Mali your business destination

12 vues

Publié le

Investment opportunities in Mali by Mali

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mali your business destination

  1. 1. DÉCOUVRIR UN MONDE D’OPPORTUNITÉS…
  2. 2. PRESENTATION DU MALI LES OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT AU MALI SOMMAIRE LES RAISONS D’INVESTIR AU MALI UN CADRE DES AFFAIRES EN CONSTANTE AMELIORATION
  3. 3. PRESENTATION DU MALI ü Superficie: 1 241 238 Km² ü Population: 17 963 216 habitants ü Taux de croissance de la population: 3,6% ü Taux de croissance du PIB (2015): 5,4% ü Monnaie: Franc CFA (XOF) ü 1 Euro = 655,957 FCFA (Parité fixe) ü Langue officielle: le français, largement utilisé ü Année fiscale : année calendaire Sources: INSTAT, PEA, Banque Mondiale, 2015
  4. 4. Ø De nombreuses grandes sociétés ont choisi le Mali
  5. 5. Ø Une stabilité politique qui se renforce § L’Election en 2013 de SEM Ibrahima B. KEITA comme Président de la République pour cinq (5) § Une Election Législative, dont le résultat est une forte majorité présidentielle en position d’appuyer les réformes économiques; § Une volonté politique affirmée de construire un consensus autour des questions principales se posant à la nation; § Un statut officiel pour l’Opposition Parlementaire lui permettant d’exercer son rôle dans un cadre démocratique; § Un Accord de paix (Accord d’Alger) avec les groupes belligérants signé le 20 juin 2015 du nord du Mali; § Un appui affirmé de la communauté Internationale avec la présence sur le terrain des bailleurs de fonds qui appuient les initiatives à l’investissement; § Un processus actif de soutien et de sécurisation du territoire par les Nations Unies, en appui aux forces de sécurité nationales. ans;
  6. 6. POURQUOI INVESTIR AU MALI ? MALI, HUB DE L’AFRIQUE DE L’OUEST Point d’accès stratégique aux marchés sous régionaux et régionaux (UEMOA, CEDEAO) PAYS STABLE ET ACCUEILLANT Tenue d’élections transparentes, un nouveau président élu pour 5 ans, un pays résolument tourné vers la stabilité politico-économique à très long terme. SECTEUR PRIVÉ DYNAMIQUE ET EN PLEIN ESSOR Secteur privé noue des partenariats avec de grands groupes pour le transfert de technologie. Loi d’orientation du secteur privé ambitieuse en cours de mise en œuvre. ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE PORTEUR DE CROISSANCE 5,4% de taux de croissance du PIB en 2015. Un des plus élevés en Afrique. ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN CONSTANTE AMÉLIORATION Code Minier, Code Pétrolier et Code des Investissements mieux adaptés. CADRE JURIDIQUE ET RÉGLEMENTAIRE COMPÉTITIF Gouvernance améliorée pour faciliter la pratique des affaires. LARGE GAMME D’OPPORTUNITÉS D’INVESTISSEMENT Investissements ciblent principalement les secteurs de l’ Agriculture, Infrastructures économiques, Mines, Tourisme, Artisanat, Services. CULTURE RICHE ET AUTHENTIQUE Véritable berceau de richesses culturelles et touristiques, plusieurs sites sont classés Patrimoine Culturel Mondial par l’UNESCO 1 2 3 4 5 6 7 8
  7. 7. Ø Vers une émergence économique § Augmentation des dépenses de consommation finale des ménages ($ US constants de 2005) de 104% entre 2005 et 2015 (Source: Instat, 2015) § Un niveau d’exportations de biens et services en hausse de 66% entre 2008 et 2014 (Source: Instat, 2015) § Une Inflation, maîtrisée à 2.2% en 2014 (Source: Instat, 2015) § Matières Premières: 3ème producteur d’Or en Afrique (50 t/an), fer (1,4 milliard t.), uranium (5 000 t.), calcaire (100 millions de t.), Bauxite (1,2 milliard de t.), phosphates (53 millions de t.); § Agriculture: 39,5% du PIB, 2ème producteur de Coton en Afrique (plus de 500 000 tonnes); § Dix (10) millions d’abonnés à la Téléphonie mobile, taux de pénétration du mobile est passé de 20% en 2008 à 85% en 2015, réseau Fibre Optique en progression continue.
