Gaz de schistes miracle ou mirage copie

789 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
789
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
91
Actions
Partages
0
Téléchargements
63
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gaz de schistes miracle ou mirage copie

  1. 1. SECOND INTERNATIONAL CONFERENCE ON APPLIED ENERGETICS ANDPOLLUTION DECEMBER14-15, 2014, CONSTANTINE, ALGERIA IMPACTS DES GAZ DE SCHISTES SURLA SANTÉ ET L’ENVIRONNEMENT Des risques a ne pas prendre
  2. 2. LA FRACTURATION HYDRAULIQUE DES GAZ DE SCHISTES
  3. 3. L’exploitation des gaz de schistes consiste en l’extraction de ces gaz au niveau de la roche de schiste par la technique de fracturation hydraulique
  4. 4. Gaz de schistes Miracle ou Mirage
  5. 5. Les fluides de fracturations  90 % d’eau injectée a forte pression: fracture la roche  8 à 9 % sable, silice, cristaux de céramiques: garde les fracturations ouvertes  1à 2 % produits chimiques: renforcer la fracturation hydraulique et éviter la contamination bactérienne
  6. 6.  2500 mélanges chimiques retrouvés dans les fluides de fracturation,  Plus de 650 contiendraient des produits potentiellement nocifs pour l’homme (effet neurotoxique, hémato toxique, hépatotoxique, néphrotoxique, reprotoxique).  Parmi ces derniers, 22 sont classés comme cancérogènes dont certains sont à éliminer impérativement car sembleraient être responsables d’effets irréversibles : le benzène, le formaldéhyde, l’oxyde d’éthylène….  D’autres considérés comme préoccupants pour la santé devraient être remplacés par des produits moins toxiques. C’est l’exemple des éthers de glycol, des composés du bore, des formamides….
  7. 7. Mobilisation +++ véritable communauté internationale anti gaz de schistes - L impact sur la santé - L impact sur l environnement - Le risque de séismes et de catastrophes - L utilisation de quantité astronomique d eau - La non rentabilité de cette
  8. 8. GAZ DE SCHISTES MIRACLE OU MIRAGE
  9. 9. L’impact sur la Santé
  10. 10. L’impact sur la santé: population a risque  La population exposée est celle des travailleurs sur les gisements et des riverains, avec des pics de niveau de pollution au niveau des sites d’activité extractive.    L’exposition de l’homme aux agents toxiques se fait en contact de  l’air et de  l’eau potable pollués.
  11. 11. Quels sont les produits à éliminerimpérativement, car responsables d’effets irréversibles ?  le benzène, redoutable pour la santé, toxique sélectif de la moelle osseuse en agissant sur les cellules souches il va perturber la synthèse des globules rouges, d’où l’apparition d’anémie plus ou moins irréversible. Son action sur les plaquettes va entraîner des troubles de la coagulation, mais surtout son impact sur les globules blancs peut aboutir à leur reproduction anarchique, d’où l’apparition de leucémies.  Le formaldéhyde e n plus de puissante s propriétés irritantes et allergisantes est chez l’Homme un cancérogène oro-laryngé et serait impliqué dans l’apparition de leucémie.  L’oxyde d’éthylène, do nt o n co m pre nd m al la pré se nce dans le s fluide s de
  12. 12.  l’acrylamide, e n plus d’ê tre un ne uro to xiq ue pé riphé riq ue (po lyné vrite ), il est aussi un cancérogène chez l’Homme, ce qui n’est pas le cas des gels de po lyacrylam ide , co uram m e nt utilisé dans le s liq uide s de fracturatio n.  la silicecristalline(SiO 2)n q ui e xiste so us diffé re nte s fo rm e s (Quartz , cristo balite ), c’e st un irritant et fibrosant pulmonairepuissant (silicose…), mais aussi un cancérogène bronchique qui intervient à l’état de poussières.  L’acidesulfuriqueco nce ntré e st un cancérogènebronchiquechez l’Homme (uniquement sous formed’aerosol)
  13. 13. Quels sont les produits préoccupants pourla santé et qu’il faudrait substituerpar des composés moins toxiques ?  reprotoxiques : les éthers deglycol, l’acideborique, formamides  hématotoxiques , en plus du benzène et de l’oxyde d’éthylène déjà pris en compte comme cancérogènes avérés chez l’Homme, il faut placer le 2- buto xyé thano l (2-BE), un é the r de g lyco l q ui fait é clate r le s g lo bule s ro ug e s entraînant de l’anémie et des troubles rénaux.  neurotoxiques puissants (le groupe des BETEX, le m é thano l, l’acrylam ide , … ).  hépatotoxiques (trichlo o ré thylè ne , pe rchlo ro é thylè ne , chlo rure de benzyle,…)  néphrotoxiques (é thylè ne - g lyco l, dié thylè ne -g lyco l, … ).  immunotoxiques allergisants: fo rm aldé hyde e t le g lutaraldé hyde , ainsi q ue le sulfate de nicke le t le chlo rure chro m iq ue .
