1. Les dérives et la nécessité d’une éthique
Les sondages Sofrès pour La Croix Télérama, déjà évoqués, ont révélés
une cer...
kurde, masqué et armé jusqu’aux dents, accompagnés de deux autres maquisards
et d’un reporter qui escaladaient de dangereu...
L’intéressé, interviewé dans le cadre de l’émission « le vrai journal » de
Karl Zéro paraissait estimer, ici à nouveau, qu...
Il définit certaines valeurs éthiques auxquelles le journaliste doit se soumettre à
savoir :
− le sens de l’honneur ;
− la...
c) La convention collective
Il faut aussi souligner le rôle de la convention collective de travail des
journalistes et ses...
critique comme constituant l’une des libertés fondamentales de tout être humain.
Il affirme clairement que la « responsabi...
Cette publication rend compte des différentes entorses à la déontologie qui
ont pu être constatées à l’occasion de la couv...
Dans le droit fil de ces codes de bonne conduite, de l’avis de la
Commission nationale consultative des droits de l’homme,...
tolérance qui donnent au journaliste une mission d’intérêt général ou au moins
une responsabilité dans la société
• Sud-Ou...
exigence du sérieux et de la rigueur, respect de la personne.
Le journaliste doit veiller à la véracité de l’information, ...
rédactionnelle dans le journal.
De leur côté France 2 depuis septembre 1998 et France 3 deux mois plus
tard, dans leurs ém...
qu’il puisse s’agir là d’une atteinte à la liberté d’expression et d’un début de
censure. Certains, comme Thomas Ferenczi,...
émanant des journalistes eux-mêmes, ne pourrait-on envisager la création d’un
ordre ou tout au moins d’un organisme instit...
libertés altérées par une caste de mandarins dont ils redoutent ainsi la
constitution.
Il semble toutefois qu’un mouvement...
1.1. La fonction sociale des journalistes
Le rôle des journalistes et leur responsabilité sociale seront de plus en plus
e...
prééminent que doit remplir le journaliste, une déontologie, d’abord, et cela a été
précédemment évoqué, mais aussi une fo...
contenir des inexactitudes.
S’agissant de la formation professionnelle, selon les chiffres donnés par le
Professeur Michel...
Des formations internes aux entreprises ont également été organisées. C’est
le cas de l’Académie pour la presse magazine, ...
ont fourni une illustration. Sur une chaîne, l’interview avait été coupée au
moment où les rescapés se retiraient et où l’...
le cadre des centres de loisirs et colonies de vacances, a développé des actions
similaires. Il conviendrait sans doute d’...
Il semble que des efforts considérables doivent être faits pour qu’un
enseignement spécifique soit dispensé dans le second...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Adopté par le conseil économique et social au

352 vues

Publié le

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
352
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Adopté par le conseil économique et social au

  1. 1. 1. Les dérives et la nécessité d’une éthique Les sondages Sofrès pour La Croix Télérama, déjà évoqués, ont révélés une certaine défiance du public à l’égard des médias. Longtemps, ce qui était lu dans le journal était tenu pour vrai. En revanche, la crédibilité de l’image était longtemps restée inattaquée. Ce qu’on avait vu était nécessairement vrai. Un certain recul et un certain esprit critique se sont manifestés depuis plusieurs années. Une étape fondamentale a été franchie dans ce domaine lors des événements de Timisoara en 1990. Les victimes, dont les cadavres étaient présentés, n’étaient pas celles des massacres du 17 décembre 1989 mais des morts qui avaient été déterrés dans le cimetière voisin. Le téléspectateur, et certains journalistes eux-mêmes, ont pris pour vrai ce qui était une supercherie. Pour la première fois, l’image était mise en cause. Cet incident a provoqué un mouvement de défiance puis une réflexion. Au-delà même du mensonge délibéré, le public a également compris que l’angle de prise de vue, le montage, le choix des plans et les images elles-mêmes pouvaient avoir une influence considérable sur le récit. La guerre du Golfe a constitué une seconde étape importante, confirmant le relatif recul qui s’était amorcé à l’égard de la croyance en l’image. Le mensonge allait se développer. « Le bidonnage » n’est pas nouveau. Chacun se rappelle ce journaliste du New York Times qui racontait de la manière la plus impressionnante les atrocités de la guerre du Cambodge alors qu’il n’était jamais allé sur le terrain et qu’il avait écrit ses articles, tranquillement installé à Marbella en Espagne. On a également gardé le souvenir de la fausse interview de Fidel Castro par Patrick Poivre d’Arvor, sur TF1. Il est difficile de savoir si la multiplication récente de ces « bidonnages » résulte d’une volonté plus ferme de les rechercher et de les dénoncer ou si elle correspond à un phénomène qui s’est accentué. Force est de constater que les mois qui viennent de s’écouler ont été révélateurs à cet égard. En Allemagne, le journaliste Michaël Born, a été reconnu coupable d’avoir falsifié totalement ou partiellement une vingtaine de reportages. En 1994, une chaîne allemande avait présenté une émission où on pouvait voir un combattant