  8. 8. Ø Infrastructures de base § Réseau de transport routier : 19 912 km, dont 13 717 km de routes bitumées reliant notamment Bamako à toutes les capitales des pays voisins: Dakar (Sénégal), Conakry (Guinée), Abidjan/Yamoussokro (Côte d’Ivoire), Ouagadougou (Burkina Faso), Nouakchott (Mauritanie), Niamey (Niger); § Réseau de transport ferroviaire : 642 km avec une liaison régulière Bamako – Dakar (Sénégal); avec la réhabilitation en cours du réseau par la compagnie China Railway Construction Corporation pour un montant de 1,5 Mds US $; § Réseau de transport aérien : treize (13) aérodromes, dont six (6) aéroports internationaux (Bamako, Sikasso, Mopti, Tombouctou, Gao, Kayes); § Transport fluvial : sur le fleuve Niger, il est assuré de Koulikoro à Gao sur une moyenne de 1 500 km. Des ports sont aménagés à Koulikoro, Ségou, Mopti, Diré, Tombouctou, Bourem, Gao…; § Un des Réseaux Electriques interconnectés les plus fiables de la sous région § Réseau de Télécommunications : les principales villes du pays sont couvertes (téléphonie mobile et ADSL). Deux (2) opérateurs MALITEL et ORANGE sont présents sur quasiment l’ensemble du territoire;
  9. 9. Ø Programme intensif de désenclavement du Mali : facilite l’accès des marchés aux investisseurs Routes nouvellement réhabilités ( de 2005 à 2015) Autoroutes prévues 200 km MAURITANIE SENEGAL GUINEE BURKINA FASO BURKINA FASO NIGER Routes prévues
  10. 10. Ø Des coûts des facteurs de production compétitifs • Main d’oeuvre – A 3,5 US$ / jour, le salaire minimum agricole du Mali est très compétitif dans la sous-région et mondialement • Terre – La terre dans les zones dédiées à l’agriculture peut être louée à un prix symbolique sur la base d’une étude démontrant le développement de la parcelle • Electricité – Le prix de l’électricité au Mali reflète la moyenne de la région • Avantages – Des avantages spéciales sont disponibles aux investisseurs dans le secteur agricole sur les droits de douanes et l’exemption de la TVA sur les intrants et équipements – Des mesures fiscales favorables pour les opérations agro- industrielles – D’autres mesures incitatives peuvent être sollicitées dans une convention d’établissement spéciales avec l’Etat 40 59 75 98 166 824 1919 0 500 1000 1500 2000 2500 Kenya Mali Côté d'Ivoire Sénégal Bulgarie USA Pays-Bas Salaire minimum agricole (US$ / mois) 1 75 118 64 0 92 59 115 88 Prix en CFA Tarif d'électricité dans la sous région (indicatif) Prix en CFA
  11. 11. LE CADRE DES AFFAIRES EN CONSTANTE AMELIORATION § Le Mali est résolument engagé dans un programme de libéralisation des secteurs clés de son économie et de désengagement de l’Etat des secteurs concurrentiels; § Absence de Discrimination: Les investisseurs étrangers bénéficient des mêmes privilèges que les investisseurs nationaux; § Des investissements privés et publics significatifs et à succès dans les domaines des infrastructures routières, des Télécommunications/TIC, et de l’Energie; § Un Code des Investissements considéré comme étant l’un des plus attractifs de l’espace sous régional; § Le Mali se classe en tête des huit (8) pays de l’UEMOA comme étant « le lieu le plus propice pour les affaires » (UEMOA); § Abaissement du capital minimum des Sociétés A Responsabilité limitée SARL(U) qui passe de 1 million de FCFA à 5 000F CFA; § Un allégement du processus d’obtention du Permis de construire. § Une loi PPP en cours d’adoption; § Libre transfert des revenus, actionnariat 100% non-malien autorisé, Mali signataire d’accords internationaux, …