  14. 14. Symptomatologie et signes d appel  L’étude entreprise dans le Colorado, auprès de 5000 personnes vivant pour la plupart dans un rayon de200 m autour des puits a conclu à une exposition significative aux polluants. L’apparition de symptômes, troubles respiratoires, allergies, maux de tête, saignement de nez, spasmes musculaires, étourdissements,  diarrhées, ont incités les services sanitaires à des analyses de l’air puis a des analyses de sang dans lesquelles des taux largement supérieurs à la normale ont été signalés,  autre fait inquiétant le  décès prématurés de bétail et l’apparition surprenante de pluies d’oiseaux morts,  Les investigateurs ont proposé plus de 70 recommandations pour réduire ces impacts, mais le rapport n’a jamais été finalisé du fait que la société
  15. 15. POLLUTION DE L AIR POLLUTION DE L EAU L’impact sur l’environnement
  16. 16. Pollution de l air DIRECTE  Par l’évaporation des substances chimiques incorporées dans les liquides de fracturation au cours des différentes étapes d’exploitation des gisements.  Sont retrouvés dans l’air des polluants atmosphériques divers : Hydrocarbures composés organiques volatils (COV) comme le benzène,, NOx, SOx, O3, particules variées… .  par les torchères, par  la fuite des gaz au niveau des sites d’extraction et lors de leur acheminement dans les pipelines,  Par les particules fines des diesels des camions  évaporation des produits chimiques récupérés dans
  17. 17. Pollution de l air Directe  La voie principale de contamination par l’air est l’inhalation, mais la pénétration par la peau n’est pas à négliger pour certaines substances.
  18. 18. Pollution de l airINDIRECTE réchauffement climatique: Méthane  Pourrait dépasserde 20% celui du charbon !! Ceci serait du aux fuites deméthanedurant la fracturationlelongdes conduits cimentés  en moyenne 22 fois « plus efficace »que le CO2, commegaz àeffet deserre!!
  19. 19. Contamination des nappes phréatiques  par les produits chimiques contenus dans les liquides  de fracturation hydraulique: Acides, anticorrosifs, antibactériens, gélifiant, surfactants, etc. ( Et autre Cocktail formés a l intérieur des puits)  la présence dans les eaux de forages récupérées • de  minerais radioactifs provenant des couches profondes • de nombreux métaux (Fer, Cuivre, Manganèse, Argent, Mercure, Plomb, Cadmium,…) et autres substances (Arsenic, Antimoine, Sélénium…), présents dans les roches à l’état de sulfures qui peuvent être libérés sous
  20. 20. Pluied’oiseauxdans l’Arkansas fin 2010  bacté rie s fo ssile s q uasi-anaé ro bie s: H2S tue plus rapide m e nt q ue le CO , ane sthé siant puissant du ne rf o lfactif
  21. 21. Mort de vaches en Louisiane
  22. 22. colonies Desulfovibrio desulfuricans
  23. 23. Tout semble se passercomme si la zone de fracturation se comportait comme un réacteur chimique, dans lequel divers produits chimiques réagissent les uns surles autres, le tout en présence de catalyseurs minéraux.
