XIXème SESSION DE FORMATION EN MAINTIEN DE LA PAIX ETRECONSTRUCTION POST CRISELA RUMEUR : QUEL IMPACT SUR LA COHESION SOCI...
1S O M M A I R EINTRODUCTION………………………………………………………………… 2I) DEFINITIONS ET CARACTERISATION…………………………………… 2II) RUMEURS ET COH...
2INTRODUCTION« Il parait que…. On m’a dit que ». La rumeur est considérée comme étant le plus vieuxmédia du monde. Répandu...
3appréhenderons la rumeur comme une information non vérifiée qui circule. En clair, c’est lafausse information.La cohésion...
4est gourmande, ceux qui la propagent font comme s’ils sont dans le secret des dieux ; ilsmanipulent déforment ou inventen...
5II.3) La rumeur, un danger pour la cohésion socialeLa majorité des rumeurs sont produites spontanément, elles ne sont pas...
6Les frustrations nées des conséquences fâcheuses de la diffusion des rumeurs peuvent si l’onn’y prend garde conduire à un...
7est dattirer lattention du client. Si une information permet dattirer lattention, alors levendeur, en loccurrence la pres...
8CONCLUSIONLa rumeur est un véritable phénomène social très difficile à maîtriser. Comme on vient del’analyser aucune sphè...
9RECOMMANDATIONSLes journalistes se doivent de se conformer aux règles d’éthique et de déontologie de leurmétier afin de c...
10BIBLIOGRAPHIE1. Michel-Louis Rouquette, Propagande et citoyenneté, PUF, coll. « psychologie sociale »,2004. Page 12. Sou...
11ANNEXEEXEMPLES DE « UNES » RELATIVES A LA RUMEUR
12TABLE DES MATIERESINTRODUCTION………………………………………………………………… 2I) DEFINITIONS ET CARACTERISATION…………………………………… 2I.1) Définitio...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rumeur correction 21 06 13 1

567 vues

Publié le

La rumeur est un véritable phénomène social, politique et religieux, elle a joué un rôle d’amplificateur dans les différentes crises qu’a connu la Côte d’Ivoire au cours de la dernière décennie. Aujourd’hui aucune sphère de la société n’échappe aux effets néfastes et dévastateurs de ce mal pernicieux. Nous avons décidé de nous intéresser à ce sujet afin de montrer comment la rumeur peut mettre à mal la cohésion sociale dans un premier temps et deuxièmement faire des recommandations pour une meilleure gestion des rumeurs afin de préserver la cohésion sociale et renforcer la réconciliation nationale

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
567
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rumeur correction 21 06 13 1

  1. 1. XIXème SESSION DE FORMATION EN MAINTIEN DE LA PAIX ETRECONSTRUCTION POST CRISELA RUMEUR : QUEL IMPACT SUR LA COHESION SOCIALEPrésentés par : Encadreur :KATTIE JEAN-BAPTISTE DALLY MUSTAPHADIAKITE SOULEYMANE
  2. 2. 1S O M M A I R EINTRODUCTION………………………………………………………………… 2I) DEFINITIONS ET CARACTERISATION…………………………………… 2II) RUMEURS ET COHESION SOCIALE : QUELS LIENS ?…………………. 4III) GERER LA RUMEUR…… COMMENT ?........................................................ 6CONCLUSION ………………………………………………………………………….. 8RECOMMANDATION…………………………………………………………………. 9BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………. 10ANNEXE…………………………………………………………………………………. 11TABLE DES MATIERES………………………………………………………………. 12
  3. 3. 2INTRODUCTION« Il parait que…. On m’a dit que ». La rumeur est considérée comme étant le plus vieuxmédia du monde. Répandue généralement par une seule personne, la rumeur est boulimique,c’est-à-dire qu’elle se nourrit de l’interprétation de plusieurs personnes, elle est grossie puisdéformée.La rumeur est un véritable phénomène social, politique et religieux, elle a joué un rôled’amplificateur dans les différentes crises qu’a connu la Côte d’Ivoire au cours de la dernièredécennie. Aujourd’hui aucune sphère de la société n’échappe aux effets néfastes etdévastateurs de ce mal pernicieux. Nous avons décidé de nous intéresser à ce sujet afin demontrer comment la rumeur peut mettre à mal la cohésion sociale dans un premier temps etdeuxièmement faire des recommandations pour une meilleure gestion des rumeurs afin depréserver la cohésion sociale et renforcer la réconciliation nationale.Il s’agit pour notre part de montrer comment la rumeur peut impacter négativement sur lacohésion sociale et d’égrener les défis