REVUE DE PRESSE DU PARTI CRC N°1

664 vues

Publié le

Dans ce magazine, vous trouverez quelques articles de presse, communiqué de presse, article d'opinion et une profession de foi du candidat malheureux El Aziz Ben Ahmed....

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
664
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

REVUE DE PRESSE DU PARTI CRC N°1

  1. 1. “je veux servir mon pays par conviction” p.16 www.parti-crc.com PLUS communiqué de presse ➲ p.21 profession de foi ➲ p.4 el-aziz re merc ie ses électe urs ➲ p.20 actualités               points de vue               analyse Regard sur les élections et sur la CRC p.13 revue de presse               CONFérence La CRC évoque un scrutin calme p.8 GRand angle La trajectoire atypique d’une citoyenneté p.21 Le réveil musclé de la Crc étonne plus qu’un !PLa CRC a montré ses muscles en déracinant les deux poids lourds. PAGE 6 COMMUNIQUé               législatives Maoulana Charif honore ses promesse p.06 Je vais être un élu proche de mes électeursJ’ai une seule chose, changer la culture politique. PAGE 12 maoulana charif bat campagne sur l’emploi des jeunesSelon Dr Maoulana Charif qui a pris l’audace d’affronter la jeunesse hier jeudi, en affirmant que le chômage a augmenté de plus de 13%, entre 2005 et 2014. PAGE 15 Azali Assoumani CRCMAGAZINEN°1MARS2015
  2. 2. 2 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Je pense qu’il faut aujourd’hui faire quelque chose pour que cette institution qui est capitale, qui est la mère de la démocratie, puisse avoir des députés dignes de ce nom, qui ont une capacité non seule- ment intellectuelle mais aussi morale. Parce que c’est surtout cela qui est le plus important pour aider le parlement. Ali Mhadji p.12»» p.14»» p.07»» p.13»» p.10»»
  3. 3. 3A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 p.12»» p.19»» p.4»» p.7»» 2 PHOTO DE CAMPAGNE Trouvez dans cette page quelques photos de campagne de trois régions que nous avons suivi et couvert sur les réseaux sociaux. 4 azali assoumani a voté à mitsoudje Parmi les premiers à accomplir son devoir civique, le président Azali Assoumani,chemise rayée bleue et blanche, la couleur de son parti, a voté vers 11H45 à Mitsoudje 6 le réveil musclé de la Crc à Ngazidja La CRC de l’ancien président AZALI Assoumani a montré ses muscles en déracinant les deux poids lourds du parti du gouverneur Mouigni Baraka Said Soilihi 6-7 maoulana charif honore ses promesse « Le parti défend l’unité et la cohésion sociale. Nous serons des élus proches du peuple, des élus qui veilleront à répondre aux attentes et aux besoins de la population », 8-11 conférence de presse Dans une conférence de presse organisée le 2 mars 2015 au restaurant le Retaj, à Moroni, la Convention pour le Renouveau des a salué le bon déroulement des élections législatives, des conseillers des îles et des conseillers communaux, déplorant toutefois, de nombreuses et graves irrégularités qui auraient entouré le scrutin. 16 je vais être un élu proche de mes électeurs Am J’ai une seule chose, changer la culture politique. Je vais faire un premier pas, c’est-à-dire être un élu proche de mes électeurs. Je veux écouter mes électeurs leurs aspirations 18 je vais servir mon pays par conviction sOmmaire   crc MAGAZINE                                   
  4. 4. 4 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Parmi premiers à accomplir son de- voir civique, le président Azali Assoumani,chemise rayée bleue et blanche, la couleur de son parti, a voté vers 11H45 à Mit- soudje. Accompagné de son épouse Madame Ambari, il s’est offert un bain de foule à la sortie, mais ne s’est pas expri- mé devant la presse.
  5. 5. 5A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 En conférence de presse, en débutdesemaineàDzahadjou, Ali Mhadji, candidat de la Convention pour le renouveau des Comores (CRC) dans le Hambou a informé les journal- istes du soutien dont il bénéfi- cie en ce second, de cinq for- mations politiques, se disant ainsi assuré de la victoire, le 22 février prochain.. Le candidatAli Mhadji, fort du soutien de cinq partis, se dit optimiste pour la victoire, dimanche prochain. Le can- didat de la CRC s’exprimait devant les journalistes convoqués en con- férence de presse à Dzahadjou en début de semaine. Des dix candidats en lice au 1er tour le 25 janvier, « cinq m’ont exprimé leur soutien. C’est pourquoi je reste optimiste », a dit M. Mhadji avant d’annoncer à ses électeurs, qu’une fois élu, il ouvrira un bureau de per- manence « pour recevoir les dolé- ances » de ses électeurs. Le candidat Ali Mhadji a par ail- leurs, expliqué à son auditoire que les autres candidats qui ne se sont pas ralliés à lui pour ce second tour, ne sont pas allés dans le camp de son adversaire. « Nous sommes venus nous joindre au candidat de la CRC, a déclaré Abdoulatuf, candidat malheureux au conseil de l’île, parce que nous partageons les mêmes valeurs », insistant sur cette maxime : « ce qui se ressemble s’assemble ». En choisissant d’inviter les journal- istes à Dzahadjou, le directeur de campagne du candidat Ali Mhadji a rappelé que c’est dans ce village où s’est tenue la toute première réunion pour soutenir la libération du général Salimou et que c’était dans ce même village où avait eu lieu le meeting qui a scellé l’alliance Crc-Apsi, les partis des anciens présidents Azali Assoumani de l’Union des Comores et de MohamedAbdouloihabi de l’île autonome de Ngazidja. Ibnou M. Abdou La Gazette des Comores Ali Mhadji estime que « la victoire est imminente »    interview                                   
