SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  25
Télécharger pour lire hors ligne
La Louisiane
Houmas, les derniers indiens francophones.
Qui sont les Houmas ?
• Tribu amérindienne native de la Louisiane.
• Ils sont les cousins des Apaches et des Sioux.
• Ils occupaient les plateaux au-dessus du confluent du Mississippi, de la rivière Rouge ainsi que la future ville de Bâton-Rouge
• Ils étaient agriculteurs, donc sédentaires. Cela leur a permis de développer musique, danse, art, sports et religion.
• Leur temple était décoré de splendides sculptures peintes. Un feu sacré y consumait les os des chefs les plus vénérés.
• L'écrevisse aux pinces dressées était leur emblème de guerre, et la plume d'aigle leur emblème de paix.
• Ils parlent un français vieux de trois siècles, celui de Montesquieu et ont ainsi sauvé de l'oubli certaines expressions:
 s'épailler pour s'étendre,
 catin pour poupée,
 espérer pour attendre,
 char pour automobile,
 icitte pour ici,
 au boutte pour au bout…
• Ils ont appris la langue française, et l'ont transmise oralement.
• La grande majorité des Houmas ne savent ni la lire ni l'écrire, mais ils la parlent toujours.
Pourquoi parlent-ils français ?
• L'explorateur français La Salle les rencontra en 1682. L'espagnol De Soto avait déjà marqué les villages Houmas sur ses cartes dès 1540.
• La Louisiane française:
• Au XVIII° siècle, lors du conflit qui opposa les deux grandes puissances européennes, les Houmas prirent le parti des Français. Après la Guerre de Sept
Ans et ses conséquences désastreuses pour la Nouvelle-France, les tribus amérindiennes alliées des Français, subirent, en raison de leur alliance, des
représailles anglaises et durent se replier dans le sud de la Louisiane française, dans la Paroisse de Terrebonne et la Paroisse de Lafourche.
• La Louisiane américaine:
• Après la vente de la Louisiane par Napoléon Ier aux États-Unis en 1803, la société francophone louisianaise continua à vivre selon ses règles et à parler le
français pendant presque tout le XIXe siècle. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que l'État louisianais interdit l'utilisation du français, aussi bien pour les Houmas
que pour les Cadiens et les Créoles louisianais.
• En 1806, le président Thomas Jefferson ordonne le recensement de toutes les tribus indiennes.
• Ses envoyés, MM. Clark et Sibley, convoitant leurs terres, déclarent la disparition quasi totale des Houmas. M.Clark s'approprie environ 10 000 hectares près de
Burnside.
• Vers 1820, sous la conduite de leur chef la plus célèbre, Rosalie Courteaux, ils se réfugient plus au sud, établissent le village de Tchoufouhouma, là où se
trouve aujourd'hui la ville de Houma. Rosalie achète pour son peuple une importante surface de marais en bordure du golfe. Beaucoup de Houmas s'installent à
cet endroit. Bien qu'ils aient continué à être agriculteurs lorsque c'était possible, leur nouvel environnement les a obligé à devenir chasseurs, pêcheurs et
trappeurs.
• La découverte du pétrole fut une nouvelle spoliation sur leurs droits ancestraux. Ils furent expulsés des zones pétrolifères et ne purent profiter de cette manne
financière.
René Robert Cavelier de La Salle
• Né à Rouen (Haute Normandie) le 22 novembre 1643
• Mort le 19 mars 1687 dans le sud de la colonie
française de Louisiane, dans l’État américain actuel
du Texas.
• Explorateur-voyageur, il a parcouru la région
des Grands Lacs des États-Unis et du Canada, puis le
fleuve Mississippi et a ainsi découvert les territoires
situés entre la vallée du Saint-Laurent et le delta du
Mississippi
Hernando de Soto • Né en 1496 en Estrémadure, à Barcarrota ou à Jerez de los Caballeros,
en Espagne
• Mort le 21 mai 1542 dans l’actuel Arkansas
• Conquistador et explorateur espagnol.
• Encore adolescent, il participa à la conquête de l’Amérique centrale aux
côtés du premier gouverneur de Panama, Pedrarias Dávila. Il se joignit
à Francisco Pizarro au début des années 1530, lors de sa conquête de
l’Amérique du Sud.
• En 1539, de Soto entreprend la plus importante des premières expéditions
coloniales espagnoles. Une vaste entreprise qui lui fait traverser tout le
sud-est des États-Unis actuels, à la recherche d’or et d’un passage vers la
« Mer du Sud » qui ouvre la voie vers la Chine, poursuivant ainsi les
mêmes objectifs que Juan Ponce de Leon, en 1513, de Lucas de Ayllón,
en 1526 et de Pánfilo de Narváez en 1527.
• De Soto meurt de fièvre, en 1542, sur la rive occidentale du Mississippi,
dans un village indien nommé Guachoya (proche de l’actuel McArthur
dans l’Arkansas).
• Les Houmas sont environ
17 000.
• La plupart d'entre eux
résident le long des bayous
au sud de la Louisiane en
bordure du golfe du
Mexique.
• Cinquante pour cent d'entre
eux parlent français.
• Bayou:
région marécageuse du
sud de la Louisiane formant
un réseau navigable de
milliers de kilomètres
• Les Houmas vivaient dans des maisons en
latanier qui les protégeaient du froid et de la
chaleur.
• Ces maisons rectangulaires étaient autrefois
disposées autour d'un temple rond.
• Ce type de maison est resté en usage pendant
l'été jusque dans les années cinquante.
• À cette époque les Houmas ont hésité à se
faire reconnaître car ils avaient peur de se faire
parquer en réserves ou de se faire déporter sur
le « chemin des larmes » (exil forcé par le
gouvernement américain, des indiens vers le
Territoire des Indiens connu aujourd'hui sous le
nom d'Oklahoma).
• Ils ont donc choisi de rester sur les terres dont
personne ne voulait à l'époque, absorbant les
tribus de Louisiane qui disparaissaient peu à
peu.
ARTISANAT
L'artisanat a joué un rôle crucial dans la vie des
Houmas. Les feuilles de latanier leur ont procuré
des toits protecteurs contre la chaleur et le froid.
Avec ces mêmes feuilles on produit encore des
chapeaux, paniers et balais.
Jusqu'au début du siècle, les Houmas fabriquaient
des sarbacanes pour la chasse au petit gibier.
La mousse espagnole a fourni de confortables
matelas et des rembourrages de sièges de
voitures. Aujourd'hui, elle ne sert plus guère qu'à
faire des poupées.
On fait encore des objets en bois : pirogues
et sculptures de toutes sortes.
Economie
À I'origine, les Houmas étaient agriculteurs.
