Du dépôt au partage des archives sonores de la
recherche, les évolutions du métier de
phonothécaire
Marine Soubrié - MMSH
...
Deux institutions et un objet d’étude commun : le son
inédit recueilli au cours d’enquête de terrain
Des enquêtes orales p...
LA PHONOTHÈQUE DE LA MAISON
MÉDITERRANÉENNE DES SCIENCES DE
L’HOMME (MMSH)
La base de données Ganoub
http://phonotheque.mm...
Les évolutions du métier de phonothécaire
En ligne sur HAL archives ouvertes :
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-...
Traitement des données de la recherche
ANR Colostrum (2012-2015) : « L’alimentation pré-lactée (don et
consommation néonat...
Exemple d’une notice d’enquête dans la base de données Ganoub
Fonds : ANR COLOSTRUM - Corpus : Les données du Cambodge: ht...
Archivage sur le long terme :
http://www.huma-num.fr/
Billet présentant le processus d’archivage sur le long terme des arc...
Les ambiances sonores des villes
Le Cresson fondé en 1979
à l’Ecole d’Architecture de Grenoble
Problématique fondatrice
Le...
Preneur
de son
Date et
heure
précise
Matériel
utilisé
Résumé
Descripteur
« effet »
Descripteur
« espace »
Spectrogramme
El...
Numérisation en interne
De 2003 à 2006 numérisation de
bandes magnétiques associées aux
15 premiers rapports de recherche ...
Un enregistrement dans son contexte
Notice du rapport ou de toutes traces imprimées = corpus
Notice décrivant l’ensemble d...
Norme Iso
8601
Mention de
responsabilit
é
Lieu de
l’enregistrement ;
Descripteurs du
thésaurus Archirès
; Effet sonore du
...
Partie 2/2
Licence
Creative
Commons
Coordonnées
GPS
• En 2011 mise en place d’un guide interne pour travailler en
équipe sur le traitement des enregistrements
– Analyse docum...
Cartophonies : représenter les sons dans leur territoire
Le recherche
associée à cet
enregistrement
Lien vers le
catalogue
Les évolutions du métier de phonothécaire
Du carnet de veille au carnet d’équipe
Les évolutions du métier de phonothécaire
Depuis 2013Ecole
d’Hiver : les savoir-faire
autour du sonore.
Sensibilisation aux
questions de droit.
Participation en 201...
• Interopérabilité des données de la recherche
• Exigence d’une structuration des données
• Intégration à des catalogues :...
L’Agence bibliographique de
l’enseignement supérieur
Créée en 1994
Sudoc = catalogue du Système
Universitaire de Documenta...
Catalogage en EAD
• Encoded Archival Description
• Standard d’encodage électronique des archives
et des manuscrits
• En ac...
Interface de l’éditeur XML Xmetal
Le consortium Europeana Sounds
• 24 organisations
• 12 pays de l’UE
• 2 organisations
en France :
CNRS (CREM-
MMSH) et BNF
La plateforme Europeana
L’outil de
mapping MINT
Transformation
en EDM
Les valeurs du métier de phonothécaire
• Veiller à conserver l’intégrité des collections
et la contextualisation des archi...
Des références à consulter sur Zotero
Les évolutions du métier de phonothécaire
Merci pour
votre attention
Crédit photogra...
Intervention au Frédoc 2015 : Du dépôt au partage des archives de la recherche, évolution du métier de Phonothécaire
Intervention au Frédoc 2015 : Du dépôt au partage des archives de la recherche, évolution du métier de Phonothécaire
Intervention au Frédoc 2015 : Du dépôt au partage des archives de la recherche, évolution du métier de Phonothécaire
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intervention au Frédoc 2015 : Du dépôt au partage des archives de la recherche, évolution du métier de Phonothécaire