  2. 2. kurde, masqué et armé jusqu’aux dents, accompagnés de deux autres maquisards et d’un reporter qui escaladaient de dangereux sentiers de montagnes les conduisant dans une grotte où on voyait d’autres combattants fabricant une bombe en vue de l’attentat de Fethie (centre touristique en Turquie). Rien n’était vrai. Les Kurdes étaient des Albanais, la grotte se trouvait dans la résidence d’un ami suisse et le tournage avait eu lieu en Grèce... Ce faussaire avait réalisé d’autres reportages sur des sujets passionnants notamment sur une prétendue section allemande du Ku Klux Klan, sur des trafiquants de cocaïne, sur un Australien chasseur de chats, sur le travail d’enfants exploités dans le tiers monde, sur des passeurs immigrés clandestins... Chacun de ces reportages avait été fabriqué de toutes pièces avec l’aide de comparses. Arte a consacré récemment une émission à ce singulier journaliste qui a été condamné à quatre ans de prison par les tribunaux allemands. Ce qui frappait d’ailleurs c’était le sentiment de légitimité qu’il donnait à ses actes et l’indifférence à l’égard du mensonge. Avec une étonnante désinvolture, il paraissait penser que peu importe qu’il s’agisse ou non du réel puisque les images étaient peut-être plus vraies que lui ! Sa conception est simple. Selon les propos que lui prête Ignacio Ramonet : « les images ont toujours menti, et mentiront toujours ». Un reporter anglais n’a pas été en reste. Il démontrait dans une émission, comment le cartel de Cali en Colombie, avait ouvert une nouvelle route pour passer de la cocaïne en Europe. Tout était également faux. Le « passeur » était là aussi un comparse ; le chef du « cartel de Cali » un employé de banque à la retraite. Malheureusement, la France n’a pas échappé à la tentation. Le reportage diffusé le 5 décembre 1998 « sur la piste de l’ecstasy », réalisé par Philippe Buffon en apporte la preuve. On y voyait, dit le Canard Enchaîné, « une vaillante équipe de gendarmes filer des trafiquants, les arrêter, mener un interrogatoire et retrouver le bon paquet d’ecstasy et un peu d’héroïne ». Ici encore, il s’agissait d’une pure mise en scène. C’était cette fois les gendarmes qui avaient servi d’acteurs et les locaux filmés étaient ceux de leur gendarmerie !
  3. 3. L’intéressé, interviewé dans le cadre de l’émission « le vrai journal » de Karl Zéro paraissait estimer, ici à nouveau, qu’il n’y avait rien d’anormal puisque la reconstitution reproduisait exactement la réalité. On pourrait également citer les fausses arrestations (les brigades de l’autoroute en juin 1998), la simulation d’un sauvetage en montagne (Des Racines et des Ailes FR3, février 1999) on pourrait hélas sans doute allonger la liste sans difficulté. A ces mensonges, il faut ajouter la création artificielle d’événements et les risques de manipulation que peuvent induire les images de synthèse et les images virtuelles ; il est en effet désormais possible d’intégrer n’importe quel personnage dans n’importe quelle situation sans que le téléspectateur puisse s’en apercevoir. Le film « Forest Gump » où l’on voyait Tom Hanks s’entretenir successivement avec le Président Kennedy et avec le Président Nixon a fait prendre brutalement conscience de ce phénomène. A l’heure actuelle, sauf lorsqu’il s’agit de situations où le donneur d’ordre n’était absolument pas au courant et où les peines de l’escroquerie peuvent être envisagées, le « bidonnage » ou les images virtuelles ne peuvent donner lieu à sanction pénale. Le délit prévu par l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881, n’est constitué que lorsqu’il est porté atteinte à la « paix publique ». Ce texte a été très rarement appliqué et ne pourrait certainement pas l’être en l’espèce. 2. Code de bonne conduite et chartes Les journalistes n’ont pas attendu ces événements pour prendre conscience de la nécessité, compte tenu de l’importance de leur rôle et de l’immense influence dont ils disposent, pour chercher à se constituer un code de référence, une déontologie. 2.1. Le code de bonne conduite et les déclarations a) Le code de bonne conduite de 1918 Le syndicat national des journalistes, créé en 1918, se préoccupait immédiatement de cette question, souhaitant rassembler les journalistes dans le cadre d’une profession libérale à l’instar de celle réunissant les avocats. Il rédigeait un « code de bonne conduite » qui comportait déjà l’essentiel des principes qui peuvent diriger la conscience « d’un journaliste digne de ce nom ».
  4. 4. Il définit certaines valeurs éthiques auxquelles le journaliste doit se soumettre à savoir : − le sens de l’honneur ; − la responsabilité de ses écrits ; − le respect de la vérité ; − la résistance à la corruption ; − la délicatesse envers ses confrères ; − le respect du secret professionnel ; − le respect du rôle de la justice. b) La révision de 1938 Cette tentative de professionnalisation avait pour but de décourager les amateurs, les occasionnels, mais aussi les politiciens peu soucieux de déontologie. Il faut souligner que la charte de 1918 se situait dans une logique ordinale1. Le code de 1918 est révisé et complété en 1938 introduisant des principes nouveaux : la calomnie, les accusations sans preuve, l’altération des documents, la déformation des faits et le mensonge sont des fautes professionnelles graves. Le journaliste « ne reconnaît que la juridiction de ses pairs souveraine en matière d’honneur professionnel, il n’accepte que des missions compatibles avec sa dignité professionnelle ; il s’interdit d’invoquer un titre ou une qualité imaginaire, d’user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque, il ne touche pas d’argent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations, seraient susceptibles d’être exploitées ; il ne signe pas de son nom des articles de réclames commerciale ou financière, ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ; ne sollicite pas la place d’un confrère ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditions inférieures ; garde le secret professionnel ; n’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ; revendique la liberté de publier honnêtement ses informations, tient le scrupule et le souci de la justice pour des règles premières, ne confond pas son rôle avec celui du policier. ».
