JANVIER-FÉVRIER 2015 • ESPACES 322 123
TROCMAISON,
L’AMI DE LA FAMILLE
L’échange de logement, tel que le propose Trocmaiso...
CAHIER TOURISME EN FAMILLE
124 ESPACES 322 • JANVIER-FÉVRIER 2015
cun des partenaires de l’échange, c’est une invi-
tation...
JANVIER-FÉVRIER 2015 • ESPACES 322 125
vacances, 46 % d’entre eux veulent en premier
lieu “expérimenter des cultures diffé...
CAHIER TOURISME EN FAMILLE
126 ESPACES 322 • JANVIER-FÉVRIER 2015
L’entrée par la destination n’est pas la seule :
envie d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

ESPACE jan 2015

141 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
141
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ESPACE jan 2015

  1. 1. JANVIER-FÉVRIER 2015 • ESPACES 322 123 TROCMAISON, L’AMI DE LA FAMILLE L’échange de logement, tel que le propose Trocmaison.com, est un concept particulièrement adapté aux vacances en famille. Il permet à chacun des membres de la famille de bénéficier du confort d’une maison “amie” – un confort qui peut inclure une cuisine équipée et des placards garnis, une voiture mise à disposition, des jouets dans les chambres des enfants… Il permet aussi de s’im- merger dans la destination visitée, voire de rencontrer les voisins et amis du propriétaire de la maison. Le tout à coût quasi nul ! ALEXANDRA ORIGET DU CLUZEAU Directeur de la communication internationale de Homeexchange - Trocmaison [alexandra@homeexchange.com] ALEXANDRA ORIGET DU CLUZEAU L e concept d’échange de maison, tel que le propose Trocmaison.com (Homeexchange.com, en version internationale) est particulièrement adapté au voyage en famille. La moi- tié de la communauté internationale des “tro- queurs de maison” voyage d’ailleurs avec des enfants. Quant au fondateur du réseau en ligne, Ed Kushins, il avait deux jeunes enfants, en 1992, quand il a décidé de faire partager au plus grand nombre un concept qu’il trouvait renversant de simplicité et formidablement avantageux pour sa propre famille. Aujourd’hui, à l’âge d’être grand-père, il est toujours un membre parmi d’autres d’une com- munauté qui compte désormais soixante mille membres dans cent cinquante pays. Le principe de Trocmaison.com est simple. L’adhésion au réseau se fait au moyen d’une cotisation annuelle (95,40 euros) qui donne droit à un nombre illimité d’échanges, sans frais supplémentaires. Le nouvel adhérent crée un profil qui lui permet de se présenter, lié à une annonce illustrée de photos décrivant son loge-
  2. 2. CAHIER TOURISME EN FAMILLE 124 ESPACES 322 • JANVIER-FÉVRIER 2015 cun des partenaires de l’échange, c’est une invi- tation supplémentaire à se mettre aux four- neaux. Petits déjeuners, déjeuners, goûters et dîners peuvent ainsi être pris à la maison. Au- delà de l’économie sur le logement et la nour- riture, se greffe souvent la disponibilité d’une voiture, de paires de skis, voire d’un bateau… VIE DE FAMILLE. Le thème du repas en famille, souvent évoqué par les adeptes du troc de mai- son, recouvre plus qu’une réalité économique. La sensation d’être dans un vrai foyer favorise les retrouvailles et les interactions – une dimen- sion fortement appréciée des familles recom- posées et monoparentales, pour lesquelles les moments de réunion familiale sont précieux : rien à voir avec un club de vacances, avec salle à manger commune. Tout cela favorise le par- tage de moments de qualité en famille. Membres à part entière de la famille, le chien, le chat ou le hamster ne sont pas oubliés. Si la famille d’accueil est d’accord, on peut voyager avec son compagnon à quatre pattes ou, alter- nativement, le laisser aux bons soins de la famille partenaire. C’est là un bénéfice insoup- çonné du troc de maisons, qui peut aussi séduire les enfants qui n’ont pas d’animal à la maison. CONFORT. Chacun a sa chambre, tous parta- gent une salle de séjour, parfois un jardin, et ont à disposition des vélos dans le garage, une poussette, des luges, des planches de surf, des ballons pour jouer… mais aussi un moelleux canapé pour jouer aux cartes ou regarder des DVD les jours de mauvais temps. Comme les occupations sont à portée de main, il n’est pas nécessaire d’organiser des activités pour chaque instant du séjour. La dynamique des vacances s’en trouve modifiée, bien loin des séjours “pac- kagés” avec des activités programmées qui ne sont pas toujours adaptées à chaque tranche d’âge. Les adolescents, grands oubliés des acteurs traditionnels les mieux intentionnés, y trouvent leur compte avec la sensation de liberté qui leur est chère. IMMERSION. S’ils apprécient leur confort, les “troqueurs” de maison sont aussi d’avides explorateurs de leur environnement. S’ils sont 18 % à vouloir avant tout “se relaxer” en Offre ment. Il accède à une messagerie interne sécu- risée au travers de laquelle il entre en contact