Ils ont dû s'adapter à la vie de chasseurs-pêcheurs pour survivre
dans les bayous.
À défaut de l'ours, et du bison aujourd'hui disparu, ils chassent le
crocodile (l'alligator), le canard, et ils pêchent la chevrette (la
crevette), le crabe et l'écrevisse.
Les Houmas ont toujours été d'excellents constructeurs de
pirogues et de bateaux de pêche.
Aujourd'hui, les chantiers navals emploient beaucoup de Houmas.
Bien sûr, aujourd'hui, en plus des métiers de pêcheurs, piégeurs,
chasseurs, et artisans, les Houmas participent à tous les métiers
comme les autres Louisianais. Ils sont aussi médecins,
professeurs, avocats, et vivent avec les ordinateurs.
Bien que résidant en bordure des champs pétroliers, ils n'en tirent
que peu de bénéfices
Langue et spiritualité
LANGUE
• Jusqu'au XVIIIe siècle, les Houmas parlaient un langage proche de celui
des Choctaws.
• Cependant les relations étroites entre ce peuple et les colons français
favorisa la diffusion de la langue française.
• Au cours du XIXe siècle, ils adoptèrent progressivement le français et
perdirent avec le temps l'usage de leur langue ancestrale.
• Au XXe siècle ils constituaient une ethnie amérindienne francophone.
• Victimes de la ségrégation aux États-Unis, ils furent interdits d'école
par l'État de la Louisiane pendant une grande partie du XXe siècle.
Cette injustice favorisa ce repli identitaire et permit le maintien de la
langue française parmi les membres de cette communauté
amérindienne, avec 40% de locuteurs.
• Aujourd'hui le peuple Houma revendique son appartenance à
la Francophonie. Cependant afin de s'intégrer à la société américaine
les jeunes Houmas francophones se mettent à l'anglais qui remplace
peu à peu le français, surtout depuis l'ouverture de l'accès à l’école
en 1964
IDÉOLOGIE ET SPIRITUALITÉ
• La religion traditionnelle transparaît dans la
philosophie et la vie quotidienne des
Houmas.
• Harmonie avec la nature.
• Respect et amour de la terre et de l'eau qui
sont à la disposition des êtres humains pour
leur usage. Il ne faut pas en abuser.
• L'idée de propriété a été une notion difficile à
faire entrer dans la mentalité d'un peuple
pour qui la terre et toutes les ressources
naturelles, étaient à tout le monde.
• En parallèle avec la religion traditionnelle, le
catholicisme est très répandu.
La vie familiale et les enfants
• Le sens de la famille est très profond chez les Houmas.
• Familles plutôt nombreuses et unies.
• Ils ont un sens très fort de la vie de la communauté.
• Ils sont très hospitaliers.
• Ils habitent des maisons semblables aux habitations de
beaucoup d'Américains.
• Il y a néanmoins beaucoup de personnes qui logent dans
des habitations provisoires à la suite de la destruction de
leurs maisons par l'ouragan Andrew en 1992.
• Les enfants Houmas sont intégrés dans le style de
vie américain.
• Ils vont à l'école en anglais et ont des camarades de
classe anglophones.
• Un projet d’école d’immersion a été crée en 1998.
• Ils ont un programme FLS (français langue seconde)
depuis 1994
LA CUISINE
Ce sont les Houmas qui ont en partie influencé la célèbre
cuisine cadienne.
Les fruits de mer locaux, le maïs, les herbes et les
épices des environs faisaient partie intégrale de la
nourriture des Houmas.
L'écrevisse fait exception car c'est le symbole de la tribu. Il
fallait être très pauvre et n'avoir rien d'autre à manger pour
en consommer. Aujourd'hui, certains Houmas n'en mangent
jamais par principe.
Le gombo filé, qui est un des plats les plus connus chez les
Cadiens aujourd'hui, trouve pourtant son origine chez les
indiens du sud de la Louisiane. Le filé est obtenu en pilant
les feuilles de saxifrage
Ilexistait,autrefois,chezlesHoumasdesjeuxsemblablesauxjeuxdesautrestribusdusud-estdesÉtats-Unis.L'und'euxressemblaitfortaujai alai.
L'autre,appelléchunkey,sejouaitavecungrosdisqueenpierreetdesbâtonsenbois. Aucundecesdeuxjeuxn'existeaujourd'hui.
Parcontre,lafabricationdejouetssefaittoujours.Ilyaencoredespersonnesquifabriquentdespaniersoudespoupéesenmousseespagnoles.
D'autrestravaillentleboispourfairelesreproductionsdesoutilsenminiaturepourlesenfantstelsquedespagaiesetdespirogues.
jai alai. chunkey
Questions à Marie-Françoise Crouch, universitaire française à La Nouvelle-Orléans
• 1) La langue parlée par les Houmas est-elle proche de la nôtre ?
• « Non. Ils parlent le français du XVIIIe siècle. Ce n'est pas non plus du cajun ou acadien.
Les Houmas ont transmis cette langue oralement. Ils ont des structures de langue qui sont
fondées sur leur langage d'origine, le chotcaw mobilien (de la région de Mobile, en
Alabama). Il y a eu de nombreux transferts entre les deux langues. Les Acadiens ont
tendance à dire qu'ils ont appris le français aux Houmas, ce n'est pas vrai du tout, car eux
sont arrivés bien après. Le français des Houmas est beaucoup plus clair que celui des
Acadiens. Le français des Cajuns est encore plus ancien »
• 2) Comment voyez-vous l'avenir des Houmas ?
• « Ces Indiens ont beaucoup de problèmes à résoudre. Tout d'abord la perte de leur territoire due
à l'érosion (dégradation et transformation du relief) causée par les compagnies pétrolières. Ces
dernières ont creusé des canaux afin d'accéder au golfe du Mexique et installé des pipelines
partout dans les bayous. Puis BP, à la suite de la marée noire de la plate-forme « Deepwater
Horizon », a déversé des produits toxiques dans le golfe, provoquant des problèmes de santé
importants à la communauté des Houmas, principalement des pêcheurs. Leur style de vie en a
été profondément modifié. Ils ne peuvent plus pêcher les huîtres ou les crevettes indispensables
à leur survie »
• 3) Quelles sont les solutions pour sauver les Houmas ?
• « Que BP reconnaisse ses torts et aide les Houmas à se remettre des dégâts qu'elle a causés.
C'est le plus important. Les Indiens n'ont pas les moyens de se battre contre le gouvernement
fédéral et les compagnies pétrolières »
Michel Fugain,
Les Acadiens (1975)
Y a dans le sud de la Louisiane
Et dans un coin du Canada
Des tas de gars, des tas de femmes
Qui chantent dans la même langue que toi
Mais quand ils font de la musique
C'est celle de Rufus Thibodeaux
Ils rêvent encore de l'Amérique
Qu'avait rêvée leur grand-papa
Qui pensait peu, qui pensait pas
{Refrain:}