  12. 12. LE CADRE DES AFFAIRES EN CONSTANTE AMELIORATION § Transfert des revenus: Le droit au transfert des capitaux et des revenus est garanti aux personnes physiques ou morales qui effectuent un investissement financé par un apport en devises au Mali; § Transfrontalier: Réduction des redondances des contrôles des services sur les opérations de pré dédouanement; Réduction des postes de contrôle sur le corridor Bamako Dakar; § Partenariat: Les investisseurs étrangers ne sont pas tenus d’avoir un partenaire malien dans le cadre de leurs investissements au Mali. Le capital peut être totalement étranger; § Règlement des Différends: le Mali dispose d’un Centre de Conciliation et d’Arbitrage du Mali (CECAM) au niveau de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) qui offre une voie de recours pour les investisseurs. Le pays est aussi membre du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements entre Etats et ressortissants d’autres Etats (CIRDI), de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et de l’organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA); § Garantie: Les investissements au Mali sont garantis au sens de l’article quinze (15) du traité instituant l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) qui protège contre les actions de nationalisation et d’expropriation.
  13. 13. Ø Un système d’allocation des terres aux investisseurs dans l’Agriculture • Les droits statutaires en matière de Foncier définissent une base claire pour les transactions foncières au Mali – Le code domanial et foncier de mars 2000, modifie par les lois 02-08 du février 2012 et 01 janvier 2012 établit les voies d’accès et de propriété foncière pour les individus et les sociétés et a créé un cadastre pour les municipalités au Mali – Les titres fonciers sont octroyés au Mali aux sociétés et personnes physiques maliennes – Le bail est accessible aux investisseurs internationaux et nationaux sur une durée renouvelable de 50 ans – Le Foncier s’achète ou se loue auprès du secteur privé et par allocation du Gouvernement – La loi sur la politique foncière au Mali est en cours de validation et permettra de consolider et de clarifier d’avantage les procédures d’acquisition des terres agricoles au Mali § Zones économiques spéciales pour l’Agriculture – En plus des marchés fonciers existants, plusieurs larges zones sont indépendamment administrées par les services d’Etat de promotion Agricole (Office du Niger, Office de Baguineda, ODRS, ADRS , OR Ségou et Mopti, etc.) – Plusieurs de ces zones nécessitent encore d’être aménagées ; cependant les investisseurs peuvent solliciter des parcelles pour des projets d’agriculture – Les projets sont évalués en fonction des investissements physiques et sociaux prévus ainsi que les besoins en eaux.
