SlideShare une entreprise Scribd logo
1
L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET
LES EXIGENCES DE SON DÉVELOPPEMENT FUTUR
Fernando Alcoforado*
Cet article vise à présenter l’évolution de l’éducation au Brésil à travers l’histoire et les
exigences de son développement futur. Pour atteindre cet objectif, les articles “As origens
da educação no Brasil da hegemonia católica às primeiras tentativas de organização do
ensino” (Les origines de l'éducation au Brésil depuis l'hégémonie catholique jusqu'aux
premières tentatives d'organisation de l'enseignement) [1] et “História da Educação
Brasileira: da colônia ao século XX” (Histoire de l'éducation brésilienne : de la colonie
au XXe siècle) {2] ont été analysés, comme ainsi que le livre “A revolução da educação
necessária ao Brasil na era contemporânea” (La révolution éducative nécessaire pour le
Brésil à l'époque contemporaine) [3].
L'analyse de l'article “As origens da educação no Brasil da hegemonia católica às
primeiras tentativas de organização do ensino” (Les origines de l'éducation au Brésil
depuis l'hégémonie catholique jusqu'aux premières tentatives d'organisation de
l'enseignement) de Marcos Marques de Oliveira nous a permis d'arriver aux conclusions
exposées dans les paragraphes suivants [1].
L'histoire de l'éducation au Brésil commence avec le projet de colonisation qui comptait
sur la contribution décisive de l'Église catholique à travers la Compagnie de Jésus, c'est-
à-dire les Jésuites. La proposition pédagogique des Jésuites a joué un rôle fondamental
en permettant au projet de colonisation portugaise de se dérouler de 1500 jusqu'à
l'indépendance du Brésil en 1822. L'enseignement était l'un des principaux instruments
de la domination coloniale du Portugal, dont la fonction était délimitée par le système
disciplinaire éducatif, basé sur un structure pédagogique rigide imposée par les Jésuites.
Les Jésuites ont été à l'avant-garde du projet éducatif dès le début de l'action du Portugal
au Brésil, qui a commencé au XVIe siècle.
Dans la période coloniale, il est possible de voir la différence entre le projet de
colonisation portugais et espagnol. Alors que l'Espagne ouvrait des universités dans ses
colonies, le Portugal a mis trois siècles pour ouvrir une université au Brésil, ce qui n'a eu
lieu qu'avec l'arrivée de la famille royale portugaise au Brésil en 1808. De 1500 jusqu'au
XIXe siècle, l'éducation brésilienne s'est concentrée exclusivement sur la formation des
les couches supérieures, dans le but de les préparer aux activités politico-bureaucratiques
et aux professions libérales, presque toujours en charge ou sous l'influence de l'initiative
religieuse privée.
Après l'indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal, pendant la période impériale du
Brésil, le pouvoir central dirigé de 1826 à 1889 par D. Pedro II était en charge de
l'enseignement supérieur dans tout le pays et les autres niveaux étaient en charge des
provinces, à l'exception de Colégio Pedro II, nommé en l'honneur de notre deuxième
souverain impérial, qui devrait servir de modèle aux écoles provinciales. Le manque de
ressources et le manque d’intérêt des élites régionales ont empêché l’organisation d’un
réseau scolaire efficace. En fin de compte, l'enseignement secondaire a été généralement
pris en charge par des initiatives privées, notamment par l'Église catholique.
L'enseignement primaire, une fois de plus, est abandonné. A la fin de l'Empire, le cadre
de l'enseignement général était assez précaire avec peu d'écoles primaires (avec 250 000
élèves pour un pays d'environ 14 millions d'habitants, dont 85 % d'illettrés).
2
La relation ombilicale entre l'Église catholique et la puissance coloniale portugaise s'est
maintenue au Brésil même après son indépendance en 1822 pendant la période impériale
et a pris fin avec la Proclamation de la République avec le divorce officiel entre l'Église
et l'État. Le catholicisme, qui détenait jusqu'alors le monopole dans le domaine éducatif,
a subi un coup dur avec la sécularisation qui s'est instaurée dans la société brésilienne à
travers le mouvement libéral et qui s'est concrétisée sur la scène nationale avec la
Proclamation de la République en 1889. Dans la transition entre la période impériale et
la République au Brésil, avec l'adhésion d'une partie de l'élite intellectuelle aux idéaux du
libéralisme bourgeois, l'éducation se voit confier la tâche héroïque de promouvoir la
construction de la société brésilienne sur de nouvelles bases.
La première Constitution de la République, de 1891, a institué le système de
gouvernement fédéral et, par conséquent, la décentralisation de l'éducation. L'Union se
réserve le droit de créer des établissements d'enseignement supérieur et secondaire dans
les États et de dispenser un enseignement secondaire dans le District fédéral. Les États
étaient chargés de fournir et de légiférer sur l'enseignement primaire, en plus de
l'enseignement professionnel, qui comprenait à l'époque des écoles secondaires normales
pour les femmes et des écoles techniques pour les hommes. Au niveau des politiques
publiques, il y a eu plusieurs tentatives de réforme éducative de la part du gouvernement
central républicain. Toutes ces réformes ont fini par perpétuer le modèle éducatif hérité
de la période coloniale. Seule l’exigence d’élargir l’offre d’enseignement d’élite
(enseignement secondaire et supérieur) aux classes moyennes émergentes a été satisfaite
par l’Union.
Entre-temps, au niveau international, émerge une nouvelle dimension de l’idéologie
libérale qui s’exprimera dans la pédagogie pragmatique de la New School, basée sur la
pensée du nord-américain John Dewey, qui a proposé un modèle d’école réformiste. La
pensée de l'École Nouvelle a été assimilée par plusieurs éducateurs brésiliens, dont le
grand éducateur Anísio Teixeira, se consolidant en une idéologie éducative qui
influencera le développement de l'enseignement au Brésil. Le premier document
exprimant cette idéologie est le Manifeste des pionniers de l’éducation nouvelle, de 1932,
qui cherchait à surmonter les tentatives partielles de réforme faites jusqu’alors et à établir
une direction unique, claire et définie pour le mouvement de rénovation de l’éducation
nationale. À cette fin, sur la base du droit individuel à l'éducation, il a déterminé que
l'État, représentant la communauté, assumait la responsabilité d'organiser l'éducation,
avec pour tâche de rendre l'école accessible, à tous ses niveaux, aux citoyens maintenus
dans des conditions d'infériorité économique. Les auteurs du Manifeste des pionniers de
l’éducation nouvelle avaient pour idéal un système éducatif dans lequel l’éducation
populaire de masse et la formation spécialisée apparaîtraient comme complémentaires.
Ainsi, à l’exception de l’Église catholique qui s’opposait à l’éducation laïque et au
monopole d’État prôné par le Manifeste des pionniers de l’éducation nouvelle, la dictature
de l’Estado Novo qui débuta en 1937 incorpora les idées et la rhétorique de l’École
nouvelle. Dans le domaine éducatif, l'arrivée au pouvoir de Getúlio Vargas a représenté,
aux yeux de l'Église, le renforcement des idéaux de l'Escola Nova, qui, avec la défense
de l'éducation laïque et de l'école publique, mettait en danger l'hégémonie de l'Église
catholique dans le domaine de l'éducation au Brésil. Mais l’Église catholique allait bientôt
trouver sa place. Après 40 ans, l’enseignement religieux était à nouveau autorisé dans les
écoles publiques, prouvant ainsi que l’État laïc brésilien était un sophisme. Dans les
années 1930 et 1940, les objectifs proposés par les pionniers de l’École Nouvelle n’ont
pas été pleinement atteints car la structure traditionnelle dualiste, élitiste et académique
de l’éducation brésilienne était préservée.
3
Le besoin croissant de main-d'œuvre rapide et bon marché imposé par le processus
d'industrialisation au Brésil déclenché par le gouvernement de Getúlio Vargas avait
imposé de nouvelles exigences en matière de qualifications professionnelles techniques.
La solution trouvée par la bourgeoisie industrielle naissante a été la création d'un système
d'établissements d'enseignement technique indépendants du ministère de l'Éducation,
dont l'objectif exclusif était de répondre aux intérêts des syndicats patronaux pour
travailleurs minimalement qualifiés, comme ce fut le cas avec la création du SENAI
(1942) et SENAC (1946). Les élites économiques et politiques qui ont dirigé la transition
de la société agricole à la société urbaine-industrielle depuis 1930 au Brésil n'ont pas
réussi à créer une école publique, laïque et unique pour tous, conçue à travers un projet
pédagogique associant enseignement général et formation technologique centré sur le
monde du travail.
L'analyse de l'article « Histoire de l'éducation brésilienne : de la colonie au XXe siècle »
d'Amarilio Ferreira Jr. nous a permis d'arriver aux conclusions exposées dans les
prochaines paragraphes [2].
En 1948, le ministre de l'Éducation, Clemente Mariani, envoya au Congrès national un
projet de loi à caractère laïc-libéral. L'Église catholique et les secteurs conservateurs de
la société ont réagi contre le projet Mariani et ont commencé à faire pression pour que le
projet ne soit pas approuvé par la Chambre des députés. Les défenseurs des écoles
publiques et laïques commencent alors à se mobiliser au niveau national et lancent la «
Campagne de défense des écoles publiques », qui culmine, en 1958, avec la publication
du Manifeste des éducateurs. Le « Manifeste de 1959 », comme on l’a appelé, défendait
avec véhémence l’école d’État, publique et laïque comme seul établissement
d’enseignement capable de vaincre les maux de l’éducation nationale et de contribuer à
produire « le progrès scientifique et technique nécessaire au développement économique
» de la société brésilienne.
La première LDB (Lei de Diretrizes e Bases da Educação Brasileira) de l’histoire de
l’éducation brésilienne a été approuvée, après 13 ans et de nombreuses controverses
idéologiques, en décembre 1961 et est entrée en vigueur l’année suivante. Outre
l'institutionnalisation du Conseil fédéral de l'éducation, la fin de la discrimination entre
l'enseignement propédeutique, qui cherche à fonder certains savoirs, de manière plus