  5. 5. c) La convention collective Il faut aussi souligner le rôle de la convention collective de travail des journalistes et ses avenants pour les entreprises de l’audiovisuel du secteur public, dont la dernière version a été étendue en février 1988. Elle comporte quelques dispositions d’ordre déontologique. C’est ainsi que son article 5 prévoit qu’un journaliste ne peut accepter, pour la rédaction de ses articles, d’autres salaires et avantages que ceux que lui assure l’entreprise de presse à laquelle il collabore. En aucun cas, un journaliste professionnel ne peut présenter, sous la forme rédactionnelle, l’éloge d’un produit, d’une entreprise, à la vente ou à la réussite desquelles il est matériellement intéressé. La convention reprend la fameuse « clause de conscience des journalistes ». Cette disposition est évidemment essentielle. C’est elle qui assure une relative garantie d’indépendance aux journalistes et qui constitue une caractéristique essentielle de leur contrat de travail. Il faut aussi ici rappeler l’existence de « La Charte du droit à l’information ». Le SNJ, le Syndicat des journalistes français CFDT, le Syndicat général des journalistes CGT-FO et la Fédération française des sociétés de journalistes réunis à Paris le 19 janvier 1973 ont proclamé solennellement que le temps était venu d’inscrire dans les textes officiels la notion capitale de droit pour le public à l’information et la définition d’un nouveau statut d’une entreprise de presse. d) La déclaration de Munich Le 25 novembre 1971, les Syndicats de journalistes de la communauté européenne auxquels s’étaient joints leurs confrères de Suisse et d’Autriche adoptaient la « Déclaration de Munich ». Les grandes organisations internationales de journalisme, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et l’Organisation internationale des journalistes (OIJ) l’ont reprise à leur compte. Elle comporte un préambule, une déclaration des devoirs, et une déclaration des droits. Le préambule rappelle le droit à l’information, à la libre expression et à la
  6. 6. critique comme constituant l’une des libertés fondamentales de tout être humain. Il affirme clairement que la « responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leur employeur et des pouvoirs publics ». Les devoirs du journaliste s’inscrivent dans le cadre des valeurs qui viennent d’être rappelées. On y trouvera en outre certaines dispositions qui obligent le journaliste à « publier seulement les informations dont l’origine est connue ou, dans le cas contraire, les accompagner des valeurs nécessaires ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ». Le journaliste « s’oblige à respecter la vie privée des personnes. Il s’engage également à rectifier toute information publiée et se révélant inexacte » (article 6). Après avoir rappelé les devoirs, la Déclaration énonce les droits du journaliste. Elle consacre pour lui le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique (article 1). Le journaliste est en droit de refuser toute forme de subordination qui mettrait en péril son indépendance ; il ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel où à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou à sa conscience. L’équipe rédactionnelle doit être informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Le journaliste a droit à un contrat personnel qui assure la sécurité matérielle et morale ainsi qu’à une rémunération suffisante pour garantir son indépendance économique. Enfin, il faut rappeler également la décision de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui a adopté, le 1er juillet 1993, une résolution qui affirme les principes éthiques du journaliste et estime qu’ils devraient être appliqués dans la profession à travers l’Europe. e) Le Livre Blanc de la déontologie des journalistes ou de la pratique du métier au quotidien En 1993, le Syndicat national des journalistes publie le n° 1 du Livre Blanc qui contient certains témoignages apportés par des journalistes engagés avec le SNJ dans le respect de la pratique de leur métier.
  7. 7. Cette publication rend compte des différentes entorses à la déontologie qui ont pu être constatées à l’occasion de la couverture d’événements de toutes sortes. f) La Commission nationale consultative des droits de l’homme Un avis portant sur la liberté de la presse et la responsabilité des journalistes a été adopté lors de sa réunion plénière du 21 mars 1995. La Commission nationale consultative des droits de l’homme propose : • en ce qui concerne les journalistes professionnels : - que soit établi un nouveau code déontologique de la profession s’inspirant de la Charte française des devoirs professionnels, adoptée en 1918, révisée en 1971 à Munich ; - que toute demande d’attribution de la carte d’identité professionnelle soit subordonnée à une adhésion expresse aux principes de ce code ; - que toute violation grave desdits principes valant rupture de l’engagement contracté, entraîne le retrait ou le non renouvellement de la carte. • en ce qui concerne les entreprises de presse : - que chaque entreprise de presse soit incitée, par le canal des organisations représentatives, à créer un organe de défense des lecteurs et de toute personne mise en cause, doté d’un statut garantissant son indépendance ; - que chaque journal précise les règles déontologiques qu’il entend appliquer pour respecter le code de la profession et traiter les problèmes spécifiques auquel il peut être confronté ; que ce règlement déontologique du journal soit affiché dans chaque rédaction et que son application soit l’objet d’une évaluation annuelle et publique ; - que le montant des aides publiques consenties aux entreprises qui peuvent y prétendre prenne en compte une telle création afin d’encourager semblable initiative et de compenser les charges qu’elle peut entraîner. 2.2. Les chartes d’entreprises
