Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

« Chacun a sa place dans le sport » - Article Courrier de Gironde

139 vues

Publié le

« 27 février 2018 : Arielle Piazza, élue en charge des Sports, de la Jeunesse et de la Vie étudiante à la mairie de Bordeaux, et Aurélien Hochart, chef de service Vie sportive à la mairie de Bordeaux, étaient à l’ISEFAC pour une intervention avec les étudiants en Bachelor Sport Event et Management. L’occasion de parler de la place du sport dans la métropole bordelaise.

Plusieurs thèmes ont été abordés pendant plus de 2 heures : l’accueil et l’organisation de grands événements sportifs à Bordeaux, les politiques publiques mises en place par la Ville et les nouvelles fonctions nationales exercées par la chargée de sport à la municipalité ».


--
Découvrez le visuel de cet événement : https://www.slideshare.net/jeremyabdilla/arielle-piazza-sport-evenements-sportifs-bordeaux-isefac

Publié dans : Sports
  • Visionnez le compte-rendu de cette intervention de l'élue municipale Arielle Piazza à l'ISEFAC, consacrée à l'accueil et l'organisation de grands événements sportifs à Bordeaux, ainsi qu'à la place du sport au sein de la métropole bordelaise : https://youtu.be/njQQfW8b-bY
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

« Chacun a sa place dans le sport » - Article Courrier de Gironde

  1. 1. « Chacun a sa place dans le sport » Pierre KOVALICEK Le 27 février, Arielle Piazza, élue en charge des Sports, de la Jeunesse et de la Vie étudiante à la mairie de Bordeaux, et Aurélien Hochart, chef de service Vie sportive à la mairie de Bordeaux, étaient à l’Isefac pour une intervention avec les étudiants en Bachelor Sport Event et Management. L’occasion de parler de la place du sport dans la métropole bordelaise. Plusieurs thèmes ont été ainsi abordés pendant plus de deux heures : l’accueil et l’organisation de grands événements sportifs à Bordeaux, les politiques publiques mises en place par la Ville et les nouvelles fonctions nationales exercées par la chargée de sport à la municipalité. Promouvoir l’activité physique En charge des Sports depuis 2008, Arielle Piazza n’est pas en terrain inconnu. Ancienne enseignante en psychomotricité à la faculté Bordeaux 2, puis professeur et entraîneur de tennis, l’adjointe d’Alain Juppé fut ensuite chargée de mission à la Fédération française de Tennis pour développer l’offre sportive féminine. L’intégration des femmes dans le sport fait partie des quatre causes qu’elle a érigées comme piliers de sa politique (avec le handisport, la prévention santé et la formation). Cette année, la ville de Bordeaux a accordé une enveloppe de quatre millions d’euros aux sports. Cette somme permet d’accompagner 250 clubs, professionnels ou amateurs, et associations dont 120 qu’elle subventionne. Des dotations « versées à deux reprises dans l’année, à la fin de la saison sportive et au début de la suivante, qui peuvent être complétées si besoin pendant l’année » , rappelle l’élue. Ces financements permettent en outre d’encourager la pratique sportive des Bordelais dans les clubs car, aujourd’hui, environ 30 % ne pratiqueraient aucune activité physique. Des manifestations sont organisées tout au long de l’année dans le but de promouvoir les bienfaits du sport : « Chacun a sa place dans le sport à Bordeaux. Le maire fait tout pour qu’elle figure parmi les villes les plus sportives de France » , affirme Arielle Piazza. À partir du 31 mars et jusqu’au 27 octobre, la Ville relance ainsi, pour la 2e année consécutive, la manifestation Le sport prend ses quartiers, afin de permettre aux publics éloignés de toute activité physique d’en pratiquer une gratuitement, le samedi matin de 10h à 12h, dans chacun des huit quartiers de la ville. Autre opération prévue, Quai des sports, qui s’installe chaque