pour la société ivoirienne encore fragilisée par ces dixdernières années de crise continue. Notre travail va consister à définir ce que sont la rumeuret la cohésion sociale, ensuite à définir le lien qui existe entre la rumeur et la cohésion. Puisnous ferons des recommandations pour une meilleure gestion de la rumeur afin de préserverla cohésion sociale en terme de conclusion.I- DEFINITIONS ET CARACTERISATIONI.1) DéfinitionsIssu du latin Rumor - bruits vagues ; bruit qui court ; propos colportés ; opinion courante-, larumeur désigne « un processus de transmission d’une nouvelle d’intérêt général, par bouche àoreille, face à une situation d’indétermination ». En principe, une rumeur circule de personneen personne, sans qu’on ne puisse généralement identifier la source : on ne sait pas d’où ellevient, depuis quand elle existe. Dans la société ivoirienne on désigne la rumeur par des termesingénieux les uns que les autres. « Bruits de couloir », « Radio Treichville »,« affairages.com ». La diversité des mots désignant la rumeur montre comment cephénomène est une réalité vivante dans la société ivoirienne. Pour notre part, nous
  4. 4. 3appréhenderons la rumeur comme une information non vérifiée qui circule. En clair, c’est lafausse information.La cohésion sociale quant à elle, désigne l’état d’une société, d’un groupe ou d’uneorganisation où les liens sociaux sont intenses, pacifiques et équilibrés. L’intensité, lecaractère peu conflictuel et équilibré des relations sont favorisés par l’attachement desmembres du corps social à des valeurs reconnues de tous et au respect de règles de viecommunes acceptées de tous.La cohésion sociale se construit par la promotion des échanges entre groupes culturelsdifférents. Ce brassage culturel a pour but de minimiser les disparités culturelles. Dans le casde la Côte d’Ivoire, le pays soigne encore ses blessures nées des crises des dix dernières nées.La rumeur va raviver les blessures nées des différentes crises à travers la diffusion de faussesinformations pour maintenir une situation de tension entre les membres de la société. Ce quiva mettre en mal la cohésion sociale et créer des conditions favorables à la résurgence d’unenouvelle crise.I.2) Caractéristiques de la RumeurOn constate que les individus ou groupe sociaux qui s’adonnent à la rumeur ont un intérêt à lefaire. Ils ont des alibis conscients ou inconscients, individuels ou collectifs à orchestrer cesrumeurs. En général la rumeur créée ou entretient des situations de crise. Egalement elle peutservir de technique d’influence dans les stratégies de diversion. Aussi utilise-t-on la rumeurpour intoxiquer pour obtenir une ou plusieurs réactions. La rumeur sert aussi à manipuler lespopulations et à maintenir en état d’alerte des populations ciblées à savoir des groupes dejeunes, des militants politiques, des soutiens qui seront déjà prédisposés à suivre le mot« d’ordre ».La rumeur est un mot aux multiples facettes se rapportant a des réalités diverses. Ainsi elledésigne une fausse information, une fiction, des manœuvres de désinformation, lapropagande, la théorie du complot, la légende urbaine ou contemporaine. La majorité desrumeurs sont produites spontanément, elles sont le fruit dun mensonge, de "paroles en lair"dont un individu, un groupe ou une société se saisit pour diverses raisons, et lamplifie ainsi.La rumeur se base souvent sur des légendes, des préjugés. On ignore souvent qui lance larumeur. La rumeur elle-même se présente comme une histoire à prétention de vérité qui prendsouvent des allures de révélations. Dès lors, elle est imprévisible et incontrôlable. La rumeur
