Mad 20195-p074-078[1]

151 vues

Publié le

Hale à Matere, au sud de l'Italie dans d'anciennes grottes revisitées en hôtel. Un endroit incroyable pour un séjour au calme.

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
151
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mad 20195-p074-078[1]

  1. 1. DÉCO 75 UN DÉCOR BIBLIQUE Les chambres dominent le paysage escarpé et s’ouvrent de plain-pied sur un ancien chemin de ronde (ci-dessous). Saveurs bio sur la table du petit déjeuner au style monastique. FERRONNERIE D’ART À votre arrivée, une clé digne d’un château fort ou d’un monastère vous est confiée. Chaque détail a été pensé en accord avec l’intégrité du site. ACCROCHÉ À LA FALAISE Le village de Matera, dans la Basilicate, se dresse hors du monde et du temps. Un univers qui a inspiré Pasolini, Carlo Levi, Cartier-Bresson... SÉJOURNER DANS UNE SUITE-CAVERNE NÉOLITHIQUE, AU LUXE INSPIRÉ, ET S’ÉVEILLER AU CŒUR D’UN SITE À LA BEAUTÉ TROUBLANTE... C’EST CE QUE PROPOSE MARGARET BERG, QUI A RÉHABILITÉ D’ANCIENNES GROTTES DU VILLAGE TROGLODYTE POUR EN FAIRE UN HÔTEL, LE SASSI DI MATERA. CAP AU SUD, À LA FRONTIÈRE DES POUILLES, POUR UNE DÉCONNEXION TOTALE. A l’origine, des grottes laissées à l’abandon, puis classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Aujourd’hui, un hôtel inclassable, où le luxe arbore un nouveau visage. Ce lieu, on le doit à Margaret Berg, pasionaria berlinoise tombée amoureuse de Matera, où une fugue l’a menée quand elle avait 15 ans. Une at- tirance irrésistible pour ce sud des extrêmes, au paysage rugueux et solaire comme un film de Pasolini – le réali- sateur y a tourné une de ses œuvres mythiques, « l’Évan- gile selon saint Matthieu ». Ni Interpol ni ses parents n’ont eu raison de sa détermination, et, vingt-cinq ans plus tard, ▼ PHOTOSMANUELZUBLENA en Italie, une halte magique à Matera
  2. 2. Daniele n’en est pas à son premier coup de maître. Il débarque à Matera, sonde l’ampleur gigantesque des travaux et accepte le pari de créer un hôtel d’un genre nouveau : « Nous vou- lons faire vivre à nos hôtes une émotion forte, intense, à travers un lieu hors normes, mais qui puisse aussi offrir le confort d’un hôtel de luxe. » Finis le tout design et le style standardisé des « concept-hotels ». Ici, aucune concession n’a été faite à la beauté originelle du site. On s’éclaire à la chandelle, et la lumière artifi- cielle est subtilement nuancée en un délicat clair-obs- cur... Les lits se lovent dans les courbes de la pierre, et le raffinement du linge en lin rappelle les trousseaux d’au- trefois. Une simplicité étudiée, proche du dénuement, en parfaite osmose avec l’architecture monastique et l’envi- ronnement minéral. Les dix-huit chambres s’ouvrent sur un paysage escarpé, beau à couper le souffle. Difficile de rester insensible, surtout quand on sait que Henri Cartier- Bresson et Carlo Levi, l’auteur du « Christ s’est arrêté à Eboli », ont, eux aussi, vibré pour Matera. SABINE BOUVET Margaret est toujours là, animée par la passion de ceux qui ont l’audace de forcer le destin. Et il fallait un tempérament comme le sien pour s’attaquer aux grottes de Matera : « In- lassablement, je venais peindre dans ces grottes, jusqu’au jour où j’ai eu l’idée folle de les réhabiliter pour en faire un hôtel pas comme les autres. » Laissant derrière elle les sceptiques la taxant d’illuminée, elle se met en quête d’un partenaire. Les grands noms solli- cités de l’univers de la mode, de l’architecture et du design – Armani, Prada, Renzo Piano, Antonio Citterio, Matteo Thun... ne se laissent pas convaincre. Peu importe, Margaret ne lâche pas l’affaire – elle en a vu d’autres – et finit par rencontrer l’homme de la situation grâce à un ar- ticle de presse titrant « L’homme qui sauve des villages ». Lui, c’est Daniele Kihlgren, un Italo-Suédois de la même trempe que Margaret, sorte de mécène éclairé qui em- brasse les causes perdues comme on embrasse une reli- gion. Auteur d’un hôtel conçu sur le même mode – l’Albergo Diffuso, à Santo Stefano di Sessanio, dans les Abruzzes –, 76 PHOTOSMANUELZUBLENA DE L’OMBRE À LA LUMIÈRE Pour Margaret Berg, dénuement et raffinement vont de pair. Toutes les chambres troglodytes se déclinent sur le même mode : pierre brute, linge de lit en lin et éclairage à la chandelle. Margaret Berg. ICI, DANS CETTE AUTRE ITALIE, ON PLONGE DANS UNE AUSTÉRITÉ ÉBLOUISSANTE. UNE SCÉNOGRAPHIE SUR MESURE BELLE COMME UN TABLEAU DU CARAVAGE. L’HARMONIE DES VOÛTES Dans les chambres, les plafonds cathédrale ne laissent pas insensibles. On est loin des codes des hôtels contemporains. ▼
  3. 3. PHOTOSMANUELZUBLENA DÉCO LA NOUVELLE TENDANCE “LIFESTYLE”? LE LUXE BRUT. AUTREMENT DIT, LA SIMPLICITÉ DANS LE RAFFINEMENT, L’IMMERSION DANS L’AUTHENTIQUE... UNE SENSUALITÉ À FLEUR DE ROCHE L’hôtel privilégie les produits naturels, comme les chapelets de savons et les huiles essentielles présentées dans des flacons anciens. CARNET DE VOYAGE ALBERGO DIFFUSO SASSI DI MATERA, avec Autrement l’Italie, 660 € par personne 2 nuits en chambre double, vol aller-retour Paris-Bari et location de voiture 3 jours (rens. sur www. autrement-italie.fr et 01.44.41.69.95). À partir de 188 € la semaine pour une location de voiture avec Autoescape(rens.surwww.autoescape. com). Pour info, un chauffeur et un guide privé sont à votre disposition pour découvrir les églises rupestres, assister à une messe orthodoxe à San Nicola di Bari, explorer les plages... le “rough luxe”... C’EST QUOI? En pleine crise, le « luxe à la dure » – mix entre service étoilé et look brut de décoffrage – est devenu hype. Le designer Rabih Hage a lancé fin 2008 ce concept choc entre rusticité et dorures. Dans son hôtel Rough Luxe, the place to be à Londres, peintures écaillées et meubles déglingués côtoient beau linge et œuvres d’art. Preuve que rien n’est parfait... même pas le luxe! POURQUOI ON AIME? Plus fun que les boutiques-hôtels, ce concept anti-bling-bling so authentique ne prive pas de certains caprices. Sa devise? « Moitié brut, moitié luxe. » OÙ? Pourquoi ne pas se louer une île rustico-chic en Islande*? À Milan, l’Antica Locanda Solferino, chouchou des tops, mêle confort vieillot et service too much! Bref, en pleine nature ou à la ville, on adhère au « rough luxe »! ÉLÉONORE KERN *Rens. sur www.inishturkbeg.com

×