièges à Paris ou à Lyon semble donc incontournable. L’agglomération lyonnaise bénéficie ainsi d’un pôle « protection sociale/assurance » important avec des acteurs majeurs comme APICIL ou APRIL. Apicil (siège Lyon), acteur majeur de la protection sociale en France compte 1279 salariés, 50000 entreprises adhérentes et gère plus de 3 Milliards d’euros de placement.>Le groupe investit chaque année 20 Millions d’euros dans la prévention et l’action sociale. Apicil est aussi un acteur majeur dans le développement de l’économie régionale en investissant dans des entreprises en création, comme TechnoSens. Ses orientations devraient amener le groupe à renforcer son rôle d’investisseur dans les entreprises en création ou en développement avec comme cibles prioritaires les secteurs de la prévention et de la santé. Apicil est un groupe qui croît dans l’apport des technologies à l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées. C’est un acteur intéressé par le projet et à mobiliser dans une phase de déploiement.
  25. 25. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 25/42 Synthèse du positionnement grenoblois Le tableau ci-dessous vise à synthétiser le positionnement et le potentiel de l’agglomération grenobloise sur la filière économique des technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé. POSITIONNEMENT DE L’AGGLOMERATION GRENOBLOISE SUR L’AUTONOMIE ET LA SANTE Perceptions des forces et faiblesses de l’agglomération FORCES FAIBLESSES OFFRE TECHNOLOGIQUE ° Des laboratoires (CEA, INRIA, TIMC…) à l’origine d’une innovation technologique foisonnante et de créations de start-up ° Des développements très orientés « techno push » qui n’intègrent pas suffisamment l’expérimentation et les attentes des utilisateurs finaux OFFRE CLINIQUE ° Les acteurs grenoblois de la recherche en gérontologie ont une renommée nationale, voire plus large ° La population de l’agglomération grenobloise plus jeune que la moyenne des grandes villes n’est pas différenciante en termes de pyramide des âges OFFRE INDUSTRIELLE ° L’agglomération abrite des groupes industriels qui figurent parmi les leaders mondiaux de leur filière : HP, ST, FT, BD, Schneider… ° Sauf des exceptions (BD, Roche, bioMérieux, Tyco) l’autonomie et la santé ne figurent pas dans le cœur de métier des principaux industriels grenoblois OFFRE DE SERVICES ° Les initatives locales pour l’autonomie (Schéma directeur d’accessibilité, Innovadom, MétroNet) et la plateforme de téléassistance DOMPLUS ° Les centres de décisions des sociétés de services de la santé et l’autonomie comme les mutuelles sont situés hors de l’agglomération grenobloise Perceptions des risques et opportunités de l’agglomération OPPORTUNITES RISQUES OFFRE TECHNOLOGIQUE ° Le développement des micro-nanotechnologies sur des applications autonomie et santé, constitue un vrai potentiel pour Grenoble ° Une difficulté à financer des projets R&D sur les applications autonomie et santé, peu porteurs de ruptures technologiques fortes OFFRE CLINIQUE ° Le soutien de pouvoirs publics et les initiatives locales (CIC-IT, CLINATEC, HIS…) peuvent faire de Grenoble un pôle fort d’expérimentation ° Des agglomérations telles que Toulouse et Nice sont en passe de prendre le leadership national sur le vieillissement grâce à de forts investissements OFFRE INDUSTRIELLE ° La valorisation des innovations locales via des PME changerait de dimension avec un appui réel des grands industriels grenoblois (FT) ° Sans relais locaux, les innovations grenobloises risquent d’être de ne pas trouver de débouchés ou d’être absorbées par des groupes étrangers OFFRE DE SERVICES ° La conception et commercialisation d’offres intégrées produits / services sur l’autonomie et la santé serait un réel facteur de compétitivité ° La difficulté à nouer les partenariats permettant de développer l’innovation de service et son financement : négociation avec les sièges à Paris.