généraliste, et l'enseignement professionnel et l'élaboration périodique du Plan national
d'éducation, a gardé intacte la structure des différents degrés et branches de l'éducation
nationale existante. La LDB/61 était cependant bien en deçà des exigences éducatives
générées par les contradictions modernisatrices de la logique capitaliste imposée à la
société brésilienne à partir de 1930, car elle maintenait, pour l'essentiel, la structure
pédagogique héritée des « lois organiques » approuvées pendant l'Estado Novo qui ne
rompt pas le binôme de l'élitisme et de l'exclusion qui s'est manifesté dans l'éducation
brésilienne depuis la période coloniale.
La LDB de 1961 a permis la cohabitation entre écoles publiques et privées. Le système
national d’enseignement dual (public et privé) a engendré une nouvelle phase du binôme
fondé sur l’élitisme et l’exclusion scolaire. Dès lors, la scolarisation des enfants des élites
commença, grosso modo, par une éducation de base dans des écoles privées offrant une
excellente qualité d'enseignement, dont les frais mensuels étaient (et sont encore
aujourd'hui) très élevés par rapport aux normes de la grande majorité de la population
brésilienne et le public scolaire était destiné aux enfants des masses populaires. Les
premiers ont accès aux meilleures universités publiques. Ces derniers terminent à peine
la scolarité obligatoire (actuellement 9 ans) et sont contraints d'entrer dans le monde du
4
travail avec ou sans formation technique professionnelle. En d’autres termes, les bons
vieux cursus de l’enseignement supérieur public en droit, médecine et ingénierie
continuent d’être réservés aux enfants des élites économiques et politiques qui ont
gouverné le Brésil pendant des siècles.
Cette situation éducative en vigueur au Brésil dans la seconde moitié du XXe siècle a
suscité une critique acerbe de la part de Paulo Freire. En 1961, le grand éducateur brésilien
déclarait que la société brésilienne n'avait pas encore résolu les deux dimensions
fondamentales de tout système éducatif national, à savoir l'expansion quantitative de
l'école publique obligatoire pour tous les enfants d'âge scolaire et la qualité des
connaissances scolaires offertes aux enfants. Pire encore, selon Paulo Freire, dans le cadre
des quelques écoles existantes prévalait une conception de l'enseignement-apprentissage
basée sur des contenus pédagogiques complètement dissociés de la réalité socio-
économique concrète vécue par la société brésilienne de l'époque. Paulo Freire a
développé sa « pédagogie des opprimés ». Pour lui, le passage d'une « société fermée »
(agraire) à une « société ouverte » (urbaine-industrielle) exigeait nécessairement
l'éradication de l'analphabétisme, car la condition d'existence des analphabètes impliquait
la manifestation d'une conscience naïve par rapport à au monde environnant et reproduit
donc le vieux « statu quo » social agraire.
Pour Paulo Freire, il fallait donc libérer l’homme qui vivait enfermé dans la « société
fermée » grâce à l’accès aux connaissances historiquement accumulées par l’humanité.
La conscience critique transitive, atteinte par la connaissance, permettrait de rendre viable
la « société ouverte », c’est-à-dire une société démocratique. Ainsi, conscience critique
et société démocratique constitueraient les deux conditions fondamentales pour que
l’homme soit un sujet actif de sa propre histoire. En résumé : la combinaison de la liberté,
rendue possible par la « société ouverte », avec une action historique consciente
humaniserait l’homme lui-même. Mais le passage de la conscience naïve à la conscience
critique, selon Paulo Freire, ne se ferait pas naturellement, mais plutôt à travers les travaux
menés dans le domaine de l'éducation. En ce sens, on comprend le caractère politique de
sa méthode d’alphabétisation, comme on peut le lire dans l’ouvrage « L’éducation comme
pratique de liberté ».
La méthode d'alphabétisation créée par Paulo Freire était basée sur ce que l'on appelle les
« cercles de culture populaire ». Ces cercles réunissaient, par exemple, des adultes d'une
communauté rurale spécifique et menaient un large débat sur leurs conditions de vie et de
travail et sur les éléments culturels qui se manifestaient dans la vie quotidienne de cette
population. Ainsi, à partir des histoires racontées par les habitants de la communauté,
l'éducateur a recueilli au fil des discussions les mots les plus significatifs et représentatifs
de la culture locale, et c'est ce vocabulaire populaire qui a servi de référence pour
l'acquisition du langage écrit par les élèves d'alphabétisation. Ainsi, les « mots générateurs
», couramment utilisés dans la langue utilisée dans la vie quotidienne des gens, étaient
chargés d'expériences culturelles vécues par les sujets du processus d'apprentissage de la
langue parlée.
La méthode d'alphabétisation de Paulo Freire a effrayé les segments réactionnaires de la
société brésilienne. Contrairement à la conception dominante de la société défendue par
les élites qui prônaient la « domestication » du peuple par l’éducation, la « pédagogie des
opprimés » proposée par Paulo Freire défendait l’éducation du peuple comme véritable
pratique de la liberté. On peut dire que la méthode d'alphabétisation de Paulo Freire,
véritablement née des conditions historiques brésiliennes, avortée par le coup d'État de
1964, peut être classée comme l'initiative éducative la plus radicale du XXe siècle. Même
5
si Paulo Freire est reconnu dans le monde entier comme un grand défenseur de
l'éducation, il est l'éducateur le plus combattu par les élites réactionnaires du Brésil.
Le coup d'État de 1964 représente le changement institutionnel le plus grave de l'histoire
du Brésil survenu dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle change radicalement le
cours du processus politique de redémocratisation que connaît le Brésil depuis 1945. La
dictature militaire, avec les deux réformes (1968 et 1971), subordonne la politique
éducative à la logique économique de modernisation accélérée de la société brésilienne,
imposant le discours selon lequel le seul rôle que devait jouer l’éducation était de
maximiser la productivité du produit intérieur brut (PIB), indépendamment de la
répartition du revenu national. Ainsi, dans la même mesure où les putschistes de 1964
supprimaient les libertés politiques, les technocrates du gouvernement propageaient
l’idéologie techniciste comme un système d’idées dogmatiquement organisé qui servait à
légitimer l’unité organique entre l’économie et l’éducation.
La politique éducative du régime militaire, basée sur l'idéologie techniciste, a également
abouti à des échecs, car l'éducation conçue comme un mécanisme de changement dans la
formation du travail et intégrée dans le système productif, maintenait en réalité des taux
élevés d'analphabétisme et des professionnels marginalisés, sans emploi. L'université
publique brésilienne, quant à elle, souffrait de quatre problèmes majeurs : a) un retard
dans les programmes et dans les qualifications du personnel enseignant, qui étaient
déterminées par le rôle du professeur (poste occupé par le professeur titulaire) ; b) la
précarité des infrastructures des laboratoires de recherche et d'enseignement ; c) existence
d'une structure académique qui confère au système universitaire un caractère autoritaire ;
d) l'élitisme, tel qu'il était destiné à quelques-uns.
Les résultats des élections directes des gouverneurs des États en 1982 ont donné naissance
à des projets éducatifs alternatifs à l'enseignement technique imposé par la dictature
militaire, comme ce qui s'est passé à Rio de Janeiro sous le gouvernement de Leonel
Brizola, qui a mis en œuvre les soi-disant CIEP ( Centres intégrés d'éducation publique)
qui étaient des écoles à temps plein. Là, les étudiants restaient de 8 heures à 17 heures,
dont sept heures étaient consacrées aux cours et les autres étaient réparties entre les repas,
le sport, les études guidées et les soins médicaux. Certains points de cette liste d'initiatives
visant à démocratiser l'école publique brésilienne ont été critiqués par les secteurs
conservateurs, notamment la presse réactionnaire, ce qui a entraîné un revers avec la fin
des soi-disant CIEP.
Les projets éducatifs mis en œuvre par les oppositions dans la première moitié des années
1980, alors que la dictature militaire touchait à sa fin, résultaient essentiellement de la
combinaison de deux courants pédagogiques. Le courant hégémonique a été influencé
notamment par les pensées de Paulo Freire et de Jean Piaget, et le résultat a été une
pédagogie combinant le « constructivisme génétique » avec une éducation centrée sur
l’activisme étudiant. Bref : c’était une sorte de « nouvelle école » pédagogiquement
revigorée. L'autre était représenté par les différents concepts éducatifs dérivés du
marxisme, principalement ceux formulés par le penseur italien Antonio Gramsci, qui a
formulé un modèle pédagogique valorisant l'activité humaine qui interprète et transforme
la réalité. Mais ces expériences éducatives adoptées de manière autonome et
conformément aux corrélations de forces qui s’établissaient entre les tendances
pédagogiques existantes étaient destinées à être de courte durée, comme cela s’est
effectivement produit.
6
Avec la fin de la dictature militaire au Brésil, la dernière décennie du XXe siècle a été
marquée par l'adoption du modèle économique néolibéral par les gouvernements de
Fernando Collor de Mello (1990-1992), Itamar Franco (1992-1994) et Fernando Henrique
Cardoso (1995-2002) dont les lignes directrices ont été établies par le Consensus de
Washington. Cela signifiait la réforme de l'État brésilien, la privatisation des entreprises
publiques et l'ajustement fiscal qui ont porté préjudice aux politiques publiques, en
particulier en matière d'éducation, car ils ont permis la croissance du secteur privé,
principalement dans le contexte de l'enseignement supérieur, alors que le secteur public
l’enseignement scolaire est resté encore plus inefficace, une situation qui perdure
aujourd’hui.
Liés à la thèse de la mondialisation, les « paquets éducatifs », émanant du centre vers la
périphérie du système capitaliste, ont enlevé au Brésil l’autonomie dont disposait le Brésil
