SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  24
Télécharger pour lire hors ligne
JOURNAL DU LYCEE IMMACULÉE CONCEPTION
février 2017
Rédacteurs : Louis Dréano, Coline Lappeman, Jennifer Collin, Anne Dubouch, P-A Gallouet
Éditorial par Louis Dréano
Si le terme fait peur, il faut être
lucide : nous sommes en crise
politique car tous les repères
sautent : implosion du PS,
affaire polémique pour le
candidat des Républicains,
réorganisation dynamique
autour du Front de Gauche,
montée en force du FN dans
les statistiques, la nébuleuse
« En Marche » qui floute le
clivage gauche-droite.
Phénomène des faux-
semblants ? En ce début de
février, il y a ce dangereux
sentiment d’être bouleversé à
trois mois des élections.
Comme si tout se renversait et
allait continuer à se renverser.
Outre Atlantique, notre ami
Donald continue de faire
trembler le monde : retour sur
la loi de régulation financière
Dodd-Franck, l’ancien de la
Goldman Sachs Steven
Mnuchin au Trésor, le fervent
libre-échangiste Sean Spicer en
tant que porte-parole de la
Maison Blanche… Quelle
incohérence ! Les Américains
ont voulu combattre les
« élites » technocrates, c’est
plutôt les grands banquiers
qu’ils protègent, ceux qui ont
fait sauté la finance en 2007 !
Le 27 janvier, Trump signe un
décret interdisant aux
ressortissants de sept pays
musulmans jugés dangereux
d’entrer sur le territoire
américain. La réaction a eu une
ampleur considérable (en
photo ci-dessus, des hommes
en prière à l’aéroport de
Dallas).
Lors de l’éditorial d’octobre
2016, on soutenait que le
journal était un « mur
d’expression », un lieu de
confrontation où chacun
pouvait écrire. Pour ce
numéro, l’effectif est
excessivement réduit. Ainsi on
ne peut assumer à la fois la
quantité et la qualité du
journal. Cela suppose une
question peu sympathique : les
lycéens de l’Immac ont-ils des
choses à dire ? De ciel et terre,
on vous attend au tournant
pour la prochaine publication.
1
Source : Dallas Morning News
Le Manifeste des quatre commandements du journaliste libre par Albert Camus
Les extraits que nous publions sont issus d’un article qui devait paraître le 25 novembre 1939 dans
« Le Soir républicain », un quotidien limité à une feuille recto verso qu’Albert Camus codirigeait à
Alger. Camus dénonce ici la désinformation qui gangrène déjà la France en 1939, mais son
manifeste va plus loin. Il est une réflexion sur le journalisme en temps de guerre, et plus largement,
sur le choix de chacun, plus que celui de la collectivité, de se construire en homme libre. Tombant
dessus, nous ne pensions pas qu’il pouvait sonner, à bien des égards, toujours aussi juste.
« Ce qu'il nous plairait de
définir ici, ce sont les
conditions et les moyens par
lesquels, au sein même de la
guerre et de ses servitudes, la
liberté peut être, non seulement
préservée, mais encore
manifestée. Ces moyens sont
au nombre de quatre : la
lucidité, le refus, l'ironie et
l'obstination. La lucidité
suppose la résistance aux
entraînements de la haine et au
culte de la fatalité. Dans le
monde de notre expérience, il
est certain que tout peut être
évité. La guerre elle-même, qui
est un phénomène humain,
peut être à tous les moments
évitée ou arrêtée par des
moyens humains. Il suffit de
connaître l'histoire des
dernières années de la
politique européenne pour être
certains que la guerre, quelle
qu'elle soit, a des causes
évidentes. Cette vue claire des
choses exclut la haine aveugle
et le désespoir qui laisse faire.
Un journaliste libre, en 1939,
ne désespère pas et lutte pour
ce qu'il croit vrai comme si son
action pouvait influer sur le
cours des événements. Il ne
publie rien qui puisse exciter à
la haine ou provoquer le
désespoir. Tout cela est en son
pouvoir. […] En face de la
marée montante de la bêtise, il
est nécessaire également
d'opposer quelques refus.
Toutes les contraintes du
monde ne feront pas qu'un
esprit un peu propre accepte
d'être malhonnête. » (...)
« On peut poser en principe
qu'un esprit qui a le goût et les
moyens d'imposer la contrainte
est imperméable à l'ironie. On
ne voit pas Hitler, pour ne
prendre qu'un exemple parmi
d'autres, utiliser l'ironie
socratique. Il reste donc que
l'ironie demeure une arme sans
précédent contre les trop
puissants. Elle complète le
refus en ce sens qu'elle permet,
non plus de rejeter ce qui est
faux, mais de dire souvent ce
qui est vrai. […] La vérité et la
liberté sont des maîtresses
exigeantes puisqu'elles ont peu
d'amants. »
(...)
« Cette attitude d'esprit
brièvement définie, il est
évident qu'elle ne saurait se
soutenir efficacement sans un
minimum d'obstination. Bien
des obstacles sont mis à la
liberté d'expression. Ce ne sont
pas les plus sévères qui
peuvent décourager un esprit.
Car les menaces, les
suspensions, les poursuites
obtiennent généralement en
France l'effet contraire à celui
qu'on se propose. Mais il faut
convenir qu'il est des obstacles
décourageants : la constance
dans la sottise, la veulerie
organisée, l'inintelligence
agressive, et nous en passons.
Là est le grand obstacle dont il
faut triompher. L'obstination
est ici vertu cardinale. Par un
paradoxe curieux mais évident,
elle se met alors au service de
l'objectivité et de la
tolérance. » (...)
« Voici donc un ensemble de
règles pour préserver la liberté
jusqu'au sein de la servitude.
Et après ? dira-t-on. Après ?
Ne soyons pas trop pressés. Si
seulement chaque Français
voulait bien maintenir dans sa
sphère tout ce qu'il croit vrai et
juste, s'il voulait aider pour sa
faible part au maintien de la
liberté, résister à l'abandon et
faire connaître sa volonté, alors
et alors seulement cette guerre
serait gagnée, au sens profond
du mot. » (...)
« Oui, c'est souvent à son corps
défendant qu'un esprit libre de
ce siècle fait sentir son ironie.
Que trouver de plaisant dans ce
monde enflammé ? Mais la
vertu de l'homme est de se
maintenir en face de tout ce
qui le nie. Personne ne veut
recommencer dans vingt-cinq
ans la double expérience de
1914 et de 1939. Il faut donc
essayer une méthode encore
toute nouvelle qui serait la
justice et la générosité. Mais
celles-ci ne s'expriment que
dans des cœurs déjà libres et
dans les esprits encore
clairvoyants. Former ces cœurs
et ces esprits, les réveiller
plutôt, c'est la tâche à la fois
modeste et ambitieuse qui
revient à l'homme indépendant.
Il faut s'y tenir sans voir plus
avant. L'histoire tiendra ou ne
tiendra pas compte de ces
efforts. Mais ils auront été
faits. »
2
INTERNATIONAL
À travers l’Asie par Louis Dréano – selon Le Monde et Asialyst
Chine
Le président chinois Xi Jinping
(en photo ci-contre) a frappé
un grand coup lors de son
discours d’entrée à la
conférence de Davos. En
profitant du profil bas des
dirigeants américains, en
pleine transition entre deux
administrations, et du désarroi
actuel du camp occidental, il a
volé la vedette à tout le monde
en se présentant comme le
champion toutes catégories de
la mondialisation et du libre-
échange. C’est bien le monde à
l’envers que présente cette
édition 2017 de Davos : dans
les démocraties du monde
occidental développé, la
mondialisation et le libre-
échange sont la cible des
attaques d’un puissant courant
politique, incarné par Donald
Trump. Et c’est le président
chinois, héritier de Mao, qui
vient rassurer les élites du
monde des affaires sur le bien-
fondé de ce concept qui a
révolutionné l’économie
mondiale depuis la fin du XXe
siècle. Pour exposer les
solutions possibles, Xi Jinping
n’a pas reculé devant des
accents quasi sociaux-
démocrates : il faut « amortir »
les chocs de la mondialisation
« de telle sorte qu’elle
bénéficie à tous », «
rééquilibrer le processus », le
rendre « plus inclusif et
durable », « trouver un
équilibre entre efficacité et
égalité ». Il s’est même fait
applaudir lorsqu’il a assuré que
c’était là « une responsabilité
que doivent endosser les
dirigeants de notre temps :
c’est ce que les peuples
attendent de nous ». Cela,
semblerait-il, marque un
tournant qui affirme la Chine
comme pouvoir rayonnant
dans le monde. Face à Trump,
Xi Jinping annonce une
véritable guerre commerciale.
Corée du Sud
Annoncé comme le favori de la
présidentielle sud-coréenne,
Ban Ki-moon a brusquement
annoncé son retrait de la
course ce mercredi 1er février,
et même de la politique en
général. Depuis son retour en
Corée du Sud le 12 janvier
dernier après dix ans passés à
New York, le diplomate avait
pourtant sérieusement envisagé
de se présenter à la
présidentielle sud-coréenne.
Bien qu’il n’ait jamais
officiellement déclaré être en
course, il avait organisé une
série d’apparitions publiques et
était largement attendu pour
rejoindre le parti au pouvoir
Saenuri de la présidente Park
Geun-hye. Probablement, les
espoirs présidentiels de Ban
ont vacillé à cause des attaques
politiques continuelles des
partis d’opposition et des
médias progressistes, sans
oublier les accusations de
corruption impliquant ses
proches et lui-même. Deux
affaires ont terni son image. La
première concerne 230,000
dollars de pots-de-vin touchés
par l’ex-patron de l’ONU des
mains de l’homme d’affaire
sud-coréen Park Yeon-cha. Ce
que Ban a nié en bloc.
Deuxième affaire gênante : le
bureau du procureur général
des Etats-Unis à New York
accuse le frère et le neveu du
haut diplomate d’avoir tenté de
corrompre un fonctionnaire du
Moyen-Orient pour faciliter la
vente d’un bâtiment au
Vietnam. « Mon patriotisme
pur et ma fierté ont été souillés
par des calomnies et de fausses
informations. Mon objectif
d’un changement fondamental
de la politique a perdu de son
sens », a ainsi déclaré Ban Ki-
moon (en photo ci-dessous).
États-Unis
En se rendant à Séoul le jeudi
2 février et à Tokyo le
lendemain, le nouveau
secrétaire à la défense, James
Mattis, a insisté sur la solidité
de l’engagement américain
auprès de ces alliés. Ce
message est bien nécessaire
pour les rassurer. Pas
seulement parce que le voisin
nord-coréen dit s’approcher de
son premier essai de missile
balistique de longue portée.
Mais surtout parce que, durant
sa campagne, Donald Trump a
menacé de retirer une partie
des 28 500 soldats américains
3
stationnés au sud du 38e
parallèle si Séoul n’acceptait
pas de payer davantage pour
leur présence. Il est allé
jusqu’à ne pas s’opposer à
l’idée que Japonais ou Sud-
Coréens développent, à leur
tour, l’arme nucléaire pour
assurer leur propre défense de
manière autonome.
Pareillement, l’abandon par les
Etats-Unis de l’accord
commercial TPP (Partenariat
Transpacifique) entre treize
États, sans la Chine, a été acté
dès le premier lundi de Donald
Trump dans le bureau Ovale, le
23 janvier. Faute d’avoir
avancé un plan B, ce retrait
laisse toute la région dans le
doute. La ministre des affaires
étrangères australienne, Julie
Bishop, a exhorté vendredi 27
janvier l’Amérique à ne pas
reculer dans la région : « Nous
pensons que les États-Unis
sont la puissance indispensable
dans tout l’Indo-Pacifique. »
Japon
Akihito (en photo ci-contre),
âgé de 83 ans, souhaite se
retirer, ce qui devrait être réglé
par une loi spéciale. La
commission chargée par le
premier ministre Shinzo Abe
d’examiner la question
d’abdication, a rendu ses
recommandations, lundi 23
janvier. Deux hypothèses sont
envisagées : une révision du
code de la Maison impériale ou
bien une loi spéciale autorisant
Akihito, et lui seul, à abdiquer.
Cette dernière option est
privilégiée par la commission.
Ces scénarios doivent servir de
base au débat entre les
dirigeants des partis afin de
parvenir à la rédaction d’un
projet de loi qui sera soumis
aux parlementaires en avril.
L’abdication pourrait intervenir
fin 2017.
Il paraît raisonnable qu’en
raison de son âge, l’empereur
Akihito envisage de se retirer.
Son attachement aux valeurs
libérales incite aussi à penser
qu’il pourrait souhaiter mettre
la monarchie japonaise en
accord avec son temps. En
abdiquant, il « humaniserait »
la figure impériale.
Philippines
Le président Rodrigo Duterte a
temporairement suspendu les
raids antidrogues menés par la
police, le temps d’épurer ses
rangs corrompus, mais il a
promis que la lutte contre les
narcotrafiquants se
poursuivrait jusqu’en 2022.
Cette annonce fait suite à la
mort de l’homme d’affaires
sud-coréen Jee Ick-joo, enlevé
à l’automne par la brigade des
stupéfiants, puis assassiné au
siège même de la PNP à
Quezon City, au nord de
Manille. Dans un discours aux
accents comminatoires, le
président Rodrigo Duterte (en
photo ci-contre) n’a pas hésité
à jeter l’opprobre sur les forces
de l’ordre : « Vous, les
policiers, vous êtes corrompus
jusqu’à la moelle. C’est dans
votre sang » ; estimant que 40
% d’entre eux se livraient à des
activités illégales. Plus de 7
000 personnes ont été tuées
dans cette lutte antidrogue
qu’Amnesty International
condamne de « crime contre
l’humanité ».
Taïwan
L’avènement de Donald Trump
à la Maison-Blanche ouvre à
Taïwan une période
d’incertitude à l’aube de
l’année du coq. Alors que le
gouvernement de Tsai Ing-wen
semble miser sur un
resserrement des relations avec
la nouvelle administration
républicaine, l’opinion
publique taïwanaise a peur des
représailles économiques de la
Chine. Effectivement, début
janvier, Tsai Ing-wen s’est non
seulement rendue en Amérique
centrale (Honduras, Nicaragua,
El Salvador et Guatemala),
mais lors de son voyage par
Houston, elle s’est entretenue
avec plusieurs responsables
républicains de premier plan
comme le sénateur Ted Cruz.
Autant de gestes qui
mobilisèrent les habituels
contre-feux de la fière
République Populaire. Un
degré supérieur dans la tension
diplomatique sino-taïwanaise ?
Envie de vous exprimer ?
Envoyez-vos articles à l’adresse : louis.dreano@sfr.fr
4
La construction démocratique birmane toujours sous le joug du Tatmadaw par Louis Dréano
Depuis le 1er novembre 2016,
près de trente mille Rohingyas,
victimes d’exactions, ont fui le
Myanmar. Si Aung San Suu
Kyi a instauré une conférence
de paix avec tous les groupes
armés en septembre dernier,
des divisions ethniques
demeurent. Un an après son
élection, toujours tributaire des
généraux, elle doit aussi faire
face aux problèmes
économiques intérieurs.
Démocratie sous obéissance
Il subsiste encore ce sentiment
paradoxal parmi les
parlementaires birmans.
L’armée, dite « Tatmadaw »,
reste effectivement une
menace consciente sur cette
démocratie naissante. « À tout
moment, nous pourrions être
emmenés en prison », ironise
le député Win Htein, fidèle
d’Aung San Suu Kyi. Sous
différentes formes, une junte
militaire dirigeait le pays
depuis 1962. Aujourd’hui elle
encadre encore le nouveau
régime : « Les généraux ont
pris l’initiative du changement,
et ils sont incontournables »
admet le journaliste Myint
Zaw. Certes, la dictature n’est
plus, mais ce premier
gouvernement civil, opéré par
Htin Kyaw mais
principalement mené par Mme
Suu Kyi, doit se satisfaire
d’une Constitution écrite en
2008 par et pour l’armée. Et
tant que cette dernière ne sera
pas amendée, on ne pourra pas
parler de véritable démocratie
au Myanmar car il faut avant
tout relever le défi de la
cohésion nationale.
« L’obéissance est absolument
nécessaire. C’est pour le bien
de la construction
démocratique et de la
réconciliation nationale. La
situation demeure très fragile.
Il nous faut assurer la cohésion
face aux militaires » assume
Win Htein.
Volontariste, Mme Suu Kyi
(ci-dessus) a convoqué, du 31
août au 4 septembre 2016, une
conférence dite de « Panglong
du XXIe » – en référence à
celle organisée par son père en
1947, dessinant à l’époque les
contours d’une Union birmane.
« Sans la paix, nous ne
pouvons répondre aux besoins
des citoyens » affirme-t-elle.
Or, comment établir la paix
quand le pays n’a connu que la
guerre depuis l’indépendance
en 1948 ? Ainsi négocier avec
la Tatmadaw reste essentiel :
« par le passé, note l’analyste
Min Zin, on voyait la junte
militaire comme l’ennemi
commun. Désormais la
Tatmadaw travaille en
collaboration avec le
gouvernement sur le processus
de paix ». Lors de la
conférence de septembre 2016,
il était difficile de s’entendre et
d’ouvrir les négociations. De
surcroît, il y avait de grands
absents : notons l’armée Wa,
l’armée Ta’ang de libération –
sur lequel le cinéaste chinois
Wang Bing a réalisé un
saisissant documentaire en
2016 – l’armée de l’Arakan et
l’armée de l’alliance
démocratique nationale du
Myanmar. Le projet de
fédéralisme, autrefois écarté
par l’armée, est aujourd’hui à
l’ordre du jour et garant de la
cohésion du pays. Toutefois,
« on risque de voir apparaître
une fédération d’États dessinée
sur des bases ethniques »,
explique Carine Jaquet,
spécialiste du Myanmar. En
somme, « une reproduction de
ce que la majorité Bamar a
imposé durant des décennies
aux minorités ».
Une icône démocratique
Pourtant, les Birmans
comptent sur Aung San Suu
Kyi, opposante historique,
adulée et prix Nobel de la paix
en 1991. Son portrait est vendu
sur les trottoirs aux côtés de
celui de son père, le général
Aung San, héros de
l’indépendance assassiné
quand elle avait 2 ans. Les
mêmes phrases reviennent en
boucle : « Aung San Suu Kyi
notre mère » ; « Je lui fais
confiance » ; « Elle lutte pour
notre pays ». Certains
dénoncent un culte de la
personnalité autour d’une
femme réputée peu conciliante.
Elle doit aujourd’hui se
montrer à la hauteur de ces
espoirs. Toutefois, « les
problèmes ne peuvent être
résolus par un seul cerveau »
alerte Lut Latt Soe, directrice
du journal The People’s Age.
Le peuple a aussi sa part à
jouer.
5
Prisonniers politiques oubliés
Le sort des prisonniers
politiques restant en détention
reste un sujet piquant, en dépit
du nombre important de
prisonniers libérés à la fin de la
mandature précédente. La
LND – Ligue Nationale pour la
Démocratie, parti d’Aung San
Suu Kyi – avait effectivement
promis de libérer. Dès avril
2016, 180 auraient été libérés
mais rien d’autre n'aurait
abouti après le printemps. Le
passé de ces habitants réprimés
demeure une chape de plomb
latente au Myanmar. Ils
seraient 200 à avoir succombé
à la torture ou aux mauvais
traitements entre 1962 et 2011,
pour la plupart lors de la
répression du mouvement
démocratique de 1988. Ils
n’auront pas vu le résultat des
combats auxquels ils ont
participé. Selon l’Association
d’assistance aux prisonniers
politiques (AAPP), deux mille
personnes ont été détenues
pour raisons politiques au plus
fort de la répression. « Une
réconciliation ne peut se faire
sans une reconnaissance de ce
qui s’est passé » plaide le
directeur de l’AAPP, M. Bo
Kyi. A ses yeux, un monument
du souvenir ou un travail de
mémoire serait essentiel. Le
gouvernement se montre
malgré tout timide.
Potentiel économique sous
tension
La Birmanie, qui était l’un des
pays les plus riches d’Asie du
Sud-Est dans les années 1950,
est aujourd’hui classée dans la
catégorie des pays les moins
avancés. En 2014 et 2015, elle
a réalisé des taux de croissance
de l’ordre de 7,5 % – 8,3 %
prévus pour 2016 selon la
Banque mondiale – l’un des
plus forts de la région, tiré par
le secteur de la construction,
de l’industrie manufacturière et
le dynamisme des exportations
de gaz. A la suite de la
rencontre avec Obama en
septembre 2016, la levée des
sanctions internationales
doivent en outre accélérer
l’afflux et la diversification des
IDE. Le pays dispose
effectivement d’atouts
importants : des matières
premières abondantes (mines,
bois, gaz et pétrole), un marché
de plus de 51 millions de
consommateurs, une main
d’œuvre bon marché, un
potentiel touristique encore
largement sous-exploité et une
intégration régionale forte, du
fait de son appartenance à
l’ASEAN depuis 1997 et de
ses liens étroits avec la Chine
et l’Inde.
Cependant, l’ouverture aux
marchés extérieures ne profite
pas véritablement aux paysans
qui correspondent à 70 % de la
population. En effet, la
confiscation des terres pour
des projets de développement
par l’armée ou par des
entreprises cronies augmente le
nombre de paysans sans
ressources. Durant des années,
l’armée a assuré
l’enrichissement des hauts
gradés en développant des
consortiums impliqués dans
tous les secteurs de
l’économie. Un véritable État
dans l’État. L’extraction du
gaz, des pierres précieuses et
des ressources naturelles dans
des zones où vivent les
minorités ethniques a servi de
manne. Ce faisant, le
gouvernement de Mme Suu
Kyi souhaite remettre à plat les
licences octroyées pour
l’extraction minier dans l’État
kachin notamment. De même,
il a promis de redonner les
terres aux propriétaires spoliés
d’ici à avril 2017. « Nous
devons offrir des emplois, et
également former notre main
d’œuvre, déclare M. Ki Ki
Gyi, l’un des dirigeants de
Génération 88, mouvement de
la jeunesse pour la démocratie.
Je crains que les entreprises
étrangères ou les organisations
non gouvernementales qui
s’installent, attirées par les
évolutions récentes de notre
pays, ne monopolisent les
ressources humaines au
détriment des investisseurs et
des projets locaux ».
Intolérance religieuse face
aux Rohingyas
« La peur, l’angoisse, la
violence sont enracinées dans
notre société » rappelle
l’écrivaine et directrice du Pen
Club Ma Thida. Ainsi, les
6
violences exercées depuis 2012
contre la minorité musulmane,
en particulier les Rohingyas,
sont à ses yeux des
conséquences du passé : « On
opprime le plus faible par
crainte du plus fort. La fureur
qui ne pouvait s’exprimer
autrefois par peur de la junte se
libère sans retenue ? Elle est
attisée par les rumeurs qui se
répandent sur les réseaux
sociaux ». Par ailleurs, Aung
San Suu Kiy se montre très
circonspecte et creuse face à
l’intolérance religieuse
grandissante. Alors que
l’armée est accusée de
nettoyage ethnique dans
l’Arakan, elle s’agace des
critiques récurrentes de la
communauté internationale sur
le sort des Rohingyas : des
centaines de personnes ont
ainsi défilé à Kuala Lumpur, à
Jakarta, à Bangkok devant
l’ambassade de Birmanie en
demandant l’arrêt du
« génocide » en décembre
dernier. Cependant, le
gouvernement birman rejette
avec force les accusations de
massacres et a annoncé la mise
en place d’un comité national
en charge d’enquêter sur la
situation dans cet État.
Sous le précédent
gouvernement, les extrémistes
bouddhistes invoquaient
régulièrement un prétendu
boom démographique
musulman qui risquait de
diluer la culture et les
traditions bouddhistes. Ils
estimaient que la porosité de la
frontière avec le Bangladesh
permettait à de nombreux
immigrés musulmans de
s’infiltrer. Ils expliquaient que
la polygamie pratiquée par
certains hommes musulmans,
faisait galoper la natalité dans
les régions proches du
Bangladesh. L’Arakan semble
aujourd’hui faire face à une
autre menace liée à ces
restrictions : la radicalisation
de certains d’entre eux et
l’utilisation des tensions par
les réseaux djihadistes. Le
gouvernement a attribué la
responsabilité des attaques au
groupe Aqa Mul Mujahidin, lié
au RSO, un mouvement
rohingya fondé dans les années
1980 pourtant considéré
dissous. Financé par l’extérieur
et dirigé par un Bangladais
entraîné par les Talibans
pakistanais, le groupe de 400
militants aurait armé et
persuadé des jeunes de recourir
à la violence. En septembre
2014, Al-Qaïda avait déjà
annoncé la création d’une
branche qui « hisserait le
drapeau du djihad » en Inde, au
Bangladesh et en Birmanie, au
moment où l’État islamique
tentait d’étendre son pouvoir
en Afghanistan, au Pakistan et
au Cachemire.
Une Commission consultative
sur l’Arakan, dirigée par Kofi
Annan, ancien secrétaire
général de l’ONU, a été mise
en place le 23 août 2016. D’ici
un an, elle a pour objectif de
proposer à la conseillère d’État
Aung San Suu Kyi des
solutions pour la prévention
des conflits, la protection des
droits fondamentaux,
l’assistance humanitaire, la
mise en place d’institutions et
le développement de l’État
d’Arakan.
À la fin janvier, Ko Ni,
conseiller juridique musulman
d’Aung San Suu Kyi, a été tué
par balle à l’aéroport de
Rangoun. Cet homicide
constitue un reflet des lourdes
tensions interconfessionnelles
du pays auxquelles le
gouvernement du LND doit
résolument faire face.
« L’icône de la démocratie birmane ménage les militaires » par Christine Chaumeau – Le Monde
Diplomatique, Janvier 2017, n°754
« Les prisonniers politiques oubliés » par Christine Chaumeau – Le Monde Diplomatique, Janvier
2017, n°754
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/01/31/la-birmanie-rongee-par-l-intolerance-
religieuse_5071973_3216.html#tqYu60rVjT02u1bU.99
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/birmanie/presentation-de-la-birmanie/
http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/2007/03/La-Birmanie-un-nouvel-eldorado_-10-id
%C3%A9es-re%C3%A7ues_Info-Birmanie_-Janvier-2014.pdf
https://asialyst.com/fr/2016/11/25/birmanie-armee-accusee-nettoyage-ethnique-contre-rohingya/
https://asialyst.com/fr/2016/11/21/birmanie-quelle-appartenance-religieuse-pour-51-millions-
dhabitants-du-pays/
7
Minerais au cœur des groupes armées et des intérêts étrangers en RDC par Louis Dréano
« L’Afrique a la forme d’un
revolver dont la gâchette se
trouve au Congo. » Un demi-
siècle après l’indépendance de
l’ancien Congo belge, en 1960,
le mot de Frantz Fanon – un
des fondateurs du courant
tiers-mondiste – sonne toujours
aussi juste. À Kinshasa –
capitale de la République
démocratique du Congo (RDC)
– l’impéritie politique
accentue les tensions internes
et armées du pays.
Effectivement, le
gouvernement congolais
nommé le 20 décembre, date
de la fin du second et du
dernier mandat du président
Joseph Kabila (en photo ci-
dessous), voit son sort déjà
scellé. Après trois semaines
interminables de dialogue sous
l’égide de l’église catholique,
l’accord entre la majorité
présidentielle et l’opposition a
enfin été signé le 31 décembre
2016, offrant à Joseph Kabila
le temps de la transition d’un
an pour enfin organiser des
élections fin 2017. D’ici-là
demeure le chaos.
En deçà de l’instabilité
politique, le Congo cristallise
des intérêts de ressources tant
pour les groupuscules armés
que les investisseurs étrangers.
À l’est du Congo, la région du
Kivu constitue un lieu de
conflit sans nom qui perdure
depuis vingt ans. La journaliste
Justine Brabant rappelle que
les humanitaires dénombrent
jusqu’à 7 millions de tués –
chiffre contestable car il est
strictement impossible de
pouvoir compter les victimes.
Initialement, le génocide
rwandais aurait provoqué cette
série de conflits par un afflux
de réfugiés et de génocidaires
au Zaïre – ancien nom de RDC
– depuis 1994. Il subsiste
depuis une frontière très
poreuse entre être rebelle et
participer à l’armée, entre être
en guerre et être en paix, dans
la mesure où, dès 1996, le
gouvernement de Kinshasa a
financé ces groupes armés qui
règnent en partie aujourd’hui
et maltraitent la population
congolaise. Toutefois, géant
économique de l’Afrique
centrale, la République
démocratique du Congo détient
les premières réserves
mondiales de coltan et les
quatrièmes de cuivre. Cela fait
d’elle une zone stratégique
pour les industries du monde
entier : australiennes,
chinoises, canadiennes, sud-
africaines ou américaines, ces
sociétés se sont vu qualifier par
l’écrivain In Koli Jean Bofane
de « touristes à but lucratif ».
Depuis 2003, plusieurs
rapports du groupe d’experts
des Nations unies sur les
causes économiques du conflit
dans l’est de la RDC ont mis
en lumière le lien entre les
milices armées et
l’exploitation, pour le compte
de sociétés étrangères, de
minerais stratégiques
indispensables à la fabrication
de certains appareils
électroniques comme les
téléphones portables.
Affichant une volonté de
changer les pratiques,
Washington veille désormais à
effectuer avec diligence toutes
les vérifications concernant
l’origine de ses
approvisionnements en
minerais. Les Etats-Unis ont
même abandonné le Nord-
Kivu après l’adoption en 2010
de la loi Dodd-Frank. Celle-ci
exige que les sociétés cotées en
Bourse outre-Atlantique
rendent publique l’origine de
certaines matières premières –
étain, tantale, tungstène, or –
contenues dans leurs produits,
afin de prouver qu’elles ne
proviennent pas de la RDC ou
de l’un de ses neuf pays
limitrophes. En mai 2016, un
groupe américain, Freeport-
McMoRan, a par ailleurs cédé
à China Molybdenum, pour 2,6
millards de dollars, la plus
grande mine de cuivre et de
cobalt de RDC, Tenke
Fungurume, située dans le
Katanga.
Une mine très lucrative aussi
pour les groupes armés
présents en RDC : le trafic
illégal de charbon décime la
forêt du plus ancien parc
naturel africain dans le Nord-
Kivu. Samedi 7 janvier,
Etienne Kivu Mabwanano, 44
ans et chef traditionnel du
groupement Bishusha, a été
assassiné de trois balles alors
8
qu’il se rendait vers la forêt.
Certains avancent une querelle
de chefferie, les sicaires
auraient pris la fuite. Il est
ainsi aisé de disparaître dans
les collines et les hauts
plateaux de cette région
frontalière du Rwanda et de
l’Ouganda, ravagée par les
guerres et toujours infestée par
une myriade de groupes armés.