  6. 6. 6 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 La CRC de l’ancien président Azali Assoumani a montré ses muscles en déracinant les deux poids lourds du parti du gou- verneur Mouigni Baraka Said Soilihi, en l’occurrence Djaé Ahamada Chanfi (RDC) battu par Maoulana Charif (CRC) dans le Oichili-Dimani, le bastion traditionnel de la CRC. On dit donc : La CRC est de retour à la maison mère. L’autre poids lourd déraciné par la CRC, Delapeyre Raoul Yvon dans le Hambou. Ce poids lourd RDC est battu par le soci- ologue Ali Mhadji de la CRC. Ici encore on peut dire que la Convention pour le Renouveau des Comores a retrouvé ses racines dans la région de l’ancien Président Azali. Enfin, on peut regretter la crise qui a divisé la CRC, mais le Radhi de mon ami Houmed Msaidie a bel est bien brillé de mille feux en éliminant un autre poids lourd RDC dans le Mitsamihouli-Mboudé, la région du Leader Msaidié (même s’il y a encore des spéculations). Et si la crise de la CRC était tout simplement une façon de reculer pour mieux sauter ? Je crois que l’on peut dire sans risque de se tromper que la famille CRC a déraciné le RDC. Hamadi Abdou (Mrimdu). Maoulana Charif, a tenu un grand mee- ting dans la localité de Ntsorale dans la région de Dimani. L’ex président Azali Assou- mani a fait le dépla- cement pour soutenir celui qui fut son mini- stre de l’Economie dé- signé par la CRC pour les législatives dans la circonscription de Oichili-Dimani. C’est un accueil excep- tionnel qui a été réservé au candidat Maoulana Charif et le colonel Azali Assoumani à Ntsorale, contraints de laisser les véhicules à l’entrée de la local- ité où une centaine de jeunes les attendaient. Un cortège piéton s’est alors formé jusqu’à la grande place qui abritait le meeting. Ce sont plus de 1000 personnes, majoritairement vêtus de bleu et bravant les écharpes de la couleur tradition- nelle du parti qui s’étaient mobil- isés pour ce premier meeting dans le Dimani. Le candidat au Conseil de l’île pour la région de Dimani du parti CRC, Samir Ahamada, a affirmé que le parti œuvre pour la paix sociale et pour la fin des conflits inter villageois. « Le parti défend l’unité et la cohésion sociale. Nous serons des élus proches du peuple, des élus qui veille- ront à répondre aux attentes et aux besoins de la population », a-t-il poursuivi. L’ancien préfet BacarAssoumani a rappelé une série de réalisa- tions du régimeAzali. Il a notam- ment cité le raccordement au réseau électrique, la construc- tion d’un centre des télécom- munications dans la région ainsi que la route reliant les villages de Dimani Yadjou. « Le parti CRC et leurs candidats méri- tent de passer dès le premier tour. Nous veillerons à ce que ça se réalise », a-t-il ajouté. La suppléante du candi- dat Maoulana Charif a affirmé que le parti va se battre pour les droits de la femme et pour qu’elles obtiennent leur place dans la vie politique. Elle a laissé entendre que le CRC accorde une place importante au secteur agricole. L’ancien ministre Maoulana Charif s’est dit confiant. « J’ai con- fiance en votre engagement pour le développement. Vous avez soif de changement et ensemble nous y parvien- drons », a-t-il soutenu tout en rappelant que le parti CRC « honore ses promesses ». « Le peuple souffre et les crises sociales s’intensifient. Les autorités n’ont pas la volonté d’améliorer le quo- tidien de leurs citoyens », a ajouté le ministre non sans rappeler que la pauvreté et le chômage s’accentuent. « Maoulana Charif la CRC honore ses promesses    presse                                   
  7. 7. 7A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Vous avez 11 candidats. Vous devez choisir le plus compé- tent, le plus expérimenté, le plus intègre, le plus honnête, le plus déterminé et le plus courageux», a-t-il poursuivi. Avant de conclure, le candi- dat CRC a prévenu les fraudes électorales et a appelé le régime à respecter le choix du peuple. L’ex-président Azali Assoumani a clôturé le meeting en dénon- çant notamment les faux con- trats de recrutement signés ces derniers jours par les candidats des exécutifs. « Nous nous sommes mobilisés pour gou- verneur ce pays. Nous avons été maltraités durant un temps mais nous avons su rester sol- idaires. C’est dommage qu’au moment où nous devrions con- solider cette unité certains ont choisi de partir (…) Venez nous rejoindre pour le développe- ment de ce pays pour donner aux femmes la place qu’elles méritent », a-t-il regretté tout en se disant confiant en la vic- toire de la CRC dans cette circonscription. Al-Hamdi Abdillah Hamdi, La Gazette des Comores Maoulana Charif la CRC honore ses promesses    presse                                   
  8. 8. 8 R E V U E D E P R E S S E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 La CRC pour- rait par- ticiper au gouvernement sur la base d’un pro- gramme commun d’urgence répondant aux besoins immé- diats et de survie de la population, notam- ment l’allégement du coût de la vie, le problème l’énergie et de l’eau entre autres.. CONFÉRENCE DE PRESSE    EXPOSE DES MOTIFS                                    Dans une conférence de presse organisée le 2 mars 2015 au restaurant le Retaj, à Moroni, la Convention pour le Renouveau des a salué le bon déroulement des élec- tions législatives, des conseillers des îles et des conseillers communaux, déplorant toutefois, de nombreuses et graves irrégularités qui auraient entouré le scrutin. Le parti réponds aux questions des journalistes.