  26. 26. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 26/42 4. Des enjeux forts pour la métropole grenobloise 4.1. Des difficultés et initiatives à prendre en compte Le développement d’une filière économique sur les technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé implique de lever plusieurs verrous propres à ces activités, mais également de tenir compte des différentes initiatives nationales sur ce champ. 4.1.1. PLUSIEURS VERROUS A LEVER L’innovation dans le champ de l’autonomie et de la santé s’appuie largement sur des technologies existantes, sur étagère. Leur mise sur le marché se heurte cependant à plusieurs difficultés. LA NECESSITE DE PARTIR DES BESOINS DES UTILISATEURS Le risque de toute offre technologique est de ne pas suffisamment tenir compte des besoins des utilisateurs finaux. Pour les technologies appliquées à l’autonomie et à la santé, l’enjeu est d’autant plus crucial qu’il peut s’agir d’un public en situation de fragilité physique ou morale. Le rejet d’une technologie ou d’un produit par les bénéficiaires est donc loin d’être négligeable, surtout dans le cadre d’une approche « techno push ». Pour faire face à ce défi, les chercheurs, les technologues, les médecins, les personnels de soins et de services doivent collaborer de manière très étroite dès les étapes amont de développement du produit. La phase d’expérimentation avec les utilisateurs finaux constitue également une phase cruciale à laquelle il convient de consacrer le temps et les moyens requis. L ‘association des opérateurs de télé assistance, qui connaissent bien les besoins des usagers et des enseignes de service à la personne, en capacité de distribuer et de promouvoir au sein d’une offre de services les technologies, est indispensable pour permettre aux innovations de rencontrer leur marché. Cette association, si elle s’effectue dans le cadre d’expérimentations, ne devrait pas poser de problèmes. Le projet de l’agglomération grenobloise suscite l’intérêt des opérateurs de téléassistance et de services à la personne : DOMPLUS, UNA, La Poste ont manifesté leur souhait de se voir associer en amont de l’élaboration des projets de R&D
  27. 27. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 27/42 LES LIMITES DE LA SUBSTITUTION A LA PRESENCE HUMAINE Les technologies appliquées à l’autonomie et à la santé peuvent être perçues comme une forme de substitution à la présence humaine. Pourtant elles ne sont viables au contraire que si elles contribuent à rendre l’intervention humaine plus pertinente et plus efficiente. L’objectif de tels dispositifs est de limiter les risques d’intrusion dans la vie privée et de renforcer lorsque nécessaire, la présence des membres du personnel de santé ou d’assistance à domicile. Tout l’enjeu de ces technologies est donc d’apporter aux personnes en perte d’autonomie des prestations mieux adaptées, au bon moment et plus coordonnées. La présence d’intervenants spécialisés va donc de pair avec les technologies appliquées à l’autonomie et la santé. Ces dernières contribuent à faire évoluer les modes d’accompagnement et d’intervention auprès des personnes en perte d’autonomie. Un plan de communication doit permettre de dissiper les craintes des utilisateurs technophobes, et de rassurer les financeurs sur la dimension emploi et présence humaine. Les expérimentations devront donc intégrer un véritable travail partenarial avec « les prescripteurs quotidiens » : médecins, pharmaciens notamment. L’INDISPENSABLE INTEGRATION DES PRODUITS ET SERVICES Les innovations dans le secteur de l’autonomie et de la santé sont rarement des innovations de rupture, mais plutôt des technologies sur étagère. De plus, pour les raisons évoquées ci-dessus, le développement d’offres destinées aux personnes en perte d’autonomie, implique une intégration des produits et des services. Cette combinaison d’innovation technologiques et de présence humaine doit conduire à la mise en place de prestations personnalisées, du diagnostic précoce à la prévention et au maintien ou retour à domicile. Il s’agit également de répondre aux besoins spécifiques des différentes populations cibles : personnes en perte d’autonomie, en situation de maladies chroniques, de soins de suite ou de handicaps, etc.. Le développement de la filière des technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé porte ainsi principalement sur des enjeux d’intégration, de financement et d’expérimentation. L’innovation est loin d’être exclusivement technologique, elle porte sur le modèle économique dans son ensemble. Si les innovations sur les capteurs ne présentent pas un caractère de rupture technologique majeur, il n’en est pas de même pour la question des réseaux informatiques. L’enjeu, majeur pour des acteurs comme les assurances et les mutuelles portent sur la continuité du service, quelque soit l’opérateur et la ligne par lequel transite les informations. Aujourd’hui cette garantie n’est pas acquise. Il y a donc un programme de R&D à mettre en œuvre pour offrir une garantie de service maximale.
