SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  145
Réseaux et Protocoles
Université Ibn Zohr
École Nationale des Sciences Appliquées Agadir
Hicham JAKJOUD
h.jakjoud@uiz.ac.ma
INTRODUCTION : Généralités
Que signifie un « réseau » ?
Un réseau est un ensemble d’objets ou de personnes connectés ou maintenus en liaison.
réseau social : relations entre personnes
réseau clandestin : espionnage, résistance, ...
réseau neuronal : ensemble des connexions entre neurones dans le cerveau
réseau électrique : distribution d’énergie électrique
réseau d’émetteurs : radio, télévision, ...
réseau de transport :
réseau routier : ensemble des routes terrestres permettant le transport par
véhicule routier
réseau ferroviaire : ensemble de lignes ferroviaires, gares et triages
réseau aérien : ensemble de lignes aériennes
réseau téléphonique commuté : téléphone
réseau informatique : ordinateurs, matériels électroniques,
INTRODUCTION : Généralités
Réseau informatique
Connexion de plusieurs machines entre elles, afin que les
utilisateurs et les applications qui fonctionnent sur ces
dernières peuvent échanger des informations
Pourquoi un « réseau » ?
- Échanger les informations d’une
manière simple et rapide
- Optimiser la communication entre les
différents utilisateurs
- Le partage des ressources
- La fiabilité
- Accès à des programmes distants
- Accès à des bases de donnés
-Transactions Bancaires
- …
INTRODUCTION : Généralités
Types de réseaux
Plusieurs critères de classification:
-caractéristiques physiques :
support, débit, délai, etc
-caractéristiques logiques :
protocoles, synchronisme, qualité de service, etc
-portée géographique :
locale, nationale, internationale, etc
-nature :
public, privatif, privé
-caractéristiques économiques :
coût de connexion, coût de communication, coût et délai d’installation,
disponibilité, procédure d’établissement de communication
INTRODUCTION : Généralités
Classification des réseaux:
Réseau local LAN (Local area Network):
relie des ordinateurs d’un particulier, d’un bâtiment, d’une entreprise
utilise des lignes téléphoniques, des câbles réseaux, des liaisons radio.
Exemple : le réseau de l’école
Réseau métropolitain MAN (Metropolian Area Network):
relie des ordinateurs à l’échelle d’une ville,
Utilise des ligne téléphoniques, des câbles réseaux, des liaison radio, des fibres optiques..
Exemple: une ville cybernétique
Réseau étendu WAN (Wide Area Network):
relie des ordinateurs distants de centaines ou milliers de kilomètres
utilise des câbles, fibres optiques, lignes spécialisées, liaisons par satellite, les réseaux
publics de télécommunication
Exemples : INTERNET
INTRODUCTION : Généralités
INTRODUCTION : Transmission de l’information
Moyens de transmission d’information
Liaison physique
Liaison par ondes radio
Liaison par Satellite
Liaison par lumière
INTRODUCTION : Transmission de l’information
Types de transmission d’information
Liaison directe,
Comme dans un interphone
Établit la connexion entre deux postes
Empêche toute autre connexion
Utilisée pour une liaison fixe
Possible dans un réseau très simple
Diffusion,
Transmission
INTRODUCTION : Transmission de l’information
Types de transmission d’information
Liaison directe,
Diffusion,
L’émetteur envoie dans toutes les directions
Tous les récepteurs captent l’information
Seuls ses destinataires l’utilisent
Transmission
INTRODUCTION : Transmission de l’information
Types de transmission d’information
Liaison directe,
Diffusion,
Transmission
La liaison passe par plusieurs commutateurs
L’établissement de la liaison est temporaire
INTRODUCTION : Transmission de l’information
Stratégies de transmission d’information
Deux principales stratégies:
- L’information est envoyée en totalité de la même manière
Risque de perte de toute l’information Pas utilisée
- Fragmentation de l’information en morceau
(paquets). Chaque paquet est envoyé séparément
Commutation des paquets
perte
3 2
1
En l’absence de la normalisation impossible de communiquer!
Considérons deux personnes qui ne parlent pas le même
langage (protocole) !!
De la vient la nécessité d’une norme de communication: OSI
de l’ISO
Tu as vu le
match hier
My
Grandma
is ill
INTRODUCTION : Normalisation
Pourquoi la normalisation?
Définition et généralités
L’Organisation Internationale de Standarisation (ISO) met en place la norme THEORIQUE
OSI (Open System Interconnection).
Le système OSI comporte 7 couches.
Chaque couche a une tâche définie dans la transmission et la réception.
Chaque couche a un protocole de transmission.
Qu’est ce qu’un protocole?
Faisons une analogie avec la poste. Quand vous voulez envoyer une lettre par la poste:
vous placez votre lettre dans une enveloppe,
sur le recto vous inscrivez l'adresse du destinataire,
au dos, vous écrivez l'adresse de l'expéditeur (la votre).
INTRODUCTION : Normalisation
INTRODUCTION : Protocole
Qu’est ce qu’un protocole?
Ce sont des règles utilisées par tout le monde.
C'est un protocole.
Un protocole intervient dans tout échange de données entre ordinateurs :
- Forme des données
- Codification utilisée
- Conventions pour demander la répétition
- Conventions pour l’accusé de réception
- Etc…
INTRODUCTION : Protocole
Qu’est ce qu’un protocole?
pour éviter la multiplication des solutions d'interconnexion
d'architectures hétérogènes.
Ce modèle décrit les concepts utilisés et la démarche suivie pour
normaliser l'interconnexion de systèmes ouverts
Le modèle OSI n'est pas une véritable architecture de réseau, car il
ne précise pas réellement les services et les protocoles à utiliser
pour chaque couche. Il décrit plutôt ce que doivent faire les
couches.
INTRODUCTION : Normalisation OSI
Pourquoi le modèle OSI ?
Les 7 couches
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
Le système OSI est décrit par 7 couches superposées,
L’information se déplace verticalement
De bas en haut en réception
De haut en bas en émission
INTRODUCTION : Normalisation OSI
La couche physique
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
La couche Physique s’intéresse à tout ce qui est matériel dans un
réseau (Support physique):
•Câblage, Modem, répéteurs, connecteurs, interfaces (cartes)
réseaux….
• Type du signal (Faisceaux hertziens, signaux électriques,
lumière…)
•Type de Câblage, Blindage, Type et nature des signaux
• Limitations (nombre de stations, longueur..)
• Fréquences, types de modulation et Codage du signal
INTRODUCTION : Normalisation OSI
La couche Liaison
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
La couche Liaison des données répond à la question:
Comment deux stations du même support physique peuvent se
reconnaître mutuellement?
Elle s’intéresse à l’établissement, le maintient et la libération des
liaisons des données.
Cas des réseaux Ethernet (Réseaux locaux)
INTRODUCTION : Normalisation OSI
La couche Réseau
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
La couche Réseau est responsable de l’acheminement d’un paquet
entre deux machines qui n’ont pas la même couche physique.
Trouver un chemin capable d’acheminer le paquet entre deux
stations à travers les autres périphériques du réseau
Routeurs, Commutateurs…
Il s’agit bien d’une commutation de paquets!!
INTRODUCTION : Normalisation OSI
La couche Transport
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
La couche Transport est responsable de garantir une
communication directe entre les deux stations.
Communication de bout en bout.
INTRODUCTION : Normalisation OSI
La couche Présentation
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
La couche Session est responsable de transmettre des
informations entre des programmes
La couche Présentation s’intéresse à la manière de présenter les
information entre les différentes applications
La couche Application contient les applications réseau telles que
le Courier électronique, le transfert de fichiers ...
La couche Session
La couche Application
INTRODUCTION : Normalisation OSI
INTRODUCTION : Normalisation OSI
INTRODUCTION : Normalisation OSI
7-Application
6-Présentation
5-Session
4-Transport
3-Réseau
2-Liaison des
données
1-Physique
Simulation
La paire torsadée
• Elle peut être blindé,
• Elle peut transmettre des données sur une distance assez longue ( une dizaine de
kilomètres) sans avoir besoin à amplifier ou répéter le signal,
• Elle peut transmettre des signaux numériques ou analogiques
Le câble Coaxial
• Les caractéristiques techniques sont meilleurs que la paire torsadée
• Le débit dépasse 10 Mbit/s sur 1km (en bande de base)
INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux
Caractéristiques générales des réseaux: Support de transmission
La fibre optique
• Transmission sous forme d’impulsions lumineuses
• Insensible au bruit
• Débit très important
Transmission en espace libre
• Faisceaux hertziens
• Infrarouge
• LASER
INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux
Caractéristiques générales des réseaux: Support de transmission
INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux
Synthèse:
Type de câble À utiliser si À éviter si
Câble à paire
torsadée
Vous souhaitez une
installation relativement facile,
avec des connexions simples
aux ordinateurs.
• Votre réseau local nécessite un blindage des
signaux élevé, afin de le protéger contre les
ondes électromagnétiques qui peuvent interférer
avec le signal électrique transporté par le câble.
• Vous devez transmettre les données très
rapidement et sur de longues distances.
Câble coaxial Vous devez transmettre les
données sur de plus grandes
distances que ce qu'autorise un
système de câblage moins
coûteux.
Vous devez changer fréquemment les câbles
réseau en raison du déplacement des
ordinateurs.
Câble à fibres
optiques
Vous devez transmettre des
données sécurisées très
rapidement et sur de longues
distances.
• Votre budget est limité.
• Vous ne possédez pas l'expérience nécessaire
pour l'installer et le connecter aux périphériques
correctement.
Réseau en Bus:
• Transmission en diffusion
• En général en bande de base
• Utilisation d’une détection de collisions
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
Bouchon
de
terminaison
Câbles coaxial
T de connexion
Réseau en Bus:
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Réseau en Bus:
Avantages:
Économie de câble
facile à mettre en œuvre
Simple et fiable
facile étendre
Inconvénients:
Ralentissement du trafic en cas de nombreuses stations
Une coupure de câble affecte de nombreuses ordinateurs
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Réseau en Anneau:
• Utilisation d’un câble coaxial
• Utilisation d’un message particulier dit jeton
• Aucune machine ne peut émettre sauf si elle dispose du jeton
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
jeton
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Réseau en Étoile:
•Utilisation d’un concentrateur (Hub)
• Si le concentrateur renvoie un message à tout les utilisateurs: diffusion
• Si le concentrateur est dit intelligent: transmission
• Câblage: RJ45 (paire torsadée)
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
Concentrateur
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Réseau en Étoile:
Les réseaux suivant une topologie en étoile sont moins vulnérables car une des
connexions peut être débranchée sans paralyser le reste du réseau.
Le point névralgique de ce réseau est le concentrateur, car sans lui plus aucune
communication entre les ordinateurs du réseau n'est possible.
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Réseau à paire torsadée:
• Répond aux spécifications de la norme « 10 base T »
• Très utilisé pour les réseaux locaux
• Une longueur maximale de 100 mètres
• Un débit de 10 à100 Mb/s
• Un câblage peu coûteux, c’est le moins cher
• Une installation et des connexions simples
• La plus grande flexibilité du câble
• La plus grande vulnérabilité aux interférences
• Un choix fiable mais qui ne garanti pas l’intégrité des données transmises sur de
longues distances et à des débits élevés…
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Topologie maillée:
Les ordinateurs du réseau sont interconnectés les uns aux autres par des câbles
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
Maillage irrégulier
Maillage régulier
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Topologie maillée régulière:
Le principal avantage de la topologie maillée est sa capacité de tolérance de panne grâce
à la redondance des itinéraires de routage sur le réseau.
Comme cette redondance nécessite plus de câbles que les autres topologies, la topologie
maillée peut s'avérer coûteuse.
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
Dans une topologie hybride, plusieurs topologies sont combinées pour former un modèle
de réseau complexe.
Les réseaux utilisent rarement un seul type de topologie. Par exemple, vous pouvez être
amené à combiner une topologie en étoile et une topologie en bus pour bénéficier des
avantages de chacune.
Deux types de topologies hybrides sont fréquemment utilisés : la topologie étoile/bus et la
topologie étoile/anneau.
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
La topologie étoile/bus
Dans une topologie hybride étoile/bus, plusieurs réseaux de topologie en étoile sont reliés
à une connexion en bus.
Lorsqu'une configuration en étoile est saturée, il est possible d'ajouter une seconde étoile et
d'utiliser une connexion en bus pour interconnecter les deux topologies en étoile.
Dans ce type de topologie, la défaillance d'un ordinateur n'affecte pas le reste du réseau.
Toutefois, en cas de défaillance du concentrateur qui relie tous les ordinateurs en étoile,
tous les ordinateurs raccordés à ce composant sont dans l'incapacité de communiquer.
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux
La topologie étoile/Anneau
Topologie hybride étoile/anneau: les ordinateurs sont connectés à un composant central, comme dans
un réseau en étoile.
Ces composants sont cependant câblés de façon à former un réseau en anneau.
Comme dans la topologie hybride étoile/bus, la défaillance d'un ordinateur n'affecte pas le reste du
réseau.
Grâce au passage de jeton, tous les ordinateurs d'une
topologie en étoile/anneau peuvent communiquer.
1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
Le modèle OSI: Open System Interconnextion
2- Le MODEL OSI
•Le modèle de référence OSI propose une décomposition du problème d'interconnexion des
réseaux d'ordinateurs, en couches superposées à partir de la couche
• Physique (la couche qui met en œuvre la carte utilisées pour le raccordement au
réseau),
jusqu‘à la couche
• Application (la couche qui met en œuvre les services nécessaires aux applications qui
utilisent le réseau)
Le modèle OSI: Open System Interconnextion
2- Le MODEL OSI
•Ce modèle relève des travaux de l'ITU-T qui est une émanation européenne de l'ISO.
•En gros, il existe une hiérarchie dans les organismes de normalisation :
•ISO : International Standardization Organisation, Regroupement de constructeurs et
administratifs mondiaux qui définissent des normes
•ITU : International Télécommunication Union, émanation essentiellement européenne
de l'ISO en charge spécifiquement des problèmes de télécommunications au sens large
(téléphonie compris).
•En descendant encore un peu dans la hiérarchie on trouve les organismes nationaux de
normalisation, l'AFNOR en France et aussi la DGPT (Direction Générale des Postes et
Télécommunications), l'ANSI (American National Standard Institute) aux U.S ou
l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers ).
•Ce modèle OSI est devenu une norme internationale sous la double référence ISO 7498 et
ITU-T X.200 Series et une norme française sous la référence AFNOR NF Z 70-001.
Notion de couche, service, protocole et surface
2- Le MODEL OSI
•Les logiciels mis en œuvre dans chaque couche d'un ordinateur résolvent une partie des
problèmes de communication, en utilisant des protocoles de communication, c-à-d des
ensemble de règles, procédures et messages définis et standardisés, pour communiquer avec
la couche homologue de l'ordinateur distant.
•Chaque couche offre des services à la couche de niveau supérieur. Cette méthode simplifie
l'écriture des logiciels de la couche car ça lui permet de traiter une autre partie des
problèmes de communication en s'appuyant sur les services fournis par la couche de niveau
inférieur.
Principes des 7 couches
2- Le MODEL OSI
- Une couche doit être créée lorsqu'un nouveau niveau d'abstraction est nécessaire,
- Chaque couche a des fonctions bien définies,
- Les fonctions de chaque couche doivent être choisies dans l'objectif de la normalisation
internationale des protocoles,
- Les frontières entre couches doivent être choisies de manière à minimiser le flux
d'information aux interfaces,
-le nombre de couches doit être tel qu'il n'y ait pas cohabitation de fonctions très différentes
au sein d'une même couche et que l'architecture ne soit pas trop difficile à maîtriser.
Les couches basses (1, 2, 3 et 4) sont nécessaires à l'acheminement des informations entre
les extrémités concernées et dépendent du support physique.
Les couches hautes (5, 6 et 7) sont responsables du traitement de l'information relative à la
gestion des échanges entre systèmes informatiques.
Par ailleurs, les couches 1 à 3 interviennent entre machines voisines, et non entre les
machines d'extrémité qui peuvent être séparées par plusieurs routeurs.
Les couches 4 à 7 sont au contraire des couches qui n'interviennent qu'entre hôtes distants.
On peut résumer par un schéma la succession des évènements afin de mettre en
évidence un modèle en couches et les noeuds du réseau:
2- Le MODEL OSI
Écriture de
la lettre
Traduction
de la lettre
Relevé du
courrier dans
les services
Action du
service courrier
Action du
centre de tri
Acheminement
entre deux nœuds
consécutives
Utilisation
des moyens
de
circulation et
transport
On peut résumer par un schéma la succession des évènements afin de mettre en
évidence un modèle en couches et les noeuds du réseau:
2- Le MODEL OSI
Utilisation des moyens
de circulation et transport
Notification de la
réception du dernier
noeud
Action du bureau de poste
contrôle d’adresse
Action du service
courrier
Distribution du courrier
des services
Ouverture de la lettre,
traduction, mise en forme
Lecture de la lettre,
Prenons maintenant un exemple plus "télécommunications" en envisageant
un transfert de fichier entre un ordinateur X et un ordinateur Y reliés par un
câble série. On peut envisager une modélisation à 3 couches :
A : couche application
B : couche gestion de messages
C : couche physique
2- Le MODEL OSI
Exemple:
• L'utilisateur désirant transférer un fichier fait appel à la couche A à l'aide d'une
primitive du type envoyer_fichier (nom du fichier, destinataire).
• La couche A découpe le fichier en messages et transmet chaque message à la
couche B par une primitive du type envoyer_message ( numéro de message,
destinataire).
• La couche B effectue la gestion de l'envoi de message, éventuellement en
découpant le message en unités intermédiaires (trames) ; l'envoi des trames entre X
et Y obéissent à des règles (protocole) : cadence d'envoi, contrôle de flux, attente
d'un accusé de réception, contrôle de erreurs.
• La couche B fournit à la couche C un train de bits qui sera acheminé,
indépendamment de sa signification, via une voie de transmission physique, vers le
destinataire.
2- Le MODEL OSI
2- Le MODEL OSI
La fonction principale de la couche physique est de matérialiser l'interface entre
l'ordinateur et le réseau pour pouvoir émettre et recevoir des signaux de
communication.
Ces signaux peuvent être de nature électrique, électromagnétique (radio) ou
optique. La définition de connecteurs, des câbles ou antennes font partie de cette
couche. En général on considère que les cartes réseau, les modems et les
concentrateurs (hubs) en font aussi partie.
Une autre fonction de cette couche est de sérialiser l'information, c-à-d
transformer les octets en éléments bits ou vice versa. Cette transformation doit