  8. 8. Dans le droit fil de ces codes de bonne conduite, de l’avis de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, et de leur responsabilité chaque jour accrue, différents journaux ont adopté une charte : ainsi, Ouest France, Sud-Ouest, La Nouvelle République du Centre Ouest, La voix du Nord, La Croix, Le Dauphiné libéré, Libération, Médias, J. Presse, Le Monde. Ces chartes méritent quelques observations : • Ouest France : La Charte d’Ouest France attache une importance particulière au traitement des faits divers. Elle rappelle quatre principes essentiels : dire sans nuire - montrer sans choquer - témoigner sans agresser - dénoncer sans condamner. En ce qui concerne les faits de justice, elle invite à une « haute conscience du droit absolu de tout homme à un procès équitable et souligne la nécessité de la présomption d’innocence. « Il est rappelé qu’il convient d’éviter des termes blessants ainsi que les formules qui peuvent conditionner les jurés ou l’opinion publique et ainsi porter atteinte à la présomption d’innocence ». De nombreux autres conseils sont formulés, notamment éviter de parler des suicides, sauf s’ils paraissent liés à l’exercice d’une responsabilité politique ou professionnelle, ou s’ils ont un caractère spectaculaire. Pour les délits, l’identité de l’auteur ne sera indiquée que s’il y a mise en examen ou détention. En cas de viol, aucun élément permettant une identification ne sera donné. Il faudra éviter les humiliations inutiles. Cela demande du coeur et du jugement. • La nouvelle République : la ligne directrice qualifiée « d’humaniste » tient lieu de charte. Elle répond à une triple vocation : - être en toute indépendance le média des institutions ; - être aussi le média des citoyens en se faisant leur porte-parole ; - être le photographe des réalités politique, sociale, économique et culturelle du moment. La charte prône des valeurs : démocratie, droit de l’homme, justice,
  9. 9. tolérance qui donnent au journaliste une mission d’intérêt général ou au moins une responsabilité dans la société • Sud-Ouest : Ce journal dont la devise est : « acta sacra, libera verba », (Les faits sont sacrés, les commentaires sont libres) s’est doté d’une charte en 1984. Elle arrête les grands principes rédactionnels du journal et en définit le contenu. Elle comporte quelques rudiments de droit. La charte rappelle que l’éthique à laquelle elle se réfère n’est pas figée et qu’elle est le fruit d’une concertation et d’un dialogue permanents. Elle insiste particulièrement sur la bonne foi qui doit être celle du journaliste et reprend les critères généralement admis sur ce point par la jurisprudence. La charte précise que la photo montage doit comporter la mention « montage ». • La Voix du Nord : sa charte rédactionnelle est en cours de discussion ; • La Croix : il s’agit d’un texte d’orientation en date de novembre 1980, régulièrement révisé, dont la dernière version date de 1995, et qui rappelle son attachement aux valeurs fondamentales de l’Evangile s’ordonnant autour de « liberté, dignité, justice, paix, amour » ; • Libération : le journal a en 1993 adopté un règlement intérieur. Le journaliste ne doit accepter aucune invitation impliquant la prise en charge totale ou partielle de son voyage ou de ses frais de séjour. • Médias : nécessité d’une séparation totale entre le service rédaction et le service publicité ; • Jeune presse 1991 : les journalistes, jeunes lycéens, acceptent de respecter une éthique mais refusent tout contrôle sur leurs journaux notamment dans les établissements scolaires ; • Le Monde : la rédaction s’en tient aux usages internes sans estimer nécessaire de les enfermer dans un cadre institutionnel ; • La charte Presse quotidienne régionale : règles et usages. Elle proclame que la liberté d’expression doit s’exercer à travers une pratique guidée par une déontologie. Elle rappelle quelques principes essentiels :
  10. 10. exigence du sérieux et de la rigueur, respect de la personne. Le journaliste doit veiller à la véracité de l’information, à la prudence et à l’équité dans l’expression. Il ne faut pas se substituer à la justice : informer sans condamner. En dépit de toutes ces chartes, force est de reconnaître que les manquements aux règles de conduite énoncées sont nombreuses, voire en augmentation. Ce constat amène à s’interroger sur les causes de leur inefficacité. Est-ce imputable à une absence de cadre juridique contraignant, assorti de sanctions opposables aux entreprises de presse et à leurs salariés ou s’agit-il des effets de l’exacerbation de logiques commerciales concurrentielles ? D’autres causes pourraient être évoquées. 3. Les médiateurs De nombreux journaux s’inspirant de la nécessité d’une déontologie et de tenir compte des aspirations des lecteurs ont désigné un « Médiateur ». L’idée d’un médiateur est née en 1913, aux Etats-Unis, quand Pulitzer créa un bureau d’exactitude et d’équité pour recevoir les plaintes adressées au World, son quotidien de l’Etat de New York mais il a fallu attendre 1967 pour que soit nommé le premier médiateur. Ombudsman ou Leader Representative, le médiateur a été désigné par certains grands médias d’Amérique du Nord. On en dénombrait 37 en 1995 dont le Washington post, Chicago tribune, le Boston globe, le Voice of america, Le GBC (Radio Canada). En revanche, on en recense très peu en Europe. Il en existe en Espagne où « El Pais » a désigné un « défenseur du lecteur » et en France auprès du journal Le Monde depuis 1992. Dans ce quotidien national, André Laurens, Thomas Ferenczy et maintenant Robert Solé se sont succédé dans leurs rendez-vous du samedi pour donner à leurs lecteurs la possibilité d’exprimer leurs critiques et leurs observations sur la façon dont le journal avait traité l’information. La chronique hebdomadaire du médiateur est la seule qui ne soit pas relue et échappe ainsi à tout contrôle de la rédaction. Le médiateur du Progrès répond par lettre et au téléphone mais n’offre pas ses colonnes aux mécontents et ne dispose lui-même d’aucune expression
