SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  8
Télécharger pour lire hors ligne
1
LA MONTÉE DE L'ÉDUCATION DANS LE MONDE DE LA PRÉHISTOIRE À
L'ÈRE CONTEMPORAINE (Partie 1- L'évolution de l'éducation dans le monde de
la Préhistoire au XVIIIe siècle)
Fernando Alcoforado*
Cet article est le premier de deux articles traitant de la montée de l’éducation dans le
monde, de la Préhistoire à l’époque contemporaine. Cet article vise à présenter comment
l'éducation a évolué dans le monde de la Préhistoire au XVIIIe siècle, tandis que le
deuxième article vise à présenter comment l'éducation a évolué dans le monde du XVIIIe
siècle au XXIe siècle. Deux périodes ont été considérées dans l'essor de l'éducation dans
le monde (de la Préhistoire au XVIIIe siècle et du XVIIIe siècle à l'époque
contemporaine), le XVIIIe siècle étant la frontière entre deux moments cruciaux dans le
développement de l'éducation dans le monde. Le XVIIIe siècle a été un moment marquant
dans l’histoire de l’humanité car c’est à cette époque que les Lumières ont émergé comme
un mouvement intellectuel en opposition aux ténèbres du Moyen Âge dont les fondements
reposaient sur les fondements de la raison et de l’empirisme. Le siècle des Lumières a été
une révolution dans le domaine de la connaissance et un mouvement qui a abouti à une
nouvelle manière de concevoir la relation entre l’homme et la nature. Les Lumières
considéraient la raison comme le moyen d'assurer le progrès de l'humanité. Le XVIIIe
siècle constitue également une étape historique car c’est à cette époque que s’est produite
la révolution industrielle en Angleterre, qui a transformé la société mondiale en effet de
levier le développement du capitalisme à travers la planète. C’est également à cette
époque qu’ont eu lieu la Révolution américaine et la Révolution française, motivées par
les idéaux des Lumières et la Révolution française a marqué le début de la fin de
l’absolutisme en Europe. Comme cela ne pouvait manquer de se produire, tous ces
événements ont contribué aux avancées révolutionnaires dans le domaine de l’éducation.
Partie 1- L'évolution de l'éducation dans le monde de la Préhistoire au XVIIIe siècle
1. L'éducation à la préhistoire
Dans les communautés primitives, à l'aube de l'humanité, il existait déjà des activités
éducatives lorsque les enfants et les jeunes apprenaient des techniques de survie en groupe
et des pratiques collectives comme la chasse, la pêche, la plantation, bref, leur culture.
L'enfant a acquis sa première éducation sans que personne ne lui ordonne expressément.
Dans les communautés primitives, l’enseignement était pour la vie. Pour utiliser l'arc,
l'enfant chassait, pour apprendre à diriger un bateau, il naviguait. Les enfants
s'instruisaient en participant aux fonctions communautaires. Il n'existait pas d'institution
spécifique pour l'éducation qui se déroulait réellement à la « maison » et dans la vie en
groupe ou en tribu, et qui était donc transmise des parents aux enfants, confirmée à travers
les générations [1].
La préhistoire a commencé, selon certains historiens, il y a environ 3 millions d'années et
s'est terminée vers 3 500 avant JC, lorsque la première forme d'écriture de l'humanité est
apparue, l'écriture cunéiforme, développée par les Sumériens. Dans l’Antiquité, les
Égyptiens, les Babyloniens, les Perses, les Indiens, les Chinois et bien d’autres peuples
du Proche et de l’Extrême-Orient ont développé des formes d’éducation complexes et
efficaces [2]. L'histoire de la pédagogie commence avec l'éducation dans l'Orient ancien.
Dans les civilisations orientales, l’éducation était traditionnellement divisée en classes et
organisée dans des écoles fermées et séparées pour la classe dirigeante. Durant cette
période, une grande partie de la communauté était exclue de l’école et cantonnée à
l’éducation familiale informelle. Les bases des méthodes éducatives en Egypte étaient la
2
mémorisation et la vergasta, qui signifie punition. À Babylone, dans ce qui est aujourd’hui
l’Irak, l’enseignement supérieur était réservé à la classe riche des marchands, combinée
à la classe des guerriers. Ses objectifs étaient essentiellement pratiques, comme en
Egypte, mais, en revanche, l'aspect scientifique était plus développé, et peut-être aussi
l'aspect littéraire. En Inde, la séparation entre les castes était très rigide et l’éducation
clairement différenciée. Dans la Chine ancienne, seuls les riches pouvaient se permettre
de dépenser de l'argent pour la préparation culturelle de leurs enfants, généralement dans
des écoles privées, choisies sur la base de l'examen d'État [3].
2. L'éducation dans l'Antiquité (du VIIIe siècle avant J.C. au Ve siècle après J.C.)
En Extrême-Orient, il est important de mentionner l’influence du confucianisme, du
taoïsme et du bouddhisme sur l’éducation [4]. Dans l'éducation confucéenne, la formation
de la famille (la première éducation de l'individu) doit servir les intérêts de l'État.
L'éducation confucéenne est donc conçue pour former un individu qui doit être utile à la
communauté. Cet individu, le « homme sage », doit se former pour accéder à la fonction
publique en participant à la bureaucratie de l’État. Il mobiliserait ses efforts pour
l’équilibre et le maintien de la société. La doctrine du taoïsme représente une pensée
totalement différente. Les adeptes de Lao-Tseu, le premier sage qui organisa des « leçons
» taoïstes dans le célèbre texte Tao-Te-Ching, s'opposèrent au caractère trop endoctrinant
des enseignements confucéens. Pour les adeptes de Lao-Tseu, Confucius représentait la
perte de la spontanéité de l'individu, la réduction de ses actions conformément à la nature.
Ainsi, à la place des prescriptions éthiques confucianistes, le taoïsme cherche à réfléchir
sur les mouvements naturels, en utilisant des formes extrêmement poétiques, ambiguës et
vagues [4].
Les idéaux bouddhistes ont trouvé un terrain fertile en Chine, puis ont pénétré en Corée
et au Japon. Au Japon, leur pensée s'est syncrétisée avec les idéaux confucianistes et
taoïstes, déjà importés de Chine, ainsi qu'avec le ritualisme shinto, apparemment
originaire du Japon même. Cette synthèse a donné naissance à la écoles du bouddhisme
zen. Il est possible d'identifier certaines caractéristiques pédagogiques de cette doctrine
plus philosophique que strictement religieuse, comme l'accent mis sur la pratique, plutôt
que sur la spéculation théorique, sur l'évolution intérieure (c'est-à-dire une forme
d'éducation de l'intérieur vers l'extérieur, et non de l'extérieur vers l'intérieur) et dans le
concept d’illumination ou d’éveil spirituel (satori), qui émerge de la « discipline
spontanée ». À bien des égards, cette conception éducative reste préservée dans le système
éducatif japonais [4].
Les habitants de Phénicie, qui occupaient autrefois la région du Liban, de la Palestine, de
la Syrie et d’Israël actuels, ont simplifié la technique d’écriture jusqu’à parvenir
finalement à un système purement alphabétique. L'éducation de la Perse antique n'avait
qu'un aspect commun avec celle de la Phénicie : elle n'annulait pas complètement
l'individualité, elle ne se livrait pas à une mémorisation mécanique, elle ne tendait pas à
la simple perpétuation d'un ordre constitué, mais elle favorisait, à un certain dans quelle
mesure, les formes d'activisme dynamique. L'éducation persane n'accordait que peu ou
pas d'attention à l'enseignement littéraire et à l'apprentissage de l'écriture lui-même, sauf
en ce qui concerne la classe sacerdotale [2]. Le peuple hébreu, également appelé Israélites
ou Juifs, fait partie de l’une des civilisations les plus importantes de l’Antiquité : la
civilisation hébraïque. À côté des synagogues naquirent des écoles élémentaires qui se
répandirent à tel point qu'en 75 avant JC cet enseignement élémentaire fut rendu
obligatoire à Jérusalem, et neuf ans plus tard, sur tout le territoire. La caractéristique de
la civilisation et de l’éducation hébraïques réside donc dans l’esprit religieux qui lui donne
3
forme, refonde et façonne en unité les riches influences culturelles reçues des
Babyloniens, des Égyptiens, des Perses et des Grecs. L'éducation hébraïque a eu le mérite
d'avoir accordé de l'importance aux valeurs individuelles (présentes dans l'éducation
phénicienne et persane), mais aussi d'avoir fait appel à une loi d'intériorité morale
proposée par le judaïsme qui a pour seul point de référence un Dieu universel conçu
comme infiniment bon et juste [2].
Depuis que les hommes ont commencé à vivre en société, il existe une éducation dont la
pratique s'est d'abord produite dans le milieu familial et qui n'est pas la même chose que
l'école, car c'est une invention de l'humanité [5]. Les premières nouvelles que nous avons
de l'école nous montrent que seuls les enfants issus des classes sociales privilégiées
avaient le droit d'y assister. Il en fut ainsi en Égypte, dont la suprématie en matière
d'éducation fut reconnue par les Grecs, les éducateurs des Romains et par les
manifestations chrétiennes ultérieures. Les cultures gréco-romaines et chrétiennes
incorporaient des éléments du Proche-Orient, reconnaissant l'origine de la culture, de la
sagesse et de l'instruction chez les Égyptiens. Certains aspects de l'éducation égyptienne,
bien qu'ayant leurs propres caractéristiques, se retrouveront dans la Grèce antique, comme
la prédominance de la séparation des processus éducatifs selon les classes sociales, mais
moins rigides et avec une tendance vers la démocratie. Dans la société grecque basée sur