pour structurer ses propres politiques éducatives. Le Brésil est arrivé à la fin du XXe
siècle sans résoudre le problème majeur de l'école publique : la qualité de l'enseignement
qu'elle offre aux classes populaires. En 2000, par exemple, plus de 30 millions d’élèves
fréquentaient l’enseignement primaire public. Sur ce contingent d'enfants inscrits dans
l'enseignement public obligatoire pendant huit ans, trois millions étaient échoué et 27
millions ont été soumis à un processus éducatif dégradant du point de vue du capital
culturel classique historiquement accumulé par l'humanité, comme les résultats scolaires
dans des matières telles que comme le portugais et les mathématiques l’indiquent ce que
certains chercheurs appellent une « formation intellectuelle indigent », couronnant un
siècle de réformes infructueuses et de politiques éducatives inefficaces. Ainsi,
l’enseignement public brésilien a généré une situation de ségrégation culturelle et civile
pour la majorité absolue des enfants brésiliens âgés de 7 à 14 ans. Mais désormais,
l'exclusion des classes populaires n'est plus due à l'absence d'école, puisque la question
de l'accès est résolue ; cela se manifeste par le fait de rester à l'école elle-même, c'est-à-
dire que l'école publique ne garantit pas l'apprentissage effectif des connaissances
essentielles requises par la société brésilienne.
De ce qui précède, on peut conclure que le Brésil est arrivé à la fin du XXe siècle, après
la fin de la dictature militaire (1985) et la promulgation de la Constitution de 1988, sans
avoir réussi à résoudre la question des écoles publiques pour tous et avec bonne qualité
d'enseignement. L'école publique brésilienne est arrivée à la fin du XXe siècle sans
pouvoir remplir le rôle éducatif que les sociétés républicaines développées lui ont confié
à partir du XIXe siècle, c'est-à-dire constituer une institution éducative dont la fonction
principale est de générer et de transmettre les connaissances fondamentales. qui
permettent aux citoyens de faire face aux défis culturels, scientifiques et technologiques
créés par le monde contemporain. Il reste donc une tâche majeure à accomplir pour la
société brésilienne contemporaine : la consolidation effective d’écoles publiques, laïques
et de qualité pour tous.
L'analyse du livre « La révolution éducative nécessaire au Brésil à l'époque
contemporaine » écrit par Fernando Alcoforado nous a permis de voir quelles sont les
exigences pour l'éducation au Brésil dans le futur, qui sont résumées dans les paragraphes
suivants [3].
À l'époque contemporaine, il est urgent de promouvoir une révolution dans le système
éducatif brésilien, devenue nécessaire parce que l'éducation brésilienne présente de
grandes faiblesses dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le plan national
d'éducation du gouvernement de Dilma Rousseff est devenu une simple lettre d'intention.
avec 90% des objectifs non atteints et la réforme de l'enseignement secondaire du
7
gouvernement Michel Temer présente de nombreux revers. On peut dire que la mauvaise
performance du système éducatif brésilien résulte, entre autres facteurs, principalement
d'un investissement insuffisant dans l'éducation brésilienne par rapport aux
investissements dans l'éducation des meilleurs systèmes éducatifs du monde. Les
dépenses d'éducation par étudiant au Brésil (3 000 $ US/étudiant) sont ridiculement
faibles par rapport à des pays comme les États-Unis, la Suisse, le Danemark, la Suède,
entre autres, qui investissent massivement dans l'éducation jusqu'à environ 15 000 $
US/étudiant. Si le Brésil voulait égaler les pays développés en termes de dépenses par
étudiant, il devrait plus que quintupler ses dépenses par étudiant dans le secteur éducatif.
Le Brésil investit 0,76% de son PIB dans l'éducation tandis que la Finlande, dont le
système éducatif est reconnu mondialement pour être le plus efficace et le plus qualifié
du préscolaire à l'enseignement supérieur, investit environ 7,1% de son PIB dans un
système éducatif de très haute qualité. Le Brésil devrait pratiquement multiplier par 9 ses
dépenses d’éducation pour rivaliser avec la Finlande.
Les dépenses d'éducation au Brésil sont en baisse depuis 2014, le budget du ministère de
l'Éducation pour l'éducation de base a diminué de 2012 à 2020. Le gouvernement fédéral
est une entité fédérée qui participe peu aux investissements dans l'éducation au Brésil.
Selon l'INEP (Institut national d'éducation et de recherche), en 2012, pour chaque 1 R$
investi dans l'éducation, les municipalités ont investi R$ 0,42, les États ont dépensé R$
0,40 et l'Union n'a investi que R$ 0,18. Il est nécessaire d'accroître la participation du
gouvernement fédéral aux investissements dans l'éducation à tous les niveaux. Pour que
le gouvernement brésilien puisse investir dans l’éducation, il doit réduire le fardeau du
paiement des intérêts et de l’amortissement de la dette publique, qui a engagé 50,8 % du
budget de l’Union 2021, alors que seulement 2,49 % ont été alloués à l’éducation. Pour
réduire la charge du gouvernement fédéral en matière de paiement des intérêts et
d'amortissement de la dette publique, il est nécessaire de réduire la dette publique, qui a
atteint 79,8 % du PIB en 2019.
Pour réduire la dette publique, le gouvernement fédéral doit réduire le déficit public en
favorisant : 1) la réduction des dépenses superflues et des organismes publics inutiles ; 2)
augmenter la collecte des impôts en taxant les super-riches ; 3) promouvoir la croissance
du PIB, le gouvernement fédéral jouant un rôle proactif en investissant, notamment dans
les infrastructures, y compris l'éducation ; 4) encourager les exportations ; et 5) la
renégociation avec ses créanciers de la dette publique avec l'extension du paiement des
intérêts afin que l'État brésilien dispose de ressources pour investir dans divers secteurs,
y compris l'éducation.
Une fois que le problème de l'insuffisance des ressources du gouvernement fédéral aura
été résolu en abordant et en résolvant le problème de la dette publique, la révolution de
l'éducation au Brésil pourra être déclenchée avec la planification d'un système éducatif
visant à surmonter les problèmes actuels et à répondre aux besoins de l'avenir visant à
augmenter le nombre d’unités éducatives de qualité et à disposer de bons gestionnaires,
enseignants et infrastructures. Pour que cela se produise, il est nécessaire d'augmenter la
participation du secteur public dans l'enseignement supérieur du pays et de restreindre la
participation du secteur privé car il présente une éducation de faible qualité, des taux
d'abandon élevés et ratio élèves/enseignant élevé, entre autres problèmes. Pour surmonter
les faiblesses existantes de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur au Brésil, il
est nécessaire d'augmenter les investissements publics dans l'éducation pour provoquer
une révolution dans l'éducation brésilienne qui comprend l'adoption de politiques
similaires à celles adoptées par les pays qui ont les meilleurs systèmes éducatifs dans le
8
monde comme la Finlande, la France, la Chine, les États-Unis, Cuba, la Corée du Sud et
le Japon.
LES RÉFÉRENCES
1. OLIVEIRA, Marcos Marques. As origens da educação no Brasil da hegemonia
católica às primeiras tentativas de organização do ensino. Disponible sur le site Web
<https://www.scielo.br/j/ensaio/a/Ms7rqgdwYhBLP7q5ZTYjLhb/>.
2. FERREIRA JR, Amarilio . História da Educação Brasileira: da colônia ao século
XX. Disponible sur le site Web
<https://edisciplinas.usp.br/pluginfile.php/5618173/mod_resource/content/1/Ferreira
%20Jr.%2C%20AmarilioHist%C3%B3ria%20da%20Educa%C3%A7%C3%A3o%
20Brasileira_%20UAB-UFSCAR.pdf>.
3. ALCOFORADO, Fernando. A revolução da educação necessária ao Brasil na era
contemporânea. Curitiba: Editora CRV, 2023.
* Fernando Alcoforado, 84, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA,
membre de l'Académie de l'Education de Bahia, de la SBPC - Société Brésilienne pour le Progrès des
Sciences et l'IPB - Institut Polytechnique de Bahia, ingénieur de l'École Polytechnique UFBA et docteur en
Planification du Territoire et Développement Régional de l'Université de Barcelone, professeur d'Université
(Ingénierie, Économie et Administration) et consultant dans les domaines de la planification stratégique,
de la planification d'entreprise, planification du territoire et urbanisme, systèmes énergétiques, a été
Conseiller du Vice-Président Ingénierie et Technologie chez LIGHT S.A. Entreprise de distribution
d'énergie électrique de Rio de Janeiro, coordinatrice de la planification stratégique du CEPED - Centre de
recherche et de développement de Bahia, sous-secrétaire à l'énergie de l'État de Bahia, secrétaire à
la planification de Salvador, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De
Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para
o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese
de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003),
Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século
XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008),
The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM
Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e
Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia
Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa
Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social
(Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica
no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais
que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV,
Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018),
Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019), A humanidade ameaçada e as
estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021), A escalada da ciência e da
tecnologia e sua contribuição ao progresso e à sobrevivência da humanidade (Editora CRV, Curitiba, 2022),
est l'auteur d'un chapitre du livre Flood Handbook (CRC Press, Boca Raton, Floride, États-Unis, 2022),
How to protect human beings from threats to their existence and avoid the extinction of humanity (Generis
Publishing, Europe, Republic of Moldova, Chișinău, 2023) et A revolução da educação necessária ao Brasil
na era contemporânea (Editora CRV, Curitiba, 2023).