  24. 24. Exemples de réactions  Formation du N-Oxyde de 4-nitroquinoleine paroxydation de la 4-Nitroquinoleine en présence de Peroxyde d’hydrogène H2O2  hydrocarbures halogénés (chlorure de méthyle, bromure de méthyle, 1,4- dichlorobutane, 2- fluorobiphényle…): hydrocarbures initiaux+ halogénants  Hydrolyse de l’Oxyde d’éthylène en Ethylène- glycol.
  25. 25. Contamination des nappes phréatiques par le Méthane  Les scientifiques connaissent la toxicité du méthane sur l’homme après inhalation (asphyxiant), mais ils ignorent les conséquences de son ingestion.  Une contamination de l’eau semblerait  se faire par le méthane, produit de l’extraction de la roche de schiste.   Grâce à des signatures isotopiques du méthane, a pu être déterminé que celui-ci provenait de zones plus profondes . Cette origine profonde (zones de fracturation) du méthane est confirmée par la présence d’autres gaz à chaine plus longue qui sont des marqueurs de la production profonde.  Le mécanisme de la migration du méthane le plus probable serait que des micro-failles se seraient créées permettant le passage du méthane vers les
  26. 26. Il est stupéfiant d’apprendre que la concentration du méthane dans l’eau de consommation est parfois de l’ordre de 1mg /litre, ce qui constitue un facteur de risques d’explosion et d’incendie très important et qui a obligé à mettre en place localement des mesures de prévention (dégazage de l’eau, distribution d’eaux
  27. 27. Risque de seimes et de catastrophes
  28. 28. Seimes  Corrélation établie entre exploitation de gaz de schistes et tremblement en Californie
  29. 29. incendiesurunpuits d’extraction USA
  30. 30. Explosion surun chantier d’extraction. Marcellus shale
  31. 31. Chantierd’extractionavec bassinde rétentionMarcellus shale
  32. 32. Utilisation de quantité astronomique d’ eau
  33. 33. L’utilisation de quantité astronomique d’eau  Risque majeur: la pollution de l’eau  Volume à injecter par fracturation hydraulique 10 à 15 000 m3 (soit environ 5 piscines olympiques)  Chaque puits demande 8 à 15 fractures…  Pour être rentable, il faut 10 à 15 puits/km² = plusieurs millions de m3 d’eau par km  Soit entre 15 et 20 millions de m3 par
  34. 34. BULLE SPÉCULATIVE La non rentabilité de cette technique
  35. 35. La non rentabilité de cette technique  Production à très faible durée de vie. Le rendement d’un puits de gaz de schiste décroche de 60 à 90 % au terme de sa première année d’exploitation.  Dans le gaz Naturel il y a plus de 90% de méthane alors que dans les gaz de schiste il n’y a pas que du méthane. D’autres éléments y sont présents comme l’azote et le gaz carbonique. Ce qui rend sa liquéfaction extrêmement onéreuse pouvant augmenter
  36. 36. Le rapport d'investissement conventionnel/ non conventionnel   Pour la même quantité de gaz récupérée  10 puits non conventionnels = 1 puits conventionnel  1 puits = 18 millions de $  10 puits = 180 millions de $  En moyenne 10 frac par puits  1 frac > 150 à 250 000 $  Le nombre de puits est important : 3 puits/km² minimum  Coefficient de récupération  en moyenne de 15/20% et exceptionnellement 30%, ce qui donnerait entre 3000 et 4000 milliards de mètres cubes gazeux commerciales pour l’Algérie??