  9. 9. 9A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Mesdames, Messieurs les membres de la CRC, Mesdames, Messieurs les représentants de la presse, Je vous remercie d’être venus si nombreux pour couvrir cette con- férence de presse. La CRC a décidé de tenir cette conférence pour s’exprimer, suite à la proclamation des résultats pro- visoires du 2e tour des élections législatives par la CENI. Mais avant tout, je tiens à féliciter les candidats de la CRC, élus au second tour de cette élection. Je voudrais aussi saluer les efforts remarquables des candidats du parti, qui n’ont pas été élus car, malgré cela, ils ont fait preuve de combativité et démontré que la CRC possède un socle électoral dans leurs localités. Ils ont aussi fait preuve de civisme en acceptant d’une manière paci- fique, le verdict des urnes selon les décisions des autorités com- pétentes, malgré leurs multiples réserves. Mes félicitations vont également à l’endroit des candidats admis des autres partis politiques que nous avons soutenus au second tour. À tous les responsables et mili- tants de la CRC, j’exprime toute ma reconnaissance et mon admi- ration pour leur degré engage- ment aux côtés de nos candidats et ceux des autres formations que nous avons décidé de soutenir au second tour. Enfin, mes remercie- ments s’adressent à tous les élect- eurs qui nous ont accordé leur con- fiance pendant les deux tours de cette élection. Mesdames, Messieurs, L’élection législative s’est déroulée pendant les deux tours, dans le calme et sans incidents graves. Mais, il y a lieu de rappeler, les nombreuses et graves irrégulari- tés qui ont entouré le 1er tour du scrutin. (55 % environ d’irrégularités selon le rapport établi par le cadre de concertation, mis en place à l’occasion de cette élection) : Parmi ces irrégularités : - Les Présidents et Secrétaires des bureaux de vote appartenaient quasi exclusivement à un seul parti, en l’occurrence le RDC - Acheminement des procès- verbaux aux Commissions com- munales, mises en place avant même l’élection des Maires, au lieu d’être acheminés directement à la CENI par les forces de l’ordre, comme d’habitude, - Modification des procès- verbaux à l’aide d’effaceurs qui ne faisaient pas partie, des matériels électoraux, mis à la disposition des bureaux de vote, - Enveloppes ouvertes ou vides lors du dépouillement des résultats, - Achat de conscience, soit par distribution de billets de banque, soit par la réfection de routes ou l’aménagement de ter- rains de football dans différentes localités par les moyens de l’État. - Signature de contrats abusifs et complaisants les admin- istrations publiques notamment les sociétés d’État. Pour garantir la transparence et la sincérité du scrutin au second tour, le cadre de concertation a proposé, mais sans succès : - La répartition équitable, des membres des bureaux de vote entre les candidats, - L’acheminement direct et accompagnés des procès-verbaux à la CENI, - La non-implication des commissions communales au second tour, etc.. CONCLUSION Les organes en charge des élec- tions et notamment la CENI n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités. C’est pourquoi, la CRC demande aux nouveaux élus de la nation de : • Révision du Code électoral notamment par : - Le remplacement des membres constituant l’actuel CENI par des membres représentant des partis politiques du gouvernement et de la société civile. - Réduire les acteurs impli- qués dans le processus électoral à caractère national, notamment les commissions communales Elle demande également au Ministre de l’intérieur de : • Compléter le recensement des électeurs, dans les meilleurs délais, soit au plus tard la fin du 1er semestre 2015. JE VOUS REMERCIE
  10. 10. 10 R E V U E D E P R E S S E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 1POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE SOUTENIR L’UPDC AU SECOND TOUR ? L’UPDC est venu sol- l i c i t e r n o t r e s o u t i e n et est engagé à soutenir le CRC dans les circonscriptions où nous avions des candidats en lisse au second tour. 3VOTRE SENTI M ENT A U REG A RD DES RÉSULTATS DE LA CRC ? Compte tenu de la posi- tion des principaux adver- saires, notamment le RDC et l’UPDC et des irrégu- larités constatées dans la forme et sur le fond du processus, le CRC a su montrer qu’elle reste un grand parti avec une base électorale solide, surtout en Grande Comore avec quatre candidats au 2e tour. Avec huit (8) candi- dats ayant plus de 10 % Treize (13) conseillers à plus de 10 % Un candidat à Moheli re- calé au premier pour (27) voix Notre candidat dans le Bambao en Grande Co- more recalé pour moins de quarante (40) voix. 2POURQUOI AVEZ-VOUS SOUTENU LE CANDIDAT DE MOUIGNI BARAKA À ITSANDRA SUD ET PAS AILLEURS ? RDC était le premier à ve- nir solliciter notre soutien dans cette circonscription questions-réponses  Conférence de presse                                     
  11. 11. R E V U E D E P R E S S E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 11 4COMMENT INTERPRÉTEZ- VOUS LA PERCÉE DU PARTI JUWA ? Les nouveaux partis ont tendance à être attrayants, pendant un laps de temps D’autant plus que certains membres de ce parti ont été jusqu’à récemment dans leurs postes de responsabilités et d’autres exercent encore et conservent donc une influence sur la population 5UNE RÉCONCILIATION AVECLEPARTIRADHIVOUS SEMBLE-T-ELLE POSSIBLE ? Conflits et réconciliation font partie de la vie des humains. rien n’est donc à exclure. 6VOS ALLIANCES AU 2e TOUR SONT-ELLES INDICATRICES POUR 2016 ? Ces alliances ne sont pas faites en fonction de l’échéance de 2016, mais l’histoire pourra en décider autrement. 9A VE C QUELLES FORMATIONS POLITIQUES VOTRE PARTIE ESPÈRE CONSTITUER UN GROUPE PARLEMENTAIRE? Nous formerons un groupe par- lementaire avec les partis qui partageraient les conclusions de la présente conférence. Et nous sommes optimistes dans ce sens, car une bonne partie de ces conclusions fait partie des revendications faites à la CENI par des représentants des partis politiques au second tour, à travers le cadre de con- certation formé par les mêmes partis et des représentants du gouvernement. 7QUELS SONT LES PARTIS QUE LA CRC EST SUSCEPTIBLE DE FORMER UNE ALLIANCE POUR 2016 ? Nous venons de sortir d’un processus électoral, il est très tôt de parler de 2016. 8SERIEZ-VOUS PRÊT A PARTICIPER A UN GOUVERNEMENT ÂPRES CES ÉLECTIONS? La CRC pourrait participer au gouvernement sur la based’unprogrammecom- mun d’urgence répondant aux besoins immédiats et de survie de la population, notammentl’allégementdu coût de la vie, le problème l’énergie et de l’eau entre autres, tout en souscrivant aux programmes macroé- conomiques que le pays a engagé avec ses parte- naires et la feuille de route assignée au gouverne- ment par le chef de l’État.