  5. 5. 4est gourmande, ceux qui la propagent font comme s’ils sont dans le secret des dieux ; ilsmanipulent déforment ou inventent des faits. On les appelle dans le jargon ivoirien des« aggrave affaire ».II- Rumeurs et Cohésion sociale : Quels liens ?II.1) La sortie de Crise en Côte d’Ivoire à l’épreuve de la rumeurDans un contexte de sortie crise comme celui de la Côte d’Ivoire la rumeur peut engendrerdes situations incontrôlables et susciter des réactions émotionnelles et passionnelles. Elleinhibe toute réflexion rationnelle et empêche un raisonnement basé sur des évidences et despreuves. En définitive, elle met à mal les préoccupations des populations que sont : le retourdéfinitif à la paix, la réconciliation nationale, la cohésion sociale et le dialogue entre lesdifférentes sensibilités. Car la rumeur accentue ou entretient la méfiance. Elle provoque unepsychose sécuritaire.II.2) Les Médias et la RumeurEn temps de crise, le journaliste est d’avantage sujet à la manipulation. Comme le ditun contemporain « la vérité sort du navire partout où s’installent crises, conflits et guerre ».En Côte d’Ivoire, plusieurs medias ont promu la rumeur au détriment des principes d’éthiqueet de déontologie du métier du journaliste. Exemple de diversion : l’annonce de la mort deChirac après la défaite des éléphants battus 2 à 3 par Les lions indomptables du Camerounlors des matchs éliminatoires de la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. L’intelligentd’Abidjan dans sa parution du 04 septembre 2005 barre à sa une ; « LES IVOIRIENSBATTUS FETENT LA FIN DE LA GUERRE ». Coïncidence ou échappatoire ? Juste aprèsla défaite des Eléphants face aux Lions indomptables, les Ivoiriens se sont échauffés à larumeur de la mort de Chirac, pour crier à la fin de la guerre «Chirac est mort, la guerre estterminée", les Ivoiriens n’auront pas eu le temps de diriger la défaite cuisante ». Cette rumeurde la mort du président français fut un exutoire pour le ou les auteurs de cette rumeur pourapaiser et soulager la douleur des populations ivoiriennes après la défaite cuisante de leuréquipe nationale.
  6. 6. 5II.3) La rumeur, un danger pour la cohésion socialeLa majorité des rumeurs sont produites spontanément, elles ne sont pas le fruit dun complotmais dun mensonge, de "paroles en lair" dont un groupe ou une société se saisit, pourdiverses raisons, et lamplifie ainsi. La rumeur offre parfois une explication simplifiée etrassurante de certains problèmes de société, ce qui explique ainsi son succès.Ces explications se limitent souvent à la désignation dun responsable (ou plutôt dun boucémissaire), avec une "raison" fausse mais que, pour cause de préjugés, on a envie de croire.Un certain nombre de rumeurs, notamment à lapproche délections, sont crééesintentionnellement dans le but de discréditer un adversaire politique, ou encore de faire passerun programme politique. Exemple de rumeur diffusée ces jours-ci à Abidjan par SMS ou dubouche à oreilles. « Rafle générale à Abidjan à partir de 22 heures, que vous ayez vos piècesd’identité ou pas, les militaires vous mettront en prison ». Résultat : Psychose au sein de lapopulation. Cette information sera démentie par la Direction Générale de la Police Nationalequelques jours après sa diffusion. Le temps écoulé entre le démenti de l’information et sadiffusion a occasionné des situations fâcheuses. Ainsi les commerces et boutiques ont fermétôt leurs portes ; les populations sont restées terrées chez elles. Plus personne ne s’aventuredehors après 20 heures. Les Forces Républicaines de Côte d’ivoire chargées de protéger lapopulation sont présentées comme les bourreaux de ceux qu’elles sont censées protéger. Cettediffusion de rumeur de rafles générales va contribuer à dresser la population contre son armée.Les activités économiques sont au ralenti du fait de cette situation. Constat un grand manque àgagner chez ces opérateurs économiques du fait de cette situation. Les pertes économiquesnon chiffrées restent importantes aux dires des commerçants et restaurateurs du districtd’Abidjan.Pendant toute la période de diffusion de cette information, Abidjan ressemblait à une villemorte à partir de 20 heures. Cette rumeur de couvre-feu sème la peur et l’insécurité dans latête des abidjanais. Au plan social la rumeur va fragiliser la paix sociale et distendre les liensde la réconciliation. Du coup une ambiance délétère va s’emparer de la ville d’Abidjan etcréer une véritable psychose au sein des populations. Cela aura pour corollaire d’accentuer ladivisons entre la population et son armée. Conséquence, les liens de la cohésion sociale setrouvent distendus, et fragilisés.