  28. 28. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 28/42 DES MODELES ECONOMIQUES A CONSTRUIRE Les modèles économiques des prestations intégrant produits et services pour l’autonomie et la santé restent à préciser, voire tout simplement à définir. Les difficultés rencontrées sur le financement des projets Care @ Home et le projet M4A (Mesure Ambulatoire de l’Activité motrice par Actimétrie chez la personne Agée fragile, déposé en avril 2007 dans le cadre de l’appel d’offres ANR LONGVIE) semblent liées en grande partie à ce problème majeur. Cet aspect est d’autant plus difficile à résoudre qu’il concerne le positionnement des acteurs dans la chaîne de valeur jusqu’à l’utilisateur final. L’enjeu est de répartir le coût des investissements d’infrastructures et de partager la valeur ajoutée des prestations. Il va falloir couvrir des coûts de production (industriel sur la partie capteurs), d’intermédiation, de distribution et de promotion de l’offre de services (enseigne des services à la personne et opérateurs de télé assistance) et de maintenance. La solvabilisation de la demande se heurte aujourd’hui à plusieurs problèmes • Des prises en charge encore assez faibles, principalement dans le cadre de l’APA • La question de la prise en charge du risque dépendance • La solvabilisation par le crédit d’impôt dans le cadre des services à la personne représente une piste prometteuse La valeur ajoutée du projet grenoblois résidera aussi dans ce travail sur les modèles économiques à imaginer pour assurer la solvabilisation de la demande et partant de là la création d’une filière économique robuste
  29. 29. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 29/42 4.1.2. DES AGGLOMERATIONS QUI SE MOBILISENT Les entretiens et la recherche documentaire sur Internet indiquent que quatre sites se mobilisent actuellement fortement sur les technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé : Toulouse et Dijon en tant que gérontopôles, Nice et Limoges sur l’habitat intelligent et la domotique, Nancy sur l’offre hospitalière d’Orange HealthCare. CARTOGRAPHIE DES INITIATIVES DES AGGLOMERATIONS EN MATIERE D’AUTONOMIE ET SANTE TOULOUSE ET DIJON SE POSITIONNENT COMME LES PREMIERS GERONTOPOLES Le Gérontopôle de Toulouse. La création du premier gérontopôle a été célébrée à Toulouse, le 12 avril 2007. Sur le modèle des cancéropôles, les gérontopôles visent à renforcer la recherche sur la longévité et à mieux prévenir les maladies responsables de la dépendance. Les principaux objectifs du gérontopôle toulousain sont triples : • Le développement de la recherche clinique et les essais sur les molécules innovantes, en particulier pour la maladie d’Alzheimer pendant une période expérimentale de deux ans. • Le développement d’une politique de prévention de la dépendance autour de l’institut du vieillissement, et sur la base de recherches épidémiologiques et de grands essais de prévention.
  30. 30. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 30/42 • Le développement de la recherche pour une meilleure prise en charge au sein des filières gériatriques, en lien avec les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Pour l’année 2007, quatre postes sont dédiés au gérontopôle : un poste de PU-PH, un poste de praticien hospitalier, un chef de projet et un ingénieur d’étude. Le ministère a attribué une subvention de 150 000 euros pour le fonctionnement du gérontopôle en 2007 qui sera complétée par l’ARH pour un montant total d’environ 350 000 euros. Une importante opération immobilière devrait suivre pour la construction d'une structure de long et moyen séjours sur le site d'Ancely. Ce projet prévoit la construction d'un bâtiment de quatre étages de 40 lits chacun pour les longs séjours destinés aux personnes âgées et un bâtiment en rez-de-chaussée de 20 lits de moyens séjours pour les patients Alzheimer. Son ouverture est prévue en 2009. Le coût global de l'opération se monte à 32,5 M€ (29,3 M€ pour la construction et 3,3M€ pour les équipements). Le projet est financé par le ministère de la Solidarité et l'Agence régionale de l'hospitalisation (les programmes de recherche dépendront de financements spécifiques). Enfin, le gérontopôle prévoit aussi la création d'un Institut du vieillissement au centre-ville face à la faculté de médecine, pour développer une politique de prévention de la dépendance. Le Gérontopôle de Dijon est une association créée sur Dijon en 2006. Son statut associatif diffère de la reconnaissance nationale par le Ministère de la Santé dont bénéficie celui de Toulouse, mais il est antérieur à la création de ce dernier en avril 2007. Le Gérontopôle de Dijon a été lancé pour mettre en place un vaste espace de santé dédié entièrement à la gérontologie, en réunissant des chercheurs, des enseignants et des professionnels de la santé du milieu médico-social et sanitaire. Il a vu le jour sous l’impulsion du Pr Pierre Pfitzenmeyer, coordonnateur médical du pôle personnes âgées au CHU de Dijon et du Maire de Dijon. Il a pour principaux objectifs : • De renforcer les compétences existantes en termes d’innovation et de recherche clinique en gérontologie, • De décloisonner le sanitaire et le médico-social pour un meilleur service rendu à la population vieillissante, • De répondre à la demande croissante en termes de formation en gérontologie et de fédérer une recherche sur le vieillissement dans les sciences humaines et sociales. Le Gérontopôle de Dijon a vocation à devenir un institut fédérateur sanitaire et médico- social. Il pourrait s’implanter sur le site du collège Epirey, aux Grésilles sur une surface de total de plus 14 000 m2.