  12. 12. 12 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Mhadji Ali est candidat aux législa- tives de cette année pour la région de Hambou sous les couleurs de la Convention pour le renouveau des Comores. Pour gagner les prochaines élections, ce candidat ne fait pas des promesses comme les autres, mais il dit s’engager à être un élu proche de ses électeurs. La Gazette des Comores/HZK l’a rencontré pour savoir les raisons qui l’ont poussé à se présenter. Question : Vous êtres candi- dat aux législatives pour la région de Hambou. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à vous présenter ? Mhadji Ali : Les raisons sont mul- tiples. Effectivement lorsqu’on constate la manière et la façon de gérer notre pays aujourd’hui, lorsqu’on voit les comportements des hommes politiques, c’est-à-dire dans le cadre de la culture politique aux Comores, toute personne qui s’attache à son pays, je dirais un nationaliste ou un patriote, doit s’engager à la politique pour sauver ce pays parce que la jeu- nesse a besoin d’hommes qui savent gérer et qui ont au moins un principe celui de développer de ce pays. Question : Quel bilan faites vous par rapport à la législature qui vient de s’écouler ? M.A : En tant qu’expert qui a tra- vaillé au parlement pendant 3 ans et demi, en tant que coordina- teur national chargé du projet de renforcement des capacités de l’Union, je connais bien l’institution. Elle souffre de beaucoup de maux. Elle souffre non seulement d’une mauvaise gestion mais elle souffre aussi de la manière de fonction- ner sur le plan structurel. Je pense qu’il faut aujourd’hui faire quelque chose pour que cette institution qui est capitale, qui est la mère de la démocratie, puisse avoir des députés dignes de ce nom, qui ont une capacité non seule- ment intellectuelle mais aussi morale. Parce que c’est surtout cela qui est le plus important pour aider le parlement. Elle devrait voter aussi des lois qui protègent la population, qui protègent toutes les institutions et qui vont faire en sorte que ce pays fonctionne comme les autres. Je dirai les pays qui s’attachent à l’esprit noble qui veut dire l’esprit de la démocratie. Question : En parlant de loi, quelle sera votre première proposition de loi une fois élu ? M.A : Réellement, je ferai une bêtise si je vous disais ma pre- mière proposition de loi. Dans mon esprit, les idées tournent et sont nombreuses. Comme vous le savez, le pays souffre et on ne sait où on va commencer. J’ai une seule chose, changer la culture politique. Je vais faire un premier pas, c’est-à-dire être un élu proche de mes électeurs. Je veux écouter mes électeurs leurs aspirations et c’est partir de la que je vais savoir etdé- cider qu’est ce qui va être la pre- mière proposition de loi que je vais proposer avec mes collègues députés pour relancer le débat politique et construire ce pays. Question : Nous sommes en pleine campagne électorale, que proposez-vous à vos électeurs ? Mhadji Ali : « Je vais être un élu proche de mes électeurs    interview                                   
  13. 13. 13A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 M.A : Le député a trois rôles : voter des lois, voter le budget de l’Etat et contrôler l’action gouverne- mentale. ne vais pas faire comme d’autres candidats qui promettent de construire des routes, donner des emplois, je suis loin de là. Comme je l’ai bien souligné, je vais voter des lois qui vont permettre à ce pays de se développer. Et dans ce cadre, je ne promets rien. Ma promesse, c’est d’être le porte parole de ma région, réunir tous les cerveaux de ma région, tous les acteurs afin qu’il y ait une unité solide et exploiter toutes les res- sources de ma région et faire en sorte que ma région soit un model de développement. Ma deuxième promesse est d’être poche de mes électeurs Propos recueillis par MY mohamed innoussa,journaliste Enfin, neuf ans après son départ du pouvoir, l’ancien président Azali Assou- mani voit son parti (la CRC) s’imposer à Ngazidja comme l’une des forces politi- ques majeures. Si ce n’était sa scission, la CRC aurait encore pu faire mieux. On a enterré trop vite ce parti qui prouve, à travers ces résultats provisoires des législatives, une vraie implantation dans les ‘‘7 Ngazidja’. . idris Mohamed chanfi Avec ses 5 représentants au 2ème tour, le CRC, que personne n’attendait, appa- raît comme le grand gagnant aux yeux de l’opinion.” Hassani Chouaybou Azali est un homme de parole et ayant des actes plus pragmatiques. Je partage son idéal et sa façon de faire. Son parti CRC a montré sa capacité à mobiliser les électeurs malgré la scission Radhi et CRC. Toutefois, le parti dans son en- semble s’est bien implanté à Ngazidja. L’espoir est de taille pour 2016 L’ancien ministre de trans- ports et chargé des Affaires politiques au sein du parti du Renouveau, Mohamed Chatur Al Badaoui au QG à Mbeni (CRC Hamahamet-Mboinkou) est en train d’évaluer la stra- tégie de la victoire..La CRC a obtenu 46% de suffrages, un score très honorable. ils ont dit...    points de vue                                     
  14. 14. 14 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 À Hamahamet- Mboinkou, le candidat CRC, Ali Karani a obtenu 46,53 % des suffrages (un score très honorable qui fait de lui un leader avec lequel il faudra compter dans cette région).