  37. 37. La non rentabilité de cette technique  Rentabilité de l’exploitation des gaz des gaz de schistes non prouvée  Ex Etats-Unis, prix de vente: - 7 à 8 dollars le BTU (British Thermal Unit) en 2008 - à moins de 3 dollars en 2012. - Prix de revient 10 - 11 $
  38. 38.  Juillet 2012 Exxon Mobil M. Tillerson a tenu un discours presque larmoyant devant le Council on Foreign Relations (CFR), l’un des think tanks les plus influents du pays : « O n e st to us e n train d’y laisse r no tre  che m ise .  O n ne   g ag ne  plus d’arg e nt.  To ut e st dans le  ro ug e   »  Chesapeake Pourtant pionnière dans la course aux gaz de schiste, n’échappe pas non plus à la bulle. Ecrasée sous le poids de ses dettes, l’entreprise américaine a dû mettre en vente une partie de ses actifs — des champs gaziers et des pipelines pour une valeur totale de 6,9 milliards de dollars — afin d’honorer les traites de ses créanciers  la compagnie gazière britannique BG Group se voyait acculée à une « dé pré ciatio n de  se s actifs dans le  g az  nature l am é ricain à haute ur de   1 , 3 m illiard de  do llars »,  synonyme de« baisse  se nsible  de  se s bé né fice s  inte rm é diaire s »    Le 1er novembre 2012, la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell a enchaîné trois trimestres de résultats médiocres, avec une baisse cumulée
  39. 39. Financial Tim e s  du 6 mai 2012     Les producteurs de gaz de schiste avaient dépensé des montants « de ux,   tro is,   q uatre ,   vo ire  cinq  fo is supé rie urs à le urs fo nds pro pre s  afin d’acq ué rir de s te rre s,  de  fo re r de s puits e t  de   m e ne r  à  bie n  le urs  pro g ram m e s ».  Pour financer la ruée vers l’or, il a fallu emprunter des sommes astronomiques « à de s co nditio ns  co m ple xe s e t e xig e ante s »
  40. 40. King &  Co ll (revue Ene rg y Po licy)  Surévaluation de 1/3 des réserves mondiales d’énergies fossiles : 850 milliards de barils au lieu de 1300 milliards. Selon les auteurs, « si  d’im m e nse s  q uantité s  de   re sso urce s  fo ssile s  re ste nt  ce rtaine m e nt  niché e s  dans  le s  pro fo nde urs  de   la  Te rre ,   le   vo lum e   de   pé tro le   e xplo itable  aux tarifs q ue  l’é co no m ie  m o ndiale  a  l’habitude   de   suppo rte r  e st  lim ité   e t  vo ué   à  dé cline r à co urt te rm e ».  Ils récusent donc catégoriquement l’idée selon laquelle l’exploitation des gaz de schiste pourrait
  41. 41. Quelques exemples USA ANGLETERRE CANADA
  42. 42. Etats-Unis  Le sous sol appartient au propriétaire du sol  Boum après la crise de 2008: endettement, nécessité de créer des emplois…  Le gouvernement fédéral américain a longtemps subventionné les sociétés GDS : choix géostratégique et non économique.
  43. 43. Etats-Unis… Mars 2010: Le Congrès américain a mandaté l’US EPA pour réaliser une étude «exhaustive« visant à déterminer les impacts des activités de fracturation hydraulique horizontale sur les sources d’approvisionnement en eau potable  Puits contaminés en Pennsylvanie en 2008-2009, Wyoming 2009, dans le Clorado….. - phénol, benzène, naphtalène et adamantane ont été détectées dans certains puits. - Des hydrocarbures totaux, dérivés du pétrole. - Les concentrations en plomb, en phtalates et en nitrates excédaient parfois les recommandations américaines. - La présence de 2- butoxyéthanol phosphate (2-BEP) a également été rapportée.  Les aquifères de Californie contaminés par des milliards de litres d’eaux usées de fracturation … en pleine sécheresse Publié: 9 octobre 2014 dans énergie climat,  forage d'hydrocarbures, gaz de schiste  Séismes en Californie  étude UMMissouri: confirmation du rôle reprotoxique
  44. 44. En Grande-Bretagne  Seulement 3 entreprises se sont investies dans ce secteur  Les balbutiements de l’exploitation  Une étude publiée l’université de Manchester conclut à un risque significatif de contamination des sols et des eaux de surface.