Tous les Acadiens, toutes les Acadiennes
Vont chanter, vont danser sur le violon
Sont Américains, elles sont Américaines
La faute à qui donc ? La faute à Napoléon
Le coton c'est doux, c'est blanc, c'est chouette
Pour s'mettre de la crème sur les joues
Mais ceux qui en font la cueillette
Finissent la journée sur les genoux
Et puis s'en vont faire d'la musique
Comme celle de Rufus Thibodeaux
Pour oublier que l'Amérique
C'est plus celle de leur grand-papa
C'est bien changé depuis c'temps-là
Le français tel qu'on le causait au XVIIIe est la langue des Indiens Houmas de Louisiane. Récit d'un combat quotidien
• Le père Roch Naquin, un des deux seuls Indiens prêtres catholiques américains, et Thomas
Dardar Jr, chef de la communauté des Indiens Houmas. PHOTO JEAN-MICHEL SELVA
• Le père Roch Naquin aime à dire qu'il se considère français et indien. « Mon ancêtre Charles est venu des environs de Bordeaux, il s'est marié avec une
Indienne. Ici, sur l'île Jean-Charles, mon père et ceux de son âge parlaient et écrivaient le français. Il a ensuite appris l'anglais, au contraire de ma maman, qui
ne l'a jamais voulu. Aujourd'hui, seuls les plus anciens de mes voisins résistent. Les plus jeunes sont devenus anglophones. Cela va être dur de préserver
notre langue. »
• À 55 ans, même le chef Thomas Dardar, maîtrisant parfaitement le français, use plus souvent de l'américain. Cette génération de Houmas quinquagénaires est
peut-être la dernière à s'exprimer dans la langue de Molière. Ultime survivance d'un mode de vie qui n'est déjà plus.
• Une vie compliquée
• « Ici poussaient des forêts de grands arbres », se souvient le chef Dardar. « Là-bas, mon grand-père élevait des vaches dans des prairies où couraient des
rats musqués, pointe Roch. Nous avions des chevaux pour labourer les terres, qui produisaient assez pour nous nourrir. Avec l'exploitation intensive du
pétrole, l'eau salée s'est infiltrée partout, elle continue à manger nos terres et à détruire toute la végétation. » « Pour survivre, notre communauté, rejetée par
tous depuis des siècles, s'est tournée vers la pêche. Quelques-uns ont réussi à devenir avocats ou médecins, d'autres sont partis travailler dans les chantiers
navals. Mais depuis un an, à cause de la marée noire dans le golfe du Mexique, juste en face de nous, nous ne pouvons plus pêcher comme avant. Des
maladies de peau et respiratoires sont apparues ; elles semblent liées à l'épandage par BP de solvants contre les nappes de pétrole flottant dans le golfe. Très
peu parmi nous disposent d'une protection sociale adéquate. »
• « Nous avons aussi souffert des quatre derniers ouragans. Ma maison a été surélevée à trois reprises en vingt ans, la couverture remplacée de nombreuses
fois. Partir ailleurs ? Non, non, ici c'est ma maison, c'est la terre de nos ancêtres », lâche le père Roch Naquin.
• « L'usage du français est la preuve de notre appartenance à la nation houma »
l’histoire douloureuse des Acadiens, ces descendants de
Français installés au Canada, massivement déportés en 1755
vers la Louisiane par les Anglais, pour n’avoir pas voulu faire
allégeance à la couronne britannique, on connaît moins les
peuplades autochtones, notamment les Indiens hou mas. La
seule tribu des États-Unis à parler encore notre langue. Il faut
dire que des occupants anglais, espagnols, américains et
français, ces derniers restent ceux qui se sont comportés le
plus humainement.
• Les Francophones de La Nouvelle-Orléans ont leur site internet
• Apolitique et non-commercial, NOLAFrançaise.com est ouvert à toutes les personnes intéressées par la langue française à La Nouvelle-Orléans et dans sa
région. Le site vise aussi à dépoussiérer la langue française et à rassembler les francophones autour de débats et d'activités qui leur tiennent à cœur, comme
l'ouverture de classes d’immersion de français. Soutenus par le Consulat général de France de la Nouvelle-Orléans, l'Alliance Française de La Nouvelle-Orléans,
le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL) et la Chambre commerce française en Louisiane, NOLAFrançaise devrait s’imposer
comme une source d’informations quotidiennes pour la communauté. En plus de Michael Depp, des chroniqueurs bilingues comme Jean Montès, chef orchestre
haïtien et professeur de musique à l'université de La Nouvelle-Orléans en charge de la culture ou Jean-Jacques Grandière, directeur du lycée français de la
Nouvelle-Orléans, attelé à l’éducation, rédigeront quotidiennement des articles postés sur le site. La plupart seront traduits de l’anglais au français. Plus de
chroniqueurs sont attendus prochainement sur le site.
• Priorité à la culture et à l'éducation
• Des projets spécifiques vont aussi être développés avec les services culturels, comme ce projet éducatif intitulé «D’où je viens », qui va mettre en contact à
l'automne quatre écoles d’immersion en français de La Nouvelle-Orléans autour de la poésie. « Les élèves écriront des poèmes en français sur leur histoire
personnelle. Ils échangeront et se serviront de notre site comme d’une plateforme vidéo pour communiquer entre eux. » Un livre multimédia de poésie est aussi
en cours. « Nous avons tous nos enfants en école d’immersion française, précise le créateur du site. Mais nous voulons faire rayonner cette culture au-delà des
murs de l’école.» Objectif sur le long terme: couvrir l’ensemble de la Louisiane et connecter entre eux les étudiants de Lafayette ou Bâton Rouge avec ceux de
la Nouvelle-Orléans. La listes des écoles de la région disposant d'un programme d'immersion ou enseignant le français sera régulièrement mise à jour.
• Une partie du site enfin est consacrée aux loisirs et sorties. « D’ici la fin de l’été, nous aurons une liste complète de tous les restaurants avec une connexion
française.» Les Français se connectant depuis Paris pourront ainsi connaître tous les restaurants créoles ou cajuns de la ville, ainsi que les restaurants de
gastronomie française classique, les bistros ou les pâtisseries françaises. Des articles plus longs verront le jour sur quelques restaurants en particulier. Il sera
bientôt possible d’organiser ses lieux de visites ou de réserver sa table à La Nouvelle-Orléans depuis Paris
La louisiane. les houmas