233 vues

Publié le

L’accès aux données de la recherche est aujourd’hui au cœur des métiers de l’IST au CNRS. Depuis la fin des années 1970 deux laboratoires de recherche se préoccupent de l’archivage des données enregistrées sur le terrain : La phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de Homme à Aix-en-Provence et le Rentre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain à Grenoble. L ‘intervention a pour objectif de présenter et comment le métier de phonothécaire se redéfinit autour de nouvelles pratiques : la contextualisation des archives sonores, l’exigence des formats des données, leur interopérabilités, leur archivage sur le long terme, leur éditorialisation sur les carnets de la plateforme Hyporthèses, la mise en œuvre de guide de bonnes pratiques alliant éthique et droit. Les archives sonores participent ainsi pleinement de l’essor des « digitals humanities »/ Humanités numériques.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
233
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Proposition de définition :
    « enregistrement sonore inédit »
    •Il s'agit d'un enregistrement unique : s'il a été copié, ce n'est pas dans un but commercial, aucun standard n'a été établi ; • Il est fixé sur des supports variés analogiques (cylindres, cassette, bandes…) ou numériques, (minidisc, disque dur, carte flash...) ;
    •Les principaux éléments d'information sont ceux que l'enquêteur a bien voulu indiquer, en général de façon manuscrite (sur l'emballage de la boîte ou sur le boîtier et sur les fiches de collecte) ou par le nommage de fichier et les documents liés.
    https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/612/files/2012/03/presentation_veronique_ginouves-audio.pdf

    Des enquêtes orales pour la phonothèque de la MMSH et des prises de son in situ de notre environnement sonore quotidien pour l’équipe Cresson de l’UMR Ambiances.

    Nous allons vous exposer comment nous traitons, exploitons et valorisons ces archives sonores inédites. Et comment nos pratiques professionnelles ont évolué…

    Françoise Acquier
    Double formation Urbanisme – Géographie et documentation.
    Chargée de ressources documentaires au CNRS (constitution d’un fonds de recherche, veille spécialisée et accompagnement à la recherche 2001)
    Après des études d’urbanisme et de géographies j’ai obtenu le Capès de Documentation et passe quelques années à l’éducation nationale. Puis j’intègre le laboratoire Cresson unité CNRS à l’Ecole d’architecture de Grenoble. Je démarre cette nouvelle fonction de chargée de ressources documentaires en laboratoire fin 2001, portée par le dynamisme du réseau Isidora et les rencontres annuelles de l’INIST.

    Ariane Néroulidis, titulaire d’une licence de lettres modernes et d'un master 2 mention “Sciences de l'information et des bibliothèques”, spécialité “Archives numériques” délivré par l'Enssib École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques-à Villeurbanne.

    Marine soubrié : Diplômée d'une licence d'histoire mention patrimoine de l'université de Nîmes et d’un master professionnel : métiers des archives, spécialité:  archives sonores et audiovisuelles de l'Université-Aix-Marseille I. Je travaille actuellement à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des sciences de l‘homme (USR 3125) en collaboration avec Véronique Ginouvès (IR1 CNRS), en tant qu’ingénieur d’études (contract CNRS CDD).


  • Créée en 1979 par des chercheurs en SHS, elle intègre la MMSH en 1997
    - Pour conserver la source qui documente leur recherche : l’enquête de terrain enregistrée
    - Pour des observations ultérieures ou des recoupements avec d’autres archives dans le cadre de nouvelles recherches.
    - Des archives scientifiques aux archives patrimoniales : Une responsabilité émergente depuis la ratification de la France de  la convention du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO : la gestion de l'héritage culturel de ces archives. 

    Lieu de mémoire vivante, La phonothèque de la MMSH à pour vocation de réunir les enregistrements qui ont une valeurs ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire méditerranéenne
    Les fonds sont constitué par les dépôt de chercheurs  issues de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales) qui travaillent à partir de l’enquête orale et d’association impliquées dans la sauvegarde du patrimoine.
    Les enquêtes de terrains de la recherche enregistrées sont des archives scientifiques et doivent être traitées et archivées comme telles.
    La phonothèque de la MMSH a mis en place une politique d’accueil des archives associée à une réflexion méthodologique et a créé un dispositif complet pour leur traitement, de la collecte à la valorisation.
    Rôle de l’incitation au dépôt ( encadrement des chercheurs, avant les enregistrements de terrain, explication des contrat, prise en charge des dépôts, numérisation, traitement et catalogage, valorisation, restitution d’un catalogue documentaire, archivages sur le long terme)
    Rôle de sensibilisation des chercheurs au dépôt de leurs archives sonores

    Avec des chiffres à quoi cela correspond ?

    Base de données Ganoub, logiciel alexandrie 7

    La phonothèque regroupe plus de 8000 heures de son

    6800 heures numérisées

    2000 heures en ligne


    Le public accède aux données à travers l’interrogations de la base de données qui permet d’effectuer des recherches avancée ou générales.
    Accès au notices des fonds<des corpus<des enquêtes

    Pour les enquêtes dont nous avons les droits et l’ autorisation de diffusion, elle sont écoutables en ligne via un lien de stream qui permet d’ouvrir un player.


