TABL MAG’L’actualité du tableau de distribution basse tension - No01 - 12/2009M a g a z i n e é d i t é p a r l e s c o n ...
n˚01Norme CEI 61 439 :la transition expliquéeLa CEI 60439 va progressivement céder sa place à une nouvellenorme. Quelques ...
n˚01À la fois point d’arrivée de l’énergie etorgane de répartition vers les différen-tes applications du site, le tableau ...
Indice de Servicenouveau logiciel en ligneDisponible sur le site du Gimélec, le logiciel IS facilite latâche du prescripte...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tablomag n°01 12/2009

282 vues

Publié le

L'actualité du tableau de distribution basse tension

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
282
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tablomag n°01 12/2009

  1. 1. TABL MAG’L’actualité du tableau de distribution basse tension - No01 - 12/2009M a g a z i n e é d i t é p a r l e s c o n s t r u c t e u r s d e t a b l e a u x d e d i s t r i b u t i o n b a s s e t e n s i o nTableaux BT :dissipationthermiqueÉgalement dans ce numéro :CEI 61 439 la transition expliquéeIndice de Servicenouveau logiciel en ligneVotre tableau :le cœur et le cerveaude l’installation électrique
  2. 2. n˚01Norme CEI 61 439 :la transition expliquéeLa CEI 60439 va progressivement céder sa place à une nouvellenorme. Quelques explications…Fabricant d’origine : organisme qui a réali-sé la conception d’origine et la vérificationassociée d’un ensemble conformément à laprésente norme (EN 61 439-1)Fabricant d’ensemble : organisme prenant laresponsabilité d’un ensemble finiNote : Le fabricant d’ensemble peut être unorganisme différent du fabricant d’origine.La série de norme CEI 60439 est depuislongtemps utilisée par les professionnelspour appliquer les règles de conceptionet de vérification. Elle constitue un véri-table référentiel pour la certification desproduits.L’objectif pour les rédacteurs de la nou-velle CEI 61439 a été de mieux définirles « ensembles d’appareillages à bassetension », tout en veillant à ce que lesperformances spécifiées soient effecti-vement atteintes. Cette démarche vise àencourager les utilisateurs à se référertrès naturellement à cette norme.Une dizaine d’années de travaux au seindes organismes de normalisation a éténécessaire pour atteindre un résultat quise décline en trois axes principaux :• La prise en compte de l’évolution del’organisation du marché qui a conduità définir le « fabricant d’origine », le« fabricant de l’ensemble » (voir encadré)et les conditions pour ce dernier de faireréférence aux vérifications effectuéespar le fabricant d’origine ;• Dans une approche globale de vérifica-tion, la spécification de règles pour lacomparaisond’unevarianteavecunessaide conception, ce qui a permis d’aban-donner le concept « Ensemble de série(ES) / Ensemble dérivé de série (EDS) » ;• Le renforcement de la sécurité et des per-formancesaveclaclarificationdesexigen-ces de spécification comme les élévationsde température, les facteurs de diversité,les protections contre les influences ex-ternes, les endurances mécaniques, etc.Une structure réaménagéeComme le présente le schéma ci-des-sus, la norme chapeau (60439-1) de lasérie précédente a été subdivisée pourtraiter de façon séparée les généralités(61439-1) et les ensembles de puissance(61439-2). La partie relative aux canali-sations préfabriquées a vu sa numéro-tation passer de 60439-2 à 61439-6. Lesautres parties voient simplement leurnumérotation évoluer de 60xxx en 61xxx.Par application des accords de DRESDE,la norme CEI sera promulguée par leCENELEC au plan européen et deviendraune norme EN. Rappelons que les normesCENELEC peuvent présenter un carac-tère réglementaire et être d’applicationobligatoire dans les pays de la commu-nauté européenne lorsqu’elles relèventd’exigences essentielles des directiveseuropéennes telles la Directive BasseTension (DBT) ou la Directive Compatibi-lité électromagnétique (CEM) et qu’ellesfont référence dans les décrets ou arrê-tés techniques des pays concernés. Ence sens, elles donnent présomption deconformité à ces exigences essentielleset permettent alors l’application du mar-quage « CE » sur les produits, dispositionqui vise à faciliter la libre circulation duproduit dans l’Union Européenne.Les versions européennes EN 61439seront alignées sur les normes CEI decette même série selon un calendrier deprincipe détaillé ci-dessous :• Les deux normes CEI 61439-1 etCEI61439-2 sont parues en janvier2009 et sont aujourd’hui d’applicationvolontaire.