  31. 31. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 31/42 NICE ET LIMOGES INVESTISSENT SUR L’HABITAT INTELLIGENT ET LA DOMOTIQUE Le projet Gerhome à Nice-Sophia Antipolis. Gerhome est un laboratoire expérimental mis en place sur le site du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) à Sophia Antipolis. Il simule le lieu de vie d’une personne âgée dans une institution (maison de retraite, hôpital, etc.). L’objectif du projet Gerhome (Gerontology at Home) est de concevoir des solutions techniques et des services d’aide au maintien des personnes âgées dans leur domicile, en utilisant des technologies domotiques pour assurer l’autonomie, le confort de vie et la sécurité. Ce projet a été labellisé en janvier 2006 par le pôle de compétitivité SCS (Solutions Communicantes Sécurisées). Le projet Gerhome, labellisé par le pôle SCS et appuyé par les collectivités locales de PACA (Région et Département 06), est porté par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) de Sophia Antipolis qui apporte son savoir faire dans la conception intelligente du bâtiment. Le projet a pour partenaires l’INRIA Sophia Antipolis spécialisé dans le domaine de la reconnaissance de comportements humains à partir de vidéos, le CHU de Nice dont l’équipe du Docteur Balas de gérontologie et plusieurs entreprises industrielles : NXP Semiconductor, France-Télécom, Preceptel et Bazile télécommunications. (Source : INRIA et SCS) Le partenariat de Legrand avec les hôpitaux du Limousin. Les centres hospitaliers de Limoges, Guéret et Brive se sont associés depuis 2006 avec le groupe Legrand pour lancer une programme de recherche destiné au développement de moyens techniques permettant de maintenir à domicile ou de faciliter le maintien en structures spécialisées de personnes handicapées, âgées ou dépendantes, dans des conditions de sécurité et de confort optimisées. Dans le cadre de cette collaboration, les établissements de santé concernés contribuent au partenariat en mobilisant l’expérience de leurs équipes médicales et paramédicales, leur connaissance des besoins de la personne âgée ou handicapée, qu’elle séjourne en institution ou à domicile. Ils mettent à contribution leurs compétences de formations, universitaires, paramédicales et de recherche. Ils sollicitent leurs équipes techniques pour la participation à l’installation et à la maintenance des équipements domotiques installés. Ils intègrent la dimension domotique dans les programmes de contractualisation ou de restructuration et ils s’engagent à faire dans leurs établissements des vitrines d’installation domotique de la personne handicapée ou âgée. Legrand contribue au partenariat en montant un projet européen en vue d’obtenir des financements (PCRD), en travaillant en synergie avec la recherche clinique (PHRC, ARC…), en mettant en place dans les établissements de santé concernés par le partenariat un ou plusieurs secteurs témoins, en formant des référents domotique dans les établissements de santé et en assurant la maintenance des installations durant deux
  32. 32. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 32/42 années. L’une des premières étapes du projet porte sur l’aménagement de 3 chambres au sein du CHU de Limoges (Source : Convention de partenariat). L’EXPERIMENTATION D’ORANGE HEALTHCARE AU SEIN DU CHU DE NANCY La division Orange Healthcare de FT créée en septembre 2007, a rapidement lancé l’expérimentation de son offre destinée aux hôpitaux et qui porte le nom de « Connected Hospital ».Cette offre intégrée de France Télécom porte sur une analyse des besoins hospitaliers en matière de communications, le design, le déploiement et la maintenance du système d'informations, comme le montre l’exemple nancéen. L'hôpital de Nancy, vitrine de l'offre d'Orange dans la santé Le service de chirurgie a été équipé d'un nouveau système de communication. Le transfert du service de chirurgie générale, d'urgence et thoracique de l'hôpital universitaire de Nancy dans un nouveau bâtiment sur le site de l'hôpital central a été l'occasion de moderniser aussi son système de communication avec l'aide d'Orange Healthcare, la division spécialisée dans la e-santé de l'opérateur de télécoms. A terme, l'objectif est la numérisation complète de toutes les données médicales et administratives relatives au patient pour parvenir au zéro papier et limiter les risques d'erreurs de retranscription. Dans l'attente de la mise en place du DMP (dossier médical partagé), la nouvelle installation de communication est encore assez modeste. Elle se compose de terminaux Wi-Fi pour l'équipe médicale et de terminaux multimédias pour les patients. Chaque patient, en effet, dispose dans sa chambre d'un terminal multimédia (téléphone, Internet, télévision... mais aussi, à terme, accès à son dossier médical) fixé au-dessus du lit grâce à un bras articulé. Actuellement, seules les images, déjà passées à Nancy au tout-numérique, sont accessibles sur les terminaux montés sur chariot mobile et dotés d'une connexion Wi-Fi. Ce terminal est accessible à l'équipe médicale dont les membres doivent s'identifier, aujourd'hui grâce à un mot de passe, demain grâce à la carte CPS (carte de professionnel de santé). Ce même terminal permet aussi de commander les médicaments à la pharmacie centrale, mais pas encore de réaliser la prescription au patient, une opération très difficile à mettre au point selon l'aveu du directeur informatique. C'est pourtant ce qu'a réussi la Clinique Pasteur à Toulouse, avec son logiciel Dopasys, qui permet de réaliser la prescription sur une tablette PC Wi-Fi à l'aide d'un stylet pour être transmise en temps réel à la pharmacie de la clinique. Ce réseau mis en oeuvre à Nancy par Orange Healthcare en collaboration avec les équipes informatiques de l'hôpital n'intègre qu'une petite fraction de l'offre d'Orange en direction des hôpitaux. L'offre « Connected Hospital » comprend notamment un système pour appeler les infirmières. Celles-ci sont équipées d'un combiné DECT (téléphone fixe sans fil) ou Wi-Fi, tandis que dans chaque chambre est fixé à la tête du lit un bloc interphone qui permet au malade de préciser les motifs de son appel. Le médecin peut aussi être équipé d'un mobile Wi-Fi ou DECT afin d'être joignable en permanence.