avec les autres membres de la communauté. Il reçoit également des propositions d’échange, auxquelles il donne suite ou qu’il décline. Si l’intérêt est réciproque, l’échange est conclu et il ne reste qu’à organiser les détails pratiques. Dans tous les cas, aucune dépense supplé- mentaire n’est à prévoir, quel que soit le niveau de confort des logements. Il n’est pas rare qu’un appartement en ville soit échangé contre une spacieuse maison à la campagne ou au bord de la mer. Pourvu que chacun y trouve son compte, ni la surface, ni le standing ne sont mesurés ni monétisés. Cela étant, de nombreux arguments militent en faveur du choix du troc de maison quand on est en famille. ÉCONOMIES. Ce n’est pas un hasard si 36 % de la communauté des “troqueurs” évoquent comme première motivation le souhait de faire des économies(1) . Effet combiné de la récession et de la stagnation des revenus, les membres de Trocmaison.com cherchent des solutions pour pouvoir continuer à s’offrir des vacances agréables malgré un budget qui rétrécit. C’est d’autant plus vrai pour les foyers de deux enfants ou plus, chez qui le poste logement pèse fortement sur l’enveloppe du séjour. Que l’on se tourne vers l’hôtellerie traditionnelle ou les clubs de vacances, il faut compter au moins deux chambres, ou davantage dans le cas des familles nombreuses ou recomposées, qui réunissent parfois deux fratries le temps des vacances. La location d’une maison dotée de plusieurs chambres apparaît alors comme une solution adaptée, encore qu’onéreuse, surtout en période de vacances scolaires. Ce n’est pas le cas du troc de maison. En effet, celui-ci repose non pas sur le nombre de chambres ou la sur- face, mais sur l’entente réciproque entre deux familles ; le coût zéro s’applique, quelle que soit la taille du logement. L’économie ne se limite pas au logement. Le fait de pouvoir préparer les repas à la maison redonne du pouvoir d’achat. Dans un contexte où, contrairement aux locations, les logements possèdent un fond d’épicerie qui profite à cha- (1) Les données chiffrées de cet article sont extraites de l’étude de Roberta Garibaldi et Francesca Forni portant sur la communauté Homeexchange : My House is Yours, université de Bergame, 2013.
  3. 3. JANVIER-FÉVRIER 2015 • ESPACES 322 125 vacances, 46 % d’entre eux veulent en premier lieu “expérimenter des cultures différentes”, un souhait qui prend de multiples formes, de la visite de musées ou de parcs nationaux à la fréquentation des marchés locaux. En immer- sion dans leur environnement, les membres de la communauté qui voyagent avec des enfants à l’étranger évoquent l’occasion de se perfec- tionner dans une langue étrangère. Les enfants, dans un contexte où ils vont jouer avec les enfants des voisins, forcément autochtones, sont bien plus à même d’exercer leur anglais ou leur espagnol que dans un hôtel-club où ils risquent fort de se retrouver entre Français. Le thème des langues étrangères est si bien compris que certains poussent jusqu’au bout la logique : il n’est pas rare que, après avoir sympathisé avec leurs partenaires d’échange (ou leurs voi- sins), les familles décident d’échanger… leurs enfants, pour des séjours en immersion. Plus extrême, le concept “Vis ma vie” a fait récem- ment son entrée dans la communauté : il s’agit d’échanges de longue durée – une année sco- laire, en général, pendant laquelle les enfants de part et d’autre fréquentent l’école locale. Ce phénomène, encore anecdotique, se développe avec le télétravail et la possibilité de poursuivre son activité professionnelle loin de ses bases. FLEXIBILITÉ. Une des motivations fortes des troqueurs de maison est de voyager plus sou- vent. Avec seize semaines de vacances scolaires dans l’année, la question est récurrente, en par- ticulier pour les parents divorcés qui souhai- tent profiter au mieux de leur temps partagé avec des enfants qu’ils voient peu. Depuis quelques années, les sports d’hiver ont fait une percée dans le paysage de Trocmaison.com, proposant à l’échange des appartements de vacances, mais également des maison de rési- dents permanents à la montagne – lesquels se réjouissent de céder leur logement familial pour une virée à Paris, à Londres ou au soleil. Le troc de maisons marque également des points sur le terrain de la flexibilité en matière de dates de séjour : on s’affranchit allègrement de la règle du “samedi au samedi”, on évite les bouchons et on ajuste la durée de son séjour. ALEXANDRA ORIGET DU CLUZEAU Flexibilité aussi en matière d’organisation pratique : si, au dernier moment, on embarque en vacances un camarade ou un petit cousin, il suffira d’aménager un lit supplémentaire et de rajouter un couvert à table. Flexibilité, enfin, sur le lieu de vacances. Lorsque tous les hôtels de New York ont fait le plein, Trocmaison