Le rocher
out à coup je sentis que mes forces me quittaient, à force
de nager sur place. Je décidais de regagner la côte la plus
pro...
e me réveillai aux premières lueurs de l'aube. Le
soleil tapait et l'atmosphère était très humide. Je
fouillai dans mon sa...
e me réveillai avec une douleur atroce dans la tête.
Lorsque j' ouvris les yeux, je vis quatre têtes chevelues penchées au...
'
'atteris dans le bureau d'agent 23. Ma montre affichait
vingt-trois avril: une heure et demi du matin. Je n'en croyais p...
(Mon ïle)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

(Mon ïle)

1 302 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 302
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 013
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

(Mon ïle)

  1. 1. Le rocher
  2. 2. out à coup je sentis que mes forces me quittaient, à force de nager sur place. Je décidais de regagner la côte la plus proche. Mon estomac se tordit, la côte la plus proche était l'immense pic qui se dressait devant moi. Je ne laissais pas la peur me clouer sur place. Alors je me dirigeai vers l'étrange pic percé d'une grotte. Arrivée au pied de l'Apic, je commençais à grimper en direction de la grotte. La végétation éparse qui poussait sur l'Apic, n'arrivait pas à égayer celui-ci. Plus j'avançais vers la grotte, plus j'avais l'impression que celle-ci s'éloignait. Les énormes rochers m'empêchaient d'avancer à mon rythme. Et les nombreuses plantes urticantes ne se gênaient pas pour me blesser. Ereintée, je m'arrêtai. La nuit tomba, je décidai de dormir dans une fente crée par deux rochers. Cette journée avait été un vrai enfer...
  3. 3. e me réveillai aux premières lueurs de l'aube. Le soleil tapait et l'atmosphère était très humide. Je fouillai dans mon sac, il était vide! Qui avait bien pu me voler mon désintégrateur à particules? Un singe, un humain? J'allai enquêter... En tout cas celui qui m'avait volée mon arme était bien un humain: une trace de pied était ancrée dans de la boue et des traces de mains apparaissaient sur les rochers. Suivant les traces pendant de nombreuses heures, je remarquai que ces traces me menaient à la Grotte de l'Ombre. L'homme qui m'avait volée mon arme devait habiter dans la Grotte de l'Ombre. J'espérais que cet homme n'était pas mal intentionné, car il possédait une arme très destructrice. Il suffisait d'appuyer sur la gâchette pour qu'en sorte un rayon x, qui désintégrait toutes les molécules qui étaient sur son passage. Soudain le voleur surgit devant moi, arme à la main. Je lui fis des signes qui signifiaient que je venais en paix, et levais les deux mains en l'air. La femme m'observait, me tournait autour comme si j'étais une pierre précieuse. J'observais ses vêtements: ils étaient faits de plumes multicolores et de feuilles de baobab. Elle était petite de taille, et courbée en avant comme si elle ne s'était jamais tenue droite. Derrière elle, j' aperçus la Grotte de l'Ombre. Cette étrange femme avait fait de la grotte une tanière qui ressemblait à celle d'un animal. Je pensai soudainement, que cette femme devait s'être échouée il y a bien longtemps sur Le Rocher, loin de toutes civilisations, et qu'elle avait dû être obligée de se fabriquer cette '' tanière '' pour survivre. M' avançant vers elle, je lui repris prudemment mon arme. Elle ne réagit pas. Puis d'un coup, je reçus un poids sur la tête.
  4. 4. e me réveillai avec une douleur atroce dans la tête. Lorsque j' ouvris les yeux, je vis quatre têtes chevelues penchées au dessus de moi. Ces quatre têtes m'observaient avec curiosité. Je reconnus ,la femme naufragée que j'avais rencontrée la veille. Elle me tendait une coupe où était entassée une multitude de larves blanches et gluantes . En même temps les trois autres criaient et s'égosillaient en poussant d'abominables cris. Je me levai: ces gens devaient être prisonniers de cette île depuis bien longtemps car ils avaient perdu toutes habitudes civilisées. On aurait dit des singes ou plutôt des hommes préhistoriques, qui sortaient d'un autre espace-temps... Mais d'où pouvaient-ils venir… Auraient-ils échappé à l'évolution? Etrange… J'allais découvrir, d'où venait ces hommes préhistoriques. Pour cela je devais infiltrer leur tribu et découvrir leurs secrets. Cela me rappelait les multiples missions auquels j'avais été confrontée. Je me rapprochai de la femme préhistorique, et acceptai les larves qu'elle m'offrait. Elles fondaient en bouche et celle-ci était remplie d'un liquide visqueux et pâteux. C'etait absolument immonde! Tout à coup un bruit sourd se fit entendre. Une lumière bleue intense nimba la pièce de ses rayons. Un frôlement se fit entendre et une ombre se faufila dans la grotte. Un 5ème homme préhistorique fit irruption. L'étrange halo bleu qui nimbait la pièce me rapelait quelque chose... Mais oui! C'était un portail temporel! Celui qu'agent 23 m'avait chargée de trouvé. Maintenant un problème se posait. Comment allais-je transporter le portail temporel? Soudain un homme préhistorique m'attrapa le bras, je me débattis, en vain. Et d'un trait il me lança dans le portail temporel. Pour me rassurer, je regardai ma montre elle afficha: vingt avril trois mille cinquante/ vingt deux heures.
  5. 5. ' 'atteris dans le bureau d'agent 23. Ma montre affichait vingt-trois avril: une heure et demi du matin. Je n'en croyais pas mes yeux le portail m'avait transportée dans le futur. J'avais réussi à rapporter le portail temporel qui était conditionné dans une boîte transparente posée sur le bureau d'agent 23. Il me souriait. Et me dit: -Bravo agent 12, vous avez accompli votre mission avec succès!

×