• La publication des versions européen-nes EN 61439-1 et EN 61439-2 est an-noncée pour la fin 2009.• Une période transitoire de chevau-chement de cinq ans avec les normesde la série EN 60439-1 et EN 60439-2s’ouvrira alors, permettant de se réfé-rer à l’une ou à l’autre série.• Ce n’est qu’à la fin de cette périodetransitoire, fin 2014, que les normesEN 61439-1 et EN 61439-2 seront d’ap-plication obligatoire attestant ainsi dela conformité aux directives.Par ailleurs, les parties 3 à 6 sont appe-lées à être publiées en 2011 ou 2012.Raymond AlazardAncienne série CEI 60439CEI 60439-1Ensembles de série etensembles dérivés de sérieCEI 60439-2Canalisations préfabriquéesCEI 60439-3Tableaux de répartitionCEI 60439-4Ensembles de chantiersCEI 60439-3Ensembles pour la distributiond’énergie électriqueNouvelle série CEI 61439CEI 61439-1Règles généralesCEI 61439-2Ensembles d’appareillagesde puissanceCEI 61439-3Tableaux de répartitionCEI 61439-4Ensembles de chantiersCEI 61439-5Ensembles pour la distributiond’énergie électriqueCEI 61439-6Canalisations préfabriquées
  3. 3. n˚01À la fois point d’arrivée de l’énergie etorgane de répartition vers les différen-tes applications du site, le tableau BToccupe une place à part dans l’installa-tion électrique. Son dysfonctionnemententraine systématiquement des pertesde production et des coûts de remiseen état. La définition et la conceptiondu tableau BT doivent donc reposer surdes règles précises pour s’assurer de latenue des objectifs de sécurité et du bonfonctionnement que tout utilisateur esten droit d’attendre.Le tableau BT gère les flux d’énergieavec toutes les contraintes liées à ceux-ci, dont une en particulier : la dissipationcalorifique. Le comportement thermiqued’un tableau conditionne son bon fonc-tionnement ; au-delà de certaines tem-pératures, il y a risque de déclenchementintempestif des appareils de protection,voire de brûlures pour les utilisateurs et,dans tous les cas, un vieillissement plusrapide de l’équipement.Des températures à surveillerPour se prémunir contre ces risques, lanorme des équipements BT (séries 60439et, depuis peu, 61439) définit certainestempératures à ne pas dépasser :• en interne, pour se prémunir contreles déclenchements intempestifs,• en surface, pour éviter les brûluresaux opérateurs.Maîtriser la températuredes tableaux BTContrôle d’un tableau par caméra infra rougeÀ titre d’exemple, citons quelques tem-pératures maximum à respecter :• 105°C pour les bornes pour conduc-teurs extérieurs,• 70°C pour les surfaces métalliquesextérieures,• et 55°C pour les organes de commandemanuelle en matière isolante.Pour matérialiser l’importance du pro-pos, précisons qu’en fonctionnement, untableau BT de quatre colonnes dégageune puissance moyenne de 3200 W. Encomparaison, un homme de 80 kg dé-gage 96 W !La « thermique » d’un tableau BT doitêtre appréhendée en tenant compte dedifférents paramètres :• la dissipation calorifique de l’ensembledes appareils intégrés dans le tableau,en prenant en compte les facteurs dediversité,• le comportement thermique de tou-tes les liaisons internes qui peuvent,selon les cas, dissiper ou produiredes calories,• les cloisonnements internes, un cloi-sonnement complet de type « for-me 4 » dissipant moins qu’un tableaunon cloisonné de forme 1 (cf. CEI 61439-2 paragraphe 8.101),• l’Indice de Protection, un IP55 confi-nant beaucoup plus qu’un IP30 (cf.CEI 60529),• la température ambiante du local élec-trique qui, lorsqu’elle est trop élevée, nefavorise pas l’échange thermique entrel’intérieur et l’extérieur du tableau,De plus en plus complexes, les tableaux BT exigent la prise en comptede nombreux facteurs d’échauffement dès la conception, afin d’éviter demultiples déboires à l’utilisation.Mise en évidence de la surchauffe d’un câble dans un tableauSuite en page 4