  14. 14. Ø Le code des investissements offre plusieurs avantages fiscaux et douaniers
  15. 15. OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT (SECTEURS PRIORITAIRES) Agrobusiness - Oléagineux Unités de transformation (huiles de qualité, aliment-bétail) et agriculture contractuelle de sésame, arachide, soja, etc. - Légumes Collecte, stockage et commercialisation en contre-saison de pommes de terre, oignons, échalotes, etc. - Céréales Aménagement, production en régie et en agriculture contractuelle, transformation et distribution - Fruits - Thé - Canne à sucre - Noix - Autres cultures vivrières Elevage - Viande Bovine Embouche, abattage et commercialisation de viande bovine - Produits laitiers Collecte, transformation et conditionnement de lait frais du Mali - Aliment-bétail Unités de production d’aliment-bétail, production de mais, oléagineux, etc. - Volaille - Pisciculture - Cuirs et Peaux Energie - Production d’électricité Unités de production d’électricité en réseau ou en hors-réseau (solaire, hydroélectricité, déchets urbains et thermique au fuel lourd) - Efficacité énergétique Entreprises Services Eco-énergétiques (conseils, audits et contrat de performance énergétique) - Biocarburants Unités de transformation de cultures énergétiques en biocarburants (bioéthanol à partir de la canne à sucre et huile de pourghère) - Energies traditionnelles (bois, charbon)
  16. 16. Ø Agrobusiness : oppotunités dans le secteurs des légumes • Marché alimentaire en forte croissance, • Agrandissement de la classe moyenne et un des plus fort taux d’urbanisation dans la région, • Changement des habitudes nutritionnelles de la population, • Le Mali offre des conditions excellentes pour la production de légumes: – Avec de vastes étendues de terres arables et une faible densité de la population, le Mali jouit de la plus grande ressource foncière inexploitée de la région – Avec plus de 300 jours ensoleillés et 600mm de pluie par an, la moitié sud du pays offre des conditions de production idéales pour une gamme variée de cultures oléagineuses – Avec les deux plus grandes rivières d’Afrique de l’Ouest et des vastes plaines dans le Delta intérieur, le Mali offre le meilleur potentiel irrigable de la région, • Le Mali a un système bien établi pour l'attribution des terres à des investisseurs agricoles.
  17. 17. L’Afrique exporte de plus en plus de fruits et légumes tropicaux vers l’Asie et les Amériques Ø L’exportation vers l’Asie, l’Europe et Les Amériques 0 1000000 2000000 3000000 4000000 5000000 6000000 7000000 8000000 9000000 2011 2012 2013 2014 Exportqtion 6439026 6511882 7581014 8791486 Importation 6240395 6198642 6392288 7332666 DOLARS IMPORTATION/EXPORTATION-FRUITS ET LEGUMES 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% 18% 2012 2013 2014 1% 16% 14% Taux de croissance Exportation fruits et legumes
  18. 18. Ø Pays exportateurs de fruits et de légumes 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 35000 Côte d'Ivoire Sénégal Burkina Faso Mali Togo Niger Bénin Guinée- Bissau 2011 34942 5408 5328 17780 920 1063 22 3 2012 34464 6631 6255 13159 929 991 13 1 2013 31148 7985 6073 11148 1098 874 160 1 2014 32040 9980 8545 8368 1279 635 188 MILIER US EXPORTATION Dans la sous région et pendant ces 5 dernières années le Mali est le deuxième exportateur de fruits et légumes grâce au commerce de mangues surtout avec l’Europe, et les pays Arabes.
  19. 19. Ø Une production alimentaire insuffisante • Les systèmes actuels de production alimentaire restent largement traditionnels avec des rendements relativement faibles • Ceci entraine un accroissement spectaculaire des importations durant toute l'année à des prix de marché élevés 0 10 20 30 40 50 Moyenne et rendement des principaux légumes (t/ha) § 35% de croissance en 5 ans dans l’importation des légumes Surtout la pomme de terre (85%) et l’oignon (30%) de Hollande § Et une forte importation les fruits et légumes soit près de 17 millions US $ en légumes et tubercule en 2014 § Jusqu'à 300% de hausse des prix saisonnier – Prix élevé entre juin – décembre sur des années – Grande opportunité de profit dans la production en contre saison et dans le stockage des légumes § Les Importations de la CEDEAO en légumes sont en croissance rapide – 5,3 % de croissance prévue en 2015 – 50% de la valeur totale des importations de légumes de la CEDEAO sont les oignons hollandais, suivis par les pommes de terre hollandaises (18%) Source: Trademap Perspective économique UEMOA • Des tendances similaires sont observées dans la région, offrant des possibilités de marché supplémentaires.