Contenu connexe

En vedette

Paris sous les eaux de la seine en 1910
Paris sous les eaux de la seine en 1910Paris sous les eaux de la seine en 1910
Paris sous les eaux de la seine en 1910Joyeux Nain
 
Bateau mouche
Bateau moucheBateau mouche
Bateau moucheaeksl
 
Merci pour ce moment facon nous deux
Merci pour ce moment facon nous deuxMerci pour ce moment facon nous deux
Merci pour ce moment facon nous deuxJoyeux Nain
 
Le papier cul made in china
Le papier cul made in chinaLe papier cul made in china
Le papier cul made in chinaJoyeux Nain
 
La France en 2060
La France en 2060La France en 2060
La France en 2060Joyeux Nain
 
Fumer aux wc...dans le train
Fumer aux wc...dans le trainFumer aux wc...dans le train
Fumer aux wc...dans le trainJoyeux Nain
 
Le top des marques françaises
Le top des marques françaisesLe top des marques françaises
Le top des marques françaisesJoyeux Nain
 
La Tour Eiffel
La Tour EiffelLa Tour Eiffel
La Tour Eiffelwmann1946
 
Restaurant Laurent
Restaurant LaurentRestaurant Laurent
Restaurant LaurentJoyeux Nain
 
La france vue par Konk
La france vue par KonkLa france vue par Konk
La france vue par KonkJoyeux Nain
 
A quand l'Elysée ?
A quand l'Elysée ?A quand l'Elysée ?
A quand l'Elysée ?Joyeux Nain
 
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentin
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentinLes poèmes de nos élèves pour la saint valentin
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentinnacarEOI
 
Le livre voyageur premier chapitre
Le livre voyageur premier chapitreLe livre voyageur premier chapitre
Le livre voyageur premier chapitrenacarEOI
 
Charlie artistes de genie
Charlie    artistes de genieCharlie    artistes de genie
Charlie artistes de genieJoyeux Nain
 
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de méridaRécital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de méridanacarEOI
 
Tout sur les fines herbes
Tout sur les fines herbesTout sur les fines herbes
Tout sur les fines herbesJoyeux Nain
 
Avant le barron_haussmann
Avant le barron_haussmannAvant le barron_haussmann
Avant le barron_haussmannJoyeux Nain
 

En vedette (20)

La France
La FranceLa France
La France
 
Paris sous les eaux de la seine en 1910
Paris sous les eaux de la seine en 1910Paris sous les eaux de la seine en 1910
Paris sous les eaux de la seine en 1910
 
Bateau mouche
Bateau moucheBateau mouche
Bateau mouche
 
Merci pour ce moment facon nous deux
Merci pour ce moment facon nous deuxMerci pour ce moment facon nous deux
Merci pour ce moment facon nous deux
 
Le papier cul made in china
Le papier cul made in chinaLe papier cul made in china
Le papier cul made in china
 
La France en 2060
La France en 2060La France en 2060
La France en 2060
 
Fumer aux wc...dans le train
Fumer aux wc...dans le trainFumer aux wc...dans le train
Fumer aux wc...dans le train
 
Icones russes
Icones russesIcones russes
Icones russes
 
Le top des marques françaises
Le top des marques françaisesLe top des marques françaises
Le top des marques françaises
 
La Tour Eiffel
La Tour EiffelLa Tour Eiffel
La Tour Eiffel
 
Restaurant Laurent
Restaurant LaurentRestaurant Laurent
Restaurant Laurent
 
La france vue par Konk
La france vue par KonkLa france vue par Konk
La france vue par Konk
 
Nos heros
Nos herosNos heros
Nos heros
 
A quand l'Elysée ?
A quand l'Elysée ?A quand l'Elysée ?
A quand l'Elysée ?
 
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentin
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentinLes poèmes de nos élèves pour la saint valentin
Les poèmes de nos élèves pour la saint valentin
 
Le livre voyageur premier chapitre
Le livre voyageur premier chapitreLe livre voyageur premier chapitre
Le livre voyageur premier chapitre
 
Charlie artistes de genie
Charlie    artistes de genieCharlie    artistes de genie
Charlie artistes de genie
 
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de méridaRécital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba de mérida
 
Tout sur les fines herbes
Tout sur les fines herbesTout sur les fines herbes
Tout sur les fines herbes
 
Avant le barron_haussmann
Avant le barron_haussmannAvant le barron_haussmann
Avant le barron_haussmann
 

Similaire à La louisiane. les houmas

La france d’outre mer
La france d’outre merLa france d’outre mer
La france d’outre merSam Wilson
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)JulieVerzilli
 
Un endroit pour vivre chp 4
Un endroit pour vivre chp 4Un endroit pour vivre chp 4
Un endroit pour vivre chp 4JulieVerzilli
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)JulieVerzilli
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)JulieVerzilli
 
Les premiers occupants
Les premiers occupantsLes premiers occupants
Les premiers occupantsDanny Blais
 
Histoire de-la-capoeira
Histoire de-la-capoeiraHistoire de-la-capoeira
Histoire de-la-capoeirabmalika
 
Qui sont les cajuns
Qui sont les cajunsQui sont les cajuns
Qui sont les cajunsjpageau
 
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américains
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américainsMarthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américains
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américainsGERONIMI
 
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'Amérique
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'AmériquePetite histoire mystérieuse du peuplement de l'Amérique
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'AmériqueJeff Laroumagne
 
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe Histoire de la Réunion et la Guadeloupe
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe AmanDinee
 
La francophonie
La francophonieLa francophonie
La francophoniejosé
 
Martyrs nord américains et canadiens
Martyrs nord américains et canadiensMartyrs nord américains et canadiens
Martyrs nord américains et canadiensMartin M Flynn
 