  15. 15. 15A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Une conférence, tenue au foyer Mrad- jou, selon la méthode choisie jeudi après midi par le candidat Maouana Charif pour battre campagne pour un siège à l’assemblée nationale. Sous le thème « l’emploi des jeunes », ce candidat de la Convention pour le Renouveau des Comores (CRC) dans la région Oichili Diamani, s’explique devant une assis- tance en majorité formée de jeunes de la région, venus en masse dans cette rencontre ouverte par une présentation de sa biographie. Parler du chômage de la jeunesse comorienne, est primordial selon le conférencier dans le contexte actuel. Dr Maoulana révèle qu’une enquête faite en 1995, démontre que le taux de chômage s’élevait 10,7%. Dix ans après, une autre étude publiée 2005, affiche un taux de 13,5% alors qu’en 2014, ce taux pourrait atteindre le seuil record de 36%. « Si cette question est ignorée par un candidat, il n’est pas du tout un responsable », estime-t-il sous les applaudissements. Et lui d’affirmer que c’est une crise qui menace les fon- dements de notre société. Cet enseig- nent à l’Université des Comores pence que la jeunesse est « l’espoir du pays de demain ». Parce que 70% de la population comorienne est composée de jeunes de moins de 30 ans. « C’est notre matière première. C’est pourquoi il faut une préparation », martèle-t-il. Elu député d’Oichili Dimani en 2004 à 2008, celui qui convoite pour la 2eme fois l’hémicycle de Hamramaba dresse un bilan « positif » du régime Azali dont il était le Ministre de l’économie. « J’ai songé revenir en politique en tant qu’élu parce que rien ne marche maintenant », répondra-t-il. Selon lui, lorsque la CRC était au pourvoir, « certaines solu- tions ont été apportées dans différents domaines, notamment l’énergie et des télécommunications ». «Ilestinutilederappelerquel’Université des Comores a été créée quand nous étions au pouvoir », avance-t-il, tout en appelant les 18 villages de la ré- gion à choisir le meilleur de ses can- didats avec son appartenance poli- tique. En 2003, « j’ai eu à proposer lors d’un conseil de ministres que 50% du capital de la société soit destiné à l’investissement », avant d’ajouter qu’en 2007 les Comores ont fait un « investissement inédit » qui a permis le lancement des téléphones portables. Ibnou M. Abdou « L’emploi des jeunes », tel est le thème choisi par Maoulana Charif par ibnou m. abdou, la gazette des comores                                    
  16. 16. 16 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 De son retour de Paris, ses proches se sont précipités pour saluer « sa stature d’homme politique » (Dr Karihila) ou « son attachement à la démocratie » (Souef Ibrahim), son combat pour « l’égalité homme – femme ». (Assoumani Maoulidi) L’ancien président Azali Assoumani vient de rentrer après un long périple. De Dubaï au Forum économique islamique mondial, d’Abidjan au col- loque international pour les transi- tions politiques dans l’espace fran- cophone, en passant par Paris où il a participé à différentes interven- tions médiatiques. Sur RFI,AzaliAssoumani a exprimé son attachement à la démocratie et a défendu son bilan : « Ma mission était de mettre en place les institu- tions, de renforcer la démocratie, d’unifier le pays, de consolider la sécurité. Ce sont les institutions qui renforcent l’unité du pays. Lorsque les institutions ont été mises en place, je me suis retiré. » Dit-il à la radio France internationale. L’ancien président estime que la tournante a permis d’avoir la paix et la sécurité. Même s’il recon- naît qu’il y a eu de tiraillements, Azali Assoumani est convaincu que lorsqu’on respecte le domaine exclusif de l’Union, le domaine des îles et le domaine partagé, le pays pourrait s’en sortir très bien. À Télésud, il a réitéré avec déter- mination son attachement à la démocratie : « J’ai toujours été fidèle à moi-même, c’est-à-dire que j’ai des principes, servir mon pays, je peux encore continuer à le servir. J’ai toujours une obsession pour la démocratie », confie-t-il. Durant cet entretien télévisé, l’ancien locataire de Beit-Salam a insisté sur le fait que la femme doit avoir sa place dans l’échiquier poli- tique. Selon lui, les femmes ont les mêmes capacités que les hommes. Elles ont fait le même combat. Les Comoriens sont prêts moralement de confier le destin du pays à une femme. À Africa 24, il a plaidé pour une jeunesse dynamique, impliquée dans les processus de décisions politiques. Il a redit la nécessité de considérer la diaspora comme un acteur majeur de l’action poli- tique, de valoriser et de réhabiliter l’université des Comores dont il a été le fervent défenseur. azali assoumani “je veux servir mon pays par conviction”    par msa ali djamal                                     