  20. 20. Ø Le marché : le cas de la mangue au Mali • Peu d’investissement à ce stade mais quelques résultats qui accompagne sa bonne qualité: – plus de 2 millions de plants pour le renouvellement – Un potentiel de 575 000 tonnes pour 62 015 tonnes en 2015 sans l’autoconsommation – 38 770 tonnes commercialisées fraîches, en purée, en concentrée, en confiture ou séchée – Avec des variétés de renoms: Amélie, Kent, Keith, Julie, brooks, valencia, fields,… – Les marchés: aucune demande n’est satisfaite à souhait à ce jour 50 000 15 000 18 000 83 000 35 299 9 062 17 654 62 015 71% 60% 98% 75% 0 10 000 20 000 30 000 40 000 50 000 60 000 70 000 80 000 90 000 Sikasso Bamako Koulikoro TOTAL Production en tonnes Production de Mangue du Mali 2015 Production (en tonne) Prévision Production (en tonne) Réalisation Production (en tonne) Taux de réalisation
  21. 21. Ø L’offre céréalière : un déficit historique L’offre céréalière croît toujours légèrement et les prix baisses au niveau mondial, cependant l’intérêt des pays comme ceux de la CEDEAO cherchant à résorber le déficit demeure essentiel. Production céréalière mondiale attendue en 2015 est en baisse par rapport à 2014 et 2013: - Prévision de 2 509 millions de tonnes (y compris le riz en équivalent riz usiné) en dessous de 2014, mais un niveau supérieur de près de 5% à la moyenne de ces cinq dernières années. Déficit historique et croissant en céréales dans la sous-région - Malgré des excédents sur le mil et le sorgho, la sous-région continue d’importer des quantités croissantes de riz et de blé - Importations sous régionales d’une valeur de 2.5 milliards de USD en 2014 pour 200,000 tonnes d’importations rien que pour le Mali (env. 80+ millions USD) Malgré des conditions favorables localement, la sous-région importe la plus grande partie de ce qui est consommé - la totalité du blé (et/ou farine) est importée alors les quantités importées dépassent aujourd’hui la production, Un marché du maïs dopé par la demande de l’élevage dans les pays voisins et au delà - L’offre parvient à suivre la demande, mais la croissance reste soutenue Le gouvernement du mali fait la promotion des investissements dans tous les segments de la chaîne de valeur céréales: production de semences, équipements agricoles et autres intrants, la production en régie, la logistique, la transformation et la distribution. Des atouts de tailles à faire valoir: des conditions agro climatiques des plus enviables, un marché locale naturellement protégé, des coûts de production uniques et une politique d’infrastructures structurantes visibles; Certaines entreprises Maliennes ont déjà commencé à investir - M3 a aménagé 100,000 ha et avancé la production sur près de 10,000 ha (riz et légumes), également Malibya, GMM, etc. - Nombreuses opérations de taille moyenne en cours en zone ON et autour des grands bassins de production Enregistrez votre intérêt à participer à une conférence des investisseurs prévue pour Novembre 2016 au Mali, où les détails des possibilités concrètes d'investissement dans le secteur des céréales du Mali seront présentés Source: FAO Perspective de l’alimentation 2015, FAO OCDE 2014, enquête,
  22. 22. A cause de la forte demande, les marchés, y compris de la sous région reste des plus ouverts offrant des possibilités supplémentaires. § La consommation mondiale de céréales estimée en 2015 à 152,7 kg par habitant reste dominée par le blé et le riz pour un volume commercialisé estimé 349,4 millions de tonnes § Avec 80 millions et 300 millions d’habitants dans l’UEMOA et la CEDEAO dans un marché commun les Importations de la CEDEAO en céréales sont en croissance rapide sachant qu’en 2012 l’Afrique de l’Ouest était la 1ère région importatrice de riz au Monde avec 8 millions de tonnes. • Selon l’organisme de recherche « Ifpri », la consommation annuelle par habitant est passée de 31 Kg en 2000 à 46 Kg en 2014 dont 25 kg importés. • Cette augmentation a pour explications: ⁻ l’urbanisation (le riz s’adaptant particulièrement au mode de vie urbain), ⁻ la croissance démographique, ⁻ les changements d’habitudes alimentaires ⁻ et l’accès facilité. Source: Trademap Perspective économique UEMOA, Inter Réseau Développement 16 Janv 2016, FAO Ø L’offre céréalière : une consommation en augmentation