l’esclavage, nous trouverons un modèle éducatif pour la classe dirigeante pour la former
aux tâches du pouvoir. En revanche, pour les ouvriers, il n’y avait pas d’école, juste une
formation professionnelle [5].
Dans la Grèce antique, l’écriture n’était pas utilisée comme moyen d’apprentissage [5].
À son apparition, l’écriture était réservée à d’autres fins, comme l’enregistrement
d’événements importants et épiques, comme les guerres. Pour cette raison, parmi les
souverains, il n’était pas courant de savoir lire et écrire. Pour répondre à ce besoin, il y
avait des scribes. Les plus anciennes inscriptions de l'alphabet grec montrent que depuis
le VIIIe siècle avant J.-C., l'écriture ne constitue plus un savoir spécialisé, réservé aux
scribes, mais une technique de large usage, librement diffusée auprès du public. L'écriture
devient l'élément fondamental de la paidea grecque. Après des milliers d’années, dans la
Grèce antique, l’éducation a été révolutionnée [1]. Une grande partie de l'éducation
occidentale est due à la paideia grecque, un complexe éducatif comprenant la
gymnastique, la grammaire, la rhétorique, la musique, les mathématiques, l'histoire, la
philosophie, entre autres matières destinées à former des citoyens capables de jouer un
rôle actif dans la société. Le modèle éducatif grec visait à former des citoyens. L'éducation
était réservée à des étudiants sélectionnés, à l'exclusion des femmes, des esclaves et des
étrangers. Bien qu'il s'agisse d'une société esclavagiste, c'est dans la Grèce antique qu'est
née l'idée d'une école publique, proposée à la fin du IVe siècle avant JC par le philosophe
Aristote car il comprenait que ce n'est qu'avec une éducation égale pour tous les citoyens
sous l'État et la responsabilité publique serait capable d'atteindre son objectif de
promotion du bien commun. Aristote soutenait que l'éducation devait être publique et non
privée [5].
Dans l’Antiquité, la méthode d’enseignement était basée sur la mémorisation et la
répétition. L'enfant était traité comme un adulte sans méthode d'apprentissage spécifique
et lorsqu'il ne répondait pas aux attentes du maître, les châtiments corporels appelés «
sadisme pédagogique » étaient courants. Le modèle de l’école grecque finit par s’imposer
dans l’Empire romain malgré les résistances. De la même manière qu’en Grèce, dans la
Rome antique, dans l’Empire romain, il existait des préjugés contre l’éducation à finalité
pratique. L'Empire romain a été le premier à promouvoir un système éducatif officiel, à
partir d'un organisme centralisé sous la responsabilité de l'État. Cela ne signifie cependant
4
pas que l’accès à l’éducation a été accordé de manière égale à tous les enfants d’âge
scolaire. Au contraire, le système éducatif romain était un système de privilèges dans
lequel peu de personnes avaient accès à l’école. L'éducation variait, à la fois selon la
classe sociale et le sexe. Les roturiers ont grandi sans éducation, sans apprendre à lire ni
à écrire. En revanche, les enfants issus des couches les plus élevées de la société ont
largement accès à l’école et aux formations complexes. Les filles d'hommes et de femmes
riches fréquentaient également l'école, mais avaient droit à un savoir plus restreint. Dans
leur programme scolaire, ils apprenaient des leçons de base en calcul, lecture et écriture
et n'allaient à l'école que jusqu'à l'âge de douze ou treize ans, date à laquelle ils étaient
libérés pour se marier. Les garçons pouvaient poursuivre leurs études plus tard et leurs
connaissances étaient plus complexes. Ils étudiaient la grammaire, la littérature, la
religion, l'histoire, la géographie, l'astronomie, les mathématiques, la rhétorique et les
notions d'agriculture [6].
L’éducation dans l’Empire romain était également divisée en niveaux, commençant par
l’enseignement primaire et atteignant l’enseignement supérieur. Les plus pauvres, une
fois instruits, ne terminaient généralement que l’enseignement primaire, qui permettait
aux jeunes d’écrire et de faire des calculs de base. Les jeunes riches ont un large accès à
l’éducation [6]. Avec le déclin de l'Empire romain, le christianisme a commencé à se
renforcer, qui est devenu la religion officielle de Rome en 391, à laquelle elle s'opposait
auparavant, remplaçant les anciennes religions du monde gréco-romain. Cet événement a
eu un impact sur toutes les formes de manifestation culturelle, y compris l'éducation, et
le résultat a été le remplacement de la payea grecque par la vision chrétienne. Il s'agissait
d'un long processus marqué par le dialogue entre la tradition grecque et la nouvelle
religion qui incorporait des éléments de l'ancienne paidea, mais prêchait une vision
d'éducation anti-intellectuelle puisque le programme commençait à être
fondamentalement basé sur l'apprentissage de textes considérés comme sacrés pour les
chrétiens. . À partir de cette période, l’éducation perdit son caractère politique hérité des
Grecs, qui visait à former des citoyens, et commença à être enseignée par des prêtres de
l’Église catholique, qui étaient les rares personnes alphabétisées dans une Europe
largement analphabète. Toute connaissance relevait du contrôle de l’Église catholique,
qui déterminait ce qui pouvait ou ne pouvait pas être lu. L'appauvrissement culturel à
cette époque était généralisé et affectait également l'Empire romain d'Orient [5].
3. L'éducation au Moyen Âge (du Ve au XVe siècle)
La transition de l'Antiquité au Moyen Âge s'est produite avec la mise en place du système
de production féodal remplaçant l'esclavage et avec la consolidation du christianisme
comme nouvelle vision du monde remplaçant la vision gréco-romaine auparavant
dominante. À partir du VIe siècle, l’Église catholique était la seule autorité politique à
travers la papauté. Quant à la méthode pédagogique, l’éducation chrétienne médiévale a
hérité de la coutume hébraïque la didactique ennuyeuse et obsessionnelle de la
mémorisation et de la répétition chorale, de l’apprentissage par cœur [5]. Pour les
transgressions et les lacunes dans l’étude, ou les erreurs commises dans le chant des
prières, la correction ne s’effectuait pas seulement par des paroles, mais par des punitions.
Au Moyen Âge, les monastères catholiques étaient chargés de l'enseignement, même s'ils
étaient encore très sélectifs, avec des étudiants d'élite et des études extrêmement liées à
la religion. Le monastère fut le premier espace d’organisation et de préservation des
savoirs au Moyen Âge. La conception d'un lieu spécialement destiné à la systématisation
de l'enseignement et du savoir est née de l'idée chrétienne d'évangélisation présente dans
les monastères et les écoles chrétiennes de cette époque. Le mot Escolare a donné
naissance non seulement à l'école, mais aussi au concept philosophique qui a guidé
5
l'enseignement tout au long du Moyen Âge, qui découle de cette systématisation des
connaissances. Pour cette raison, il a reçu le nom de Scholastica [1].
Le Moyen Âge est considéré comme l’âge « sombre ». Malgré cela, c’est à cette époque
que naît l’Université, en l’an 1000, en Europe. Les universités sont nées de la rencontre
entre les deux partis intéressés par le savoir, un groupe d'étudiants et d'enseignants
fonctionnant à l'intérieur des cathédrales. Les universités sont nées en Europe sous la
puissance de l'Église catholique, qui accordait l'autorisation d'enseigner (licence
d'enseignement) avec examen préalable des titres d'études. Les trois premiers domaines
de connaissances constitués dans les facultés étaient les arts libéraux, la médecine et la
jurisprudence. Ce dernier, qui contenait le droit romain ou civil, incluait le droit
canonique à partir de 1140. Plus tard, la théologie fut ajoutée. C'était la base de
l'enseignement médiéval [5]. Concernant l'enseignement supérieur, les documents
historiques les plus anciens font état de son existence en Italie, à Bologne plus
précisément, au milieu de 1088. Au XIIe siècle, l'Université de Paris est fondée en France.
Les deux institutions, totalement étrangères à l'Église catholique et à l'État, étaient
chargées de l'enseignement de la médecine, de l'astronomie, des mathématiques, du droit,
et servaient de référence pour le développement de l'enseignement supérieur dans le
monde entier [1].
À l'époque médiévale, une grande partie de la population ne possédait toujours pas les
compétences éducatives de base telles que la lecture, l'écriture et le calcul mathématique,
jusqu'à ce que le commerce commence à se développer et que ces compétences
deviennent une nécessité pour les commerçants, obligeant la bourgeoisie à investir. dans
une école, une institution dédiée à un enseignement pratique qui les aiderait à se
développer encore plus financièrement, en gérant leur entreprise avec plus de sagesse. En
d’autres termes, le développement de l’école en tant qu’institution éducative est
étroitement lié à la bourgeoisie et au capitalisme [1]. Outre l'université, un autre type
d'enseignement apparaît au Moyen Âge à partir des années 1000 : les corporations de
métiers. Les sociétés artisanales sont liées à de nouveaux modes de production dans
lesquels la relation entre science et opération manuelle est plus développée et la
spécialisation plus avancée. Elle se distingue de la formation scolaire par le fait qu'elle se
déroule sur le lieu de travail où les apprentis adolescents sont encadrés par des maîtres
cordonniers, bijoutiers, boulangers, etc. à qui ils étaient sous leur tutelle. À partir du XIIIe
siècle, on assiste à l'émergence de maîtres libres dans une société qui se diversifie avec