  • Exemple d’une fiche d’enquête dans les années 1980.

    Explication des éléments de la fiche d’enquête :

    Bleu les éléments descriptif de l’enquête : (Lieux, date, Intervenants :noms de l’enquêteur-trice-s, et n° anonymes de l’ intervenant)

    Vert : les informations techniques relatives à l’enregistrement : types de matériel d’enregistrement, la durée (suivant le support en minutes, et la vitesse d’enregistrement : propres au support de types bandes magnétiques.

    Violet : le numéro d’inventaire de l’enquête ( et non pas du support) deux choses différentes

    Rouge : un résumé du contenu de l’ enquête


  • Participation à deux anr :

    ANR Histinéraires (programme blanc 2013-2016), « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte. Etude des mémoires de synthèse des activités scientifiques, 1990-2010 ». Chef de projet Patrick Garcia, Institut d’histoire du temps présent (IHTP, Paris).

    ANR Colostrum (2012-2015) : « L’alimentation pré-lactée (don et consommation néonatale du colostrum) : pratiques, représentations et enjeux de santé publique ». Chef de projet Joël Candau, Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS, ex-LASMIC, Nice).


    Accès aux données de la recherche : une demande institutionnelle

    Archivage et catalogage des données issues du programme de l’ANR-Colostrum : l’alimentation pré-lactée-don et consommation néonatale du colostrum: pratiques et représentations et enjeux de santé publiques auprès de treize partenaires et en collaboration avec sept pays (Projet ANR-12-BSH1- 0008-01). Auprès de plusieurs intervenant des mères (allaitante), père, personnel soignant (sages-femmes, matronen, gényco) médecin, pédiatres…)

    Dans 7 pays (Allemagne, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, France, Maroc).

    Nouveauté : Intégration du traitement et de l’archivage des données de l’ANR en amont du projet = alloué financement

    Pour chaque pays les données qui ont été verser sont toutes nativement numériques (sauf les contrats d’autorisation d’utilisation et de diffusion des enregistrement)

    Problématiques à prendre en compte :



  • Exemple de la notice enquête dans la base de données de la phonothèque Ganoub.

    Différents champs qui correspondent aux normes d’archivages : Dublin Core

    On retrouve les éléments ( socle dans les deux notices), plus des nouvelle notions qui sont apparues : ( l’évolution des supports : exploitation des fichiers numériques, écoutes en ligne possible, (interopérabilité des données de cette notices, sur d’autres plateformes ou portails) ( Isidore, Portail du patrimoines orales)
  • 5. Archivage sur le long terme

    Human-num est une très grande infrastructure de recherche visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales. (Paris)
    Service qu’il propose pour les données numériques de la recherche en shs (Isidore, stocké,)
    Archivages sur le long terme des données numérique  de la recherche :
    Un service d’archivage à long terme pour les producteurs de données numériques en SHS.  En collaboration avec les infrastructures et les compétences d'un centre labellisé, le Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur (CINES).


     CINES  Centre informatique national de l’enseignement supérieur (Montpellier)

    un Etablissement Public à caractère Administratif national qui est  placé sous la tutelle du Ministère chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.
     
    Missions donner les moyens à l’ensemble de la communauté scientifique dans ses missions statutaires stratégiques nationale :
     
    Le calcul numérique intensif
    L’archivage pérenne des données électroniques
    l’hébergement des plateformes informatiques des envergures nationales
     

    4. La valorisation
    Carnet de la phonothèque
    Médiation
    catalogue documentaire (enjeux de la structuration de données

    Conclusion (Fin de ma partie)
  • Le Cresson comme équipe de recherche est fondé en 1979 par Jean-François Augoyard, philosophe et Jean-Jacques Delétré Acousticien au sein d’école d’architecture de Grenoble. Ils ouvrent une voie novatrice : étude des situations sonores dans l’habitat, de la perception sonore, de l’habitant acteur de l’environnement sonore, de la variation des cultures sonores urbaines. Ils commencent à enregistrer les premiers fragments sonores à l’aide de magnétophone à bande et cassette audio.
    Pendant 10 ans de 1985 à 1995 ils se sont attachés à définir la notion « d’effet sonore » : 92 effets sonores ont été décrit dans un répertoire pour qualifier comment le son se déploie se donne à entendre dans l’espace et dans la société. Au sein des rapports de recherche qui couvrent cette période on peut alors trouver des fiches très précises sur les enregistrements mais on peut aussi ne trouver que des informations très ténues. Les fragments sonores sont en général court 3 min et regroupés par action de recherche.