  11. 11. rédactionnelle dans le journal. De leur côté France 2 depuis septembre 1998 et France 3 deux mois plus tard, dans leurs émissions respectives « Hebdo du médiateur » et « On se dit tout » donnent l’antenne aux téléspectateurs qui souhaitent exprimer leurs griefs sur les émissions de la semaine. Noël Copin se prête au même jeu avec les auditeurs de RFI. La désignation d’un médiateur témoigne de la volonté de servir le public en lui permettant d’accéder à une information de qualité. Le but à atteindre est essentiellement d’accroître l’auditoire. Il s’agit d’une démarche pragmatique. La charge est en général assumée par un journaliste qui est un salarié du journal. Il faut évidemment qu’il s’agisse d’une personnalités respectée par ses pairs. Il reçoit les plaintes du public sur l’exactitude, l’impartialité, l’équilibre de l’information. Il est l’avocat du public auprès de la rédaction et l’avocat des journalistes auprès du public. Son rôle est surtout un rôle d’observateur indépendant, objectif et crédible « le médiateur a pour tâche de faire comprendre au lecteur comment travaillent les journalistes, pourquoi il leur arrive de se tromper, quelles difficultés ils rencontrent dans l’exercice de leur métier non pour les excuser mais pour éviter malentendu et procès d’intention » (Thomas Ferenczy). Une « Organization of news ombudsman » a été créée en 1981 et a rassemblé environ dix pays. Sur Radio-Canada, une émission mensuelle de vingt minutes sur la chaîne d’information continue de langue française est très populaire. Le recul est suffisant pour jeter un premier regard sur l’expérience du médiateur. C’est presque toujours un journaliste qui appartient ou a appartenu au média qui le choisit. Le niveau d’indépendance est évidemment fonction des clauses du contrat, de sa durée et de la possibilité de le renouveler. Au journal Le Monde, la durée est de deux ans, non renouvelable, ce qui garantit une réelle indépendance ; au Washington Post deux ans renouvelable deux fois ; à Radio Canada quatre ans non renouvelable. Les journalistes ont manifesté tout d’abord quelque inquiétude, craignant
  12. 12. qu’il puisse s’agir là d’une atteinte à la liberté d’expression et d’un début de censure. Certains, comme Thomas Ferenczi, ont pensé que cette institution pouvait avoir un effet inhibant sur la rédaction. Parallèlement, il peut être considéré par le lecteur ou le téléspectateur comme un élément de relation publique au service de l’entreprise de médias. Pour remplir efficacement sa mission, le médiateur doit faire preuve de pédagogie, vérifier le travail du journaliste, savoir rassurer le public quant à son indépendance et savoir écarter les soupçons de manipulation. Il correspond certainement à un progrès dans les rapports entre le média et le public. Pour autant, il ne peut évidemment, en l’état actuel des choses, correspondre à une autorité disposant d’un pouvoir décisionnaire. Il est seulement, comme son nom l’indique, une personne dont les qualités sont reconnues et qui cherche à expliquer et à concilier. 4. Conclusion Pour conclure sur ces développements, il faut noter la prise de conscience des médias qui manifestent une très louable intention de garantir une fidélité à l’égard des normes morales qui doivent inspirer l’activité du journaliste. En même temps, plus la profession pourra faire la démonstration de ses exigences déontologiques, plus elle pourra être elle-même protégée dans l’exercice de son activité et tout particulièrement, pour citer un exemple parmi d’autres - mais il est essentiel - dans la garantie du secret des sources. Pour autant, il paraît difficile de parler d’une véritable déontologie dans la mesure où les manquements ne sont soumis à aucune sanction. Certes, ils peuvent être invoqués dans le cadre de la rupture d’un contrat de travail, mais cette seule menace n’est peut-être pas suffisante et elle ne peut peser sur le responsable financier de l’entreprise. On peut s’interroger sur le point de savoir s’il est une véritable déontologie sans sanction. Une question peut aussi se poser à ce sujet. Afin d’être reconnus dans l’intégralité de leurs droits et prérogatives, de voir organiser l’accès aux documents et aux sources, mais aussi organiser le respect d’une déontologie
  13. 13. émanant des journalistes eux-mêmes, ne pourrait-on envisager la création d’un ordre ou tout au moins d’un organisme institutionnel qui assumerait ses fonctions sans en prendre le nom ? 1 L’accès aux sources se révèle de plus en plus difficile auprès des administrations qui, prétextant différents secrets et procédant à des amalgames, semblent souvent refuser des communications à la presse. Quant au secret des sources, il a certes été théoriquement consacré par la loi du 4 janvier 1993 dont l’article 55 précise que : « les perquisitions dans les locaux d’une entreprise de presse ou de communication audiovisuelle, ne peuvent être effectuées que par un magistrat qui veille à ce que les investigations conduites ne portent pas atteinte au libre exercice de la profession des journalistes et ne constituent pas un obstacle ou n’entraînent pas un retard injustifié à la diffusion de l’information ». Parallèlement, le nouvel article 109 du code de procédure pénale déclare que « tout journaliste entendu comme témoin sur des informations recueillies dans l’exercice de son activité est libre de ne pas en révéler l’origine ». Sur le plan pratique, les commentaires des auteurs et la jurisprudence montrent que ces dispositions sont d’une efficacité relative. Cependant, il est difficile de penser que les journalistes puissent