Etude

352 vues

Publié le

Publié dans : Médias sociaux
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
352
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude

  1. 1.   1 ÉCOLES & RÉSEAUX D’ALUMNI Existe-t-il une corrélation entre la performance d’une école et la qualité de son réseau d’anciens ? Gestion des diplômés, échanges entre étudiants et diplômés, présence sur le web et les réseaux sociaux... Quelle est la place d’un réseau de diplômés au sein d’une école ? Quelle importance faut-il lui donner ? Quelle implication l’école doit-elle avoir ? Voici les réponses auxquelles 23 grandes écoles de commerce et d’ingénieurs ont accepté de répondre.
  2. 2.   2
  3. 3.   3 Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d’anciens ? Quels rapports entre école, étudiants et association de diplômés ? La valeur ajoutée d’un réseau de diplômés GESTION INTERACTION CAPITALISATION CONCLUSION Méthodologie Réalisation d’un questionnaire comprenant 18 questions. Sélection des écoles : 23 écoles de l’enseignement supérieur sur 30 contactées : à la fois des écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, des écoles de communication et de journalisme. Entretien oral systématique avec un représentant de l’association des anciens ou un membre de la direction de l’école. Objectifs Comprendre quelles sont les méthodes développées au sein des associations de diplômés pour gérer et fédérer leur communauté. Evaluer le niveau d’implication des écoles dans les échanges avec leur réseau de diplômés. Montrer l’impact qu’un réseau de diplômés peut avoir dans une école. Démontrer qu’il existe une corrélation entre la performance, l’image de marque d’une école et la manière dont son réseau de diplômés est géré. Limites L’étude reste déclarative, nous n’avons pas réalisé de vérification auprès des populations cibles des associations. Nous n’avons pas eu l’autorisation de citer certaines écoles en exemples positifs ou négatifs. Nous avons donc décidé de ne pas fournir de classement nominatif.
  4. 4.   4 « Il n’y a pas de solution unique, universelle et immédiate aux problématiques rencontrées par les associations et écoles. Leurs problématiques varient selon la taille, l’ancienneté, la structure et le nombre de membres au sein du réseau »  
  5. 5.   5 Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d’anciens ? GESTION
  6. 6.   6 Toutes les écoles n’ont pas la même vision de la notion d’alumni et de la structure d’un réseau d’anciens. On observe une réelle prise de conscience de l’importance des associations dans la stratégie de l’école et de la nécessité de sensibiliser au plus tôt les futurs diplômés sur la notion de réseau. Toutefois, les méthodes de gestion sont très différentes selon les écoles, leur structure, l’ancienneté de l’association ou encore le nombre de membres. Afin d’augmenter l’impact de l’association de diplômés sur la vie de l’école, beaucoup d’entre-elles ont décidé d’y intégrer leurs étudiants. Cette démarche leur permet d’augmenter mécaniquement leur nombre d’adhérents et donc leur poids, mais aussi de multiplier les occasions d’échanges entre les populations d’étudiants et de diplômés. Dans les écoles les plus matures, les problématiques de mise en réseau sont abordées durant les cours tout au long du cursus, ce parti pris facilite la prise de conscience des étudiants et leur implication future dans l’association. Pour certaines écoles, de commerce notamment, les étudiants et diplômés sont regroupés au sein de l’association (un phénomène qui a débuté autour des années 2008-2009). Les écoles expliquent cette démarche par une volonté d’impliquer les étudiants et les sensibiliser au plus tôt sur les problématiques de mise en réseau. Cependant pour la majorité des cas, les associations effectuent une distinction nette entre ces deux populations. « La distinction des populations de diplômés et d’étudiants doit être claire, car les attentes ne sont pas les mêmes » Cette distinction se fait tout d’abord dans les plus grandes écoles qui ont su développer depuis de nombreuses années des réseaux puissants et fédérer un grand nombre de diplômés. La puissance de ces réseaux peut notamment s’expliquer par le fort sentiment d’appartenance développé par leurs étudiants, mais aussi par des valeurs communes inculquées dès les premières années d’étude. Notion d’ALUMNI et structure du RÉSEAU 26% Des associations interrogées intègrent les étudiants au sein de l’association 1999 Date de création de l’association interrogée la plus jeune
  7. 7.   7 De plus, le réseau de diplômés est très présent au sein de ces écoles, ce qui explique alors le nombre important de membres au sein des associations. Toutefois, la valeur majeure de ces réseaux réside dans le niveau de services apportés à leurs adhérents. Fonds d’entraide, parrainages, cooptation… La liste des services apportés peut être longue et c’est cette démarche d’offre de valeur qui fait réellement la différence. La distinction entre étudiants et diplômés se retrouve chez de plus petites écoles. Mais, contrairement aux grandes, elles rencontrent ensuite des difficultés pour fédérer leur communauté et assurer une activité constante au sein du réseau. 1846 Date de création de l’association interrogée la plus ancienne de France 1. Regrouper et impliquer les élèves et diplômés 2. Multiplier les échanges entre étudiants et diplômés Créer des synergies entre ces deux populations permet de développer l’effet de réseau et le sentiment d’appartenance. 3. Travailler sur la complémentarité entre association et école 4. Proposer une offre de valeur claire et efficace Les conseils Socialumni