  17. 17. 17A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Sur le terrain, un même constat s’impose. Azali Assoumani a réussi son coup médiatique et poli- tique. Sur la chaîne TéléSud, une chaîne panafricaine, il a parlé de sa volonté de servir et de s’engager pour son pays. Son émission a été visionnée plus de mille fois, et son intervention à RFI a été partagée plus d’une centaine des fois sur les réseaux sociaux. Ses proches ont salué « sa stature d’homme politique » (Dr Karihila) ou « son attachement à la démocratie » commente Souef Ibrahim, l’ancien député, membre du Conseil national de la CRC, son combat pour « l’égalité homme – femme », remarque Assoumani Maoulidi, Cadre de la Diaspora. Mohamed Chatur BADAOUI était le premier à réagir, « C’était une grande tournée médiatique bien réussie. On a découvert le Grand Azali, celui que l’on connaît, qui pèse toujours ses mots, et qui porte la jeunesse dans son cœur », renchérit l’ancien ministre de Transport et Secrétaire national chargé des affaires politiques. rondazali L’ancien chef de l’État a « donné un nouveau souffle », a déclaré Maoulana Charif. « Ça fait plaisir de l’entendre dire et répéter sa volonté de réhabili- ter la jeunesse, et de promouvoir la femme. C’est dire qu’avec lui, on a retrouvé de la voix et des idées », a ajouté l’ancien ministre de Finances. « Jamais un ancien président de la République n’avait défendu avec autant de conviction son bilan de la réconciliation, de la mise en place des institutions renforçant la paix et la stabilité. Il a fait montre de sa maturité et e son expéri- ence politique », analyse le fon- dateur de l’Observatoire géopoli- tique, Économique et Politique, Abderamane Said Houssein. L’ancien président n’a pas voulu évoquer son éventuelle candida- ture. Selon lui, il faut se concen- trer sur les problèmes du moment, réunir les conditions pour que les élections prochaines puissent être tenues. Se justifie-t-il. C’est au parti de désigner le candidat qui représentera sa famille politique aux prochaines échéances prési- dentielles de 2016, dit-il avec insis- tance, tout en rajoutant que si ce choix porte sur lui, ça sera par con- viction, « il n’y a pas d’âge de servir son pays » affirme-t-il. De cette position, analyse l’ancien journalisteAssoumani Maoulidi, « il a voulu mettre un terme aux spécu- lations de certains, en affichant sa détermination à se plier au choix de son camp s’agissant d’une éventuelle candidature à la mag- istrature suprême ». Selon le Premier Secrétaire national de la CRC, Dr Karihila Hamidou, « le raisonnement de l’ancien chef d’État Monsieur Azali Assoumani était cohérent. En tant que démocrate, il ne pourrait pas se prononcer tant que sa famille politique ne s’exprime pas selon les règles internes. Tenir ce dis- cours malgré la pression média- tique, c’est manifester effective- ment une posture et une fidélité aux règles démocratiques ». « Dans l’ensemble, il a effectué de belle prestations (Africa24, RFI, TéléSud), car il s’est présenté comme un homme à la fois expéri- menté et apaisé, (presqu’un sage donnant des conseils et commen- tant l’actualité internationale) et un démocrate aux yeux des obser- vateurs nationaux et surtout inter- nationaux, ce qui est rassurant venant d’un militaire qui a pris la première fois le pouvoir par la force», a observé le Dr Nassurdine Ali Mhoumadi.
  18. 18. 18 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Le programme de citoyen- neté économique est perçu sous son angle d’opacité et surtout pour les ressenti- ments d’un peuple qui a cédé malgré lui, une partie de sa souveraineté moyennant des sommes d’argent. Cette cession justement considérée comme une offense à l’identité nationale donne du pays une vision déformée de sa conception du patrimoine histo- rique commun. Aujourd’hui nous apprenons que bien de choses encore plus inacceptables viennent se greffer à ce que nous connais- sions déjà ; le scandale de la vente biaisée de la citoyenneté est doublé d’un autre encore plus inquiétant : la découverte d’un vaste réseau mafieux dont l’épicentre se trouve au cœur même de l’État comorien. Des réseaux parallèles déversaient en échange de grosses sommes d’argent, des tonnes de documents d’identité dans les officines occultes des pays et organisations sous sur- veillance antiterroriste. Un noyau du départe- ment de la Sûreté nationale est trouvé la main dans le sac, par la découverte d’un réseau mafiosi de vente de passeports comoriens dont il était le grand bénéficiaire. Le Directeur général de l’institution aujourd’hui en voie de devenir député, lui qui était censé défendre les fron- tières et l’intégrité du pays s’est trouvé mêlé à une affaire La trajectoire atypique d’une citoyenneté     PAR Djounaid Djoubeir                                     
  19. 19. 19A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Il n’y a malheureusement qu’une petite poignée de gens qui comprendront ce qui se passe. Paradoxalement, des milliers de gens continuent à suivre comme un troupeau de moutons le fameux Ayatollah, parleur inégalé qui tente de reprendre ce qu’on lui a pris, le pouvoir. Nous avons pris l’habitude de créer le fameux “Karidjaka udjuwa” pour disculper notre manque d’attention, notre imprudence et souvent notre “je-m’en-foutisme”. Mohamed Ali Mgomri rocambolesque qui ne fait pas honneur à notre République. Le crime était presque parfait, dirait vivant, le célèbre dramaturge Alfred Hitchcock. Nos passeports et cartes d’identité sont vendus à un prix négocié sous le manteau au nez et à la barbe dans des officines logées à l’intérieur même des représentations diplomatiques nationales. Qu’à cela ne tienne  ; dans une confrontation politique avec le pouvoir actuel, l’ancien président déclara devant les caméras, que la manne recueil- lie de la cession de la nation- alité n’est pas irriguée vers les caisses de l’État, mais prenait la direction de contrées incon- nues avec des chiffres à l’appui. En réaction épidermique, les membres du gouvernement de la République dénoncèrent avec vigueur le détournement de fonds jadis opéré depuis la mise en place