Similaire à La louisiane. les houmas (20)

La france d’outre mer
La france d’outre merLa france d’outre mer
La france d’outre mer
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)
 
Un endroit pour vivre chp 4
Un endroit pour vivre chp 4Un endroit pour vivre chp 4
Un endroit pour vivre chp 4
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)
 
Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)Un endroit pour vivre chp4(1)
Un endroit pour vivre chp4(1)
 
Femmes noires au qc (2)
Femmes noires au qc (2)Femmes noires au qc (2)
Femmes noires au qc (2)
 
Les premiers occupants
Les premiers occupantsLes premiers occupants
Les premiers occupants
 
Histoire de-la-capoeira
Histoire de-la-capoeiraHistoire de-la-capoeira
Histoire de-la-capoeira
 
Qui sont les cajuns
Qui sont les cajunsQui sont les cajuns
Qui sont les cajuns
 
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américains
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américainsMarthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américains
Marthas's Vineyard, la Fête du 4 juillet et les Afro-américains
 
Arizona
ArizonaArizona
Arizona
 
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'Amérique
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'AmériquePetite histoire mystérieuse du peuplement de l'Amérique
Petite histoire mystérieuse du peuplement de l'Amérique
 
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe Histoire de la Réunion et la Guadeloupe
Histoire de la Réunion et la Guadeloupe
 
Haiti
HaitiHaiti
Haiti
 
La francophonie
La francophonieLa francophonie
La francophonie
 
Les Amish
Les AmishLes Amish
Les Amish
 
Martyrs nord américains et canadiens
Martyrs nord américains et canadiensMartyrs nord américains et canadiens
Martyrs nord américains et canadiens
 
La Chanson de Geste
La Chanson de GesteLa Chanson de Geste
La Chanson de Geste
 
La Francophonie et le Madagascar
La Francophonie et le MadagascarLa Francophonie et le Madagascar
La Francophonie et le Madagascar
 
Q - The House Of Slaves
Q - The House Of SlavesQ - The House Of Slaves
Q - The House Of Slaves
 

Plus de nacarEOI

L’industrie du luxe et la gastronomie dans le grand est
L’industrie du luxe et la gastronomie  dans le grand estL’industrie du luxe et la gastronomie  dans le grand est
L’industrie du luxe et la gastronomie dans le grand estnacarEOI
 
Découvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainDécouvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainnacarEOI
 
Découvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainDécouvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainnacarEOI
 
Collège atenea
Collège ateneaCollège atenea
Collège ateneanacarEOI
 
Vivre au cameroun
Vivre au camerounVivre au cameroun
Vivre au camerounnacarEOI
 
Le livre voyageur deuxième chapitre
Le livre voyageur deuxième chapitreLe livre voyageur deuxième chapitre
Le livre voyageur deuxième chapitrenacarEOI
 
Première soirée gastronomique
Première soirée gastronomiquePremière soirée gastronomique
Première soirée gastronomiquenacarEOI
 
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à méridaRécital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à méridanacarEOI
 
L´exercice de l´état
L´exercice de l´étatL´exercice de l´état
L´exercice de l´étatnacarEOI
 
Tony gatlif
Tony gatlifTony gatlif
Tony gatlifnacarEOI
 
Yves saint laurent
Yves saint laurentYves saint laurent
Yves saint laurentnacarEOI
 
Drapeau algérien. les armoiries
Drapeau algérien. les armoiriesDrapeau algérien. les armoiries
Drapeau algérien. les armoiriesnacarEOI
 
Pâtisseries algériennes
Pâtisseries  algériennesPâtisseries  algériennes
Pâtisseries algériennesnacarEOI
 
La musique d´algerie
La musique d´algerieLa musique d´algerie
La musique d´algerienacarEOI
 
Les dates importantes de l’histoire de l’algérie
Les dates importantes de l’histoire de l’algérieLes dates importantes de l’histoire de l’algérie
Les dates importantes de l’histoire de l’algérienacarEOI
 
Quelques photos de la fête de noël 2014
Quelques photos de la fête de noël 2014Quelques photos de la fête de noël 2014
Quelques photos de la fête de noël 2014nacarEOI
 
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...nacarEOI
 
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.nacarEOI
 
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadure
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadureLa visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadure
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadurenacarEOI
 
Le tourisme médical en algérie
Le tourisme médical en algérieLe tourisme médical en algérie
Le tourisme médical en algérienacarEOI
 

Plus de nacarEOI (20)

L’industrie du luxe et la gastronomie dans le grand est
L’industrie du luxe et la gastronomie  dans le grand estL’industrie du luxe et la gastronomie  dans le grand est
L’industrie du luxe et la gastronomie dans le grand est
 
Découvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainDécouvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demain
 
Découvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demainDécouvrez vos lectures de demain
Découvrez vos lectures de demain
 
Collège atenea
Collège ateneaCollège atenea
Collège atenea
 
Vivre au cameroun
Vivre au camerounVivre au cameroun
Vivre au cameroun
 
Le livre voyageur deuxième chapitre
Le livre voyageur deuxième chapitreLe livre voyageur deuxième chapitre
Le livre voyageur deuxième chapitre
 
Première soirée gastronomique
Première soirée gastronomiquePremière soirée gastronomique
Première soirée gastronomique
 
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à méridaRécital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à mérida
Récital de poésie et de musique au centre culturel d´alcazaba à mérida
 
L´exercice de l´état
L´exercice de l´étatL´exercice de l´état
L´exercice de l´état
 
Tony gatlif
Tony gatlifTony gatlif
Tony gatlif
 
Yves saint laurent
Yves saint laurentYves saint laurent
Yves saint laurent
 
Drapeau algérien. les armoiries
Drapeau algérien. les armoiriesDrapeau algérien. les armoiries
Drapeau algérien. les armoiries
 
Pâtisseries algériennes
Pâtisseries  algériennesPâtisseries  algériennes
Pâtisseries algériennes
 
La musique d´algerie
La musique d´algerieLa musique d´algerie
La musique d´algerie
 
Les dates importantes de l’histoire de l’algérie
Les dates importantes de l’histoire de l’algérieLes dates importantes de l’histoire de l’algérie
Les dates importantes de l’histoire de l’algérie
 
Quelques photos de la fête de noël 2014
Quelques photos de la fête de noël 2014Quelques photos de la fête de noël 2014
Quelques photos de la fête de noël 2014
 
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...
Conversation aux côtés de lionel gattefossé, directeur commercial chez pts in...
 