  8. 8.   8 Un bon suivi est la base essentielle du bon fonctionnement du réseau. Les données des diplômés étant l’une des principales valeurs du réseau, les associations doivent impérativement déployer les moyens nécessaires pour en assurer un suivi adéquat. Les méthodes de suivi diffèrent selon les associations. Cependant, elles rencontrent toutes de nombreuses difficultés et ce suivi apparait également comme l’une des principales problématiques mises en avant. Durant nos différents entretiens, lorsque nous avons abordé le sujet, seulement 3 écoles ont fait référence aux enquêtes de suivi. Encore une fois, ceci nous montre le réel décalage qui existe entre les objectifs souhaités et les moyens déployés par les associations de diplômés. Beaucoup d’écoles se limitent à donner l’accès à un site alumni aux étudiants fraichement diplômés. Ce site leur permet d’accéder à des offres d’emploi ainsi qu’à un annuaire classique des diplômés. Dans certains cas, le suivi se fait à deux niveaux. D’une part, par l’école grâce aux pôles carrières (bases de données, CRM…) et, d’autre part, par à l’association via l’annuaire et les adhésions. La mise à jour des données, elle, est réalisée grâce à des mailings ou opérations de phoning pour certaines écoles, alors que d’autres mettent en place des techniques de datamining sur les réseaux tels que Viadeo ou LinkedIn. Pour les associations les plus développées, les sites alumnis permettent aux diplômés de disposer d’un profil sur lequel ils peuvent mettre à jour leurs informations personnelles et professionnelles et entrer en contact avec leurs anciens camarades de promotion. Beaucoup d’écoles rencontrent un grand nombre de difficultés à retrouver la trace des diplômés les plus anciens, le changement de coordonnées (adresse, téléphone, e-mail) apparait comme l’un des freins majeurs à cette action. Pour cette raison, il est courant de proposer une « adresse à vie » aux étudiants. Cette stratégie est perçue comme un atout pour l’association qui a un moyen de garder un contact avec les diplômés. Suivi des ÉTUDIANTS après leur sortie de l’ÉCOLE 150 Nombre de membres chez la plus petite association interrogée 50 000 Nombre de diplômés  au sein de la plus grande association interrogée
  9. 9.   9 « Pour l’étudiant, l’adresse à vie est supposée permettre de se mettre en avant en arborant fièrement le nom de l’école. » Dans la réalité, cette adresse à vie est assez peu utilisée par les diplômés car elle vient en supplément d’un certain nombre d’adresses personnelles ou professionnelles. 1. Introduire une véritable politique de suivi des diplômés 2. Mettre en place un CRM Une plateforme CRM (Customer Relationship Management) permet de bien structurer la base de données ainsi que de rendre compte de la qualité et la quantité des échanges avec les membres de l’association, le suivi en est donc facilité. 3. Travailler sur la fraîcheur des données 4. Impliquer les membres de l’association 5. Offrir un service incitatif Les conseils Socialumni
  10. 10.   10 Les écoles et leurs associations s’adaptent plus ou moins vite à l’environnement actuel dans un contexte de forte compétitivité. Si la quasi-totalité des écoles possède un site internet en propre, on observe tout de même que les écoles n’assument pas toujours bien leur rôle vis à vis de leur communauté, ce qui engendre une disparité d’outils, de moyens et d’objectifs et, dans de nombreux cas, une dispersion des communautés. Dans beaucoup de cas, les associations mettent à disposition des diplômés des outils sans en expliquer l’utilité. De plus, l’animation est assurée par du personnel qui ne maîtrise pas toujours les méthodes et outils, ce qui justifie en partie le manque d’activité sur les sites. Les principaux services proposés sont liés au recrutement, ce qui ne semble pas suffisant compte tenu de la concurrence des job-boards spécialisés dans l’emploi des cadres. Aire 2.0 oblige, la gestion du réseau des diplômés passe également par le web. Sur les 23 associations interrogées, 21 ont développés leur propre site accessible par les diplômés, les étudiants ainsi que l’administration. Ces sites sont différents selon les associations. Lorsque certaines se limitent à un simple site- forum, d’autres ont su développer de véritables réseaux sociaux internes. « Les fréquences de visite sur le site des diplômés sont en réalité très faible » Les sites des plus grandes associations sont souvent ceux qui proposent le plus de fonctionnalités, permettant notamment d’accéder à un annuaire, des offres d’emploi ou encore de consommer de l’information ou d’autres services. Au niveau de la gestion du réseau web, seulement quelques écoles font appel à de véritables community managers. Pour les autres, c’est un membre de l’association qui gère à la fois le réseau « physique » et le réseau sur internet (site des anciens et réseaux sociaux). « Il ne faut pas oublier que ce sont 2 métiers différents ! » Durant nos entretiens, 3 chargés d’animation de réseau interrogés nous ont fait part d’un grand nombre de difficultés rencontrées, notamment celles-ci : • Problème de temps • « Trop de travail ! » • Rencontre de difficultés pour animer le réseau web et les réseaux sociaux Associations d’anciens et INTERNET 91% Des associations interrogées possèdent leur propre site internet