du programme, niant les accusations portées sur eux par leur ancien mentor ; pis ils accusent l’ancien chef de l’État d’avoir utilisé la manne en ques- tion pour des intérêts égoïstes et à des fins personnelles. Lors des revues des programmes, les institutions internationales n’ont eu de cesse de relever des dys- fonctionnements et des désé- quilibres inexpliqués, attirant l’attention du Gouvernement comorien sur les procédures peu orthodoxes de l’exécution budgétaire. Il n’y a jamais eu, ni vote des chapitres y relatifs et encore moins une loi de règlement probablement pour éviter toute immersion dans ‘leurs affaires’ Mais il y a le reste c’est- à-dire la file de faux bailleurs qu’on nous présentait comme investisseurs stratégiques, mais qui s’avèrent en réalité être des brebis galeuses ; ils sont venus vendre des chimères sous le couvercle de la citoyenneté. Aussitôt l’ancien président parti, ces soutiens démasqués dis- parurent dans la nature, lais- sant derrière eux des chantiers inachevés et surtout des élé- phants blancs. Je ne citerai pas les autres chantiers laissés en lambeaux ou les châteaux de sable con- struits sur différents coins du pays. La maison fissurée, certains responsables nationaux mouillés dans cette masca- rade, abandonna le bateau en plein naufrage et se blottirent comme des malpropres par pantouflage sous des sièges feutrés d’institutions de l’État, sûrement pour ne pas avoir à répondre de leur forfaiture. Les Comoriens se souvien- dront longtemps de l’annonce de l’apport massif de 2 milliards d’euros et de la démission fra- cassante de hauts fonction- naires détenteurs de postes stratégiques pour rejoindre HSS. Que devient le site de produc- tion de matériaux de construc- tion alors que HSS a présenté à l’État comorien une facture relative à des travaux réalisés et à l’équipement installé ? Cette facture était farouche- ment contestée lors de sa présentation par le premier gouvernement Ikililou, une fois encore pour masquer la complicité. Autant de questions que tout Comorien a le droit de se poser, mais dont la réponse ne viendra pas de sitôt. Djounaid Djoubeir
  20. 20. 20 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Chers Électrices et Electeurs, Je tiens par la présente à remer- cier tous celles et ceux qui ont bien voulu m’accorder leur con- fiance lors du 1er tour des élec- tions législatives, dans la 18e circonscription (Itsandra- Hamanvou), le 25 janvier dernier. Je leur en sais gré de leur témoi- gnage de soutien et surtout de leur volonté de vouloir changer les choses dans notre région. Cependant, force est de constater que les méthodes d’antan sont loin d’être révolu et qu’en plaçant les deux candidats des deux pou- voirs en tête de ce 1er tour, le message à l’endroit de celles et ceux qui ont espéré changer les choses est très fort. Il va nous falloir de la persévérance et beau- coup d’abnégation pour y parvenir. Comme le disait l’autre, « le chemin vers le changement est parsemé d’embûches ». Je tiens aussi et surtout à saluer leur esprit de tolérance et de patience, car face aux insultes et attaques de personnes, seul pro- gramme présenté par certains can- didats, ces dames et messieurs ont fait montre de maturité et de sens des responsabilités. À toutes et à tous je leur dis Merci. Le combat continu et rendez-vous pour les prochaines échéances au cours desquelles nous devons encore faire mieux qu’aujourd’hui. Soyons fiers d’être ce que nous sommes,lejouroùl’onseracompris n’est pas loin et la vérité triomphera forcément de l’obscurantisme. El-AZIZ Ben Ahmed, 31 décembre 2014 • el- aziz remercie les électeurs qui lui ont fait confiance    communiqué                                     
  21. 21. 21A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 COMMUNIQUÉ Comité de soutien en France L e comité de soutien à Azali Assoumani re- mercie les électeurs qui ont donné leur con- fiance aux candidats portant les couleurs de la Con- vention pour le Renouveau des Comores (CRC). Ces résultats démontrent une dy- namique en faveur de la Conven- tion pour le Renouveau des Co- mores. Plus encore, les scores de nos candidats au 1er tour et surtout au second montrent que les électeurs ont adhéré à notre projet et à nos engagements pour les Comores. Durant toute la campagne, nos militants, nos supporteurs et les cadres de la CRC ont défendu, infatigablement, notre projet au plus près de la population. Qu’ils soient fortement remerciés. À Hamahamet-Mboinkou, le candidat CRC, Ali Karani a ob- tenu 46,53 % des suffrages (un score très honorable qui fait de lui un leader avec lequel il faudra compter dans cette région). À Mbadjini, Idi Boina a réalisé une forte progression avec un score de 35,09 % (un score égale- ment honorable). Ces résultats ont confirmé notre électorat et l’ancrage de la Convention pour le Renouveau des Comores dans ces régions où nos candidats af- frontaient les deux pouvoirs en place. Notre Comité de soutien s’inquiète néanmoins du faible taux de participation qui reflète la défiance des Comoriens à l’égard de la politique. Notre comité de soutien est très fier des deux personnalités que la Convention pour le Renou- veau des Comores envoie à l’Assemblée nationale : Maou- lana Charif (55,10) et Ali Mh- adji (51,43), deux enseignants- chercheurs (un sociologue et un économiste) de haut niveau. Ces victoires nous confortent dans nos choix et nos engagements d’offrir à la population comorienne un personnel politique hautement qualifié et compétent. Par ailleurs, nous déplorons l’usage par certaines forces poli- tiques de la corruption, et d’achat des consciences, notamment la distribution d’argent et des faux contrats de travail pour se faire élire. La CRC peut se targuer d’être parmi les rares forces poli- tiques ayant été élue sur la base d’une adhésion à des idées fortes et démocratiques. Fait à Paris, le 25/02/2015