  4. 4. Indice de Servicenouveau logiciel en ligneDisponible sur le site du Gimélec, le logiciel IS facilite latâche du prescripteur et du client dans la détermination del’Indice de Service d’un tableau BT. n˚01L’Indice de Service (IS) proposé parles constructeurs du Gimélec a pour butde déterminer avec précision le type detableau de distribution et de commandebasse tension qui répondra aux besoinsd’un donneur d’ordre. L’IS garantit leniveau de service du tableau électriquedans toute opération d’exploitation, demaintenance et d’évolution.Véritable aide à la détermination de cetindice, le logiciel IS permet de synthétiserle besoin exprimé, de rappeler les limi-tes de la solution envisagée, de préciserl’habilitation des personnels impliqués etd’apporter une proposition sur la tech-nologie pertinente. Le logiciel IS vient desortir dans une nouvelle version qui per-met une utilisation encore plus aisée.Deux possibilités d’accèsLe logiciel IS est disponible sur le sitewww.gimelec.fr, à la rubrique « Lesbonnes pratiques / outils ».L’éclissage du jeu de barre principal (serragenormalisé par clé dynamométrique) réalisépar le fabricant assure le respect des rè-gles de montage et donne une « garantieconstructeur » totale au tableau BT.Ce sujet sera développé dans le prochainnuméro de TABLOMAG.• la ventilation naturelle (privilégiée)ou forcée, cette dernière induisant enoutre des contraintes de gestion dusystème de ventilation.L’influence des évolutions récentesLes évolutions qu’ont connu les tableauxBT ces dernières années ont rendu lecomportement thermique de ceux-ci en-core plus difficile à déterminer. En effet,la réduction des volumes des tableauxliée au coût des surfaces des locauxélectriques, l’emploi de matériaux iso-lants pour constituer les enveloppes etl’utilisation croissante d’appareils avecélectronique embarquée sont autant denouveaux paramètres qu’il convient deprendre en compte pour qui veut maîtri-ser la thermique d’un tableau BT récent.Cette maîtrise est bien sûr essentielleau stade de la conception du tableau. Lefabricant doit en outre anticiper l’évolu-tion potentielle du tableau (ajout d’unitésfonctionnelles) si des espaces de réserveont été prévus à cet effet.La définition d’un tableau électrique(ainsi que la mise en place de celui-ci,voir encadré ci-après) doit amener àfaire appel à des spécialistes du secteurd’activité. Ces professionnels sont enmesure de proposer une solution tech-nique optimisée et parfaitement adaptéeau besoin et de s’engager sur le com-portement dans le temps, y compris lorsd’évolutions.Patrick MavillazVous pouvez choisir entre …• l’accès direct à une version en ligne dulogiciel IS régulièrement tenue à jourpar l’administrateur Gimélec, ou• le téléchargement de la dernière ver-sion du logiciel IS pour une utilisation« offline ».L’accès gratuit est autorisé à toute per-sonne ayant créé un compte.L’outil permet ensuite d’enregistrer et degérer dans un mode choisi par l’utilisa-teur la sélection de l’IS retenue en regarddu projet correspondant et d’en exécuterun tirage papier à sa convenance.Ces éléments peuvent également êtreexportés sous forme de fichier textepour, par exemple, être incorporés dansun cahier des charges et remis en formesi nécessaire.Alain Le CalvéL’IS, un outil normalisé.Au-delà de la possibilité, donnée par l’usaged’un outil convivial, de mieux appréhender ladéfinition d’un tableau électrique à partir deses fonctionnalités, il convient de rappelerque la définition de l’Indice de Service estintégrée dans le guide UTE C 63-429 qui estlui-même référencé dans la NF C 15-100 auChapitre 558 « Ensembles d’appareillages »dans le cadre des accords entre utilisateuret constructeur.est une publication du Gimélec réalisée avec le concours des membres des divisions A4 « Equipementsde distribution et de commande à basse tension » et A10 « Ensemble de commande et de distribution pour l’industrieet le tertiaire » du Gimélec. Ces constructeurs de tableaux sont réunis au sein de RÉSOTABLDistribution contrôle-commande performants. Directeurs de lapublication : Thierry Decalf, Président de la division A4, et Gilles Fradin, Président de la division A10.Plaquette d’information disponible sur le site www.gimelec.fr©GimélecPromotion-Tousdroitsréservés-Edition12/2009-Réalisationwww.pianoforte.fr-Photos:M.Bernhart-CorbisSuite de la page 3

×