  23. 23. Une demande en forte croissance due à l’accroissement de la population et de ses besoins alimentaires en riz, blé et maïs, dans les pays en développement et l’alimentation des animaux, surtout pour les pays développés Source:, Jeune Afrique -, projection démographique du Mali, FAO Stat 2014 1 2 3 4 5 6 7 World Senegal Sierra Leone Ghana Liberia Nigeria Cote d'Ivoire Togo Benin Guinea Mali Niger Burkina Faso 4.4% Taux de progression de la croissance urbaine 2010-2015 (est.) Le Blé occupe une part importante dans les importations du Mali tant en volume qu’en valeur soit 130 971 tonnes pour une valeur 36 896 000 $ en 2011 comparativement aux autres produits. Une des raisons actuelles est l’urbanisation rapide des pays de la sous région surtout leur capitale. 0 20000 40000 60000 80000 100000 120000 Prépa ration s alime ntaire s, nda Huile de palm e Lait Entier Sec Blé Sucre Raffin é Prépa ration de nourri ture, farine , extr… Farin e de blé Pâtiss erie Pâtes alime ntaire s Huile Végét ale, nda Pom mes de terre Quantité (tonnes) 22294 43268 7878 103971 90000 10018 20138 6188 11126 4000 7107 Valeur (1000$) 68710 41278 38353 36896 35000 34735 11781 8673 8307 5500 3324 Valeur unitaire ($/tonne) 3082 954 4868 355 389 3467 585 1402 747 1375 468 quantité en tonnes TOP Importation du Mali 2011 Ø L’offre céréalière : une demande croissante
  24. 24. A ces marchés, le Mali, à l’instar des pays de la sous région, oppose une production certes évolutive, mais en deçà des attentes • Peu d’intrants et des équipements adéquats = rendements faibles de l’agriculture traditionnel La production de céréales au Mali se fait généralement en exploitation agricole familiale avec peu d’intrants et d’apports et des rendements faibles. La production en régie est à ses débuts. • Forte saisonnalité de l’offre la production céréalière reste une activité hivernale pour la plupart des exploitants donc aléatoire. Cependant par endroit les aménagements ont permis de braver l’inter campagne d’où la notion de contre saison dans les offices ou 2ème saison. Source: Institut d’Economie Rurale, Direction Nationale de l’Agriculture, PCDA 2009/2 010 2010/2 011 2011/2 012 2012/2 013 2013/2 014 Riz Rendement (t/ha) 2933 3362 2097 2819 3658 Maïs Rendement (t/ha) 2645 2682 1404 2862 2324 Blé Rendement (t/ha) 902 798 669 1 015 635 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 Rendement en Kg/ha Rendement des Principales Céréales au Mali de 2010 à 2014 0 500000 1000000 1500000 2000000 2500000 3000000 3500000 4000000 Production en tonnes Production de riz, maïs et blé au Mali sur 5 ans Riz production (T) Maïs production (T) Blé production (T) Total Pays production (T) Ø L’offre céréalière : des rendements en deçà des attentes
  25. 25. Résultat = un accroissement spectaculaire des importations durant toute l'année à des prix de marché élevés § Les importations en céréales portent surtout sur le Blé et le riz, usiné venant d’Asie, d’Europe et d’Amérique et du maïs venant de la sous région. § Les exportations dans la sous région porte sur le maïs avec la côte d’ivoire et le Ghana (le Burkina reste concernée par la réexportation surtout). 25Source: Trademap, Flux frontalier CILSS Avril 2014 1 2 3 4 5 Année 2010 2011 2012 2013 2014 Montant $ US 7214 7764 8128 17734 16911 2010 2011 2012 2013 2014 7214 7764 8128 17734 16911 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 16000 18000 20000 Montant en $ US Importation de céréales et tubercules du Mali de 2010 à 2014 Année Montant $ US Répartition des exportations (USD) de maïs par pays, Avril 2014 Ø L’offre céréalière : un accroissement des importations