  33. 33. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 33/42 Enfin, Orange s'est aussi intéressé aux aspects de sécurité, tant du personnel soignant que des malades. Le téléphone DECT de l'infirmière est ainsi équipé d'un bouton qu'elle peut actionner en cas d'agression et qui est relié au poste de garde de l'hôpital. En ce qui concerne les patients, Orange propose un bracelet de contrôle « antifugue », notamment destiné aux patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Il permet à tout moment de les localiser et déclenche une alerte si le patient quitte le périmètre dans lequel il est autorisé à se déplacer, avec fermeture automatique éventuelle de portes… Source : les Echos – 07/11/2007 L’offre « Connected Hospital » d’Orange Healthcare a été lancée en prévision du plan Hôpital 2012, qui prévoit des aides financières pour les hôpitaux qui investissent en matériels et moyens informatiques. Selon les informations communiquées par France Télécom, l’opération réalisée auprès de l’hôpital de Nancy est bien une prestation payante, même s’il s’agit d’un déploiement pilote à l’échelle nationale. Un échange programmé entre les représentants de France Télécom R&D et la Direction des Systèmes d’informations du CHU de Grenoble devrait permettre d’évaluer l’opportunité du déploiement d’une opération similaire à celle de l’hôpital de Nancy, au sein du centre hospitalier de Grenoble. Il faut signaler, enfin que les rapports de la Commission européenne (cf. annexes) mettent aussi en évidence de nombreuses initiatives à l’échelle européenne, notamment à : Copenhague et Turin. Quelques initiatives à l’échelle européenne Le Projet ADITECH (assistance technologique intégrée) à Turin en Italie est destiné à promouvoir, développer et distribuer une technologie et des services innovants pour la réhabilitation et l’intégration sociale des personnes âgées et handicapées. Le projet porte sur un système expert qui analyse le comportement des personnes âgées et handicapées pour apporter des réponses aux différentes situations. Une technologie sans fil intégrée dans un bracelet permet de recevoir des informations qui sont transférées sur un ordinateur puis vers une unité. En cas d’urgence, le service est alerté par une alarme pour une aide personnalisée. La ville de Copenhague a initié en 2002 un plan pour équiper 3 000 personnes de PDA. Ce plan a été récemment réalisé en 2006 et plus de 400 bluetooth ont été installés. Source : A Survey of Mobile Readiness in European Cities and Regions, Living Labs Europe, 2006
  34. 34. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 34/42 4.2. Des opportunités à saisir rapidement Le marché a du mal à décoller mais il dispose d’un potentiel important et éveille l’intérêt de l’ensemble des opérateurs : industriels (France Télécom), enseignes de services à la personne (La Poste, UNA, DOMPLUS…), les institutions de prévoyance et les mutuelles et les assurances… On peut parier que dans les 2 à 3 ans à venir le marché va prendre son essor. Il est donc important d’agir rapidement (first mover) dans le cadre d’un projet à la fois ciblé et ambitieux. 4.2.1. VERS UNE DEMARCHE COLLECTIVE LES TECHNOLOGIES ET SERVICES APPLIQUES A L’AUTONOMIE ET LA SANTE PRESENTENT UN VRAI POTENTIEL POUR L’AGGLOMERATION GRENOBLOISE Le projet de positionner Grenoble comme une agglomération laboratoire en matière de santé et d’autonomie, est pertinent au regard des atouts dont elle dispose en particulier : sa capacité d’innovation technologique, le pole clinique et ses compétences en gérontologie, la dynamique de valorisation et de création d’entreprises, les politiques volontaristes des pouvoirs publics locaux. Pour renforcer les interactions entre les technologues, les médecins, les industriels, les sociétés de services et les usagers, Grenoble doit consolider la dimension service qui constitue son point faible dans la chaine de valeur et mobiliser plus étroitement les grands acteurs industriels. Acteurs de l’autonomie et de la santé RECHERCHE CLINIQUE CHU, CIC-IT, Institut des Neuro Sciences, RTRS NeuroDis INDUSTRIE Groupes industriels, PMI et start up RECHERCHE FONDAMENTALE APPLIQUÉE CEA, TIMC, INRIA, FT Orange SERVICES A LA PERSONNE La Poste, H2AD, DOM+ MUTUELLES ASSURANCES Apicil, Macif, AG2R BENEFICIAIRES Personnes âgées & en perte d’autonomie POUVOIRS PUBLICS SMTC, PLH, Métro, Département, Maisons de retraite