  45. 45. Au Canada  Janvier 2011 Ministère des Ressources naturelles du Québec a confirmé des fuites de gaz dans plusieurs puits (risque d’explosion)  A la demande du ministère de la Santé, l’INSPQ a produit un rapport en janvier 2011 sur les risques liés à l’extraction de gaz de schiste. Le rapport conclue à un manque cruel d’informations et recommande une évaluation complémentaire pour bien évaluer les différents risques inhérents à l'exploitation du gaz de schiste.
  46. 46. Algérie et Gaz de schistes?
  47. 47.  L’Algérie se propose d’investir 12 milliards ??? de dollars pour le développement des gaz de schistes sur une zone de 180 000 km2
  48. 48. L’utilisation de quantité astronomique d’eau L’Algérie est un pays en stess hydrique. Plus de 90% de surfaces arides Selon l’UNESCO les ressources en renouvellement en eau par habitant sont de 1000 m3 donc l un des plus faible, rendant l’Algérie comme étant une des terres les plus sèches dans les prochaines années. Nécessité d’une politique optimale de gestion de l’eau et des ressources hydriques
  49. 49. L’utilisation de quantité astronomique d’eau  Le stress hydrique va être exacerbé, car en forant au minimum un puits par km2 , ce sont entre 1.800.000.000 à 3.600.000.000m3 d’eau qui vont être injectés  9 à 18 millions de m3 de produits chimiques vont polluer le sol et le sous-sol
  50. 50.  Fin février 2014, le ministre de l’énergie et des mines déclare que «l’Algérie est classée au troisième rang mondial en termes de possession d’hydrocarbures non conventionnels», c’est-à-dire, en pétrole et gaz de schiste, entre autres.  L’exploitation du gaz de schiste est autorisée en Algérie depuis la révision de la loi sur les hydrocarbures en mars 2013.  En réalité des travaux d’exploration ont été lancés dans le bassin de l’Ahnet (Ain Salah),
  51. 51. Rapport de l’AIE de 2013 réserves en Schistes Pays Réserves Billions M3 Chine 32 l’Argentine 23 l’Algérie 20 les USA 19 le Canada 16 le Mexique 15 l’Australie 12 l’Afrique du Sud 11 la Russie 8  Brésil   7 Total 207
  52. 52. Ouverture des plis le 30 septembre 2014 (4/31)  STATOIL / SIGMA/ SHELL : le périmètre est l’exploitation de TIMMISIT dans le bassin d’Illizi sur 2 730 Km2  REPSOL / SHELL: parcelle Boughzoul  ANADARCO et ENIE dans la course  SONATRACH Programme « en cours » de forage de 11 puits bassin d’Ahnet et d’Illizi (jusqu’en 2021/2027)  France ? une loi promulguée le 13 juillet 2011 interdit ce type d’exploitation en France
  53. 53. zones habitées par près de 1,5 million d'habitants.
  54. 54. Etendue de la nappe albienne
  55. 55. La nappe albienne est l’un des plus grand réservoir d’eau douce souterraine au monde avec près de 40.000 milliards de mètres cube. Pays % Algérie 70 Libye 20 Tunisie 10
  56. 56. UNESCO Patrimoine Mondial - Ahaggar (Tamanrasset) 1982 PMC - La région du Mzab 1982 PMC Biens soumis à la Liste indicative 2002 - Les oasis à foggaras et les ksour du Grand Erg Occidental
  57. 57. En Algérie ????????????????  L entêtement a aller vers les schistes « Fuite en avant »  Quel est le cout réel de l’exploitation par fracturation hydraulique partant de celui du forage conventionnel?  Quelle est le cout de la facture environnementale qui n’est toujours pas évaluée et intégrée? par qui sera-t-elle prise en charge? Rapport de la banque Mondiale ?  N’allons nous pas vers de sérieux problèmes de mécontentement des populations locales dans un contexte régional difficile?  Comment assurer la sécurité des forages sur des milliers de Km2?