  11. 11.   11 Community Manager L’émergence du community management La communication sur le web est un élément primordial dans la stratégie de communication des écoles aujourd’hui. Elles doivent s’efforcer de créer une relation de proximité avec leurs communautés en essayant de les comprendre pour répondre mieux et plus rapidement aux différents besoins. L’objectif du community management Le community manager a pour objectif d’intégrer les outils du web 2.0 au sein des écoles et d’y faire vivre la marque en tant qu’acteur. Cet enjeu participe à la création d’un référentiel de communication commun pour tous les acteurs participant à la vie d’une marque. 1. Faire correspondre les moyens aux objectifs 2. Bien définir l’offre de valeur 3. Travailler sur la numérisation de l’offre 4. Adapter la stratégie de communication et d’animation aux supports 5. Soigner l’image de l’école et les outils de communication 6. Eviter l’amateurisme Le rendu (graphisme, ergonomie, design, fonctionnalités…) des solutions internet proposées ainsi que la qualité du discours sont les garants du soin accordé à l’image et au service apporté aux membres de l’association. Les conseils Socialumni
  12. 12.   12 Face à la multiplication d’initiatives isolées de création de groupes non officiels sur les réseaux sociaux, les écoles ont été forcées d’y assurer leur présence pour éviter de voir leur communauté s’éparpiller davantage. Ayant de plus en plus de difficultés à fédérer leurs diplômés, les écoles utilisent les réseaux sociaux comme outils d’animation. Ils permettent aux associations de retrouver leurs diplômés mais aussi aux diplômés de garder un lien entre eux et avec l’association. Une présence sur les réseaux sociaux professionnels est privilégiée par les associations car ils correspondent mieux aux attentes des diplômés et à l’image qu’elles veulent donner. Néanmoins, ces réseaux cannibalisent les sites développés par les écoles et ne leur permettent pas de capitaliser sur leurs données. Toutes les associations interrogées sont présentes sur les réseaux sociaux. De manière étonnante, certaines écoles s’en servent de base de données (Viadeo, LinkedIn). Les réseaux sociaux privilégiés « Une présence sur les réseaux sociaux sert à la fois de vitrine mais également d’outil de communication » Les associations sont beaucoup plus présentes sur les sites sociaux à usage professionnel. Elles privilégient leur présence sur des réseaux de type Viadeo ou LinkedIn, où l’on retrouve de grandes communautés d’anciens qui peuvent atteindre jusqu’à plus de 3 000 membres. Cette ampleur s’explique par l’utilité de ces réseaux, notamment dans la recherche d’emploi, mais également les efforts de ces derniers pour séduire les écoles. Facebook est, quant à lui, utilisé pour son côté convivial, sa capacité à regrouper les membres et organiser des évènements. Enfin, les plus grandes écoles sont, elles, très présentes sur le réseau LinkedIn, d’autant plus qu’elles sont tournées vers l’international. Certaines associations ont même développé leur propre site communautaire. Ce qui leur permet ainsi de regrouper leurs communautés au sein du même réseau et capitaliser sur les données. 52% 36% 12% Viadeo Facebook LinkedIn Une HYPER-PRÉSENCE sur les RÉSEAUX SOCIAUX
  13. 13.   13 Les réseaux sociaux ne facilitent pas toujours la gestion de communauté. On observe que les associations rencontrent de nombreuses difficultés à gérer les membres qui se retrouvent dispersés sur de multiples groupes présents sur l’ensemble des réseaux. Ces espaces ne permettent qu’une intimité réduite et ne favorisent pas le sentiment d’appartenance à une communauté particulière. De plus, tous les membres d’un réseau de diplômés ne sont pas présents sur les mêmes réseaux sociaux. L’association doit consacrer d’autant plus de temps à faire de la veille, retrouver les communautés mais aussi animer le réseau. Enfin, la capitalisation sur les données des diplômés devient moins évidente puisque l’association n’est pas propriétaire des données. D’après certaines personnes interrogées, l’une des plus grosses limites que rencontrent les écoles et associations est que ce sont elles qui doivent s’adapter aux réseaux sociaux et non l’inverse. Ainsi, toutes les activités réalisées au sein de l’association ne peuvent pas être retranscrites sur les réseaux (mentorat, coaching…). La présence de plusieurs pages ou groupes dédiés à une seule et même école apparait aussi comme une limite