l'émergence de commerçants et d'artisans dans les villes. Ces écoles étaient gratuites dans
les grandes villes. A la fin du Moyen Âge, nous avons une diversité de maîtres (maîtres
indépendants, maîtres associés dans des coopératives, maîtres capitalistes qui engageaient
d'autres maîtres, maîtres payés par les communes, etc.). Cette variété reflète une école
d'une société marchande qui commence à s'affranchir totalement de l'Église et de
l'Empire, vend sa science, la renouvelle et révolutionne les méthodes pédagogiques [5].
À la même époque, un mouvement philosophique novateur émerge, l'Humanisme, qui se
renforce au XVe siècle et dynamise la Renaissance, un mouvement culturel, économique
et politique qui apparaît en Italie au XIVe siècle et s'étend jusqu'au XVIIe siècle, puis, la
Réforme protestante. Tout cela a contribué à l’émergence des Lumières au XVIe siècle,
un mouvement intellectuel, scientifique et philosophique. L'humanisme avait une
aversion pour la culture médiévale et sa forme de transmission, l'école, sous l'égide de
l'Église catholique. Dans sa critique de l'école médiévale, il y avait une pédagogie
contraire aux châtiments corporels qui prévalaient à l'époque et pour éduquer les enfants
en tenant compte de leur jeune âge et les éduquer selon leur propre nature. Au XVIe
siècle, lors du passage de la féodalité à la consolidation du capitalisme, dans le contexte
6
du mouvement philosophique de l'humanisme et de la Renaissance, des mouvements
réformistes ont émergé en opposition à l'Église catholique, qui ont commencé à former
leurs propres églises, donnant lieu à des initiatives cela a commencé l'expansion
quantitative de l'école. Deux propositions éducatives ont émergé : celle de la Réforme
protestante et celle de la Contre-Réforme menée par l'Église catholique. Telles sont les
principales conceptions de l’éducation en vigueur à partir du XVIe siècle et des siècles
suivants [5].
La Réforme protestante a émergé avec le luthéranisme, qui fut le mouvement religieux
qui a le plus influencé l'école au début du XVIe siècle. Luther, qui était moine dans
l'Église catholique, rompit avec le catholicisme et créa sa propre église en Allemagne.
L'expansion des écoles a commencé en Europe avec les réformes religieuses, notamment
luthériennes, qui exigeaient la présence des garçons et des filles à l'école sans distinction
de classe. La Réforme protestante a été très importante pour le développement du
capitalisme, comme le démontre Max Weber dans son ouvrage L'éthique protestante et
l'esprit du capitalisme [7], mais elle a également été importante parce qu'elle a défendu
sa conception d'une école publique pour la formation des citoyens. En 1549, l'empereur
Charles Quint d'Allemagne anticipait les initiatives des souverains éclairés du XVIIIe
siècle en prônant le maintien des écoles par l'État [5].
À son tour, la Contre-Réforme était une initiative de l'Église catholique visant à maintenir
sans compromis les dogmes remis en question par les défenseurs de la Réforme
protestante et sa prérogative en matière d'éducation. En réponse à la réforme luthérienne,
l'Église catholique a créé des séminaires destinés à éduquer religieusement et à instruire
les nouveaux prêtres dans les disciplines ecclésiastiques ainsi qu'un programme d'études
pour les jeunes. Les Jésuites se distinguèrent dans la lutte contre le protestantisme. Les
pays catholiques ont mis du temps à mettre en place l’école publique grâce à la puissance
de l’Église catholique. Il y a des pays qui ont suivi l'orientation luthérienne et des pays
catholiques qui ont suivi l'orientation jésuite [5]. Il est important de noter que les premiers
enseignants au Brésil étaient des prêtres jésuites. Ils sont arrivés dans les années 1540
avec l’objectif vain d’apprendre aux Indiens adultes à lire et à les catéchiser, puis à
modifier leur stratégie pour apprendre à lire et à écrire aux enfants autochtones. Il
convient de noter qu'à cette époque, en opposition aux mouvements de plusieurs pays
promouvant les écoles entretenues par l'État, l'Église catholique et les jésuites agissaient
pour garder les écoles sous leur contrôle dans le but de former des chrétiens et non des
citoyens comme le préconisaient la paideia grecque [5].
4. L'éducation à l'époque moderne (du XVe au XVIIIe siècle)
Aux XVIe et XVIIe siècles, l'éducation prend de l'ampleur, acquérant une nouvelle
apparence avec des classes scolaires divisées par âge et la proposition de scolarisation des
garçons et des filles, qui étaient des réalisations de cette époque. Au XVIe siècle, la fin
de l'hégémonie de l'Église catholique dans le domaine de l'éducation a commencé, car
elle n'était plus enseignée uniquement dans les monastères et les cathédrales. À cette
époque, les églises créées par les réformes religieuses, en particulier la réforme
luthérienne, jouaient un rôle fondamental dans l'éducation en mettant l'accent sur les
familles qui envoyaient leurs enfants à l'école. Au XVIIe siècle, même si la tendance était
à la prise en charge par l'État de l'enseignement, la religion y maintenait toujours son
hégémonie. Dans les pays catholiques, l'État n'intervenait pas dans l'éducation, qui était
assurée par des individus et, principalement, par des ordres religieux. Au XVIIe siècle,
on assiste à un renouveau pédagogique proposé par Jan Comenius pour « tout apprendre
à tout le monde » basé sur l'empirisme (observation directe des choses). Comenius
7
proposa une école de la vie qui, divisée en degrés, enseignerait tout à tout le monde.
Comenius est le fondateur de la didactique et, en partie, de la pédagogie moderne. Il est
l’un des plus grands noms de l’éducation et de la pédagogie occidentale. Il est le
précurseur de la méthode objective, du matériel pédagogique le plus parfait possible et
des expérimentations réalisées directement par l'enseignant. C'est au XVIIe siècle que
s'amorce le renouveau pédagogique. La pédagogie des pays qui ont adhéré à la réforme
s'est inspirée des nouvelles églises protestantes et, en revanche, la pédagogie des pays
catholiques a été jésuite jusqu'au XVIIIe siècle [5].
LES RÉFÉRENCES
1. SERENNA, Nathalia. História da Educação no Mundo e no Brasil. Disponible sur
le site Web <https://www.jusbrasil.com.br/artigos/historia-da-educacao-no-mundo-e-
no-brasil/605451719>.
2. FORMAÇÃO.FIKAKI. A Educação no Oriente Antigo. Disponible sur le site Web
<https://formacao.fikaki.com/educacao-no-oriente-antigo/#google_vignette>.
3. SOPEDAGOGIA. História da Educação – Período Oriental. Disponible sur le site
Web <https://www.pedagogia.com.br/historia/oriental.php>.
4. BLOG DO RAFAEL MORI. Educação no Extremo Oriente – Confúcio e Buda.
Disponible sur le site Web
<https://blogdorafaelmori.wordpress.com/2021/09/22/historia-da-educacao-3-
educacao-no-extremo-oriente-confucio-e-buda/>.
5. BITTAR, Marisa. A História da Educação. Da Antiguidade à Era
Contemporânea. São Carlos: EduFScar, 2009
6. ANDRADE, Ana Luiza Mello Santiago. Educação na Roma Antiga. Disponible sur
le site Web <https://www.infoescola.com/historia/educacao-na-roma-antiga/>.
* Fernando Alcoforado, 84, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA,
membre de l'Académie de l'Education de Bahia, de la SBPC - Société Brésilienne pour le Progrès des
Sciences et l'IPB - Institut Polytechnique de Bahia, ingénieur de l'École Polytechnique UFBA et docteur en
Planification du Territoire et Développement Régional de l'Université de Barcelone, professeur d'Université
(Ingénierie, Économie et Administration) et consultant dans les domaines de la planification stratégique,
de la planification d'entreprise, planification du territoire et urbanisme, systèmes énergétiques, a été
Conseiller du Vice-Président Ingénierie et Technologie chez LIGHT S.A. Entreprise de distribution
d'énergie électrique de Rio de Janeiro, coordinatrice de la planification stratégique du CEPED - Centre de
recherche et de développement de Bahia, sous-secrétaire à l'énergie de l'État de Bahia, secrétaire à
la planification de Salvador, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De
Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para
o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese
de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003),
Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século
XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008),
The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM
Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e
Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia
Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa
Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social
(Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica
no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais
que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV,
Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018),
Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019), A humanidade ameaçada e as
estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021), A escalada da ciência e da
tecnologia e sua contribuição ao progresso e à sobrevivência da humanidade (Editora CRV, Curitiba, 2022),
est l'auteur d'un chapitre du livre Flood Handbook (CRC Press, Boca Raton, Floride, États-Unis, 2022),
8
How to protect human beings from threats to their existence and avoid the extinction of humanity (Generis
Publishing, Europe, Republic of Moldova, Chișinău, 2023) et A revolução da educação necessária ao Brasil
na era contemporânea (Editora CRV, Curitiba, 2023).