Dans la forêt d’où se dégagent
d’épaisses fumées grises, des
bûcherons et des
manutentionnaires s’attellent à
couper les arbres à la hache ou
à la tronçonneuse, à brûler le
bois et à empaqueter les
braises dans des conditions
effroyables, sous la
surveillance d’hommes armés
de kalachnikovs. Qu’importe si
le parc national des Virunga est
classé sur la liste du patrimoine
mondial de l’humanité « en
péril ». Sous pression foncière
et démographique décuplée par
l’arrivée de deux millions de
réfugiés rwandais fuyant le
génocide, les maîtres de ce
business déjà recherchés pour
« crimes de guerre » et visés
par des sanctions des Nations
unies. Nichés dans des poches
du parc naturel le plus ancien
d’Afrique, les rebelles
rwandais des Forces
démocratiques pour la
libération du Rwanda (FDLR)
règnent sur cette industrie
lucrative avec la complaisance
de certains militaires et
politiques congolais, selon
l’ONU. La production illégale
de charbon estimée à 293 000
tonnes par an assure aux
organisations criminelles de la
région un profit net variant
entre 12 et 35 millions de
dollars, selon un rapport
d’avril 2015 du programme
des Nations unies pour
l’environnement. Suffisant
donc pour entretenir des
milliers de combattants,
acquérir armes et munitions et
corrompre des officiels.
Face à cette pétaudière, il n’est
que trop difficile pour la
communauté internationale
d’assurer la stabilité et la
sécurité en RDC. Le bilan de la
MONUSCO – Mission de
l'Organisation des Nations
unies pour la stabilisation en
République démocratique du
Congo créée en 1999 par la
résolution 1279 pour maintenir
la paix – reste particulièrement
contestable dans la mesure où
elle n’a pas dénoncé le rôle
néfaste du Rwanda qui
finançait des mouvements
armés déstabilisants l’est du
Congo. De même, elle n’a pas
remis en question les fraudes
autour des élections de 2011
qui établirent l’arrivée de
Joseph Kabila au pouvoir.
« Omniprésence des intérêts étrangers » par Sébastien Broca – Le Monde Diplomatique, décembre
2016, n°753
https://www.youtube.com/watch?v=O6ODgLCBqX0 – Justine Brabant sur Médiapart
http://lemonde.fr/planete/article/2017/01/14/en-rdc-le-trafic-du-charbon-de-bois-seve-de-la-
guerre_5062692_3244.html
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/04/en-rdc-la-crise-est-aussi-economique-5057573-
3212.html#3WMu3gTeHce5f2jB.99
http://lemonde.fr/afrique/article/2016/12/31/en-rdc-pouvoir-et-opposition-sont-pratiquement-
arrives-a-un-accord_5056038_3212.html
Piotr Pavlenski, ennemi de Poutine, demande l’asile en France par Louis Dréano
Le 23 janvier dernier,
Médiapart a organisé une
grande réunion publique
intitulé « Sonnons l’arme ! »
au Théâtre du Rond-Point à
Paris. Parmi les invités qui
partagèrent leurs témoignages
se trouva Piotr Pavlenski.
L’homme aux traits enfoncés
vient effectivement de
demander l’asile en France ce
mois-ci, dans le risque
d’écoper dix ans de prison en
Russie et de perdre la garde de
ses deux enfants.
Piotr Pavlenski est un artiste
politique. Il a pu se faire
entendre par ses performances
de chaire, de souffrance
physique, celles où le corps est
l’unique matériel d’expression.
Pour lui, « l’art est le sens
(existence) et un travail avec
ses sens (corps) ». En 2012, il
se coud la bouche immobile
(ci-contre) devant le tribunal
où les Pussy Riots seront
condamnées à deux ans de
9
prison pour vandalisme et
incitation à la haine religieuse.
Cette performance symbolise
le silence de l’opinion
publique russe face au pouvoir.
Le 10 novembre 2013, il
réalise « fixation »,
performance extraordinaire
dans laquelle il se cloue nu les
testicules sur la Place Rouge
de Moscou – de surcroît le jour
de la fête de la police russe (!).
Résolument politique, Piotr
parle ici d’une métaphore du
fatalisme dans la société russe.
L’année suivante, il se tranche
le lobe de son oreille gauche,
assis sur le mur du centre
psychiatrique Serbsky de
Moscou, dénonçant ainsi
comment l’État russe utilise la
psychiatrie pour des fins
éminemment politiques (en
photo ci-dessous). « Le corps
est un élément que le pouvoir
et l’État essaient de discipliner.
Quand j’utilise mon corps dans
mes performances, je montre
ce que l’État fait à la société.
C’est une métaphore de ce qui
arrive au corps social ».
Lors de la soirée de Médiapart,
Piotr Pavlenski offre un
témoignage de l’intérieure de
la Russie de Poutine. Depuis
l’élection de Poutine en mars
2012, il y a ce sentiment d’être
confronter à un pouvoir
formellement bureaucratique
où les accusations mineures et
administratives deviennent
lourdes et pénales. Le FSB –
service secret de sécurité russe,
ancien KGB – s’est émergée
progressivement dans la
société comme une solide
structure protégeant le pouvoir.
Celui-ci se compose de
groupuscules paramilitaires
cherchant à provoquer la
pagaille – on pense à son
implication en Ukraine lors de
l’annexion de la Crimée à la
Russie (2014). A bien des
égards, cette violence, cette
« terreur rouge » est comme
enracinée dans la culture russe.
La présidence de Poutine
montre bien l’affirmation de la
légitimité du FSB tant il est le
porte-parole même de cette
organisation.
Après 7 mois de prison, la
libération de Piotr Pavlenski en
2016 est instrumentalisée en
un exemple du « bon
traitement » de l’État russe au
regard de ses opposants.
Comme si finalement
l’administration de Poutine
était humaniste et
compréhensible. Pour Piotr,
cette libération s’inscrit plutôt
dans un processus pervers et
volontariste du FSB. En effet,
après sa sortie, des hommes lui
propose des armes pour faire
un attentat contre le Kremlin.
Finement déguisée par le FSB,
cette invitation au terrorisme
est refusée par Piotr, ne
souhaitant pas finir comme
Oleg Sentsov en Ukraine – en
août 2015 ce réalisateur
ukrainien est condamné à 20
ans de prison pour
« préparation d’actes
terroristes » lors de la crise de
Crimée. Plus tard, en
septembre 2016, Piotr fait la
rencontre d’une jeune femme
se disant comédienne dans un
théâtre d’opposition. Celle-ci
dénonça une supposée
invitation de l’artiste russe et
de son amie à une soirée qui
aurait mal tourné chez eux –
évidemment, Piotr révèle ici
encore un coup monté.
Appelée « piège de miel »,
cette pratique de la délation
rappelle les temps sombres du
KGB. En cela, Piotr est
convaincu que « le
totalitarisme, ce n’est pas que
les camps, ce sont des millions
de citoyens qui font de la
délation ».
https://www.youtube.com/watch?v=WyI5nHF-Or4 – Soirée Médiapart « Sonnons l’alarme! »
http://www.courrierinternational.com/video/russie-piotr-pavlenski-lartiste-de-lextreme
10
La politique de l’offre sous François Hollande par Louis Dréano
Le bilan économique de
François Hollande restera
contrasté, à l'image de
l'inversion timide en 2016 de la
courbe du chômage, qui avait
été érigée comme un « enjeu
majeur » de son mandat. Pour
cela, la politique de l’offre
devait contrecarrer la
conjoncture.
Le 31 décembre 2013, le
Président de la République
annonce des futurs allègements
massifs des cotisations sociales
dans le cadre du « Pacte de
responsabilité ». Un an plus
tôt, dans la foulée du rapport
de Louis Gallois, le
gouvernement avait déjà créé
le Crédit d’Impôt pour la
Compétitivité et l’Emploi –
CICE – qui attribuait aux
entreprises un crédit d’impôt
équivalent à 4% de la partie de
leur masse salariale inférieure
à 2,5 fois le SMIC, un taux qui
sera progressivement porté à
7% en 2017. Au total, ce sont
41 milliards d’euros, soit
quasiment deux points de PIB,
qui abonderont les caisses des
entreprises cette année.
L’objectif de cette politique de
l’offre était de baisser le coût
du travail pour que les
entreprises puissent embaucher
plus, réduire leurs prix pour
regagner des parts de marché
et intensifier leurs efforts en
matière de recherche et
développement (R&D) et
d’investissement. Quatre ans
après l’entrée en vigueur du
CICE, les résultats se font
encore attendre : le dernier
rapport du comité de suivi du
projet montre qu’aucun effet
observable sur
l’investissement, la R&D et les
exportations s’est fait sentir. Le
déficit commercial a replongé
au premier semestre de 2016,
seulement entre 50 000 et 100
000 emplois créés ou
sauvegardés selon France
Stratégie. Sur l'année 2016,
100 000 chômeurs ont quitté
les listes de Pôle emploi et le
taux de chômage baisser de 0,4
point, pour se stabiliser à 10 %
au troisième trimestre de 2016.
Cette baisse du coût du travail
s‘est également accompagnés
de contrats aidés, de primes
aux très petites entreprises
(TPE), et d‘une considérable
réforme du code du travail
avec la loi El Khomri (2016)
après la tentative de
libéralisation économique de la
loi Macron (2015). Par
ailleurs, cette dernière n’a pas
tenu ses promesses : la
libéralisation du transport,
symbole de la loi, a fait
exploser l’offre dans un
premier temps, sans pour
autant éviter sa concentration
comme aujourd’hui. Toutefois,
une politique de l’offre ne
porte théoriquement ses fruits
qu’à moyen terme. D’ici-là, il
faudra encore attendre, à moins
que la prochaine élection fasse
renverser la donne.
L’échec de la politique de
l’offre peut s’expliquer par la
mauvaise concentration des
aides sur des secteurs plus
exposés à la concurrence
internationale. En effet, nos
voisins européens et
principaux concurrents ont
également baissé le coût du
travail, ce qui a écarté
l’Hexagone du bénéfice d’une
compétitivité hors-prix. Sans
aucune contrepartie exigée, les
entreprises ont pu gérer à leur
gré ce cadeau et maintenir à
flots leur trésorerie asséchée
par l’austérité. A contrario, les
dépenses publiques ont
sensiblement baissé, déprimant
la demande intérieure et
risquant de dégrader la qualité
des biens publiques
indispensables à la
compétitivité des entreprises.
Finalement, pour l’économiste
Philippe Aghion, François
Hollande ne s’est pas mis en
position de réaliser le défi de
réconcilier innovation et
mobilité sociale. Il ne serait
venu à cette économie de
l’offre que peu à peu, trop tard,
à reculons et de manière trop
indécise. Pour Thomas Piketty,
il faut remettre en question les
critères de convergence
européens. Les États-Unis ont
su faire preuve de plus de
souplesse budgétaire pour
relancer la machine. A
contrario en France, le
chômage a grimpé de 7 à 10%
en dix ans, ce n’est pas à cause
de la rigidité du marché du
travail mais plus probablement
à cause de la rigidité des
critères budgétaires.
« La politique de l’offre fait un flop » par Marc Chevallier – Alternatives Economiques, Janvier
2017, n°364
https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/retour-sur-le-bilan-economique-
duquinquennat-hollande
http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle2017/20161202.OBS2080/francois-
11
DOSSIER
L’histoire en question ? entretien réalisé auprès de Loïc Bouillé et Marie-Agathe Schousboë
En septembre 2016 est publié Le Récit du commun de Jocelyn Letourneau et Françoise Lantheaume.
Contre les idées reçues d’un manque de connaissances historiques et de l’absence de tout récit
commun, l’enquête dévoile un rapport enchanté qu’entretiennent des élèves français issus de tout
horizon avec leur « histoire nationale ». Cette étude établit un constat positif de l’enseignement de
l’histoire. Loïc Bouillé et Marie-Agathe Schousboë ont accepté de participer à l’entretien pour nous
donner leur éclairage sur cet enseignement et son évolution, ils ont des choses à dire !
A quoi sert
l’histoire ?
Loïc
Bouillé :
D’abord,
cela permet
d’avoir une
culture
générale pour comprendre le
présent. Sans connaître le
passé, on ne peut pas se situer.
Il permet aussi de prendre du
recul par rapport aux
événements. On n’est pas dans
la réaction immédiate, sans
réflexion. L’histoire doit
également permettre de
développer l’analyse de
manière générale, non pas
seulement par rapport aux
événements mais par rapport à
n’importe quelle situation.
C’est une gymnastique mentale
qui nous permet de prendre un
positionnement argumenté.
Marie-
Agathe
Schousboë :
L’Histoire
est l’étude
du passé.
Sert-elle à
quelque
chose ?
C’est une question délicate qui
appelle à des réponses variées.
Aux uns elle servira à la
construction d’une identité
(stéréotype de l’histoire
comme outil idéologique), aux
autres elle sera un
divertissement parmi d’autres
(stéréotype de l’histoire
anecdotique). Au pire, elle est
perçue comme une longue liste
de dates et personnages.
Chacun doit construire sa
propre relation avec l’Histoire.
A titre personnel, je vois
l’Histoire comme une grille de
lecture incontournable du
monde qui nous entoure et
parfois, aussi, comme un
moyen de lui échapper.
Quels sont les objectifs de
l’enseignement de l’histoire au
lycée ? Diffèrent-ils de ceux
d’il y a vingt ans ?
M-A. S : L’enseignement de
l’Histoire au lycée et les débats
dont il fait l’objet révèle à quel
point c’est un sujet critique
dans notre société. On notera
l’objectif de l’année de
Terminale : « initiation au
monde contemporain ». Le but
est de comprendre notre passé
à différentes échelles mais
aussi de travailler des
compétences intellectuelles
indispensables à tout adulte :
analyse, argumentation,
critique.
L.B. : Pour ce qui est de
l’enseignement, on passe d’un
cours d’histoire au collège où
l’on commence à analyser, à
un cours au lycée où l’on
réalise une réflexion beaucoup
plus complète. Quand on
commence en seconde avec
l’analyse de document, il faut
être sûr que l’élève comprenne
bien ce que l’on lui propose. A
partir cela, il utilise sa culture,
ses connaissances et les
constats qu’il émet, pour se
faire une idée du problème à
régler. Ce n’est plus « 1515
Marignan » ou la connaissance
pour la connaissance, ce qui
était le cas jusqu’aux années
70 et 80 où l’on apprenait les
départements français, les
dates par cœur. Désormais
c’est terminé, l’histoire est un
outil car face à n’importe quel
événement, on a recours aux
connaissances et à une
réflexion pour se positionner.
Trump, par exemple, c’est
l’histoire immédiate auquel on
peut faire des parallèles avec
des anciens présidents
américains. Ce n’est plus
uniquement avoir une opinion
par rapport à sa chevelure. Il
faut prendre du recul.
Quelles sont les nécessités de
la société auxquelles
l’enseignement de l’histoire au
lycée peut répondre ?
M-A. S. : Voici quelques
propos d’historiens célèbres,
dans lesquels je me retrouve
totalement :
- Antoine Prost : « La première
finalité de l'enseignement de
12
l'histoire est de permettre aux
élèves de comprendre le
monde social et politique dans
lequel ils vivent en leur
donnant le vocabulaire et la
syntaxe nécessaires pour
nommer les réalités
(aristocratie vs bourgeoisie,
population agricole vs
population rurale,
gouvernement vs
administration, etc.). Si
l'histoire constitue aujourd'hui
encore le moyen privilégié de
penser la société, c'est parce
que la France s'est pensée elle-
même depuis le milieu du
XIXe siècle à travers
l'histoire »
- Philippe Joutard : « Il est en
effet indispensable de
construire chez les élèves le
sens du temps, en combattant
d'une part le « présentisme »
par lequel notre société
remplace les héros par des
stars éphémères et érige le
zapping au rang de pratique
reine, et l'immobilisme d'autre
part, qui se traduit tant par les
fondamentalismes, qui
souhaitent fixer la société dans
un âge d'or mythique, que par
les excès de la
patrimonialisation, lorsqu'elle
est synonyme d'enfermement
dans le passé et non de
libération par la connaissance
raisonnée de ce passé. Il est
important d'apprendre aux
élèves la bonne gestion du
temps et de ses différents
niveaux ».
L.B. : Il s'agit des nécessités à
la fois de l’histoire et de
l’enseignement civique. On a
besoin de faire comprendre
aux élèves qu’ils doivent être
acteurs, citoyens. Quand on
étudie une période, admettons
l’arrivée d’Hitler au pouvoir en
1933, il est important de savoir
quel a été le rôle du citoyen
pour que l’élève puisse se
demander : pourquoi voter ou
pourquoi ne pas voter ? et si
oui, pour qui ?
Fondamentalement, l'histoire
sert à faire des citoyens qui
réfléchissent. De plus, lorsque
les élèves comparent
différentes périodes ou pays, il
faut qu’ils comprennent que ce
qu’ils auraient pu entendre de
leur environnement personnel
n’est finalement qu’une
manière de considérer les
choses. Par exemple, la Guerre
d’Algérie était taboue pour la
génération qui me précédait.
Aujourd’hui ça ne l’est plus
car on est moins influencé par
les acteurs de cette guerre.
Entre le témoignage et l’étude
scientifique de l’événement, il
faut se faire une idée globale et
non pas « émotionnelle ».
Sinon, on n’est plus citoyen
mais partisan.
Par ailleurs on a toujours
l’impression que ce que l’on
vit est normal et existe depuis
très longtemps. Mais par
exemple, pour arriver à un
système politique convenable,
depuis la Révolution française,
on en a passé des révolutions !
De même que pour le droit de
vote. Aujourd’hui cela paraît
normal de voter dans un
isoloir. Peut-être demain, le
système évoluera, on voudra
voter et faire des référendums
numériquement comme cela a
été proposé en Espagne, sans
passer par des intermédiaires.
Il faudra des citoyens au sens
critique aiguisé dès lors car on
demandera de s'exprimer sur
beaucoup plus de sujets...
Quelle est l’évolution de
l’enseignement de l’histoire en
termes de pédagogie ?
L.B. : Jusqu’aux années 80 et
90, on faisait des cours
magistraux où l’élève devait
uniquement apprendre.
Aujourd’hui on doit faire
réfléchir l’élève qui doit
utiliser ses connaissances pour
répondre de manière organisée
à un sujet problématisé.
Également, les supports vont
être totalement changés, on fait
appel au numérique et au web,
non pas pour obtenir
uniquement des informations
mais pour exercer son esprit
critique. Autre élément, le
professeur va aborder un autre
positionnement. Hier il
apportait son savoir,
aujourd’hui tous les élèves ont
accès aux ressources et aux
connaissances. Le professeur
va donc devenir, de plus en
plus, un « consultant de luxe ».
Il va être là pour confirmer
certains aspects et faire
réfléchir sur la connaissance
que l’élève aura trouvée. On
parle de « pédagogie
inversée », c’est l’élève qui
apporte la connaissance et non
le professeur. Le cours
magistral utilisé seul est une
manière d’enseigner qui
devient complètement
caduque, on est dans une
révolution numérique donc je
crois que cela va encore
changer. C’est d'ailleurs
pourquoi on commence à
repenser différemment nos
infrastructures. Pour 2018,
dans le futur amphithéâtre, on
pourra fonctionner comme à la
fac avec des cours magistraux,
puis à côté, on ajoutera des
heures en petits groupes pour
que l’élève travaille la mise en
action de la réflexion. Pour
l’anecdote en 2004, c’était les
élèves qui montraient au
professeur comment
fonctionnait un ordinateur. Si
on ne s’adapte pas à cette
évolution rapide, on risque
d'être dépassé.
13
M-A. S. : Sous la IIIe
République, l’Histoire est vue
à travers le prisme
Républicain, elle doit servir de
roman national, avec des
héros. Il s’agit surtout de cours
magistral, de faits et dates à
apprendre par cœur. Avec les
guerres mondiales, notre
matière devient le support pour
enseigner les droits de
l’Homme. L’UNESCO
conseille « d’enseigner une
histoire aussi universelle que
possible dans laquelle le passé
des peuples non-européens
serait considéré en lui-même ».
Les programmes ne l’intègrent
toutefois pas tout de suite et
c’est plus les méthodes qui
évoluent : des méthodes plus
actives basées sur la critique
documentaire. Les manuels
multiplient les documents qui
deviennent lentement les
supports de méthodes plus
inductives.
- Les années 1960 et 1970 sont
marquées par de dynamiques
débats sur l’école. Le contexte
est favorable aux pédagogies
actives, souhaitant attiser la
curiosité des enfants et le désir
d’apprendre en décloisonnant
les disciplines. Introduction de
l’histoire économique et
sociale et revendication d’une
« pédagogie par objectifs »
- Les années 80 s’érigent en
période de retour à une histoire
plus traditionnelle. Alain
Decaux, en « Une » du Figaro
magazine lance un cri d’alarme
: « Français, on n’enseigne
plus l’histoire à vos enfants ».
Les nouveaux programmes en
reviennent à une écriture
traditionnelle : continue,
politique, événementielle.
- Les années 90 : la pédagogie
en histoire est basée sur le
document.
- Actuellement, c'est le retour
du récit, un meilleur équilibre
entre magistral, dialogué,
activités à partir de documents,
comme l'explique M. Bouillé.
Quelle est la différence entre
l’histoire enseigné au lycée et
l’histoire enseigné à
l’université ?
L.B. : Face à des professeurs
qui ont réalisé des thèses
pendant toute leur carrière, à la
faculté, on n’est plus du tout
dans le même registre. A mon
époque, le professeur donnait
un cours qui n’était pas
toujours complet, parfois un
peu orienté, on devait lire
d’autres historiens qui
donnaient une version un peu
différente et il fallait, le jour
des examens, répondre avec le
cours du professeur mais
critiquer à l’aune des autres
sources. L’université a dû
changer. Aujourd’hui il y a les
« MOOC », c’est-à-dire des
cours sur internet à distance.
Tout est dématérialisé mais on
garde le besoin d’une présence
humaine car il n’y a pas que le
savoir en tant que tel. En tant
que responsable du lycée, je
pense qu'il ne doit pas y avoir
une trop grande distorsion
entre l’enseignement au lycée,
en terminale, et dans
l’enseignement supérieur.
M-A. S. : Plusieurs éléments
diffèrent tant sur le fond que la
forme : les cours d’Histoire en
université se déroulent en
Cours Magistral et Travaux
Dirigés. Lors des cours
magistraux, le professeur
communique son cours sans
que vous puissiez intervenir, en
particulier dans les grands
amphis. Dans de petites
facultés, cela peut être
différent. Les TDs, en petit
groupes, permettent plus
d’interactions et de travailler la
méthode de critique de
document. Les volumes
horaires consacrés à chaque
sujet sont bien évidemment la
raison pour laquelle on
approfondit beaucoup plus à
l’université : on étudie les faits
historiques mais pas
seulement, nous avons
également le temps de nous
interroger sur les courants
historiques, les interprétations
de tel ou tel événements.
Chaque année, les quatre
périodes historiques sont
étudiées (rappel : Antiquité,
Médiévale, Moderne et
Contemporaine). Les sujets au
sein de ces périodes varient
d’une université à l’autre en
fonction des objectifs de
l’université, des professeurs et
du cursus choisi. Il faut donc
être très autonome en faculté,
savoir prendre des notes et
rapidement, aller consulter de
soi-même les références
bibliographiques. L'accès aux
sources est aussi plus facile
grace au numérique.
Comment devient-on
historien ? Quelle est la
différence entre l’enseignant
d’histoire et l’historien ?
L.B. : L’historien va
rechercher pour produire de
l’histoire. Ecrire un livre, c’est
comme mener une enquête
policière. Il faut trouver les
ressources, les croiser pour les
valider, prendre du recul, lire
des travaux complémentaires
ou précédents. C’est un travail
de synthèse sans pour autant
faire une compilation.
L’historien va prendre des
sources pour les interroger
différemment. L’histoire va
donc être en perpétuelle
14
évolution à laquelle contribue
l’historien. Par exemple, il y a
toute l’histoire sociale qui s’est
considérablement développée
dans les années 70. De même,
on commence à étudier des
thèmes qui semblaient
complètement inintéressants il
y a encore dix ans comme
l’histoire de l’informatique.
Certains disent effectivement
que son ampleur relève de la
découverte de l’imprimerie ou
de l’Amérique en 1492. Avant
l’histoire, c’était de
l’événementiel alors
qu’aujourd’hui, il y a beaucoup
plus d’histoire sociale,
économique, technologique,
les contenus sont largement
différenciés. C’est en croisant
différents pans que l’on crée
une nouvelle branche de
l’histoire, en réactualisant les
sources. A côté, le professeur
est un « porte-parole » qui va
sensibiliser et faire comprendre
l’histoire.
M-A. S. : Pour devenir
historien, le parcours classique
est de suivre une formation
universitaire en Histoire
(Licence, Master puis
Doctorat), voire Histoire de
l’Art ou Archéologie. A partir
du niveau Master – mais même
avant si possible – il ne faut
pas hésiter à faire des stages en
chantiers de fouilles,
laboratoire, musée, pour se
constituer un réseau et surtout,
commencer des publications
d’articles. Les premières
publications sont en général
basées sur les mémoires de
master et doctorat bien
évidemment. Ce parcours peut
toutefois varier en fonction de
la période étudiée. Un historien
de l’Antiquité devra maîtriser
les langues anciennes et peut
ainsi débuter ses études par
l’ENS/prépa littéraires. Il
existe ensuite de nombreuses
passerelles pour rejoindre un
master d’Histoire ou
d’Archéologie. L’essentiel est
d’acquérir des bases
disciplinaires étendues et
solides et d’avoir une rigueur
scientifique de mise.
Etre historien se définit à mon
sens par une activité de
recherche et de publication
scientifique. La recherche est
une activité passionnante ! On
cherche, on enquête, on vit, on
respire les sources ! A ce titre,
être historien et être professeur
d’histoire dans le secondaire
sont deux métiers très
différents. Rares sont les
enseignants du secondaire à
être historien, c’est-à-dire
toujours impliqués dans la
recherche scientifique. La
préoccupation de l’enseignant
est principalement de savoir
comment enseigner tel ou tel
aspect de l’histoire tandis que
l’historien s’interroge sur
l’Histoire elle-même.
Face aux critiques de
«laxisme», dans quelle mesure
peut-on dire que les
programmes d’histoire au
lycée ont été amincis ? Y a-t-il
une vraie baisse quantitative
des connaissances ?
L. B. : Tout dépend de ce que
l’on donne comme objectifs à
l’histoire. Si ce n’est
uniquement que les
connaissances, « c’était mieux
avant ! » car il n’y avait pas cet
accès à l’information. Par
contre, savoir utiliser ses
connaissances, ça devient là
plus intéressant. En
l’occurrence, on ne va pas dire
que les gens connaissaient plus
de choses hier qu’aujourd’hui,
on va utiliser les faits
historiques différemment.
C’est devenu un faux débat
que de traiter l'histoire
quantitativement car les
connaissances utilisées
évoluent comme les
technologies pour les exploiter.
Pour les programmes
« amincis », on croise
maintenant les chapitres au
lieu de les réciter. C’est plus la
réflexion qui prime sur la
connaissance pure.
M-A. S. : Les programmes
sont très vastes. Ce qui est
aminci c’est le volume horaire
pour traiter ces programmes,
qui eux, sont toujours si ce
n’est encore plus chargés ! Les
exigences au bac sont
différentes. A mon époque par
exemple, nous devions
constituer les croquis par nous
même, les sujets tombant au
bac étant différent de ceux-
étudiés dans l'année. L’étude
de documents devait comporter
un tableau de confrontation des
documents puis une synthèse.
Pourquoi le programme de
Terminale s’intéresse-t-il à des
périodes plus longues, plus
vastes et plus actuelles ?
(« Les États-Unis et le monde
depuis 1918 à nos jours »,
« La Chine et le monde depuis
1949 »)
L.B. : Depuis que Fernand
Braudel a étudié le temps long
avec sa fameuse
« Méditerranée », on étudie
avec plusieurs échelles
chronologiques. La difficulté
en histoire est de faire des
analyses d’une histoire
immédiate validée. On va
parler d’événements
importants aujourd’hui, car
très médiatisés, et quand on
prend du recul sur celles plus
anciennes, on se rend compte
que dix ans après les gens qui
15
analysent la situation
immédiatement ont
effectivement fait des erreurs
car ils n'avaient pas tous les
éléments, toutes les archives,
etc. Donc faire la comparaison
entre aujourd’hui et il y a cent
ans nous permet de poser des
questions – procédé que l’on
ne faisait pas il y a cinquante
ans. Etudier des temps longs
permet de réaliser une analyse
de l’histoire immédiate peut-
être plus complète. De plus,
lorsque l’on analyse les
événements, très souvent on
voit que les racines qui
peuvent les provoquer sont très
anciennes, et beaucoup plus
que ce que l’on ne le croit car
la mentalité des gens s’ancre
dans les générations
précédentes. C’est peut-être
moins vrai aujourd’hui grâce
aux différentes sources
d’information, mais il faut s’en
méfier.
M-A. S. : Les programmes
tentent de concilier les
avancées historiographiques et
la demande de la société. Des
questions assez inédites ont
fait leur apparition comme
l’étude des royaumes africains
médiévaux. Des reformulations
témoignent de la volonté
d’intégrer les dynamiques
scientifiques récentes (ex : « la
colonie » appréhendée comme
l’espace géographique de la
rencontre coloniale) ou de
rendre intelligibles des débats
mémoriels (introduction de
l’étude de la traite
transatlantique en 4e). Les
nouveaux programmes de
Lycée sont davantage en
rupture avec les cycles
précédents. Ils zooment sur des
moments historiques
spécifiques ou étudient une
question sur le temps long,
