L’ ECHEC DE LA POLITIQUE AFRICAINE
De 1960 à 1990.
A partir de 1960 l’Afrique commence à prendre destin politique,
économi...
L’Afrique a voulu prendre son destin sans avoir les bases
techniques qui sont les cadres, un système politique et
économiq...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'L'ECHEC DES POLITIQUES AFRICAINES

220 vues

Publié le

A partir de 1960 l’Afrique commence à prendre son destin politique, économique mais des difficultés s’opèrent qui finissent par renverser la plus part de ces régimes qui l’ont conduit à la souveraineté Internationale.
daoudamaiga@gmail.com

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'L'ECHEC DES POLITIQUES AFRICAINES

  1. 1. L’ ECHEC DE LA POLITIQUE AFRICAINE De 1960 à 1990. A partir de 1960 l’Afrique commence à prendre destin politique, économique mais des difficultés s’opèrent qui finissent par renverser la plus part de ces régimes qui l’ont conduit à la souveraineté Internationale. Pourquoi cet échec? Une question qui mérite une réflexion approfondie de tout un chacun pour dégager une solution idoine, parce qu’elle ne peut venir que des pensés. Ils avaient trop confiance en ignorant qu’ils n’avaient pas les cadres qu’il faut pour mettre un pays sur les rails économiques et politiques. C’était l’époque où le continent avait besoin de l’expertise des puissances étrangères. En se référant aux deux guerres mondiales qui avaient profondément touché l’Europe et ses pays voisins sur le plan économique mais elles ont pu s’en sortir d’affaire. Il fallait s’en inspirer comme modèle? Les dirigeants africains auraient du tendre la main aux puissances occidentales sans voir en elles comme des puissances à éviter. Une raison de l’échec. Elle a voulu tourné vers d’autres puissances occidentales qui n’étaient pas celles qui connaissaient l’Afrique à tous égards. Les quelques rares réalisations qui ont été faites devraient être continuer par les gens qui avaient l’expérience en la matière parce que à cette époque elle disposait peu de moyens techniques en la matière. Après leurs départs le suivit était conditionner s’ils nous font appel, c’était ce qu’il fallait parce qu’ils l’ont fait autrement. Les puissances malgré les hésitations voulaient quand même tenir paroles à la communauté Internationale dont elle est le point de départ et le point d’arrivée. Des très bonnes sociétés avaient existé comme c’est le cas de la SOMIEX (société malienne d’importation et d’exportation ) au Mali comme c’est le cas dans beaucoup de pays Africains. L’éclatement des premières organisations sous régionales avaient aussi favorisé l’effondrement du continent pour preuve L’Europe, les USA… ont tenu économiquement grâce à la mise en place d’une communauté économique.
  2. 2. L’Afrique a voulu prendre son destin sans avoir les bases techniques qui sont les cadres, un système politique et économique. Aujourd’hui l’Afrique a les cadres, les systèmes politiques et économiques qui s’améliorent de jour en jour, qui est à encourager. Les quelques cadres qui existaient à cette époque ne se considéraient pas comme des acteurs du développement à part quelques uns, ils prenaient le reste de la population comme des subordonnés. C’est de la qu’est parti la deuxième forme de domination, qui est la domination endogène qui a beaucoup fragilisé les espoir d’une Afrique au service de l’Afrique. Dans la plus part des pays Africains, les partis politiques qui étaient aux affaires se comportaient comme une puissance nationale sans prendre en compte les lois même si elles sont pas toutes adoptées, certaines ne sont pas si mal que ça. Et pendant cette période, les moyens d’une démocratisation du continent existaient bel et bien. Dans chaque pays, il existait au moins deux partis de poids, qui sont de nos jours le socle des grandes démocraties. Une raison de cet échec est du en grande partie à l’entourage de nos hommes d’Etat. Un conseiller qui n’a pas la notion de critiques vis-à-vis de l’hiérarchie est sans doute l’élément fondamental de la chute de l’hiérarchie. A cette époque, ils ne disaient jamais non et donne pas de vision sur les grandes lignes de la Nation. Les populations locales n’étaient pas éclairées sur le rôle de la nouvelle administration, qui est celle des hommes politiques Africains. Pourquoi les quelques entreprises fonctionnaient normalement et rentables avant qu’elles ne soient cédées aux nationales? Toutes les puissances mondiales au delà des clivages, n’ont jamais cessé de travailler ensemble, c’est une raison principale des échecs du continent Africain.

×