être effectué à un rythme qui est imposé par la vitesse (débit binaire) de
l'interface.
Beaucoup d'autres fonctions peuvent être réalisées par cette couche; la détection
de l'existence d'une communication en cours (Carrier Sense) ou d'une collision
(Collision Detect) sur un réseau local Ethernet.
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Cartes réseau:
• L'interface physique entre l'ordinateur et le câble réseau.
• Elles sont installées dans un logement d'extension de chaque ordinateur et de
chaque serveur du réseau.
• Les données qui sont transférées du câble à la carte réseau sont regroupées en
paquets. Un paquet est un groupe logique d'informations composé d'un en-tête,
qui contient des informations d'emplacement, et des données utilisateur. L'en-
tête comporte des champs d'adresses contenant des informations sur l'origine et
la destination des données.
• La carte réseau lit l'adresse de destination pour déterminer si le paquet est
destiné à l'ordinateur dans lequel elle est installée. Si tel est le cas, la carte
réseau transmet le paquet au système d'exploitation pour qu'il le traite. Sinon,
la carte réseau ignore le paquet.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Cartes réseau:
• Chaque carte réseau possède une adresse unique qui est intégrée aux puces
qu'elle contient dite MAC (Media Access Control).
• L’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) est un organisme
américain qui attribue des plages d’adresses à tous les fabricants de cartes
réseaux dans le monde.
• L’adresse MAC est composé de 6 octets. Les trois premiers octets sont
réservés pour identifier le constructeur de la carte réseau, tandis que les trois
derniers octets sont gérés par le constructeur.
•Exemples:
•3 COM, 08 00 03
•HP, 08 00 09
•IBM, 08 00 5A
•DEC, AA 00 00
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Cartes réseau:
• Reçoit les données du système d'exploitation de l'ordinateur, et les convertit
en signaux électriques pour les transmettre par le biais du câble.
• Reçoit les signaux électriques du câble et les convertit en données
compréhensibles par le système d'exploitation de l'ordinateur.
• Vérifie si les données envoyées par le câble sont bien destinées à l'ordinateur.
• Contrôle le flux des données entre l'ordinateur et le système de câblage.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission :
• Utilisation de signaux électrique, optique, ondes radio,…etc
• Les signaux sont binaires (suites de 0 et de 1)
• Information  Codage Signal
• Codage analogique ou numérique
• Dans un réseau de données les signaux sont codifiés d’une manière
numérique!!
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Notions de codage:
• Codes numériques:
• Code Tout Ou Rien (TOR),
• Codage NRZ
• Codage bipolaire
• Codage Manchester
• Codage Manchester différentiel
• Etc.…
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Transmission en bande de base :
• Chaque état de l’information correspond à une valeur du signal (tension)
• Le signal ne subit aucune modification!
• Utilisé pour les réseaux de petites tailles
• Désavantage: Dégradation rapide (atténuation, distorsion du signal par le
temps de réponse des composantes, …)
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Notions de codage:
• Code TOR
• Une forte composante continue (difficulté de conduire un courant continu),
• Risque de perdre la synchronisation lors d’une suite de 1 ou de 0
• Pas de distinction entre un état de repos et un état 0
 00001101 peut être interprétée comme 1101
Notions de codage:
• Code NRZ
• La composante continue persiste quoique moins importante
• Le même risque de synchronisation
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Notions de codage:
• Code Bipolaire
• 0 est représenté par un 0V
• 1 est représenté tantôt par V
et tantôt par –V.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Notions de codage:
• Code Manchester
• 0 est représenté par un front montant
• 1 est représenté par un front descendant
• Utilisé dans les réseaux Ethernet
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Notions de codage:
• Code Manchester différentiel
• 0 est représenté par un front du même sens que le précédant
• 1 est représenté par un front de sens différent
• Utilisé dans les réseau Token Ring (anneau à jeton)
• Insensible aux inversion des fils dans le câblage.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Basée sur la modulation d’une porteuse sinusoïdale.
• Un signal sinusoïdal s’écrit:
• Uc est une composante continue (qu’on néglige généralement),
• A est l’amplitude du signal,
• f étant la fréquence
• Et φ étant la phase
• La modulation consiste à faire varier l’un ou plusieurs paramètres
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
𝑥 𝑡 = 𝑈𝑐 + 𝐴𝑠𝑖𝑛 2𝜋𝑓𝑡 + 𝜑
Transmission numérique:
• Modulation d’amplitude
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Modulation de fréquence
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Modulation de phase
• 1 est représenté par une phase de 0
• 0 est représenté par une phase de π
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Modulation mixte
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Dispositifs appartenant à la couche physique:
• Modem: MODulateur-DEModulateur
• Carte Réseau
• Câbles de transmission
• ….
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Termes relevant de domaine de la transmission:
• Bande passante: Gamme de fréquence susceptible d’être conduite sur un
canal sans affaiblissement majeur (-3dB)
• Rapidité de modulation R: Le nombre de symboles susceptible d’être
conduit sur un canal par unité de seconde (Baud)
• Symbole: un ou une suite de bits.
• Valence v: taille d’un symbole.
• Débit: le nombre de bits transmis par unité de temps (d=v.R).
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique:
• Théorème de Nyquist (1924):
Le débit maximal d’un canal de transmission exempte de signaux
parasites et ayant une bande passant W et une valence v est:
Où nb est le nombre d’état susceptible d’être transmis sur le canal (nb=2v)
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
𝐷𝑚 = 2𝑊𝑙𝑜𝑔2(𝑛𝑏)
Transmission numérique:
• Capacité maximale d’un canal en présence du bruit
• La qualité d’une transmission se mesure également par la quantité de bruit
présente sur le canal.
• Rapport signal sur bruit: Le rapport de la puissance du signal transmis S à la
puissance du bruit N : (S/N).
• Parfois on exprime cette quantité en logarithme décimal :
en Bel ( plus généralement en dB).
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
𝑙𝑜𝑔10 𝑆/𝑁
Transmission numérique:
• Capacité maximale d’un canal en présence du bruit
• Théorème de Shannon:
Pour un canal de transmission de bande passante W soumis à un bruit
dont le rapport signal sur bruit est S/N, la capacité de transmission est donnée
par:
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
𝐶 = 𝑊𝑙𝑜𝑔2 1 + 𝑆/𝑁
Transmission numérique:
• La transmission série :
• Les bits sont envoyés l’un après l’autre
 le même fil.
• La transmission parallèle:
• Les informations sont envoyées mots par mots
• N bits sont transmis simultanément
• N fils différents.
• Soucies de synchronisation (en cas de retard)
• Utilisée dans des petits réseaux.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Transmission numérique: Modes d’exploitation
• Transmission en simplex:
• Unidirectionnelle,
• Emetteur et Récepteur sont fixé,
• Exemple: TV, radio, …
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Emetteur
Récepteur
Système 1
Emetteur
Système 2
Récepteur
Transmission numérique: Modes d’exploitation
• Transmission en semi-duplex (half-duplex)
• La transmission se fait en un seul sens à la fois,
• Support de communication commun, et de bande passante limitée (pas
de multiplexage fréquentiel)
• Exemple: Téléphone!!!
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Emetteur
Récepteur
Système 1
Emetteur
Système 2
Récepteur Emetteur
Récepteur
Système 1
Emetteur
Système 2
Récepteur
Transmission numérique: Modes d’exploitation
• Transmission en duplex intégral (full-duplex)
• La transmission peut se faire dans les deux sens simultanément,
• A chaque sens un canal de transmission propre.
• Le support physique peut être le même,
• Exemple: réseaux informatiques.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
Emetteur
Récepteur
Système 1
Emetteur
Système 2
Récepteur
Transmission numérique:
• Transmission synchrone:
• L’émetteur et le récepteur sont synchronisé par le biais d’une horloge de
référence.
• En général l’émetteur envois l’horloge avec les données,
• Pas besoin de synchronisation,
• cas de la télécommande!!
• Transmission asynchrone:
• Le récepteur reconstitue l’horloge à partir des séquences de bits reçus
• Synchronisation pour chaque caractère reçu (bits de départ et de stop).
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique
2- Le MODEL OSI
Fonctions:
- Émission et réception des signaux
- Sérialisation
Exemples:
- Cartes réseau, connecteurs, câbles, modems, concentrateurs (hub)
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Physique: Synthèse
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Liaison de données
La fonction de la couche liaison de données est l'envoi et la réception de
messages, souvent appelés trames à ce niveau, à son proche, c-à-d à un
ordinateur qui se trouve sur un lien direct.
Ce lien direct peut être permanent comme dans le cas le plus simple des
réseaux locaux ou bien temporaire, par exemple, par une commutation de
circuit sur le réseau téléphonique en appelant un fournisseur d'accès à Internet.
Cette couche peut aussi faire un contrôle d'erreurs de transmission, en
utilisant, par exemple, dans le cas des trames Ethernet les derniers quatre octets
de la trame appelés Frame Check Sequence (FCS).
Elle s’occupe également de la gestion des acquittements reçus et du contrôle
du flux
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Liaison de données
Deux protocoles très utilisés à ce niveau sont:
• Point to Point Protocol (PPP) pour la communication d'un ordinateur avec
modem à un fournisseur d'accès Internet (en utilisant le réseau téléphonique)
• IEEE802.3, IEEE802.11b (protocoles Ethernet) pour le raccordement en
réseau local avec ou sans fils
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Liaison de données : Synthèse
Fonctions:
-Envois et réception de messages (trames) entre hôtes voisins
- Contrôle d’erreurs de transmission
Exemples:
- PPP: raccordement avec un modem ou un fournisseur d’accès à Internet
- Protocole Ethernet: liaison avec un réseau local
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Réseau
• La fonction de la couche réseau est le routage des paquets dans le sous
réseaux et l’interconnexion avec les autres sous réseaux
• Elle contient un mécanisme/ protocole de routage et de calcul des tables de
routage (tables statiques ou dynamiques...).
• Aujourd'hui il s'agit bien du protocole Internet IP (Internet Protocol). Ce
protocole est dans sa version 4, caractérisée par des adresses sur 32 bits.
L'évolution de l'Internet requiert le passage à la version 6 qui est caractérisée
par des adresses beaucoup plus longues, représentées sur 128 bits.
• La couche réseau contrôle également l'engorgement du sous-réseau.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Réseau: Exercice
• Un espace d'adressage qui utilise des adresses représentées sur 32 bits
permets de définir combien d'adresses différentes ?
•Et si les adresses sont représentées sur 128 bits ?
Fonctions:
- Routage
- Fragmentation des messages en paquets
Exemple:
- IPv4: 32 bits
- IPv6: 128bits
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Réseau: Synthèse
• Le rôle principal de la couche transport est le bon acheminement des
messages complets au destinataire.
• Elle s’occupe de prendre les messages de la couche session, de les découper
s'il le faut en unités plus petites et de les passer à la couche réseau, tout en
s'assurant que les morceaux arrivent correctement de l'autre côté. Cette
couche effectue donc aussi le réassemblage du message à la réception des
morceaux.
• Elle est responsable de l'optimisation des ressources du réseau : la couche
transport crée une connexion réseau par connexion de transport requise par la
couche session, mais cette couche est capable de créer plusieurs connexions
réseau par processus de la couche session pour répartir les données, par
exemple pour améliorer le débit. A l'inverse, cette couche est capable
d'utiliser une seule connexion réseau pour transporter plusieurs messages
à la fois grâce au multiplexage. Dans tous les cas, tout ceci doit être
transparent pour la couche session.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport
• Cette couche est également responsable du type de service à fournir à la
couche session, et finalement aux utilisateurs du réseau : service en mode
connecté ou non, avec ou sans garantie d'ordre de délivrance, diffusion du
message à plusieurs destinataires à la fois...
• Cette couche s’occupe aussi de l'établissement et du relâchement des
connexions sur le réseau.
• Elle s’occupe également du contrôle de flux.
• C'est l'une des couches les plus importantes, car c'est elle qui fournit le service
de base à l'utilisateur, et c'est par ailleurs elle qui gère l'ensemble du processus
de connexion, avec toutes les contraintes qui y sont liées.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport
Pour acheminer les données dans un réseau, il existe deux politiques majeures:
• Mode connecté: Établir au préalable à la transmission, une connexion avec le
correspondant,
• Mode non connecté: émettre les données sans se soucier de savoir si le
correspondant est présent.
Il y a plusieurs exemples de protocoles de transport. Dans le monde Internet les
plus connus sont:
• TCP Transmission Control Protocol
• UDP User Datagram Protocol
• RTP Realtime Transport Protocol
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: modes connecté ou non?!!!
Analogie!!
Un jour, au bureau, vous avez besoin d'un dossier.
• Vous criez à votre collègue Mohamed : "Mohamed apportes-moi le dossier
Inscription s'il te plaît !". Et vous attendez que Mohamed vous l'apporte. Vous
venez de faire un transfert d'information en mode non connecté. Vous êtes
supposés être connecté tout le temps Alors que Mohamed peut bien être en train
de fumer tranquillement sa cigarette ça fait une petite heure !!!
• La deuxième méthode est de dire : "Mohamed t'es là ??". Si Mohamed répond
"Oui !", il est foutu car vous allez lui demander le dossier et il sera obligé de
vous l'amener (s'il veut son chèque à la fin du mois). Vous avez fonctionné en
mode connecté, vous avez étiez dans l’obligation d’établir une connexion au
préalable à la transmission.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: modes connecté ou non?!!!
• Vous établissez un canal (physique ou virtuel).
• Les informations sont émises sur ce canal de manière séquentielle, l'ordre de
réception étant forcément le même qu'en émission.
• La perte d'une information se traduit par une remise à zéro du circuit, voir une
déconnexion.
• Ce mode suppose une procédure de gestion de la communication assez lourde
qui en diminue le rendement.
• Par contre le service réseau rendu aux couches supérieures est suffisamment
fiable pour nécessiter un minimum de contrôle au niveau de la couche
transport.
• Le mode connecté était le mode privilégié de fonctionnement des réseaux
longues distances avant l'intronisation d'IP.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: En mode connecté
• Les applications de transfert de fichiers, de courrier électronique et de
navigation sur le web requièrent des garanties de transmission sans erreurs et
de retransmission en cas d'erreur.
• Dans le cas de messages longs, le fait de découper un message en paquets plus
courts peut donner lieu à la remise des paquets à l'ordinateur de destination
dans le désordre.
• Le protocole TCP s'occupe de résoudre ces problèmes, au prix d'une certaine
complexité du protocole (mode connecté).
• Les applications de gestion de réseau et les updates envoyés par les routeurs
dans un réseaux préfèrent utiliser un protocole plus léger mais plus rapide car
les messages sont typiquement très courts et en cas d'erreurs ou d'absence de
réponse, ils peuvent être répétés sans problèmes.
• Le protocole UDP est typiquement utilisé dans ces cas (mode non connecté).
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: TCP ou UDP?
• Il peut arriver (et même souvent), qu'un même programme entre deux
machines (par exemple un Browser vers un serveur WEB) soit dans
l'obligation de mettre en relation plusieurs processus simultanément.
• Ainsi le dialogue entre les deux machines utilise un même parcours réseau
(ou connexion réseau), mais sur cette seule est unique relation de niveau 3
entre deux uniques machines, on pourrait avoir plusieurs connexions de
niveau 4, accomplissant chacune une tâche (un processus) distincte.
L'exemple le plus parlant peut se trouver sur le WEB
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: Multiplexage niveau 4
• Lorsque vous vous connectez à un serveur WEB, vous empruntez dans le
réseau Internet une route vous reliant au serveur, grâce au protocole IP
(couche 3). Il existe une seule relation de niveau 3 entre l'adresse IP de votre
PC et l'adresse IP du serveur.
• En supposant que la page que vous téléchargez comporte un texte et deux
images. Vous établirez une connexion de couche 4 (TCP ici) pour le transfert
du texte, et une connexion pour chaque image, soit au total trois connexions.
Chacune est indépendante de l'autre, alors qu'elles sont toutes véhiculées par
la même connexion réseau. Vous pouvez d'ailleurs pressentir cette
indépendance lorsque vous recevez le texte immédiatement et que les images
pourtant placées en entête vous parviennent plus tard (ou même carrément
jamais !).
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: Multiplexage niveau 4
Fonctions
- Envoyer/ Recevoir des message de bout en bout
- Retransmettre éventuellement les messages non reçus
Exemples
- TCP: Transport avec garanties
- UDP: Transport sans garanties
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Transport: Synthèse
• La notion de session est assez proche de celle de connexion. Il
existe cependant quelques détails qui peuvent justifier la présence
de ces deux concepts.
• Une seule session peut ouvrir et fermer plusieurs connexions, de
même que plusieurs sessions peuvent se succéder sur la même
connexion.
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche session: notions de session et connexion
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche session: notions de session et connexion
Exemples:
Vous avez un message à transmettre par téléphone à votre ami, votre épouse doit faire de
même avec celle de ce même ami.
• Vous appelez votre ami (ouverture d'une connexion),
• Vous discutez avec lui un certain temps (ouverture d'une session),
• puis vous lui dites que votre épouse voudrait parler à la sienne (fermeture de la
session).
• Les épouses discutent un autre certain temps (ouverture d'une seconde session),
• Puis n'ont plus rien à se dire (fermeture de la seconde session)
• Et raccrochent (fin de la connexion).
Dans cet exemple, deux sessions ont eu lieu sur la même connexion.
Vous avez un travail à réaliser avec un collègue, par téléphone.
1. Vous l'appelez (ouverture de la connexion et ouverture de la session).
2. Il vous demande des informations vous raccrochez après lui avoir dit que vous le
rappellerez ultérieurement (fermeture de la connexion, mais pas de la session).
3. Vous avez les informations, vous rappelez votre collègue (ouverture d'une seconde
connexion),
4. Vous lui transmettez les informations demandées, vous n'avez plus rien à vous dire
(fermeture de la session),
5. Vous raccrochez (fermeture de la connexion).
Dans cet exemple une session s'étend sur deux connexions.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche session