héritage de l'histoire
Braudélienne (Terminale/ex : «
Médias et opinion publique
depuis l’affaire Dreyfus). Cela
dépend aussi fortement des
personnalités présentes dans le
Conseil Supérieur des
Programmes. La commission
chargée des programmes est
contrainte par un cadrage
horaire très strict, contraignant.
Y aurait-il pas un manque de
recul face aux événements
d’hier (élections d’Obama) qui
deviennent très vite des objets
d’études historiographiques ?
L.B. : Le recul est uniquement
possible si on tire expérience
des erreurs d’interprétation
d’hier. C’est d’autant plus
difficile de faire de l’histoire
contemporaine avec des élèves
qui n’ont pas forcément la
culture ou l’intérêt. Il faut que
les événements immédiats
soient des objets d’étude car
sinon, l’histoire serait
déconnectée, on parlerait
toujours de nos amis les
Gaulois et les élèves ne
comprendraient pas dans quel
monde ils vivent, ni le lien
entre le passé qui peut servir
d’expérience et le présent.
M-A. S. : Oui, pour l'historien
il y a clairement un manque de
recul. Toutefois, comme dit
plus haut, c’est aussi un besoin
de la République et des
citoyens. Quelques remarques :
- Les programmes intègrent
des éléments très récents
(jusqu’à la crise économique
de 2007/2008). C'est l'histoire
des temps présents, courant
historique aujourd'hui reconnu.
Si les faits chronologiques
qu’on nous demande
d’enseigner sont
incontestables, il faut faire
attention à leur interprétation
historique, les historiens
n’ayant pas tous les tenants et
aboutissants pour analyser ces
faits. Il faut donc être très
prudent et critique.
- On nous demande de
commenter les événements
actuels (attentats, élections
etc.). Ce n’est pas de l’histoire
mais du journalisme.
Toutefois, c’est là un des
enjeux de notre travail
d’enseignants d’Histoire :
expliquer ces événements à la
lumière de la rigueur
historique et faire comprendre
comment on fait l'histoire de
l'histoire !
Pourquoi étudier des périodes
plus vastes et donc moins
précises ? : « la place des
femmes dans la société au XXe
», « la population active dans
la société française au XXe »
(programme de Première S)
L.B. : Quand on est dans la
précision, on va être dans un
contexte particulier, alors que
comprendre les différentes
crises dans le temps va nous
faire penser que nous sommes
actuellement dans une situation
qui soit loin d’être pérenne.
Également, étudier plusieurs
approches nous permet de
valider le mode de réflexion.
L’histoire, c’est aussi savoir ce
qu’il nous reste comme
explications face aux
événements passés.
M-A. S. : Ces sujets sont en
réalité très intéressants et des
clés de lecture de nos sociétés.
On ne peut pas comprendre
l’évolution de la société
occidentale jusqu’à nos jours
(objectif des programmes) sans
étudier ces deux aspects.
Hélas, ces sujets doivent être
traités en tellement peu
16
d’heures qu’effectivement, ils
perdent toute leur substance et
leur intérêt.
Est-ce la fin des Rois de
France et de Napoléon ? Les
programmes d’histoire de
Première et Terminale
abordent en unique
perspective le XXe (hormis
« la difficile affirmation
républicaine entre 1880 et
1890 »)
M-A. S. : Rois de France et
Napoléon sont traités en
collège, ils font donc partie de
la scolarité obligatoire.
L.B. : Je n’ai jamais vu
Napoléon en histoire à
l’université, et en une ou deux
heures en lycée. On va alors
être dans une manière
d’appréhender les diverses
connaissances plutôt que de
tout connaître en profondeur.
Personnellement, ça ne me
dérange pas de survoler que
des parties de l’histoire de
France dès lors que les élèves
ont les outils pour approfondir.
Ici encore, on est entre
l’histoire quantitative et
l’histoire qui sert d’outil
d’analyse. On a l’impression
de survoler car il n’y a plus ces
repères obligatoires, mais
c’est plus intéressant
aujourd’hui d’avoir les outils
que d’apprendre bêtement.
A partir de quand peut-on
parler d’instrumentalisation
de l’histoire et non plus de
symboles communs ?
L.B. : On peut parler
d’instrumentalisation ou de
tentative d’instrumentalisation,
et cela s’est fait à différentes
époques. Par exemple, à la fin
du XIXe siècle lorsqu’il a fallu
reconquérir l’Alsace-Lorraine.
On a alors utilisé l’histoire
pour cette reconquête et formé
à l'école de bons petits soldats.
De même, on pense au régime
de Vichy en 39-45, qui validait
un certain nombre d’idées qui
leur étaient propres.
Aujourd’hui on peut toujours
avoir cette disposition-là. Par
contre, le fait d’être plus
« éclairé » grâce aux facilités
d'accès à l'information – je
pense par exemple aux prises
de position des intellectuels,
des académiciens, au corps
d’agrégés en histoire qui est
extrêmement puissant – cela
permet de mettre justement en
garde. Quand il était question
de faire un musée de l’histoire
de France il y a quelques
années, ces gens-là se sont
exprimés et cela a évité de
faire peut-être une erreur, il y a
eu des débats intéressants qui
en sont sortis. Ici, je ne parle
pas d’instrumentalisation mais
dans la mesure où l’on veut
faire un musée de l’histoire de
France, on ne part pas avec les
mêmes objectifs pour tout le
monde. L’instrumentalisation
volontaire ou involontaire peut
exister, maintenant l’intérêt est
de laisser les gens qui ont un
avis sur le sujet s’exprimer et
contredire pour avertir des
interprétations possibles.
Peut-on enseigner l’histoire et
rester impartial ?
L.B. : Je peux avoir mon avis
personnel sur une question à
traiter mais je n’ai pas le droit
de le dire en classe. A partir du
moment où il y a une situation
polémique, il faut donner la
parole aux différents
protagonistes, on n’a pas de
jugement à donner. C’est pareil
que lorsque l’on écrit un livre
d’histoire, on ne doit pas être
dérangé par notre
positionnement. Et justement,
je peux me faire l’avocat du
diable dans les débats en EMC
pour faire réagir !
Quels sont les thèmes
controversés et difficiles à
aborder au lycée ?
L.B. : Pour la Guerre
d’Algérie, il aura fallu attendre
le début des années 2000 pour
que l’on puisse faire un cours
sans rencontrer l’animosité de
certains parents d'élèves car
eux avaient vécu cette période-
là. Ce que l’on pouvait
affirmer avec du recul et
l’analyse historique ne
correspondait pas toujours
avec ce qu’ils avaient vécu.
Après cela dépend du lycée où
l’on est. Aborder le conflit
israélo-palestinien dans un
lycée où il y aurait les deux
obédiences revient plus à se
référer aux faits et éviter la
confrontation, sans pour autant
ne pas laisser nécessairement
la parole aux élèves. Un thème
est difficile à aborder lorsque
l’événement a été douloureux
et aura suscité des émotions. Il
faut grossièrement trois
générations pour que l’émotion
commence à s'estomper. Il faut
du temps pour calmer les
esprits. C’est pourquoi c’est
difficile d’être professeur
d’histoire. Il y a la passion, la
soif de connaissance, la
volonté de se positionner et
puis la volonté de transmettre
la possibilité de comprendre le
monde qui nous entoure.
17
AU CŒUR DU LYCÉE
Oscar Wilde or the importance of a theatrical activity: A special interview with the
Secondes E by Coline Lappeman
Last December 2016 Year 11
students had the opportunity to
profit from a drama workshop.
Thanks to this activity,
organized by the English
teachers, they all acted in front
of their classmates throughout
the three-hour-long program.
The editor-in-chief and
journalist, Louis Dréano, and
I, Coline Lappeman, asked one
of the classes to know more
about this experience.
Louis: Hello everyone.
Thank you for having us
here today. As we all know
you participated in a group
activity a few weeks ago. So
to begin with, could you
maybe sum up the content of
the workshop you did? What
did it consist in?
Julian: We had different
activities. For example, we had
to act parts of a play, which
was the major activity. We also
created status in pairs.
Louis: When was it? Did you
do this in “A.P.” or in your
regular English Class?
Gauthier: It happened in the
regular English Class.
Coline: How long did it last?
Julian: About three hours.
Louis: First of all, what was
the first step?
Coline: Did you have to act
out a scene?
Théo H.: For most of us, we
could act with gestures.
Coline: Did you have to
recite lines from the play and
act out some scenes?
Louis: Did you have to learn
it by heart?
Theo G: Yes, indeed, although
we played a scene we had
already studied and learned in
class.
Coline: What is the name of
the play?
Theo G: The Importance of
Being Earnest by Oscar Wilde.
Coline: Well then, did you
learn something about Oscar
Wilde? Who was he?
Gauthier: He was Irish and
born in Dublin. He was
imprisoned because of his
sexual orientation, as he was
homosexual and it was not
accepted at the time. He died
in Paris on 13th November
right at the beginning of the
20th century, in 1900.
Louis: And you did this
acting workshop with an
Australian woman, didn't
you ? Is she Still in France?
Where is she now? How old
is she and what is her name?
Theo H.: Hannah is thirty. But
now she is gone. She has gone
back to Paris a couple weeks
ago.
Louis: What was your
interaction with her?
Obviously, as she is a native
speaker, was it difficult to
understand her? And what
about her accent?
Theo G: We understood most
of what she said quite well and
her accent didn't bother us.
Louis: Actually what did you
learn from this activity? How
do you feel now? Are you
more self-confident when you
speak in English?
Coline: Did it help you to
speak more easily in English
class or in general?
Gauthier: Yes, it has helped usa
lot. We had an English test
about our scenes the day after
so Anna helped us a lot with
the pronunciation and the
emotions.
Louis: Before the activity,
did you have anxiety, stress,
fear? You had indeed to
speak three hours long,
didn't you ?
Gauthier: Not really, because it
seems it went by very quickly
for us.
Coline: Has it been difficult
for some of you? Was it the
first time you act? Or maybe
some of you are part of a
dram club?
Gauthier: It's not been difficult,
because personally last year I
dit drama in class.
Louis: But it was in French,
wasn't it?
Gauthier: No it wasn't. It was
in English.
18
Louis: Now, we are going to
move to another aspect of
this activity, which would be
your point of view about this
experience. For you, what
were the advantages of this?
Did you enjoy it?
[unanimous affirmative
answer!]
Louis: Have you improved
your English?
Martin: Yes, we have and now
we have the ability to act much
better.
Louis: What about the
negative sides?
Julian: According to our
schedule, we normally have
two classes on Tuesday
afternoons.
Alexis: In order to prepare this
activity we had to stay an extra
hour.
Gauthier: Then the day of the
activity, we worked three
hours, which was hard.
Louis: Would you like to do
it again?
Unanimous response:: It was
quite a good experience.
Louis: We would like now to
focus more on the content of
the story. Firstly, do some of
you still have in mind the
text? Can someone say some
words of the play?
Gauthier [quotes the play]:
“Yes, Lady Bracknell, I was
[found] in a handbag – a
somewhat large, black leather
handbag with handles to it – a
[normal] ordinary handbag in
fact.”
Coline: Which character is
it? Is it an important one?
Gauthier: The character Jack
plays a major role in the play.
Louis: Then how many
characters are there?
Simon: Five.
Louis: Could you tell us their
names ?
Simon: We have Jack, Miss
Prism, Algernon, Gwendolen,
Cecily Cardew and Lady
Bracknell.
Louis: What is the story
about?
Simon: Jack deeply loves
Gwendole and Algernon who
falls in love with Cecily.
How does the story end ?
Killian: Jack discovered he
was the cousin of Gwendolyn.
Did you like this story?
Theo H.: I did like it, because
it was quite unexpected.
What surprised you the most
?
Theo H.: The fact that Jack
discovered his identity and that
his name was not actually Jack
but Ernest.
Romain: Jack also discovered
that he is the brother of
Algernon.
[We then asked how many
Jacks, Gwendolens and
Algernons had been played;
each time, four hands were
raised]
For you, what was the most
interesting character to play?
Gauthier: Jack is the most
enjoyable one. He possesses
different personalities and
names. At the beginning, his
name is Jack and Ernest. What
is funny moreover is that
Gwendolyn first liked Earnest
better than Jack.
Louis: So he has to change,
doesn't he ?
Gauthier: And in the end he
finally can be called the name
Ernest because it is originally
his.
Coline: Who was the villain,
the “bad guy” in the story?
Lea: From my point of view,
Algernon and Gwendolyn are
the bad characters, I didn't
really like them.
Gauthier: Personally I think it
is Lady Bracknell because she
doesn't approve the marriage
between Jack and Gwendolyn.
What type of relations are
there between Jack,
Gwendolen and Lady
Bracknell?
Killian: Lady Bracknell is
Jack's aunt at the end of the
story and Gwendolyn is Lady
Bracknell's daughter.
Coline: Before we leave, we
would like to know more
about what you think of your
future. What do you plan on
doing after Seconde? Has the
beginning of the year
influenced you enough to
think about higher
education, later, that would
involve English?
Louis: Do you think English
is important for you?
19
[Editor's note: For some of
them, it is difficult to learn
English, but we clearly saw
they tried their best.]
Julian: After school, I want to
go to Australia, so English
means a lot to me.
Louis: Is it because of the
Australian comedian actress
[Editor's note: Hannah,
formerly mentioned] you've
met?
Julian: No actually it is a
dream.
Louis : What do you plan on
doing there?
Julian: Just to live there.
Louis: Traveling all over the
country? What about work?
Julian: What is the most
essential for me is to travel,
yes. Then I would also like to
work.
Killian: English is very
important for our future jobs
because everybody speaks
English and it is an
international language.
Coline: Do you have
anything else to add?
Theo G: The drama workshop
was very interesting and
important for us, because it can
help us to express more easily
our feelings using body
language. As for me, it has
helped me a lot.
Louis and Coline: Thank you
very much for your attention
and your time, that was a
pleasure meeting you and
talking all together.
We would like to thank the
English teacher Mrs Madelon,
who genuinely offered us the
opportunity to interview her
class and let us discover this
wonderful activity.
Immaculée Conception par Jennifer Colin
Une institution composée d’histoires,
Passée de la guerre à l’éducation
D’un champ d’observation à une salle de classe,
Mais un unique la compose.
L’appréhension d’un devoir ou d’une attaque,
Des élèves ou des soldats non présents,
Peu importe école ou quartier général
Des valeurs avant tout.
Une foi chrétienne transmise,
Des connaissances divulguées,
Des relations partagées,
Des découvertes fascinantes.
Une culture enseignée,
Un savoir-faire exercé,
Bref, une seule organisation
L’Immaculée Conception.
Envoyez vos textes, écrits, poèmes, chansons, articles, etc. à l’adresse :
louis.dreano@sfr.fr
20
EXPRESSION
Top 4 des personnages de Jeux-Vidéos m'ayant marqué par Pierre-Ambroise Gallouet
J'ai plusieurs loisirs au
quotidien. Je lis, je sors, je
dessine, j'écris... Et puis, je
joue à des jeux-vidéos. Une
fois n'est pas coutume, je
voulais vous parler brièvement
de mon expérience avec le
monde vidéoludique ! J'ai donc
choisi 5 personnages qui m'ont
marqué afin d'en parler à
travers eux. Histoire de vous
avertir : je vais spoiler sans
pitié. Alors, si vous désirez
jouer à ces jeux et apprécier
l'histoire qu'ils racontent,
méfiez-vous ! Vous êtes
prêt ? ... AU DERNIER
ÉPISODE DE GAME OF
THRONE, GEORGE
MARTIN ARRIVE ET TUE
TOUT LE MONDE AVANT
DE REPARTIR SUR LE
FAUCON MILLÉNIUM !
Pardon, pour cette frayeur.
C'était tentant ! Bref. Allons-
y !
Sans (Undertale)
Sorti en 2015, Undertale a
beaucoup fait parler de lui sur
la toile ! C'est donc un jeu qui
m'a marqué très récemment
mais assez pour que j'en parle.
Vous incarnez un enfant qui
tomba dans le royaume des
monstres. Votre mission va
donc consister à rentrer chez
vous en atteignant la barrière
magique retenant tous les
monstres sous terre. Tâche
ardue ! Car, au cours de votre
périple, vous rencontrerez une
flopée de personnages
loufoques mais attachants.
Parmi eux : Sans le squelette.
Sans est un squelette grand
comme votre personnage,
fainéant avec un amour pour
les jeux de mots et autres traits
humoristiques.
Paradoxalement, il semble être
l'un des personnages les plus
occupés entre son poste de
sentinelle, de juge,
d'humoriste, de vendeur de
hot-dog etc... Il est le grand
frère de Papyrus, membre de la
garde royale, qui le fait enrager
devant son laisser-aller. Alors,
qu'est-ce que ce personnage a
d'intéressant ? Sans vient d'un
milieu scientifique où il apprit
l'existence d'un moyen de
sauvegarder pour le joueur. A
partir de là, va s'opérer un
déclic chez lui : toutes ses
évolutions, tout ce qu'il se
passe autour de lui n'a aucun
sens. Puisque, sans crier gare,
tout peut se réinitialiser et
redevenir comme avant les
aventures du joueur. À partir
de là, Sans va tomber dans une
espèce de nihilisme où son
sourire et sa fainéantise
masqueront son désespoir. Il va
volontairement refuser de
s'impliquer dans votre aventure
(pour vous arrêter par
exemple). Ce n'est qu'à la toute
fin de la route Génocide,
consistant à massacrer tous les
monstres sans pitié, qu'il va
agir. Car ce n'est bien qu'après
vous avoir vu assassiner tous
ses amis et son frère chéri qu'il
ne va plus pouvoir "n'en avoir
rien à faire". Et comment va-t-
il agir ? En vous faisant vivre
le combat le plus "casse-dents"
de votre vie contre lui. En
bref : « a bad time » !
Le Prince de Perse (Prince of
Persia: la Trilogie des Sables
du Temps)
Tout le monde commet des
erreurs. Mais si vous aviez le
pouvoir de remonter dans le
temps, beaucoup penserait à
les changer pour les fuir.
L'histoire du Prince de Perse
est celle-ci : un jeune prince
veut prouver sa valeur auprès
de son Père. Au cours d'une
guerre contre le Maharadja, il
récupère un artefact magique :
la dague du temps. Celle-ci lui
offre le pouvoir de manipuler
le temps à sa guise. Le
Maharadja vaincu, le père du
prince s'en va chez son ami le
sultan de Azad. Alors, qu'en
signe d'amitié, le roi lui offre le
sablier du temps, son vizir
pousse le prince à l'ouvrir
grâce à la dague.
Malgré lui, le Prince va libérer
les sables du temps
transformant toutes les
personnes du palais en
monstres. Toutes, sauf trois : le
Prince, le Vizir et la fille du
Mahardja : Farah. Au bout de
nombreuses péripéties,
incluant la mort du Roi de
Perse des mains de son fils, le
Prince et Farah vont s'allier et
parvenir à changer le cours de
l'histoire. Ils avertissent le
Maharadja de la traîtrise du
Vizir et tout rentre dans l'ordre.
Seulement, à peine sortit du
guêpier, le Prince se voit
poursuivi par le gardien du
Temps : le Dahaka des mythes
perses. Il parvient à le semer et
à se réfugier sur l'île du Temps.
Parvenant à le vaincre et à
sauver l'Impératrice de l’Île, le
Prince part avec elle pour
Babylone. Seulement, arrivés
là-bas, la ville est mise à sac
par personne d'autre que... Le
21
Vizir qui n'est jamais mort à
cause du retour dans le Temps.
En possession de la dague du
temps, le vieillard se
transforme en divinité et
s'apprête à réduire en
esclavage la ville. Le Prince,
alors partiellement corrompu
par les sables, va partir l'arrêter
et apprendre que son père fut
tué par des monstres. Au début
jeune et orgueilleux, le Prince
va tout au long de son voyage
initiatique s'assagir et
apprendre à ne plus fuir ses
erreurs. Cette série est
véritablement emplie de poésie
et nous plonge dans une
atmosphère orientale
complètement magique. Et
comme on nous le rappelle si
joliment tout au long de
l'intrigue « Certains voient le
Temps comme une rivière, au
cours certain et tranquille.
Mais je peux vous le dire : ils
se trompent ! Le Temps est un
océan en pleine tempête ! »
Jade (Beyond Good & Evil)
S'il y a un truc qui m'agace sur
les réseaux sociaux, ce sont les
personnes sur les pages de
journaux. Il n'y a pas, je crois,
un article sans quelqu'un pour
crier au "complot du grand
méchant système", à de
"l'endoctrinement" ou encore à
"la manipulation des médias
par les grands méchants
politiques/illuminatis/capital/
milliardaires/InsérerUnCroque
mitaineTrèsVilainPasBeau" à
chaque article ne leur faisant
pas plaisir. Car, bien
évidemment, un bon article
doit avant tout être en accord
avec leurs idées. Bon, le sujet
de cet article n'étant ni le
fanatisme ni les complotistes,
je ne vais pas m'étendre
dessus. Toutefois, quel est le
lien avec ce jeu ? Et bien c'est
simple : vous incarnez... une
journaliste en herbe devant
révéler au public un complot
militaire d'envergure. Dans ce
jeu, vous incarnez Jade. C'est
une jeune femme journaliste
qui s'occupe d'orphelin dans le
phare d'Hyllis. La planète est
sous invasion extraterrestre.
Au fil de l'aventure, Jade va
découvrir que cette invasion
est sous complicité de la force
armée locale : les Sections
Alphas. Celles-ci kidnappent
les hyliens afin de les livrer
aux envahisseurs. Le travail de
Jade, aidée par le réseau Iris,
un groupe de résistants, sera de
dévoiler la vérité sur ce
complot à la population. De fil
en aiguille, d'action en action,
d'infiltration en espionnage,
Jade va se révéler être plus
qu'une simple hylienne. Elle
sera à la fois le symbole du
mensonge des militaires et,
littéralement, la source des
pouvoirs du chef des
envahisseurs aliènes : le prêtre
Domz. (D'où son attaque. En
plus, c'est une jolie allégorie de
la Vérité.). Cela va donc la
placer au cœur même de
l'avenir de la planète, elle qui
peut faire se soulever la force
du peuple ou l'avidité des
tueurs. Je crois que c'est grâce
à ce jeu que j'ai acquis du
respect pour le journalisme.
Alors à ceux prêts à insulter de
pauvres gens qui ne font que
vous informer, écoutez mes
sages paroles : arrêtez de rager
chez mon berger.
Le Lion Rouge (The Legend
of Zelda : The Wind
Waker) : Zelda !
Ma franchise préférée de jeu-
vidéo ! Poésie, action,
personnages attachants,
histoire épique... Quoi de
mieux pour me plaire ? Et le
personnage dont je vais vous
parler est tiré du premier jeu
Zelda auquel j'ai joué. Il y a
longtemps, un héros tout de
vert vêtu triomphait du mal.
C'était le héros du Temps
d'Ocarnia of Time, triomphant
de Ganondorf. Depuis, le
monde a été englouti sous les
flots et n'est plus qu'un vaste
océan parsemé d'îles. Pourquoi
? Le héros du temps n'est
jamais revenu. Et Ganondorf,
lui, si. Les dieux, pour
empêcher Ganondorf
fraîchement libéré de nuire (en
mettant la main sur la Triforce,
pouvoir divin), vont engloutir
le royaume. Mais lorsque
Ganon se réveilla, et à
l'impulsion de ses kidnappings
de jeunes filles aux oreilles
pointues, le bateau nommé
"Lion Rouge" va se réveiller.
Le Lion Rouge est le bateau de
Link, le héros principal des
jeux. Il s'agit d'un bateau
parlant à tête de lion est de
couleur... ben rouge. Il est le
compagnon de notre jeune
héros dans sa quête.
Au milieu de l'aventure, il va
révéler sa véritable identité : le
roi défunt du royaume
d'Hyrule. C'est une âme perdue
qui n'a pu se détacher de la
terre par amour de son
royaume. Royaume, dont il ne
reste plus que le château et une
maigre bande de terre
protégées sous les flots par les
dieux. Ce n'est qu'à la toute fin
du jeu qu'il parvient enfin à se
détacher du passé et à accepter
de confier le flambeau à la
nouvelle génération. Il va alors
demander aux dieux de
détruire pour de bon Hyrule et
22
de donner un avenir à Link et
Zelda, qu'il appelle
affectueusement « ses
enfants ». Il est l'exemple de
l'adulte qui refuse de céder la
place, hanté par la gloire du
passé qu'il contemple au
travers d'artefacts sans valeur.
En cela, sa fin est belle. Et elle
est d'autant plus belle qu'elle a
annoncé un souffle nouveau
dans la saga : une renaissance
d'Hyrule débarrassé des cycles
de la haine. Et c'est peut-être
ça qui est beau : ce phœnix
renaissant éternellement de la
cendre.
Opinion par Anne Dubouch
Maman fut choquée lorsqu'elle
l'apprit. Elle dit c'est
l'Apocalypse, et son visage
tout déconfit le confirmait. Je
ne pouvais pas comprendre sa
pensée : rien de grave ne s'était
passé, alors pourquoi penser à
une future éventuelle
catastrophe ? Les médias
avaient donné une mauvaise
image de LUI, et maman se
trouvait influencée par eux.
Elle n'avait pas d'opinion
personnelle, donc elle suivait
juste les idées actuelles. Elle
me décevait. Papa déclara que
c'était une bonne chose. Il dit
que le pays avait besoin d'un
homme énergique et déterminé
pour le guider. Son sourire
traduisait son sentiment
enthousiaste. Je pouvais
comprendre qu'un homme
énergique serait utile à la
nation, qu'il redonnerait du
travail aux chômeurs, qu'il
réduirait l'immigration
clandestine, mais je ne pouvais
pas voir une personne avec un
petit peu d'expérience en
politique prendre le pouvoir.
De plus, IL était raciste...
Quant à moi, je n'étais ni pour
quelqu'un, ni contre qui que ce
soit : j'étais tout simplement
perdue. Je ne pouvais pas
choisir de camp, puisque les
opinions des médias étaient en
contradiction avec les autres,
donc il n'y avait pas de vérité.
Tout cela me fatiguait. Donald
Trump était élu aux
Présidentielles aux États-Unis,
et bientôt il vivrait à la Maison
Blanche.
Quelques conseils autour des élections par Pierre-Ambroise Gallouet
Ça peut paraître évident mais
on consulte les programmes de
chaque candidat avant de voter
pour l'un d'eux. Cela vous
permettra de savoir lequel est
plus en accord avec vos
convictions intimes et la
raison. On ne dirait peut-être
pas ainsi, mais de nombreuses
personnes votent plus pour un
parti ou une tête qu'un
programme. Bien sûr qu'il est
important de voir la
personnalité du candidat !
Toutefois, ce n'est pas parce
qu'un Adolf Hitler paraissait
sympathique en 1933 qu'il
laissa une Allemagne bien
grande à sa sortie... (Et hop! 1
point Godwin facile!)*
Ne consultez pas les réseaux
sociaux pour en apprendre plus
sur un candidat. Les réseaux
sociaux sont souvent un
fourre-tout de ragots, rumeurs,
on-dits etc. Et pour cause : ils
ne sont pas informés et
spécialistes ! Oui oui. C'est dur
à croire mais Internet n'est pas
le refuge de la Vérité. Même si
Antoine Daniel disait que «tout
ce qui est sur Internet est
vrai» ! N'ayez pas peur de
consulter des livres émanant de
des spécialistes ou tout
simplement les sites officiels
des partis afin de tenir pour
sûres vos informations.*
Je sais que c'est une tradition
sur le net, mais ne vous laissez
pas abuser par ceux qui disent
que le grand méchant
«système» est secrètement
dirigé par les banques, les
riches, les européens, les
américains... Et pourquoi pas
les illumatis, les reptiliens ou
les reptilluminazis tant qu'on y
est ? D'abord, il va falloir le
prouver... et c'est généralement
là où les complotistes ont
tendance à perdre patience...
Hein? Quoi? Mais non je ne
suis pas dans le complot
voyons! Quelle question! rire
jaune*
Ne partez pas du principe que
votre vote ne sert à rien. Bien
sûr qu'il sert à quelque chose !
À exprimer son opinion. Ce
serait illusoire de se dire que
son seul vote a peu de pouvoir.
D'abord, car si vous raisonnez
à l'échelle 1 contre 60 millions,
évidemment que vous pèserez
moins que ces millions de
gens. Vous n'êtes pas le
nombril du monde quand
même! Ensuite, si vous
raisonnez sur le principe de «si
on perd ça sert à rien », non car
vous aurez exprimé dans
quelle partie de la population
vous vous trouvez
idéologiquement. Si un (bon)
23
candidat gagne une élection à
51% contre 49%, il aurait tout
intérêt à tendre un peu l'oreille
vers son opposition car il ne
disposerait pas d'une majorité
confortable comme un De
Gaulle.* Plaît-il? Si aucun
candidat ne vous sied que
faire? C'est simple: voter
blanc. Au moins vous aurez
exprimé votre indécision. Car,
dans le cas où vous penserez
qu'il est préférable de
s'abstenir, ne venez pas vous
plaindre après que des
candidats ne vous plaisant pas
soient élus: vous ne pourrez
pas dire grand-chose. Vous
avez refusé de vous exprimer.
Tant pis! «Tant fait pas mon
p'tit loup, c'est la vie ne pleure
pas» comme disait Perret. Vous
me trouvez acide ? Il y a de
quoi : nos ancêtres se sont
battus pour obtenir le pouvoir
de s'exprimer et d'être un poids
dans la vie politique. Si
maintenant, on crache dans la
soupe, nous nous mettons en
danger nous-mêmes : on
accepterait volontairement de
ne plus avoir ce pouvoir de
décision. Et pour des gens qui
haïssent la dictature, cela serait
ironique. Le vote est un droit
de citoyen. Alors, tous aux
urnes !
La Méditerrannée – photo prise par Giorgos Moutafis et publiée dans The Guardian
Mamahba, Guinéen de 17 ans, secouru au large de la Libye par le chalutier Golfo Azzurro
Envie de réagir ?
Envoyez vos écrits à l‘adresse : louis.dreano@sfr.fr
24