Contenu connexe

Plus de Faga1939

L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
Faga1939
 
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdfJUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
Faga1939
 
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdfATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
Faga1939
 
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
Faga1939
 
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
Faga1939
 
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdfLA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
Faga1939
 
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdfTHE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
Faga1939
 
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdfA LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
Faga1939
 
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
Faga1939
 
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
Faga1939
 
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
Faga1939
 
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
Faga1939
 
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdfHOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
Faga1939
 
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdfCOMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
Faga1939
 
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
Faga1939
 
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
Faga1939
 
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
Faga1939
 
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
Faga1939
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
Faga1939
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
Faga1939
 

Plus de Faga1939 (20)

L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
L’EFFONDREMENT DE LA MONDIALISATION CONTEMPORAINE ET L’AVENIR DE L’ÉCONOMIE M...
 
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdfJUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
JUSQU’À QUAND LE MASSACRE DU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN À GAZA CONTINUERA-T-IL.pdf
 
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdfATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
ATÉ QUANDO VAI CONTINUAR O MASSACRE DO GOVERNO ISRAEELENSE EM GAZA.pdf
 
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
ENERGY PRODUCTION AND CONSUMPTION FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA AND...
 
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
PRODUÇÃO E CONSUMO DE ENERGIA DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA E SUA EVOLU...
 
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdfLA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
LA LOI DE L'ENTROPIE ET LA CONQUÊTE DE L'IMMORTALITÉ DE L'ÊTRE HUMAIN.pdf
 
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdfTHE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
THE LAW OF ENTROPY AND THE ACHIEVEMENT OF HUMAN BEING IMMORTALITY.pdf
 
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdfA LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
A LEI DA ENTROPIA E A CONQUISTA DA IMORTALIDADE DO SER HUMANO.pdf
 
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
PEACE BETWEEN ISRAEL AND PALESTINE REQUIRES EXTREMISTS OUT OF POWER AND RESTR...
 