Contenu connexe

Similaire à LA MONTÉE DE L'ÉDUCATION DANS LE MONDE DE LA PRÉHISTOIRE À L'ÈRE CONTEMPORAINE (Partie 1).pdf

L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
Faga1939
 
Programme 2ème trimestre 2011
Programme 2ème trimestre 2011Programme 2ème trimestre 2011
Programme 2ème trimestre 2011
UPIM
 
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUESLA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
willcas
 

Similaire à LA MONTÉE DE L'ÉDUCATION DANS LE MONDE DE LA PRÉHISTOIRE À L'ÈRE CONTEMPORAINE (Partie 1).pdf (20)

L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE...
 
Louaize pres abdo el kahi w
Louaize pres abdo el kahi wLouaize pres abdo el kahi w
Louaize pres abdo el kahi w
 
Louaize pres abdo el kahi
Louaize pres abdo el kahiLouaize pres abdo el kahi
Louaize pres abdo el kahi
 
Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud
 
Programme 2ème trimestre 2011
Programme 2ème trimestre 2011Programme 2ème trimestre 2011
Programme 2ème trimestre 2011
 
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
 
Ouverture de la session 
Ouverture de la session Ouverture de la session 
Ouverture de la session 
 
Culture et Civilisation PPT - Jabal -.pptx
Culture et Civilisation PPT - Jabal -.pptxCulture et Civilisation PPT - Jabal -.pptx
Culture et Civilisation PPT - Jabal -.pptx
 
Bases ThéOriques Pour Un Enseignement De La Langue 33
Bases ThéOriques Pour Un Enseignement De La Langue 33Bases ThéOriques Pour Un Enseignement De La Langue 33
Bases ThéOriques Pour Un Enseignement De La Langue 33
 
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
 
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
00. Introduction à _Paroles d'Evangile_.pdf
 
La théorie diffusionniste
La théorie diffusionnisteLa théorie diffusionniste
La théorie diffusionniste
 
Comment valoriser davantage le pluralisme des savoirs dans les sciences socia...
Comment valoriser davantage le pluralisme des savoirs dans les sciences socia...Comment valoriser davantage le pluralisme des savoirs dans les sciences socia...
Comment valoriser davantage le pluralisme des savoirs dans les sciences socia...
 
