SlideShare une entreprise Scribd logo
EST-CE LA SOLUTION AU PROBLEME DE SURPECHE A
MADAGASCAR ?
Les aires marines gérées localement deviennent un moyen populaire de promouvoir une pêche
responsable et durable
Notre destination était lointaine. Il nous a fallu quatre heures pour parcourir, sur une route
accidentée et cahoteuse, les 20km qui séparent Maroantsetra de Rantohely, un petit village de
pêcheurs sur la Baie d’Antongil, dans le nord-est de Madagascar. A cause peut-être de son
isolement géographique, les gens d’ici ont l’habitude de se débrouiller tout seul. Et c’est aussi
peut-être la raison pour laquelle l’approche LMMA (gestion localedes aires marines) des
ressources marines y a pris rapidement pied. Le but de notre voyage était, en effet, d’évaluer le
fonctionnement de l’approche LMMA.
A l’entrée du village, nous étions accueillis par un groupe d’enfants bruyants et par le président
de l’association des pêcheurs, Monsieur Augustin Randriamiharisoa, flanqués pour l’occasion du
chef de la communauté et de quelques pêcheurs tout juste rentrés au village après une
escapade en mer dès l’aube.
Deux des associations de pêcheurs gèrent depuis 2012 les LMMA de Rantohely que la
population localeappelle« Tahirin-daoko » ou réserves de poissons en Malagasy. Les LMMA
sont des zones marines gérées par les communautés elles-mêmes pour protéger l’activité de
pêche, préserver la biodiversité marine, faire entendre leurs voix et veiller à ce que la mer dont
dépendent leurs moyens d’existence reste productive. L’idée derrière les LMMA est très simple :
confier la gestion des ressources marines à la population qui en est la plus proche et dont
dépendent les moyens d’existence. Elle devient donc un gestionnaire durable de certaines aires
marines particulières.
Les pêcheurs ont fait savoir que l’approche LMMA était utile et avantageuse pour la
communauté qui était très motivée à en créer d’autres.
« Nous avons hâte de développer notre propre LMMA dans notre communauté parce qu’en tant
que pêcheurs, nous savons que la LMMA nous permettra d’améliorer nos moyens d’existence. Nous
espérons pouvoir collaborer étroitement avec toute organisation qui pourrait nous aider à
développer davantage notre LMMA et améliorer ainsi nos conditions de vie, » a déclaré M.
Augustin.
Eaux Troubles
Les LMMA sont confrontés à des défis. Les grandes sociétés de pêche commercialequi
exploitent des bateaux dans la zone ne respectent pas toujours les règles établies de ne pas
s’adonner à la pêche dans un rayon de 3,8km à partir des rivages, une zone de pêche où
abondent les poissons et où les crevettes pondent et se reproduisent près des embouchures du
fleuve, des récifs coralliens, des roches et des mangroves. C’est un territoire censé être réservé
aux pêcheurs traditionnels.
Le président Augustin nous a expliqué qu’il était difficile de faire appliquer les règles établies par
les LMMA à cause de la corruption et du manque de connaissance des lois par les responsables
mêmes chargés de les appliquer. Par ailleurs, une demande croissante de poissons et de
crevettes, les dégâts occasionnés par les cyclones et la sédimentation des fleuves, ainsi que les
infractions aux règles perpétrées par certains membres de la communauté diminuent le stock. Il
est nécessaire de faire une délimitation claire des zones de pêche pour que les saisons soient
respectées, ajoute-t-il.
La coopération avec les autorités chargées de l’application de la loi doit aussi être renforcée
pour faire respecter les règles. Certes, l’accroissement de la population locale et les effets du
changement climatique constituent des défis, mais une protection de ces habitats marins et de
ces sites de reproduction essentiels contribuerait véritablement à préserver la santé de la
population de poissons et préviendrait la surpêche.
Créer une nouvelle approche
La première LMMA de Madagascar a été créée en 2005, dans le sud-ouest. En réponse à une
capture en diminution constante, vingt-cinq villages se sont unis pour gérer ensemble leurs
ressources marines. Le succès du projet a suscité l’intérêt dans d’autres localités. En 2012, une
réunion des membres des collectivités représentant 18 LMMA a eu lieu où ils ont reconnu le
besoin d’identifier des défis communs à tous et d’échanger des expériences et des compétences.
C’est ainsi qu’un réseau national de LMMA dénommé MIHARI (Mitantana HArena an-
dRanomasina avy eny Ifotony ou Gestion Locale des Aires Marines) a été mis sur pied.
Aujourd’hui, plus de 120 associations communautaires participent dans plus de 65 LMMA.
Vatosoa Rakotondrazafy, une ancienne chercheuse de l’université de British Columbia, est la
Coordonnatrice du réseau MIHARI. Selon elle, bien que certaines LMMA aient été créées par des
ONG, la plupart l’ont été sur initiative des communautés et que « l’objectif final est d’avoir des
LMMA qui ne soient pas trop dépendantes des ONG. » Pour ce faire, il va falloir renforcer la
capacité des équipes dirigeantes des LMMA pour qu’elles deviennent plus autonomes.
Rakotondrazafy déclare qu’avec le temps, il est prouvé que l’approche LMMA marche. « Bien que
les avantages ne soient pas encore, pour le moment, quantifiables, les LMMA existantes
contribuent à la conservation des ressources côtières et marines de Madagascar, améliorent les
moyens d’existence des communautés et les engagent directement dans la gestion des
ressources. »
L’USAID est désireuse d’apporter son aide à l’amélioration des moyens d’existence des pêcheurs
et, par la même occasion, de participer à la conservation de la biodiversité marine à travers le
développement de la pêche à Madagascar. Pour la première fois de son histoire, l’USAID
projette d’aider à la gestion et à la conservation des ressources marines et côtières dans le cadre
de son prochain programme environnemental de cinq ans (conservation et responsabilisation
des communautés).
Bruno Rasamoel
Mai 2016