    . Dans quel contexte ? La recherche dans les Ecoles d’architecture est alors très embryonnaire et centrée sur l’histoire, l’esthétique, la construction. Tous ces champs s’occupant de l’aspect visuel des bâtiments. « le document sonore n’appartient pas à la palette d’outils de l’architecte C régnault »
    Par ailleurs la recherche incitative ministérielle concernant les aspects acoustiques de la construction était axée sur le bruit et la réduction des nuisances. En 1977 R.M. Schafer, compositeur un canadien lance le concept de paysage sonore ou soundscape qui a connu depuis un succès international, pour qualifier les liens entre l’homme et les changements de l’ environnement acoustique. C’est dans ce contexte que ces chercheurs ouvrent une voie de recherche novatrice : Etude des situations sonores dans l’habitat, de la perception sonore, de l’habitant acteur de l’environnement sonore, de la variation des cultures sonores urbaines. Il commence avec sa jeune équipe à enregistrer les premiers fragments sonores à l’aide de magnétophone à bande et cassette audio.
    L’équipe s’étoffe (elle compte aujourd’hui 50 pers.). Les chercheurs, issus de différentes formations, architecte, sociologue, ethnologue, philosophe, géographe, urbaniste ont enregistré et enregistrent des fragments d’environnement sonore. Pendant 10 ans de 1985 à 1995 ils se sont attachés à définir la notion « d’effet sonore » : 92 effets sonores ont été défini dans un répertoire pour qualifier comment le son se déploie se donne à entendre dans l’espace et dans la société. Au sein des rapports de recherche qui couvrent cette période on peut alors trouver des fiches très précises sur les enregistrements mais on peut aussi ne trouver que des informations très ténues.

    1982 : enregistrement des premiers fragments sonores « Sonorités, sociabilités, urbanités »
    De 1982 à 2015 : nous recensons 1400 enregistrements d’une durée moyenne de 3 min issus de plus de 50 actions de recherche, fonds vivant.
    Pour chaque enregistrement sonore, on trouve au sein des rapports, thèses, mémoires, des fiches : date, lieu, événements sonores, effets sonores, commentaires de personnes interviewées, des illustrations (croquis, photo…) mais parfois on ne trouve rien !

  • Exemple de Fiche chercheur : on retrouve des éléments descriptifs de l’enquête (lieu, date, preneur de son), des éléments techniques (matériel utilisé) et des éléments de contenu : un titre forgé par le chercheur souvent poétique, « Café en voirie » résumé, descriptif sur l’espace, les effets sonores que le chercheur a voulu illustrer.
    Source : Café en voirie [Enregistrement sonore] / Bardyn, Jean-Luc, Auteur. - Grenoble : CRESSON, 2008. - 2min 21s; Wav, 23,7 Mo.
    in Document : Enregistrement sonore Cartophonie sensible d'une ville nouvelle / Chelkoff, Grégoire (2008)
  • En 2003 V Ginouvès me contacte et au cours de la conversation me dit « Il faut que tu en fasses quelques chose de ces documents sonores » Tu devrais répondre aux appels à projet du MCC pour numériser les bandes magnétiques, je t’envoie le formulaire ! Nous avons alors répondu à cet appel d’offre avec Julien moisans graphiste et passionné par les sons et échoué mais commencaient à inventorier les enregistrements asociés à des recherches (thèse, mémoire étudiant, rapport) donc susceptibles d’être documentés. Nous avons avons suivi deux journées de travail à Aix pour comprendre quel traitement nous pourrions en faire. En 2005 au sein du Réseau Isidora, je suivi une formation had hoc sur la numérisation des documents imprimés et sonores, animée par Hélène Falavard (alors à Numdam) et Véronique Ginouvès. La numérisation des premières bandes est le point de départ de la prise en compte de ces enregistrements comme des archives à préserver et mettre en valeur.