Cette couche organise et synchronise les échanges entre tâches distantes.
Elle réalise le lien entre les adresses logiques et les adresses physiques des
tâches réparties.
Elle établit également une liaison entre deux programmes d'application devant
coopérer et commande leur dialogue (définition du type de communication half/
full duplex).
Elle assurera enfin le partage équitable de la parole ! Démocratique la couche 5
! C'est sans doute pour cela qu'on ne la trouve que très rarement implémentée
dans les architectures informatiques !
La couche session permet aussi d'insérer des points de reprise dans le flot de
données de manière à pouvoir reprendre le dialogue après une panne..
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche session: Fonctions
Gestion du dialogue
Synchronisation du dialogue
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche session: Synthèse
Fonctions:
- Maintenir le contexte de communication
- Pas toujours nécessaire
Exemples:
- Login/ Logout entre machine de réseau (cette fonction est en général intégrée dans
des applications utilisant des protocoles spécifiques)
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
2- Le MODEL OSI
La couche Présentation
Le rôle de cette couche est d'aider les différentes applications à représenter les
données de manière indépendante des plates-formes/systèmes d'exploitation.
Cette couche s'intéresse à la syntaxe et à la sémantique des données transmises :
c'est elle qui traite l'information de manière à la rendre compatible entre tâches
communicantes.
Elle va assurer l'indépendance entre l'utilisateur et le transport de l'information.
Typiquement, cette couche peut convertir les données, les reformater, les crypter
et les compresser.
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
2- Le MODEL OSI
La couche Présentation
Imaginons trois Internautes :
un anglais, un français et un marocain
Un soir ils se rencontrent sur un "chat-room".
Aucun d'entre eux ne sait parler la langue de l'autre, et pourtant ils aimeraient
communiquer !
Première solution : L'anglais, peu avare, téléphone à une boite d'intérim et
commande deux traducteurs. Lorsqu'il veut parler au français il active son
traducteur français, lorsqu'il veut parler au marocain, il active son traducteur
marocain ! Vous imaginez sans peine la joie de l'agence d'intérim lorsque
l'anglais décide de converser avec une dizaine de nations différentes !
Deuxième solution : Le français, plus avisé dans ses dépenses, décide de
n'engager qu'un seul traducteur ! Il dit : "Moi je veux un traducteur en Espéranto
! Il traduira mon français en un pur Espéranto que les autres devront comprendre
et eux-mêmes traduire dans leur dialecte". Avisé, le français, a ainsi réparti les
coûts de traduction sur les différents communicants ! De plus quiconque voudra
participer à la discussion devra se procurer un seul traducteur Espéranto.
Troisième solution : Laquelle à votre avis?
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
2- Le MODEL OSI
La couche Présentation
Le marocain
cherche toujours
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
2- Le MODEL OSI
La couche Présentation : Le codage
• Il existe plusieurs standards pour représenter les données
• Certaines applications se limitent à l'utilisation du standard ASCII pour représenter
les caractères sans accents.
Ce code fait apparaître des caractères non imprimables appelés caractères de manœuvre
qui provoquent des actions sur des dispositifs informatiques ou qui transportent de
l'information de service. Par exemple, FF signifie "passage à la page suivante" ce qui pour
une imprimante est une information indispensable.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Présentation: Le codage
Le code ASCII est un code sur 7 positions ; comme les ordinateurs stockent
l'information dans des mots dont la longueur est un multiple de 8 bits (octets),
on complète généralement le code ASCII par un "0" en tête pour former un
octet. On peut aussi utiliser ce degré de liberté supplémentaire pour définir des
alphabets spéciaux ; dans ce cas, on avertit en mettant un "1" en tête à la place
du "0" ce qui correspond au code ASCII étendu ; malheureusement, il y a
plusieurs codes ASCII étendus car il n'y a pas encore de normalisation imposée
ce qui rend difficile mais pas insurmontable le passage d'un document d'une
plate-forme à une autre.
Le code EBCDIC est un code sur 8 bits ce qui permet d'obtenir 256 caractères
représentables contre 128 pour le code ASCII.
code à 16 positions : Unicode
Ce code est récent et a été mis en œuvre pour satisfaire tous les usagers du Web.
Il incorpore presque tous les alphabets existants (Arabic, Armenian, Basic Latin,
Bengali, Braille, Cherokee, etc....) ; il est compatible avec le code ASCII. Par
exemple le caractère latin A est codé 0x41 en ASCII et U+0041 en Unicode.
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
La couche Présentation: Le codage
D'autres applications encore peuvent utiliser un véritable langage de description
de données (simples et complexes) avec des règles de représentation des
données pour le transfert entre applications en réseau.
Le standard ISO ASN.1 (Abstract Syntax Notation Number One) permet de
décrire une variable (ou une donnée) par son type (booléen, entier, réel, binaire,
octet long, séquence, chaîne de caractère, etc...), sa valeur (a, 1, 125, bobo,
NON, OUI, AND, etc ..) et sa longeur (1 bit, un octet, un mot, etc ..)
Mais encore une fois cette couche est souvent intégrée directement dans les
logiciels d'application.
La couche Présentation: Synthèse
Fonctions:
- Représenter les données
Exemples:
- ASCII
- EBCDIC
- Unicode
- ASN.1
- …
2- Le MODEL OSI
7-
App
6-
Pré
5-
Ses
4-
Tra
3-
Rés
2-
Lia
1-
Phy
2- Le MODEL OSI
Architecture TCP/IP du réseau Internet
• L'architecture des applications Internet a tendance à mettre en œuvre les
fonctions des couches session, présentation et application dans des
protocoles qui intègrent les différentes fonctions en un seul protocole.
• Cette approche contredit en partie la notion de couches mais se justifie
pour des raisons de performance et de pragmatisme.
• Le modèle ISO et ses couches servent de référence pour poser les
problèmes, alors que au moment de l'implémentation il est peut être plus
simple et performant d'intégrer les fonctions nécessaires à une application
dans un seul protocole.
Architecture TCP/IP du réseau Internet
 Exemples des protocoles les plus utilisés
HTTP (HyperText Transfer Protocol);
FTP (File Transfer Protocol);
SMTP (Simple Mail Transfer Protcol);
POP (Post Office Protocol);
TCP (Transmission Control Protocol)
UDP (User Datagram Protocol)
IP (Internet Protocol)
ICMP (Internet Control Message Protocol)
NNTP (News Network Transfer Protocol)
Telnet (Terminal Network);
Architecture TCP/IP du réseau Internet
Architecture TCP/IP du réseau Internet
• Pour que le code HTML de la page puisse être transmis au
navigateur, l'application serveur Web fait appel au protocole
HyperText Transfer Protocol qui ajoute ses propres informations.
• Le logiciel de la couche application fait ensuite appel aux services
de la couche transport pour obtenir un service de transmission fiable.
• Le protocole TCP est choisi; celui-ci ajoute aussi des informations.
• Les logiciels de la couche transport font appel aux services de la
couche réseau pour acheminer les données. Le protocole IP est
imposé par le réseau Internet
• Les logiciels de la couche physique sérialisent les octets de la
trame.
Architecture TCP/IP du réseau Internet
Architecture TCP/IP du réseau Internet
Les éléments binaires reçus par l'ordinateur de destination sont
réassemblés en octets pour reconstituer la trame avant de la passer
au logiciel de la couche sous-réseau qui utilise le protocole
Ethernet pour vérifier si la trame est valide.
Si oui la couche sous-réseau peut passer les données à la couche
réseau qui utilise les informations du protocole IP pour vérifier la
validité du paquet reçu et savoir à quel protocole de la couche
supérieur il faut passer les données et ainsi de suite jusqu'au
logiciel du navigateur.
Architecture TCP/IP du réseau Internet
Architecture TCP/IP du réseau Internet
la gestion de l'espace d'adressage IP est confié à
l’organisation américaine l'ICANN (Internet Corporation for
Assigned Names and Numbers) qui a remplacé depuis 1998
L'IANA (Internet Assigned Numbers Authority)
L’adressage IP (gestion)
L’adressage IP
• Sur Internet, les ordinateurs communiquent entre eux grâce au protocole IP
(Internet Protocol), qui utilise des adresses numériques, appelées adresses IP.
• Une adresse IP est une adresse 32 bits, composées de 4 nombres entiers entre
0 et 255 et notées sous la forme xxx.xxx.xxx.xxx.
• Par exemple, 194.153.205.26 est une adresse IP donnée sous une forme
technique.
• Ces adresses servent aux ordinateurs du réseau pour communiquer entre-eux,
ainsi chaque ordinateur d'un réseau possède une adresse IP unique sur ce
réseau.
Qu'est-ce qu'une adresse IP
• On distingue en fait deux parties dans l'adresse IP:
– une partie des nombres à gauche désigne le réseau est est
appelée ID de réseau (en anglais netID),
– Les nombres de droite désignent les ordinateurs de ce réseau
est est appelée ID d'hôte (en anglais host-ID).
xxx.xxx.xxx.xxx
Réseau Ordinateurs
L’adressage IP
Exemple:
• Un réseau contenant 10 ordinateurs:
• Adresse réseau: 192.168.0.0
Adresses des ordinateurs:
192.168.0.1
192.168.0.2
192.168.0.3
…
192.168.0.9
192.168.0.10
L’adressage IP
Adresse de diffusion
Lorsque tous les bits de la partie host-id sont à 1, l'adresse obtenue est
appelée l'adresse de diffusion (en anglais broadcast).
Il s'agit d'une adresse spécifique, permettant d'envoyer un message à
toutes les machines situées sur le réseau spécifié par le netID.
Exemple :
180.150.255.255 est une adresse de diffusion du réseau 180.150.0.0
L’adressage IP
Les adresses IP sont réparties en classes, selon le nombre
d'octets qui représentent le réseau. Ces classes sont:
– Classe A
– Classe B
– Classe C
– Classe D
– Classe E
Les classes de réseaux
L’adressage IP
• Dans une adresse IP de classe A, le premier octet représente le réseau.
• Une adresse IP de classe A, en binaire, ressemble à ceci :
0xxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx
Réseau Ordinateurs
• Le bit de poids fort est à zéro, ce qui signifie qu'il y a 27 possibilités de réseaux
00000000.00000000.00000000.00000000  0.0.0.0
…..
01111111.00000000.00000000.00000000  127.0.0.0
Les classes de réseaux
Classe A
L’adressage IP
• en réalité on a que 126 possibilités
– le réseau 0.0.0.0 n’est pas utilisé
– 127.0.0.0 adresse de bouclage (est une adresse utilisée
par une interface pour s'envoyer un message à
elle-même)
• Les trois octets de droite représentent les ordinateurs du réseaux, le
réseau peut donc contenir un nombre d'ordinateur égal à :
256*256*256-2= 224-2 = 16777214 ordinateurs.
Les classes de réseaux
Classe A
L’adressage IP
• Quelques exemples:
– General Electric 3.0.0.0 – 3.255.255.255
– IBM Corporation : 9.0.0.0 - 9.255.255.255
– Apple Computer, Inc (14 hits): 17.0.0.0 - 17.255.255.255
– Ford Motor Company : 19.0.0.0 - 19.255.255.255
– DoD Network Information Center : 21.0.0.0 - 22.255.255.255
– DoD Network Information Center : 28.0.0.0 - 30.255.255.255
– IBM : 32.0.0.0 - 32.255.255.255
Les classes de réseaux
Classe A
L’adressage IP
• Dans une adresse IP de classe B, les deux premiers octets représente le réseau.
• Une adresse IP de classe B, en binaire, ressemble à ceci :
10xxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx
Réseau Ordinateurs
• Les deux premiers bits sont 1 et 0, ce qui signifie qu'il y a 214 possibilités de réseaux
10000000.00000000.00000000.00000000  128.0.0.0
…..
10111111.11111111.00000000.00000000  191.255.0.0
Les classes de réseaux
Classe B
L’adressage IP
• Les deux octets de gauche représentent les reseaux. Il y a donc 214
= 16384 réseaux possibles
• Les deux octets de droite représentent les ordinateurs du réseaux, le
réseau peut donc contenir un nombre d'ordinateur égal à :
256*256-2= 216-2 = 65534 ordinateurs.
Les classes de réseaux
Classe B
L’adressage IP
• Quelques exemples:
– IBM Corporation : 129.33.0.0 - 129.35.255.255
– Universite du Quebec a Hull : 132.213.0.0 - 132.213.255.255
– Oracle Corporation: 137.254.0.0 - 137.254.255.255
– Compaq : 138.35.0.0 - 138.35.255.255
– Universidade Federal de Minas Gerais: 150.164.0.0 - 150.164.255.255
Les classes de réseaux
Classe B
L’adressage IP
• Dans une adresse IP de classe B, les troix premiers octets représente le réseau.
• Une adresse IP de classe B, en binaire, ressemble à ceci :
110xxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx
Réseau Ordinateurs
• Les trois premiers bits sont 1,1 et 0, ce qui signifie qu'il y a 221 possibilités de réseaux
11000000.00000000.00000000.00000000  192.0.0.0
…..
11011111.11111111.11111111.00000000  223.255.255.0
Les classes de réseaux
Classe C
L’adressage IP
• Les deux octets de gauche représentent les reseaux. Il y a donc
221 = 2097152 réseaux possibles
• L'octet de droite représente les ordinateurs du réseau, le réseau peut
donc contenir:
28-2 = 254 ordinateurs.
Les classes de réseaux
Classe C
L’adressage IP
• Quelques exemples:
– France Telecom IP2000 ADSL BAS : 193.252.45.0 - 193.252.45.255
– Central Scotland Police: 194.61.128.0 - 194.61.135.255
– NASA Ames Research Center: 198.116.0.0 - 198.123.255.255
– China Education and Research Network: 219.221.0.0 - 219.221.255.255
Les classes de réseaux
Classe C
L’adressage IP
Classe D
• L'adressage est de 224.0.0.0 à 239.255.255.255
• Cette classe est utilisée pour le Multicast
Classe E
• L'adressage est de 240.0.0.0 à 255.255.255.255
• Cette classe réservé pour le future
Les classes de réseaux
L’adressage IP
• Adresses IP privées de classe A :
10.0.0.1 à 10.255.255.254
permettant la création de vastes réseaux privés comprenant
des milliers d'ordinateurs.
• Adresses IP privées de classe B :
172.16.0.1 à 172.31.255.254
permettant de créer des réseaux privés de taille moyenne.
• Adresses IP privées de classe C :
192.168.0.1 à 192.168.0.254
pour la mise en place de petits réseaux privés.
Adresses réservées
L’adressage IP
Récapitulation
Classe Préfixe
Nombre de réseaux
possibles
Nombre d'ordinateurs
maxi sur chacun
A 0 126 16777214
B 10 16384 65534
C 110 2097152 254
D 1110 Multicast Multicast
E 1111 Réservé Réservé
L’adressage IP
Le Model TCP IP
Protocole ARP
Le protocole ARP (Address Resolution Protocol)
Obtenir l’adresse physique d’une carte réseau correspondant à une adresse logique,
Trouver l'adresse Mac d'un ordinateur à partir de son adresse IP.
DHCP(Dynamic Host Configuration Protocol)
L'adresse IP ne peut pas être attribuée à un ordinateur
Serveur DHCP permet une allocation dynamique des adresses.
Le Model TCP IP
Masque réseau (netmask)
• 4 octets (comme une adresse IP),
• Comprend (dans sa notation binaire) des zéros aux niveau des bits
de l'adresse IP que l'on veut annuler
•Des 1 au niveau de ceux que l'on désire conserver.
Intérêt d'un masque de sous-réseau
Identifier simplement le réseau associé à une adresse IP
Cette donnée indique la partie de votre adresse qui
caractérise le réseau local sur lequel votre hôte est connecté
Exemple:
Soit l'adresse IP suivante : 34.56.123.12
Le masque à appliquer est le suivant: 255.0.0.0
34.56.123.12 00100010.11010000.01111011.00001100
ET
255.0.0.0 11111111.00000000.00000000.00000000
---------------------------------------------------
34.0.0.0  00100010.00000000.00000000.00000000
Le Model TCP IP
Le Model TCP IP
Reprenons l'exemple du réseau:
00100010.00000000.00000000.00000000  34.0.0.0
supposons que l'on désire que les deux premiers bits du deuxième octet
permettent de désigner le réseau.
Création de sous-réseaux
Le Model TCP IP
Le masque à appliquer sera alors :
00100010.11010000.01111011.00001100  34. 208.123.12
11111111.11000000.00000000.00000000  255.192.0.0
---------------------------------------------------
00100010.1100000000000000000000000  34.192.0.0
Création de sous-réseaux
Le Model TCP IP
Dans ce cas on a quatre sous réseaux:
Création de sous-réseaux
les deux premiers bits du
deuxième octet
Le résultat du masquage
00 34.0.0.0
01 34.64.0.0
10 34.128.0.0
11 34.192.0.0
Exercice 1
Quelles sont les classes des adresses réseaux suivantes?
1. 192.18.97.39 (adresse IP de www.javasoft.com);
2. 138.96.64.15 (www.inria.fr);
3. 18.181.0.31 (www.mit.edu);
4. 226.192.60.40;
Pour chacune de ces classes, étant donné un réseau y appartenant,
combien d'adresses de machines peuvent, a priori, être utilisées?
Travaux Dirigés
Corrigé: Exercice 1
1. 192.18.97.39
11000000. 00010010. 01100001.00100111
Adresse de Classe C
2. 138.96.64.15
10001010. xxxxxxxx. xxxxxxxx. xxxxxxxx
Adresse de Classe B
3. 18.181.0.31
00010010. xxxxxxxx. xxxxxxxx. xxxxxxxx
Adresse de Classe A
4. 226.192.60.40;
224<226<239
Adresse de Classe D
Travaux Dirigés
Corrigé: Exercice 1
1. Classe C: 192.18.97.1192. 18.97.254
 28-2 adresses de machines possibles
2. Classe B: 138.96.0.1  138.96.255.254
216-2 adresses de machines possibles
3. Classe A: 18.0.0.118.255.255.254
 224-2 adresses de machines possibles
4. 226.192.60.40
Classe D:
Travaux Dirigés
Exercice 2
On veut découper le réseau 195.84.90.0 en 8 sous-réseaux
(note : on ne respecte pas la RFC 950, recommandant de ne pas utiliser les sous-
réseaux dont les bits sont tous à 0 ou tous à 1) .
Quelle est la valeur du masque de sous-réseau, et pour chaque sous-réseau, indiquez
- l’adresse du sous-réseau
- l’adresse de broadcast
Travaux Dirigés
Corrigé: Exercice 2
195.84.90.0 : Classe C
 le dernier octet permet de définir les machines:
8 sous réseaux  masque sous réseau sur 3 bits
11111111 11111111 11111111 11100000  255.255.255.224
Travaux Dirigés
Travaux Dirigés
Sous réseaux
Masque sous réseau
Adresse sous-réseau Adresse du broadcast
sous-réseau 1
0 0 0
0 0 0 0 0 0 0 0 = 0
195.84.90.0
0 0 0 1 1 1 1 1 = 31
195.84.90.31
sous-réseau 2
0 0 1
0 0 1 0 0 0 0 0 = 32
195.84.90.32
0 0 1 1 1 1 1 1 = 63
195.84.90.63
sous-réseau 3
0 1 0
0 1 0 0 0 0 0 0 = 64
195.84.90.64
0 1 0 1 1 1 1 1 = 95
195.84.90.95
sous-réseau 4
0 1 1
0 1 1 0 0 0 0 0 = 96
195.84.90.96
0 1 1 1 1 1 1 1 = 127
195.84.90.127
sous-réseau 5
1 0 0
1 0 0 0 0 0 0 0 = 128
195.84.90.128
1 0 0 1 1 1 1 1 = 159
195.84.90.159
sous-réseau 6
1 0 1
1 0 1 0 0 0 0 0 = 160
195.84.90.160
1 0 1 1 1 1 1 1 = 191
195.84.90.191
sous-réseau 7
1 1 0
1 1 0 0 0 0 0 0 = 192
195.84.90.192
1 1 0 1 1 1 1 1 = 223
195.84.90.223
sous-réseau 8
1 1 1
1 1 1 0 0 0 0 0 = 224
195.84.90.224
1 1 1 1 1 1 1 1 = 255
195.84.90.255
Exercice 3
Quelles adresses IP se trouvent sur le même sous-réseau que 130.12.127.231 si le
masque de sous-réseau est 255.255.192.0 ?
(note : on ne respecte pas la RFC 950, recommandant de ne pas utiliser les sous-
réseaux dont les bits sont tous à 0 ou tous à 1)
- 130.12.63.232
- 130.22.130.1
- 130.12.64.23
- 130.12.167.127
Travaux Dirigés
Corrigé Exercice 3
130.12.127.231
Adresse de Classe B:
Les deux octets de droite correspondent à hostID
Le masque: 255.255.192.011111111. 11111111. 11 000000.000000
Réseau s-réseau Machines
22 sous réseaux avec 214-2 machines:
- sous-réseau 1 : 130.12.0.0 – 130.12.63.255
- sous-réseau 2 : 130.12.64.0 – 130.12.127.255
- sous-réseau 3 : 130.12.128.0 – 130.12.191.255
- sous-réseau 4 : 130.12.192.0 – 130.12.255.255
L’adresse IP 130.12.127.231 appartient au sous-réseau 2.
130.12.63.232 appartient au sous-réseau 1
130.12.64.23 appartient au sous-réseau 2
130.12.167.127 appartient au sous-réseau 3
130.22.130.1 appartient à un autre réseau de classe B
Travaux Dirigés
Exercice 4
Afin de disposer de sous réseaux on utilise le masque de 255.255.240.0 avec une
adresse de réseau de classe B
• Combien d’hôtes pourra-t-il y avoir par sous réseau ?
• quel est le nombre de sous réseaux disponibles ?
Exercice 5
Une entreprise veut utiliser l’adresse réseau 192.168.90.0 pour 4 sous réseaux.
Le nombre maximum d’hôtes par sous réseau étant de 30, quel masque de sous
réseau utiliseriez vous pour résoudre ce problème ?
Travaux Dirigés

