66 / LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014
ÊTRE RUSÉ COMME UN RENARD
LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 / 67
KEVIN DUNBAR
est professeur
de psychologie
à l’université...
68 / LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014
L’intelligence
en pratique
L’AVANTAGE DE L'EXPERTISE. Une...
LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 / 69
Ainsi, ils sont davantage influencés par
les correspondan...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lmi39 L'analogie

99 vues

Publié le

Article paru dans le Monde de l'intelligence n°39

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
99
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lmi39 L'analogie

  1. 1. 66 / LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 ÊTRE RUSÉ COMME UN RENARD
  2. 2. LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 / 67 KEVIN DUNBAR est professeur de psychologie à l’université du Maryland, États-Unis. Sous forme de comparaison ou de métaphore, l’analogie est un moyen simple et efficace pour transmettre une idée. Ses bénéfices sont nombreux, qu’il s’agisse de résoudre un problème ou d’apprendre mieux. Encore faut-il savoir l’utiliser avec pertinence et éviter ses pièges... LA FORCE DE L´ANALOGIE PAR MARYSE CHABALIER L’intelligence en pratique saac Newton aurait eu l’idée de la gravi- tation universelle en voyant tomber une pomme. Qu’elle soit véridique ou non, cette histoire démontre comment l’ana- logie peut se révéler utile face à une réflexion dans l’impasse. « Le raisonne- ment par analogie nous permet d’interpré- ter de nouvelles situations, de faciliter l’apprentissage, de résoudre des problèmes efficacement et rapidement, ainsi que de donner des explications à d’autres », note Kevin Dunbar, professeur de psychologie à l’université du Maryland, aux États-Unis. Mais utiliser cette forme de logique est plus compliqué qu’il n’y paraît. Pour raisonner par analogie, il nous faut une source, c'est-à-dire un concept familier que nous allons comparer avec un phénomène moins connu, la cible. L’utilisation d’une analogie se déroule en plusieurs étapes. Il faut d’abord chercher dans notre mémoire un évènement qui pourrait servir de référence. Vient ensuite la cartographie. Il s’agit de répertorier ce qui est similaire dans les deux situations, notamment au niveau de leur structure relationnelle. Inconsciemment, nous utili- sons différents critères pour vérifier si la concordance entre deux situations est correcte : chaque objet d’une situation doit correspondre à un objet et à un seul de l’autre situation. De même, chaque relation entre les éléments d’une situation ne peut correspondre qu’à une seule rela- tion dans l’autre situation. Par exemple, si vous comparez le cycle du CO2 atmos- phérique avec de l’eau qui entre et qui sort d’une baignoire, l’émission de CO2 ne peut correspondre qu’à un seul flux d’eau, ici l’entrée. I CL/GETTYIMAGES
  3. 3. 68 / LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 L’intelligence en pratique L’AVANTAGE DE L'EXPERTISE. Une fois l’alignement effectué, nous pouvons repor- ter ce que nous savons de la source sur la cible : c’est l’inférence. À partir de l’exemple ci-dessus, vous pouvez déduire que si les émissions de gaz sont supérieures à la consommation, la quantité de CO2 dans l’atmosphère va augmenter, de la même façon que la quantité d’eau augmente lorsque qu’il y a plus d’eau entrant dans une baignoire qu’en sortant. Par contre, il ne vous viendrait pas à l’idée de mettre du savon dans l’atmosphère pour vous laver. Afin d’éviter ce type d’erreur, nous avons tendance à préférer les inférences qui reposent sur un maximum d’éléments communs aux deux situations. « L’exercice de l’analogie est souvent difficile, car on doit extraire la structure sous-jacente d’une situation, sans tenir compte de ses caractéristiques superfi- cielles, pour la reporter dans une nouvelle situation », explique Kevin Dunbar. Or, les ressemblances de contenu de deux situations nous sautent plus facilement aux yeux que celles portant sur leur logique interne. Cela est particulièrement vrai lorsque nous sommes limités dans le temps ou que nous faisons deux choses à la fois. Il faut être suffisamment familier avec la situa- tion de référence pour voir au-delà des apparences. Les experts d’un domaine auront ainsi plus de facilités à trouver une analogie. Créer ses propres analo- gies permet également de mieux se concentrer sur les relations internes. UN COUP DE POUCE BIENVENU. Dans une étude déjà ancienne, seuls 10 % des personnes auxquelles on a soumis un problème complexe réussissaient à le résoudre sans aide. Lorsque ce problème était accompagné d’une histoire qui avait une solution analogue, il était résolu par 30 % des participants. Enfin, quand un indice conseillait de se servir de l’his- toire, le taux de réussite montait à 90 %. Bref, il nous faut parfois être guidés pour repérer une analogie et en tirer parti. L’âge compte également. Les enfants ont plus de difficultés à utiliser l’analogie. La vitesse, c’est le diable des temps modernes… La crise d’aujourd'hui est peut-être la guerre de demain Vous, c’est le vacarme des mots. Nous, c’est le courage de l’action ! DROITSRÉSERVÉS/GETTYIMAGES