arriver à une systématisation de ce secret sans que des garanties soient apportées par l’organisme auxquels ils appartiennent. Le Professeur Derieux écrit à ce sujet : « parmi d’autres, la question du secret professionnel des journalistes... fournit une illustration du caractère fort limité de l’éthique ou déontologie journalistique, en l’absence de toute véritable formulation de tels principes et de l’inexistence de toute instance ou institution professionnelle compétente pour dégager ces principes et en assurer le contrôle et le respect... pas plus que cette juridiction de ses pairs, aucune autre instance de ce type n’a non plus été créée, en France, pour garantir le respect des droits et des devoirs du journaliste dans l’exercice de sa profession... Là encore, l’accord entre les diverses catégories professionnelles - d’employeurs et de journalistes - et la création d’institutions de contrôle constitueraient un préalable nécessaire ». 1 Les journalistes jusqu’ici paraissaient hostiles, craignant de voir leurs
  14. 14. libertés altérées par une caste de mandarins dont ils redoutent ainsi la constitution. Il semble toutefois qu’un mouvement d’opinion se dessine en faveur d’une telle idée. Lors de l’émission le « vrai journal » de Karl Zéro du dimanche 31 janvier 1999 à laquelle il a été fait allusion ci-dessus, le journaliste Pierre Hurel présentant « le bidonnage » ne déclarait-il pas spontanément, après le rappel de quelques dérives, qu’on ne pouvait pas rester passif et que peut-être la constitution d’un ordre pouvait être envisagée ? Le Syndicat national des journalistes n’a pas toujours été hostile à la création d’une juridiction spécifique. C’est ainsi que le code de bonne conduite dans sa rédaction de 1938 prévoyait : « le journaliste ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d’honneur professionnel ». C’est au demeurant le propre d’un ordre. Régulièrement, il est tiré argument de ce que la majorité des ordres sont nés sous Vichy. Il faut seulement rappeler que l’Ordre des avocats a quelque six siècles d’existence et que c’est probablement grâce à lui qu’une profession où l’indépendance est sans doute aussi difficile à sauvegarder, a pu traverser les âges en protégeant son autonomie à l’égard des pouvoirs politiques et financiers. Il n’est pas inutile de rappeler ce qu’Albert Camus répondait au journal Le Monde en 1957 : « J’ai toujours regretté qu’il n’existe pas un Ordre des journalistes qui veillerait à défendre la liberté de la profession et les devoirs que cette liberté comporte nécessairement ». Aucune solution n’est évidemment parfaite, et quelles que soient les institutions, les dérives ne peuvent jamais être complètement évitées. Mais il s’agit peut-être là d’un axe de réflexion qui mériterait d’être à nouveau exploré. D - LA FORMATION Si l’importance croissante des médias et leur influence imposent une référence à la déontologie, elles doivent également conduire à porter une attention prioritaire à la formation. Certes, formation des journalistes d’abord ; mais aussi formation du public à qui doit être appris le langage de l’image, à qui on doit montrer sa relativité et la nécessité de savoir s’en protéger. 1. La formation des journalistes
  15. 15. 1.1. La fonction sociale des journalistes Le rôle des journalistes et leur responsabilité sociale seront de plus en plus essentiels dans l’information du citoyen et le maintien de la démocratie. Dominique Wolton, répondant à Didier Adès, déclarait1 « avec Internet... n’importe quelle information peut faire le tour du monde en 20 secondes... » Cette rapidité, cette transparence de la transmission des informations paraissent être conformes à l’idéal démocratique explique-t-il. Mais, il ajoute : « on s’aperçoit qu’il y a de vrais problèmes culturels, que la démocratie ce n’est pas forcément de tout mettre, tout sur le Web, ce n’est pas forcément de mettre toutes les informations accessibles par tout le monde. Pourquoi ? Pour deux raisons : la première c’est qu’il y a un problème de compétence. Tout le monde ne peut pas comprendre l’ensemble des interventions économiques, financières, militaires, stratégiques. On est obligé de passer par le filtre d’un professeur ou d’un documentaliste ou d’un journaliste pour comprendre un certain nombre de choses... Deuxième contrainte, c’est que si ce système Internet sur le plan technique est formidable puisqu’il permet de tout diffuser, la question qui est posée c’est qui contrôle la véracité des informations... Il faut qu’il y ait des professionnels qui s’appellent des journalistes dont le seul métier est de vérifier la qualité et la justesse des informations... La démocratie, aujourd’hui, ce n’est pas l’absence d’intermédiaires, c’est au contraire de restituer et de revaloriser le rôle des intermédiaires, c’est-à-dire des journalistes, des hommes politiques, de tous ceux qui permettent de filtrer l’accès et l’interprétation et la connaissance du monde ». Il souligne enfin que, lors de l’affaire Clinton, les journalistes ne se sont pas rendu compte qu’ils « abandonnaient leur fonction de journaliste en se transformant en simples transmetteurs. Transmettre, ce n’est pas exercer une fonction d’information parce que, pour transmettre de l’information, il faut l’avoir construite... Cela veut dire que cette fonction de tri, de hiérarchisation de l’information, de sélection de l’information, d’organisation de l’information, est une fonction essentielle et qui fait la grandeur du métier de journaliste ». On ne pouvait mieux expliquer combien, compte tenu du rôle social