  58. 58. Appel a Moratoire gaz de schistes Algérie  La nécessité d’un moratoire et d’une commission indépendante sur la question des gaz de schistes par fracturation hydraulique en attendant des process plus respectueux de l’environnement et de la biodiversité,  Et l’urgence de réactiver le Haut Conseil à l’Energie et d’impulser un débat national sur l’avenir économique et énergétique de l’Algérie, impliquant tous les acteurs de la société algérienne dans la transparence la plus totale.
  59. 59.  Génération de l indépendance: libération de l Algérie  Génération de 1962-2015: développement de l’Algérie exclusivement a partir de la rente pétrolière. Il est temps de penser aux générations futures. Pensera l’équité intergénérationnelle.  Les richesses non conventionnelles doivent servir les générations futures a conditions que leur extraction ne présente aucun risque dans le futur.
  60. 60. Notre réalité aujourd’hui Le baril de référence (WTI) pour livraison en janvier a chuté de 2,14 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 57,81 dollar... Nécessité de diversifiernotre économie et nos ressources énergétiques
  61. 61. Série de 210 essaies nucléaires
  62. 62. Enfouissement CO2. Un des rares site au monde a Ain Salah
  63. 63. Responsabilité Sociale des Entreprises Doit être incluse dans les contrats
  64. 64. DES VOIES DE SOLUTIONS - ÉCONOMIE SOCIALEMENT RESPONSABLE ET ÉQUITABLE - DÉVELOPPEMENT DURABLE - ÉCONOMIE DE L EAU - MIXÉNERGÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT DES SOLUTIONS ÉNERGÉTIQUES DE FAÇON SPÉCIFIQUES - ÉCONOMIE D’ENERGIE - SORTIE DE LA DÉPENDANCE ÉCONOMIQUE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
  65. 65. Sources  L’Association Toxicologie-Chimie (France) ATC. L’EXPLORATION ET L’EXPLOITATION DES HUILES ET GAZ DE SCHISTE OU HYDROCARBURES DE ROCHE-MERE PAR FRACTURATION HYDRAULIQUE dans son rapport publié en Mai 2011; André PICOT Toxicochimiste Directeur de recherche honoraire CNRS, Expert français honoraire auprès de l'Union Européenne pour les Produits chimiques en Milieu de Travail, Président de l'Association Toxicologie-Chimie (Paris), Paris, Décembre 2012  Rapport d’avril 2011 de la commission de l’énergie et du commerce commandée par un groupe minoritaire de la chambre des représentants du congrès des Etats Unis. PRODUITS CHIMIQUES UTILISÉS POUR LA FRACTURATION HYDRAULIQUE  Rapport de l’agence américaine de protection de l’environnement EPA  Institut National De Santé Publique Du Québec Mise a jour État des connaissances sur la relation entre les activités liées au gaz de schiste et la santé publique  Estrogen and Androgen Receptor Activities of Hydraulic Fracturing Chemicals and Surface and Ground Water in a Drilling-Dense RegionChristopher D. Kassotis1, Donald E. Tillitt2, J. Wade Davis3,Annette M. Hormann1, and Susan C. Nagel, December 16, 2013  La sonnette d’alarme des experts algériens et de la société civile
  66. 66. CE N EST PAS PARCE QUE L’EXPLOITATION DES GAZ DE SCHISTES EN ALGÉRIE VA SE FAIRE LOIN DES YEUXQU’ELLE SE FERA LOIN DES CONSCIENCES DrSabrina RAHMANI

×