Contenu connexe

Tendances

Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexion
Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexionTravaux Dirigée: Equipements d'interconnexion
Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexionInes Kechiche
 
Cours réseaux informatiques ia2
Cours réseaux informatiques  ia2Cours réseaux informatiques  ia2
Cours réseaux informatiques ia2Amel Morchdi
 
Methodes d'accès dans les réseaux locaux
Methodes d'accès dans les réseaux locauxMethodes d'accès dans les réseaux locaux
Methodes d'accès dans les réseaux locauxInes Kechiche
 
Equipements d'interconnexion
Equipements d'interconnexionEquipements d'interconnexion
Equipements d'interconnexionInes Kechiche
 
Les Topologies Physiques des réseaux informatiques
Les Topologies Physiques des réseaux informatiquesLes Topologies Physiques des réseaux informatiques
Les Topologies Physiques des réseaux informatiquesATPENSC-Group
 
Concepts et configuration de base de la commutation
Concepts et configuration de base de la commutationConcepts et configuration de base de la commutation
Concepts et configuration de base de la commutationEL AMRI El Hassan
 
Chapitre 2: Modèle de référence OSI
Chapitre 2: Modèle de référence OSIChapitre 2: Modèle de référence OSI
Chapitre 2: Modèle de référence OSIMohamed Lahby
 
C6 Réseaux : Introduction au routage
C6 Réseaux : Introduction au routageC6 Réseaux : Introduction au routage
C6 Réseaux : Introduction au routagePRONETIS
 
Introduction aux réseaux locaux
 Introduction aux réseaux locaux Introduction aux réseaux locaux
Introduction aux réseaux locauxInes Kechiche
 
Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Amel Morchdi
 
Support De Cours - Reseaux avec et sans fil
Support De Cours - Reseaux avec et sans filSupport De Cours - Reseaux avec et sans fil
Support De Cours - Reseaux avec et sans filTunisie collège
 
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptx
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptxChapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptx
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptxAymenAyari10
 
Cours r _seaux_chap1et2
Cours r _seaux_chap1et2Cours r _seaux_chap1et2
Cours r _seaux_chap1et2Amel Morchdi
 
Présentation etherchannel
Présentation etherchannelPrésentation etherchannel
Présentation etherchannelLechoco Kado
 

Tendances (20)

Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexion
Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexionTravaux Dirigée: Equipements d'interconnexion
Travaux Dirigée: Equipements d'interconnexion
 
Cours réseaux informatiques ia2
Cours réseaux informatiques  ia2Cours réseaux informatiques  ia2
Cours réseaux informatiques ia2
 
Methodes d'accès dans les réseaux locaux
Methodes d'accès dans les réseaux locauxMethodes d'accès dans les réseaux locaux
Methodes d'accès dans les réseaux locaux
 
Equipements d'interconnexion
Equipements d'interconnexionEquipements d'interconnexion
Equipements d'interconnexion
 
Routage statique
Routage statiqueRoutage statique
Routage statique
 
(protocoles)
(protocoles)(protocoles)
(protocoles)
 
Les Topologies Physiques des réseaux informatiques
Les Topologies Physiques des réseaux informatiquesLes Topologies Physiques des réseaux informatiques
Les Topologies Physiques des réseaux informatiques
 
Concepts et configuration de base de la commutation
Concepts et configuration de base de la commutationConcepts et configuration de base de la commutation
Concepts et configuration de base de la commutation
 
Chapitre 2: Modèle de référence OSI
Chapitre 2: Modèle de référence OSIChapitre 2: Modèle de référence OSI
Chapitre 2: Modèle de référence OSI
 
C6 Réseaux : Introduction au routage
C6 Réseaux : Introduction au routageC6 Réseaux : Introduction au routage
C6 Réseaux : Introduction au routage
 
Introduction aux réseaux locaux
 Introduction aux réseaux locaux Introduction aux réseaux locaux
Introduction aux réseaux locaux
 
Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4
 
Support De Cours - Reseaux avec et sans fil
Support De Cours - Reseaux avec et sans filSupport De Cours - Reseaux avec et sans fil
Support De Cours - Reseaux avec et sans fil
 