Contenu connexe

En vedette

MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
Antoine Olbrechts
 
Photogramme restaurant
Photogramme restaurantPhotogramme restaurant
Photogramme restaurantCeline Roldan
 
James bond - Photos du film spectre au mexique 2015
James bond - Photos du film spectre au mexique  2015James bond - Photos du film spectre au mexique  2015
James bond - Photos du film spectre au mexique 2015
Le Grand Journal du Mexique
 
Republica del ecuador terminado
Republica del ecuador terminadoRepublica del ecuador terminado
Republica del ecuador terminado
Cristian Quezada
 
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
Laura Manco
 
El aguacero
El aguaceroEl aguacero
El aguacero
David TrMe
 
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
ILRI
 
03 conferencia dr_eduardo_andere
03 conferencia dr_eduardo_andere03 conferencia dr_eduardo_andere
03 conferencia dr_eduardo_andere
Delegacion Cuarentayocho
 
Introduction à Studio 1
Introduction à Studio 1Introduction à Studio 1
Introduction à Studio 1
Joanna Sanders
 
Discrimination des sons.pptx final. 22
Discrimination        des  sons.pptx final. 22Discrimination        des  sons.pptx final. 22
Discrimination des sons.pptx final. 22
tannohra
 
Presentación a profes
Presentación a profesPresentación a profes
Presentación a profes
Alejandra Noreña Herrera
 
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongéLe combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
Amnesty International France
 
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
Sahel_BeyondForestryLaws
 
Diaporamastretch
DiaporamastretchDiaporamastretch
Diaporamastretchdjnjou
 
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
Mike Kujawski
 
Lotus Symphony Brochure 8 Pages Lob14006 Frfr 00
Lotus Symphony   Brochure   8 Pages   Lob14006 Frfr 00Lotus Symphony   Brochure   8 Pages   Lob14006 Frfr 00
Lotus Symphony Brochure 8 Pages Lob14006 Frfr 00Thierry Batut
 
Discurso
DiscursoDiscurso
Discurso
Ivette Jaen
 

En vedette (20)

MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
MR•IC de Chaudfontaine - Programme des élections communales 2012
 
Fotomexcabia
FotomexcabiaFotomexcabia
Fotomexcabia
 
Photogramme restaurant
Photogramme restaurantPhotogramme restaurant
Photogramme restaurant
 
James bond - Photos du film spectre au mexique 2015
James bond - Photos du film spectre au mexique  2015James bond - Photos du film spectre au mexique  2015
James bond - Photos du film spectre au mexique 2015
 
Republica del ecuador terminado
Republica del ecuador terminadoRepublica del ecuador terminado
Republica del ecuador terminado
 
Llegim a la biblioteca
Llegim a la bibliotecaLlegim a la biblioteca
Llegim a la biblioteca
 
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
10 guia redes 5 conceptos de redes 1 (1)
 
El aguacero
El aguaceroEl aguacero
El aguacero
 
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
Tendances et facteurs de production et de commerce du bétail en Afrique sub-s...
 