Contenu connexe

Tendances

Kit militant Syriza soutien au peuple grec
Kit militant Syriza soutien au peuple grecKit militant Syriza soutien au peuple grec
Kit militant Syriza soutien au peuple grecFanny Despouys
 
Entretien Gérard Longuet dans Minute
Entretien Gérard Longuet dans MinuteEntretien Gérard Longuet dans Minute
Entretien Gérard Longuet dans Minutelesinrocks
 
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitique
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitiqueN°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitique
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitiqueJean-François Fiorina
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEAlexandra Romano
 
Etats-Unis : les nouvelles Républicaines
Etats-Unis :  les nouvelles RépublicainesEtats-Unis :  les nouvelles Républicaines
Etats-Unis : les nouvelles RépublicainesNewday
 
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Newday
 
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013AL QOTB Tunisie
 
Dérive droitière internationale
Dérive droitière internationaleDérive droitière internationale
Dérive droitière internationaleBenoit Fabre
 
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Newday
 
Guerres et propagande médiatique
Guerres et propagande médiatiqueGuerres et propagande médiatique
Guerres et propagande médiatiqueMehdi Bounoua
 
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)Frédéric Ganneval
 
Canada élections 2006
Canada élections 2006Canada élections 2006
Canada élections 2006Newday
 
Election américaine: épisode 1 (fr)
Election américaine: épisode 1 (fr)Election américaine: épisode 1 (fr)
Election américaine: épisode 1 (fr)Frédéric Ganneval
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?Newday
 

Tendances (17)

Kit militant Syriza soutien au peuple grec
Kit militant Syriza soutien au peuple grecKit militant Syriza soutien au peuple grec
Kit militant Syriza soutien au peuple grec
 
Entretien Gérard Longuet dans Minute
Entretien Gérard Longuet dans MinuteEntretien Gérard Longuet dans Minute
Entretien Gérard Longuet dans Minute
 
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitique
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitiqueN°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitique
N°3 La gazette géolocalisée du festival de géopolitique
 
Liberation . Syrie
Liberation . SyrieLiberation . Syrie
Liberation . Syrie
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
 
Etats-Unis : les nouvelles Républicaines
Etats-Unis :  les nouvelles RépublicainesEtats-Unis :  les nouvelles Républicaines
Etats-Unis : les nouvelles Républicaines
 
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
 
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013
Al Qotb France- Bulletin n°4-avril2013
 
Dérive droitière internationale
Dérive droitière internationaleDérive droitière internationale
Dérive droitière internationale
 
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
 
Guerres et propagande médiatique
Guerres et propagande médiatiqueGuerres et propagande médiatique
Guerres et propagande médiatique
 
N56
N56N56
N56
 
Michel Gurfinkiel
Michel GurfinkielMichel Gurfinkiel
Michel Gurfinkiel
 
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)
Election americaine: episode 1 l'abstention (fr)
 
Canada élections 2006
Canada élections 2006Canada élections 2006
Canada élections 2006
 
Election américaine: épisode 1 (fr)
Election américaine: épisode 1 (fr)Election américaine: épisode 1 (fr)
Election américaine: épisode 1 (fr)
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
 

En vedette

Tutoriel PIKTOCHART
Tutoriel PIKTOCHARTTutoriel PIKTOCHART
Tutoriel PIKTOCHARTDocimmac
 
Tutoriel TAGUL
Tutoriel TAGULTutoriel TAGUL
Tutoriel TAGULDocimmac
 
Piktochart le tutoriel
Piktochart le tutorielPiktochart le tutoriel
Piktochart le tutorielClaudie Merlet
 