  26. 26. Ø Quelques opportunités pour les investisseurs dans la filière des Céréales au Mali • Production de céréales en régie et /ou en agriculture contractuelle: Riz, Blé et Maïs • Transformation industrielle des céréales pouvant diversifier et améliorer la qualité des produits
  27. 27. Ø Le marché des oléagineux • L’huile végétale est l’un des produits agricoles dont la proportion de la production échangée est la plus élevée (soit 39 %). • L’huile végétale issue de la trituration des graines d’oléagineux 53%, des palmes 36%, de palmistes, de noix de coco et graines de coton, aura une croissance certes solide chez les principaux producteurs d’ici 2025 mais aussi un coût rémunérateur en dessous de la grande fluctuation. • En 2024 la consommation par habitant devrait atteindre une moyenne de 20,0 kg dans les pays en développement sans dépasser les 9,5 kg pour les pays les moins avancés. • La forte explosion de la production de soja et de colza en 2013 et 2014 en plus de la reconstitution des stocks mondiaux est soutenue par la demande protéique dans l’alimentation des animaux (355 Mt de tourteaux protéiques attendues vers 2024). • La production de biodiesel est estimée à 40 milliard de litres en 2023 soit +54% de plus qu’en 2013. • Estimée actuellement à 300 millions, la population de l’Afrique de l’Ouest devrait atteindre 388 millions d’ici à 2020 et 490 millions d’ici à 2030 avec 44% de moins de 15 ans. Le marché des oléagineux, en plus de sa diversité, reste dynamique au niveau du commerce mondial des produits agricoles
  28. 28. Ø Le Mali : principal exportateur de la sous-région, en bétail sur pied Exportations d’animaux vivants (Moyenne annuelle 2009-2014, CEDEAO, Millions USD) Importations d’animaux vivants (Année 2012, CEDEAO, Millions USD) Source: Trademap • Fournisseurs historiques de la sous-région, les pays du Sahel exportent les animaux vivants vers les pays côtiers. • Ces dernières années, le Mali est devenu le principal exportateur d’animaux sur pied de la sous-région, avec 50% des exportations. • Les importateurs de bétail sur pied du Mali sont principalement la Côte d’Ivoire (72 millions de dollars US, 2012) et le Sénégal (34 millions de dollars US, 2012). Côte d’Ivoire 63% Senegal 30% Mali >52 Niger >31 Nigeria >10 Burkina Faso >8
  29. 29. Ø Les avantages du Mali • LE CLIMAT MALIEN EST FAVORABLE À L’ÉLEVAGE • LE MALI EST L’UN DES CHÂTEAUX D’EAU DE LA SOUS- RÉGION (deux grands fleuves (Niger, Sénégal) de la sous région avec leurs multiples affluents ) • Importation de la viande particulièrement bovines est en pleine croissance dans la UEMOA plus le Maroc et l’Algerie) • Le Mali détient le plus grand cheptel de la zone UEMOA avec 31%. Au 31/12/14, il est estimé à 10 313 330 bovins, 14 422 280 ovins, 20 083 130 et 38 587 450 de volailles. Le taux de croissance moyennes annuelles est de 3 % pour les bovins, 5 % pour les ovins/caprins,. • UN SAVOIR FAIRE ANCESTRAL LARGEMENT PRATIQUÉ: 80% de la population pratiquent l’agriculture dont plus 50% dans l’ élevage • UNE MAIN D’ŒUVRE QUALIFIÉE ET COMPÉTITIVE POUR LA FILIÈRE (Laboratoire central vétérinaire: une référence dans la sous région en production de vaccins et de suivi épidémiologique • Importants centres de formation technique dans la sous- région • Services vétérinaires bien développés (publics et privés) • Main d’œuvre bon marché au niveau de la sous-région) • Les abattoirs (qui exportent au moins 80% de leur production) bénéficieront de 30 ans d'exonération sur les droits et taxes. Incitations spécifiques pour les projets ciblant la filière bétail-viande