importante. Effectivement, cette caractéristique freine considérablement le regroupement des communautés puisque les diplômés et étudiants sont éparpillés et se dirigent donc moins vers les pages officielles, d’autant plus que certains membres ne sont pas adeptes des réseaux sociaux, notamment Facebook. « De par les attentes différentes des diplômés et de leurs habitudes de consommation, il est bien difficile de regrouper toute une communauté sur un seul et même réseau » Les associations mettent également le point sur la difficulté et le manque de moyens pour gérer les communautés sur le web. Dans la majorité des cas, on observe soit : • Un manque d’animation • Un manque de personnel • Une gestion du réseau par un membre qui est certes compétent mais pas spécialisé dans la gestion de réseaux sur le web Enfin, ces réseaux sociaux étant généralistes, les sollicitations et leurs sources sont nombreuses, les messages des écoles et associations sont donc brouillés, perdus dans la masse et ne sont pas mis en valeur. Les réseaux sociaux externes ne peuvent pas porter seuls la stratégie digitale des associations, ce n’est pas leur vocation. Ils peuvent néanmoins y contribuer un peu. Ce sont des outils relationnels et informatifs dont l’usage est important voire essentiel mais uniquement dans la limite de leur valeur stratégique. Principales LIMITES des RÉSEAUX SOCIAUX existants
  14. 14.   14 Les rapports entre école, étudiants et association de diplômés INTERACTION  
  15. 15.   15 Les différents témoignages et analyses montrent que selon l’ancienneté et / ou la maturité de l’association, le degré d’intervention de l’école dans son réseau doit varier. Malgré cela, on constate que certaines associations ne sont pas conscientes de l’impact que l’école peut avoir dans le cadre de l’essor du réseau de diplômés. De fait, si la volonté est, en théorie, de regrouper les deux populations, peu de moyens sont mis en œuvre pour les inciter à communiquer, peu de synergies sont créées. Malheureusement, le travail et le rôle de l’association ne sont pas suffisamment mis en avant par les écoles. En conséquence, peu d’étudiants se sentent concernés, de même qu’ils ne ressentent pas la valeur ajoutée apportée par l’association durant leurs études. Nous avons demandé aux personnes interrogées d’évaluer sur une échelle de 0 à 10 le degré d’implication qu’une école devait avoir dans la gestion quotidienne de l’association. Nous avons pu constater deux points de vue tout à fait défendables mais radicalement opposés. D’après certaines des personnes interrogées, l’implication de l’école dépend de la puissance du réseau d’anciens : plus un réseau est autonome et puissant, moins l’école doit s’impliquer dans sa gestion quotidienne. Le degré d’implication est évalué entre 0 et 3 par les personnes concernées, contre une évaluation comprise entre 7 et 8 pour les autres. Le rôle de l’école est de fournir à l’association les moyens humains, financiers et intellectuels pour créer un cadre structurant d’échanges entre les différentes parties prenantes que sont les étudiants, les diplômés, les enseignants, les garants des fonctions support de l’école (carrières…) et les entreprises partenaires. Cependant, chez certaines petites associations, l’école n’intervient que très peu ou pas du tout dans la gestion du réseau. Ces associations sont alors totalement indépendantes et l’on observe qu’elles rencontrent de grandes difficultés à se développer. Pour les écoles les plus avancées, les programmes sont construits de manière conjointes et l’école fait appel aux diplômés dans le cadre des cours, de forums ou autres évènements. L’intérêt de rapprocher les étudiants du réseau de diplômés réside également dans l’opportunité d’impliquer l’école dans la gestion de la communauté et de lui permettre d’étoffer l’offre de valeur globale apportée. Ainsi, d’une part la filiation est plus claire et les étudiants plus impliqués, ce qui permet de faciliter l’intégration des élèves à l’association et, d’autre part, il est possible d’étayer l’offre de service et donc de fidéliser les membres de l’association. « Aujourd’hui, certains présidents d’associations siègent à l’assemblée générale de l’école et / ou sont représentants au conseil académique » INTERACTIONS entre l’école et l’ASSOCIATION
  16. 16.   16 Les diplômés sont souvent peu actifs dans la vie de l’association. On observe qu’ils sont en réalité plus actifs lorsqu’il s’agit d’intervenir au sein de l’école. Le sentiment d’appartenance se tourne naturellement vers l’école et l’association des diplômés est souvent perçue comme une entité à part entière. Le phénomène peut aussi s’expliquer par le truchement de la pyramide de Maslow : donner des cours ou faire des interventions au sein de l’école sert le sentiment d’accomplissement personnel, aider ses pairs sert le besoin d’estime. Bien entendu, il faut également prendre en compte le fait que les diplômés ont une activité professionnelle et donc peu de disponibilités. Mais, dans l’ensemble, les occasions de rencontres sont multipliées par les écoles sauf pour quelques exceptions. Dans 98% des cas, le nombre