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridique
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridiqueIdentité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridique
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridiqueDocimmac
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreClaudie Merlet
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreClaudie Merlet
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreClaudie Merlet
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreClaudie Merlet
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreClaudie Merlet
 
Concours La Voix mystère Les points gagnés
Concours La Voix mystère Les points gagnésConcours La Voix mystère Les points gagnés
Concours La Voix mystère Les points gagnésClaudie Merlet
 
Réaliser une revue de presse
Réaliser une revue de presseRéaliser une revue de presse
Réaliser une revue de presseClaudie Merlet
 
La presse- vocabulaire et exercices
La presse- vocabulaire et exercicesLa presse- vocabulaire et exercices
La presse- vocabulaire et exerciceslebaobabbleu
 

En vedette (18)

Bibliographie
BibliographieBibliographie
Bibliographie
 
Expose oral
Expose oralExpose oral
Expose oral
 
Tutoriel PIKTOCHART
Tutoriel PIKTOCHARTTutoriel PIKTOCHART
Tutoriel PIKTOCHART
 
Tutoriel TAGUL
Tutoriel TAGULTutoriel TAGUL
Tutoriel TAGUL
 
Piktochart le tutoriel
Piktochart le tutorielPiktochart le tutoriel
Piktochart le tutoriel
 
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridique
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridiqueIdentité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridique
Identité numérique. Responsabilité en ligne. Cadre juridique
 
Créer un prezi
Créer un preziCréer un prezi
Créer un prezi
 
Tableau participants
Tableau participantsTableau participants
Tableau participants
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystère
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystère
 
Tableau participants
Tableau participantsTableau participants
Tableau participants
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystère
 
Tableau participants
Tableau participantsTableau participants
Tableau participants
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystère
 
Tableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystèreTableau participants Concours Voix mystère
Tableau participants Concours Voix mystère
 
Concours La Voix mystère Les points gagnés
Concours La Voix mystère Les points gagnésConcours La Voix mystère Les points gagnés
Concours La Voix mystère Les points gagnés
 
Réaliser une revue de presse
Réaliser une revue de presseRéaliser une revue de presse
Réaliser une revue de presse
 
La presse- vocabulaire et exercices
La presse- vocabulaire et exercicesLa presse- vocabulaire et exercices
La presse- vocabulaire et exercices
 

Similaire à Tohu bahu n3 - février 2017

Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationales
Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationalesPlan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationales
Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationalesFlorian Brunner
 
Le sociocapitalisme pour um monde meilleur
Le sociocapitalisme  pour um monde meilleurLe sociocapitalisme  pour um monde meilleur
Le sociocapitalisme pour um monde meilleurPaulo José Valente
 
Arcand adrien a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...
Arcand adrien   a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...Arcand adrien   a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...
Arcand adrien a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...freemens
 
La Presse Nouvelle Magazine 273 février 2010
La Presse Nouvelle Magazine  273 février 2010La Presse Nouvelle Magazine  273 février 2010
La Presse Nouvelle Magazine 273 février 2010Tikoun38
 
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013Tikoun38
 
Histoire du nazisme
Histoire du nazismeHistoire du nazisme
Histoire du nazismechourasse
 
Fiche 908
Fiche 908Fiche 908
Fiche 908origene
 
Degradação do Discurso Político
Degradação do Discurso PolíticoDegradação do Discurso Político
Degradação do Discurso PolíticoJorge Barbosa
 
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politique
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politiqueJFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politique
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politiqueÓscar Rodicio Ramos
 
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51Benjamin Cuaz
 
Géopolitique & entreprises n°2
Géopolitique & entreprises n°2Géopolitique & entreprises n°2
Géopolitique & entreprises n°2Revue Conflits
 
Le filament magazine 30 de juin 2013
Le filament magazine 30 de juin 2013Le filament magazine 30 de juin 2013
Le filament magazine 30 de juin 2013Patrice Piardon
 
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne mythe ou realite
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne   mythe ou realiteLa perte de l’influence française en afrique subsaharienne   mythe ou realite
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne mythe ou realiteParti Djibouti
 
Un dirigeant allemand fort est imminent
Un dirigeant allemand fort est imminentUn dirigeant allemand fort est imminent
Un dirigeant allemand fort est imminentGuy Boulianne
 
2 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 19182 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 1918Compagnonjbd
 
Les manigances de la superclasse mondiale
Les manigances de la superclasse mondialeLes manigances de la superclasse mondiale
Les manigances de la superclasse mondialePolémia
 

Similaire à Tohu bahu n3 - février 2017 (20)

Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationales
Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationalesPlan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationales
Plan pour la paix: Pour un renouveau des relations internationales
 
Le sociocapitalisme pour um monde meilleur
Le sociocapitalisme  pour um monde meilleurLe sociocapitalisme  pour um monde meilleur
Le sociocapitalisme pour um monde meilleur
 
Arcand adrien a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...
Arcand adrien   a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...Arcand adrien   a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...
Arcand adrien a bas la haine clan9 bibliothèque dissidence nationaliste nat...
 
La Presse Nouvelle Magazine 273 février 2010
La Presse Nouvelle Magazine  273 février 2010La Presse Nouvelle Magazine  273 février 2010
La Presse Nouvelle Magazine 273 février 2010
 
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013La Presse Nouvelle Magazine 309  octobre 2013
La Presse Nouvelle Magazine 309 octobre 2013
 
N54
N54N54
N54
 
Histoire du nazisme
Histoire du nazismeHistoire du nazisme
Histoire du nazisme
 
Ne touchez pas au parti des fusilier
Ne touchez pas au parti des fusilierNe touchez pas au parti des fusilier
Ne touchez pas au parti des fusilier
 
Fiche 908
Fiche 908Fiche 908
Fiche 908
 
Degradação do Discurso Político
Degradação do Discurso PolíticoDegradação do Discurso Político
Degradação do Discurso Político
 
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politique
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politiqueJFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politique
JFK : L'importance de l'éthos pour la construction du personnage politique
 
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51
Shadowvoices, présentation du monde d'AmnesYa 4k51
 
Géopolitique & entreprises n°2
Géopolitique & entreprises n°2Géopolitique & entreprises n°2
Géopolitique & entreprises n°2
 
Le filament magazine 30 de juin 2013
Le filament magazine 30 de juin 2013Le filament magazine 30 de juin 2013
Le filament magazine 30 de juin 2013
 
Democratie 01-05-12
Democratie 01-05-12Democratie 01-05-12
Democratie 01-05-12
 
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne mythe ou realite
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne   mythe ou realiteLa perte de l’influence française en afrique subsaharienne   mythe ou realite
La perte de l’influence française en afrique subsaharienne mythe ou realite
 
Un dirigeant allemand fort est imminent
Un dirigeant allemand fort est imminentUn dirigeant allemand fort est imminent
Un dirigeant allemand fort est imminent
 
2 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 19182 ts usa depuis 1918
2 ts usa depuis 1918
 
Un Regard Sur La Colombie Medias Et Conflit
Un Regard Sur La Colombie Medias Et ConflitUn Regard Sur La Colombie Medias Et Conflit
Un Regard Sur La Colombie Medias Et Conflit
 
Les manigances de la superclasse mondiale
Les manigances de la superclasse mondialeLes manigances de la superclasse mondiale
Les manigances de la superclasse mondiale
 

Plus de Claudie Merlet

Rosalia margot et_lucie
Rosalia margot et_lucieRosalia margot et_lucie
Rosalia margot et_lucieClaudie Merlet
 
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacito
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacitoGabriel junkiert-2 c-affiche-despacito
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacitoClaudie Merlet
 
Exposicion virtual landelle_leonie
Exposicion virtual landelle_leonieExposicion virtual landelle_leonie
Exposicion virtual landelle_leonieClaudie Merlet
 
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelie
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelieExposicion ricky martin_de_pamela_y_noelie
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelieClaudie Merlet
 
Diaporama Joyeux Café
Diaporama Joyeux CaféDiaporama Joyeux Café
Diaporama Joyeux CaféClaudie Merlet
 
Joyeux Café à l'Immac
Joyeux Café à l'ImmacJoyeux Café à l'Immac
Joyeux Café à l'ImmacClaudie Merlet
 
Citations sur Laura Douviers
Citations sur Laura DouviersCitations sur Laura Douviers
Citations sur Laura DouviersClaudie Merlet
 
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...Claudie Merlet
 
Epigraphes dans Les Faux-Monneyeurs
Epigraphes dans Les Faux-MonneyeursEpigraphes dans Les Faux-Monneyeurs
Epigraphes dans Les Faux-MonneyeursClaudie Merlet
 
Identité numérique et responsabilité
Identité numérique et responsabilitéIdentité numérique et responsabilité
Identité numérique et responsabilitéClaudie Merlet
 

Plus de Claudie Merlet (20)

Immag10
Immag10Immag10
Immag10
 
Rosalia margot et_lucie
Rosalia margot et_lucieRosalia margot et_lucie
Rosalia margot et_lucie
 
Rayen bouzaiene
Rayen bouzaieneRayen bouzaiene
Rayen bouzaiene
 
Nin~a dioz
Nin~a diozNin~a dioz
Nin~a dioz
 
Mmarcereuil fgallais
Mmarcereuil fgallaisMmarcereuil fgallais
Mmarcereuil fgallais
 
Louise costes
Louise costes Louise costes
Louise costes
 
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacito
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacitoGabriel junkiert-2 c-affiche-despacito
Gabriel junkiert-2 c-affiche-despacito
 
Exposicion virtual landelle_leonie
Exposicion virtual landelle_leonieExposicion virtual landelle_leonie
Exposicion virtual landelle_leonie
 
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelie
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelieExposicion ricky martin_de_pamela_y_noelie
Exposicion ricky martin_de_pamela_y_noelie
 
Emma eva affiche
Emma eva afficheEmma eva affiche
Emma eva affiche
 
poster albane_et_emma
poster albane_et_emmaposter albane_et_emma
poster albane_et_emma
 
Diaporama Joyeux Café
Diaporama Joyeux CaféDiaporama Joyeux Café
Diaporama Joyeux Café
 
Joyeux Café à l'Immac
Joyeux Café à l'ImmacJoyeux Café à l'Immac
Joyeux Café à l'Immac
 
Im mag 1
Im mag 1Im mag 1
Im mag 1
 
Citations sur Laura Douviers
Citations sur Laura DouviersCitations sur Laura Douviers
Citations sur Laura Douviers
 
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...
Lettres, journal, confessions/aveux, monologues intérieurs : instruments de c...
 
Pères
PèresPères
Pères
 
Grands pères
Grands pèresGrands pères
Grands pères
 
Epigraphes dans Les Faux-Monneyeurs
Epigraphes dans Les Faux-MonneyeursEpigraphes dans Les Faux-Monneyeurs
Epigraphes dans Les Faux-Monneyeurs
 
Identité numérique et responsabilité
Identité numérique et responsabilitéIdentité numérique et responsabilité
Identité numérique et responsabilité
 

Dernier

Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Atelier Canopé 37 - Tours
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...Unidad de Espiritualidad Eudista
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Majida Antonios, M.Ed.
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 

Dernier (17)

Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 

Tohu bahu n3 - février 2017

  • 1. JOURNAL DU LYCEE IMMACULÉE CONCEPTION février 2017 Rédacteurs : Louis Dréano, Coline Lappeman, Jennifer Collin, Anne Dubouch, P-A Gallouet Éditorial par Louis Dréano Si le terme fait peur, il faut être lucide : nous sommes en crise politique car tous les repères sautent : implosion du PS, affaire polémique pour le candidat des Républicains, réorganisation dynamique autour du Front de Gauche, montée en force du FN dans les statistiques, la nébuleuse « En Marche » qui floute le clivage gauche-droite. Phénomène des faux- semblants ? En ce début de février, il y a ce dangereux sentiment d’être bouleversé à trois mois des élections. Comme si tout se renversait et allait continuer à se renverser. Outre Atlantique, notre ami Donald continue de faire trembler le monde : retour sur la loi de régulation financière Dodd-Franck, l’ancien de la Goldman Sachs Steven Mnuchin au Trésor, le fervent libre-échangiste Sean Spicer en tant que porte-parole de la Maison Blanche… Quelle incohérence ! Les Américains ont voulu combattre les « élites » technocrates, c’est plutôt les grands banquiers qu’ils protègent, ceux qui ont fait sauté la finance en 2007 ! Le 27 janvier, Trump signe un décret interdisant aux ressortissants de sept pays musulmans jugés dangereux d’entrer sur le territoire américain. La réaction a eu une ampleur considérable (en photo ci-dessus, des hommes en prière à l’aéroport de Dallas). Lors de l’éditorial d’octobre 2016, on soutenait que le journal était un « mur d’expression », un lieu de confrontation où chacun pouvait écrire. Pour ce numéro, l’effectif est excessivement réduit. Ainsi on ne peut assumer à la fois la quantité et la qualité du journal. Cela suppose une question peu sympathique : les lycéens de l’Immac ont-ils des choses à dire ? De ciel et terre, on vous attend au tournant pour la prochaine publication. 1 Source : Dallas Morning News
  • 2. Le Manifeste des quatre commandements du journaliste libre par Albert Camus Les extraits que nous publions sont issus d’un article qui devait paraître le 25 novembre 1939 dans « Le Soir républicain », un quotidien limité à une feuille recto verso qu’Albert Camus codirigeait à Alger. Camus dénonce ici la désinformation qui gangrène déjà la France en 1939, mais son manifeste va plus loin. Il est une réflexion sur le journalisme en temps de guerre, et plus largement, sur le choix de chacun, plus que celui de la collectivité, de se construire en homme libre. Tombant dessus, nous ne pensions pas qu’il pouvait sonner, à bien des égards, toujours aussi juste. « Ce qu'il nous plairait de définir ici, ce sont les conditions et les moyens par lesquels, au sein même de la guerre et de ses servitudes, la liberté peut être, non seulement préservée, mais encore manifestée. Ces moyens sont au nombre de quatre : la lucidité, le refus, l'ironie et l'obstination. La lucidité suppose la résistance aux entraînements de la haine et au culte de la fatalité. Dans le monde de notre expérience, il est certain que tout peut être évité. La guerre elle-même, qui est un phénomène humain, peut être à tous les moments évitée ou arrêtée par des moyens humains. Il suffit de connaître l'histoire des dernières années de la politique européenne pour être certains que la guerre, quelle qu'elle soit, a des causes évidentes. Cette vue claire des choses exclut la haine aveugle et le désespoir qui laisse faire. Un journaliste libre, en 1939, ne désespère pas et lutte pour ce qu'il croit vrai comme si son action pouvait influer sur le cours des événements. Il ne publie rien qui puisse exciter à la haine ou provoquer le désespoir. Tout cela est en son pouvoir. […] En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d'opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu'un esprit un peu propre accepte d'être malhonnête. » (...) « On peut poser en principe qu'un esprit qui a le goût et les moyens d'imposer la contrainte est imperméable à l'ironie. On ne voit pas Hitler, pour ne prendre qu'un exemple parmi d'autres, utiliser l'ironie socratique. Il reste donc que l'ironie demeure une arme sans précédent contre les trop puissants. Elle complète le refus en ce sens qu'elle permet, non plus de rejeter ce qui est faux, mais de dire souvent ce qui est vrai. […] La vérité et la liberté sont des maîtresses exigeantes puisqu'elles ont peu d'amants. » (...) « Cette attitude d'esprit brièvement définie, il est évident qu'elle ne saurait se soutenir efficacement sans un minimum d'obstination. Bien des obstacles sont mis à la liberté d'expression. Ce ne sont pas les plus sévères qui peuvent décourager un esprit. Car les menaces, les suspensions, les poursuites obtiennent généralement en France l'effet contraire à celui qu'on se propose. Mais il faut convenir qu'il est des obstacles décourageants : la constance dans la sottise, la veulerie organisée, l'inintelligence agressive, et nous en passons. Là est le grand obstacle dont il faut triompher. L'obstination est ici vertu cardinale. Par un paradoxe curieux mais évident, elle se met alors au service de l'objectivité et de la tolérance. » (...) « Voici donc un ensemble de règles pour préserver la liberté jusqu'au sein de la servitude. Et après ? dira-t-on. Après ? Ne soyons pas trop pressés. Si seulement chaque Français voulait bien maintenir dans sa sphère tout ce qu'il croit vrai et juste, s'il voulait aider pour sa faible part au maintien de la liberté, résister à l'abandon et faire connaître sa volonté, alors et alors seulement cette guerre serait gagnée, au sens profond du mot. » (...) « Oui, c'est souvent à son corps défendant qu'un esprit libre de ce siècle fait sentir son ironie. Que trouver de plaisant dans ce monde enflammé ? Mais la vertu de l'homme est de se maintenir en face de tout ce qui le nie. Personne ne veut recommencer dans vingt-cinq ans la double expérience de 1914 et de 1939. Il faut donc essayer une méthode encore toute nouvelle qui serait la justice et la générosité. Mais celles-ci ne s'expriment que dans des cœurs déjà libres et dans les esprits encore clairvoyants. Former ces cœurs et ces esprits, les réveiller plutôt, c'est la tâche à la fois modeste et ambitieuse qui revient à l'homme indépendant. Il faut s'y tenir sans voir plus avant. L'histoire tiendra ou ne tiendra pas compte de ces efforts. Mais ils auront été faits. » 2
  • 3. INTERNATIONAL À travers l’Asie par Louis Dréano – selon Le Monde et Asialyst Chine Le président chinois Xi Jinping (en photo ci-contre) a frappé un grand coup lors de son discours d’entrée à la conférence de Davos. En profitant du profil bas des dirigeants américains, en pleine transition entre deux administrations, et du désarroi actuel du camp occidental, il a volé la vedette à tout le monde en se présentant comme le champion toutes catégories de la mondialisation et du libre- échange. C’est bien le monde à l’envers que présente cette édition 2017 de Davos : dans les démocraties du monde occidental développé, la mondialisation et le libre- échange sont la cible des attaques d’un puissant courant politique, incarné par Donald Trump. Et c’est le président chinois, héritier de Mao, qui vient rassurer les élites du monde des affaires sur le bien- fondé de ce concept qui a révolutionné l’économie mondiale depuis la fin du XXe siècle. Pour exposer les solutions possibles, Xi Jinping n’a pas reculé devant des accents quasi sociaux- démocrates : il faut « amortir » les chocs de la mondialisation « de telle sorte qu’elle bénéficie à tous », « rééquilibrer le processus », le rendre « plus inclusif et durable », « trouver un équilibre entre efficacité et égalité ». Il s’est même fait applaudir lorsqu’il a assuré que c’était là « une responsabilité que doivent endosser les dirigeants de notre temps : c’est ce que les peuples attendent de nous ». Cela, semblerait-il, marque un tournant qui affirme la Chine comme pouvoir rayonnant dans le monde. Face à Trump, Xi Jinping annonce une véritable guerre commerciale. Corée du Sud Annoncé comme le favori de la présidentielle sud-coréenne, Ban Ki-moon a brusquement annoncé son retrait de la course ce mercredi 1er février, et même de la politique en général. Depuis son retour en Corée du Sud le 12 janvier dernier après dix ans passés à New York, le diplomate avait pourtant sérieusement envisagé de se présenter à la présidentielle sud-coréenne. Bien qu’il n’ait jamais officiellement déclaré être en course, il avait organisé une série d’apparitions publiques et était largement attendu pour rejoindre le parti au pouvoir Saenuri de la présidente Park Geun-hye. Probablement, les espoirs présidentiels de Ban ont vacillé à cause des attaques politiques continuelles des partis d’opposition et des médias progressistes, sans oublier les accusations de corruption impliquant ses proches et lui-même. Deux affaires ont terni son image. La première concerne 230,000 dollars de pots-de-vin touchés par l’ex-patron de l’ONU des mains de l’homme d’affaire sud-coréen Park Yeon-cha. Ce que Ban a nié en bloc. Deuxième affaire gênante : le bureau du procureur général des Etats-Unis à New York accuse le frère et le neveu du haut diplomate d’avoir tenté de corrompre un fonctionnaire du Moyen-Orient pour faciliter la vente d’un bâtiment au Vietnam. « Mon patriotisme pur et ma fierté ont été souillés par des calomnies et de fausses informations. Mon objectif d’un changement fondamental de la politique a perdu de son sens », a ainsi déclaré Ban Ki- moon (en photo ci-dessous). États-Unis En se rendant à Séoul le jeudi 2 février et à Tokyo le lendemain, le nouveau secrétaire à la défense, James Mattis, a insisté sur la solidité de l’engagement américain auprès de ces alliés. Ce message est bien nécessaire pour les rassurer. Pas seulement parce que le voisin nord-coréen dit s’approcher de son premier essai de missile balistique de longue portée. Mais surtout parce que, durant sa campagne, Donald Trump a menacé de retirer une partie des 28 500 soldats américains 3
  • 4. stationnés au sud du 38e parallèle si Séoul n’acceptait pas de payer davantage pour leur présence. Il est allé jusqu’à ne pas s’opposer à l’idée que Japonais ou Sud- Coréens développent, à leur tour, l’arme nucléaire pour assurer leur propre défense de manière autonome. Pareillement, l’abandon par les Etats-Unis de l’accord commercial TPP (Partenariat Transpacifique) entre treize États, sans la Chine, a été acté dès le premier lundi de Donald Trump dans le bureau Ovale, le 23 janvier. Faute d’avoir avancé un plan B, ce retrait laisse toute la région dans le doute. La ministre des affaires étrangères australienne, Julie Bishop, a exhorté vendredi 27 janvier l’Amérique à ne pas reculer dans la région : « Nous pensons que les États-Unis sont la puissance indispensable dans tout l’Indo-Pacifique. » Japon Akihito (en photo ci-contre), âgé de 83 ans, souhaite se retirer, ce qui devrait être réglé par une loi spéciale. La commission chargée par le premier ministre Shinzo Abe d’examiner la question d’abdication, a rendu ses recommandations, lundi 23 janvier. Deux hypothèses sont envisagées : une révision du code de la Maison impériale ou bien une loi spéciale autorisant Akihito, et lui seul, à abdiquer. Cette dernière option est privilégiée par la commission. Ces scénarios doivent servir de base au débat entre les dirigeants des partis afin de parvenir à la rédaction d’un projet de loi qui sera soumis aux parlementaires en avril. L’abdication pourrait intervenir fin 2017. Il paraît raisonnable qu’en raison de son âge, l’empereur Akihito envisage de se retirer. Son attachement aux valeurs libérales incite aussi à penser qu’il pourrait souhaiter mettre la monarchie japonaise en accord avec son temps. En abdiquant, il « humaniserait » la figure impériale. Philippines Le président Rodrigo Duterte a temporairement suspendu les raids antidrogues menés par la police, le temps d’épurer ses rangs corrompus, mais il a promis que la lutte contre les narcotrafiquants se poursuivrait jusqu’en 2022. Cette annonce fait suite à la mort de l’homme d’affaires sud-coréen Jee Ick-joo, enlevé à l’automne par la brigade des stupéfiants, puis assassiné au siège même de la PNP à Quezon City, au nord de Manille. Dans un discours aux accents comminatoires, le président Rodrigo Duterte (en photo ci-contre) n’a pas hésité à jeter l’opprobre sur les forces de l’ordre : « Vous, les policiers, vous êtes corrompus jusqu’à la moelle. C’est dans votre sang » ; estimant que 40 % d’entre eux se livraient à des activités illégales. Plus de 7 000 personnes ont été tuées dans cette lutte antidrogue qu’Amnesty International condamne de « crime contre l’humanité ». Taïwan L’avènement de Donald Trump à la Maison-Blanche ouvre à Taïwan une période d’incertitude à l’aube de l’année du coq. Alors que le gouvernement de Tsai Ing-wen semble miser sur un resserrement des relations avec la nouvelle administration républicaine, l’opinion publique taïwanaise a peur des représailles économiques de la Chine. Effectivement, début janvier, Tsai Ing-wen s’est non seulement rendue en Amérique centrale (Honduras, Nicaragua, El Salvador et Guatemala), mais lors de son voyage par Houston, elle s’est entretenue avec plusieurs responsables républicains de premier plan comme le sénateur Ted Cruz. Autant de gestes qui mobilisèrent les habituels contre-feux de la fière République Populaire. Un degré supérieur dans la tension diplomatique sino-taïwanaise ? Envie de vous exprimer ? Envoyez-vos articles à l’adresse : louis.dreano@sfr.fr 4
  • 5. La construction démocratique birmane toujours sous le joug du Tatmadaw par Louis Dréano Depuis le 1er novembre 2016, près de trente mille Rohingyas, victimes d’exactions, ont fui le Myanmar. Si Aung San Suu Kyi a instauré une conférence de paix avec tous les groupes armés en septembre dernier, des divisions ethniques demeurent. Un an après son élection, toujours tributaire des généraux, elle doit aussi faire face aux problèmes économiques intérieurs. Démocratie sous obéissance Il subsiste encore ce sentiment paradoxal parmi les parlementaires birmans. L’armée, dite « Tatmadaw », reste effectivement une menace consciente sur cette démocratie naissante. « À tout moment, nous pourrions être emmenés en prison », ironise le député Win Htein, fidèle d’Aung San Suu Kyi. Sous différentes formes, une junte militaire dirigeait le pays depuis 1962. Aujourd’hui elle encadre encore le nouveau régime : « Les généraux ont pris l’initiative du changement, et ils sont incontournables » admet le journaliste Myint Zaw. Certes, la dictature n’est plus, mais ce premier gouvernement civil, opéré par Htin Kyaw mais principalement mené par Mme Suu Kyi, doit se satisfaire d’une Constitution écrite en 2008 par et pour l’armée. Et tant que cette dernière ne sera pas amendée, on ne pourra pas parler de véritable démocratie au Myanmar car il faut avant tout relever le défi de la cohésion nationale. « L’obéissance est absolument nécessaire. C’est pour le bien de la construction démocratique et de la réconciliation nationale. La situation demeure très fragile. Il nous faut assurer la cohésion face aux militaires » assume Win Htein. Volontariste, Mme Suu Kyi (ci-dessus) a convoqué, du 31 août au 4 septembre 2016, une conférence dite de « Panglong du XXIe » – en référence à celle organisée par son père en 1947, dessinant à l’époque les contours d’une Union birmane. « Sans la paix, nous ne pouvons répondre aux besoins des citoyens » affirme-t-elle. Or, comment établir la paix quand le pays n’a connu que la guerre depuis l’indépendance en 1948 ? Ainsi négocier avec la Tatmadaw reste essentiel : « par le passé, note l’analyste Min Zin, on voyait la junte militaire comme l’ennemi commun. Désormais la Tatmadaw travaille en collaboration avec le gouvernement sur le processus de paix ». Lors de la conférence de septembre 2016, il était difficile de s’entendre et d’ouvrir les négociations. De surcroît, il y avait de grands absents : notons l’armée Wa, l’armée Ta’ang de libération – sur lequel le cinéaste chinois Wang Bing a réalisé un saisissant documentaire en 2016 – l’armée de l’Arakan et l’armée de l’alliance démocratique nationale du Myanmar. Le projet de fédéralisme, autrefois écarté par l’armée, est aujourd’hui à l’ordre du jour et garant de la cohésion du pays. Toutefois, « on risque de voir apparaître une fédération d’États dessinée sur des bases ethniques », explique Carine Jaquet, spécialiste du Myanmar. En somme, « une reproduction de ce que la majorité Bamar a imposé durant des décennies aux minorités ». Une icône démocratique Pourtant, les Birmans comptent sur Aung San Suu Kyi, opposante historique, adulée et prix Nobel de la paix en 1991. Son portrait est vendu sur les trottoirs aux côtés de celui de son père, le général Aung San, héros de l’indépendance assassiné quand elle avait 2 ans. Les mêmes phrases reviennent en boucle : « Aung San Suu Kyi notre mère » ; « Je lui fais confiance » ; « Elle lutte pour notre pays ». Certains dénoncent un culte de la personnalité autour d’une femme réputée peu conciliante. Elle doit aujourd’hui se montrer à la hauteur de ces espoirs. Toutefois, « les problèmes ne peuvent être résolus par un seul cerveau » alerte Lut Latt Soe, directrice du journal The People’s Age. Le peuple a aussi sa part à jouer. 5
  • 6. Prisonniers politiques oubliés Le sort des prisonniers politiques restant en détention reste un sujet piquant, en dépit du nombre important de prisonniers libérés à la fin de la mandature précédente. La LND – Ligue Nationale pour la Démocratie, parti d’Aung San Suu Kyi – avait effectivement promis de libérer. Dès avril 2016, 180 auraient été libérés mais rien d’autre n'aurait abouti après le printemps. Le passé de ces habitants réprimés demeure une chape de plomb latente au Myanmar. Ils seraient 200 à avoir succombé à la torture ou aux mauvais traitements entre 1962 et 2011, pour la plupart lors de la répression du mouvement démocratique de 1988. Ils n’auront pas vu le résultat des combats auxquels ils ont participé. Selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP), deux mille personnes ont été détenues pour raisons politiques au plus fort de la répression. « Une réconciliation ne peut se faire sans une reconnaissance de ce qui s’est passé » plaide le directeur de l’AAPP, M. Bo Kyi. A ses yeux, un monument du souvenir ou un travail de mémoire serait essentiel. Le gouvernement se montre malgré tout timide. Potentiel économique sous tension La Birmanie, qui était l’un des pays les plus riches d’Asie du Sud-Est dans les années 1950, est aujourd’hui classée dans la catégorie des pays les moins avancés. En 2014 et 2015, elle a réalisé des taux de croissance de l’ordre de 7,5 % – 8,3 % prévus pour 2016 selon la Banque mondiale – l’un des plus forts de la région, tiré par le secteur de la construction, de l’industrie manufacturière et le dynamisme des exportations de gaz. A la suite de la rencontre avec Obama en septembre 2016, la levée des sanctions internationales doivent en outre accélérer l’afflux et la diversification des IDE. Le pays dispose effectivement d’atouts importants : des matières premières abondantes (mines, bois, gaz et pétrole), un marché de plus de 51 millions de consommateurs, une main d’œuvre bon marché, un potentiel touristique encore largement sous-exploité et une intégration régionale forte, du fait de son appartenance à l’ASEAN depuis 1997 et de ses liens étroits avec la Chine et l’Inde. Cependant, l’ouverture aux marchés extérieures ne profite pas véritablement aux paysans qui correspondent à 70 % de la population. En effet, la confiscation des terres pour des projets de développement par l’armée ou par des entreprises cronies augmente le nombre de paysans sans ressources. Durant des années, l’armée a assuré l’enrichissement des hauts gradés en développant des consortiums impliqués dans tous les secteurs de l’économie. Un véritable État dans l’État. L’extraction du gaz, des pierres précieuses et des ressources naturelles dans des zones où vivent les minorités ethniques a servi de manne. Ce faisant, le gouvernement de Mme Suu Kyi souhaite remettre à plat les licences octroyées pour l’extraction minier dans l’État kachin notamment. De même, il a promis de redonner les terres aux propriétaires spoliés d’ici à avril 2017. « Nous devons offrir des emplois, et également former notre main d’œuvre, déclare M. Ki Ki Gyi, l’un des dirigeants de Génération 88, mouvement de la jeunesse pour la démocratie. Je crains que les entreprises étrangères ou les organisations non gouvernementales qui s’installent, attirées par les évolutions récentes de notre pays, ne monopolisent les ressources humaines au détriment des investisseurs et des projets locaux ». Intolérance religieuse face aux Rohingyas « La peur, l’angoisse, la violence sont enracinées dans notre société » rappelle l’écrivaine et directrice du Pen Club Ma Thida. Ainsi, les 6
  • 7. violences exercées depuis 2012 contre la minorité musulmane, en particulier les Rohingyas, sont à ses yeux des conséquences du passé : « On opprime le plus faible par crainte du plus fort. La fureur qui ne pouvait s’exprimer autrefois par peur de la junte se libère sans retenue ? Elle est attisée par les rumeurs qui se répandent sur les réseaux sociaux ». Par ailleurs, Aung San Suu Kiy se montre très circonspecte et creuse face à l’intolérance religieuse grandissante. Alors que l’armée est accusée de nettoyage ethnique dans l’Arakan, elle s’agace des critiques récurrentes de la communauté internationale sur le sort des Rohingyas : des centaines de personnes ont ainsi défilé à Kuala Lumpur, à Jakarta, à Bangkok devant l’ambassade de Birmanie en demandant l’arrêt du « génocide » en décembre dernier. Cependant, le gouvernement birman rejette avec force les accusations de massacres et a annoncé la mise en place d’un comité national en charge d’enquêter sur la situation dans cet État. Sous le précédent gouvernement, les extrémistes bouddhistes invoquaient régulièrement un prétendu boom démographique musulman qui risquait de diluer la culture et les traditions bouddhistes. Ils estimaient que la porosité de la frontière avec le Bangladesh permettait à de nombreux immigrés musulmans de s’infiltrer. Ils expliquaient que la polygamie pratiquée par certains hommes musulmans, faisait galoper la natalité dans les régions proches du Bangladesh. L’Arakan semble aujourd’hui faire face à une autre menace liée à ces restrictions : la radicalisation de certains d’entre eux et l’utilisation des tensions par les réseaux djihadistes. Le gouvernement a attribué la responsabilité des attaques au groupe Aqa Mul Mujahidin, lié au RSO, un mouvement rohingya fondé dans les années 1980 pourtant considéré dissous. Financé par l’extérieur et dirigé par un Bangladais entraîné par les Talibans pakistanais, le groupe de 400 militants aurait armé et persuadé des jeunes de recourir à la violence. En septembre 2014, Al-Qaïda avait déjà annoncé la création d’une branche qui « hisserait le drapeau du djihad » en Inde, au Bangladesh et en Birmanie, au moment où l’État islamique tentait d’étendre son pouvoir en Afghanistan, au Pakistan et au Cachemire. Une Commission consultative sur l’Arakan, dirigée par Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, a été mise en place le 23 août 2016. D’ici un an, elle a pour objectif de proposer à la conseillère d’État Aung San Suu Kyi des solutions pour la prévention des conflits, la protection des droits fondamentaux, l’assistance humanitaire, la mise en place d’institutions et le développement de l’État d’Arakan. À la fin janvier, Ko Ni, conseiller juridique musulman d’Aung San Suu Kyi, a été tué par balle à l’aéroport de Rangoun. Cet homicide constitue un reflet des lourdes tensions interconfessionnelles du pays auxquelles le gouvernement du LND doit résolument faire face. « L’icône de la démocratie birmane ménage les militaires » par Christine Chaumeau – Le Monde Diplomatique, Janvier 2017, n°754 « Les prisonniers politiques oubliés » par Christine Chaumeau – Le Monde Diplomatique, Janvier 2017, n°754 http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/01/31/la-birmanie-rongee-par-l-intolerance- religieuse_5071973_3216.html#tqYu60rVjT02u1bU.99 http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/birmanie/presentation-de-la-birmanie/ http://www.info-birmanie.org/wp-content/uploads/2007/03/La-Birmanie-un-nouvel-eldorado_-10-id %C3%A9es-re%C3%A7ues_Info-Birmanie_-Janvier-2014.pdf https://asialyst.com/fr/2016/11/25/birmanie-armee-accusee-nettoyage-ethnique-contre-rohingya/ https://asialyst.com/fr/2016/11/21/birmanie-quelle-appartenance-religieuse-pour-51-millions- dhabitants-du-pays/ 7
  • 8. Minerais au cœur des groupes armées et des intérêts étrangers en RDC par Louis Dréano « L’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve au Congo. » Un demi- siècle après l’indépendance de l’ancien Congo belge, en 1960, le mot de Frantz Fanon – un des fondateurs du courant tiers-mondiste – sonne toujours aussi juste. À Kinshasa – capitale de la République démocratique du Congo (RDC) – l’impéritie politique accentue les tensions internes et armées du pays. Effectivement, le gouvernement congolais nommé le 20 décembre, date de la fin du second et du dernier mandat du président Joseph Kabila (en photo ci- dessous), voit son sort déjà scellé. Après trois semaines interminables de dialogue sous l’égide de l’église catholique, l’accord entre la majorité présidentielle et l’opposition a enfin été signé le 31 décembre 2016, offrant à Joseph Kabila le temps de la transition d’un an pour enfin organiser des élections fin 2017. D’ici-là demeure le chaos. En deçà de l’instabilité politique, le Congo cristallise des intérêts de ressources tant pour les groupuscules armés que les investisseurs étrangers. À l’est du Congo, la région du Kivu constitue un lieu de conflit sans nom qui perdure depuis vingt ans. La journaliste Justine Brabant rappelle que les humanitaires dénombrent jusqu’à 7 millions de tués – chiffre contestable car il est strictement impossible de pouvoir compter les victimes. Initialement, le génocide rwandais aurait provoqué cette série de conflits par un afflux de réfugiés et de génocidaires au Zaïre – ancien nom de RDC – depuis 1994. Il subsiste depuis une frontière très poreuse entre être rebelle et participer à l’armée, entre être en guerre et être en paix, dans la mesure où, dès 1996, le gouvernement de Kinshasa a financé ces groupes armés qui règnent en partie aujourd’hui et maltraitent la population congolaise. Toutefois, géant économique de l’Afrique centrale, la République démocratique du Congo détient les premières réserves mondiales de coltan et les quatrièmes de cuivre. Cela fait d’elle une zone stratégique pour les industries du monde entier : australiennes, chinoises, canadiennes, sud- africaines ou américaines, ces sociétés se sont vu qualifier par l’écrivain In Koli Jean Bofane de « touristes à but lucratif ». Depuis 2003, plusieurs rapports du groupe d’experts des Nations unies sur les causes économiques du conflit dans l’est de la RDC ont mis en lumière le lien entre les milices armées et l’exploitation, pour le compte de sociétés étrangères, de minerais stratégiques indispensables à la fabrication de certains appareils électroniques comme les téléphones portables. Affichant une volonté de changer les pratiques, Washington veille désormais à effectuer avec diligence toutes les vérifications concernant l’origine de ses approvisionnements en minerais. Les Etats-Unis ont même abandonné le Nord- Kivu après l’adoption en 2010 de la loi Dodd-Frank. Celle-ci exige que les sociétés cotées en Bourse outre-Atlantique rendent publique l’origine de certaines matières premières – étain, tantale, tungstène, or – contenues dans leurs produits, afin de prouver qu’elles ne proviennent pas de la RDC ou de l’un de ses neuf pays limitrophes. En mai 2016, un groupe américain, Freeport- McMoRan, a par ailleurs cédé à China Molybdenum, pour 2,6 millards de dollars, la plus grande mine de cuivre et de cobalt de RDC, Tenke Fungurume, située dans le Katanga. Une mine très lucrative aussi pour les groupes armés présents en RDC : le trafic illégal de charbon décime la forêt du plus ancien parc naturel africain dans le Nord- Kivu. Samedi 7 janvier, Etienne Kivu Mabwanano, 44 ans et chef traditionnel du groupement Bishusha, a été assassiné de trois balles alors 8