03 conferencia dr_eduardo_andere
03 conferencia dr_eduardo_andere03 conferencia dr_eduardo_andere
03 conferencia dr_eduardo_andere
 
Introduction à Studio 1
Introduction à Studio 1Introduction à Studio 1
Introduction à Studio 1
 
Discrimination des sons.pptx final. 22
Discrimination        des  sons.pptx final. 22Discrimination        des  sons.pptx final. 22
Discrimination des sons.pptx final. 22
 
Etude internet 2030-web
Etude internet 2030-webEtude internet 2030-web
Etude internet 2030-web
 
Presentación a profes
Presentación a profesPresentación a profes
Presentación a profes
 
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongéLe combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
Le combat pour les Trois d’Angola et contre la détention à l’isolement prolongé
 
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
O Diagne: Intégration de la science dans la formation des populations des zon...
 
Diaporamastretch
DiaporamastretchDiaporamastretch
Diaporamastretch
 
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
Cultiver La Communauté Mondiale (Web 2.0)
 
Lotus Symphony Brochure 8 Pages Lob14006 Frfr 00
Lotus Symphony   Brochure   8 Pages   Lob14006 Frfr 00Lotus Symphony   Brochure   8 Pages   Lob14006 Frfr 00
Lotus Symphony Brochure 8 Pages Lob14006 Frfr 00
 
Discurso
DiscursoDiscurso
Discurso
 

Similaire à LMMA_french

présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MB
présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MBprésentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MB
présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MBRenee Meyer (MBA/MIM)
 
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSE
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSELES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSE
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSEInstitution Publique
 
Les recommandations CGFI
Les recommandations CGFILes recommandations CGFI
Les recommandations CGFI
tic-tec
 
Impact du changement climatique sur la pêche au powerpt
Impact du changement climatique sur la pêche au powerptImpact du changement climatique sur la pêche au powerpt
Impact du changement climatique sur la pêche au powerptFatoumata Maïga
 
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
TradeForDevelopment Centre
 
Femmes de mer
Femmes de mer Femmes de mer
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etelNaissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
Chambres d'agriculture de Bretagne
 
Surexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiquesSurexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiquesMyriam Beauchamp
 
Paysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
Paysages marins régénérateurs - Mission InclusionPaysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
Paysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
International Institute for Sustainable Development
 
11 10 programme-anel_octobre_light
11 10 programme-anel_octobre_light11 10 programme-anel_octobre_light
11 10 programme-anel_octobre_lightBabinfo Pays Basque
 
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Leonard
 

Similaire à LMMA_french (11)

présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MB
présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MBprésentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MB
présentation de l'ONG l'Homme et l'Environnement 50429 2,9 MB
 
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSE
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSELES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSE
LES FERMES AQUACOLES SE MODERNISENT- DOSSIER DE PRESSE
 
Les recommandations CGFI
Les recommandations CGFILes recommandations CGFI
Les recommandations CGFI
 
Impact du changement climatique sur la pêche au powerpt
Impact du changement climatique sur la pêche au powerptImpact du changement climatique sur la pêche au powerpt
Impact du changement climatique sur la pêche au powerpt
 
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
Du poisson au menu: pour combien de temps encore? Vers un avenir durable pour...
 
Femmes de mer
Femmes de mer Femmes de mer
Femmes de mer
 
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etelNaissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
Naissance du sage golfe du morbihan et ria d'etel
 
Surexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiquesSurexploitation des ressources halieutiques
Surexploitation des ressources halieutiques
 
Paysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
Paysages marins régénérateurs - Mission InclusionPaysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
Paysages marins régénérateurs - Mission Inclusion
 
11 10 programme-anel_octobre_light
11 10 programme-anel_octobre_light11 10 programme-anel_octobre_light
11 10 programme-anel_octobre_light
 