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.
Visite guidée à la découverte d´une entreprise d´estrémadure.
 
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadure
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadureLa visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadure
La visite à la découverte d´une entreprise d´estrémadure
 
Le tourisme médical en algérie
Le tourisme médical en algérieLe tourisme médical en algérie
Le tourisme médical en algérie
 

La louisiane. les houmas

  • 1. La Louisiane Houmas, les derniers indiens francophones.
  • 2.
  • 3.
  • 4. Qui sont les Houmas ? • Tribu amérindienne native de la Louisiane. • Ils sont les cousins des Apaches et des Sioux. • Ils occupaient les plateaux au-dessus du confluent du Mississippi, de la rivière Rouge ainsi que la future ville de Bâton-Rouge • Ils étaient agriculteurs, donc sédentaires. Cela leur a permis de développer musique, danse, art, sports et religion. • Leur temple était décoré de splendides sculptures peintes. Un feu sacré y consumait les os des chefs les plus vénérés. • L'écrevisse aux pinces dressées était leur emblème de guerre, et la plume d'aigle leur emblème de paix. • Ils parlent un français vieux de trois siècles, celui de Montesquieu et ont ainsi sauvé de l'oubli certaines expressions:  s'épailler pour s'étendre,  catin pour poupée,  espérer pour attendre,  char pour automobile,  icitte pour ici,  au boutte pour au bout… • Ils ont appris la langue française, et l'ont transmise oralement. • La grande majorité des Houmas ne savent ni la lire ni l'écrire, mais ils la parlent toujours.
  • 5. Pourquoi parlent-ils français ? • L'explorateur français La Salle les rencontra en 1682. L'espagnol De Soto avait déjà marqué les villages Houmas sur ses cartes dès 1540. • La Louisiane française: • Au XVIII° siècle, lors du conflit qui opposa les deux grandes puissances européennes, les Houmas prirent le parti des Français. Après la Guerre de Sept Ans et ses conséquences désastreuses pour la Nouvelle-France, les tribus amérindiennes alliées des Français, subirent, en raison de leur alliance, des représailles anglaises et durent se replier dans le sud de la Louisiane française, dans la Paroisse de Terrebonne et la Paroisse de Lafourche. • La Louisiane américaine: • Après la vente de la Louisiane par Napoléon Ier aux États-Unis en 1803, la société francophone louisianaise continua à vivre selon ses règles et à parler le français pendant presque tout le XIXe siècle. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que l'État louisianais interdit l'utilisation du français, aussi bien pour les Houmas que pour les Cadiens et les Créoles louisianais. • En 1806, le président Thomas Jefferson ordonne le recensement de toutes les tribus indiennes. • Ses envoyés, MM. Clark et Sibley, convoitant leurs terres, déclarent la disparition quasi totale des Houmas. M.Clark s'approprie environ 10 000 hectares près de Burnside. • Vers 1820, sous la conduite de leur chef la plus célèbre, Rosalie Courteaux, ils se réfugient plus au sud, établissent le village de Tchoufouhouma, là où se trouve aujourd'hui la ville de Houma. Rosalie achète pour son peuple une importante surface de marais en bordure du golfe. Beaucoup de Houmas s'installent à cet endroit. Bien qu'ils aient continué à être agriculteurs lorsque c'était possible, leur nouvel environnement les a obligé à devenir chasseurs, pêcheurs et trappeurs. • La découverte du pétrole fut une nouvelle spoliation sur leurs droits ancestraux. Ils furent expulsés des zones pétrolifères et ne purent profiter de cette manne financière.
  • 6.
  • 7.
  • 8. René Robert Cavelier de La Salle • Né à Rouen (Haute Normandie) le 22 novembre 1643 • Mort le 19 mars 1687 dans le sud de la colonie française de Louisiane, dans l’État américain actuel du Texas. • Explorateur-voyageur, il a parcouru la région des Grands Lacs des États-Unis et du Canada, puis le fleuve Mississippi et a ainsi découvert les territoires situés entre la vallée du Saint-Laurent et le delta du Mississippi
  • 9. Hernando de Soto • Né en 1496 en Estrémadure, à Barcarrota ou à Jerez de los Caballeros, en Espagne • Mort le 21 mai 1542 dans l’actuel Arkansas • Conquistador et explorateur espagnol. • Encore adolescent, il participa à la conquête de l’Amérique centrale aux côtés du premier gouverneur de Panama, Pedrarias Dávila. Il se joignit à Francisco Pizarro au début des années 1530, lors de sa conquête de l’Amérique du Sud. • En 1539, de Soto entreprend la plus importante des premières expéditions coloniales espagnoles. Une vaste entreprise qui lui fait traverser tout le sud-est des États-Unis actuels, à la recherche d’or et d’un passage vers la « Mer du Sud » qui ouvre la voie vers la Chine, poursuivant ainsi les mêmes objectifs que Juan Ponce de Leon, en 1513, de Lucas de Ayllón, en 1526 et de Pánfilo de Narváez en 1527. • De Soto meurt de fièvre, en 1542, sur la rive occidentale du Mississippi, dans un village indien nommé Guachoya (proche de l’actuel McArthur dans l’Arkansas).
  • 10.
  • 11. • Les Houmas sont environ 17 000. • La plupart d'entre eux résident le long des bayous au sud de la Louisiane en bordure du golfe du Mexique. • Cinquante pour cent d'entre eux parlent français. • Bayou: région marécageuse du sud de la Louisiane formant un réseau navigable de milliers de kilomètres
  • 12. • Les Houmas vivaient dans des maisons en latanier qui les protégeaient du froid et de la chaleur. • Ces maisons rectangulaires étaient autrefois disposées autour d'un temple rond. • Ce type de maison est resté en usage pendant l'été jusque dans les années cinquante. • À cette époque les Houmas ont hésité à se faire reconnaître car ils avaient peur de se faire parquer en réserves ou de se faire déporter sur le « chemin des larmes » (exil forcé par le gouvernement américain, des indiens vers le Territoire des Indiens connu aujourd'hui sous le nom d'Oklahoma). • Ils ont donc choisi de rester sur les terres dont personne ne voulait à l'époque, absorbant les tribus de Louisiane qui disparaissaient peu à peu.