  16. 16. prééminent que doit remplir le journaliste, une déontologie, d’abord, et cela a été précédemment évoqué, mais aussi une formation bien adaptée, sont nécessaires. La rapidité de la transmission impose à ceux qui devront en assumer la responsabilité une compétence, une rigueur particulière, et aussi une formation efficace tant sur le plan de la culture générale que sur celui de techniques spécialisées. 1.2. Des compétences souvent acquises par la pratique Il faut noter qu’en dépit de l’absence de formation spécifique 52 % des jeunes journalistes (moins de 31 ans) sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Parmi ceux-ci plus de la moitié d’entre eux possèdent une maîtrise. Les cursus sont variés : les sciences humaines viennent en premier lieu, puis le droit, les sciences politiques, les lettres, le journalisme, les sciences de l’information et de la communication et enfin les sciences et techniques. Des actions de formation continue organisées en liaison avec l’entreprise devraient permettre une actualisation des connaissances, en particulier juridiques, et une mise à niveau des nouvelles techniques de communication. On peut donc considérer que majoritairement les journalistes disposent d’une formation initiale et générale solide mais qu’ils acquièrent leur métier sur le terrain. Ce métier est multiple et diversifié. Il y a peu de points communs entre le « rubriquard » de politique générale, le pigiste des faits divers, le reporter photographe des grands conflits ou encore le spécialiste du droit du travail. Chacun d’entre eux nécessite des compétences et des connaissances spécifiques. En outre, la compréhension du milieu et le carnet d’adresses s’acquièrent et se constituent sur le terrain au fil du temps. C’est pourquoi le nombre de journalistes formé sur le tas est important. Cependant, on peut regretter que les techniques journalistiques (analyse, synthèse, mise en perspective, déontologie...) et le droit qui semblent être les connaissances minimales de base ne soient pas obligatoirement vérifiés au moment de la délivrance de la carte de journaliste professionnel. Ce dernier qualificatif justifierait cette exigence et améliorerait les relations avec le monde économique et social qui ressent le plus grand malaise à la lecture ou à l’écoute d’articles ou d’émissions pouvant
  17. 17. contenir des inexactitudes. S’agissant de la formation professionnelle, selon les chiffres donnés par le Professeur Michel Mathien1 et confirmés par M. Claude Furet, directeur du Centre de perfectionnement des journalistes, 15 % seulement des journalistes sont issus d’écoles ou de centres de formation professionnelle, 75 % d’entre eux ne suivent aucune action de formation permanente. « L’information des Français - écrit Claude Furet - dépend de professionnels très peu formés. Et, loin de s’améliorer, la situation s’aggrave encore. Alors qu’il y a une vingtaine d’années, 25 % des journalistes sortaient d’une école de journalisme, il ne sont plus aujourd’hui que 15 % ». Il faut rapprocher cette situation de celle des salariés des autres secteurs, dont 30 % en moyenne suivent une formation continue, ce pourcentage s’élevant à environ 50 % pour les cadres. « Les journalistes français figurent donc parmi les professionnels les moins formés et les moins perfectionnés de notre pays ». Le Professeur Mathien a pu écrire, constatant cette insuffisance de formation : « la couverture des crises internationales récentes a mis en relief des carences dans ce domaine : méconnaissance des problèmes de géostratégie, de sécurité, de défense, de problèmes militaires, de l’histoire, des religions, de la diversité des populations, de la réalité et de l’importance des « nuances » etc. L’éthique des journalistes et des médias ne saurait donc être dissociée de la connaissance sans cesse renouvelée des êtres et des choses ». 1.3. Les centres de formation Ces centres se sont peu à peu développés. Les établissements reconnus figurent dans les versions successives de la convention collective : l’Ecole supérieure du journalisme de Lille, la plus ancienne, créée en 1924, le Centre de formation des journalistes de Paris, en 1946, puis le Centre universitaire d’enseignement du journalisme au sein de l’université de Strasbourg, en 1957, et les départements du journalisme des Instituts universitaires de technologie de Bordeaux et de Toulon, en 1968. Viennent ensuite la filière journalisme de l’université de Paris IV, le Centre transméditerranéen de communication de l’université d’Aix-Marseille et l’Institut professionnel du journalisme de Paris.
  18. 18. Des formations internes aux entreprises ont également été organisées. C’est le cas de l’Académie pour la presse magazine, créée par le groupe Prisma presse (Çà m’intéresse - Prima - Femme actuelle - Télé Loisirs - Voici - Média cuisine - Capital - Gala). Nombre d’associations professionnelles spécialisées et syndicats s’investissent dans la formation et permettent aux journalistes d’acquérir les compétences nécessaires dans les rubriques dont ils sont chargés. Ouest France et France 3 proposent des formations internes. De son côté, le Centre de perfectionnement des journalistes organise des stages interentreprises de un à cinq jours dans divers domaines (droit de la presse - droit de l’image - droit de l’internet et du multimédia, etc.) , des interventions et des stages dans les entreprises, des conférences de spécialistes du droit de la communication. Il édite également différents ouvrages. La question se pose de savoir si les pouvoirs publics doivent s’engager dans une politique incitative ou obligatoire de formation. Il paraît en tout cas nécessaire d’inciter les entreprises à organiser des actions de formation continue. 2. La formation du public Parallèlement, il est évident qu’il y a lieu d’assurer la formation du lecteur, de l’auditeur ou du téléspectateur. 2.1. Apprendre à « lire l’image » A cet égard, on ne saurait trop souligner les potentialités culturelles offertes par le magnétoscope. Il permet, en quelque sorte, une forme de « lecture rapide ». On peut, comme on apprend à lire en diagonale, visionner un document en passant en accéléré. On disait autrefois qu’il manquait à la télévision la fin de chapitre, la page blanche du livre. Elle existe désormais grâce à cet appareil. Par ailleurs, sont apparues des émissions qui incitent à une réflexion sur l’image et à son analyse. Elles sont malheureusement trop rares et souvent méconnues. « Arrêt sur image » sur la Cinquième représente une tentative de ce type d’émission. Son promoteur, Daniel Schneidermann utilise une méthode consistant à comparer deux ou plusieurs présentations d’un même évènement par différentes chaînes. Les sujets sur les trois rescapés du massif de la Vanoise en