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
PAZ ENTRE ISRAEL E PALESTINA EXIGE EXTREMISTAS FORA DO PODER E REESTRUTURAÇÃO...
 
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
HOW TO OVERCOME DEPRESSION AND ANXIETY IN THE LIVES OF PEOPLE IN THE WORLD WE...
 
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
COMO SUPERAR A DEPRESSÃO E A ANSIEDADE NA VIDA DAS PESSOAS NO MUNDO EM QUE VI...
 
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdfHOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
HOW TO PLAN CITIES TO COPE WITH EXTREME WEATHER EVENTS.pdf
 
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdfCOMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
COMO PLANEJAR AS CIDADES PARA ENFRENTAR EVENTOS CLIMÁTICOS EXTREMOS.pdf
 
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
LES OBSTACLES QUI ENTRAVENT LE DÉVELOPPEMENT DU BRÉSIL À L'ÈRE CONTEMPORAINE ...
 
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
THE OBSTACLES THAT IMPEDE THE DEVELOPMENT OF BRAZIL IN THE CONTEMPORARY ERA A...
 
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
THE EVOLUTION OF EDUCATION IN BRAZIL THROUGHOUT HISTORY AND THE REQUIREMENTS ...
 
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
A EVOLUÇÃO DA EDUCAÇÃO NO BRASIL AO LONGO DA HISTÓRIA E OS REQUISITOS PARA SE...
 
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
THE CLIMB OF EDUCATION IN THE WORLD FROM PREHISTORY TO THE CONTEMPORARY ERA (...
 
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
A ESCALADA DA EDUCAÇÃO NO MUNDO DA PRÉ-HISTÓRIA À ERA CONTEMPORÂNEA (Parte 2)...
 

Dernier

Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
Friends of African Village Libraries
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
M2i Formation
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
BenotGeorges3
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
Txaruka
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Billy DEYLORD
 

Dernier (8)

Iris van Herpen. pptx
Iris            van        Herpen.     pptxIris            van        Herpen.     pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van        Herpen.      pptxIris         van        Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024Burkina Faso library newsletter May 2024
Burkina Faso library newsletter May 2024
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
Formation M2i - Onboarding réussi - les clés pour intégrer efficacement vos n...
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 12-06-24
 
Iris van Herpen. pptx
Iris         van         Herpen.      pptxIris         van         Herpen.      pptx
Iris van Herpen. pptx
 
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
Cycle de Formation Théâtrale 2024 / 2025
 

L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE SON DÉVELOPPEMENT FUTUR.pdf