  22. 22. 22 P O I N T S D E V U E C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 Les rai- sons qui m’ont poussé à solliciter votre confi- ance aujourd’hui sont nombreuses eu égard à la situation dans laquelle se trouvent notre circonscription et notre pays, mais j’en citerai princi- palement sept (7). EL-AZIZ Ben Ahmed, Candidat aux élections législativess la profession de foi du candidat el-aziz ben ahmed    el-aziz ben ahmed                                   Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Très prochainement, vous allez être encore une fois sollicités pour élire une nouvelle Assemblée avec de nouveaux députés. Certains de ceux qui le sont actuellement vous demandent de leur renouveler votre confiance tandis que d’autres vont vous solliciter pour la première fois. Je fais partie de cette deuxième catégorie. Je suis El-Aziz Ben Ahmed, natif de la ville de Hahaya, et je suis actuellement Administrateur au ministère de l’Éducation nationale de l’Union des Comores où j’exerce depuis 20 ans. J’ai fait des études d’Histoires et de Management et je suis en politique depuis presque la même période et actuellement membre du Bureau fédéral de la CRC à Ngazidja, un parti dont je suis un des membres de la toute première heure. Les raisons qui m’ont poussé à solliciter votre confiance aujourd’hui sont nombreuses eu égard à la situation dans laquelle se trouvent notre circonscription et notre pays, mais j’en citerai principalement sept (7) : 1je veux redonner ses lettres de noblesse à la fonction de député dans le pays et dans la région après les multiples souillures qu’elle a subies ces 10 dernières années, notamment après l’affaire de la citoyenneté économique et celle des arnaques aux visas pour la France faites à certains de nos concitoyens par des élus sans foi ni loi. 2Je veux redonner sa place à notre circonscription sur l’échiquier politique national et régional suite aux mépris manifestés envers notre chère région par les autorités successives depuis 2006 jusqu’à ce jour. Je suis convaincu que nous avons droit à plus d’égard de la part des autorités ne serait-ce que parce que nous abritons la principale zone économique du pays. 3JE VEUX REDONNER de l’espoir à la jeunesse de notre circonscription et par extension à celle du pays. Une jeu- nesse réduite aujourd’hui à mendier du travail là où elle devrait être prioritaire. Formée ou pas, chaque jeune, surtout les femmes, mérite sa place dans la redistribution des richesses, afin de lui permettre d’apporter sa contribution à la communauté. Nos enfants méritent une éducation de qualité, une formation adaptée aux besoins réels pour le développement
  23. 23. 23A C T U A L I T É S C R C M a g a z i n e N ° 1 | M a r s 2 0 1 5 social et économique du pays et l’université des Comores n’est qu’une étape dans cette perspective. Porte-étendard de notre nation, la jeunesse sportive et culturelle sera pour moi une priorité de tous les instants. C’est pourquoi je m’engage à être leur interlocuteur privilégié afin de porter où qu’il se doive leurs aspirations légitimes. Le sport et la culture ne sauraient être des domaines réservés à cer- tains lobbys, mais plutôt un espace privilégié pour l’expression vérita- ble et honnête des vrais talents. 4Je veux être votre porte- parole dans la mise en place d’une véritable stratégie de lutte contre la corruption et le détourne- ment des deniers publics. Seule clé pour un développement réel, la lutte contre la corruption néces- site surtout un changement de mentalité de tout un chacun au premier chef desquels, nos élites dirigeantes. La bonne gouver- nance ne doit pas rester un slogan, elle doit devenir une réalité. 5Je veux permettre à toutes les régions, toutes les localités du pays de disposer chacune du droit de s’administrer librement sans contrainte aucune. C’est pourquoi je serai le porte-pa- role des « petites régions », des « petites localités » pour l’avènement d’un cadre de décentralisation dans lequel, un village sera égal à une commune et une région, une préfecture. 6Je veux être votre voix pour la défense des intérêts économiques et culturels vitaux de notre pays. En effet, les Comores tiennent aujourd’hui les clés de leur développement entre leurs mains. Ce qui devrait nous permettre d’avancer pour disposer d’une vie meilleure ne doit pas nous mener, par la faute de quelques responsables mal avisés, vers notre perte. 7Je veux particulière- ment être le porte-parole de la femme comorienne authen- tique. Celle sans laquelle le dével- oppement de nos localités et donc du pays ne saurait être pos- sible. La promotion de l’égalité entre les genres sera mon souci permanent. Mais sans votre confiance et votre soutien indéfectible, tout ce pro- gramme ne serait que chimère. Ensemble, posons les bases de l’édification d’une nation juste et d’une société équitable. J e v o u s r e m e r c i e . E L - A Z I Z B e n A h m e d , Candidat aux élections des représentants de la nation comori- enne à l’Assemblée de l’Union des Comores.

×