    En 2006 le centre de documentation met en place un catalogue pour le fonds de la bibliothèque avec le logiciel libre PMB
    Nous nous lançons dans plusieurs tentatives de catalogage des enregistrements sonores en transposant dans notre contexte des méthodes éprouvées au sein des phonothèques pour les archives orales. De quels outils disposions nous alors ?
    Du Guide d’analyse documentaire du son inédit actualisé depuis Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites
    De la mailing Liste Archives son audiovisuelles animée par Véronique Ginouvès


  • Travail sur la transposition du schéma archivistique Fonds/ corpus /enquête/item pour l’adapter au catalogue PMB > lister les champs obligatoires, adoption des normes d’écritures pour les différents champs

    Contextualiser l’archive afin de permettre sa réutilisation. Il s’agit d’une part, de rassembler des métadonnées qui détaillent au maximum les conditions de recueil de l’information – lieu, date, langue, identité des acteurs, méthodes d’enregistrement, ordre de classement donné par le chercheur, etc. – et d’autre part, de restituer ces documents au sein d’un corpus ou d’une collection qui leur donne sens et pallie à leur éventuel isolement. https://sonore.hypotheses.org/495

    Sans apprendre le métier d’archiviste et ses normes, l’idée retenue était celle de rendre compte au sein du catalogue du contenu sonore (l’enregistrement) et non du support (CD audio)
    Le résultat est celui que vous voyez, un enregistrement = une notice reliée à une notice décrivant l’ensemble du corpus sonore (nombre total d’enregistrement et durée globale) relié à la notice du document imprimé.
    Ainsi chaque enregistrement sonore est resitué dans son contexte de production.


    Bonnemason, Bénédicte, Ginouvès, Véronique, Pérennou, Véronique, « Guide d'analyse documentaire du son inédit : pour la mise en place de banques de données ». Paris : Association française de détenteurs de documents audiovisuels et sonores ; Parthenay : Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles, 2001. – 185 p.

    Actualisation : Claire Marcadé, Bernard Guinard, Stephanie Coulais, Yvon Davy, Eric Desgrugillers, et al.. Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide
    des bonnes pratiques.. Guide de bonne pratique pour l'analyse des documents sonores inédits. 2014, pp.82.<halshs-01065125>

  • On peut ici visualiser cette transcription : année de publication au norme, le travail sur les descripteurs issus du thésaurus du Réseau des Ecole D’architecture issu du Répertoire des effets sonores édités par le laboratoire, les lieux d’enregistrements au norme du réseau Archirès, le résumé reprise de celui du preneur de son ou forgé par Julien et moi s’il n’y en a pas.
  • Voici la 2ème partie de la notice. Nous mettons en ligne les enregistrements au format MP 3 en faisant signer des contrats d’autorisations aux chercheurs impliqués dans leur production : celui qui enregistre, sélectionne le fragment, retravaille le son, le responsable de la recherche. Les chercheurs choisissent une Licence Creative commons. Si des illustrations permettent de mieux situer l’enregistrement, elles sont scannées et ajoutées à la notice.
  • En 2011, nous avons travaillé à un guide pour corriger les notices issues de différentes phases de catalogage et arrêter des grilles types pour cataloguer les nouveaux dépôts,
  • Au moment où nous commencions à mieux maitriser le traitement des enregistrements sonores, émergent les cartes sonores ou sound map. En 2011 une équipe dirigée par Grégoire Chelkoff chercheur au Cresson réalise pour la ville de l’Ile d’Abeau une première esquisse de cartographie de son patrimoine sonore qu’il nomme Cartophonie. Une équipe projet se constitue en 2012 pour se lancer dans un projet de carte sonore pour l’équipe : directeur / une doctorante / un web designer / Documentaliste /médiaticien
    Rédaction d’un cahier des charges pour mettre en place l’outil Cartophonies : dont l’objectif est de sédimenter différentes situations phoniques remarquables composant un territoire urbain en géolocalisant les enr. sonores
    Financement sur fonds propre pour le développement de l’interface
    Sélection de champs à mettre en valeur
    Enrichissement des notices en documents visuels
    Alimentation par import CSV depuis le catalogue pour garantir la cohérence des données et les liens entre les notices
  • Pour chaque notice d’enregistrement le lien vers la cadre de la recherche et vers le catalogue permet ce retour au contexte de sa genèse.
    Cette application a été Présentée au Salon Innovative INSHS en 2014 et au Festival International de Gréographie de Saint Dié en 2014 également