  30. 30. Ø Les avantages du Mali LA FILIERE LAIT En Asie et en Afrique, la demande pour les produits laitiers explose, mais la production ne suit pas au niveau mondial, la demande dépassera l’offre dans les 5 prochaines années IMPORTATION EN CROISSANCE/INEXISTANCE D’UNITES INDUSTRIELLES EN AFRIQUE DE L’OUEST Le montant des importations : Plus de 200 milliards de Francs CFA en zone UEMOA. L’Afrique de l’Ouest, notamment le Mali et ses voisins, sont au cœur de cette dynamique, avec des importations en très forte croissance
  31. 31. Ø Les avantages du Mali Développement de la production locale grâce à un système de santé Source: DNPIA Le Mali est l’un des plus grands producteurs de lait de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Elle est estimée à 600 millions de litres par an Onze (11) laiteries produisent 62 600 litres par jours La production nationale non transformée estimée à 577 151 000 litres. - 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 40 000 45 000 Capacité en litre par jour Unités laitières 62 600 litres par jour Production Non transformée 96% Production tranformée 4% Production et transformation de lait local
  32. 32. OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT (AUTRES SECTEURS PORTEURS) § Le secteur minier et services connexes aux mines, potentiel riche et varié (or, calcaire, fer, lithium, phosphate, bauxite, uranium…); § Développement des zones industrielles : Plus de 80 sites destinés à l’implantation de zone à vocation industrielle ont été identifiés, Viabilisation de 11 ZI d’ici 2020; § Infrastructures : Projet de désenclavement du Mali par les routes; Amélioration de la navigabilité du fleuve Niger par la construction des quais d’accostage; Rénovation et renforcement des infrastructures de la ligne Bamako – Dakar; Construction d’un nouveau terminal Fret et réhabilitation du terminal des passagers de l’Aéroport Bamako-Sénou ; § Promotion immobilière : Déficit en logements aggravé par la forte croissance démographique (3,6%) et l’exode rural. A l’horizon 2025, 50% de la population vivra dans les villes. De 2014 à 2018, l’Etat prévoit la réalisation de 50 000 logements sociaux. Les besoins à satisfaire des populations en habitation est de l’ordre de 23 500 habitats par an dont 12 000/an dans le district de Bamako § Tourisme et Artisanat…
  33. 33. INSTRUMENTS CLES POUR VOUS ACCOMPAGNER § Une Agence de Promotion des Investissements (API-MALI), www.apimali.gov.ml en charge d’attirer et d’accompagner les investisseurs ayant pour mission de: § Accueillir et informer sur les opportunités d’investissements au Mali et les procédures administratives requises; § Assister les investisseurs à chaque étape du processus d’investissement § API-MALI, et son Guichet Unique qui par une procédure simple transparente et à faible coût permet l’enregistrement de votre entreprise dans un délai de soixante-douze (72) heures (au lieu de 45 jours auparavant) l’attribution d'un numéro d'identification fiscale, aide à l'enregistrement des employeurs et des employés à l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS), etc. § Une Union des groupements des employeurs http://www.cnpmali.org Conseil National du Patronat du Mali (CNPM) représentative et Dynamique résolument engagée dans les industries et services modernes; § Une Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) http://www.cci.ml qui aide à favoriser le développement des activités commerciales, industrielles et de services;
  34. 34. CONTACTS AGENCE POUR LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS AU MALI Quartier du fleuve, BP: 1980, Bamako, Mali Tel: +223 20 22 95 25 / Fax: +223 20 22 95 27 Email: contact@apimali.gov.ml www.apimali.gov.ml MINISTÈRE DE LA PROMOTION DE L’INVESTISSEMENT ET DU SECTEUR PRIVE Cité Administrative, Bâtiment n°6, 1er étage BP: 234, Bamako, Mali Tel: +223 20 74 73 69, Fax: +223 20 74 73 19 www.investmali.gouv.ml

×