  • 13. ARTISANAT L'artisanat a joué un rôle crucial dans la vie des Houmas. Les feuilles de latanier leur ont procuré des toits protecteurs contre la chaleur et le froid. Avec ces mêmes feuilles on produit encore des chapeaux, paniers et balais. Jusqu'au début du siècle, les Houmas fabriquaient des sarbacanes pour la chasse au petit gibier. La mousse espagnole a fourni de confortables matelas et des rembourrages de sièges de voitures. Aujourd'hui, elle ne sert plus guère qu'à faire des poupées. On fait encore des objets en bois : pirogues et sculptures de toutes sortes.
  • 14. Economie À I'origine, les Houmas étaient agriculteurs. Ils ont dû s'adapter à la vie de chasseurs-pêcheurs pour survivre dans les bayous. À défaut de l'ours, et du bison aujourd'hui disparu, ils chassent le crocodile (l'alligator), le canard, et ils pêchent la chevrette (la crevette), le crabe et l'écrevisse. Les Houmas ont toujours été d'excellents constructeurs de pirogues et de bateaux de pêche. Aujourd'hui, les chantiers navals emploient beaucoup de Houmas. Bien sûr, aujourd'hui, en plus des métiers de pêcheurs, piégeurs, chasseurs, et artisans, les Houmas participent à tous les métiers comme les autres Louisianais. Ils sont aussi médecins, professeurs, avocats, et vivent avec les ordinateurs. Bien que résidant en bordure des champs pétroliers, ils n'en tirent que peu de bénéfices
  • 15. Langue et spiritualité LANGUE • Jusqu'au XVIIIe siècle, les Houmas parlaient un langage proche de celui des Choctaws. • Cependant les relations étroites entre ce peuple et les colons français favorisa la diffusion de la langue française. • Au cours du XIXe siècle, ils adoptèrent progressivement le français et perdirent avec le temps l'usage de leur langue ancestrale. • Au XXe siècle ils constituaient une ethnie amérindienne francophone. • Victimes de la ségrégation aux États-Unis, ils furent interdits d'école par l'État de la Louisiane pendant une grande partie du XXe siècle. Cette injustice favorisa ce repli identitaire et permit le maintien de la langue française parmi les membres de cette communauté amérindienne, avec 40% de locuteurs. • Aujourd'hui le peuple Houma revendique son appartenance à la Francophonie. Cependant afin de s'intégrer à la société américaine les jeunes Houmas francophones se mettent à l'anglais qui remplace peu à peu le français, surtout depuis l'ouverture de l'accès à l’école en 1964 IDÉOLOGIE ET SPIRITUALITÉ • La religion traditionnelle transparaît dans la philosophie et la vie quotidienne des Houmas. • Harmonie avec la nature. • Respect et amour de la terre et de l'eau qui sont à la disposition des êtres humains pour leur usage. Il ne faut pas en abuser. • L'idée de propriété a été une notion difficile à faire entrer dans la mentalité d'un peuple pour qui la terre et toutes les ressources naturelles, étaient à tout le monde. • En parallèle avec la religion traditionnelle, le catholicisme est très répandu.
  • 16. La vie familiale et les enfants • Le sens de la famille est très profond chez les Houmas. • Familles plutôt nombreuses et unies. • Ils ont un sens très fort de la vie de la communauté. • Ils sont très hospitaliers. • Ils habitent des maisons semblables aux habitations de beaucoup d'Américains. • Il y a néanmoins beaucoup de personnes qui logent dans des habitations provisoires à la suite de la destruction de leurs maisons par l'ouragan Andrew en 1992. • Les enfants Houmas sont intégrés dans le style de vie américain. • Ils vont à l'école en anglais et ont des camarades de classe anglophones. • Un projet d’école d’immersion a été crée en 1998. • Ils ont un programme FLS (français langue seconde) depuis 1994
  • 17. LA CUISINE Ce sont les Houmas qui ont en partie influencé la célèbre cuisine cadienne. Les fruits de mer locaux, le maïs, les herbes et les épices des environs faisaient partie intégrale de la nourriture des Houmas. L'écrevisse fait exception car c'est le symbole de la tribu. Il fallait être très pauvre et n'avoir rien d'autre à manger pour en consommer. Aujourd'hui, certains Houmas n'en mangent jamais par principe. Le gombo filé, qui est un des plats les plus connus chez les Cadiens aujourd'hui, trouve pourtant son origine chez les indiens du sud de la Louisiane. Le filé est obtenu en pilant les feuilles de saxifrage
  • 19. Questions à Marie-Françoise Crouch, universitaire française à La Nouvelle-Orléans • 1) La langue parlée par les Houmas est-elle proche de la nôtre ? • « Non. Ils parlent le français du XVIIIe siècle. Ce n'est pas non plus du cajun ou acadien. Les Houmas ont transmis cette langue oralement. Ils ont des structures de langue qui sont fondées sur leur langage d'origine, le chotcaw mobilien (de la région de Mobile, en Alabama). Il y a eu de nombreux transferts entre les deux langues. Les Acadiens ont tendance à dire qu'ils ont appris le français aux Houmas, ce n'est pas vrai du tout, car eux sont arrivés bien après. Le français des Houmas est beaucoup plus clair que celui des Acadiens. Le français des Cajuns est encore plus ancien » • 2) Comment voyez-vous l'avenir des Houmas ? • « Ces Indiens ont beaucoup de problèmes à résoudre. Tout d'abord la perte de leur territoire due à l'érosion (dégradation et transformation du relief) causée par les compagnies pétrolières. Ces dernières ont creusé des canaux afin d'accéder au golfe du Mexique et installé des pipelines partout dans les bayous. Puis BP, à la suite de la marée noire de la plate-forme « Deepwater Horizon », a déversé des produits toxiques dans le golfe, provoquant des problèmes de santé importants à la communauté des Houmas, principalement des pêcheurs. Leur style de vie en a été profondément modifié. Ils ne peuvent plus pêcher les huîtres ou les crevettes indispensables à leur survie » • 3) Quelles sont les solutions pour sauver les Houmas ? • « Que BP reconnaisse ses torts et aide les Houmas à se remettre des dégâts qu'elle a causés. C'est le plus important. Les Indiens n'ont pas les moyens de se battre contre le gouvernement fédéral et les compagnies pétrolières »