  4. 4. LE MONDE DE L’INTELLIGENCE – N° 39 – NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2014 / 69 Ainsi, ils sont davantage influencés par les correspondances entre des objets et perçoivent moins les relations de causa- lité que leurs aînés. Cela ne les empêche pas d’utiliser un raisonnement par analo- gie si on leur donne des exemples, et ce dès trois ans environ. Malgré ces limites, l’analogie est utilisée au quotidien par les médias, les politiques ou les chercheurs. Le choix d’une analogie n’est pas anodin. Ainsi, un candidat politique va utiliser des analo- gies positives pour évoquer son camp et négatives pour parler de son adversaire. Le problème des analogies est qu’elles simplifient une situation, ce qui peut conduire à des conclusions fausses. Paul Thibodeau et Lera Brodsky, maîtres de conférences aux États-Unis, respective- ment au Oberlin College et à l’université de Californie, évoquent les propos de l’économiste Paul Krugman. Selon lui, comparer l’état de l’économie à une mala- die conduit à penser qu’elle “retrouvera la santé” rapidement, pour peu qu’elle reçoive les soins appropriés. Les déci- deurs politiques optent donc pour des solutions à court terme, alors que le problème doit être traité sur le long terme. UN MOT QUI CHANGE TOUT. Les métaphores nous influencent sans que nous nous en apercevions. Deux recherches conduites par Paul Thibodeau et Lera Brodsky le démontrent. Lors d’une première étude, ils ont demandé à des personnes de proposer des solutions pour diminuer le crime qui ravageait une ville imaginaire. Les participants lisent d’abord une courte description de la situation. Un seul mot change : le crime est soit un virus, soit une bête qui ravage la ville. Lorsque le crime est comparé à un virus, les personnes ont tendance à privilégier les mesures traitant la cause du problème, comme diminuer la pauvreté ou améliorer l’éducation. À l’inverse, quand le crime est envisagé comme une bête, les mesures plus directes sont mises en avant, tels l’empri- sonnement des criminels ou la formula- tion de lois plus sévères. Dans une seconde étude, les partici- pants doivent choisir quelle solution leur paraît la plus adaptée parmi une liste de propositions. Résultats, les personnes ayant lu la comparaison du crime avec une bête sont plus nombreuses (10 %) à choisir une mesure coercitive que les personnes ayant lu la métaphore du virus. Une analogie peut donc non seulement influencer les solutions qui nous viennent à l’esprit en premier, mais aussi celles qui nous paraissent les plus appropriées parmi celles qui sont suggérées. Et cette influence se fait à notre insu : lorsque l’on demande aux participants quelle partie de la description a influencé leur choix, moins de 5 % d’entre eux citent la méta- phore. La capacité de simplification de l’analogie fait donc sa force... mais aussi sa faiblesse. ● RÉFÉRENCES P.H. Thibodeau et L. Boroditsky, PLoS ONE, janvier 2013. P.H. Thibodeau et L. Boroditsky, PLoS ONE, février 2011. J. Fagot et R.K. Thompson, Psychological Science, octobre 2011. JOËL FAGOT, directeur de recherche au CNRS, étudie l’utilisation de l’analogie chez les babouins. Comment avez-vous montré que les babouins sont capables d’un raisonne- ment par analogie ? Nous leur avons proposé des tâches sur un écran informatique. On leur montre deux formes visuelles, par exemple la forme A et la forme B. Ensuite, on leur présente deux nouvelles paires de formes : par exemple la paire CC et la paire DE. Pour être récompensé, le babouin doit choisir la paire qui présente la même relation que la paire initiale. Il devait donc choisir DE (relation de différence) si la paire initiale était de type AB (différence), ou CC (identité) si la paire initiale était de type AA. D’autres espèces possèdent-elles cette capacité ? Nos travaux ont montré que le babouin peut apprendre à résoudre cette tâche, ce qui n’a été démontré auparavant que chez des singes anthropoïdes (chimpanzés, gorilles), qui sont plus proches de nous. Les singes ont-ils besoin d’un entraînement spécifique pour utiliser le raisonnement par analogie ? Oui, il a fallu des dizaines de milliers d’essais pour que les babouins parviennent à résoudre le problème. Cependant, après l’apprentissage, ils se montrent capables de répondre correctement même si l’on utilise des formes jamais vues auparavant. L’apprentissage de cette tâche est également difficile chez l’enfant, même à l’âge de huit ans. Cependant, le fait d’utiliser des mots pour décrire les paires d’objets aide à résoudre le problème, et dans ces conditions des enfants de quatre- cinq ans peuvent y arriver. L´ANALOGIE N´EST PAS LE PROPRE DE L´HOMME

×