d’actifs diplômés au sein de l’association est nettement inférieur au nombre d’actifs diplômés total. On note tout de même une exception rencontrée chez les plus grandes où le ratio est inversé. Les alumnis sont-ils actifs dans la vie de l’école ? Indépendamment du nombre de membres au sein des associations, on s’aperçoit que les diplômés sont généralement peu actifs dans la vie de l’association. « Ce sont souvent les jeunes diplômés qui participent le plus » Les rencontres entre étudiants et diplômés se font très régulièrement dans la plupart des écoles contactées. Elles s’organisent autour de journées portes ouvertes, de tables rondes avec la participation de diplômés et d’étudiants, de rencontres avec le président de l’association à l’occasion de la rentrée, de forums entreprises… On observe également que la mise en place de parrainages, séances de coaching et mentoring se développent de plus en plus au sein des écoles dans le cadre de l’accompagnement des étudiants dans la réalisation de leur projet professionnel (conseil, montrer la réalité professionnelle…). Ces pratiques plus développées au sein des plus écoles de commerce et d’ingénieurs, rencontrent un grand succès. De nombreux évènements sont mis en place pour que les étudiants et anciens se rencontrent. Malgré cela seules les séances de coaching / mentorat / parrainage et tables rondes semblent avoir un réel succès et un impact sur la vie de l’école et des étudiants. Pour les écoles dont les associations sont très actives l’impact des diplômés sur la vie de l’école est évident. 26% 53% 17% Très actifs Actifs Peu actifs Inexistants L’IMPLICATION des DIPLÔMÉS au sein de l’école
  17. 17.   17 Faire intervenir des anciens Même s’ils restent peu nombreux dans certains cas, on retrouve chez chaque école interviewée des anciens parmi les intervenants. En observant de plus près, on réalise qu’il y a une relation de directe entre la taille, la performance de l’école et de son association et le nombre d’intervenants issus de l’école. Toute école souhaite avoir parmi ses enseignants des intervenants dotés des meilleures formations et meilleurs diplômes. Prenons l’exemple d’une très grande école, on retrouvera chez elle, au sein de ses intervenants, de nombreux anciens de l’école puisque les diplômes délivrés sont considérés comme les meilleurs. Pour sa part, une petite ou moyenne école veut délivrer les meilleurs enseignements. Ainsi, elle souhaite se doter des meilleurs intervenants pour valoriser ses formations donc ses diplômes. Résultat, on retrouvera peu d’intervenants diplômés de l’école, ce seront, pour majorité des cas, des professionnels diplômés de très grandes écoles qui seront privilégiés. La qualité du diplôme n’est visiblement pas toujours assumée par l’école. Le contact ne doit pas seulement être régulier, comme souvent, il doit être permanent ! Le lien social n’est pas un objectif ni un service, pour cela Facebook est suffisant, il s’agit ici d’offrir de l’entraide, des opportunités et de vrais services sur un plan socio-professionnel. C’est sur ce point que les étudiants et diplômés attendent l’association, d’où le succès du parrainage, coaching et mentorat. Les conseils Socialumni
  18. 18.   18 La valeur ajoutée d’un réseau de diplômés CAPITALISATION
  19. 19.   19 De nombreux systèmes d’entraide ont été cités par les associations. Mais la théorie n’est pas toujours suivie par la pratique. Il existe des cas où l’on communique sur des systèmes qui sont inexistants ou inefficaces. Ceci peut alors expliquer le manque d’investissement de certains diplômés qui peuvent alors se sentir « floués ». Des hésitations dans les réponses ont été décelées dans certains cas : le bénéfice n’est pas toujours bien appréhendé par les responsables des associations. Il existe également un décalage entre les bénéfices potentiels perçus et les moyens mis en œuvre. Dans les associations les plus puissantes, une offre de valeur riche et claire est proposée. Ce n’est la plupart du temps pas le cas dans d’autres écoles ou cette offre est soit mal positionnée soit pas suffisante, voire inexistante. Les attentes en termes d’entraide sont, dans la plupart des cas, les mêmes. Néanmoins, on réalise que les actions se distinguent. Selon les associations, l’entraide se situe à plusieurs niveaux. Proposition d’offres d’emploi et stages (en moyenne entre 20 et 40% des offres globales. Le pourcentage augmente chez les plus petites écoles, en revanche chez les grandes, il se situe autour de 15%). On observe de plus en plus d’écoles et associations qui élaborent la mise en place de systèmes d’aide au cheminement personnel afin d’accompagner les étudiants dans la définition de leur projet professionnel par le biais de séance de coaching, mentorat ou parrainages. Chez les petites et moyennes structures ces procédés n’ont pas encore adoptés. Cela s’explique en partie par un manque de moyens à la fois financier, humain et en temps. Dans la majorité des cas, les aides financières des anciens élèves sont elles, très élevées chez les plus grandes écoles où les diplômés occupent de très hautes fonctions et bénéficient donc de