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUESLA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
LA COMPOSANTE CULTURELLE DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES
 
bases
basesbases
bases
 
00. Introduction à l'étude Paroles d'Evangiles [Lecture Confort].pdf
00. Introduction à l'étude Paroles d'Evangiles [Lecture Confort].pdf00. Introduction à l'étude Paroles d'Evangiles [Lecture Confort].pdf
00. Introduction à l'étude Paroles d'Evangiles [Lecture Confort].pdf
 
Culture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et conceptCulture: terme, notion et concept
Culture: terme, notion et concept
 
Ouverture de la session 2014 (Dominique santelli)
Ouverture de la session 2014 (Dominique santelli)Ouverture de la session 2014 (Dominique santelli)
Ouverture de la session 2014 (Dominique santelli)
 
Pour une Union Occidentale
Pour une Union OccidentalePour une Union Occidentale
Pour une Union Occidentale
 
AVANT_PROPOS_BUISSON.pdf
AVANT_PROPOS_BUISSON.pdfAVANT_PROPOS_BUISSON.pdf
AVANT_PROPOS_BUISSON.pdf
 

Plus de Faga1939

HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdfHOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
Faga1939
 
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdfCOMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
Faga1939
 
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
Faga1939
 
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
Faga1939
 
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
Faga1939
 
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
Faga1939
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
Faga1939
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
Faga1939
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
Faga1939
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
Faga1939
 
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
Faga1939
 
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdfAQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
Faga1939
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
Faga1939
 
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
Faga1939
 
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdfA NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
Faga1939
 

Plus de Faga1939 (20)

HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
 
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
 
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdfHOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
 
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdfCOMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
 
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
 
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
 
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
 
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 1)...
 
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET SES IMPACTS SUR LA SANTÉ DE LA POPULATION MOND...
 
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdfAQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
AQUECIMENTO GLOBAL E SEUS IMPACTOS SOBRE A SAÚDE DA POPULAÇÃO MUNDIAL.pdf
 
THIS IS THE FULL COVER OF OUR 21ST BOOK TO BE PUBLISHED BY EDITORA CRV DE CUR...
THIS IS THE FULL COVER OF OUR 21ST BOOK TO BE PUBLISHED BY EDITORA CRV DE CUR...THIS IS THE FULL COVER OF OUR 21ST BOOK TO BE PUBLISHED BY EDITORA CRV DE CUR...
THIS IS THE FULL COVER OF OUR 21ST BOOK TO BE PUBLISHED BY EDITORA CRV DE CUR...
 
ESTA É A CAPA COMPLETA DE NOSSO 21º LIVRO A SER PUBLICADO PELA EDITORA CRV D...
ESTA É A CAPA COMPLETA DE NOSSO  21º LIVRO A SER PUBLICADO PELA EDITORA CRV D...ESTA É A CAPA COMPLETA DE NOSSO  21º LIVRO A SER PUBLICADO PELA EDITORA CRV D...
ESTA É A CAPA COMPLETA DE NOSSO 21º LIVRO A SER PUBLICADO PELA EDITORA CRV D...
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
 
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
SUPERINTELIGÊNCIA ARTIFICIAL, SEUS BENEFÍCIOS E MALES E O QUE FAZER PARA EVIT...
 
THE NECESSARY RESTRUCTURING OF THE UN TO AVOID THE EXTINCTION OF HUMANITY (40...
THE NECESSARY RESTRUCTURING OF THE UN TO AVOID THE EXTINCTION OF HUMANITY (40...THE NECESSARY RESTRUCTURING OF THE UN TO AVOID THE EXTINCTION OF HUMANITY (40...
THE NECESSARY RESTRUCTURING OF THE UN TO AVOID THE EXTINCTION OF HUMANITY (40...
 
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdfA NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
A NECESSÁRIA REESTRURAÇÃO DA ONU PARA EVITAR A EXTINÇÃO DA HUMANIDADE.pdf
 

Dernier

Dernier (11)

GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTIONCALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 