  • 1. 1 L'ÉVOLUTION DE L'ÉDUCATION AU BRÉSIL À TRAVERS L'HISTOIRE ET LES EXIGENCES DE SON DÉVELOPPEMENT FUTUR Fernando Alcoforado* Cet article vise à présenter l’évolution de l’éducation au Brésil à travers l’histoire et les exigences de son développement futur. Pour atteindre cet objectif, les articles “As origens da educação no Brasil da hegemonia católica às primeiras tentativas de organização do ensino” (Les origines de l'éducation au Brésil depuis l'hégémonie catholique jusqu'aux premières tentatives d'organisation de l'enseignement) [1] et “História da Educação Brasileira: da colônia ao século XX” (Histoire de l'éducation brésilienne : de la colonie au XXe siècle) {2] ont été analysés, comme ainsi que le livre “A revolução da educação necessária ao Brasil na era contemporânea” (La révolution éducative nécessaire pour le Brésil à l'époque contemporaine) [3]. L'analyse de l'article “As origens da educação no Brasil da hegemonia católica às primeiras tentativas de organização do ensino” (Les origines de l'éducation au Brésil depuis l'hégémonie catholique jusqu'aux premières tentatives d'organisation de l'enseignement) de Marcos Marques de Oliveira nous a permis d'arriver aux conclusions exposées dans les paragraphes suivants [1]. L'histoire de l'éducation au Brésil commence avec le projet de colonisation qui comptait sur la contribution décisive de l'Église catholique à travers la Compagnie de Jésus, c'est- à-dire les Jésuites. La proposition pédagogique des Jésuites a joué un rôle fondamental en permettant au projet de colonisation portugaise de se dérouler de 1500 jusqu'à l'indépendance du Brésil en 1822. L'enseignement était l'un des principaux instruments de la domination coloniale du Portugal, dont la fonction était délimitée par le système disciplinaire éducatif, basé sur un structure pédagogique rigide imposée par les Jésuites. Les Jésuites ont été à l'avant-garde du projet éducatif dès le début de l'action du Portugal au Brésil, qui a commencé au XVIe siècle. Dans la période coloniale, il est possible de voir la différence entre le projet de colonisation portugais et espagnol. Alors que l'Espagne ouvrait des universités dans ses colonies, le Portugal a mis trois siècles pour ouvrir une université au Brésil, ce qui n'a eu lieu qu'avec l'arrivée de la famille royale portugaise au Brésil en 1808. De 1500 jusqu'au XIXe siècle, l'éducation brésilienne s'est concentrée exclusivement sur la formation des les couches supérieures, dans le but de les préparer aux activités politico-bureaucratiques et aux professions libérales, presque toujours en charge ou sous l'influence de l'initiative religieuse privée. Après l'indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal, pendant la période impériale du Brésil, le pouvoir central dirigé de 1826 à 1889 par D. Pedro II était en charge de l'enseignement supérieur dans tout le pays et les autres niveaux étaient en charge des provinces, à l'exception de Colégio Pedro II, nommé en l'honneur de notre deuxième souverain impérial, qui devrait servir de modèle aux écoles provinciales. Le manque de ressources et le manque d’intérêt des élites régionales ont empêché l’organisation d’un réseau scolaire efficace. En fin de compte, l'enseignement secondaire a été généralement pris en charge par des initiatives privées, notamment par l'Église catholique. L'enseignement primaire, une fois de plus, est abandonné. A la fin de l'Empire, le cadre de l'enseignement général était assez précaire avec peu d'écoles primaires (avec 250 000 élèves pour un pays d'environ 14 millions d'habitants, dont 85 % d'illettrés).
  • 2. 2 La relation ombilicale entre l'Église catholique et la puissance coloniale portugaise s'est maintenue au Brésil même après son indépendance en 1822 pendant la période impériale et a pris fin avec la Proclamation de la République avec le divorce officiel entre l'Église et l'État. Le catholicisme, qui détenait jusqu'alors le monopole dans le domaine éducatif, a subi un coup dur avec la sécularisation qui s'est instaurée dans la société brésilienne à travers le mouvement libéral et qui s'est concrétisée sur la scène nationale avec la Proclamation de la République en 1889. Dans la transition entre la période impériale et la République au Brésil, avec l'adhésion d'une partie de l'élite intellectuelle aux idéaux du libéralisme bourgeois, l'éducation se voit confier la tâche héroïque de promouvoir la construction de la société brésilienne sur de nouvelles bases. La première Constitution de la République, de 1891, a institué le système de gouvernement fédéral et, par conséquent, la décentralisation de l'éducation. L'Union se réserve le droit de créer des établissements d'enseignement supérieur et secondaire dans les États et de dispenser un enseignement secondaire dans le District fédéral. Les États étaient chargés de fournir et de légiférer sur l'enseignement primaire, en plus de l'enseignement professionnel, qui comprenait à l'époque des écoles secondaires normales pour les femmes et des écoles techniques pour les hommes. Au niveau des politiques publiques, il y a eu plusieurs tentatives de réforme éducative de la part du gouvernement central républicain. Toutes ces réformes ont fini par perpétuer le modèle éducatif hérité de la période coloniale. Seule l’exigence d’élargir l’offre d’enseignement d’élite (enseignement secondaire et supérieur) aux classes moyennes émergentes a été satisfaite par l’Union. Entre-temps, au niveau international, émerge une nouvelle dimension de l’idéologie libérale qui s’exprimera dans la pédagogie pragmatique de la New School, basée sur la pensée du nord-américain John Dewey, qui a proposé un modèle d’école réformiste. La pensée de l'École Nouvelle a été assimilée par plusieurs éducateurs brésiliens, dont le grand éducateur Anísio Teixeira, se consolidant en une idéologie éducative qui influencera le développement de l'enseignement au Brésil. Le premier document exprimant cette idéologie est le Manifeste des pionniers de l’éducation nouvelle, de 1932, qui cherchait à surmonter les tentatives partielles de réforme faites jusqu’alors et à établir une direction unique, claire et définie pour le mouvement de rénovation de l’éducation nationale. À cette fin, sur la base du droit individuel à l'éducation, il a déterminé que l'État, représentant la communauté, assumait la responsabilité d'organiser l'éducation, avec pour tâche de rendre l'école accessible, à tous ses niveaux, aux citoyens maintenus dans des conditions d'infériorité économique. Les auteurs du Manifeste des pionniers de l’éducation nouvelle avaient pour idéal un système éducatif dans lequel l’éducation populaire de masse et la formation spécialisée apparaîtraient comme complémentaires. Ainsi, à l’exception de l’Église catholique qui s’opposait à l’éducation laïque et au monopole d’État prôné par le Manifeste des pionniers de l’éducation nouvelle, la dictature de l’Estado Novo qui débuta en 1937 incorpora les idées et la rhétorique de l’École nouvelle. Dans le domaine éducatif, l'arrivée au pouvoir de Getúlio Vargas a représenté, aux yeux de l'Église, le renforcement des idéaux de l'Escola Nova, qui, avec la défense de l'éducation laïque et de l'école publique, mettait en danger l'hégémonie de l'Église catholique dans le domaine de l'éducation au Brésil. Mais l’Église catholique allait bientôt trouver sa place. Après 40 ans, l’enseignement religieux était à nouveau autorisé dans les écoles publiques, prouvant ainsi que l’État laïc brésilien était un sophisme. Dans les années 1930 et 1940, les objectifs proposés par les pionniers de l’École Nouvelle n’ont pas été pleinement atteints car la structure traditionnelle dualiste, élitiste et académique de l’éducation brésilienne était préservée.
  • 3. 3 Le besoin croissant de main-d'œuvre rapide et bon marché imposé par le processus d'industrialisation au Brésil déclenché par le gouvernement de Getúlio Vargas avait imposé de nouvelles exigences en matière de qualifications professionnelles techniques. La solution trouvée par la bourgeoisie industrielle naissante a été la création d'un système d'établissements d'enseignement technique indépendants du ministère de l'Éducation, dont l'objectif exclusif était de répondre aux intérêts des syndicats patronaux pour travailleurs minimalement qualifiés, comme ce fut le cas avec la création du SENAI (1942) et SENAC (1946). Les élites économiques et politiques qui ont dirigé la transition de la société agricole à la société urbaine-industrielle depuis 1930 au Brésil n'ont pas réussi à créer une école publique, laïque et unique pour tous, conçue à travers un projet pédagogique associant enseignement général et formation technologique centré sur le monde du travail. L'analyse de l'article « Histoire de l'éducation brésilienne : de la colonie au XXe siècle » d'Amarilio Ferreira Jr. nous a permis d'arriver aux conclusions exposées dans les prochaines paragraphes [2]. En 1948, le ministre de l'Éducation, Clemente Mariani, envoya au Congrès national un projet de loi à caractère laïc-libéral. L'Église catholique et les secteurs conservateurs de la société ont réagi contre le projet Mariani et ont commencé à faire pression pour que le projet ne soit pas approuvé par la Chambre des députés. Les défenseurs des écoles publiques et laïques commencent alors à se mobiliser au niveau national et lancent la « Campagne de défense des écoles publiques », qui culmine, en 1958, avec la publication du Manifeste des éducateurs. Le « Manifeste de 1959 », comme on l’a appelé, défendait avec véhémence l’école d’État, publique et laïque comme seul établissement d’enseignement capable de vaincre les maux de l’éducation nationale et de contribuer à produire « le progrès scientifique et technique nécessaire au développement économique » de la société brésilienne. La première LDB (Lei de Diretrizes e Bases da Educação Brasileira) de l’histoire de l’éducation brésilienne a été approuvée, après 13 ans et de nombreuses controverses