  19. 19. ont fourni une illustration. Sur une chaîne, l’interview avait été coupée au moment où les rescapés se retiraient et où l’un d’eux mécontent d’une question posée en fin d’interview menaçait le journaliste. Sur une autre chaîne, cette séquence avait été conservée. L’impression laissée par les trois hommes était évidemment tout à fait différente selon que l’on avait regardé l’une ou l’autre chaîne. Comme souvent, des enfants d’une classe étaient invités à réagir : il s’agit aussi d’apprendre à décrypter l’image. Aux Etats-Unis, « Brill’s Content » s’emploie à la même tâche et, ce qui est révélateur, paraît connaître un grand succès de diffusion. Ce mensuel a été créé aux Etats-Unis pendant l’été 1998, par Steven Brill, un ancien avocat1. Le magazine cherche à expliciter les pratiques et les méthodes de la presse écrite et audiovisuelle ainsi que celle du Net. Il a presque immédiatement atteint le chiffre de 225 000 ventes par mois. Steven Brill déclare « nous ne sommes pas seulement là pour attaquer la presse, pour dire ce qui va mal, mais aussi pour expliquer comment les médias travaillent, leurs critères et leurs méthodes ». 2.2. Il faut aussi apprendre à lire l’image dans le cadre scolaire C’est ce que le Professeur de Smedt appelle « l’alphabétisation à l’audiovisuel »2. Certes, l’informatique a commencé à pénétrer dans le milieu scolaire. Mais il s’est surtout agi de l’utiliser comme moyen d’appréhension de la connaissance et du savoir. Différentes expériences ont eu lieu dans ce sens. Beaucoup plus rares paraissent avoir été celles qui ont consisté à apprendre les médias, à apprendre l’image. Ainsi, l’organisation chaque année dans les établissements scolaires de « la semaine de la presse à l’école » vise davantage à apprendre, au moyen d’une expérience pratique, comment se fabrique un journal et, par ce biais, à promouvoir la presse, que de procéder à une analyse critique des moyens de communication écrits et audiovisuels. Il faut toutefois rappeler que nombre d’enseignants et d’établissements n’ont pas attendu des directives ministérielles pour étudier la presse écrite et audiovisuelle et leurs langages spécifiques. De même, le milieu associatif, dans
  20. 20. le cadre des centres de loisirs et colonies de vacances, a développé des actions similaires. Il conviendrait sans doute d’évaluer ces expériences et d’en proposer l’extension, voire leur intégration dans les programmes scolaires. Ceci suppose que soient dégagés les moyens matériels nécessaires et que les enseignants puissent bénéficier d’une formation adaptée. Alain Gérard, dans le rapport qui avait été demandé le 12 novembre 1996 par le Premier ministre, sur le multimédia et les réseaux dans l’éducation, écrivait : « tous les savoirs liés à la recherche de l’information, à l’exercice du sens critique dans cette démarche, à la maîtrise des différents niveaux d’abstraction des documents obtenus, à l’apprentissage de la lecture de l’image... doivent être enseignés dans l’enseignement secondaire ». Il faut aussi apprendre à opérer un recul par rapport à l’image. Comme l’écrit le Professeur de Smedt « nous approchons aussi dans les images, des situations particulières plutôt que des éléments conceptuels. Notre connaissance est ainsi de l’ordre du particulier. Cela induit des processus de pensée qui sont souvent d’ailleurs, dans nombre de théories, rapprochés ou assimilés aux rêves ou à la logique de l’inconscient. Nous sommes donc plongés dans un état « spectatoriel » où nous vivons une participation numérique dans laquelle notre désir, nos investissements libidinaux, se déploient avec facilité. Nous y perdons notre ancrage dans la réalité, l’ici et le maintenant, pour vivre quelques instants dans la réalité filmique »1. Il faut enseigner aux élèves et aux collégiens quels sont les procédés d’élaboration de l’image, la puissance avec laquelle elle peut avoir une influence sur notre psychisme, et aussi le fait qu’il ne peut y avoir d’objectivité absolue. « Qui fait profession d’observer les professions et les hommes les voit à travers un prisme qui reflète et qui recompose la réalité. L’objectivité consiste à annoncer la couleur du verre et à décrire le format du prisme »2. Cette relativité, cette prudence dans l’observation, cette permanence dans la réserve et en même temps dans la tolérance avec laquelle l’évènement et sa perception par l’image doivent être reçus, constituent une constante psychologique dont l’homme doit sans doute être imprégné dès son enfance.
  21. 21. Il semble que des efforts considérables doivent être faits pour qu’un enseignement spécifique soit dispensé dans le secondaire, voire dès le primaire. Une commission ayant pour tâche de définir l’introduction de l’éducation aux médias dans le programme scolaire de la Belgique francophone suggérait les rubriques suivantes : les langages - les publics - les représentations - les technologies - les typologies - la production. Des initiatives ont été prises dans les académies de Bordeaux, de Montpellier, de Versailles mais, ainsi que rappelé ci-dessus, il s’agissait plus de l’utilisation des médias comme mode d’enseignement que d’une étude sur les médias.

×