Routage
RoutageRoutage
Routage
 
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptx
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptxChapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptx
Chapitre 1 LES SERVICES RESEAUX.pptx
 
Cours les technologies WAN
Cours les technologies WANCours les technologies WAN
Cours les technologies WAN
 
Cours Vlan
Cours VlanCours Vlan
Cours Vlan
 
Cours r _seaux_chap1et2
Cours r _seaux_chap1et2Cours r _seaux_chap1et2
Cours r _seaux_chap1et2
 
Résumé vlsm et cidr
Résumé vlsm et cidrRésumé vlsm et cidr
Résumé vlsm et cidr
 
Présentation etherchannel
Présentation etherchannelPrésentation etherchannel
Présentation etherchannel
 

Similaire à Cours Réseaux et Protocoles_Part1.pptx

(Généralités 2)
(Généralités 2)(Généralités 2)
(Généralités 2)Anouar Abtoy
 
Introduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfIntroduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfMohamedElbrak2
 
reseauxUE1.2_v2021.pptx
reseauxUE1.2_v2021.pptxreseauxUE1.2_v2021.pptx
reseauxUE1.2_v2021.pptxjjsek
 
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUX
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUXADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUX
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUXMonica Waters
 
Correction TD Réseau informatiques .pdf
Correction  TD Réseau informatiques .pdfCorrection  TD Réseau informatiques .pdf
Correction TD Réseau informatiques .pdfOmarFersi2
 
Les-reseaux-HF (2).pptx
Les-reseaux-HF (2).pptxLes-reseaux-HF (2).pptx
Les-reseaux-HF (2).pptxAzizAziz183529
 
administration des systemes et des reseaux.pptx
administration des systemes et des reseaux.pptxadministration des systemes et des reseaux.pptx
administration des systemes et des reseaux.pptxEyaSarhani
 
La présentation du réseau téléinformatique
La présentation du réseau téléinformatiqueLa présentation du réseau téléinformatique
La présentation du réseau téléinformatiquesassarobertgina
 
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdf
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdfDiaporamas-Réseaux Informatiques.pdf
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdfEST-UMI de Meknès
 
administration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfadministration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfharizi riadh
 
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdf
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdfLES RESEAUX INFORMATIQUES.pdf
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdfssuser18776b
 
Veille technologique wifi
Veille technologique wifiVeille technologique wifi
Veille technologique wifibensami77
 
Réseaux 2016.pptx
Réseaux 2016.pptxRéseaux 2016.pptx
Réseaux 2016.pptxrdsngqbjgdhf
 
Cha1 introduction
Cha1 introductionCha1 introduction
Cha1 introductionEns Kouba
 
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdf
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdfCM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdf
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdfdocteurgyneco1
 
Support de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdf
Support  de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdfSupport  de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdf
Support de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdfMohamedElbrak2
 

Similaire à Cours Réseaux et Protocoles_Part1.pptx (20)

(Généralités 2)
(Généralités 2)(Généralités 2)
(Généralités 2)
 
Introduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdfIntroduction_Reseau.pdf
Introduction_Reseau.pdf
 
chapitre1.ppt
chapitre1.pptchapitre1.ppt
chapitre1.ppt
 
reseauxUE1.2_v2021.pptx
reseauxUE1.2_v2021.pptxreseauxUE1.2_v2021.pptx
reseauxUE1.2_v2021.pptx
 
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUX
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUXADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUX
ADMINISTRATION SYST ME ET R SEAUX
 
Info reseaux
Info reseaux Info reseaux
Info reseaux
 
Correction TD Réseau informatiques .pdf
Correction  TD Réseau informatiques .pdfCorrection  TD Réseau informatiques .pdf
Correction TD Réseau informatiques .pdf
 
Les-reseaux-HF (2).pptx
Les-reseaux-HF (2).pptxLes-reseaux-HF (2).pptx
Les-reseaux-HF (2).pptx
 
administration des systemes et des reseaux.pptx
administration des systemes et des reseaux.pptxadministration des systemes et des reseaux.pptx
administration des systemes et des reseaux.pptx
 
La présentation du réseau téléinformatique
La présentation du réseau téléinformatiqueLa présentation du réseau téléinformatique
La présentation du réseau téléinformatique
 
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdf
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdfDiaporamas-Réseaux Informatiques.pdf
Diaporamas-Réseaux Informatiques.pdf
 
assiter AR.pdf
assiter AR.pdfassiter AR.pdf
assiter AR.pdf
 
administration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfadministration réseaux.pdf
administration réseaux.pdf
 
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdf
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdfLES RESEAUX INFORMATIQUES.pdf
LES RESEAUX INFORMATIQUES.pdf
 
Veille technologique wifi
Veille technologique wifiVeille technologique wifi
Veille technologique wifi
 
Réseaux 2016.pptx
Réseaux 2016.pptxRéseaux 2016.pptx
Réseaux 2016.pptx
 
Cha1 introduction
Cha1 introductionCha1 introduction
Cha1 introduction
 
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdf
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdfCM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdf
CM2-TD1_-_Topologie_et_Supports_de_transmission.pdf
 
CouRS1.pdf
CouRS1.pdfCouRS1.pdf
CouRS1.pdf
 
Support de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdf
Support  de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdfSupport  de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdf
Support de Cours_réseau_Fst_Chp4.pdf
 