  • La mise en ligne des enr? Sonores dans le catalogue de la bibliothèque n’est pas un argument suffisamment fort pour amorcer des pratiques d’archivage collectives. En revanche Cartophonies Oui ! Cet outil conçu par les chercheurs est plébiscité par les commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des corpus sonores sur cette interface.
    Il s’agit aujourd’hui de lever un élément de blocage : le chercheur ne se sent pas autonome dans l’alimentation de Cartophonies dans la mesure où le lien vers la notice du catalogue est nécessaire, il se voit donc imposé de travailler avec juL ou moi pour mettre en ligne ses sons. En 2015, nous avons travaillé à des outils pour clarifier nos rôles respectifs et montrer notre complémentarité dans la mise en valeur de leur travail. Déjeuner du Cresson en Novembre 2015 pour expliciter ce travail qui va de l’archivage des fichiers wave à d’édition de livret sur les recherches, les rôles de chacun et promouvoir un guide de bonnes pratiques pour le chercheur.
  • Ce travail de « phonothécaire » a eu des incidences sur une autre mission de la documentation au sein du laboratoire : la veille.

    En 2009 le blog de veille sur l’actualité scientifiques autour des ambiances urbaines migre la plateforme Hypothèses et En 2010 ce sont les 10 ans d’isidora. Une intervention de Pierre Mounier dans le très beau cadre du couvent de la Tourrette m’interroge : hypothèses va mettre en place une UNE en sélectionnant des billets rédigés originaux. Que puis-je rédiger ? Les Carnets de la Phonothèque ouvre la voie en proposant des billets très fouillés pour faire connaître des archives orales. Au fil de l’analyse et de la mise en ligne des enregistrements sonores, on propose des billets, qui parfois sont lus et repérés par les modérateurs de la plateforme. Ce tournant rédactionnel est extrêmement important : les chercheurs de l’équipe apprécient ce travail qui valorise par là même le travail d’écoute et de catalogage, ce travail donne aussi envie aux chercheurs d’écrire dans ce carnet. En 2012 un nouveau chercheur arrive le Cresson Veille qui devient le Cresson veille et recherche. Mutation de ce carnet en carnet d’équipe. En 2013 déplacement de la veille évènementielle vers Scoop it, forte animation collective autour du carnet. Stagiaire de recherche, chercheur, documentaliste oeuvrent à l’écriture de billets qui racontent les activités du laboratoire.
  • Pour traiter des archives sonores, on doit prendre le temps d’écouter, de chercher des matériaux pour les contextualiser, de mener parfois de véritable enquête auprès des chercheurs pour reconstruire leur genèse, les outils utilisés pour collecter, les intentions de recherche. Cette imprégnation du contenu même de l’archive nous permet ensuite d’écrire des billets sur nos carnets : désir d’écrire et de partager ces découvertes souvent émouvantes.
  • projet : mise en place depuis 2013 d’une école d’hiver annuelle centrée sur les savoir-faire autour du sonore : présentation du travail documentaire et sensibilisation aux questions d’éthique et droit en transposant les avancées du blog Ethique et Droit aux cas pratiques menés pendant l’école d’Hiver (prise de son in situ, fragment de conversation)
    Interconnexion avec des fonds européens l'environnement sonore. EAH. projet 2 ans financement