LA MONTÉE DE L'ÉDUCATION DANS LE MONDE DE LA PRÉHISTOIRE À L'ÈRE CONTEMPORAINE (Partie 1).pdf

  • 1. 1 LA MONTÉE DE L'ÉDUCATION DANS LE MONDE DE LA PRÉHISTOIRE À L'ÈRE CONTEMPORAINE (Partie 1- L'évolution de l'éducation dans le monde de la Préhistoire au XVIIIe siècle) Fernando Alcoforado* Cet article est le premier de deux articles traitant de la montée de l’éducation dans le monde, de la Préhistoire à l’époque contemporaine. Cet article vise à présenter comment l'éducation a évolué dans le monde de la Préhistoire au XVIIIe siècle, tandis que le deuxième article vise à présenter comment l'éducation a évolué dans le monde du XVIIIe siècle au XXIe siècle. Deux périodes ont été considérées dans l'essor de l'éducation dans le monde (de la Préhistoire au XVIIIe siècle et du XVIIIe siècle à l'époque contemporaine), le XVIIIe siècle étant la frontière entre deux moments cruciaux dans le développement de l'éducation dans le monde. Le XVIIIe siècle a été un moment marquant dans l’histoire de l’humanité car c’est à cette époque que les Lumières ont émergé comme un mouvement intellectuel en opposition aux ténèbres du Moyen Âge dont les fondements reposaient sur les fondements de la raison et de l’empirisme. Le siècle des Lumières a été une révolution dans le domaine de la connaissance et un mouvement qui a abouti à une nouvelle manière de concevoir la relation entre l’homme et la nature. Les Lumières considéraient la raison comme le moyen d'assurer le progrès de l'humanité. Le XVIIIe siècle constitue également une étape historique car c’est à cette époque que s’est produite la révolution industrielle en Angleterre, qui a transformé la société mondiale en effet de levier le développement du capitalisme à travers la planète. C’est également à cette époque qu’ont eu lieu la Révolution américaine et la Révolution française, motivées par les idéaux des Lumières et la Révolution française a marqué le début de la fin de l’absolutisme en Europe. Comme cela ne pouvait manquer de se produire, tous ces événements ont contribué aux avancées révolutionnaires dans le domaine de l’éducation. Partie 1- L'évolution de l'éducation dans le monde de la Préhistoire au XVIIIe siècle 1. L'éducation à la préhistoire Dans les communautés primitives, à l'aube de l'humanité, il existait déjà des activités éducatives lorsque les enfants et les jeunes apprenaient des techniques de survie en groupe et des pratiques collectives comme la chasse, la pêche, la plantation, bref, leur culture. L'enfant a acquis sa première éducation sans que personne ne lui ordonne expressément. Dans les communautés primitives, l’enseignement était pour la vie. Pour utiliser l'arc, l'enfant chassait, pour apprendre à diriger un bateau, il naviguait. Les enfants s'instruisaient en participant aux fonctions communautaires. Il n'existait pas d'institution spécifique pour l'éducation qui se déroulait réellement à la « maison » et dans la vie en groupe ou en tribu, et qui était donc transmise des parents aux enfants, confirmée à travers les générations [1]. La préhistoire a commencé, selon certains historiens, il y a environ 3 millions d'années et s'est terminée vers 3 500 avant JC, lorsque la première forme d'écriture de l'humanité est apparue, l'écriture cunéiforme, développée par les Sumériens. Dans l’Antiquité, les Égyptiens, les Babyloniens, les Perses, les Indiens, les Chinois et bien d’autres peuples du Proche et de l’Extrême-Orient ont développé des formes d’éducation complexes et efficaces [2]. L'histoire de la pédagogie commence avec l'éducation dans l'Orient ancien. Dans les civilisations orientales, l’éducation était traditionnellement divisée en classes et organisée dans des écoles fermées et séparées pour la classe dirigeante. Durant cette période, une grande partie de la communauté était exclue de l’école et cantonnée à l’éducation familiale informelle. Les bases des méthodes éducatives en Egypte étaient la
  • 2. 2 mémorisation et la vergasta, qui signifie punition. À Babylone, dans ce qui est aujourd’hui l’Irak, l’enseignement supérieur était réservé à la classe riche des marchands, combinée à la classe des guerriers. Ses objectifs étaient essentiellement pratiques, comme en Egypte, mais, en revanche, l'aspect scientifique était plus développé, et peut-être aussi l'aspect littéraire. En Inde, la séparation entre les castes était très rigide et l’éducation clairement différenciée. Dans la Chine ancienne, seuls les riches pouvaient se permettre de dépenser de l'argent pour la préparation culturelle de leurs enfants, généralement dans des écoles privées, choisies sur la base de l'examen d'État [3]. 2. L'éducation dans l'Antiquité (du VIIIe siècle avant J.C. au Ve siècle après J.C.) En Extrême-Orient, il est important de mentionner l’influence du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme sur l’éducation [4]. Dans l'éducation confucéenne, la formation de la famille (la première éducation de l'individu) doit servir les intérêts de l'État. L'éducation confucéenne est donc conçue pour former un individu qui doit être utile à la communauté. Cet individu, le « homme sage », doit se former pour accéder à la fonction publique en participant à la bureaucratie de l’État. Il mobiliserait ses efforts pour l’équilibre et le maintien de la société. La doctrine du taoïsme représente une pensée totalement différente. Les adeptes de Lao-Tseu, le premier sage qui organisa des « leçons » taoïstes dans le célèbre texte Tao-Te-Ching, s'opposèrent au caractère trop endoctrinant des enseignements confucéens. Pour les adeptes de Lao-Tseu, Confucius représentait la perte de la spontanéité de l'individu, la réduction de ses actions conformément à la nature. Ainsi, à la place des prescriptions éthiques confucianistes, le taoïsme cherche à réfléchir sur les mouvements naturels, en utilisant des formes extrêmement poétiques, ambiguës et vagues [4]. Les idéaux bouddhistes ont trouvé un terrain fertile en Chine, puis ont pénétré en Corée et au Japon. Au Japon, leur pensée s'est syncrétisée avec les idéaux confucianistes et taoïstes, déjà importés de Chine, ainsi qu'avec le ritualisme shinto, apparemment originaire du Japon même. Cette synthèse a donné naissance à la écoles du bouddhisme zen. Il est possible d'identifier certaines caractéristiques pédagogiques de cette doctrine plus philosophique que strictement religieuse, comme l'accent mis sur la pratique, plutôt que sur la spéculation théorique, sur l'évolution intérieure (c'est-à-dire une forme d'éducation de l'intérieur vers l'extérieur, et non de l'extérieur vers l'intérieur) et dans le concept d’illumination ou d’éveil spirituel (satori), qui émerge de la « discipline spontanée ». À bien des égards, cette conception éducative reste préservée dans le système éducatif japonais [4]. Les habitants de Phénicie, qui occupaient autrefois la région du Liban, de la Palestine, de la Syrie et d’Israël actuels, ont simplifié la technique d’écriture jusqu’à parvenir finalement à un système purement alphabétique. L'éducation de la Perse antique n'avait qu'un aspect commun avec celle de la Phénicie : elle n'annulait pas complètement l'individualité, elle ne se livrait pas à une mémorisation mécanique, elle ne tendait pas à la simple perpétuation d'un ordre constitué, mais elle favorisait, à un certain dans quelle mesure, les formes d'activisme dynamique. L'éducation persane n'accordait que peu ou pas d'attention à l'enseignement littéraire et à l'apprentissage de l'écriture lui-même, sauf en ce qui concerne la classe sacerdotale [2]. Le peuple hébreu, également appelé Israélites ou Juifs, fait partie de l’une des civilisations les plus importantes de l’Antiquité : la civilisation hébraïque. À côté des synagogues naquirent des écoles élémentaires qui se répandirent à tel point qu'en 75 avant JC cet enseignement élémentaire fut rendu obligatoire à Jérusalem, et neuf ans plus tard, sur tout le territoire. La caractéristique de la civilisation et de l’éducation hébraïques réside donc dans l’esprit religieux qui lui donne