Cours Réseaux et Protocoles_Part1.pptx

  • 1. Réseaux et Protocoles Université Ibn Zohr École Nationale des Sciences Appliquées Agadir Hicham JAKJOUD h.jakjoud@uiz.ac.ma
  • 2. INTRODUCTION : Généralités Que signifie un « réseau » ? Un réseau est un ensemble d’objets ou de personnes connectés ou maintenus en liaison. réseau social : relations entre personnes réseau clandestin : espionnage, résistance, ... réseau neuronal : ensemble des connexions entre neurones dans le cerveau réseau électrique : distribution d’énergie électrique réseau d’émetteurs : radio, télévision, ... réseau de transport : réseau routier : ensemble des routes terrestres permettant le transport par véhicule routier réseau ferroviaire : ensemble de lignes ferroviaires, gares et triages réseau aérien : ensemble de lignes aériennes réseau téléphonique commuté : téléphone réseau informatique : ordinateurs, matériels électroniques,
  • 3. INTRODUCTION : Généralités Réseau informatique Connexion de plusieurs machines entre elles, afin que les utilisateurs et les applications qui fonctionnent sur ces dernières peuvent échanger des informations Pourquoi un « réseau » ? - Échanger les informations d’une manière simple et rapide - Optimiser la communication entre les différents utilisateurs - Le partage des ressources - La fiabilité - Accès à des programmes distants - Accès à des bases de donnés -Transactions Bancaires - …
  • 4. INTRODUCTION : Généralités Types de réseaux Plusieurs critères de classification: -caractéristiques physiques : support, débit, délai, etc -caractéristiques logiques : protocoles, synchronisme, qualité de service, etc -portée géographique : locale, nationale, internationale, etc -nature : public, privatif, privé -caractéristiques économiques : coût de connexion, coût de communication, coût et délai d’installation, disponibilité, procédure d’établissement de communication
  • 5. INTRODUCTION : Généralités Classification des réseaux: Réseau local LAN (Local area Network): relie des ordinateurs d’un particulier, d’un bâtiment, d’une entreprise utilise des lignes téléphoniques, des câbles réseaux, des liaisons radio. Exemple : le réseau de l’école Réseau métropolitain MAN (Metropolian Area Network): relie des ordinateurs à l’échelle d’une ville, Utilise des ligne téléphoniques, des câbles réseaux, des liaison radio, des fibres optiques.. Exemple: une ville cybernétique Réseau étendu WAN (Wide Area Network): relie des ordinateurs distants de centaines ou milliers de kilomètres utilise des câbles, fibres optiques, lignes spécialisées, liaisons par satellite, les réseaux publics de télécommunication Exemples : INTERNET
  • 7. INTRODUCTION : Transmission de l’information Moyens de transmission d’information Liaison physique Liaison par ondes radio Liaison par Satellite Liaison par lumière
  • 8. INTRODUCTION : Transmission de l’information Types de transmission d’information Liaison directe, Comme dans un interphone Établit la connexion entre deux postes Empêche toute autre connexion Utilisée pour une liaison fixe Possible dans un réseau très simple Diffusion, Transmission
  • 9. INTRODUCTION : Transmission de l’information Types de transmission d’information Liaison directe, Diffusion, L’émetteur envoie dans toutes les directions Tous les récepteurs captent l’information Seuls ses destinataires l’utilisent Transmission
  • 10. INTRODUCTION : Transmission de l’information Types de transmission d’information Liaison directe, Diffusion, Transmission La liaison passe par plusieurs commutateurs L’établissement de la liaison est temporaire
  • 11. INTRODUCTION : Transmission de l’information Stratégies de transmission d’information Deux principales stratégies: - L’information est envoyée en totalité de la même manière Risque de perte de toute l’information Pas utilisée - Fragmentation de l’information en morceau (paquets). Chaque paquet est envoyé séparément Commutation des paquets perte 3 2 1
  • 12. En l’absence de la normalisation impossible de communiquer! Considérons deux personnes qui ne parlent pas le même langage (protocole) !! De la vient la nécessité d’une norme de communication: OSI de l’ISO Tu as vu le match hier My Grandma is ill INTRODUCTION : Normalisation Pourquoi la normalisation?
  • 13. Définition et généralités L’Organisation Internationale de Standarisation (ISO) met en place la norme THEORIQUE OSI (Open System Interconnection). Le système OSI comporte 7 couches. Chaque couche a une tâche définie dans la transmission et la réception. Chaque couche a un protocole de transmission. Qu’est ce qu’un protocole? Faisons une analogie avec la poste. Quand vous voulez envoyer une lettre par la poste: vous placez votre lettre dans une enveloppe, sur le recto vous inscrivez l'adresse du destinataire, au dos, vous écrivez l'adresse de l'expéditeur (la votre). INTRODUCTION : Normalisation
  • 14. INTRODUCTION : Protocole Qu’est ce qu’un protocole? Ce sont des règles utilisées par tout le monde. C'est un protocole.
  • 15. Un protocole intervient dans tout échange de données entre ordinateurs : - Forme des données - Codification utilisée - Conventions pour demander la répétition - Conventions pour l’accusé de réception - Etc… INTRODUCTION : Protocole Qu’est ce qu’un protocole?
  • 16. pour éviter la multiplication des solutions d'interconnexion d'architectures hétérogènes. Ce modèle décrit les concepts utilisés et la démarche suivie pour normaliser l'interconnexion de systèmes ouverts Le modèle OSI n'est pas une véritable architecture de réseau, car il ne précise pas réellement les services et les protocoles à utiliser pour chaque couche. Il décrit plutôt ce que doivent faire les couches. INTRODUCTION : Normalisation OSI Pourquoi le modèle OSI ?
  • 17. Les 7 couches 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique Le système OSI est décrit par 7 couches superposées, L’information se déplace verticalement De bas en haut en réception De haut en bas en émission INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 18. La couche physique 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique La couche Physique s’intéresse à tout ce qui est matériel dans un réseau (Support physique): •Câblage, Modem, répéteurs, connecteurs, interfaces (cartes) réseaux…. • Type du signal (Faisceaux hertziens, signaux électriques, lumière…) •Type de Câblage, Blindage, Type et nature des signaux • Limitations (nombre de stations, longueur..) • Fréquences, types de modulation et Codage du signal INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 19. La couche Liaison 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique La couche Liaison des données répond à la question: Comment deux stations du même support physique peuvent se reconnaître mutuellement? Elle s’intéresse à l’établissement, le maintient et la libération des liaisons des données. Cas des réseaux Ethernet (Réseaux locaux) INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 20. La couche Réseau 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique La couche Réseau est responsable de l’acheminement d’un paquet entre deux machines qui n’ont pas la même couche physique. Trouver un chemin capable d’acheminer le paquet entre deux stations à travers les autres périphériques du réseau Routeurs, Commutateurs… Il s’agit bien d’une commutation de paquets!! INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 21. La couche Transport 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique La couche Transport est responsable de garantir une communication directe entre les deux stations. Communication de bout en bout. INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 22. La couche Présentation 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique La couche Session est responsable de transmettre des informations entre des programmes La couche Présentation s’intéresse à la manière de présenter les information entre les différentes applications La couche Application contient les applications réseau telles que le Courier électronique, le transfert de fichiers ... La couche Session La couche Application INTRODUCTION : Normalisation OSI
  • 24. INTRODUCTION : Normalisation OSI 7-Application 6-Présentation 5-Session 4-Transport 3-Réseau 2-Liaison des données 1-Physique Simulation
  • 25. La paire torsadée • Elle peut être blindé, • Elle peut transmettre des données sur une distance assez longue ( une dizaine de kilomètres) sans avoir besoin à amplifier ou répéter le signal, • Elle peut transmettre des signaux numériques ou analogiques Le câble Coaxial • Les caractéristiques techniques sont meilleurs que la paire torsadée • Le débit dépasse 10 Mbit/s sur 1km (en bande de base) INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux Caractéristiques générales des réseaux: Support de transmission
  • 26. La fibre optique • Transmission sous forme d’impulsions lumineuses • Insensible au bruit • Débit très important Transmission en espace libre • Faisceaux hertziens • Infrarouge • LASER INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux Caractéristiques générales des réseaux: Support de transmission
  • 27. INTRODUCTION : Caractéristiques des réseaux Synthèse: Type de câble À utiliser si À éviter si Câble à paire torsadée Vous souhaitez une installation relativement facile, avec des connexions simples aux ordinateurs. • Votre réseau local nécessite un blindage des signaux élevé, afin de le protéger contre les ondes électromagnétiques qui peuvent interférer avec le signal électrique transporté par le câble. • Vous devez transmettre les données très rapidement et sur de longues distances. Câble coaxial Vous devez transmettre les données sur de plus grandes distances que ce qu'autorise un système de câblage moins coûteux. Vous devez changer fréquemment les câbles réseau en raison du déplacement des ordinateurs. Câble à fibres optiques Vous devez transmettre des données sécurisées très rapidement et sur de longues distances. • Votre budget est limité. • Vous ne possédez pas l'expérience nécessaire pour l'installer et le connecter aux périphériques correctement.
  • 28. Réseau en Bus: • Transmission en diffusion • En général en bande de base • Utilisation d’une détection de collisions 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux Bouchon de terminaison Câbles coaxial T de connexion
  • 29. Réseau en Bus: Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 30. Réseau en Bus: Avantages: Économie de câble facile à mettre en œuvre Simple et fiable facile étendre Inconvénients: Ralentissement du trafic en cas de nombreuses stations Une coupure de câble affecte de nombreuses ordinateurs Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 31. Réseau en Anneau: • Utilisation d’un câble coaxial • Utilisation d’un message particulier dit jeton • Aucune machine ne peut émettre sauf si elle dispose du jeton Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux jeton 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 32. Réseau en Étoile: •Utilisation d’un concentrateur (Hub) • Si le concentrateur renvoie un message à tout les utilisateurs: diffusion • Si le concentrateur est dit intelligent: transmission • Câblage: RJ45 (paire torsadée) Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux Concentrateur 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 33. Réseau en Étoile: Les réseaux suivant une topologie en étoile sont moins vulnérables car une des connexions peut être débranchée sans paralyser le reste du réseau. Le point névralgique de ce réseau est le concentrateur, car sans lui plus aucune communication entre les ordinateurs du réseau n'est possible. Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 34. Réseau à paire torsadée: • Répond aux spécifications de la norme « 10 base T » • Très utilisé pour les réseaux locaux • Une longueur maximale de 100 mètres • Un débit de 10 à100 Mb/s • Un câblage peu coûteux, c’est le moins cher • Une installation et des connexions simples • La plus grande flexibilité du câble • La plus grande vulnérabilité aux interférences • Un choix fiable mais qui ne garanti pas l’intégrité des données transmises sur de longues distances et à des débits élevés… Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 35. Topologie maillée: Les ordinateurs du réseau sont interconnectés les uns aux autres par des câbles Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux Maillage irrégulier Maillage régulier 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 36. Topologie maillée régulière: Le principal avantage de la topologie maillée est sa capacité de tolérance de panne grâce à la redondance des itinéraires de routage sur le réseau. Comme cette redondance nécessite plus de câbles que les autres topologies, la topologie maillée peut s'avérer coûteuse. Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 37. Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux Dans une topologie hybride, plusieurs topologies sont combinées pour former un modèle de réseau complexe. Les réseaux utilisent rarement un seul type de topologie. Par exemple, vous pouvez être amené à combiner une topologie en étoile et une topologie en bus pour bénéficier des avantages de chacune. Deux types de topologies hybrides sont fréquemment utilisés : la topologie étoile/bus et la topologie étoile/anneau. 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 38. 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 39. Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux La topologie étoile/bus Dans une topologie hybride étoile/bus, plusieurs réseaux de topologie en étoile sont reliés à une connexion en bus. Lorsqu'une configuration en étoile est saturée, il est possible d'ajouter une seconde étoile et d'utiliser une connexion en bus pour interconnecter les deux topologies en étoile. Dans ce type de topologie, la défaillance d'un ordinateur n'affecte pas le reste du réseau. Toutefois, en cas de défaillance du concentrateur qui relie tous les ordinateurs en étoile, tous les ordinateurs raccordés à ce composant sont dans l'incapacité de communiquer. 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 40. Caractéristiques générales des réseaux: Topologie des réseaux La topologie étoile/Anneau Topologie hybride étoile/anneau: les ordinateurs sont connectés à un composant central, comme dans un réseau en étoile. Ces composants sont cependant câblés de façon à former un réseau en anneau. Comme dans la topologie hybride étoile/bus, la défaillance d'un ordinateur n'affecte pas le reste du réseau. Grâce au passage de jeton, tous les ordinateurs d'une topologie en étoile/anneau peuvent communiquer. 1- TOPOLOGIE DES RÉSEAUX
  • 41. Le modèle OSI: Open System Interconnextion 2- Le MODEL OSI •Le modèle de référence OSI propose une décomposition du problème d'interconnexion des réseaux d'ordinateurs, en couches superposées à partir de la couche • Physique (la couche qui met en œuvre la carte utilisées pour le raccordement au réseau), jusqu‘à la couche • Application (la couche qui met en œuvre les services nécessaires aux applications qui utilisent le réseau)
  • 42. Le modèle OSI: Open System Interconnextion 2- Le MODEL OSI •Ce modèle relève des travaux de l'ITU-T qui est une émanation européenne de l'ISO. •En gros, il existe une hiérarchie dans les organismes de normalisation : •ISO : International Standardization Organisation, Regroupement de constructeurs et administratifs mondiaux qui définissent des normes •ITU : International Télécommunication Union, émanation essentiellement européenne de l'ISO en charge spécifiquement des problèmes de télécommunications au sens large (téléphonie compris). •En descendant encore un peu dans la hiérarchie on trouve les organismes nationaux de normalisation, l'AFNOR en France et aussi la DGPT (Direction Générale des Postes et Télécommunications), l'ANSI (American National Standard Institute) aux U.S ou l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers ). •Ce modèle OSI est devenu une norme internationale sous la double référence ISO 7498 et ITU-T X.200 Series et une norme française sous la référence AFNOR NF Z 70-001.
  • 43. Notion de couche, service, protocole et surface 2- Le MODEL OSI •Les logiciels mis en œuvre dans chaque couche d'un ordinateur résolvent une partie des problèmes de communication, en utilisant des protocoles de communication, c-à-d des ensemble de règles, procédures et messages définis et standardisés, pour communiquer avec la couche homologue de l'ordinateur distant. •Chaque couche offre des services à la couche de niveau supérieur. Cette méthode simplifie l'écriture des logiciels de la couche car ça lui permet de traiter une autre partie des problèmes de communication en s'appuyant sur les services fournis par la couche de niveau inférieur.
  • 44. Principes des 7 couches 2- Le MODEL OSI - Une couche doit être créée lorsqu'un nouveau niveau d'abstraction est nécessaire, - Chaque couche a des fonctions bien définies, - Les fonctions de chaque couche doivent être choisies dans l'objectif de la normalisation internationale des protocoles, - Les frontières entre couches doivent être choisies de manière à minimiser le flux d'information aux interfaces, -le nombre de couches doit être tel qu'il n'y ait pas cohabitation de fonctions très différentes au sein d'une même couche et que l'architecture ne soit pas trop difficile à maîtriser. Les couches basses (1, 2, 3 et 4) sont nécessaires à l'acheminement des informations entre les extrémités concernées et dépendent du support physique. Les couches hautes (5, 6 et 7) sont responsables du traitement de l'information relative à la gestion des échanges entre systèmes informatiques. Par ailleurs, les couches 1 à 3 interviennent entre machines voisines, et non entre les machines d'extrémité qui peuvent être séparées par plusieurs routeurs. Les couches 4 à 7 sont au contraire des couches qui n'interviennent qu'entre hôtes distants.
  • 45. On peut résumer par un schéma la succession des évènements afin de mettre en évidence un modèle en couches et les noeuds du réseau: 2- Le MODEL OSI Écriture de la lettre Traduction de la lettre Relevé du courrier dans les services Action du service courrier Action du centre de tri Acheminement entre deux nœuds consécutives Utilisation des moyens de circulation et transport
  • 46. On peut résumer par un schéma la succession des évènements afin de mettre en évidence un modèle en couches et les noeuds du réseau: 2- Le MODEL OSI Utilisation des moyens de circulation et transport Notification de la réception du dernier noeud Action du bureau de poste contrôle d’adresse Action du service courrier Distribution du courrier des services Ouverture de la lettre, traduction, mise en forme Lecture de la lettre,
  • 47. Prenons maintenant un exemple plus "télécommunications" en envisageant un transfert de fichier entre un ordinateur X et un ordinateur Y reliés par un câble série. On peut envisager une modélisation à 3 couches : A : couche application B : couche gestion de messages C : couche physique 2- Le MODEL OSI Exemple:
  • 48. • L'utilisateur désirant transférer un fichier fait appel à la couche A à l'aide d'une primitive du type envoyer_fichier (nom du fichier, destinataire). • La couche A découpe le fichier en messages et transmet chaque message à la couche B par une primitive du type envoyer_message ( numéro de message, destinataire). • La couche B effectue la gestion de l'envoi de message, éventuellement en découpant le message en unités intermédiaires (trames) ; l'envoi des trames entre X et Y obéissent à des règles (protocole) : cadence d'envoi, contrôle de flux, attente d'un accusé de réception, contrôle de erreurs. • La couche B fournit à la couche C un train de bits qui sera acheminé, indépendamment de sa signification, via une voie de transmission physique, vers le destinataire. 2- Le MODEL OSI