    Transition sur l’interopérabilité
  • Un des enjeux dans la diffusion de nos archives est la dissémination de nos données sur des plateformes extérieures à notre base de données. On parle alors d’interopérabilité car les données doivent pouvoir parler entre elles. Pour cela ces données doivent être exprimées dans des langages structurés, basés sur le xml. Cette structuration des données est une part importante de notre métier. A la phonothèque de la MMSH nous sommes intégrés dans différents programmes qui exigent la maîtrise de ces langages. Nous allons développer à présent deux projets en cours : Calames et Europeana sounds.
  • Au niveau national, nous travaillons en partenariat avec l’ABES, Agence bibliographique de l’enseignement supérieur qui a mis en place deux catalogues collectifs, un pour le réseau des bibliothèque et un pour les archives. La phonothèque de la MMSH en tant que centre d’archives est intégré à Calames.
  • Pour travailler dans Calames, il est indispensable d’avoir reçu une formation préalable à la DTD EAD. Chaque année, l’ABES propose des formations au catalogage dont j’ai pu bénéficier.
  • L’EAD en 2 mots : L’ EAD –Encoded Archival Description- est le langage adapté à la description archivistique. Il obéit à la norme internationale ISAD(G).
  • Pour cette opération de catalogage nous utilisons l’éditeur XML Xmetal qui offre une interface en trois volets : à gauche l’arborescence des documents, à droite les éléments EAD au choix et au centre la fenêtre d’édition qui permet d’identifier les balises grâce à un code couleur. Le balisage est donc guidé par cet outil même si pour être un bon catalogeur il faut aussi respecter un ensemble de « bonnes pratiques ».
  • Au niveau européen cette fois, la phonothèque de la MMSH est aussi représentée au sein du réseau Europeana Sounds au sein du CNRS. Il s’agit d’un projet cofinancé par la Commission Européenne qui regroupe 24 organisations répartis dans 12 Etats de l’Union Européenne. Il s’agit autant de bibliothèques nationales que de centres d’archives.
  • Les collections sonores sont intégrées à la plateforme d’Europeana qui permet de trouver du son mais aussi du texte, des images et des vidéos. Nous avons ici effectué une recherche sur les luthiers, car nous allons bientôt pouvoir écouter des enquêtes sur les luthiers de Mirecourt.
  • Pour intégrer nos données dans Europeana nous utilisons un outil mis en place par l’Université polytechnique d’Athènes : MINT (Metadata INTeroperability (services) ). Contrairement à Calames, il ne s’agit pas de cataloguer mais d’exporter nos métadonnées pour les intégrer à un mapping. En somme il s’agit de faire correspondre les champs de notre base de données –exprimés en Dublin Core- avec le schéma défini par l’EDM –European Data Model-
  • L’outil prend ensuite en charge la transformation du fichier en EDM et valide ou non le schéma XML. Un module de prévisualisation a également été conçu pour obtenir un aperçu de la notice qui sera publiée sur Europeana. Sur la fiche, un encart spécifie les droits : ici nous avons choisi la licence Creative Commons CC BY, qui autorise la réutilisation non commerciale de l’archive. En effet, cette mise à disposition des archives au public pose la question de la réutilisation par l’usager, et ouvre la voie à la participation des internautes, qui est un des objectifs à long terme d’Europeana.
  • Source : http://fr.slideshare.net/Bagolina/201309-dijon-un-dispositif-complet-pour-la-valorisation-des-archives-de-la-recherche-25992849
  • Intervention au Frédoc 2015 : Du dépôt au partage des archives de la recherche, évolution du métier de Phonothécaire