propose une confortable maison de style bostonien dans le New Jersey, à seulement vingt minutes de train de Grand Station, au cœur de Manhattan. De même, sur le littoral méditerranéen, il est souvent possible de trouver des maisons à échanger dans l’ar- rière-pays. Le troc de maison s’inscrit résolument comme l’une des offres touristiques à cible familiale. Sa flexibilité est aux antipodes des offres “pac- kagées” où tout est programmé d’avance. CHOIX PERSONNALISÉ. Lorsque la commu- nauté Homeexchange.com n’était constituée que d’une poignée de membres, le choix était restreint et les recherches limitées. Désormais, on est certain de trouver un logement à son goût, à condition toutefois de démêler les offres qualifiées. La recherche géographique est la plus popu- laire. Si le projet de vacances est d’explorer la Californie ou la Norvège, la recherche se fait par destination. Cette recherche géographique fait donc l’objet de tous les soins du site, qui investit beaucoup pour se doter d’outils de géo- localisation faciles à utiliser et mettant en avant les offres sur place. D’autres critères intervien- nent, comme la recherche inversée qui permet de repérer les candidats au séjour en France. Ils sont nombreux, y compris dans l’Hexagone et chez nos voisins immédiats : c’est l’avantage de vivre dans une destination touristique “dési- rable”. La recherche s’appuie également sur des critères pratiques : nombre de chambres, accès handicapés, jardin, équipement pour bébé, piscine, maison casher, proximité d’une plage, de parcs d’attractions…. Les mots clés, pré- répertoriés ou non, permettent de mettre le doigt sur des prestations diverses qui revêtent une importance particulière en fonction des souhaits et des besoins de chacun.
  4. 4. CAHIER TOURISME EN FAMILLE 126 ESPACES 322 • JANVIER-FÉVRIER 2015 L’entrée par la destination n’est pas la seule : envie de soleil et de plage, sans aller au bout du monde, dans un environnement accueillant pour la famille ? La réponse n’est pas néces- sairement où on l’attend. C’est là qu’inter- viennent les “collections”, qui viennent de faire leur entrée en page d’accueil du site. Les thé- matiques comme “plage”, “ski”, “maison avec piscine” permettent d’orienter les recherches. Dans la collection “vacances en famille”, on retrouve plus de vingt-quatre mille offres, pour la plupart émanant de foyers avec enfants ou de couples en retraite habitués à recevoir leurs petits-enfants et qui font bon accueil à ceux de leurs partenaires d’échange. Du reste, les seniors sont de plus en plus nombreux à voyager accompagnés de la jeune génération. En recou- pant les offres liées à leur hobby (les collections “golf” ou “paradis des gourmets”, par exemple) avec les offres “family friendly”, les chances sont grandes de trouver une destination de vacances qui plaise à tous. COMMUNAUTÉ. Poussant jusqu’au bout la logique du “pair à pair”, élément fondateur de l’économie de partage, le site souhaite faciliter les “bons accords” et favoriser les rencontres par affinités. “Nous fonctionnons sur le modèle des sites de rencontres”, résume Ed Kushins. L’amélioration de l’outil est en marche avec, au premier semestre 2015, une recherche par critères plus fine, davantage de “collections” qui répondent à toutes les attentes, la possibi- lité de partager ses coups de cœur pour en dis- cuter en famille, une messagerie plus ergono- mique, une aide au démarrage pour les nou- veaux entrants, un processus d’évaluation faci- lité, et une accessibilité progressive de toutes les fonctionnalités sur tablettes et smartphones. L’animation de la communauté est au cœur du dispositif. Partant du principe que la confiance ne se décrète pas, mais qu’elle se gagne, Trocmaison.com donne la parole à ses membres pour échanger témoignages, conseils, expériences vécues et bons plans. Les courriels destinés à la communauté sont traduits en quinze langues et relayés sur des blogs. Jouant la proximité, ceux-ci donnent une voix à une communauté internationale dont les préoccu- pations sont finalement assez semblables d’un pays à l’autre. Enfin, et c’est sans doute ce qui distingue Trocmaison.com d’autres acteurs du tourisme numérique, des représentants locaux répon- dent aux questions et guident les membres dans leur parcours. Disponibles par courriel et au téléphone, ils sont eux-mêmes des membres chevronnés et sont donc plus à même de conseiller. ■ ■ ■ La famille a été la première cible de Homeexchange.com. Elle reste la grande gagnante de l’équation : “Vous résidez chez moi pendant que je réside chez vous.” La for- mule réussit le défi de recréer le chez soi et l’entre soi, tout en facilitant une expérience immersive autrement plus aventureuse que celle de l’hébergement marchand. Ce n’est pas là le moindre de ses paradoxes. ■ Offre

×