  • 9. qu’il se rendait vers la forêt. Certains avancent une querelle de chefferie, les sicaires auraient pris la fuite. Il est ainsi aisé de disparaître dans les collines et les hauts plateaux de cette région frontalière du Rwanda et de l’Ouganda, ravagée par les guerres et toujours infestée par une myriade de groupes armés. Dans la forêt d’où se dégagent d’épaisses fumées grises, des bûcherons et des manutentionnaires s’attellent à couper les arbres à la hache ou à la tronçonneuse, à brûler le bois et à empaqueter les braises dans des conditions effroyables, sous la surveillance d’hommes armés de kalachnikovs. Qu’importe si le parc national des Virunga est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité « en péril ». Sous pression foncière et démographique décuplée par l’arrivée de deux millions de réfugiés rwandais fuyant le génocide, les maîtres de ce business déjà recherchés pour « crimes de guerre » et visés par des sanctions des Nations unies. Nichés dans des poches du parc naturel le plus ancien d’Afrique, les rebelles rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) règnent sur cette industrie lucrative avec la complaisance de certains militaires et politiques congolais, selon l’ONU. La production illégale de charbon estimée à 293 000 tonnes par an assure aux organisations criminelles de la région un profit net variant entre 12 et 35 millions de dollars, selon un rapport d’avril 2015 du programme des Nations unies pour l’environnement. Suffisant donc pour entretenir des milliers de combattants, acquérir armes et munitions et corrompre des officiels. Face à cette pétaudière, il n’est que trop difficile pour la communauté internationale d’assurer la stabilité et la sécurité en RDC. Le bilan de la MONUSCO – Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo créée en 1999 par la résolution 1279 pour maintenir la paix – reste particulièrement contestable dans la mesure où elle n’a pas dénoncé le rôle néfaste du Rwanda qui finançait des mouvements armés déstabilisants l’est du Congo. De même, elle n’a pas remis en question les fraudes autour des élections de 2011 qui établirent l’arrivée de Joseph Kabila au pouvoir. « Omniprésence des intérêts étrangers » par Sébastien Broca – Le Monde Diplomatique, décembre 2016, n°753 https://www.youtube.com/watch?v=O6ODgLCBqX0 – Justine Brabant sur Médiapart http://lemonde.fr/planete/article/2017/01/14/en-rdc-le-trafic-du-charbon-de-bois-seve-de-la- guerre_5062692_3244.html http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/04/en-rdc-la-crise-est-aussi-economique-5057573- 3212.html#3WMu3gTeHce5f2jB.99 http://lemonde.fr/afrique/article/2016/12/31/en-rdc-pouvoir-et-opposition-sont-pratiquement- arrives-a-un-accord_5056038_3212.html Piotr Pavlenski, ennemi de Poutine, demande l’asile en France par Louis Dréano Le 23 janvier dernier, Médiapart a organisé une grande réunion publique intitulé « Sonnons l’arme ! » au Théâtre du Rond-Point à Paris. Parmi les invités qui partagèrent leurs témoignages se trouva Piotr Pavlenski. L’homme aux traits enfoncés vient effectivement de demander l’asile en France ce mois-ci, dans le risque d’écoper dix ans de prison en Russie et de perdre la garde de ses deux enfants. Piotr Pavlenski est un artiste politique. Il a pu se faire entendre par ses performances de chaire, de souffrance physique, celles où le corps est l’unique matériel d’expression. Pour lui, « l’art est le sens (existence) et un travail avec ses sens (corps) ». En 2012, il se coud la bouche immobile (ci-contre) devant le tribunal où les Pussy Riots seront condamnées à deux ans de 9
  • 10. prison pour vandalisme et incitation à la haine religieuse. Cette performance symbolise le silence de l’opinion publique russe face au pouvoir. Le 10 novembre 2013, il réalise « fixation », performance extraordinaire dans laquelle il se cloue nu les testicules sur la Place Rouge de Moscou – de surcroît le jour de la fête de la police russe (!). Résolument politique, Piotr parle ici d’une métaphore du fatalisme dans la société russe. L’année suivante, il se tranche le lobe de son oreille gauche, assis sur le mur du centre psychiatrique Serbsky de Moscou, dénonçant ainsi comment l’État russe utilise la psychiatrie pour des fins éminemment politiques (en photo ci-dessous). « Le corps est un élément que le pouvoir et l’État essaient de discipliner. Quand j’utilise mon corps dans mes performances, je montre ce que l’État fait à la société. C’est une métaphore de ce qui arrive au corps social ». Lors de la soirée de Médiapart, Piotr Pavlenski offre un témoignage de l’intérieure de la Russie de Poutine. Depuis l’élection de Poutine en mars 2012, il y a ce sentiment d’être confronter à un pouvoir formellement bureaucratique où les accusations mineures et administratives deviennent lourdes et pénales. Le FSB – service secret de sécurité russe, ancien KGB – s’est émergée progressivement dans la société comme une solide structure protégeant le pouvoir. Celui-ci se compose de groupuscules paramilitaires cherchant à provoquer la pagaille – on pense à son implication en Ukraine lors de l’annexion de la Crimée à la Russie (2014). A bien des égards, cette violence, cette « terreur rouge » est comme enracinée dans la culture russe. La présidence de Poutine montre bien l’affirmation de la légitimité du FSB tant il est le porte-parole même de cette organisation. Après 7 mois de prison, la libération de Piotr Pavlenski en 2016 est instrumentalisée en un exemple du « bon traitement » de l’État russe au regard de ses opposants. Comme si finalement l’administration de Poutine était humaniste et compréhensible. Pour Piotr, cette libération s’inscrit plutôt dans un processus pervers et volontariste du FSB. En effet, après sa sortie, des hommes lui propose des armes pour faire un attentat contre le Kremlin. Finement déguisée par le FSB, cette invitation au terrorisme est refusée par Piotr, ne souhaitant pas finir comme Oleg Sentsov en Ukraine – en août 2015 ce réalisateur ukrainien est condamné à 20 ans de prison pour « préparation d’actes terroristes » lors de la crise de Crimée. Plus tard, en septembre 2016, Piotr fait la rencontre d’une jeune femme se disant comédienne dans un théâtre d’opposition. Celle-ci dénonça une supposée invitation de l’artiste russe et de son amie à une soirée qui aurait mal tourné chez eux – évidemment, Piotr révèle ici encore un coup monté. Appelée « piège de miel », cette pratique de la délation rappelle les temps sombres du KGB. En cela, Piotr est convaincu que « le totalitarisme, ce n’est pas que les camps, ce sont des millions de citoyens qui font de la délation ». https://www.youtube.com/watch?v=WyI5nHF-Or4 – Soirée Médiapart « Sonnons l’alarme! » http://www.courrierinternational.com/video/russie-piotr-pavlenski-lartiste-de-lextreme 10
  • 11. La politique de l’offre sous François Hollande par Louis Dréano Le bilan économique de François Hollande restera contrasté, à l'image de l'inversion timide en 2016 de la courbe du chômage, qui avait été érigée comme un « enjeu majeur » de son mandat. Pour cela, la politique de l’offre devait contrecarrer la conjoncture. Le 31 décembre 2013, le Président de la République annonce des futurs allègements massifs des cotisations sociales dans le cadre du « Pacte de responsabilité ». Un an plus tôt, dans la foulée du rapport de Louis Gallois, le gouvernement avait déjà créé le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi – CICE – qui attribuait aux entreprises un crédit d’impôt équivalent à 4% de la partie de leur masse salariale inférieure à 2,5 fois le SMIC, un taux qui sera progressivement porté à 7% en 2017. Au total, ce sont 41 milliards d’euros, soit quasiment deux points de PIB, qui abonderont les caisses des entreprises cette année. L’objectif de cette politique de l’offre était de baisser le coût du travail pour que les entreprises puissent embaucher plus, réduire leurs prix pour regagner des parts de marché et intensifier leurs efforts en matière de recherche et développement (R&D) et d’investissement. Quatre ans après l’entrée en vigueur du CICE, les résultats se font encore attendre : le dernier rapport du comité de suivi du projet montre qu’aucun effet observable sur l’investissement, la R&D et les exportations s’est fait sentir. Le déficit commercial a replongé au premier semestre de 2016, seulement entre 50 000 et 100 000 emplois créés ou sauvegardés selon France Stratégie. Sur l'année 2016, 100 000 chômeurs ont quitté les listes de Pôle emploi et le taux de chômage baisser de 0,4 point, pour se stabiliser à 10 % au troisième trimestre de 2016. Cette baisse du coût du travail s‘est également accompagnés de contrats aidés, de primes aux très petites entreprises (TPE), et d‘une considérable réforme du code du travail avec la loi El Khomri (2016) après la tentative de libéralisation économique de la loi Macron (2015). Par ailleurs, cette dernière n’a pas tenu ses promesses : la libéralisation du transport, symbole de la loi, a fait exploser l’offre dans un premier temps, sans pour autant éviter sa concentration comme aujourd’hui. Toutefois, une politique de l’offre ne porte théoriquement ses fruits qu’à moyen terme. D’ici-là, il faudra encore attendre, à moins que la prochaine élection fasse renverser la donne. L’échec de la politique de l’offre peut s’expliquer par la mauvaise concentration des aides sur des secteurs plus exposés à la concurrence internationale. En effet, nos voisins européens et principaux concurrents ont également baissé le coût du travail, ce qui a écarté l’Hexagone du bénéfice d’une compétitivité hors-prix. Sans aucune contrepartie exigée, les entreprises ont pu gérer à leur gré ce cadeau et maintenir à flots leur trésorerie asséchée par l’austérité. A contrario, les dépenses publiques ont sensiblement baissé, déprimant la demande intérieure et risquant de dégrader la qualité des biens publiques indispensables à la compétitivité des entreprises. Finalement, pour l’économiste Philippe Aghion, François Hollande ne s’est pas mis en position de réaliser le défi de réconcilier innovation et mobilité sociale. Il ne serait venu à cette économie de l’offre que peu à peu, trop tard, à reculons et de manière trop indécise. Pour Thomas Piketty, il faut remettre en question les critères de convergence européens. Les États-Unis ont su faire preuve de plus de souplesse budgétaire pour relancer la machine. A contrario en France, le chômage a grimpé de 7 à 10% en dix ans, ce n’est pas à cause de la rigidité du marché du travail mais plus probablement à cause de la rigidité des critères budgétaires. « La politique de l’offre fait un flop » par Marc Chevallier – Alternatives Economiques, Janvier 2017, n°364 https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/retour-sur-le-bilan-economique- duquinquennat-hollande http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle2017/20161202.OBS2080/francois- 11
  • 12. DOSSIER L’histoire en question ? entretien réalisé auprès de Loïc Bouillé et Marie-Agathe Schousboë En septembre 2016 est publié Le Récit du commun de Jocelyn Letourneau et Françoise Lantheaume. Contre les idées reçues d’un manque de connaissances historiques et de l’absence de tout récit commun, l’enquête dévoile un rapport enchanté qu’entretiennent des élèves français issus de tout horizon avec leur « histoire nationale ». Cette étude établit un constat positif de l’enseignement de l’histoire. Loïc Bouillé et Marie-Agathe Schousboë ont accepté de participer à l’entretien pour nous donner leur éclairage sur cet enseignement et son évolution, ils ont des choses à dire ! A quoi sert l’histoire ? Loïc Bouillé : D’abord, cela permet d’avoir une culture générale pour comprendre le présent. Sans connaître le passé, on ne peut pas se situer. Il permet aussi de prendre du recul par rapport aux événements. On n’est pas dans la réaction immédiate, sans réflexion. L’histoire doit également permettre de développer l’analyse de manière générale, non pas seulement par rapport aux événements mais par rapport à n’importe quelle situation. C’est une gymnastique mentale qui nous permet de prendre un positionnement argumenté. Marie- Agathe Schousboë : L’Histoire est l’étude du passé. Sert-elle à quelque chose ? C’est une question délicate qui appelle à des réponses variées. Aux uns elle servira à la construction d’une identité (stéréotype de l’histoire comme outil idéologique), aux autres elle sera un divertissement parmi d’autres (stéréotype de l’histoire anecdotique). Au pire, elle est perçue comme une longue liste de dates et personnages. Chacun doit construire sa propre relation avec l’Histoire. A titre personnel, je vois l’Histoire comme une grille de lecture incontournable du monde qui nous entoure et parfois, aussi, comme un moyen de lui échapper. Quels sont les objectifs de l’enseignement de l’histoire au lycée ? Diffèrent-ils de ceux d’il y a vingt ans ? M-A. S : L’enseignement de l’Histoire au lycée et les débats dont il fait l’objet révèle à quel point c’est un sujet critique dans notre société. On notera l’objectif de l’année de Terminale : « initiation au monde contemporain ». Le but est de comprendre notre passé à différentes échelles mais aussi de travailler des compétences intellectuelles indispensables à tout adulte : analyse, argumentation, critique. L.B. : Pour ce qui est de l’enseignement, on passe d’un cours d’histoire au collège où l’on commence à analyser, à un cours au lycée où l’on réalise une réflexion beaucoup plus complète. Quand on commence en seconde avec l’analyse de document, il faut être sûr que l’élève comprenne bien ce que l’on lui propose. A partir cela, il utilise sa culture, ses connaissances et les constats qu’il émet, pour se faire une idée du problème à régler. Ce n’est plus « 1515 Marignan » ou la connaissance pour la connaissance, ce qui était le cas jusqu’aux années 70 et 80 où l’on apprenait les départements français, les dates par cœur. Désormais c’est terminé, l’histoire est un outil car face à n’importe quel événement, on a recours aux connaissances et à une réflexion pour se positionner. Trump, par exemple, c’est l’histoire immédiate auquel on peut faire des parallèles avec des anciens présidents américains. Ce n’est plus uniquement avoir une opinion par rapport à sa chevelure. Il faut prendre du recul. Quelles sont les nécessités de la société auxquelles l’enseignement de l’histoire au lycée peut répondre ? M-A. S. : Voici quelques propos d’historiens célèbres, dans lesquels je me retrouve totalement : - Antoine Prost : « La première finalité de l'enseignement de 12
  • 13. l'histoire est de permettre aux élèves de comprendre le monde social et politique dans lequel ils vivent en leur donnant le vocabulaire et la syntaxe nécessaires pour nommer les réalités (aristocratie vs bourgeoisie, population agricole vs population rurale, gouvernement vs administration, etc.). Si l'histoire constitue aujourd'hui encore le moyen privilégié de penser la société, c'est parce que la France s'est pensée elle- même depuis le milieu du XIXe siècle à travers l'histoire » - Philippe Joutard : « Il est en effet indispensable de construire chez les élèves le sens du temps, en combattant d'une part le « présentisme » par lequel notre société remplace les héros par des stars éphémères et érige le zapping au rang de pratique reine, et l'immobilisme d'autre part, qui se traduit tant par les fondamentalismes, qui souhaitent fixer la société dans un âge d'or mythique, que par les excès de la patrimonialisation, lorsqu'elle est synonyme d'enfermement dans le passé et non de libération par la connaissance raisonnée de ce passé. Il est important d'apprendre aux élèves la bonne gestion du temps et de ses différents niveaux ». L.B. : Il s'agit des nécessités à la fois de l’histoire et de l’enseignement civique. On a besoin de faire comprendre aux élèves qu’ils doivent être acteurs, citoyens. Quand on étudie une période, admettons l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933, il est important de savoir quel a été le rôle du citoyen pour que l’élève puisse se demander : pourquoi voter ou pourquoi ne pas voter ? et si oui, pour qui ? Fondamentalement, l'histoire sert à faire des citoyens qui réfléchissent. De plus, lorsque les élèves comparent différentes périodes ou pays, il faut qu’ils comprennent que ce qu’ils auraient pu entendre de leur environnement personnel n’est finalement qu’une manière de considérer les choses. Par exemple, la Guerre d’Algérie était taboue pour la génération qui me précédait. Aujourd’hui ça ne l’est plus car on est moins influencé par les acteurs de cette guerre. Entre le témoignage et l’étude scientifique de l’événement, il faut se faire une idée globale et non pas « émotionnelle ». Sinon, on n’est plus citoyen mais partisan. Par ailleurs on a toujours l’impression que ce que l’on vit est normal et existe depuis très longtemps. Mais par exemple, pour arriver à un système politique convenable, depuis la Révolution française, on en a passé des révolutions ! De même que pour le droit de vote. Aujourd’hui cela paraît normal de voter dans un isoloir. Peut-être demain, le système évoluera, on voudra voter et faire des référendums numériquement comme cela a été proposé en Espagne, sans passer par des intermédiaires. Il faudra des citoyens au sens critique aiguisé dès lors car on demandera de s'exprimer sur beaucoup plus de sujets... Quelle est l’évolution de l’enseignement de l’histoire en termes de pédagogie ? L.B. : Jusqu’aux années 80 et 90, on faisait des cours magistraux où l’élève devait uniquement apprendre. Aujourd’hui on doit faire réfléchir l’élève qui doit utiliser ses connaissances pour répondre de manière organisée à un sujet problématisé. Également, les supports vont être totalement changés, on fait appel au numérique et au web, non pas pour obtenir uniquement des informations mais pour exercer son esprit critique. Autre élément, le professeur va aborder un autre positionnement. Hier il apportait son savoir, aujourd’hui tous les élèves ont accès aux ressources et aux connaissances. Le professeur va donc devenir, de plus en plus, un « consultant de luxe ». Il va être là pour confirmer certains aspects et faire réfléchir sur la connaissance que l’élève aura trouvée. On parle de « pédagogie inversée », c’est l’élève qui apporte la connaissance et non le professeur. Le cours magistral utilisé seul est une manière d’enseigner qui devient complètement caduque, on est dans une révolution numérique donc je crois que cela va encore changer. C’est d'ailleurs pourquoi on commence à repenser différemment nos infrastructures. Pour 2018, dans le futur amphithéâtre, on pourra fonctionner comme à la fac avec des cours magistraux, puis à côté, on ajoutera des heures en petits groupes pour que l’élève travaille la mise en action de la réflexion. Pour l’anecdote en 2004, c’était les élèves qui montraient au professeur comment fonctionnait un ordinateur. Si on ne s’adapte pas à cette évolution rapide, on risque d'être dépassé. 13
  • 14. M-A. S. : Sous la IIIe République, l’Histoire est vue à travers le prisme Républicain, elle doit servir de roman national, avec des héros. Il s’agit surtout de cours magistral, de faits et dates à apprendre par cœur. Avec les guerres mondiales, notre matière devient le support pour enseigner les droits de l’Homme. L’UNESCO conseille « d’enseigner une histoire aussi universelle que possible dans laquelle le passé des peuples non-européens serait considéré en lui-même ». Les programmes ne l’intègrent toutefois pas tout de suite et c’est plus les méthodes qui évoluent : des méthodes plus actives basées sur la critique documentaire. Les manuels multiplient les documents qui deviennent lentement les supports de méthodes plus inductives. - Les années 1960 et 1970 sont marquées par de dynamiques débats sur l’école. Le contexte est favorable aux pédagogies actives, souhaitant attiser la curiosité des enfants et le désir d’apprendre en décloisonnant les disciplines. Introduction de l’histoire économique et sociale et revendication d’une « pédagogie par objectifs » - Les années 80 s’érigent en période de retour à une histoire plus traditionnelle. Alain Decaux, en « Une » du Figaro magazine lance un cri d’alarme : « Français, on n’enseigne plus l’histoire à vos enfants ». Les nouveaux programmes en reviennent à une écriture traditionnelle : continue, politique, événementielle. - Les années 90 : la pédagogie en histoire est basée sur le document. - Actuellement, c'est le retour du récit, un meilleur équilibre entre magistral, dialogué, activités à partir de documents, comme l'explique M. Bouillé. Quelle est la différence entre l’histoire enseigné au lycée et l’histoire enseigné à l’université ? L.B. : Face à des professeurs qui ont réalisé des thèses pendant toute leur carrière, à la faculté, on n’est plus du tout dans le même registre. A mon époque, le professeur donnait un cours qui n’était pas toujours complet, parfois un peu orienté, on devait lire d’autres historiens qui donnaient une version un peu différente et il fallait, le jour des examens, répondre avec le cours du professeur mais critiquer à l’aune des autres sources. L’université a dû changer. Aujourd’hui il y a les « MOOC », c’est-à-dire des cours sur internet à distance. Tout est dématérialisé mais on garde le besoin d’une présence humaine car il n’y a pas que le savoir en tant que tel. En tant que responsable du lycée, je pense qu'il ne doit pas y avoir une trop grande distorsion entre l’enseignement au lycée, en terminale, et dans l’enseignement supérieur. M-A. S. : Plusieurs éléments diffèrent tant sur le fond que la forme : les cours d’Histoire en université se déroulent en Cours Magistral et Travaux Dirigés. Lors des cours magistraux, le professeur communique son cours sans que vous puissiez intervenir, en particulier dans les grands amphis. Dans de petites facultés, cela peut être différent. Les TDs, en petit groupes, permettent plus d’interactions et de travailler la méthode de critique de document. Les volumes horaires consacrés à chaque sujet sont bien évidemment la raison pour laquelle on approfondit beaucoup plus à l’université : on étudie les faits historiques mais pas seulement, nous avons également le temps de nous interroger sur les courants historiques, les interprétations de tel ou tel événements. Chaque année, les quatre périodes historiques sont étudiées (rappel : Antiquité, Médiévale, Moderne et Contemporaine). Les sujets au sein de ces périodes varient d’une université à l’autre en fonction des objectifs de l’université, des professeurs et du cursus choisi. Il faut donc être très autonome en faculté, savoir prendre des notes et rapidement, aller consulter de soi-même les références bibliographiques. L'accès aux sources est aussi plus facile grace au numérique. Comment devient-on historien ? Quelle est la différence entre l’enseignant d’histoire et l’historien ? L.B. : L’historien va rechercher pour produire de l’histoire. Ecrire un livre, c’est comme mener une enquête policière. Il faut trouver les ressources, les croiser pour les valider, prendre du recul, lire des travaux complémentaires ou précédents. C’est un travail de synthèse sans pour autant faire une compilation. L’historien va prendre des sources pour les interroger différemment. L’histoire va donc être en perpétuelle 14
  • 15. évolution à laquelle contribue l’historien. Par exemple, il y a toute l’histoire sociale qui s’est considérablement développée dans les années 70. De même, on commence à étudier des thèmes qui semblaient complètement inintéressants il y a encore dix ans comme l’histoire de l’informatique. Certains disent effectivement que son ampleur relève de la découverte de l’imprimerie ou de l’Amérique en 1492. Avant l’histoire, c’était de l’événementiel alors qu’aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’histoire sociale, économique, technologique, les contenus sont largement différenciés. C’est en croisant différents pans que l’on crée une nouvelle branche de l’histoire, en réactualisant les sources. A côté, le professeur est un « porte-parole » qui va sensibiliser et faire comprendre l’histoire. M-A. S. : Pour devenir historien, le parcours classique est de suivre une formation universitaire en Histoire (Licence, Master puis Doctorat), voire Histoire de l’Art ou Archéologie. A partir du niveau Master – mais même avant si possible – il ne faut pas hésiter à faire des stages en chantiers de fouilles, laboratoire, musée, pour se constituer un réseau et surtout, commencer des publications d’articles. Les premières publications sont en général basées sur les mémoires de master et doctorat bien évidemment. Ce parcours peut toutefois varier en fonction de la période étudiée. Un historien de l’Antiquité devra maîtriser les langues anciennes et peut ainsi débuter ses études par l’ENS/prépa littéraires. Il existe ensuite de nombreuses passerelles pour rejoindre un master d’Histoire ou d’Archéologie. L’essentiel est d’acquérir des bases disciplinaires étendues et solides et d’avoir une rigueur scientifique de mise. Etre historien se définit à mon sens par une activité de recherche et de publication scientifique. La recherche est une activité passionnante ! On cherche, on enquête, on vit, on respire les sources ! A ce titre, être historien et être professeur d’histoire dans le secondaire sont deux métiers très différents. Rares sont les enseignants du secondaire à être historien, c’est-à-dire toujours impliqués dans la recherche scientifique. La préoccupation de l’enseignant est principalement de savoir comment enseigner tel ou tel aspect de l’histoire tandis que l’historien s’interroge sur l’Histoire elle-même. Face aux critiques de «laxisme», dans quelle mesure peut-on dire que les programmes d’histoire au lycée ont été amincis ? Y a-t-il une vraie baisse quantitative des connaissances ? L. B. : Tout dépend de ce que l’on donne comme objectifs à l’histoire. Si ce n’est uniquement que les connaissances, « c’était mieux avant ! » car il n’y avait pas cet accès à l’information. Par contre, savoir utiliser ses connaissances, ça devient là plus intéressant. En l’occurrence, on ne va pas dire que les gens connaissaient plus de choses hier qu’aujourd’hui, on va utiliser les faits historiques différemment. C’est devenu un faux débat que de traiter l'histoire quantitativement car les connaissances utilisées évoluent comme les technologies pour les exploiter. Pour les programmes « amincis », on croise maintenant les chapitres au lieu de les réciter. C’est plus la réflexion qui prime sur la connaissance pure. M-A. S. : Les programmes sont très vastes. Ce qui est aminci c’est le volume horaire pour traiter ces programmes, qui eux, sont toujours si ce n’est encore plus chargés ! Les exigences au bac sont différentes. A mon époque par exemple, nous devions constituer les croquis par nous même, les sujets tombant au bac étant différent de ceux- étudiés dans l'année. L’étude de documents devait comporter un tableau de confrontation des documents puis une synthèse. Pourquoi le programme de Terminale s’intéresse-t-il à des périodes plus longues, plus vastes et plus actuelles ? (« Les États-Unis et le monde depuis 1918 à nos jours », « La Chine et le monde depuis 1949 ») L.B. : Depuis que Fernand Braudel a étudié le temps long avec sa fameuse « Méditerranée », on étudie avec plusieurs échelles chronologiques. La difficulté en histoire est de faire des analyses d’une histoire immédiate validée. On va parler d’événements importants aujourd’hui, car très médiatisés, et quand on prend du recul sur celles plus anciennes, on se rend compte que dix ans après les gens qui 15