  • 3. 3 forme, refonde et façonne en unité les riches influences culturelles reçues des Babyloniens, des Égyptiens, des Perses et des Grecs. L'éducation hébraïque a eu le mérite d'avoir accordé de l'importance aux valeurs individuelles (présentes dans l'éducation phénicienne et persane), mais aussi d'avoir fait appel à une loi d'intériorité morale proposée par le judaïsme qui a pour seul point de référence un Dieu universel conçu comme infiniment bon et juste [2]. Depuis que les hommes ont commencé à vivre en société, il existe une éducation dont la pratique s'est d'abord produite dans le milieu familial et qui n'est pas la même chose que l'école, car c'est une invention de l'humanité [5]. Les premières nouvelles que nous avons de l'école nous montrent que seuls les enfants issus des classes sociales privilégiées avaient le droit d'y assister. Il en fut ainsi en Égypte, dont la suprématie en matière d'éducation fut reconnue par les Grecs, les éducateurs des Romains et par les manifestations chrétiennes ultérieures. Les cultures gréco-romaines et chrétiennes incorporaient des éléments du Proche-Orient, reconnaissant l'origine de la culture, de la sagesse et de l'instruction chez les Égyptiens. Certains aspects de l'éducation égyptienne, bien qu'ayant leurs propres caractéristiques, se retrouveront dans la Grèce antique, comme la prédominance de la séparation des processus éducatifs selon les classes sociales, mais moins rigides et avec une tendance vers la démocratie. Dans la société grecque basée sur l’esclavage, nous trouverons un modèle éducatif pour la classe dirigeante pour la former aux tâches du pouvoir. En revanche, pour les ouvriers, il n’y avait pas d’école, juste une formation professionnelle [5]. Dans la Grèce antique, l’écriture n’était pas utilisée comme moyen d’apprentissage [5]. À son apparition, l’écriture était réservée à d’autres fins, comme l’enregistrement d’événements importants et épiques, comme les guerres. Pour cette raison, parmi les souverains, il n’était pas courant de savoir lire et écrire. Pour répondre à ce besoin, il y avait des scribes. Les plus anciennes inscriptions de l'alphabet grec montrent que depuis le VIIIe siècle avant J.-C., l'écriture ne constitue plus un savoir spécialisé, réservé aux scribes, mais une technique de large usage, librement diffusée auprès du public. L'écriture devient l'élément fondamental de la paidea grecque. Après des milliers d’années, dans la Grèce antique, l’éducation a été révolutionnée [1]. Une grande partie de l'éducation occidentale est due à la paideia grecque, un complexe éducatif comprenant la gymnastique, la grammaire, la rhétorique, la musique, les mathématiques, l'histoire, la philosophie, entre autres matières destinées à former des citoyens capables de jouer un rôle actif dans la société. Le modèle éducatif grec visait à former des citoyens. L'éducation était réservée à des étudiants sélectionnés, à l'exclusion des femmes, des esclaves et des étrangers. Bien qu'il s'agisse d'une société esclavagiste, c'est dans la Grèce antique qu'est née l'idée d'une école publique, proposée à la fin du IVe siècle avant JC par le philosophe Aristote car il comprenait que ce n'est qu'avec une éducation égale pour tous les citoyens sous l'État et la responsabilité publique serait capable d'atteindre son objectif de promotion du bien commun. Aristote soutenait que l'éducation devait être publique et non privée [5]. Dans l’Antiquité, la méthode d’enseignement était basée sur la mémorisation et la répétition. L'enfant était traité comme un adulte sans méthode d'apprentissage spécifique et lorsqu'il ne répondait pas aux attentes du maître, les châtiments corporels appelés « sadisme pédagogique » étaient courants. Le modèle de l’école grecque finit par s’imposer dans l’Empire romain malgré les résistances. De la même manière qu’en Grèce, dans la Rome antique, dans l’Empire romain, il existait des préjugés contre l’éducation à finalité pratique. L'Empire romain a été le premier à promouvoir un système éducatif officiel, à partir d'un organisme centralisé sous la responsabilité de l'État. Cela ne signifie cependant
  • 4. 4 pas que l’accès à l’éducation a été accordé de manière égale à tous les enfants d’âge scolaire. Au contraire, le système éducatif romain était un système de privilèges dans lequel peu de personnes avaient accès à l’école. L'éducation variait, à la fois selon la classe sociale et le sexe. Les roturiers ont grandi sans éducation, sans apprendre à lire ni à écrire. En revanche, les enfants issus des couches les plus élevées de la société ont largement accès à l’école et aux formations complexes. Les filles d'hommes et de femmes riches fréquentaient également l'école, mais avaient droit à un savoir plus restreint. Dans leur programme scolaire, ils apprenaient des leçons de base en calcul, lecture et écriture et n'allaient à l'école que jusqu'à l'âge de douze ou treize ans, date à laquelle ils étaient libérés pour se marier. Les garçons pouvaient poursuivre leurs études plus tard et leurs connaissances étaient plus complexes. Ils étudiaient la grammaire, la littérature, la religion, l'histoire, la géographie, l'astronomie, les mathématiques, la rhétorique et les notions d'agriculture [6]. L’éducation dans l’Empire romain était également divisée en niveaux, commençant par l’enseignement primaire et atteignant l’enseignement supérieur. Les plus pauvres, une fois instruits, ne terminaient généralement que l’enseignement primaire, qui permettait aux jeunes d’écrire et de faire des calculs de base. Les jeunes riches ont un large accès à l’éducation [6]. Avec le déclin de l'Empire romain, le christianisme a commencé à se renforcer, qui est devenu la religion officielle de Rome en 391, à laquelle elle s'opposait auparavant, remplaçant les anciennes religions du monde gréco-romain. Cet événement a eu un impact sur toutes les formes de manifestation culturelle, y compris l'éducation, et le résultat a été le remplacement de la payea grecque par la vision chrétienne. Il s'agissait d'un long processus marqué par le dialogue entre la tradition grecque et la nouvelle religion qui incorporait des éléments de l'ancienne paidea, mais prêchait une vision d'éducation anti-intellectuelle puisque le programme commençait à être fondamentalement basé sur l'apprentissage de textes considérés comme sacrés pour les chrétiens. . À partir de cette période, l’éducation perdit son caractère politique hérité des Grecs, qui visait à former des citoyens, et commença à être enseignée par des prêtres de l’Église catholique, qui étaient les rares personnes alphabétisées dans une Europe largement analphabète. Toute connaissance relevait du contrôle de l’Église catholique, qui déterminait ce qui pouvait ou ne pouvait pas être lu. L'appauvrissement culturel à cette époque était généralisé et affectait également l'Empire romain d'Orient [5]. 3. L'éducation au Moyen Âge (du Ve au XVe siècle) La transition de l'Antiquité au Moyen Âge s'est produite avec la mise en place du système de production féodal remplaçant l'esclavage et avec la consolidation du christianisme comme nouvelle vision du monde remplaçant la vision gréco-romaine auparavant dominante. À partir du VIe siècle, l’Église catholique était la seule autorité politique à travers la papauté. Quant à la méthode pédagogique, l’éducation chrétienne médiévale a hérité de la coutume hébraïque la didactique ennuyeuse et obsessionnelle de la mémorisation et de la répétition chorale, de l’apprentissage par cœur [5]. Pour les transgressions et les lacunes dans l’étude, ou les erreurs commises dans le chant des prières, la correction ne s’effectuait pas seulement par des paroles, mais par des punitions. Au Moyen Âge, les monastères catholiques étaient chargés de l'enseignement, même s'ils étaient encore très sélectifs, avec des étudiants d'élite et des études extrêmement liées à la religion. Le monastère fut le premier espace d’organisation et de préservation des savoirs au Moyen Âge. La conception d'un lieu spécialement destiné à la systématisation de l'enseignement et du savoir est née de l'idée chrétienne d'évangélisation présente dans les monastères et les écoles chrétiennes de cette époque. Le mot Escolare a donné naissance non seulement à l'école, mais aussi au concept philosophique qui a guidé
  • 5. 5 l'enseignement tout au long du Moyen Âge, qui découle de cette systématisation des connaissances. Pour cette raison, il a reçu le nom de Scholastica [1]. Le Moyen Âge est considéré comme l’âge « sombre ». Malgré cela, c’est à cette époque que naît l’Université, en l’an 1000, en Europe. Les universités sont nées de la rencontre entre les deux partis intéressés par le savoir, un groupe d'étudiants et d'enseignants fonctionnant à l'intérieur des cathédrales. Les universités sont nées en Europe sous la puissance de l'Église catholique, qui accordait l'autorisation d'enseigner (licence d'enseignement) avec examen préalable des titres d'études. Les trois premiers domaines de connaissances constitués dans les facultés étaient les arts libéraux, la médecine et la jurisprudence. Ce dernier, qui contenait le droit romain ou civil, incluait le droit canonique à partir de 1140. Plus tard, la théologie fut ajoutée. C'était la base de l'enseignement médiéval [5]. Concernant l'enseignement supérieur, les documents historiques les plus anciens font état de son existence en Italie, à Bologne plus précisément, au milieu de 1088. Au XIIe siècle, l'Université de Paris est fondée en France. Les deux institutions, totalement étrangères à l'Église catholique et à l'État, étaient chargées de l'enseignement de la médecine, de l'astronomie, des mathématiques, du droit, et servaient de référence pour le développement de l'enseignement supérieur dans le monde entier [1]. À l'époque médiévale, une grande partie de la population ne possédait toujours pas les compétences éducatives de base telles que la lecture, l'écriture et le calcul mathématique, jusqu'à ce que le commerce commence à se développer et que ces compétences deviennent une nécessité pour les commerçants, obligeant la bourgeoisie à investir. dans une école, une institution dédiée à un enseignement pratique qui les aiderait à se développer encore plus financièrement, en gérant leur entreprise avec plus de sagesse. En d’autres termes, le développement de l’école en tant qu’institution éducative est étroitement lié à la bourgeoisie et au capitalisme [1]. Outre l'université, un autre type d'enseignement apparaît au Moyen Âge à partir des années 1000 : les