été depuis plusieurs années au Parc des Sports St-Michel : du 14 juillet au 12 août, plus de 40 activités sportives seront proposées gratuitement aux enfants qui ne partent pas en vacances. De même, la ville développe une politique d’équipements sportifs, à l’image de la plage du Lac ou du skatepark construit en 2006 et qui fait actuellement l’objet d’études pour une future rénovation avec des partenaires privés. L’intégration des femmes dans le sport, l’une des priorités d’Arielle Piazza, se vérifie avec le Mérignac handball, ici lors d’un match de championnat. Ph Daniel Vaquero Les JO 2024 en ligne de mire À quelques semaines de la finale de la Coupe de la Ligue de football (au Matmut Atlantique le 31 mars), les étudiants ont pu échanger avec les deux représentants municipaux sur l’organisation de grands événements sportifs. Les exemples de l’Euro 2016 de football et des Championnats d’Europe et de France de BMX, en juillet 2017, ont permis d’évoquer l’aspect financier de ces manifestations, certes positives avec des retombées économiques bénéfiques pour la ville (dans le cas de l’Euro 2016, elles ont permis de financer 17 équipements sportifs); mais leur organisation a nécessité des investissements supplémentaires : « Dans le contexte sécuritaire actuel, les événements sportifs ne sont pas épargnés et les dispositifs de sécurité représentent une grosse partie du budget d’organisation désormais », explique l’adjointe. Néanmoins, la métropole se projette déjà sur de futures compétitions, à l’image de la Coupe du monde de rugby 2023 en France, dont elle sera ville hôte mais aussi et surtout les Jeux olympiques 2024 à Paris. Une opportunité que Bordeaux ne veut pas laisser passer. Retenue pour la tenue de rencontres des tournois féminins et masculins de football, Bordeaux souhaite également accueillir la compétition de surf (en commun avec Lacanau), nouvelle discipline olympique qui sera testée aux JO de Tokyo en 2020. Une 0ss_PNrtxOUTGMTF9LyTRSgenjOBArGODdf3PhxlJDlbdcPEo9Ca9CKJ5YLeZJo_WNTBk Tous droits de reproduction réservés PAYS :France PAGE(S) :7 SURFACE :45 % PERIODICITE :Hebdomadaire DIFFUSION :(23685) JOURNALISTE :Pierre Kovalicek 9 mars 2018 - Edition Gironde Cliquez ici pour voir la page source de l’article
  2. 2. candidature qui s’annonce ardue face aux deux autres villes de la région également intéressées, Biarritz et Hossegor. La concurrence est de plus en plus accrue suite à la refonte des régions et la construction, sur les territoires voisins, de stades et d’arénas capables d’accueillir plusieurs disciplines sportives. Malgré tout, la ville a des atouts qu’elle n’hésite pas à mettre en avant : « Bordeaux figure dans le top 4 des villes françaises. Elle attire, on le sait, et on en joue », confie la déléguée aux sports. De nouvelles responsabilités Désormais présidente du Centre national pour le développement du sport (nommée par Laura Flessel en novembre 2017), Arielle Piazza a terminé sa visite par quelques mots sur cet établissement public, sous l’égide du ministère des Sports. Créé en 2006 et doté d’un budget de 20 millions d’euros par an, il se concentre essentiellement sur trois missions : le soutien au développement de la pratique sportive grâce à des subventions versées aux associations et clubs; l’aménagement sportif du territoire par des aides à la réalisation d’équipements, principalement dans les zones carencées (235 au total en France), avec en priorité l’augmentation du parc des piscines à l’échelle nationale; le soutien des grands événements sportifs internationaux organisés en France. ■ Tous droits de reproduction réservés PAYS :France PAGE(S) :7 SURFACE :45 % PERIODICITE :Hebdomadaire DIFFUSION :(23685) JOURNALISTE :Pierre Kovalicek 9 mars 2018 - Edition Gironde Cliquez ici pour voir la page source de l’article

×