  35. 35. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 35/42 Le développement de cette filière permettrait ainsi à l’agglomération de consolider son positionnement sur le marché de la santé en mettant à profit le croisement de ses compétences technologiques avec de nouveaux débouchés marchés. Outre les intérêts en termes d’image et de notoriété, le renforcement de cette filière économique sur le bassin grenoblois est particulièrement attractif sur le plan de l’évolution des ventes et de la valeur ajoutée (Cf. prévisions de France Télécom). 4.2.2. LES PRINCIPALES PISTES DE TRAVAIL LES OPPORTUNITES POUR GRENOBLE SE SITUENT A PLUSIEURS NIVEAUX Forte de son expertise scientifique dans les champs du vieillissement et du handicap, de ses compétences médicales et de son offre technologique de pointe dans le champ des nanotechnologies, l’agglomération de Grenoble est en mesure de proposer et d’expérimenter des offres novatrices au service de l’autonomie et de la santé. Cette démarche pourrait donner lieu au lancement d’un programme pluriannuel, structurant à l’échelle de l’agglomération. Ce programme organisé autour de quatre lots de travaux logement, soins, mobilité et Education-loisirs permettrait de positionner fortement au plan européen, la métropole de Grenoble sur les enjeux de l’autonomie et de la santé. LOGEMENT SOINS MOBILITE EDUCATION & LOISIRS Programme cadre de vie intelligent Agglomération laboratoire Autonomie-Santé Dvpt technologique Habitat intelligent Hospitalisation à domicile CIC – IT Connected Hospital Transports en commun Aménagement « MétroNet » Etudes & Campus Culture & Tourisme PortefeuillePortefeuille deprojetsdeprojets • France Télécom • INRIA – TIMC • DOM+ • Bailleurs sociaux • Métro – CDC • Dpt de l’Isère • Mutuelle de l’Isère – APICIL - La Poste • CSTB… • CHU • France Télécom • TIMC – INRIA • Métro – Dpt de l’Isère • Mutuelle de l’Isère - APICIL • La Poste • SMTC • Ville de Grenoble • AURG • Métro – CDC • Partenaires MétroNet • Grenoble Universités • Métro – CDC • Ville de Grenoble • Office du Tourisme • France Télécom / SFR ActeursclActeursclééssTerritoiresTerritoires ExpExpéérimentationrimentation • St Martin d’Hères • Echirolles • La Tronche • Agglomération • St Martin d’Hères pour le Campus • Agglomération sur la Culture COORDINATION • Pilotage • Finances • Communication Expérimentation Logements sociaux Care@Home, Téléassistance CHU Urbain Etablissements publics
  36. 36. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 36/42 Dans une première phase expérimentale, une piste de travail prioritaires a été identifiée car elle est susceptible de donner lieu à un projet pilote à fort potentiel. Cette piste de travail mérite une étude de faisabilité spécifique. • Cette première piste de travail porte sur une expérimentation sur l’habitat intelligent en lien notamment avec les bailleurs sociaux, l’INRIA, le laboratoire TIMC, des partenaires industriels tels que Schneider Electric et Atral – Hager, des opérateurs de télé assistance (DOMPLUS) et des groupes de protection sociale comme APICIL Cette démarche serait centrée sur les logements sociaux et les établissements d’accueil des personnes âgées. Le financement de cette expérimentation pourrait tirer profit de l’enveloppe de la Métro de 12M€ sur la « gestion continue du patrimoine ». Ce projet pilote présente pour intérêt d’associer les acteurs technologiques, services, cliniques et d’action publique autour d’une même cause. Il ne doit cependant pas conduire à sous-estimer le potentiel des activités économiques de grenobloise sur l’imagerie médicale, l’informatique médicale, l’instrumentation bio-médicale ou les biomatériaux. Le rapport pour le Ministère de la recherche « Les technologies pour la santé » de janvier 2005 permet d’éclairer ces dimensions. Projet Habitat Intelligent : Modèle économique à expérimenter Equipements Services Médecins Pharmaciens Personnes en perte d’autonomie Personnes âgées Crédit Import APA Aide des collectivités locales INDUSTRIEL PRESCRIPTEURS BENEFICIAIRES AIDES PUBLIQUES PRESTATAIRES Production Installation Promotion et commercialisation Production et maintenance
  37. 37. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 37/42 UN DOUBLE ENJEU DE VALORISATION ECONOMIQUE La valorisation des produits et services appliqués à l’autonomie et la santé repose principalement sur la création de jeunes pousses qui constitue maintenant un tissu économique clairement identifiable sur l’agglomération grenobloise. Pour certains projets de forte envergure et à l’instar des actions conduites en Allemagne avec le groupe Siemens, la mobilisation de grands industriels est nécessaire. Dans cette optique, l’implication des entreprises locales mérite d’être consolidée en particulier avec FT, ST, BD, Schneider Electric et HP. Le lancement en septembre 2007 de la division Orange Healthcare et la présence à Grenoble du centre de R&D de France Télécom peuvent ouvrir des perspectives