  • 16. analysent la situation immédiatement ont effectivement fait des erreurs car ils n'avaient pas tous les éléments, toutes les archives, etc. Donc faire la comparaison entre aujourd’hui et il y a cent ans nous permet de poser des questions – procédé que l’on ne faisait pas il y a cinquante ans. Etudier des temps longs permet de réaliser une analyse de l’histoire immédiate peut- être plus complète. De plus, lorsque l’on analyse les événements, très souvent on voit que les racines qui peuvent les provoquer sont très anciennes, et beaucoup plus que ce que l’on ne le croit car la mentalité des gens s’ancre dans les générations précédentes. C’est peut-être moins vrai aujourd’hui grâce aux différentes sources d’information, mais il faut s’en méfier. M-A. S. : Les programmes tentent de concilier les avancées historiographiques et la demande de la société. Des questions assez inédites ont fait leur apparition comme l’étude des royaumes africains médiévaux. Des reformulations témoignent de la volonté d’intégrer les dynamiques scientifiques récentes (ex : « la colonie » appréhendée comme l’espace géographique de la rencontre coloniale) ou de rendre intelligibles des débats mémoriels (introduction de l’étude de la traite transatlantique en 4e). Les nouveaux programmes de Lycée sont davantage en rupture avec les cycles précédents. Ils zooment sur des moments historiques spécifiques ou étudient une question sur le temps long, héritage de l'histoire Braudélienne (Terminale/ex : « Médias et opinion publique depuis l’affaire Dreyfus). Cela dépend aussi fortement des personnalités présentes dans le Conseil Supérieur des Programmes. La commission chargée des programmes est contrainte par un cadrage horaire très strict, contraignant. Y aurait-il pas un manque de recul face aux événements d’hier (élections d’Obama) qui deviennent très vite des objets d’études historiographiques ? L.B. : Le recul est uniquement possible si on tire expérience des erreurs d’interprétation d’hier. C’est d’autant plus difficile de faire de l’histoire contemporaine avec des élèves qui n’ont pas forcément la culture ou l’intérêt. Il faut que les événements immédiats soient des objets d’étude car sinon, l’histoire serait déconnectée, on parlerait toujours de nos amis les Gaulois et les élèves ne comprendraient pas dans quel monde ils vivent, ni le lien entre le passé qui peut servir d’expérience et le présent. M-A. S. : Oui, pour l'historien il y a clairement un manque de recul. Toutefois, comme dit plus haut, c’est aussi un besoin de la République et des citoyens. Quelques remarques : - Les programmes intègrent des éléments très récents (jusqu’à la crise économique de 2007/2008). C'est l'histoire des temps présents, courant historique aujourd'hui reconnu. Si les faits chronologiques qu’on nous demande d’enseigner sont incontestables, il faut faire attention à leur interprétation historique, les historiens n’ayant pas tous les tenants et aboutissants pour analyser ces faits. Il faut donc être très prudent et critique. - On nous demande de commenter les événements actuels (attentats, élections etc.). Ce n’est pas de l’histoire mais du journalisme. Toutefois, c’est là un des enjeux de notre travail d’enseignants d’Histoire : expliquer ces événements à la lumière de la rigueur historique et faire comprendre comment on fait l'histoire de l'histoire ! Pourquoi étudier des périodes plus vastes et donc moins précises ? : « la place des femmes dans la société au XXe », « la population active dans la société française au XXe » (programme de Première S) L.B. : Quand on est dans la précision, on va être dans un contexte particulier, alors que comprendre les différentes crises dans le temps va nous faire penser que nous sommes actuellement dans une situation qui soit loin d’être pérenne. Également, étudier plusieurs approches nous permet de valider le mode de réflexion. L’histoire, c’est aussi savoir ce qu’il nous reste comme explications face aux événements passés. M-A. S. : Ces sujets sont en réalité très intéressants et des clés de lecture de nos sociétés. On ne peut pas comprendre l’évolution de la société occidentale jusqu’à nos jours (objectif des programmes) sans étudier ces deux aspects. Hélas, ces sujets doivent être traités en tellement peu 16
  • 17. d’heures qu’effectivement, ils perdent toute leur substance et leur intérêt. Est-ce la fin des Rois de France et de Napoléon ? Les programmes d’histoire de Première et Terminale abordent en unique perspective le XXe (hormis « la difficile affirmation républicaine entre 1880 et 1890 ») M-A. S. : Rois de France et Napoléon sont traités en collège, ils font donc partie de la scolarité obligatoire. L.B. : Je n’ai jamais vu Napoléon en histoire à l’université, et en une ou deux heures en lycée. On va alors être dans une manière d’appréhender les diverses connaissances plutôt que de tout connaître en profondeur. Personnellement, ça ne me dérange pas de survoler que des parties de l’histoire de France dès lors que les élèves ont les outils pour approfondir. Ici encore, on est entre l’histoire quantitative et l’histoire qui sert d’outil d’analyse. On a l’impression de survoler car il n’y a plus ces repères obligatoires, mais c’est plus intéressant aujourd’hui d’avoir les outils que d’apprendre bêtement. A partir de quand peut-on parler d’instrumentalisation de l’histoire et non plus de symboles communs ? L.B. : On peut parler d’instrumentalisation ou de tentative d’instrumentalisation, et cela s’est fait à différentes époques. Par exemple, à la fin du XIXe siècle lorsqu’il a fallu reconquérir l’Alsace-Lorraine. On a alors utilisé l’histoire pour cette reconquête et formé à l'école de bons petits soldats. De même, on pense au régime de Vichy en 39-45, qui validait un certain nombre d’idées qui leur étaient propres. Aujourd’hui on peut toujours avoir cette disposition-là. Par contre, le fait d’être plus « éclairé » grâce aux facilités d'accès à l'information – je pense par exemple aux prises de position des intellectuels, des académiciens, au corps d’agrégés en histoire qui est extrêmement puissant – cela permet de mettre justement en garde. Quand il était question de faire un musée de l’histoire de France il y a quelques années, ces gens-là se sont exprimés et cela a évité de faire peut-être une erreur, il y a eu des débats intéressants qui en sont sortis. Ici, je ne parle pas d’instrumentalisation mais dans la mesure où l’on veut faire un musée de l’histoire de France, on ne part pas avec les mêmes objectifs pour tout le monde. L’instrumentalisation volontaire ou involontaire peut exister, maintenant l’intérêt est de laisser les gens qui ont un avis sur le sujet s’exprimer et contredire pour avertir des interprétations possibles. Peut-on enseigner l’histoire et rester impartial ? L.B. : Je peux avoir mon avis personnel sur une question à traiter mais je n’ai pas le droit de le dire en classe. A partir du moment où il y a une situation polémique, il faut donner la parole aux différents protagonistes, on n’a pas de jugement à donner. C’est pareil que lorsque l’on écrit un livre d’histoire, on ne doit pas être dérangé par notre positionnement. Et justement, je peux me faire l’avocat du diable dans les débats en EMC pour faire réagir ! Quels sont les thèmes controversés et difficiles à aborder au lycée ? L.B. : Pour la Guerre d’Algérie, il aura fallu attendre le début des années 2000 pour que l’on puisse faire un cours sans rencontrer l’animosité de certains parents d'élèves car eux avaient vécu cette période- là. Ce que l’on pouvait affirmer avec du recul et l’analyse historique ne correspondait pas toujours avec ce qu’ils avaient vécu. Après cela dépend du lycée où l’on est. Aborder le conflit israélo-palestinien dans un lycée où il y aurait les deux obédiences revient plus à se référer aux faits et éviter la confrontation, sans pour autant ne pas laisser nécessairement la parole aux élèves. Un thème est difficile à aborder lorsque l’événement a été douloureux et aura suscité des émotions. Il faut grossièrement trois générations pour que l’émotion commence à s'estomper. Il faut du temps pour calmer les esprits. C’est pourquoi c’est difficile d’être professeur d’histoire. Il y a la passion, la soif de connaissance, la volonté de se positionner et puis la volonté de transmettre la possibilité de comprendre le monde qui nous entoure. 17
  • 18. AU CŒUR DU LYCÉE Oscar Wilde or the importance of a theatrical activity: A special interview with the Secondes E by Coline Lappeman Last December 2016 Year 11 students had the opportunity to profit from a drama workshop. Thanks to this activity, organized by the English teachers, they all acted in front of their classmates throughout the three-hour-long program. The editor-in-chief and journalist, Louis Dréano, and I, Coline Lappeman, asked one of the classes to know more about this experience. Louis: Hello everyone. Thank you for having us here today. As we all know you participated in a group activity a few weeks ago. So to begin with, could you maybe sum up the content of the workshop you did? What did it consist in? Julian: We had different activities. For example, we had to act parts of a play, which was the major activity. We also created status in pairs. Louis: When was it? Did you do this in “A.P.” or in your regular English Class? Gauthier: It happened in the regular English Class. Coline: How long did it last? Julian: About three hours. Louis: First of all, what was the first step? Coline: Did you have to act out a scene? Théo H.: For most of us, we could act with gestures. Coline: Did you have to recite lines from the play and act out some scenes? Louis: Did you have to learn it by heart? Theo G: Yes, indeed, although we played a scene we had already studied and learned in class. Coline: What is the name of the play? Theo G: The Importance of Being Earnest by Oscar Wilde. Coline: Well then, did you learn something about Oscar Wilde? Who was he? Gauthier: He was Irish and born in Dublin. He was imprisoned because of his sexual orientation, as he was homosexual and it was not accepted at the time. He died in Paris on 13th November right at the beginning of the 20th century, in 1900. Louis: And you did this acting workshop with an Australian woman, didn't you ? Is she Still in France? Where is she now? How old is she and what is her name? Theo H.: Hannah is thirty. But now she is gone. She has gone back to Paris a couple weeks ago. Louis: What was your interaction with her? Obviously, as she is a native speaker, was it difficult to understand her? And what about her accent? Theo G: We understood most of what she said quite well and her accent didn't bother us. Louis: Actually what did you learn from this activity? How do you feel now? Are you more self-confident when you speak in English? Coline: Did it help you to speak more easily in English class or in general? Gauthier: Yes, it has helped usa lot. We had an English test about our scenes the day after so Anna helped us a lot with the pronunciation and the emotions. Louis: Before the activity, did you have anxiety, stress, fear? You had indeed to speak three hours long, didn't you ? Gauthier: Not really, because it seems it went by very quickly for us. Coline: Has it been difficult for some of you? Was it the first time you act? Or maybe some of you are part of a dram club? Gauthier: It's not been difficult, because personally last year I dit drama in class. Louis: But it was in French, wasn't it? Gauthier: No it wasn't. It was in English. 18
  • 19. Louis: Now, we are going to move to another aspect of this activity, which would be your point of view about this experience. For you, what were the advantages of this? Did you enjoy it? [unanimous affirmative answer!] Louis: Have you improved your English? Martin: Yes, we have and now we have the ability to act much better. Louis: What about the negative sides? Julian: According to our schedule, we normally have two classes on Tuesday afternoons. Alexis: In order to prepare this activity we had to stay an extra hour. Gauthier: Then the day of the activity, we worked three hours, which was hard. Louis: Would you like to do it again? Unanimous response:: It was quite a good experience. Louis: We would like now to focus more on the content of the story. Firstly, do some of you still have in mind the text? Can someone say some words of the play? Gauthier [quotes the play]: “Yes, Lady Bracknell, I was [found] in a handbag – a somewhat large, black leather handbag with handles to it – a [normal] ordinary handbag in fact.” Coline: Which character is it? Is it an important one? Gauthier: The character Jack plays a major role in the play. Louis: Then how many characters are there? Simon: Five. Louis: Could you tell us their names ? Simon: We have Jack, Miss Prism, Algernon, Gwendolen, Cecily Cardew and Lady Bracknell. Louis: What is the story about? Simon: Jack deeply loves Gwendole and Algernon who falls in love with Cecily. How does the story end ? Killian: Jack discovered he was the cousin of Gwendolyn. Did you like this story? Theo H.: I did like it, because it was quite unexpected. What surprised you the most ? Theo H.: The fact that Jack discovered his identity and that his name was not actually Jack but Ernest. Romain: Jack also discovered that he is the brother of Algernon. [We then asked how many Jacks, Gwendolens and Algernons had been played; each time, four hands were raised] For you, what was the most interesting character to play? Gauthier: Jack is the most enjoyable one. He possesses different personalities and names. At the beginning, his name is Jack and Ernest. What is funny moreover is that Gwendolyn first liked Earnest better than Jack. Louis: So he has to change, doesn't he ? Gauthier: And in the end he finally can be called the name Ernest because it is originally his. Coline: Who was the villain, the “bad guy” in the story? Lea: From my point of view, Algernon and Gwendolyn are the bad characters, I didn't really like them. Gauthier: Personally I think it is Lady Bracknell because she doesn't approve the marriage between Jack and Gwendolyn. What type of relations are there between Jack, Gwendolen and Lady Bracknell? Killian: Lady Bracknell is Jack's aunt at the end of the story and Gwendolyn is Lady Bracknell's daughter. Coline: Before we leave, we would like to know more about what you think of your future. What do you plan on doing after Seconde? Has the beginning of the year influenced you enough to think about higher education, later, that would involve English? Louis: Do you think English is important for you? 19
  • 20. [Editor's note: For some of them, it is difficult to learn English, but we clearly saw they tried their best.] Julian: After school, I want to go to Australia, so English means a lot to me. Louis: Is it because of the Australian comedian actress [Editor's note: Hannah, formerly mentioned] you've met? Julian: No actually it is a dream. Louis : What do you plan on doing there? Julian: Just to live there. Louis: Traveling all over the country? What about work? Julian: What is the most essential for me is to travel, yes. Then I would also like to work. Killian: English is very important for our future jobs because everybody speaks English and it is an international language. Coline: Do you have anything else to add? Theo G: The drama workshop was very interesting and important for us, because it can help us to express more easily our feelings using body language. As for me, it has helped me a lot. Louis and Coline: Thank you very much for your attention and your time, that was a pleasure meeting you and talking all together. We would like to thank the English teacher Mrs Madelon, who genuinely offered us the opportunity to interview her class and let us discover this wonderful activity. Immaculée Conception par Jennifer Colin Une institution composée d’histoires, Passée de la guerre à l’éducation D’un champ d’observation à une salle de classe, Mais un unique la compose. L’appréhension d’un devoir ou d’une attaque, Des élèves ou des soldats non présents, Peu importe école ou quartier général Des valeurs avant tout. Une foi chrétienne transmise, Des connaissances divulguées, Des relations partagées, Des découvertes fascinantes. Une culture enseignée, Un savoir-faire exercé, Bref, une seule organisation L’Immaculée Conception. Envoyez vos textes, écrits, poèmes, chansons, articles, etc. à l’adresse : louis.dreano@sfr.fr 20
  • 21. EXPRESSION Top 4 des personnages de Jeux-Vidéos m'ayant marqué par Pierre-Ambroise Gallouet J'ai plusieurs loisirs au quotidien. Je lis, je sors, je dessine, j'écris... Et puis, je joue à des jeux-vidéos. Une fois n'est pas coutume, je voulais vous parler brièvement de mon expérience avec le monde vidéoludique ! J'ai donc choisi 5 personnages qui m'ont marqué afin d'en parler à travers eux. Histoire de vous avertir : je vais spoiler sans pitié. Alors, si vous désirez jouer à ces jeux et apprécier l'histoire qu'ils racontent, méfiez-vous ! Vous êtes prêt ? ... AU DERNIER ÉPISODE DE GAME OF THRONE, GEORGE MARTIN ARRIVE ET TUE TOUT LE MONDE AVANT DE REPARTIR SUR LE FAUCON MILLÉNIUM ! Pardon, pour cette frayeur. C'était tentant ! Bref. Allons- y ! Sans (Undertale) Sorti en 2015, Undertale a beaucoup fait parler de lui sur la toile ! C'est donc un jeu qui m'a marqué très récemment mais assez pour que j'en parle. Vous incarnez un enfant qui tomba dans le royaume des monstres. Votre mission va donc consister à rentrer chez vous en atteignant la barrière magique retenant tous les monstres sous terre. Tâche ardue ! Car, au cours de votre périple, vous rencontrerez une flopée de personnages loufoques mais attachants. Parmi eux : Sans le squelette. Sans est un squelette grand comme votre personnage, fainéant avec un amour pour les jeux de mots et autres traits humoristiques. Paradoxalement, il semble être l'un des personnages les plus occupés entre son poste de sentinelle, de juge, d'humoriste, de vendeur de hot-dog etc... Il est le grand frère de Papyrus, membre de la garde royale, qui le fait enrager devant son laisser-aller. Alors, qu'est-ce que ce personnage a d'intéressant ? Sans vient d'un milieu scientifique où il apprit l'existence d'un moyen de sauvegarder pour le joueur. A partir de là, va s'opérer un déclic chez lui : toutes ses évolutions, tout ce qu'il se passe autour de lui n'a aucun sens. Puisque, sans crier gare, tout peut se réinitialiser et redevenir comme avant les aventures du joueur. À partir de là, Sans va tomber dans une espèce de nihilisme où son sourire et sa fainéantise masqueront son désespoir. Il va volontairement refuser de s'impliquer dans votre aventure (pour vous arrêter par exemple). Ce n'est qu'à la toute fin de la route Génocide, consistant à massacrer tous les monstres sans pitié, qu'il va agir. Car ce n'est bien qu'après vous avoir vu assassiner tous ses amis et son frère chéri qu'il ne va plus pouvoir "n'en avoir rien à faire". Et comment va-t- il agir ? En vous faisant vivre le combat le plus "casse-dents" de votre vie contre lui. En bref : « a bad time » ! Le Prince de Perse (Prince of Persia: la Trilogie des Sables du Temps) Tout le monde commet des erreurs. Mais si vous aviez le pouvoir de remonter dans le temps, beaucoup penserait à les changer pour les fuir. L'histoire du Prince de Perse est celle-ci : un jeune prince veut prouver sa valeur auprès de son Père. Au cours d'une guerre contre le Maharadja, il récupère un artefact magique : la dague du temps. Celle-ci lui offre le pouvoir de manipuler le temps à sa guise. Le Maharadja vaincu, le père du prince s'en va chez son ami le sultan de Azad. Alors, qu'en signe d'amitié, le roi lui offre le sablier du temps, son vizir pousse le prince à l'ouvrir grâce à la dague. Malgré lui, le Prince va libérer les sables du temps transformant toutes les personnes du palais en monstres. Toutes, sauf trois : le Prince, le Vizir et la fille du Mahardja : Farah. Au bout de nombreuses péripéties, incluant la mort du Roi de Perse des mains de son fils, le Prince et Farah vont s'allier et parvenir à changer le cours de l'histoire. Ils avertissent le Maharadja de la traîtrise du Vizir et tout rentre dans l'ordre. Seulement, à peine sortit du guêpier, le Prince se voit poursuivi par le gardien du Temps : le Dahaka des mythes perses. Il parvient à le semer et à se réfugier sur l'île du Temps. Parvenant à le vaincre et à sauver l'Impératrice de l’Île, le Prince part avec elle pour Babylone. Seulement, arrivés là-bas, la ville est mise à sac par personne d'autre que... Le 21
  • 22. Vizir qui n'est jamais mort à cause du retour dans le Temps. En possession de la dague du temps, le vieillard se transforme en divinité et s'apprête à réduire en esclavage la ville. Le Prince, alors partiellement corrompu par les sables, va partir l'arrêter et apprendre que son père fut tué par des monstres. Au début jeune et orgueilleux, le Prince va tout au long de son voyage initiatique s'assagir et apprendre à ne plus fuir ses erreurs. Cette série est véritablement emplie de poésie et nous plonge dans une atmosphère orientale complètement magique. Et comme on nous le rappelle si joliment tout au long de l'intrigue « Certains voient le Temps comme une rivière, au cours certain et tranquille. Mais je peux vous le dire : ils se trompent ! Le Temps est un océan en pleine tempête ! » Jade (Beyond Good & Evil) S'il y a un truc qui m'agace sur les réseaux sociaux, ce sont les personnes sur les pages de journaux. Il n'y a pas, je crois, un article sans quelqu'un pour crier au "complot du grand méchant système", à de "l'endoctrinement" ou encore à "la manipulation des médias par les grands méchants politiques/illuminatis/capital/ milliardaires/InsérerUnCroque mitaineTrèsVilainPasBeau" à chaque article ne leur faisant pas plaisir. Car, bien évidemment, un bon article doit avant tout être en accord avec leurs idées. Bon, le sujet de cet article n'étant ni le fanatisme ni les complotistes, je ne vais pas m'étendre dessus. Toutefois, quel est le lien avec ce jeu ? Et bien c'est simple : vous incarnez... une journaliste en herbe devant révéler au public un complot militaire d'envergure. Dans ce jeu, vous incarnez Jade. C'est une jeune femme journaliste qui s'occupe d'orphelin dans le phare d'Hyllis. La planète est sous invasion extraterrestre. Au fil de l'aventure, Jade va découvrir que cette invasion est sous complicité de la force armée locale : les Sections Alphas. Celles-ci kidnappent les hyliens afin de les livrer aux envahisseurs. Le travail de Jade, aidée par le réseau Iris, un groupe de résistants, sera de dévoiler la vérité sur ce complot à la population. De fil en aiguille, d'action en action, d'infiltration en espionnage, Jade va se révéler être plus qu'une simple hylienne. Elle sera à la fois le symbole du mensonge des militaires et, littéralement, la source des pouvoirs du chef des envahisseurs aliènes : le prêtre Domz. (D'où son attaque. En plus, c'est une jolie allégorie de la Vérité.). Cela va donc la placer au cœur même de l'avenir de la planète, elle qui peut faire se soulever la force du peuple ou l'avidité des tueurs. Je crois que c'est grâce à ce jeu que j'ai acquis du respect pour le journalisme. Alors à ceux prêts à insulter de pauvres gens qui ne font que vous informer, écoutez mes sages paroles : arrêtez de rager chez mon berger. Le Lion Rouge (The Legend of Zelda : The Wind Waker) : Zelda ! Ma franchise préférée de jeu- vidéo ! Poésie, action, personnages attachants, histoire épique... Quoi de mieux pour me plaire ? Et le personnage dont je vais vous parler est tiré du premier jeu Zelda auquel j'ai joué. Il y a longtemps, un héros tout de vert vêtu triomphait du mal. C'était le héros du Temps d'Ocarnia of Time, triomphant de Ganondorf. Depuis, le monde a été englouti sous les flots et n'est plus qu'un vaste océan parsemé d'îles. Pourquoi ? Le héros du temps n'est jamais revenu. Et Ganondorf, lui, si. Les dieux, pour empêcher Ganondorf fraîchement libéré de nuire (en mettant la main sur la Triforce, pouvoir divin), vont engloutir le royaume. Mais lorsque Ganon se réveilla, et à l'impulsion de ses kidnappings de jeunes filles aux oreilles pointues, le bateau nommé "Lion Rouge" va se réveiller. Le Lion Rouge est le bateau de Link, le héros principal des jeux. Il s'agit d'un bateau parlant à tête de lion est de couleur... ben rouge. Il est le compagnon de notre jeune héros dans sa quête. Au milieu de l'aventure, il va révéler sa véritable identité : le roi défunt du royaume d'Hyrule. C'est une âme perdue qui n'a pu se détacher de la terre par amour de son royaume. Royaume, dont il ne reste plus que le château et une maigre bande de terre protégées sous les flots par les dieux. Ce n'est qu'à la toute fin du jeu qu'il parvient enfin à se détacher du passé et à accepter de confier le flambeau à la nouvelle génération. Il va alors demander aux dieux de détruire pour de bon Hyrule et 22
  • 23. de donner un avenir à Link et Zelda, qu'il appelle affectueusement « ses enfants ». Il est l'exemple de l'adulte qui refuse de céder la place, hanté par la gloire du passé qu'il contemple au travers d'artefacts sans valeur. En cela, sa fin est belle. Et elle est d'autant plus belle qu'elle a annoncé un souffle nouveau dans la saga : une renaissance d'Hyrule débarrassé des cycles de la haine. Et c'est peut-être ça qui est beau : ce phœnix renaissant éternellement de la cendre. Opinion par Anne Dubouch Maman fut choquée lorsqu'elle l'apprit. Elle dit c'est l'Apocalypse, et son visage tout déconfit le confirmait. Je ne pouvais pas comprendre sa pensée : rien de grave ne s'était passé, alors pourquoi penser à une future éventuelle catastrophe ? Les médias avaient donné une mauvaise image de LUI, et maman se trouvait influencée par eux. Elle n'avait pas d'opinion personnelle, donc elle suivait juste les idées actuelles. Elle me décevait. Papa déclara que c'était une bonne chose. Il dit que le pays avait besoin d'un homme énergique et déterminé pour le guider. Son sourire traduisait son sentiment enthousiaste. Je pouvais comprendre qu'un homme énergique serait utile à la nation, qu'il redonnerait du travail aux chômeurs, qu'il réduirait l'immigration clandestine, mais je ne pouvais pas voir une personne avec un petit peu d'expérience en politique prendre le pouvoir. De plus, IL était raciste... Quant à moi, je n'étais ni pour quelqu'un, ni contre qui que ce soit : j'étais tout simplement perdue. Je ne pouvais pas choisir de camp, puisque les opinions des médias étaient en contradiction avec les autres, donc il n'y avait pas de vérité. Tout cela me fatiguait. Donald Trump était élu aux Présidentielles aux États-Unis, et bientôt il vivrait à la Maison Blanche. Quelques conseils autour des élections par Pierre-Ambroise Gallouet Ça peut paraître évident mais on consulte les programmes de chaque candidat avant de voter pour l'un d'eux. Cela vous permettra de savoir lequel est plus en accord avec vos convictions intimes et la raison. On ne dirait peut-être pas ainsi, mais de nombreuses personnes votent plus pour un parti ou une tête qu'un programme. Bien sûr qu'il est important de voir la personnalité du candidat ! Toutefois, ce n'est pas parce qu'un Adolf Hitler paraissait sympathique en 1933 qu'il laissa une Allemagne bien grande à sa sortie... (Et hop! 1 point Godwin facile!)* Ne consultez pas les réseaux sociaux pour en apprendre plus sur un candidat. Les réseaux sociaux sont souvent un fourre-tout de ragots, rumeurs, on-dits etc. Et pour cause : ils ne sont pas informés et spécialistes ! Oui oui. C'est dur à croire mais Internet n'est pas le refuge de la Vérité. Même si Antoine Daniel disait que «tout ce qui est sur Internet est vrai» ! N'ayez pas peur de consulter des livres émanant de des spécialistes ou tout simplement les sites officiels des partis afin de tenir pour sûres vos informations.* Je sais que c'est une tradition sur le net, mais ne vous laissez pas abuser par ceux qui disent que le grand méchant «système» est secrètement dirigé par les banques, les riches, les européens, les américains... Et pourquoi pas les illumatis, les reptiliens ou les reptilluminazis tant qu'on y est ? D'abord, il va falloir le prouver... et c'est généralement là où les complotistes ont tendance à perdre patience... Hein? Quoi? Mais non je ne suis pas dans le complot voyons! Quelle question! rire jaune* Ne partez pas du principe que votre vote ne sert à rien. Bien sûr qu'il sert à quelque chose ! À exprimer son opinion. Ce serait illusoire de se dire que son seul vote a peu de pouvoir. D'abord, car si vous raisonnez à l'échelle 1 contre 60 millions, évidemment que vous pèserez moins que ces millions de gens. Vous n'êtes pas le nombril du monde quand même! Ensuite, si vous raisonnez sur le principe de «si on perd ça sert à rien », non car vous aurez exprimé dans quelle partie de la population vous vous trouvez idéologiquement. Si un (bon) 23
  • 24. candidat gagne une élection à 51% contre 49%, il aurait tout intérêt à tendre un peu l'oreille vers son opposition car il ne disposerait pas d'une majorité confortable comme un De Gaulle.* Plaît-il? Si aucun candidat ne vous sied que faire? C'est simple: voter blanc. Au moins vous aurez exprimé votre indécision. Car, dans le cas où vous penserez qu'il est préférable de s'abstenir, ne venez pas vous plaindre après que des candidats ne vous plaisant pas soient élus: vous ne pourrez pas dire grand-chose. Vous avez refusé de vous exprimer. Tant pis! «Tant fait pas mon p'tit loup, c'est la vie ne pleure pas» comme disait Perret. Vous me trouvez acide ? Il y a de quoi : nos ancêtres se sont battus pour obtenir le pouvoir de s'exprimer et d'être un poids dans la vie politique. Si maintenant, on crache dans la soupe, nous nous mettons en danger nous-mêmes : on accepterait volontairement de ne plus avoir ce pouvoir de décision. Et pour des gens qui haïssent la dictature, cela serait ironique. Le vote est un droit de citoyen. Alors, tous aux urnes ! La Méditerrannée – photo prise par Giorgos Moutafis et publiée dans The Guardian Mamahba, Guinéen de 17 ans, secouru au large de la Libye par le chalutier Golfo Azzurro Envie de réagir ? Envoyez vos écrits à l‘adresse : louis.dreano@sfr.fr 24