idéologiques, en décembre 1961 et est entrée en vigueur l’année suivante. Outre l'institutionnalisation du Conseil fédéral de l'éducation, la fin de la discrimination entre l'enseignement propédeutique, qui cherche à fonder certains savoirs, de manière plus généraliste, et l'enseignement professionnel et l'élaboration périodique du Plan national d'éducation, a gardé intacte la structure des différents degrés et branches de l'éducation nationale existante. La LDB/61 était cependant bien en deçà des exigences éducatives générées par les contradictions modernisatrices de la logique capitaliste imposée à la société brésilienne à partir de 1930, car elle maintenait, pour l'essentiel, la structure pédagogique héritée des « lois organiques » approuvées pendant l'Estado Novo qui ne rompt pas le binôme de l'élitisme et de l'exclusion qui s'est manifesté dans l'éducation brésilienne depuis la période coloniale. La LDB de 1961 a permis la cohabitation entre écoles publiques et privées. Le système national d’enseignement dual (public et privé) a engendré une nouvelle phase du binôme fondé sur l’élitisme et l’exclusion scolaire. Dès lors, la scolarisation des enfants des élites commença, grosso modo, par une éducation de base dans des écoles privées offrant une excellente qualité d'enseignement, dont les frais mensuels étaient (et sont encore aujourd'hui) très élevés par rapport aux normes de la grande majorité de la population brésilienne et le public scolaire était destiné aux enfants des masses populaires. Les premiers ont accès aux meilleures universités publiques. Ces derniers terminent à peine la scolarité obligatoire (actuellement 9 ans) et sont contraints d'entrer dans le monde du
  • 4. 4 travail avec ou sans formation technique professionnelle. En d’autres termes, les bons vieux cursus de l’enseignement supérieur public en droit, médecine et ingénierie continuent d’être réservés aux enfants des élites économiques et politiques qui ont gouverné le Brésil pendant des siècles. Cette situation éducative en vigueur au Brésil dans la seconde moitié du XXe siècle a suscité une critique acerbe de la part de Paulo Freire. En 1961, le grand éducateur brésilien déclarait que la société brésilienne n'avait pas encore résolu les deux dimensions fondamentales de tout système éducatif national, à savoir l'expansion quantitative de l'école publique obligatoire pour tous les enfants d'âge scolaire et la qualité des connaissances scolaires offertes aux enfants. Pire encore, selon Paulo Freire, dans le cadre des quelques écoles existantes prévalait une conception de l'enseignement-apprentissage basée sur des contenus pédagogiques complètement dissociés de la réalité socio- économique concrète vécue par la société brésilienne de l'époque. Paulo Freire a développé sa « pédagogie des opprimés ». Pour lui, le passage d'une « société fermée » (agraire) à une « société ouverte » (urbaine-industrielle) exigeait nécessairement l'éradication de l'analphabétisme, car la condition d'existence des analphabètes impliquait la manifestation d'une conscience naïve par rapport à au monde environnant et reproduit donc le vieux « statu quo » social agraire. Pour Paulo Freire, il fallait donc libérer l’homme qui vivait enfermé dans la « société fermée » grâce à l’accès aux connaissances historiquement accumulées par l’humanité. La conscience critique transitive, atteinte par la connaissance, permettrait de rendre viable la « société ouverte », c’est-à-dire une société démocratique. Ainsi, conscience critique et société démocratique constitueraient les deux conditions fondamentales pour que l’homme soit un sujet actif de sa propre histoire. En résumé : la combinaison de la liberté, rendue possible par la « société ouverte », avec une action historique consciente humaniserait l’homme lui-même. Mais le passage de la conscience naïve à la conscience critique, selon Paulo Freire, ne se ferait pas naturellement, mais plutôt à travers les travaux menés dans le domaine de l'éducation. En ce sens, on comprend le caractère politique de sa méthode d’alphabétisation, comme on peut le lire dans l’ouvrage « L’éducation comme pratique de liberté ». La méthode d'alphabétisation créée par Paulo Freire était basée sur ce que l'on appelle les « cercles de culture populaire ». Ces cercles réunissaient, par exemple, des adultes d'une communauté rurale spécifique et menaient un large débat sur leurs conditions de vie et de travail et sur les éléments culturels qui se manifestaient dans la vie quotidienne de cette population. Ainsi, à partir des histoires racontées par les habitants de la communauté, l'éducateur a recueilli au fil des discussions les mots les plus significatifs et représentatifs de la culture locale, et c'est ce vocabulaire populaire qui a servi de référence pour l'acquisition du langage écrit par les élèves d'alphabétisation. Ainsi, les « mots générateurs », couramment utilisés dans la langue utilisée dans la vie quotidienne des gens, étaient chargés d'expériences culturelles vécues par les sujets du processus d'apprentissage de la langue parlée. La méthode d'alphabétisation de Paulo Freire a effrayé les segments réactionnaires de la société brésilienne. Contrairement à la conception dominante de la société défendue par les élites qui prônaient la « domestication » du peuple par l’éducation, la « pédagogie des opprimés » proposée par Paulo Freire défendait l’éducation du peuple comme véritable pratique de la liberté. On peut dire que la méthode d'alphabétisation de Paulo Freire, véritablement née des conditions historiques brésiliennes, avortée par le coup d'État de 1964, peut être classée comme l'initiative éducative la plus radicale du XXe siècle. Même
  • 5. 5 si Paulo Freire est reconnu dans le monde entier comme un grand défenseur de l'éducation, il est l'éducateur le plus combattu par les élites réactionnaires du Brésil. Le coup d'État de 1964 représente le changement institutionnel le plus grave de l'histoire du Brésil survenu dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle change radicalement le cours du processus politique de redémocratisation que connaît le Brésil depuis 1945. La dictature militaire, avec les deux réformes (1968 et 1971), subordonne la politique éducative à la logique économique de modernisation accélérée de la société brésilienne, imposant le discours selon lequel le seul rôle que devait jouer l’éducation était de maximiser la productivité du produit intérieur brut (PIB), indépendamment de la répartition du revenu national. Ainsi, dans la même mesure où les putschistes de 1964 supprimaient les libertés politiques, les technocrates du gouvernement propageaient l’idéologie techniciste comme un système d’idées dogmatiquement organisé qui servait à légitimer l’unité organique entre l’économie et l’éducation. La politique éducative du régime militaire, basée sur l'idéologie techniciste, a également abouti à des échecs, car l'éducation conçue comme un mécanisme de changement dans la formation du travail et intégrée dans le système productif, maintenait en réalité des taux élevés d'analphabétisme et des professionnels marginalisés, sans emploi. L'université publique brésilienne, quant à elle, souffrait de quatre problèmes majeurs : a) un retard dans les programmes et dans les qualifications du personnel enseignant, qui étaient déterminées par le rôle du professeur (poste occupé par le professeur titulaire) ; b) la précarité des infrastructures des laboratoires de recherche et d'enseignement ; c) existence d'une structure académique qui confère au système universitaire un caractère autoritaire ; d) l'élitisme, tel qu'il était destiné à quelques-uns. Les résultats des élections directes des gouverneurs des États en 1982 ont donné naissance à des projets éducatifs alternatifs à l'enseignement technique imposé par la dictature militaire, comme ce qui s'est passé à Rio de Janeiro sous le gouvernement de Leonel Brizola, qui a mis en œuvre les soi-disant CIEP ( Centres intégrés d'éducation publique) qui étaient des écoles à temps plein. Là, les étudiants restaient de 8 heures à 17 heures, dont sept heures étaient consacrées aux cours et les autres étaient réparties entre les repas, le sport, les études guidées et les soins médicaux. Certains points de cette liste d'initiatives visant à démocratiser l'école publique brésilienne ont été critiqués par les secteurs conservateurs, notamment la presse réactionnaire, ce qui a entraîné un revers avec la fin des soi-disant CIEP. Les projets éducatifs mis en œuvre par les oppositions dans la première moitié des années 1980, alors que la dictature militaire touchait à sa fin, résultaient essentiellement de la combinaison de deux courants pédagogiques. Le courant hégémonique a été influencé notamment par les pensées de Paulo Freire et de Jean Piaget, et le résultat a été une pédagogie combinant le « constructivisme génétique » avec une éducation centrée sur l’activisme étudiant. Bref : c’était une sorte de « nouvelle école » pédagogiquement revigorée. L'autre était représenté par les différents concepts éducatifs dérivés du marxisme, principalement ceux formulés par le penseur italien Antonio Gramsci, qui a formulé un modèle pédagogique valorisant l'activité humaine qui interprète et transforme la réalité. Mais ces expériences éducatives adoptées de manière autonome et conformément aux corrélations de forces qui s’établissaient entre les tendances pédagogiques existantes étaient destinées à être de courte durée, comme cela s’est effectivement produit.