corporations de métiers. Les sociétés artisanales sont liées à de nouveaux modes de production dans lesquels la relation entre science et opération manuelle est plus développée et la spécialisation plus avancée. Elle se distingue de la formation scolaire par le fait qu'elle se déroule sur le lieu de travail où les apprentis adolescents sont encadrés par des maîtres cordonniers, bijoutiers, boulangers, etc. à qui ils étaient sous leur tutelle. À partir du XIIIe siècle, on assiste à l'émergence de maîtres libres dans une société qui se diversifie avec l'émergence de commerçants et d'artisans dans les villes. Ces écoles étaient gratuites dans les grandes villes. A la fin du Moyen Âge, nous avons une diversité de maîtres (maîtres indépendants, maîtres associés dans des coopératives, maîtres capitalistes qui engageaient d'autres maîtres, maîtres payés par les communes, etc.). Cette variété reflète une école d'une société marchande qui commence à s'affranchir totalement de l'Église et de l'Empire, vend sa science, la renouvelle et révolutionne les méthodes pédagogiques [5]. À la même époque, un mouvement philosophique novateur émerge, l'Humanisme, qui se renforce au XVe siècle et dynamise la Renaissance, un mouvement culturel, économique et politique qui apparaît en Italie au XIVe siècle et s'étend jusqu'au XVIIe siècle, puis, la Réforme protestante. Tout cela a contribué à l’émergence des Lumières au XVIe siècle, un mouvement intellectuel, scientifique et philosophique. L'humanisme avait une aversion pour la culture médiévale et sa forme de transmission, l'école, sous l'égide de l'Église catholique. Dans sa critique de l'école médiévale, il y avait une pédagogie contraire aux châtiments corporels qui prévalaient à l'époque et pour éduquer les enfants en tenant compte de leur jeune âge et les éduquer selon leur propre nature. Au XVIe siècle, lors du passage de la féodalité à la consolidation du capitalisme, dans le contexte
  • 6. 6 du mouvement philosophique de l'humanisme et de la Renaissance, des mouvements réformistes ont émergé en opposition à l'Église catholique, qui ont commencé à former leurs propres églises, donnant lieu à des initiatives cela a commencé l'expansion quantitative de l'école. Deux propositions éducatives ont émergé : celle de la Réforme protestante et celle de la Contre-Réforme menée par l'Église catholique. Telles sont les principales conceptions de l’éducation en vigueur à partir du XVIe siècle et des siècles suivants [5]. La Réforme protestante a émergé avec le luthéranisme, qui fut le mouvement religieux qui a le plus influencé l'école au début du XVIe siècle. Luther, qui était moine dans l'Église catholique, rompit avec le catholicisme et créa sa propre église en Allemagne. L'expansion des écoles a commencé en Europe avec les réformes religieuses, notamment luthériennes, qui exigeaient la présence des garçons et des filles à l'école sans distinction de classe. La Réforme protestante a été très importante pour le développement du capitalisme, comme le démontre Max Weber dans son ouvrage L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme [7], mais elle a également été importante parce qu'elle a défendu sa conception d'une école publique pour la formation des citoyens. En 1549, l'empereur Charles Quint d'Allemagne anticipait les initiatives des souverains éclairés du XVIIIe siècle en prônant le maintien des écoles par l'État [5]. À son tour, la Contre-Réforme était une initiative de l'Église catholique visant à maintenir sans compromis les dogmes remis en question par les défenseurs de la Réforme protestante et sa prérogative en matière d'éducation. En réponse à la réforme luthérienne, l'Église catholique a créé des séminaires destinés à éduquer religieusement et à instruire les nouveaux prêtres dans les disciplines ecclésiastiques ainsi qu'un programme d'études pour les jeunes. Les Jésuites se distinguèrent dans la lutte contre le protestantisme. Les pays catholiques ont mis du temps à mettre en place l’école publique grâce à la puissance de l’Église catholique. Il y a des pays qui ont suivi l'orientation luthérienne et des pays catholiques qui ont suivi l'orientation jésuite [5]. Il est important de noter que les premiers enseignants au Brésil étaient des prêtres jésuites. Ils sont arrivés dans les années 1540 avec l’objectif vain d’apprendre aux Indiens adultes à lire et à les catéchiser, puis à modifier leur stratégie pour apprendre à lire et à écrire aux enfants autochtones. Il convient de noter qu'à cette époque, en opposition aux mouvements de plusieurs pays promouvant les écoles entretenues par l'État, l'Église catholique et les jésuites agissaient pour garder les écoles sous leur contrôle dans le but de former des chrétiens et non des citoyens comme le préconisaient la paideia grecque [5]. 4. L'éducation à l'époque moderne (du XVe au XVIIIe siècle) Aux XVIe et XVIIe siècles, l'éducation prend de l'ampleur, acquérant une nouvelle apparence avec des classes scolaires divisées par âge et la proposition de scolarisation des garçons et des filles, qui étaient des réalisations de cette époque. Au XVIe siècle, la fin de l'hégémonie de l'Église catholique dans le domaine de l'éducation a commencé, car elle n'était plus enseignée uniquement dans les monastères et les cathédrales. À cette époque, les églises créées par les réformes religieuses, en particulier la réforme luthérienne, jouaient un rôle fondamental dans l'éducation en mettant l'accent sur les familles qui envoyaient leurs enfants à l'école. Au XVIIe siècle, même si la tendance était à la prise en charge par l'État de l'enseignement, la religion y maintenait toujours son hégémonie. Dans les pays catholiques, l'État n'intervenait pas dans l'éducation, qui était assurée par des individus et, principalement, par des ordres religieux. Au XVIIe siècle, on assiste à un renouveau pédagogique proposé par Jan Comenius pour « tout apprendre à tout le monde » basé sur l'empirisme (observation directe des choses). Comenius
  • 7. 7 proposa une école de la vie qui, divisée en degrés, enseignerait tout à tout le monde. Comenius est le fondateur de la didactique et, en partie, de la pédagogie moderne. Il est l’un des plus grands noms de l’éducation et de la pédagogie occidentale. Il est le précurseur de la méthode objective, du matériel pédagogique le plus parfait possible et des expérimentations réalisées directement par l'enseignant. C'est au XVIIe siècle que s'amorce le renouveau pédagogique. La pédagogie des pays qui ont adhéré à la réforme s'est inspirée des nouvelles églises protestantes et, en revanche, la pédagogie des pays catholiques a été jésuite jusqu'au XVIIIe siècle [5]. LES RÉFÉRENCES 1. SERENNA, Nathalia. História da Educação no Mundo e no Brasil. Disponible sur le site Web <https://www.jusbrasil.com.br/artigos/historia-da-educacao-no-mundo-e- no-brasil/605451719>. 2. FORMAÇÃO.FIKAKI. A Educação no Oriente Antigo. Disponible sur le site Web <https://formacao.fikaki.com/educacao-no-oriente-antigo/#google_vignette>. 3. SOPEDAGOGIA. História da Educação – Período Oriental. Disponible sur le site Web <https://www.pedagogia.com.br/historia/oriental.php>. 4. BLOG DO RAFAEL MORI. Educação no Extremo Oriente – Confúcio e Buda. Disponible sur le site Web <https://blogdorafaelmori.wordpress.com/2021/09/22/historia-da-educacao-3- educacao-no-extremo-oriente-confucio-e-buda/>. 5. BITTAR, Marisa. A História da Educação. Da Antiguidade à Era Contemporânea. São Carlos: EduFScar, 2009 6. ANDRADE, Ana Luiza Mello Santiago. Educação na Roma Antiga. Disponible sur le site Web <https://www.infoescola.com/historia/educacao-na-roma-antiga/>. * Fernando Alcoforado, 84, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA, membre de l'Académie de l'Education de Bahia, de la SBPC - Société Brésilienne pour le Progrès des Sciences et l'IPB - Institut Polytechnique de Bahia, ingénieur de l'École Polytechnique UFBA et docteur en Planification du Territoire et Développement Régional de l'Université de Barcelone, professeur d'Université (Ingénierie, Économie et Administration) et consultant dans les domaines de la planification stratégique, de la planification d'entreprise, planification du territoire et urbanisme, systèmes énergétiques, a été Conseiller du Vice-Président Ingénierie et Technologie chez LIGHT S.A. Entreprise de distribution d'énergie électrique de Rio de Janeiro, coordinatrice de la planification stratégique du CEPED - Centre de recherche et de développement de Bahia, sous-secrétaire à l'énergie de l'État de Bahia, secrétaire à la planification de Salvador, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018), Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019), A humanidade ameaçada e as estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021), A escalada da ciência e da tecnologia e sua contribuição ao progresso e à sobrevivência da humanidade (Editora CRV, Curitiba, 2022), est l'auteur d'un chapitre du livre Flood Handbook (CRC Press, Boca Raton, Floride, États-Unis, 2022),
  • 8. 8 How to protect human beings from threats to their existence and avoid the extinction of humanity (Generis Publishing, Europe, Republic of Moldova, Chișinău, 2023) et A revolução da educação necessária ao Brasil na era contemporânea (Editora CRV, Curitiba, 2023).