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
 

LMMA_french

  • 1. EST-CE LA SOLUTION AU PROBLEME DE SURPECHE A MADAGASCAR ? Les aires marines gérées localement deviennent un moyen populaire de promouvoir une pêche responsable et durable Notre destination était lointaine. Il nous a fallu quatre heures pour parcourir, sur une route accidentée et cahoteuse, les 20km qui séparent Maroantsetra de Rantohely, un petit village de pêcheurs sur la Baie d’Antongil, dans le nord-est de Madagascar. A cause peut-être de son isolement géographique, les gens d’ici ont l’habitude de se débrouiller tout seul. Et c’est aussi peut-être la raison pour laquelle l’approche LMMA (gestion localedes aires marines) des ressources marines y a pris rapidement pied. Le but de notre voyage était, en effet, d’évaluer le fonctionnement de l’approche LMMA. A l’entrée du village, nous étions accueillis par un groupe d’enfants bruyants et par le président de l’association des pêcheurs, Monsieur Augustin Randriamiharisoa, flanqués pour l’occasion du chef de la communauté et de quelques pêcheurs tout juste rentrés au village après une escapade en mer dès l’aube. Deux des associations de pêcheurs gèrent depuis 2012 les LMMA de Rantohely que la population localeappelle« Tahirin-daoko » ou réserves de poissons en Malagasy. Les LMMA sont des zones marines gérées par les communautés elles-mêmes pour protéger l’activité de pêche, préserver la biodiversité marine, faire entendre leurs voix et veiller à ce que la mer dont dépendent leurs moyens d’existence reste productive. L’idée derrière les LMMA est très simple : confier la gestion des ressources marines à la population qui en est la plus proche et dont dépendent les moyens d’existence. Elle devient donc un gestionnaire durable de certaines aires marines particulières. Les pêcheurs ont fait savoir que l’approche LMMA était utile et avantageuse pour la communauté qui était très motivée à en créer d’autres. « Nous avons hâte de développer notre propre LMMA dans notre communauté parce qu’en tant que pêcheurs, nous savons que la LMMA nous permettra d’améliorer nos moyens d’existence. Nous espérons pouvoir collaborer étroitement avec toute organisation qui pourrait nous aider à développer davantage notre LMMA et améliorer ainsi nos conditions de vie, » a déclaré M. Augustin. Eaux Troubles Les LMMA sont confrontés à des défis. Les grandes sociétés de pêche commercialequi exploitent des bateaux dans la zone ne respectent pas toujours les règles établies de ne pas s’adonner à la pêche dans un rayon de 3,8km à partir des rivages, une zone de pêche où abondent les poissons et où les crevettes pondent et se reproduisent près des embouchures du
  • 2. fleuve, des récifs coralliens, des roches et des mangroves. C’est un territoire censé être réservé aux pêcheurs traditionnels. Le président Augustin nous a expliqué qu’il était difficile de faire appliquer les règles établies par les LMMA à cause de la corruption et du manque de connaissance des lois par les responsables mêmes chargés de les appliquer. Par ailleurs, une demande croissante de poissons et de crevettes, les dégâts occasionnés par les cyclones et la sédimentation des fleuves, ainsi que les infractions aux règles perpétrées par certains membres de la communauté diminuent le stock. Il est nécessaire de faire une délimitation claire des zones de pêche pour que les saisons soient respectées, ajoute-t-il. La coopération avec les autorités chargées de l’application de la loi doit aussi être renforcée pour faire respecter les règles. Certes, l’accroissement de la population locale et les effets du changement climatique constituent des défis, mais une protection de ces habitats marins et de ces sites de reproduction essentiels contribuerait véritablement à préserver la santé de la population de poissons et préviendrait la surpêche. Créer une nouvelle approche La première LMMA de Madagascar a été créée en 2005, dans le sud-ouest. En réponse à une capture en diminution constante, vingt-cinq villages se sont unis pour gérer ensemble leurs ressources marines. Le succès du projet a suscité l’intérêt dans d’autres localités. En 2012, une réunion des membres des collectivités représentant 18 LMMA a eu lieu où ils ont reconnu le besoin d’identifier des défis communs à tous et d’échanger des expériences et des compétences. C’est ainsi qu’un réseau national de LMMA dénommé MIHARI (Mitantana HArena an- dRanomasina avy eny Ifotony ou Gestion Locale des Aires Marines) a été mis sur pied. Aujourd’hui, plus de 120 associations communautaires participent dans plus de 65 LMMA. Vatosoa Rakotondrazafy, une ancienne chercheuse de l’université de British Columbia, est la Coordonnatrice du réseau MIHARI. Selon elle, bien que certaines LMMA aient été créées par des ONG, la plupart l’ont été sur initiative des communautés et que « l’objectif final est d’avoir des LMMA qui ne soient pas trop dépendantes des ONG. » Pour ce faire, il va falloir renforcer la capacité des équipes dirigeantes des LMMA pour qu’elles deviennent plus autonomes. Rakotondrazafy déclare qu’avec le temps, il est prouvé que l’approche LMMA marche. « Bien que les avantages ne soient pas encore, pour le moment, quantifiables, les LMMA existantes contribuent à la conservation des ressources côtières et marines de Madagascar, améliorent les moyens d’existence des communautés et les engagent directement dans la gestion des ressources. » L’USAID est désireuse d’apporter son aide à l’amélioration des moyens d’existence des pêcheurs et, par la même occasion, de participer à la conservation de la biodiversité marine à travers le développement de la pêche à Madagascar. Pour la première fois de son histoire, l’USAID projette d’aider à la gestion et à la conservation des ressources marines et côtières dans le cadre
  • 3. de son prochain programme environnemental de cinq ans (conservation et responsabilisation des communautés). Bruno Rasamoel Mai 2016