  • 6. 6 Avec la fin de la dictature militaire au Brésil, la dernière décennie du XXe siècle a été marquée par l'adoption du modèle économique néolibéral par les gouvernements de Fernando Collor de Mello (1990-1992), Itamar Franco (1992-1994) et Fernando Henrique Cardoso (1995-2002) dont les lignes directrices ont été établies par le Consensus de Washington. Cela signifiait la réforme de l'État brésilien, la privatisation des entreprises publiques et l'ajustement fiscal qui ont porté préjudice aux politiques publiques, en particulier en matière d'éducation, car ils ont permis la croissance du secteur privé, principalement dans le contexte de l'enseignement supérieur, alors que le secteur public l’enseignement scolaire est resté encore plus inefficace, une situation qui perdure aujourd’hui. Liés à la thèse de la mondialisation, les « paquets éducatifs », émanant du centre vers la périphérie du système capitaliste, ont enlevé au Brésil l’autonomie dont disposait le Brésil pour structurer ses propres politiques éducatives. Le Brésil est arrivé à la fin du XXe siècle sans résoudre le problème majeur de l'école publique : la qualité de l'enseignement qu'elle offre aux classes populaires. En 2000, par exemple, plus de 30 millions d’élèves fréquentaient l’enseignement primaire public. Sur ce contingent d'enfants inscrits dans l'enseignement public obligatoire pendant huit ans, trois millions étaient échoué et 27 millions ont été soumis à un processus éducatif dégradant du point de vue du capital culturel classique historiquement accumulé par l'humanité, comme les résultats scolaires dans des matières telles que comme le portugais et les mathématiques l’indiquent ce que certains chercheurs appellent une « formation intellectuelle indigent », couronnant un siècle de réformes infructueuses et de politiques éducatives inefficaces. Ainsi, l’enseignement public brésilien a généré une situation de ségrégation culturelle et civile pour la majorité absolue des enfants brésiliens âgés de 7 à 14 ans. Mais désormais, l'exclusion des classes populaires n'est plus due à l'absence d'école, puisque la question de l'accès est résolue ; cela se manifeste par le fait de rester à l'école elle-même, c'est-à- dire que l'école publique ne garantit pas l'apprentissage effectif des connaissances essentielles requises par la société brésilienne. De ce qui précède, on peut conclure que le Brésil est arrivé à la fin du XXe siècle, après la fin de la dictature militaire (1985) et la promulgation de la Constitution de 1988, sans avoir réussi à résoudre la question des écoles publiques pour tous et avec bonne qualité d'enseignement. L'école publique brésilienne est arrivée à la fin du XXe siècle sans pouvoir remplir le rôle éducatif que les sociétés républicaines développées lui ont confié à partir du XIXe siècle, c'est-à-dire constituer une institution éducative dont la fonction principale est de générer et de transmettre les connaissances fondamentales. qui permettent aux citoyens de faire face aux défis culturels, scientifiques et technologiques créés par le monde contemporain. Il reste donc une tâche majeure à accomplir pour la société brésilienne contemporaine : la consolidation effective d’écoles publiques, laïques et de qualité pour tous. L'analyse du livre « La révolution éducative nécessaire au Brésil à l'époque contemporaine » écrit par Fernando Alcoforado nous a permis de voir quelles sont les exigences pour l'éducation au Brésil dans le futur, qui sont résumées dans les paragraphes suivants [3]. À l'époque contemporaine, il est urgent de promouvoir une révolution dans le système éducatif brésilien, devenue nécessaire parce que l'éducation brésilienne présente de grandes faiblesses dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le plan national d'éducation du gouvernement de Dilma Rousseff est devenu une simple lettre d'intention. avec 90% des objectifs non atteints et la réforme de l'enseignement secondaire du
  • 7. 7 gouvernement Michel Temer présente de nombreux revers. On peut dire que la mauvaise performance du système éducatif brésilien résulte, entre autres facteurs, principalement d'un investissement insuffisant dans l'éducation brésilienne par rapport aux investissements dans l'éducation des meilleurs systèmes éducatifs du monde. Les dépenses d'éducation par étudiant au Brésil (3 000 $ US/étudiant) sont ridiculement faibles par rapport à des pays comme les États-Unis, la Suisse, le Danemark, la Suède, entre autres, qui investissent massivement dans l'éducation jusqu'à environ 15 000 $ US/étudiant. Si le Brésil voulait égaler les pays développés en termes de dépenses par étudiant, il devrait plus que quintupler ses dépenses par étudiant dans le secteur éducatif. Le Brésil investit 0,76% de son PIB dans l'éducation tandis que la Finlande, dont le système éducatif est reconnu mondialement pour être le plus efficace et le plus qualifié du préscolaire à l'enseignement supérieur, investit environ 7,1% de son PIB dans un système éducatif de très haute qualité. Le Brésil devrait pratiquement multiplier par 9 ses dépenses d’éducation pour rivaliser avec la Finlande. Les dépenses d'éducation au Brésil sont en baisse depuis 2014, le budget du ministère de l'Éducation pour l'éducation de base a diminué de 2012 à 2020. Le gouvernement fédéral est une entité fédérée qui participe peu aux investissements dans l'éducation au Brésil. Selon l'INEP (Institut national d'éducation et de recherche), en 2012, pour chaque 1 R$ investi dans l'éducation, les municipalités ont investi R$ 0,42, les États ont dépensé R$ 0,40 et l'Union n'a investi que R$ 0,18. Il est nécessaire d'accroître la participation du gouvernement fédéral aux investissements dans l'éducation à tous les niveaux. Pour que le gouvernement brésilien puisse investir dans l’éducation, il doit réduire le fardeau du paiement des intérêts et de l’amortissement de la dette publique, qui a engagé 50,8 % du budget de l’Union 2021, alors que seulement 2,49 % ont été alloués à l’éducation. Pour réduire la charge du gouvernement fédéral en matière de paiement des intérêts et d'amortissement de la dette publique, il est nécessaire de réduire la dette publique, qui a atteint 79,8 % du PIB en 2019. Pour réduire la dette publique, le gouvernement fédéral doit réduire le déficit public en favorisant : 1) la réduction des dépenses superflues et des organismes publics inutiles ; 2) augmenter la collecte des impôts en taxant les super-riches ; 3) promouvoir la croissance du PIB, le gouvernement fédéral jouant un rôle proactif en investissant, notamment dans les infrastructures, y compris l'éducation ; 4) encourager les exportations ; et 5) la renégociation avec ses créanciers de la dette publique avec l'extension du paiement des intérêts afin que l'État brésilien dispose de ressources pour investir dans divers secteurs, y compris l'éducation. Une fois que le problème de l'insuffisance des ressources du gouvernement fédéral aura été résolu en abordant et en résolvant le problème de la dette publique, la révolution de l'éducation au Brésil pourra être déclenchée avec la planification d'un système éducatif visant à surmonter les problèmes actuels et à répondre aux besoins de l'avenir visant à augmenter le nombre d’unités éducatives de qualité et à disposer de bons gestionnaires, enseignants et infrastructures. Pour que cela se produise, il est nécessaire d'augmenter la participation du secteur public dans l'enseignement supérieur du pays et de restreindre la participation du secteur privé car il présente une éducation de faible qualité, des taux d'abandon élevés et ratio élèves/enseignant élevé, entre autres problèmes. Pour surmonter les faiblesses existantes de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur au Brésil, il est nécessaire d'augmenter les investissements publics dans l'éducation pour provoquer une révolution dans l'éducation brésilienne qui comprend l'adoption de politiques similaires à celles adoptées par les pays qui ont les meilleurs systèmes éducatifs dans le
  • 8. 8 monde comme la Finlande, la France, la Chine, les États-Unis, Cuba, la Corée du Sud et le Japon. LES RÉFÉRENCES 1. OLIVEIRA, Marcos Marques. As origens da educação no Brasil da hegemonia católica às primeiras tentativas de organização do ensino. Disponible sur le site Web <https://www.scielo.br/j/ensaio/a/Ms7rqgdwYhBLP7q5ZTYjLhb/>. 2. FERREIRA JR, Amarilio . História da Educação Brasileira: da colônia ao século XX. Disponible sur le site Web <https://edisciplinas.usp.br/pluginfile.php/5618173/mod_resource/content/1/Ferreira %20Jr.%2C%20AmarilioHist%C3%B3ria%20da%20Educa%C3%A7%C3%A3o% 20Brasileira_%20UAB-UFSCAR.pdf>. 3. ALCOFORADO, Fernando. A revolução da educação necessária ao Brasil na era contemporânea. Curitiba: Editora CRV, 2023. * Fernando Alcoforado, 84, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA, membre de l'Académie de l'Education de Bahia, de la SBPC - Société Brésilienne pour le Progrès des Sciences et l'IPB - Institut Polytechnique de Bahia, ingénieur de l'École Polytechnique UFBA et docteur en Planification du Territoire et Développement Régional de l'Université de Barcelone, professeur d'Université (Ingénierie, Économie et Administration) et consultant dans les domaines de la planification stratégique, de la planification d'entreprise, planification du territoire et urbanisme, systèmes énergétiques, a été Conseiller du Vice-Président Ingénierie et Technologie chez LIGHT S.A. Entreprise de distribution d'énergie électrique de Rio de Janeiro, coordinatrice de la planification stratégique du CEPED - Centre de recherche et de développement de Bahia, sous-secrétaire à l'énergie de l'État de Bahia, secrétaire à la planification de Salvador, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018), Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019), A humanidade ameaçada e as estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021), A escalada da ciência e da tecnologia e sua contribuição ao progresso e à sobrevivência da humanidade (Editora CRV, Curitiba, 2022), est l'auteur d'un chapitre du livre Flood Handbook (CRC Press, Boca Raton, Floride, États-Unis, 2022), How to protect human beings from threats to their existence and avoid the extinction of humanity (Generis Publishing, Europe, Republic of Moldova, Chișinău, 2023) et A revolução da educação necessária ao Brasil na era contemporânea (Editora CRV, Curitiba, 2023).