  • 20. Michel Fugain, Les Acadiens (1975) Y a dans le sud de la Louisiane Et dans un coin du Canada Des tas de gars, des tas de femmes Qui chantent dans la même langue que toi Mais quand ils font de la musique C'est celle de Rufus Thibodeaux Ils rêvent encore de l'Amérique Qu'avait rêvée leur grand-papa Qui pensait peu, qui pensait pas {Refrain:} Tous les Acadiens, toutes les Acadiennes Vont chanter, vont danser sur le violon Sont Américains, elles sont Américaines La faute à qui donc ? La faute à Napoléon Le coton c'est doux, c'est blanc, c'est chouette Pour s'mettre de la crème sur les joues Mais ceux qui en font la cueillette Finissent la journée sur les genoux Et puis s'en vont faire d'la musique Comme celle de Rufus Thibodeaux Pour oublier que l'Amérique C'est plus celle de leur grand-papa C'est bien changé depuis c'temps-là
  • 21. Le français tel qu'on le causait au XVIIIe est la langue des Indiens Houmas de Louisiane. Récit d'un combat quotidien • Le père Roch Naquin, un des deux seuls Indiens prêtres catholiques américains, et Thomas Dardar Jr, chef de la communauté des Indiens Houmas. PHOTO JEAN-MICHEL SELVA
  • 22. • Le père Roch Naquin aime à dire qu'il se considère français et indien. « Mon ancêtre Charles est venu des environs de Bordeaux, il s'est marié avec une Indienne. Ici, sur l'île Jean-Charles, mon père et ceux de son âge parlaient et écrivaient le français. Il a ensuite appris l'anglais, au contraire de ma maman, qui ne l'a jamais voulu. Aujourd'hui, seuls les plus anciens de mes voisins résistent. Les plus jeunes sont devenus anglophones. Cela va être dur de préserver notre langue. » • À 55 ans, même le chef Thomas Dardar, maîtrisant parfaitement le français, use plus souvent de l'américain. Cette génération de Houmas quinquagénaires est peut-être la dernière à s'exprimer dans la langue de Molière. Ultime survivance d'un mode de vie qui n'est déjà plus. • Une vie compliquée • « Ici poussaient des forêts de grands arbres », se souvient le chef Dardar. « Là-bas, mon grand-père élevait des vaches dans des prairies où couraient des rats musqués, pointe Roch. Nous avions des chevaux pour labourer les terres, qui produisaient assez pour nous nourrir. Avec l'exploitation intensive du pétrole, l'eau salée s'est infiltrée partout, elle continue à manger nos terres et à détruire toute la végétation. » « Pour survivre, notre communauté, rejetée par tous depuis des siècles, s'est tournée vers la pêche. Quelques-uns ont réussi à devenir avocats ou médecins, d'autres sont partis travailler dans les chantiers navals. Mais depuis un an, à cause de la marée noire dans le golfe du Mexique, juste en face de nous, nous ne pouvons plus pêcher comme avant. Des maladies de peau et respiratoires sont apparues ; elles semblent liées à l'épandage par BP de solvants contre les nappes de pétrole flottant dans le golfe. Très peu parmi nous disposent d'une protection sociale adéquate. » • « Nous avons aussi souffert des quatre derniers ouragans. Ma maison a été surélevée à trois reprises en vingt ans, la couverture remplacée de nombreuses fois. Partir ailleurs ? Non, non, ici c'est ma maison, c'est la terre de nos ancêtres », lâche le père Roch Naquin. • « L'usage du français est la preuve de notre appartenance à la nation houma »
  • 23. l’histoire douloureuse des Acadiens, ces descendants de Français installés au Canada, massivement déportés en 1755 vers la Louisiane par les Anglais, pour n’avoir pas voulu faire allégeance à la couronne britannique, on connaît moins les peuplades autochtones, notamment les Indiens hou mas. La seule tribu des États-Unis à parler encore notre langue. Il faut dire que des occupants anglais, espagnols, américains et français, ces derniers restent ceux qui se sont comportés le plus humainement.
  • 24. • Les Francophones de La Nouvelle-Orléans ont leur site internet • Apolitique et non-commercial, NOLAFrançaise.com est ouvert à toutes les personnes intéressées par la langue française à La Nouvelle-Orléans et dans sa région. Le site vise aussi à dépoussiérer la langue française et à rassembler les francophones autour de débats et d'activités qui leur tiennent à cœur, comme l'ouverture de classes d’immersion de français. Soutenus par le Consulat général de France de la Nouvelle-Orléans, l'Alliance Française de La Nouvelle-Orléans, le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL) et la Chambre commerce française en Louisiane, NOLAFrançaise devrait s’imposer comme une source d’informations quotidiennes pour la communauté. En plus de Michael Depp, des chroniqueurs bilingues comme Jean Montès, chef orchestre haïtien et professeur de musique à l'université de La Nouvelle-Orléans en charge de la culture ou Jean-Jacques Grandière, directeur du lycée français de la Nouvelle-Orléans, attelé à l’éducation, rédigeront quotidiennement des articles postés sur le site. La plupart seront traduits de l’anglais au français. Plus de chroniqueurs sont attendus prochainement sur le site. • Priorité à la culture et à l'éducation • Des projets spécifiques vont aussi être développés avec les services culturels, comme ce projet éducatif intitulé «D’où je viens », qui va mettre en contact à l'automne quatre écoles d’immersion en français de La Nouvelle-Orléans autour de la poésie. « Les élèves écriront des poèmes en français sur leur histoire personnelle. Ils échangeront et se serviront de notre site comme d’une plateforme vidéo pour communiquer entre eux. » Un livre multimédia de poésie est aussi en cours. « Nous avons tous nos enfants en école d’immersion française, précise le créateur du site. Mais nous voulons faire rayonner cette culture au-delà des murs de l’école.» Objectif sur le long terme: couvrir l’ensemble de la Louisiane et connecter entre eux les étudiants de Lafayette ou Bâton Rouge avec ceux de la Nouvelle-Orléans. La listes des écoles de la région disposant d'un programme d'immersion ou enseignant le français sera régulièrement mise à jour. • Une partie du site enfin est consacrée aux loisirs et sorties. « D’ici la fin de l’été, nous aurons une liste complète de tous les restaurants avec une connexion française.» Les Français se connectant depuis Paris pourront ainsi connaître tous les restaurants créoles ou cajuns de la ville, ainsi que les restaurants de gastronomie française classique, les bistros ou les pâtisseries françaises. Des articles plus longs verront le jour sur quelques restaurants en particulier. Il sera bientôt possible d’organiser ses lieux de visites ou de réserver sa table à La Nouvelle-Orléans depuis Paris