hauts revenus. A contrario, les petites et moyennes écoles rencontrent de nombreuses difficultés dans le cadre de la récolte de fonds auprès de leurs diplômés. Enfin, nous tenons à mettre en avant la démarche de quatre associations qui ont mis en place la même stratégie d’entraide. Ces associations de diplômés ont un objectif commun qui est l’attribution de bourses pour les élèves en difficulté financière pour leur permettre de financer leurs études, mais également de venir en aide aux créateurs d’entreprises ou aux diplômés en difficulté. Fait le plus marquant, l’une d’entre elles ne fait pas partie des écoles les plus en vues et dispose d’un très faible effectif, contrairement aux trois autres. Il est donc possible de mettre en place des offres de valeur performantes lorsqu’on veut s’en donner les moyens. Les systèmes d’ENTRAIDE
  20. 20.   20 Développer le rayonnement de l’école, mettre en avant le parcours des diplômés auprès des futurs étudiants, rassurer, conseiller, aider, placer les étudiants... La liste est longue et, pour une école, posséder un réseau d’ancien puissant se révèle être un atout majeur. La valeur ajoutée se situe à la fois pour l’école, les diplômés et les étudiants. Rares sont les écoles et associations qui ne voient aucune valeur ajoutée apportée par le réseau d’alumni. Néanmoins, un certain nombre d’écoles n’ont pas le réflexe de sonder les premiers intéressés afin de connaître leur sentiment, leurs attentes, leurs besoins. Les associations essaient parfois de créer des besoins qui ne sont pas forcément pertinents sans répondre à ceux déjà existants. Il n’y a souvent pas réellement de notion de service. Le réseau participe fortement au rayonnement de l’école. Les enjeux sont notamment en termes de notoriété et d’image. Avant tout grâce aux diplômés qui ont des postes à responsabilité dans de grandes entreprises. Que ce soit pour une grande école ou une moins grande, les personnalités sortant de l’école participent à son rayonnement de par leur notoriété. Ainsi, cela permet de donner une crédibilité à l’école, renforcer son image et améliorer son positionnement. Les diplômés peuvent de leur côté disposer, grâce à ces réseaux, d’un potentiel important de relations. Bien utilisé, un tel carnet d’adresse peut leur permettre de trouver des opportunités d’affaires, bénéficier de conseils avisés ou simplement garder le contact avec leurs camarades de promotion. Ils peuvent également exploiter le marché caché de l’emploi sur la base de la cooptation. Si tant est que les écoles aient su conserver une bonne relation avec eux. Une autre valeur ajoutée des réseaux d’alumnis est leur capacité à fédérer, motiver, montrer l’exemple aux étudiants de leurs ainés qui ont réussi et ainsi développer les sentiments de fierté et d’appartenance vis à vis de leur école. Ceci renforce donc les liens entre l’école, les étudiants et les anciens. Ce que l’association apporte aux étudiants 17% 30% 70% 70% 85% 100% 100% Aides financières Conseil Motiver les étudiants Rassurer les étudiants Crédibilité de l'école Contact emploi Carnet d'adresses La VALEUR AJOUTÉE apportée par le réseau
  21. 21.   21 En raison de stratégies encore balbutiantes ou d’offres peu complètes, certaines écoles ont beaucoup de mal à attirer et fidéliser leurs communautés d’anciens. On s’aperçoit que cette problématique, malgré un sentiment d’appartenance souvent assez fort, conduit les diplômés à avoir le sentiment d’être davantage sollicités financièrement ou pour des choses à peu de valeur ajoutée que pour des offres de valeur intéressantes. Il en résulte une perte d’intérêt pour l’association et donc une grande difficulté à conserver une relation stable dans le temps. De ce fait, il devient compliqué de tenir à jour les informations de l’annuaire et donc l’une des valeurs les plus importantes de l’association. Par ailleurs, le manque de moyens et d’outils entraine souvent une dégradation de cette situation. Les difficultés pour mettre à jour l’annuaire et retrouver la trace des anciens apparaissent comme les principales problématiques rencontrées. On note également le fait que l’implication des membres de l’association au sein du réseau est souvent trop faible et pas assez spontanée. Sur le web, les associations ont également de plus en plus de difficultés à réellement maîtriser leur réseau. Comme nous l’avons vu précédemment dans « les limites des réseaux sociaux », les membres se retrouvent éparpillés sur les réseaux sociaux (ce qui explique cette hyper- présence). Pour certaines associations, on assiste à l’apparition d’un cercle vicieux. En effet, peu d’effectif entraine alors peu d’impact sur les étudiants, qui ne réalisent pas l’importance du réseau et une fois diplômés, ne voient pas l’intérêt de le rejoindre. En revanche, lorsqu’il s’agit d’intervenir pour l’école, on constate qu’ils sont alors plus présents. Une autre problématique rencontrée, cette fois par les plus petites associations, concerne le manque d’effectif et de bénévoles. Enfin, l’une des plus grosses difficultés rencontrées se trouve dans les attentes des membres de l’association. Ainsi, pour les associations qui regroupent diplômés et étudiants, on s’aperçoit que les attentes sont très différentes : les étudiants recherchent plutôt des opportunités professionnelles tandis que les anciens demandent à échanger, se rencontrer, faire du « business » ou se former. Nous avons demandé à chacune des personnes interrogées de définir son avantage concurrentiel ou la valeur ajoutée que son association apportait par rapport à toutes les autres. Les PROBLÉMATIQUES rencontrées 20-40% Part des offres d’emploi proposées par les diplômés selon les écoles