  • 49. 2- Le MODEL OSI La fonction principale de la couche physique est de matérialiser l'interface entre l'ordinateur et le réseau pour pouvoir émettre et recevoir des signaux de communication. Ces signaux peuvent être de nature électrique, électromagnétique (radio) ou optique. La définition de connecteurs, des câbles ou antennes font partie de cette couche. En général on considère que les cartes réseau, les modems et les concentrateurs (hubs) en font aussi partie. Une autre fonction de cette couche est de sérialiser l'information, c-à-d transformer les octets en éléments bits ou vice versa. Cette transformation doit être effectué à un rythme qui est imposé par la vitesse (débit binaire) de l'interface. Beaucoup d'autres fonctions peuvent être réalisées par cette couche; la détection de l'existence d'une communication en cours (Carrier Sense) ou d'une collision (Collision Detect) sur un réseau local Ethernet. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 50. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Cartes réseau: • L'interface physique entre l'ordinateur et le câble réseau. • Elles sont installées dans un logement d'extension de chaque ordinateur et de chaque serveur du réseau. • Les données qui sont transférées du câble à la carte réseau sont regroupées en paquets. Un paquet est un groupe logique d'informations composé d'un en-tête, qui contient des informations d'emplacement, et des données utilisateur. L'en- tête comporte des champs d'adresses contenant des informations sur l'origine et la destination des données. • La carte réseau lit l'adresse de destination pour déterminer si le paquet est destiné à l'ordinateur dans lequel elle est installée. Si tel est le cas, la carte réseau transmet le paquet au système d'exploitation pour qu'il le traite. Sinon, la carte réseau ignore le paquet.
  • 51. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Cartes réseau: • Chaque carte réseau possède une adresse unique qui est intégrée aux puces qu'elle contient dite MAC (Media Access Control). • L’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) est un organisme américain qui attribue des plages d’adresses à tous les fabricants de cartes réseaux dans le monde. • L’adresse MAC est composé de 6 octets. Les trois premiers octets sont réservés pour identifier le constructeur de la carte réseau, tandis que les trois derniers octets sont gérés par le constructeur. •Exemples: •3 COM, 08 00 03 •HP, 08 00 09 •IBM, 08 00 5A •DEC, AA 00 00
  • 52. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Cartes réseau: • Reçoit les données du système d'exploitation de l'ordinateur, et les convertit en signaux électriques pour les transmettre par le biais du câble. • Reçoit les signaux électriques du câble et les convertit en données compréhensibles par le système d'exploitation de l'ordinateur. • Vérifie si les données envoyées par le câble sont bien destinées à l'ordinateur. • Contrôle le flux des données entre l'ordinateur et le système de câblage.
  • 53. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Transmission : • Utilisation de signaux électrique, optique, ondes radio,…etc • Les signaux sont binaires (suites de 0 et de 1) • Information  Codage Signal • Codage analogique ou numérique • Dans un réseau de données les signaux sont codifiés d’une manière numérique!!
  • 54. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Notions de codage: • Codes numériques: • Code Tout Ou Rien (TOR), • Codage NRZ • Codage bipolaire • Codage Manchester • Codage Manchester différentiel • Etc.…
  • 55. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Transmission numérique: • Transmission en bande de base : • Chaque état de l’information correspond à une valeur du signal (tension) • Le signal ne subit aucune modification! • Utilisé pour les réseaux de petites tailles • Désavantage: Dégradation rapide (atténuation, distorsion du signal par le temps de réponse des composantes, …)
  • 56. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Notions de codage: • Code TOR • Une forte composante continue (difficulté de conduire un courant continu), • Risque de perdre la synchronisation lors d’une suite de 1 ou de 0 • Pas de distinction entre un état de repos et un état 0  00001101 peut être interprétée comme 1101
  • 57. Notions de codage: • Code NRZ • La composante continue persiste quoique moins importante • Le même risque de synchronisation 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 58. Notions de codage: • Code Bipolaire • 0 est représenté par un 0V • 1 est représenté tantôt par V et tantôt par –V. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 59. Notions de codage: • Code Manchester • 0 est représenté par un front montant • 1 est représenté par un front descendant • Utilisé dans les réseaux Ethernet 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 60. Notions de codage: • Code Manchester différentiel • 0 est représenté par un front du même sens que le précédant • 1 est représenté par un front de sens différent • Utilisé dans les réseau Token Ring (anneau à jeton) • Insensible aux inversion des fils dans le câblage. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 61. Transmission numérique: • Basée sur la modulation d’une porteuse sinusoïdale. • Un signal sinusoïdal s’écrit: • Uc est une composante continue (qu’on néglige généralement), • A est l’amplitude du signal, • f étant la fréquence • Et φ étant la phase • La modulation consiste à faire varier l’un ou plusieurs paramètres 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique 𝑥 𝑡 = 𝑈𝑐 + 𝐴𝑠𝑖𝑛 2𝜋𝑓𝑡 + 𝜑
  • 62. Transmission numérique: • Modulation d’amplitude 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 63. Transmission numérique: • Modulation de fréquence 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 64. Transmission numérique: • Modulation de phase • 1 est représenté par une phase de 0 • 0 est représenté par une phase de π 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 65. Transmission numérique: • Modulation mixte 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 66. Transmission numérique: • Dispositifs appartenant à la couche physique: • Modem: MODulateur-DEModulateur • Carte Réseau • Câbles de transmission • …. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 67. Transmission numérique: • Termes relevant de domaine de la transmission: • Bande passante: Gamme de fréquence susceptible d’être conduite sur un canal sans affaiblissement majeur (-3dB) • Rapidité de modulation R: Le nombre de symboles susceptible d’être conduit sur un canal par unité de seconde (Baud) • Symbole: un ou une suite de bits. • Valence v: taille d’un symbole. • Débit: le nombre de bits transmis par unité de temps (d=v.R). 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 68. Transmission numérique: • Théorème de Nyquist (1924): Le débit maximal d’un canal de transmission exempte de signaux parasites et ayant une bande passant W et une valence v est: Où nb est le nombre d’état susceptible d’être transmis sur le canal (nb=2v) 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique 𝐷𝑚 = 2𝑊𝑙𝑜𝑔2(𝑛𝑏)
  • 69. Transmission numérique: • Capacité maximale d’un canal en présence du bruit • La qualité d’une transmission se mesure également par la quantité de bruit présente sur le canal. • Rapport signal sur bruit: Le rapport de la puissance du signal transmis S à la puissance du bruit N : (S/N). • Parfois on exprime cette quantité en logarithme décimal : en Bel ( plus généralement en dB). 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique 𝑙𝑜𝑔10 𝑆/𝑁
  • 70. Transmission numérique: • Capacité maximale d’un canal en présence du bruit • Théorème de Shannon: Pour un canal de transmission de bande passante W soumis à un bruit dont le rapport signal sur bruit est S/N, la capacité de transmission est donnée par: 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique 𝐶 = 𝑊𝑙𝑜𝑔2 1 + 𝑆/𝑁
  • 71. Transmission numérique: • La transmission série : • Les bits sont envoyés l’un après l’autre  le même fil. • La transmission parallèle: • Les informations sont envoyées mots par mots • N bits sont transmis simultanément • N fils différents. • Soucies de synchronisation (en cas de retard) • Utilisée dans des petits réseaux. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 72. Transmission numérique: Modes d’exploitation • Transmission en simplex: • Unidirectionnelle, • Emetteur et Récepteur sont fixé, • Exemple: TV, radio, … 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Emetteur Récepteur Système 1 Emetteur Système 2 Récepteur
  • 73. Transmission numérique: Modes d’exploitation • Transmission en semi-duplex (half-duplex) • La transmission se fait en un seul sens à la fois, • Support de communication commun, et de bande passante limitée (pas de multiplexage fréquentiel) • Exemple: Téléphone!!! 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Emetteur Récepteur Système 1 Emetteur Système 2 Récepteur Emetteur Récepteur Système 1 Emetteur Système 2 Récepteur
  • 74. Transmission numérique: Modes d’exploitation • Transmission en duplex intégral (full-duplex) • La transmission peut se faire dans les deux sens simultanément, • A chaque sens un canal de transmission propre. • Le support physique peut être le même, • Exemple: réseaux informatiques. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique Emetteur Récepteur Système 1 Emetteur Système 2 Récepteur
  • 75. Transmission numérique: • Transmission synchrone: • L’émetteur et le récepteur sont synchronisé par le biais d’une horloge de référence. • En général l’émetteur envois l’horloge avec les données, • Pas besoin de synchronisation, • cas de la télécommande!! • Transmission asynchrone: • Le récepteur reconstitue l’horloge à partir des séquences de bits reçus • Synchronisation pour chaque caractère reçu (bits de départ et de stop). 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique
  • 76. 2- Le MODEL OSI Fonctions: - Émission et réception des signaux - Sérialisation Exemples: - Cartes réseau, connecteurs, câbles, modems, concentrateurs (hub) 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Physique: Synthèse
  • 77. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Liaison de données La fonction de la couche liaison de données est l'envoi et la réception de messages, souvent appelés trames à ce niveau, à son proche, c-à-d à un ordinateur qui se trouve sur un lien direct. Ce lien direct peut être permanent comme dans le cas le plus simple des réseaux locaux ou bien temporaire, par exemple, par une commutation de circuit sur le réseau téléphonique en appelant un fournisseur d'accès à Internet. Cette couche peut aussi faire un contrôle d'erreurs de transmission, en utilisant, par exemple, dans le cas des trames Ethernet les derniers quatre octets de la trame appelés Frame Check Sequence (FCS). Elle s’occupe également de la gestion des acquittements reçus et du contrôle du flux
  • 78. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Liaison de données Deux protocoles très utilisés à ce niveau sont: • Point to Point Protocol (PPP) pour la communication d'un ordinateur avec modem à un fournisseur d'accès Internet (en utilisant le réseau téléphonique) • IEEE802.3, IEEE802.11b (protocoles Ethernet) pour le raccordement en réseau local avec ou sans fils
  • 79. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Liaison de données : Synthèse Fonctions: -Envois et réception de messages (trames) entre hôtes voisins - Contrôle d’erreurs de transmission Exemples: - PPP: raccordement avec un modem ou un fournisseur d’accès à Internet - Protocole Ethernet: liaison avec un réseau local
  • 80. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Réseau • La fonction de la couche réseau est le routage des paquets dans le sous réseaux et l’interconnexion avec les autres sous réseaux • Elle contient un mécanisme/ protocole de routage et de calcul des tables de routage (tables statiques ou dynamiques...). • Aujourd'hui il s'agit bien du protocole Internet IP (Internet Protocol). Ce protocole est dans sa version 4, caractérisée par des adresses sur 32 bits. L'évolution de l'Internet requiert le passage à la version 6 qui est caractérisée par des adresses beaucoup plus longues, représentées sur 128 bits. • La couche réseau contrôle également l'engorgement du sous-réseau.
  • 81. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Réseau: Exercice • Un espace d'adressage qui utilise des adresses représentées sur 32 bits permets de définir combien d'adresses différentes ? •Et si les adresses sont représentées sur 128 bits ?
  • 82. Fonctions: - Routage - Fragmentation des messages en paquets Exemple: - IPv4: 32 bits - IPv6: 128bits 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Réseau: Synthèse
  • 83. • Le rôle principal de la couche transport est le bon acheminement des messages complets au destinataire. • Elle s’occupe de prendre les messages de la couche session, de les découper s'il le faut en unités plus petites et de les passer à la couche réseau, tout en s'assurant que les morceaux arrivent correctement de l'autre côté. Cette couche effectue donc aussi le réassemblage du message à la réception des morceaux. • Elle est responsable de l'optimisation des ressources du réseau : la couche transport crée une connexion réseau par connexion de transport requise par la couche session, mais cette couche est capable de créer plusieurs connexions réseau par processus de la couche session pour répartir les données, par exemple pour améliorer le débit. A l'inverse, cette couche est capable d'utiliser une seule connexion réseau pour transporter plusieurs messages à la fois grâce au multiplexage. Dans tous les cas, tout ceci doit être transparent pour la couche session. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport
  • 84. • Cette couche est également responsable du type de service à fournir à la couche session, et finalement aux utilisateurs du réseau : service en mode connecté ou non, avec ou sans garantie d'ordre de délivrance, diffusion du message à plusieurs destinataires à la fois... • Cette couche s’occupe aussi de l'établissement et du relâchement des connexions sur le réseau. • Elle s’occupe également du contrôle de flux. • C'est l'une des couches les plus importantes, car c'est elle qui fournit le service de base à l'utilisateur, et c'est par ailleurs elle qui gère l'ensemble du processus de connexion, avec toutes les contraintes qui y sont liées. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport
  • 85. Pour acheminer les données dans un réseau, il existe deux politiques majeures: • Mode connecté: Établir au préalable à la transmission, une connexion avec le correspondant, • Mode non connecté: émettre les données sans se soucier de savoir si le correspondant est présent. Il y a plusieurs exemples de protocoles de transport. Dans le monde Internet les plus connus sont: • TCP Transmission Control Protocol • UDP User Datagram Protocol • RTP Realtime Transport Protocol 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: modes connecté ou non?!!!
  • 86. Analogie!! Un jour, au bureau, vous avez besoin d'un dossier. • Vous criez à votre collègue Mohamed : "Mohamed apportes-moi le dossier Inscription s'il te plaît !". Et vous attendez que Mohamed vous l'apporte. Vous venez de faire un transfert d'information en mode non connecté. Vous êtes supposés être connecté tout le temps Alors que Mohamed peut bien être en train de fumer tranquillement sa cigarette ça fait une petite heure !!! • La deuxième méthode est de dire : "Mohamed t'es là ??". Si Mohamed répond "Oui !", il est foutu car vous allez lui demander le dossier et il sera obligé de vous l'amener (s'il veut son chèque à la fin du mois). Vous avez fonctionné en mode connecté, vous avez étiez dans l’obligation d’établir une connexion au préalable à la transmission. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: modes connecté ou non?!!!
  • 87. • Vous établissez un canal (physique ou virtuel). • Les informations sont émises sur ce canal de manière séquentielle, l'ordre de réception étant forcément le même qu'en émission. • La perte d'une information se traduit par une remise à zéro du circuit, voir une déconnexion. • Ce mode suppose une procédure de gestion de la communication assez lourde qui en diminue le rendement. • Par contre le service réseau rendu aux couches supérieures est suffisamment fiable pour nécessiter un minimum de contrôle au niveau de la couche transport. • Le mode connecté était le mode privilégié de fonctionnement des réseaux longues distances avant l'intronisation d'IP. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: En mode connecté
  • 88. • Les applications de transfert de fichiers, de courrier électronique et de navigation sur le web requièrent des garanties de transmission sans erreurs et de retransmission en cas d'erreur. • Dans le cas de messages longs, le fait de découper un message en paquets plus courts peut donner lieu à la remise des paquets à l'ordinateur de destination dans le désordre. • Le protocole TCP s'occupe de résoudre ces problèmes, au prix d'une certaine complexité du protocole (mode connecté). • Les applications de gestion de réseau et les updates envoyés par les routeurs dans un réseaux préfèrent utiliser un protocole plus léger mais plus rapide car les messages sont typiquement très courts et en cas d'erreurs ou d'absence de réponse, ils peuvent être répétés sans problèmes. • Le protocole UDP est typiquement utilisé dans ces cas (mode non connecté). 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: TCP ou UDP?
  • 89. • Il peut arriver (et même souvent), qu'un même programme entre deux machines (par exemple un Browser vers un serveur WEB) soit dans l'obligation de mettre en relation plusieurs processus simultanément. • Ainsi le dialogue entre les deux machines utilise un même parcours réseau (ou connexion réseau), mais sur cette seule est unique relation de niveau 3 entre deux uniques machines, on pourrait avoir plusieurs connexions de niveau 4, accomplissant chacune une tâche (un processus) distincte. L'exemple le plus parlant peut se trouver sur le WEB 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: Multiplexage niveau 4
  • 90. • Lorsque vous vous connectez à un serveur WEB, vous empruntez dans le réseau Internet une route vous reliant au serveur, grâce au protocole IP (couche 3). Il existe une seule relation de niveau 3 entre l'adresse IP de votre PC et l'adresse IP du serveur. • En supposant que la page que vous téléchargez comporte un texte et deux images. Vous établirez une connexion de couche 4 (TCP ici) pour le transfert du texte, et une connexion pour chaque image, soit au total trois connexions. Chacune est indépendante de l'autre, alors qu'elles sont toutes véhiculées par la même connexion réseau. Vous pouvez d'ailleurs pressentir cette indépendance lorsque vous recevez le texte immédiatement et que les images pourtant placées en entête vous parviennent plus tard (ou même carrément jamais !). 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: Multiplexage niveau 4
  • 91. Fonctions - Envoyer/ Recevoir des message de bout en bout - Retransmettre éventuellement les messages non reçus Exemples - TCP: Transport avec garanties - UDP: Transport sans garanties 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Transport: Synthèse
  • 92. • La notion de session est assez proche de celle de connexion. Il existe cependant quelques détails qui peuvent justifier la présence de ces deux concepts. • Une seule session peut ouvrir et fermer plusieurs connexions, de même que plusieurs sessions peuvent se succéder sur la même connexion. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche session: notions de session et connexion 2- Le MODEL OSI
  • 93. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche session: notions de session et connexion Exemples: Vous avez un message à transmettre par téléphone à votre ami, votre épouse doit faire de même avec celle de ce même ami. • Vous appelez votre ami (ouverture d'une connexion), • Vous discutez avec lui un certain temps (ouverture d'une session), • puis vous lui dites que votre épouse voudrait parler à la sienne (fermeture de la session). • Les épouses discutent un autre certain temps (ouverture d'une seconde session), • Puis n'ont plus rien à se dire (fermeture de la seconde session) • Et raccrochent (fin de la connexion). Dans cet exemple, deux sessions ont eu lieu sur la même connexion. Vous avez un travail à réaliser avec un collègue, par téléphone. 1. Vous l'appelez (ouverture de la connexion et ouverture de la session). 2. Il vous demande des informations vous raccrochez après lui avoir dit que vous le rappellerez ultérieurement (fermeture de la connexion, mais pas de la session). 3. Vous avez les informations, vous rappelez votre collègue (ouverture d'une seconde connexion), 4. Vous lui transmettez les informations demandées, vous n'avez plus rien à vous dire (fermeture de la session), 5. Vous raccrochez (fermeture de la connexion). Dans cet exemple une session s'étend sur deux connexions. 2- Le MODEL OSI