  7. 7. 6Les frustrations nées des conséquences fâcheuses de la diffusion des rumeurs peuvent si l’onn’y prend garde conduire à une nouvelle fracture sociale. C’est ce qu’attestent cesinformations publiées à la une du quotidien Nord Sud en sa parution du 28 septembre 2007 :« Affrontements meurtriers entre Lobis et Koulangos Carnage à Bondoukou 8 morts, 21blessés »« […] Ce carnage est parti mardi dernier d’une rumeur faisant état de l’assassinat d’un Lobipar des populations Koulango de la Marahui. Comme une traînée de poudre, cette rumeurs’est répandue jusqu’à Assondougou. La réaction des habitants de ce campement Lobi nes’est pas fait attendre. Armés de machettes, de flèches, de fusils et de gourdins, un groupe deLobis s’est rendu à Marahui pour venger le présumé mort. […] ». Auteur : Jean MichelOuattara, correspondant régional.Cette situation dépeinte par le correspondant de nord sud quotidien montre comment larumeur peut occasionner des conflits communautaires qui vont entrainer des mortsd’hommes. Une telle situation à n’en point douter va fragiliser la cohésion communautaireet accentuer la fracture sociale. En clair, le vivre ensemble devient un mirage et laréconciliation s’en trouve en panne. Ainsi la rumeur va créer des conditions favorables à unembrasement social et à la fragilisation de la cohésion sociale. Mais est-il possible d’arriverà pouvoir faire taire une rumeur ? Dit autrement comment lutter contre la rumeur ? !III- Gérer la Rumeur….. Comment ?Pour arriver à gérer une rumeur, il faudrait arriver à savoir à travers quels canaux decommunication elle se répand.III-1 La rumeur du bouche à OreilleLa rumeur du bouche à oreille est l’œuvre généralement d’une personne, et au fur à mesureelle s’amplifie, d’un individu à un autre, en ayant toutes les chances dêtre déformée en coursde route, sans possibilité de vérifier sa véracité en bout de chaîne. Quiconque veut remettre encause la véracité de l’histoire, trouve toujours quelqu’un pour soutenir mordicus que l’oncledu cousin de l’ami d’une amie l’a vécue personnellement.III.2 - La rumeur à travers les médias, les réseaux sociaux et les SMSLes fausses informations, erreurs journalistiques et manœuvres de désinformation sontmonnaies courantes en Côte d’Ivoire. Dans le processus de vente, lune des premières étapes
  8. 8. 7est dattirer lattention du client. Si une information permet dattirer lattention, alors levendeur, en loccurrence la presse, peut choisir de relayer cette information, même si cettedernière nest pas vérifiée. De cette manière, les médias peuvent jouer un rôle damplificateurdans la propagation dune rumeur.Si la rumeur est amplifiée par les médias, elle l’est encore plus par les réseaux sociaux et lesSMS vu l’ampleur de l’utilisation informatique. Exemple de rumeur véhiculée par SMS :« 2055FK01, c’est le matricule d’un taxi compteur .Attention, c’est un assassin de grandchemin, il est armé ». Résultat : Psychose au sein de la Population. Il a fallu que les autoritéspolicières passent à la télévision pour expliquer qu’il s’agissait d’un règlement de comptespour que cela cesse.III. 3- Faire taire la rumeur……………Une fois que la rumeur est lancée, il est très difficile de vérifier les faits et encore plus del’arrêter. Alors il faut tout de suite :Intervenir dès le début de la rumeur et si elle s’avère exacte et qu’elle représente un dangerpour le processus de sortie de crise et pour la cohésion sociale, il faut trouver un équilibreentre ce qui peut être dévoilé sans dommages et ce qui doit être confidentiel.Communiquer, il faut absolument communiquer, car le silence peut être perçu comme uneconfirmation de la rumeur, rétablir la véracité des faits, étouffer, annuler, anéantir l’impact dela rumeur. N’accorder de crédit qu’aux informations vraies.Information entendue ici au sens de nouvelles ayant une signification pour le temps présent,utile, exacte et vérifiable. Pour éviter de se faire manipuler, il y a des éléments qui doiventnous interroger. Utiliser le discernement et son sens critique pour se mettre à l’abri desrumeurs. Notre doute doit être renforcé chaque fois que nous sommes en présence d’uneinformation qui ne nous indique pas le nom de son auteur, le lieu où elle s’est déroulée; lemoment ou elle a eu lieu. En clair lorsque on est dans le domaine du secret, cest-à-dire qu’onn’a au final ni de signature ni à identifier de source précise. Devant une rumeur se poser laquestion et si c’était faux.