  22. 22.   22 Si les associations les plus puissantes ont conscience des services apportés et avantages que leurs réseaux représentent pour leurs communautés, dans certains cas, des hésitations dans les réponses ont été décelées. On observe donc qu’il est difficile de se positionner par rapport aux autres établissements et ce pour plusieurs raisons. D’une part, on observe un lissage des pratiques sur les offres de valeur les plus classiques (annuaire, offres d’emploi, forums). D’autre part, il n’est pas évident que toutes les associations aient conscience de leur implication dans le cadre de la mise en concurrence des écoles les unes par rapport aux autres. Enfin, la notion de service n’est pas toujours au cœur des préoccupations, l’objectif premier de certaines écoles et associations se limitant aux services à fournir aux entreprises partenaires et à la bonne tenue de leur annuaire. Heureusement, on observe une prise de conscience assez large chez les personnes interrogées de l’importance d’une association puissante et de sa valeur en tant qu’avantage concurrentiel stratégique. 1. Se doter d’outils informatiques efficaces La qualité des outils et leur adéquation aux caractéristiques si particulières aux activités de gestion et d’animation de communautés sont essentielles. Un simple produit n’est pas suffisant, il faut également bénéficier d’un bon accompagnement. 2. Sonder les étudiants et diplômés pour comprendre leurs attentes et répondre à leurs besoins 3. Fidéliser 4. Développer l’effet réseau Les conseils Socialumni
  23. 23.   23 La synthèse des conseils SocialumniCONCLUSION
  24. 24.   24 L’animation, qui est l’un des facteurs clés de la bonne gestion d’un réseau n’a à aucun moment été cité. Si, pour les associations les plus actives, cette notion est sous-jacente, certaines écoles jugent cet aspect secondaire. Une question essentielle doit se poser, certaines écoles ne privilégient-elles pas les les entreprises privées au détriment des diplômés eux-mêmes ? La vraie force des écoles les plus matures est de réussir à concilier ces deux objectifs par une démarche forte de services : dans une société consumériste telle que la nôtre, il est plus probable d’obtenir l’adhésion forte d’une cible donnée si on lui offre de la valeur. Plus la valeur sera grande, plus le retour sur investissement sera intéressant. L’animation est bien sûr essentielle dans la gestion de communautés sur le web. C’est à la fois l’un des facteurs clés de réussite les plus importants et l’une des plus grandes problématiques décelées. C’est à coup sûr l’un des maîtres-mots à retenir dans le cadre d’une stratégie globale de gestion d’une communauté d’élèves et de diplômés. Les maîtres-mots de la GESTION DE COMMUNAUTÉ cités Et l’ANIMATION dans tout ça ?
  25. 25.   25 Rassembler [ʁa.sɑ̃.ble] : Rallier des gens qui ont des opinions identiques en vue d'une action commune ; Faire appel à tous ses moyens, physiques ou intellectuels, les concentrer en vue d'une action difficile. Rassembler les membres de la communauté permet de créer des synergies importantes. C’est en créant ces synergies qu’il est possible de renforcer le sentiment d’appartenance, developer l’intérêt des membres pour la communauté et catalyser l’effet de réseau. L’effet de réseau est une alchimie complexe, basée sur la realisation d’objectifs personnels et celle d’une vision commune. Il est donc important de bien comprendre les attentes et besoins de chacun afin de créer l’envie, susciter l’intérêt, rassembler. RASSEMBLER 1. Regrouper les communautés • Pour sensibiliser les étudiants à l’importance de l’association et du réseau • Pour impliquer les diplômés 2. Créer des liens entre les différentes entités de la communauté sur les réseaux sociaux • En créant un point de rendez-vous central sur le web • En multipliant les occasions de rencontres (parrainage, mentorat, tables rondes…) 3. Renforcer les interactions entre l’association des diplômés et l’école Une forte implication de l’école permettra d’améliorer l’essor des jeunes associations de diplômés : • Sensibiliser les étudiants sur la notion de réseau • Augmenter l’interactivité au sein de l’association • Apporter des moyens humains, financiers et de la légitimité Par la suite, lorsque l’association devient plus stable et mature, c’est elle qui participe au rayonnement de l’école. C’est en quelque sorte un « retour sur investissement ». Les conseils Socialumni