intéressantes pour l’agglomération. Des interfaces avec le groupe Schneider sont également à explorer, même si la thématique autonomie et santé est moins directement liée à leur cœur de métier. LA MISE EN PLACE D’UNE INGENIERIE DEDIEE Pour saisir ses opportunités, les acteurs de l’agglomération grenobloise doivent agir rapidement et collectivement. En effet, nous avons vu que des métropoles telles que Toulouse, Dijon, Nice - Sophia Antipolis ou encore Limoges se mobilisent déjà fortement à leur niveau sur ces sujets. Dans ce contexte, la création d’une ingéniérie dédiée aux projets collaboratifs des technologies et services appliqués à l’autonomie et la santé doit permettre de créer un lieu de rencontre entre les chercheurs, les technologues, les médecins, les PME, les groupes industriels et de services, les personnes en situation de dépendance et les pouvoirs publics. Organisée sur un modèle matricielle par compétences et par marchés, cette plateforme doit conduire au montage, au financement, au pilotage et à l’expérimentation de projets à fort potentiel en lien avec les instances et réseaux existants (Adebag, Minalogic, NanoBio…). Les contributions des projets de la plateforme se situent à plusieurs niveaux : • Elaborer les couples produits services en partant des besoins et réaliser les prototypes pour l’expérimentation, • Démontrer la pertinence clinique de ces démonstrateurs à grande échelle et dans un cadre adapté grâce à des opérations pilotes, • Contribuer à nouer les partenariats indispensables pour déclencher l’industrialisation et la diffusion des offres, • Définir les modèles économiques nécessaires à la prise en charge des technologies et services pour l’autonomie et la santé.
  38. 38. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 38/42 5. Annexes 5.1. Ressources bibliographiques • Rapport du Conseil Economique et Social - DIACT de Michel Godet et Marc Mousli : « Vieillissement, activités et territoires à l’horizon 2030 », Documentation Française, 2004 • Rapport pour le Ministère de la recherche : « Les technologies pour la santé », Régis Beuscart, janvier 2005, 36 pages • Rapport pour le Ministère de la recherche : « Recherche technologique et diffusion de l’innovation au service du handicap », Philippe Thoumie, octobre 2003, 64 pages • Rapport pour l’Inspection générale des affaires sociales et l’Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche : « Evaluation des conventions constitutives des centres hospitaliers et universitaires », de Françoise Lalande, Jean Debeaupuis, Thierry Malan, Thierry Simon, 2004, 167 pages. • Rapport de la Commission européenne : « Independent Living for the Ageing Society », 2006, 24 pages • Rapport pour la Commission européenne du Swedish National Institute of Public Health : « Healthy ageing, a challenge for Europe », 2006, 228 pages • Rapport pour le Ministère de la Santé et des Solidarités : « Technologies nouvelles susceptibles d’améliorer les pratiques gérontologiques et la vie quotidienne des malades âgés et de leur famille » de Vincent Rialle, Mai 2007, 74 pages • Cahier de l’AEPI : « Grenoble Isère, centre européen des nanobiotechnologies », avril 2007, 44 pages
  39. 39. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 39/42 5.2. Extrait du rapport du Conseil Economique et Social « Vieillissement, activités et territoires à l’horizon 2030 » Grenoble : l’indifférence au vieillissement d’une région éternellement jeune « À l’échelle de la région urbaine grenobloise et plus particulièrement de l’agglomération grenobloise la question du vieillissement se pose aujourd’hui clairement. Pourtant, ce ne sont pas encore l’ensemble des acteurs qui ont conscience de ce phénomène en cours. Les représentations différenciées de son importance sont sans doute dues au fait qu’à Grenoble, « on vieillit moins vite qu’ailleurs ». Ou, dit autrement, cette agglomération est moins touchée que de nombreuses autres régions françaises. La structure par âge de la population grenobloise montre une population plus jeune que la moyenne nationale. Les jeunes adultes y sont en proportion plus nombreux et les personnes âgées moins représentées. Parmi les explications à cela, les migrations apparaissent prépondérantes. En effet, Grenoble, ville universitaire importante, attire de nombreux jeunes pour leurs études. Ainsi, un nouvel habitant sur six vient pour ces raisons. Dans un même temps, les personnes âgées empruntent l’autoroute du soleil et migrent vers les régions sud de la France. Pourtant, parmi elles, toutes ne partent pas. Les personnes qui ont le moins de ressources restent. On les retrouve essentiellement dans les communes centres et dans les