  9. 9. 8CONCLUSIONLa rumeur est un véritable phénomène social très difficile à maîtriser. Comme on vient del’analyser aucune sphère de la société ne lui est inaccessible. Et ses conséquences sontravageuses pour la société. En effet plusieurs conflits sont nés de rumeurs et ces conflits ontconduit à des pertes en vies humaines et à la destruction de matériels et de biens. Certes, lacommunication informelle est très difficile à maîtriser, parce que nul ne peut savoir qui est levecteur de la rumeur, néanmoins l’Etat doit être en mesure de contrôler la communicationformelle (les médias) à travers l’adoption de textes de lois punissant sévèrement la diffusionde fausses informations et le colportage de ragots.
  10. 10. 9RECOMMANDATIONSLes journalistes se doivent de se conformer aux règles d’éthique et de déontologie de leurmétier afin de cesser d’être des amplificateurs des rumeurs. La publication d’informationsnon vérifiées et de source inconnue incitant à la haine, aux meurtres, à la violence fragilisentdavantage la société et met en mal la cohésion sociale. Il est impérieux que tous nous disionsnon aux rumeurs par notre engagement à faire la promotion d’informations de qualitévérifiable et vérifiée. Egalement en renforçant notre sens critique avec toujours desquestionnements sur des informations étranges. Pour terminer, il faut intervenir promptementcontre la rumeur à travers des démentis et des déclarations. Si la rumeur est exacte et menacela cohésion sociale ou la sécurité nationale, user de tact pour trouver le bon équilibre entre cequi peut être révélé sans danger et dommage et ce qui doit rester confidentiel. Il faut vérifieret recouper auprès de plusieurs sources des informations de premières mains avant toutediffusion ou avant d’accepter ces informations pour vraies.
  11. 11. 10BIBLIOGRAPHIE1. Michel-Louis Rouquette, Propagande et citoyenneté, PUF, coll. « psychologie sociale »,2004. Page 12. Source : Froissart, Pascal, « La rumeur du chien. Une approche communicationnelle ».Paris: CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication », 225 pages. 19953. Source : Interpeace, Dynamiques et Capacités de Gestion des conflits à l’Ouest de la Côted’Ivoire. Le cas des Régions du Cavally et du Guémon. Groupe de réflexion hétérogène,Bloléquin, 06/10/2012.4. Source : Interpeace, Dynamiques et Capacités de Gestion des conflits à l’Ouest de la Côted’Ivoire. Le cas des Régions du Cavally et du Guémon. Rapport de Recherche participative.Groupe de réflexion avec les jeunes civils, Duékoué, 15/09/20125.5. Jean-Noël Kapferer , a et b Rumeurs, éditions du seuil ; 1998.6. Harsin, Jayson. The Rumor Bomb: A Convergence Theory of American Mediated Politics.Southern Review: Communication, Politics & Culture: 39 (1), 84-110. 2006.7. Source : Article de l’Inter, RUMEUR DE COUP D’ETAT, 2 août 2011.8. Source : Atelier Formation Radio – Aboubacar Ladji SIDIBE Administrateur Nationalchargé du Développement des MEDIAS, « Les radios privées non commerciales face au défide la rumeur de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale », Tiassalé (19-21 Février2013)
  12. 12. 11ANNEXEEXEMPLES DE « UNES » RELATIVES A LA RUMEUR
  13. 13. 12TABLE DES MATIERESINTRODUCTION………………………………………………………………… 2I) DEFINITIONS ET CARACTERISATION…………………………………… 2I.1) Définitions………………………………………………………………………… 2I.2) Caractéristiques de la Rumeur…………………………………………………… 3II) RUMEURS ET COHESION SOCIALE : QUELS LIENS ?…………………….. 4II.1) La sortie de Crise en Côte d’Ivoire à l’épreuve de la rumeur……………………… 4II.2) Les Médias et la Rumeur…………………………………………………………… 4II.3) La rumeur, un danger pour la cohésion sociale…………………………………….. 5III) GERER LA RUMEUR…… COMMENT ?........................................................ 6III-1) La rumeur du bouche à Oreille…………………………………………………... 6III.2 - La rumeur à travers les médias, les réseaux sociaux et les SMS…………………... 6III. 3- Faire taire la rumeur……………………………………………………………… 7CONCLUSION ………………………………………………………………………….. 8RECOMMANDATION…………………………………………………………………. 9BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………. 10ANNEXE…………………………………………………………………………………. 11TABLE DES MATIERES………………………………………………………………. 12

×