    1. 1. Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire Marine Soubrié - MMSH Françoise Acquier - CRESSON Ariane Néroulidis - MMSH FRéDoc 2015 Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions d’IST, 29 Septembre-2 Octobre 2015, Saint-Foy-Lès-Lyon
    2. 2. Deux institutions et un objet d’étude commun : le son inédit recueilli au cours d’enquête de terrain Des enquêtes orales pour la phonothèque et des prises de son in situ de notre environnement sonore quotidien pour le Cresson Comment le traitement documentaire des sons inédits a transformé nos pratiques professionnelles ? Trois intervenantes : Marine Soubrié ; Françoise Acquier (Cresson, ENSAG); Ariane Néroulidis (Phonothèque, MMSH) Les évolutions du métier de phonothécaire
    3. 3. LA PHONOTHÈQUE DE LA MAISON MÉDITERRANÉENNE DES SCIENCES DE L’HOMME (MMSH) La base de données Ganoub http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr Les carnets de recherche de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org
    4. 4. Les évolutions du métier de phonothécaire En ligne sur HAL archives ouvertes : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01065125/document
    5. 5. Traitement des données de la recherche ANR Colostrum (2012-2015) : « L’alimentation pré-lactée (don et consommation néonatale du colostrum) : pratiques, représentations et enjeux de santé publique ». Chef de projet Joël Candau, Laboratoire d'Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales (LAPCOS, ex-LASMIC, Nice). Le carnet de recherche de l’ANR sur la plateforme Hypotheses.org: http://colostrum.hypotheses.org Les évolutions du métier de phonothécaire
    6. 6. Exemple d’une notice d’enquête dans la base de données Ganoub Fonds : ANR COLOSTRUM - Corpus : Les données du Cambodge: http://phonotheque.mmsh.huma- num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=10889
    7. 7. Archivage sur le long terme : http://www.huma-num.fr/ Billet présentant le processus d’archivage sur le long terme des archives sonores de la Phonothèque: http://phonotheque.hypotheses.org/13091 https://www.cines.fr/ Les évolutions du métier de phonothécaire
    8. 8. Les ambiances sonores des villes Le Cresson fondé en 1979 à l’Ecole d’Architecture de Grenoble Problématique fondatrice Les situations sonores dans l’habitat, la perception sonore de l’habitant La notion « d’effet sonore » : comment le son se déploie, se donne à entendre dans l’espace et dans la société Fonds sonore De 1982 à 2015 : 1400 enregistrements d’une durée moyenne de 3 min issus de plus de 50 actions de recherche, fonds vivant Les évolutions du métier de phonothécaire
    9. 9. Preneur de son Date et heure précise Matériel utilisé Résumé Descripteur « effet » Descripteur « espace » Spectrogramme Elément de titre
    10. 10. Numérisation en interne De 2003 à 2006 numérisation de bandes magnétiques associées aux 15 premiers rapports de recherche -> Collection Cressound Mise en place du catalogue de la bibliothèque Plusieurs tentatives de catalogage des enregistrements sonores en transposant dans notre contexte des méthodes éprouvées au sein des phonothèques pour les archives orales. Les évolutions du métier de phonothécaire
    11. 11. Un enregistrement dans son contexte Notice du rapport ou de toutes traces imprimées = corpus Notice décrivant l’ensemble des enregistrements = corpus Notice par enregistrement = enquête
    12. 12. Norme Iso 8601 Mention de responsabilit é Lieu de l’enregistrement ; Descripteurs du thésaurus Archirès ; Effet sonore du Répertoire du laboratoire Résumé auteur ou à forger Partie 1/2
    13. 13. Partie 2/2 Licence Creative Commons Coordonnées GPS
    14. 14. • En 2011 mise en place d’un guide interne pour travailler en équipe sur le traitement des enregistrements – Analyse documentaire : descripteurs, résumé – Nommage et archivage des fichiers Wave : serveur interne – Paramétrages à respecter pour la création des MP3, métadonnées encapsulées, mise en ligne serveur Délégation Alpes CNRS – Grille de catalogage adapté à PMB Encore des évolutions à apporter : – Pour se rapprocher des normes archivistiques – Pour héberger les fichiers Wave sur des plateformes (long terme) – Pour sensibiliser pour le choix de licence CC plus ouverte Les évolutions du métier de phonothécaire
    15. 15. Cartophonies : représenter les sons dans leur territoire
    16. 16. Le recherche associée à cet enregistrement Lien vers le catalogue
    17. 17. Les évolutions du métier de phonothécaire
    18. 18. Du carnet de veille au carnet d’équipe
    19. 19. Les évolutions du métier de phonothécaire
    20. 20. Depuis 2013Ecole d’Hiver : les savoir-faire autour du sonore. Sensibilisation aux questions de droit. Participation en 2013 au projet de recherche European Acoustic Heritage : mutualisé de cartes sonores. Les évolutions du métier de phonothécaire
    21. 21. • Interopérabilité des données de la recherche • Exigence d’une structuration des données • Intégration à des catalogues : Exemple de Calames et d’Europeana Sounds Les évolutions du métier de phonothécaire
    22. 22. L’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur Créée en 1994 Sudoc = catalogue du Système Universitaire de Documentation Calames = CAtalogue en Ligne des Archives et des Manuscrits de l’Enseignement Supérieur
    23. 23. Catalogage en EAD • Encoded Archival Description • Standard d’encodage électronique des archives et des manuscrits • En accord avec la norme internationale ISAD(G) Les évolutions du métier de phonothécaire
    24. 24. Interface de l’éditeur XML Xmetal
    25. 25. Le consortium Europeana Sounds • 24 organisations • 12 pays de l’UE • 2 organisations en France : CNRS (CREM- MMSH) et BNF
    26. 26. La plateforme Europeana
    27. 27. L’outil de mapping MINT
    28. 28. Transformation en EDM
    29. 29. Les valeurs du métier de phonothécaire • Veiller à conserver l’intégrité des collections et la contextualisation des archives ; • Envisager les questions des droits des informateurs d’hier et d’aujourd’hui et ceux des utilisateurs de demain ; • Ne jamais travailler hors des standards et des normes ; • Le travail productif est toujours le fruit d’une collaboration Les évolutions du métier de phonothécaire
    30. 30. Des références à consulter sur Zotero Les évolutions du métier de phonothécaire Merci pour votre attention Crédit photographique : Bill Smith de KOAC avec un magnétophone portable, 1955, Archives de l’Etat de l’Orégon (pas de restrictions de droit connues).

    ×