quartiers populaires. Ainsi, Grenoble attire les jeunes, mais Grenoble n’est pas le Sud. Cependant, cette agglomération ne sera pas épargnée. Déjà la proportion des moins de 20 ans diminue. Il s’agit semble-t-il d’un simple « effet retard ». Parmi les acteurs aujourd’hui fortement sensibilisés aux conséquences du vieillissement, on retrouve les structures intervenant dans la gestion sociale du vieillissement et de la dépendance. En premier lieu, le département qui, en soutenant une politique volontariste d’aide à ces personnes, voit son budget exploser. Le choix actuel est de financer autant que de besoin. Mais pour combien de temps encore ? Parmi les autres échelons actifs, on retrouve les municipalités et notamment la commune de Grenoble. Son action sociale historique la place aujourd’hui encore en pointe. La communauté d’agglomération de Grenoble propose aussi une politique originale. L’économie sociale et solidaire doit permettre l’émergence d’une économie intermédiaire où le milieu associatif et les coopérations entre salariés ont une place centrale. Ce soutien appuyé se retrouve avec force dans les services d’aide à la personne. Ces services étant aujourd’hui encore essentiellement assurés par le secteur associatif. Pas suffisamment rentable, le privé ne l’a jusqu’à présent pas encore investi. Mais les choses sont en train de changer. Un plan national table sur 500 000 emplois en trois ans et renforce l’attractivité économique de ce secteur. Cette annonce produit localement de nombreux mouvements. Les associations aujourd’hui en place, tentent, pour se préserver, d’augmenter leur « part de marché ». Mais ce secteur reste une rare exception. L’immense majorité des décideurs politiques ne s’intéresse que très peu à ces questions-là, en dehors de la gestion des actions « routinières ». Leurs préoccupations concernent plus la manière d’attirer et d’accueillir de jeunes couples et leurs enfants que l’anticipation des conséquences liées au vieillissement de leur population. Bien souvent cette question ne reste mentionnée qu’en préambule. Très
  40. 40. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 40/42 peu d’actions concrètes suivent. Pour beaucoup, Grenoble garde l’image d’une ville jeune, dynamique, innovante et portée sur l’avenir. Cette conception de la ville ne laisse malheureusement que très peu de place à la prise en compte de telles réalités. Même les acteurs économiques locaux, théoriquement touchés par de nombreux départs en retraite, ne perçoivent que très partiellement le phénomène. Quelques industries traditionnelles sont confrontées à ces problèmes. Mais les autres, celles qui font aujourd’hui l’image de la ville et qui feront sans doute demain sa réalité, ne sont pas encore touchées. Les franges de population employées sont encore épargnées. Aussi, ces acteurs se limitent à une aide à la transmission des entreprises au premier rang desquelles on trouve les commerces. Et pour faire face à la perte des compétences entraînée par les départs massifs, les actions sont maigres. Elles concernent essentiellement la suggestion de mettre en place des mesures de maintien dans l’emploi et si besoin de piocher dans cet important vivier de personnes compétentes, expérimentées et souvent libres : les seniors. Pourtant, face à la gravité de ces problèmes, les seules réponses efficaces semblent être collectives. Mais les acteurs économiques et politiques grenoblois n’en sont pas là. Au final, les seules réflexions permettant une anticipation partielle de ces problèmes sont menées autour des enjeux actuels de l’insertion de l’agglomération grenobloise dans son aire métropolitaine (qui reste encore à définir...) et de son économie dans le marché mondialisé. L’anticipation des besoins de main-d’œuvre ultra-qualifiée orientera, semble-t-il, quelques actions vers la nécessité de courtiser de nombreux étudiants, français ou étrangers, qui feront les travailleurs de demain. » Extrait du rapport du Conseil Economique et Social - DIACT de Michel Godet et Marc Mousli : « Vieillissement, activités et territoires à l’horizon 2030 », DF, 2004
  41. 41. GRENOBLE ALPES METROPOLE /Stratégie de positionnement de l'agglomération grenobloise face aux enjeux de l'autonomie et de la santé / Note de synthèse : étude d'opportunité - Version 2 etude_algoe_filiere_tas/ 19 MARS 2008 41/42 5.3. Nombre de recherches médicales déclarées par CHU Source : « Evaluation des conventions constitutives des centres hospitaliers et universitaires », LALANDE Françoise, DEBEAUPUIS Jean, MALAN Thierry, SIMON Thierry. Inspection générale des affaires sociales - Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche, 2004, 167 pages.

×