  • 94. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche session Cette couche organise et synchronise les échanges entre tâches distantes. Elle réalise le lien entre les adresses logiques et les adresses physiques des tâches réparties. Elle établit également une liaison entre deux programmes d'application devant coopérer et commande leur dialogue (définition du type de communication half/ full duplex). Elle assurera enfin le partage équitable de la parole ! Démocratique la couche 5 ! C'est sans doute pour cela qu'on ne la trouve que très rarement implémentée dans les architectures informatiques ! La couche session permet aussi d'insérer des points de reprise dans le flot de données de manière à pouvoir reprendre le dialogue après une panne.. 2- Le MODEL OSI
  • 95. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche session: Fonctions Gestion du dialogue Synchronisation du dialogue 2- Le MODEL OSI
  • 96. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche session: Synthèse Fonctions: - Maintenir le contexte de communication - Pas toujours nécessaire Exemples: - Login/ Logout entre machine de réseau (cette fonction est en général intégrée dans des applications utilisant des protocoles spécifiques) 2- Le MODEL OSI
  • 97. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy 2- Le MODEL OSI La couche Présentation Le rôle de cette couche est d'aider les différentes applications à représenter les données de manière indépendante des plates-formes/systèmes d'exploitation. Cette couche s'intéresse à la syntaxe et à la sémantique des données transmises : c'est elle qui traite l'information de manière à la rendre compatible entre tâches communicantes. Elle va assurer l'indépendance entre l'utilisateur et le transport de l'information. Typiquement, cette couche peut convertir les données, les reformater, les crypter et les compresser.
  • 98. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy 2- Le MODEL OSI La couche Présentation Imaginons trois Internautes : un anglais, un français et un marocain Un soir ils se rencontrent sur un "chat-room". Aucun d'entre eux ne sait parler la langue de l'autre, et pourtant ils aimeraient communiquer ! Première solution : L'anglais, peu avare, téléphone à une boite d'intérim et commande deux traducteurs. Lorsqu'il veut parler au français il active son traducteur français, lorsqu'il veut parler au marocain, il active son traducteur marocain ! Vous imaginez sans peine la joie de l'agence d'intérim lorsque l'anglais décide de converser avec une dizaine de nations différentes ! Deuxième solution : Le français, plus avisé dans ses dépenses, décide de n'engager qu'un seul traducteur ! Il dit : "Moi je veux un traducteur en Espéranto ! Il traduira mon français en un pur Espéranto que les autres devront comprendre et eux-mêmes traduire dans leur dialecte". Avisé, le français, a ainsi réparti les coûts de traduction sur les différents communicants ! De plus quiconque voudra participer à la discussion devra se procurer un seul traducteur Espéranto. Troisième solution : Laquelle à votre avis?
  • 99. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy 2- Le MODEL OSI La couche Présentation Le marocain cherche toujours
  • 100. 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy 2- Le MODEL OSI La couche Présentation : Le codage • Il existe plusieurs standards pour représenter les données • Certaines applications se limitent à l'utilisation du standard ASCII pour représenter les caractères sans accents. Ce code fait apparaître des caractères non imprimables appelés caractères de manœuvre qui provoquent des actions sur des dispositifs informatiques ou qui transportent de l'information de service. Par exemple, FF signifie "passage à la page suivante" ce qui pour une imprimante est une information indispensable.
  • 101. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Présentation: Le codage Le code ASCII est un code sur 7 positions ; comme les ordinateurs stockent l'information dans des mots dont la longueur est un multiple de 8 bits (octets), on complète généralement le code ASCII par un "0" en tête pour former un octet. On peut aussi utiliser ce degré de liberté supplémentaire pour définir des alphabets spéciaux ; dans ce cas, on avertit en mettant un "1" en tête à la place du "0" ce qui correspond au code ASCII étendu ; malheureusement, il y a plusieurs codes ASCII étendus car il n'y a pas encore de normalisation imposée ce qui rend difficile mais pas insurmontable le passage d'un document d'une plate-forme à une autre. Le code EBCDIC est un code sur 8 bits ce qui permet d'obtenir 256 caractères représentables contre 128 pour le code ASCII. code à 16 positions : Unicode Ce code est récent et a été mis en œuvre pour satisfaire tous les usagers du Web. Il incorpore presque tous les alphabets existants (Arabic, Armenian, Basic Latin, Bengali, Braille, Cherokee, etc....) ; il est compatible avec le code ASCII. Par exemple le caractère latin A est codé 0x41 en ASCII et U+0041 en Unicode.
  • 102. 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy La couche Présentation: Le codage D'autres applications encore peuvent utiliser un véritable langage de description de données (simples et complexes) avec des règles de représentation des données pour le transfert entre applications en réseau. Le standard ISO ASN.1 (Abstract Syntax Notation Number One) permet de décrire une variable (ou une donnée) par son type (booléen, entier, réel, binaire, octet long, séquence, chaîne de caractère, etc...), sa valeur (a, 1, 125, bobo, NON, OUI, AND, etc ..) et sa longeur (1 bit, un octet, un mot, etc ..) Mais encore une fois cette couche est souvent intégrée directement dans les logiciels d'application.
  • 103. La couche Présentation: Synthèse Fonctions: - Représenter les données Exemples: - ASCII - EBCDIC - Unicode - ASN.1 - … 2- Le MODEL OSI 7- App 6- Pré 5- Ses 4- Tra 3- Rés 2- Lia 1- Phy
  • 104. 2- Le MODEL OSI
  • 105. Architecture TCP/IP du réseau Internet • L'architecture des applications Internet a tendance à mettre en œuvre les fonctions des couches session, présentation et application dans des protocoles qui intègrent les différentes fonctions en un seul protocole. • Cette approche contredit en partie la notion de couches mais se justifie pour des raisons de performance et de pragmatisme. • Le modèle ISO et ses couches servent de référence pour poser les problèmes, alors que au moment de l'implémentation il est peut être plus simple et performant d'intégrer les fonctions nécessaires à une application dans un seul protocole.
  • 106. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 107.  Exemples des protocoles les plus utilisés HTTP (HyperText Transfer Protocol); FTP (File Transfer Protocol); SMTP (Simple Mail Transfer Protcol); POP (Post Office Protocol); TCP (Transmission Control Protocol) UDP (User Datagram Protocol) IP (Internet Protocol) ICMP (Internet Control Message Protocol) NNTP (News Network Transfer Protocol) Telnet (Terminal Network); Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 108. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 109. • Pour que le code HTML de la page puisse être transmis au navigateur, l'application serveur Web fait appel au protocole HyperText Transfer Protocol qui ajoute ses propres informations. • Le logiciel de la couche application fait ensuite appel aux services de la couche transport pour obtenir un service de transmission fiable. • Le protocole TCP est choisi; celui-ci ajoute aussi des informations. • Les logiciels de la couche transport font appel aux services de la couche réseau pour acheminer les données. Le protocole IP est imposé par le réseau Internet • Les logiciels de la couche physique sérialisent les octets de la trame. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 110. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 111. Les éléments binaires reçus par l'ordinateur de destination sont réassemblés en octets pour reconstituer la trame avant de la passer au logiciel de la couche sous-réseau qui utilise le protocole Ethernet pour vérifier si la trame est valide. Si oui la couche sous-réseau peut passer les données à la couche réseau qui utilise les informations du protocole IP pour vérifier la validité du paquet reçu et savoir à quel protocole de la couche supérieur il faut passer les données et ainsi de suite jusqu'au logiciel du navigateur. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 112. Architecture TCP/IP du réseau Internet
  • 113. la gestion de l'espace d'adressage IP est confié à l’organisation américaine l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) qui a remplacé depuis 1998 L'IANA (Internet Assigned Numbers Authority) L’adressage IP (gestion)
  • 114. L’adressage IP • Sur Internet, les ordinateurs communiquent entre eux grâce au protocole IP (Internet Protocol), qui utilise des adresses numériques, appelées adresses IP. • Une adresse IP est une adresse 32 bits, composées de 4 nombres entiers entre 0 et 255 et notées sous la forme xxx.xxx.xxx.xxx. • Par exemple, 194.153.205.26 est une adresse IP donnée sous une forme technique. • Ces adresses servent aux ordinateurs du réseau pour communiquer entre-eux, ainsi chaque ordinateur d'un réseau possède une adresse IP unique sur ce réseau. Qu'est-ce qu'une adresse IP
  • 115. • On distingue en fait deux parties dans l'adresse IP: – une partie des nombres à gauche désigne le réseau est est appelée ID de réseau (en anglais netID), – Les nombres de droite désignent les ordinateurs de ce réseau est est appelée ID d'hôte (en anglais host-ID). xxx.xxx.xxx.xxx Réseau Ordinateurs L’adressage IP
  • 116. Exemple: • Un réseau contenant 10 ordinateurs: • Adresse réseau: 192.168.0.0 Adresses des ordinateurs: 192.168.0.1 192.168.0.2 192.168.0.3 … 192.168.0.9 192.168.0.10 L’adressage IP
  • 117. Adresse de diffusion Lorsque tous les bits de la partie host-id sont à 1, l'adresse obtenue est appelée l'adresse de diffusion (en anglais broadcast). Il s'agit d'une adresse spécifique, permettant d'envoyer un message à toutes les machines situées sur le réseau spécifié par le netID. Exemple : 180.150.255.255 est une adresse de diffusion du réseau 180.150.0.0 L’adressage IP
  • 118. Les adresses IP sont réparties en classes, selon le nombre d'octets qui représentent le réseau. Ces classes sont: – Classe A – Classe B – Classe C – Classe D – Classe E Les classes de réseaux L’adressage IP
  • 119. • Dans une adresse IP de classe A, le premier octet représente le réseau. • Une adresse IP de classe A, en binaire, ressemble à ceci : 0xxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx Réseau Ordinateurs • Le bit de poids fort est à zéro, ce qui signifie qu'il y a 27 possibilités de réseaux 00000000.00000000.00000000.00000000  0.0.0.0 ….. 01111111.00000000.00000000.00000000  127.0.0.0 Les classes de réseaux Classe A L’adressage IP
  • 120. • en réalité on a que 126 possibilités – le réseau 0.0.0.0 n’est pas utilisé – 127.0.0.0 adresse de bouclage (est une adresse utilisée par une interface pour s'envoyer un message à elle-même) • Les trois octets de droite représentent les ordinateurs du réseaux, le réseau peut donc contenir un nombre d'ordinateur égal à : 256*256*256-2= 224-2 = 16777214 ordinateurs. Les classes de réseaux Classe A L’adressage IP
  • 121. • Quelques exemples: – General Electric 3.0.0.0 – 3.255.255.255 – IBM Corporation : 9.0.0.0 - 9.255.255.255 – Apple Computer, Inc (14 hits): 17.0.0.0 - 17.255.255.255 – Ford Motor Company : 19.0.0.0 - 19.255.255.255 – DoD Network Information Center : 21.0.0.0 - 22.255.255.255 – DoD Network Information Center : 28.0.0.0 - 30.255.255.255 – IBM : 32.0.0.0 - 32.255.255.255 Les classes de réseaux Classe A L’adressage IP
  • 122. • Dans une adresse IP de classe B, les deux premiers octets représente le réseau. • Une adresse IP de classe B, en binaire, ressemble à ceci : 10xxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx Réseau Ordinateurs • Les deux premiers bits sont 1 et 0, ce qui signifie qu'il y a 214 possibilités de réseaux 10000000.00000000.00000000.00000000  128.0.0.0 ….. 10111111.11111111.00000000.00000000  191.255.0.0 Les classes de réseaux Classe B L’adressage IP
  • 123. • Les deux octets de gauche représentent les reseaux. Il y a donc 214 = 16384 réseaux possibles • Les deux octets de droite représentent les ordinateurs du réseaux, le réseau peut donc contenir un nombre d'ordinateur égal à : 256*256-2= 216-2 = 65534 ordinateurs. Les classes de réseaux Classe B L’adressage IP
  • 124. • Quelques exemples: – IBM Corporation : 129.33.0.0 - 129.35.255.255 – Universite du Quebec a Hull : 132.213.0.0 - 132.213.255.255 – Oracle Corporation: 137.254.0.0 - 137.254.255.255 – Compaq : 138.35.0.0 - 138.35.255.255 – Universidade Federal de Minas Gerais: 150.164.0.0 - 150.164.255.255 Les classes de réseaux Classe B L’adressage IP
  • 125. • Dans une adresse IP de classe B, les troix premiers octets représente le réseau. • Une adresse IP de classe B, en binaire, ressemble à ceci : 110xxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx.xxxxxxxx Réseau Ordinateurs • Les trois premiers bits sont 1,1 et 0, ce qui signifie qu'il y a 221 possibilités de réseaux 11000000.00000000.00000000.00000000  192.0.0.0 ….. 11011111.11111111.11111111.00000000  223.255.255.0 Les classes de réseaux Classe C L’adressage IP
  • 126. • Les deux octets de gauche représentent les reseaux. Il y a donc 221 = 2097152 réseaux possibles • L'octet de droite représente les ordinateurs du réseau, le réseau peut donc contenir: 28-2 = 254 ordinateurs. Les classes de réseaux Classe C L’adressage IP
  • 127. • Quelques exemples: – France Telecom IP2000 ADSL BAS : 193.252.45.0 - 193.252.45.255 – Central Scotland Police: 194.61.128.0 - 194.61.135.255 – NASA Ames Research Center: 198.116.0.0 - 198.123.255.255 – China Education and Research Network: 219.221.0.0 - 219.221.255.255 Les classes de réseaux Classe C L’adressage IP
  • 128. Classe D • L'adressage est de 224.0.0.0 à 239.255.255.255 • Cette classe est utilisée pour le Multicast Classe E • L'adressage est de 240.0.0.0 à 255.255.255.255 • Cette classe réservé pour le future Les classes de réseaux L’adressage IP
  • 129. • Adresses IP privées de classe A : 10.0.0.1 à 10.255.255.254 permettant la création de vastes réseaux privés comprenant des milliers d'ordinateurs. • Adresses IP privées de classe B : 172.16.0.1 à 172.31.255.254 permettant de créer des réseaux privés de taille moyenne. • Adresses IP privées de classe C : 192.168.0.1 à 192.168.0.254 pour la mise en place de petits réseaux privés. Adresses réservées L’adressage IP
  • 130. Récapitulation Classe Préfixe Nombre de réseaux possibles Nombre d'ordinateurs maxi sur chacun A 0 126 16777214 B 10 16384 65534 C 110 2097152 254 D 1110 Multicast Multicast E 1111 Réservé Réservé L’adressage IP
  • 131. Le Model TCP IP Protocole ARP Le protocole ARP (Address Resolution Protocol) Obtenir l’adresse physique d’une carte réseau correspondant à une adresse logique, Trouver l'adresse Mac d'un ordinateur à partir de son adresse IP. DHCP(Dynamic Host Configuration Protocol) L'adresse IP ne peut pas être attribuée à un ordinateur Serveur DHCP permet une allocation dynamique des adresses.
  • 132. Le Model TCP IP Masque réseau (netmask) • 4 octets (comme une adresse IP), • Comprend (dans sa notation binaire) des zéros aux niveau des bits de l'adresse IP que l'on veut annuler •Des 1 au niveau de ceux que l'on désire conserver. Intérêt d'un masque de sous-réseau Identifier simplement le réseau associé à une adresse IP Cette donnée indique la partie de votre adresse qui caractérise le réseau local sur lequel votre hôte est connecté
  • 133. Exemple: Soit l'adresse IP suivante : 34.56.123.12 Le masque à appliquer est le suivant: 255.0.0.0 34.56.123.12 00100010.11010000.01111011.00001100 ET 255.0.0.0 11111111.00000000.00000000.00000000 --------------------------------------------------- 34.0.0.0  00100010.00000000.00000000.00000000 Le Model TCP IP
  • 134. Le Model TCP IP Reprenons l'exemple du réseau: 00100010.00000000.00000000.00000000  34.0.0.0 supposons que l'on désire que les deux premiers bits du deuxième octet permettent de désigner le réseau. Création de sous-réseaux
  • 135. Le Model TCP IP Le masque à appliquer sera alors : 00100010.11010000.01111011.00001100  34. 208.123.12 11111111.11000000.00000000.00000000  255.192.0.0 --------------------------------------------------- 00100010.1100000000000000000000000  34.192.0.0 Création de sous-réseaux
  • 136. Le Model TCP IP Dans ce cas on a quatre sous réseaux: Création de sous-réseaux les deux premiers bits du deuxième octet Le résultat du masquage 00 34.0.0.0 01 34.64.0.0 10 34.128.0.0 11 34.192.0.0
  • 137. Exercice 1 Quelles sont les classes des adresses réseaux suivantes? 1. 192.18.97.39 (adresse IP de www.javasoft.com); 2. 138.96.64.15 (www.inria.fr); 3. 18.181.0.31 (www.mit.edu); 4. 226.192.60.40; Pour chacune de ces classes, étant donné un réseau y appartenant, combien d'adresses de machines peuvent, a priori, être utilisées? Travaux Dirigés
  • 138. Corrigé: Exercice 1 1. 192.18.97.39 11000000. 00010010. 01100001.00100111 Adresse de Classe C 2. 138.96.64.15 10001010. xxxxxxxx. xxxxxxxx. xxxxxxxx Adresse de Classe B 3. 18.181.0.31 00010010. xxxxxxxx. xxxxxxxx. xxxxxxxx Adresse de Classe A 4. 226.192.60.40; 224<226<239 Adresse de Classe D Travaux Dirigés
  • 139. Corrigé: Exercice 1 1. Classe C: 192.18.97.1192. 18.97.254  28-2 adresses de machines possibles 2. Classe B: 138.96.0.1  138.96.255.254 216-2 adresses de machines possibles 3. Classe A: 18.0.0.118.255.255.254  224-2 adresses de machines possibles 4. 226.192.60.40 Classe D: Travaux Dirigés
  • 140. Exercice 2 On veut découper le réseau 195.84.90.0 en 8 sous-réseaux (note : on ne respecte pas la RFC 950, recommandant de ne pas utiliser les sous- réseaux dont les bits sont tous à 0 ou tous à 1) . Quelle est la valeur du masque de sous-réseau, et pour chaque sous-réseau, indiquez - l’adresse du sous-réseau - l’adresse de broadcast Travaux Dirigés
  • 141. Corrigé: Exercice 2 195.84.90.0 : Classe C  le dernier octet permet de définir les machines: 8 sous réseaux  masque sous réseau sur 3 bits 11111111 11111111 11111111 11100000  255.255.255.224 Travaux Dirigés
  • 142. Travaux Dirigés Sous réseaux Masque sous réseau Adresse sous-réseau Adresse du broadcast sous-réseau 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 = 0 195.84.90.0 0 0 0 1 1 1 1 1 = 31 195.84.90.31 sous-réseau 2 0 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 = 32 195.84.90.32 0 0 1 1 1 1 1 1 = 63 195.84.90.63 sous-réseau 3 0 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 = 64 195.84.90.64 0 1 0 1 1 1 1 1 = 95 195.84.90.95 sous-réseau 4 0 1 1 0 1 1 0 0 0 0 0 = 96 195.84.90.96 0 1 1 1 1 1 1 1 = 127 195.84.90.127 sous-réseau 5 1 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 = 128 195.84.90.128 1 0 0 1 1 1 1 1 = 159 195.84.90.159 sous-réseau 6 1 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0 = 160 195.84.90.160 1 0 1 1 1 1 1 1 = 191 195.84.90.191 sous-réseau 7 1 1 0 1 1 0 0 0 0 0 0 = 192 195.84.90.192 1 1 0 1 1 1 1 1 = 223 195.84.90.223 sous-réseau 8 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 = 224 195.84.90.224 1 1 1 1 1 1 1 1 = 255 195.84.90.255
  • 143. Exercice 3 Quelles adresses IP se trouvent sur le même sous-réseau que 130.12.127.231 si le masque de sous-réseau est 255.255.192.0 ? (note : on ne respecte pas la RFC 950, recommandant de ne pas utiliser les sous- réseaux dont les bits sont tous à 0 ou tous à 1) - 130.12.63.232 - 130.22.130.1 - 130.12.64.23 - 130.12.167.127 Travaux Dirigés
  • 144. Corrigé Exercice 3 130.12.127.231 Adresse de Classe B: Les deux octets de droite correspondent à hostID Le masque: 255.255.192.011111111. 11111111. 11 000000.000000 Réseau s-réseau Machines 22 sous réseaux avec 214-2 machines: - sous-réseau 1 : 130.12.0.0 – 130.12.63.255 - sous-réseau 2 : 130.12.64.0 – 130.12.127.255 - sous-réseau 3 : 130.12.128.0 – 130.12.191.255 - sous-réseau 4 : 130.12.192.0 – 130.12.255.255 L’adresse IP 130.12.127.231 appartient au sous-réseau 2. 130.12.63.232 appartient au sous-réseau 1 130.12.64.23 appartient au sous-réseau 2 130.12.167.127 appartient au sous-réseau 3 130.22.130.1 appartient à un autre réseau de classe B Travaux Dirigés
  • 145. Exercice 4 Afin de disposer de sous réseaux on utilise le masque de 255.255.240.0 avec une adresse de réseau de classe B • Combien d’hôtes pourra-t-il y avoir par sous réseau ? • quel est le nombre de sous réseaux disponibles ? Exercice 5 Une entreprise veut utiliser l’adresse réseau 192.168.90.0 pour 4 sous réseaux. Le nombre maximum d’hôtes par sous réseau étant de 30, quel masque de sous réseau utiliseriez vous pour résoudre ce problème ? Travaux Dirigés