  26. 26.   26 Valeur [valœʁ] : Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d'un point de vue personnel ou selon les critères d'une société et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre ; Caractère de ce qui produit l'effet voulu ; Caractère de ce qui remplit les conditions requises pour être valable. Pour être digne d’intérêt, l’association de diplômés doit apporter de la valeur. Elle doit produire un service qui permettra aux membres et non membres d’identifier immédiatement l’opportunité qu’elle pourra représenter. C’est à cette seule condition qu’il pourront être susceptibles d’aider l’association et l’école à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés (financiers, sociaux, marketing…).   CRÉER DE LA VALEUR 1. Définir une offre de valeur claire • Pour attirer les étudiants et diplômés : C’est tout simplement le principe du donnant-donnant. Pour que l’association puisse fédérer un nombre important de membres ou bénévoles, elle doit avoir un impact sur la vie quotidienne des étudiants, donc « donner » pour ensuite « recevoir » de la part des étudiants une fois diplômés. • Pour les fidéliser 2. Mettre en place une démarche de service 3. Proposer des outils efficaces Les associations doivent proposer à leurs étudiants et diplômés des outils simples, innovants, interactifs avec plus de fonctionnalités. Ce qui est selon nous primordial. 4. Animer le réseau Une politique claire et précise d’animation et de service doit impérativement être définie, bien évidemment toute politique doit être servie par des moyens humains et financiers adaptés à la taille de l’association. Les conseils Socialumni
  27. 27.   27 Communiquer [ko.my.ni.ke] : Faire partager sentiment, un état ; Faire passer quelque chose pour qu'on en prenne connaissance. Animer [a.ni.me] : Donner vie à quelque chose ; Doter quelque chose de mouvement ; Inspirer quelqu'un, le pousser à agir ; Donner du mouvement, de l'activité à une entreprise. L’association doit insuffler un dynamisme au sein de la communauté. Pour cela, il ne suffit pas de relancer les gens pour qu’ils s’acquittent de leurs cotisations ou s’inscrivent, de proposer des rendez-vous pour lesquels ils n’ont souvent que peu d’intérêt. Il s’agit ici de donner vie à un mouvement vertueux dont chacun pourra tirer parti dans l’intérêt de tous. Pour bien animer, il faut savoir écouter, prendre connaissance des attentes de chacun et tenter d’y répondre. La communication est source de valeur, il est donc nécessaire de travailler dans ce sens. COMMUNIQUER ANIMER 1. Communiquer sur la complémentarité entre l’association et l’école 2. Communiquer sur l’offre de valeur 3. Etre transparent vis-à-vis de la communauté 4. Animer les communautés • Former le personnel au community management • Adapter le nombre d’animateurs au nombre de membres 5. Evangéliser Il est essentiel pour une école d’être impliquée dans la transmission des notions de réseau auprès des étudiants. 6. Ne pas surestimer ou sous-estimer les réseaux sociaux grand public • Les réseaux sociaux et internet participent fortement à la bonne gestion du réseau • Avec les réseaux sociaux publics, les associations et écoles ne sont pas propriétaires des données. Il devient alors moins évident de capitaliser sur son réseau • Ils ne permettent pas de retranscrire l’offre de valeur, d’où la nécessité d’exploiter un site communautaire spécifique Les conseils Socialumni
  28. 28.   28 Les écoles l’ont bien compris, il y a un lien évident entre la performance d’une école et la manière dont son réseau est géré. Plus le réseau est développé et puissant, plus l’image et la notoriété de l’école augmentent. Les diplômés sont le reflet de l’école, lors de la réalisation des classements (Le Point, Figaro…) une partie des points attribués est basée sur des critères faisant référence aux diplômés. Ainsi, au vu de la conjoncture actuelle de compétitivité, le classement d’une école prend une importance considérable. Dans l’ensemble, nous observons la même volonté au sein des associations interrogées pour faire avancer et « booster » le réseau des anciens. Les écoles sont également conscientes des enjeux, elles s’investissent alors de plus en plus pour sensibiliser les étudiants dès les premières années, mais l’investissement reste encore trop timide. Du coté des associations, malgré leur volonté de faire accélérer les choses, on observe qu’il y a un grand écart entre les objectifs souhaités et les moyens réellement mis en place. L’idéal pour l’école étant de se diriger vers un écosystème quasiment indépendant, un long chemin reste encore à parcourir. Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes qui ont répondu présent à notre appel et nous ont donné de leur temps pour répondre à nos questions. Nous tenons à les remercier pour la qualité de leurs réponses et des observations qu’elles nous ont faites. Nous remercions par leurs biais les écoles et associations dont les logos figurent en deuxième page de ce document, leur contact a été très enrichissant et nous sommes fiers de pouvoir les y faire figurer. POUR FINIR… REMERCIEMENTS Réalisez un bilan complet et bénéficiez de recommandations Socialumni adaptées à vos besoins Contactez-nous : • Par e-mail : contact@socialumni.com • Par téléphone : 01 44 82 01 62 Pour approfondir…

×