HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frPa...
Par la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient appo...
Le commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe com...
Le transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport...
Le transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport...
Le poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poisson...
Le beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œu...
Un réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesiè...
HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frPa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Approvisionnement routier de paris

350 vues

Publié le

Découvrez les chemins et les voies du commerce apportant par la route les produits vendus depuis le Moyen Age à Paris

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
350
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
72
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Approvisionnement routier de paris

  1. 1. HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.fr - Repères - L’approvisionnement routier de ParisL’approvisionnement routier de ParisL’approvisionnement routier de ParisL’approvisionnement routier de Paris
  2. 2. Par la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés àPar la route, les produitsde premièrenécessitéétaient apportés à ParisParisParisParisParisParisParisParis Le poissonLe poisson Les œufsLes œufs La volailleLa volaille Le poissonLe poisson Les fruitsLes fruits
  3. 3. Le commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement deLe commerce routierfut tout d’abordun approvisionnement de proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest.proximité, s’étendant progressivement à l’ouest. Le commerce routier s’inscrivait tout d’abord dans le réseau établi par les romains. Lors des périodes d’instabilité du pouvoir royal aux alentours de l’an mil, ce réseau était devenu peu sûr et délicat. Toutefois, l’approvisionnement de Paris ne s’appuyait pas sur ce réseau. En effet, ilToutefois, l’approvisionnement de Paris ne s’appuyait pas sur ce réseau. En effet, il reposait tout d’abord sur les productions agricoles des zones à proximité. C’est avec la stabilisation du pays que des produits purent venir progressivement de plus loin (Normandie notamment pour les œufs et Bretagne, Limousin pour le bétail). Une exception s’était installée : les poissons de mer, péchés dans la Manche, qui devaient être apportés en deux jours à Paris depuis au moins le XIIIe siècle.
  4. 4. Le transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétail Au XVe siècle, on apportait le bétail dans Paris à pied. DeuxDeuxDeuxDeux passagesobligéspourcetapprovisionnement:passagesobligéspourcetapprovisionnement:passagesobligéspourcetapprovisionnement:passagesobligéspourcetapprovisionnement: PoissyPoissy SceauxSceaux Pour le bétail élevé en Ile de France, Beauce, Perche, Pour le bétail élevé en Picardie mais aussi de plus loin, Les bœufs Pour le bétail élevé en Ile de France, Beauce, Perche, dans le Vexin, en Normandie… La place fournissait les marchés du Nord : Montmorency, Saint Denis et le Bourget Pour le bétail élevé en Picardie mais aussi de plus loin, en Bretagne, Poitou, Berry, Marche, et dans le Limousin. Il était ensuite distribué dans marchés du Sud : Châtres, Longjumeau, Montlhéry, Bourg la Reine. On consommait à Paris à cette époque 60 000 bœufs en une année.
  5. 5. Le transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétailLe transport du bétail Au XVe siècle, on apportait le bétail dans Paris à pied. Les veaux provenaient du Pays d’Auge en Normandie et de Brie. La ville en consommait 200 000 par ans Les veaux et moutons Les veauxLes veaux La ville en consommait 200 000 par ans Les moutonsLes moutons C’était du Vexin qu’on produisait les moutons consommés à Paris.
  6. 6. Le poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde merLe poissonde mer Deux jours étaient nécessaires mais des attentions étaient réalisées pour que les chemins soient entretenus et que les chevaux soient bons. Le périple était contrôlé par les élus de mer. Péché dans la Manche, entre l’estuaire de la Seine et Saint Malo, le poisson de mer était apporté à Paris en charrette depuis le haut Moyen Age Rouen Honfleur Cherbourg Zones de pêche En 1500, on compte jusqu’à 200 chevaux chargés d’apporter la marée vers le marché aux poissons installé aux Halles. Là, les revendeurs y avaient leurs étaux et vendaient par l’intermédiaire des jurés vendeurs aux poissonniers d’eau de mer. Seul le Hareng salé était transporté par voie fluviale en complément de la route. Par ailleurs, on apportait de Méditerranée des anchois et sardines dont la préparation permettait le transport. PARIS Saint Malo Alençon Chartres Caen Lisieux
  7. 7. Le beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromagesLe beurre, les œufs et les fromages Dans une premier temps ils distribuaient la production des maraichers et des paysans de la banlieue de Paris. Puis, en raison de l’approvisionnement par les Normands, ce commerce se développa et fut concentré, atteignant une taille suffisante pour justifier l’attention des pouvoirs fiscaux. Rouen Honfleur Cherbourg Vexin Les coquetiers commercialisaient des œufs, beurre, volailles mais également les fruits au Moyen Age. En commerce libre, ils étaient d’abord installés dans les marchés de Paris justifier l’attention des pouvoirs fiscaux. Les coquetiers de Normandie amenait leurs marchandises en charrette ou en somme. Ils provenaient d’abord du Vexin pour attirer les producteurs de la Manche et du Calvados. Au XVIIIe siècle, on aménagea le chemin entre Caen et Lisieux qui relié à la route d’Alençon et de Rouen, permit à l’ensemble de la Basse Normandie de fournir Paris. PARIS Saint Malo Alençon Chartres Caen Lisieux Banlieue Cotentin Calvados
  8. 8. Un réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesièclesUn réseau progressivement remis en état au XVIe et XVIIesiècles Malgré les tentatives de contrôle du réseau par les rois de fin du Moyen Age et de la Renaissance, c’est véritablement les efforts d’Henri IV et Sully qui réussir véritablement à refaire les routes. Ce travail fut poursuivi par Colbert.Ce travail fut poursuivi par Colbert. A noter, les tentatives pour accompagner ce dispositif : Les marchands qui apportaient les vins de Loire à Paris, devaient prendre pour le retour avec du sable et du pavé pour aider à refaire la route d’Etampes. En contrepartie, ils étaient autorisés à transporter six poinçons de vin (au lieu des 5 réglementaires, destinés à ménager les routes)
  9. 9. HistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoiresHistoires--------dededededededede--------Paris.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.frParis.fr httphttphttphttp://www.histoires://www.histoires://www.histoires://www.histoires----dededede----paris.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnement----routier/routier/routier/routier/ Sources bibliographiques : ◦ Nisard, Charles. Étude sur le langage populaire ou patois de Paris et de sa banlieue 1872 httphttphttphttp://www.histoires://www.histoires://www.histoires://www.histoires----dededede----paris.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnementparis.fr/approvionnement----routier/routier/routier/routier/

×