Le Progressiste                    1 euro             Mercredi 14 Octobre 2009 - N° 2102               La chance de la Mar...
EDITO                                       L                                             e     débat       décrédibilise ...
L’autonomie se conquiert ! VERS LE MOUVEMENT POUR LAUTONOMIE ET LE PROGRÈS (MAP)L       a demande de report de la consul- ...
Le P.P.M. et l’évolution institutionnelle.LE P.P.M., ayant choisi le statut      SANS NEGOCIATION PREALABLE             CE...
« L’assimilation a atteint ses limitesparce qu’elle a atteint son but »                                                   ...
de la culture)      et                                                        but qu’elle a atteint ses      même de l’éco...
EXPERIENCE Saint Martin : Le 74 trop vite avalé a été indigeste…                                              pant. Concer...
St. Martinn’s Week :     Ce qui a plongé la COM dans le rouge              lué…             Vous quittez l’île dimanche,  ...
Serge LETCHIMY (F-de-F) et Luc-Louison CLEMENTE(Schoelcher) à Mme PENCHARD.                 Le Progressiste - Page 9 - Mer...
POLEMIQUE              La pitoyable charge du sieur Boutrin :           POURQUOI TANT DE HAINE ?    F          aut-il que ...
n:          CONSULTATIONS DES 17 ET 24 JANVIER 2010            PREMIERE ETAPE VERS L’AUTONOMIE ?                          ...
Le devoir de citoyen  OÙ SONT LES VRAIS            N o u s    s o m m e s                       convient, de retenir la so...
collective, la victoire de                                                                                   tous les Mart...
AMENAGEMENT :     LA GESTION D’APRES « DEAN ».L’ouragan « Dean », de sinistre        trop faible ne permettant pas de     ...
GRAN NHOM PA KA WONT …. MAIS TOUT DE MEME !!!!!!                                               penser       avant,     Mes...
S. LETCHIMY AVEC M-L. PENCHARDS.Letchimy pedagogue                                                                        ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le progressiste n° 2102

610 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
610
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le progressiste n° 2102

  1. 1. Le Progressiste 1 euro Mercredi 14 Octobre 2009 - N° 2102 La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire es AUTONOMIE pag r l 16 erve ia s éc con pour la Nation Martiniquaise :Sp à NOU SAV SA NOU LE ! (Voir en pages intérieures) Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martiniquais eux-mêmes » (Dr ALIKER)
  2. 2. EDITO L e débat décrédibilise lui-même ! Insulte, juxtaposition politique d’arguments sans lien entre eux, calomnie et diffama- sur la tion lui tiennent lieu de discours et de proposition. Le question de PPM ne tombera pas dans cette polémique grossière l’évolution institu- et infamante ! L’enjeu pour la Martinique mérite mieux tionnelle de la que cela et nous avons des arguments à faire valoir Martinique bat pour étayer notre choix. son plein depuis maintenant plu- Nous laisserons donc à ces gens le champ des sieurs mois (en attaques personnelles viles et sans fondement ainsitout cas pour le PPM qui est constamment sur le ter- que les procès d’intention. Le moment venu, le peuplerain, en réunions…). Le Président de la République a saura, en peuple adulte et responsable, s’engager surannoncé le 7 octobre aux Présidents des exécutifs la voie maîtrisée de la responsabilité.régional et départemental sa décision de consulter lecorps électoral de Martinique (et non le Peuple) les 17 Les élections municipales de Rivière-Salée sont unet 24 janvier prochains. Si le libellé exact des ques- exemple de ces pratiques à bannir de la Politique,tions n’est pas encore public, on sait pour l’instant que avec la distribution de faux tracts de notre camaradele 17 janvier la consultation portera sur le passage à Daniel ROBIN !! Le peuple saléen a fait son choix, fai-l’article 74 et, en cas d’échec (déjà programmé par sant échec au « candidat du changement » pour lel’Elysée), le 24 sur l’instauration d’une collectivité second tour, aussi le candidat des opportun autono-unique gérée par une Assemblée unique. mistes, indépendantistes à géométrie variable, sortant ou rentrant leur drapeau au gré de leurs objectifs. CetSur ces questions, la position du PPM est claire ! échec est le premier d’une série qui ne manquera pasContrairement à ce qui a été entendu et lu ici et là, de suivre, en janvier mais aussi en mars ! Tant il estcette double consultation ne remet pas en cause la vrai que la situation actuelle de la Martinique, catas-proposition du PPM ; au contraire, elle en constitue la trophique sur le plan économique, est liée à l’actionpremière étape. Il nous reste à obtenir lors des négo- régionale en matière de développement ! Une actionciations de la Loi organique la prise en compte de –ou plutôt une inaction- qui conduit notre pays àl’expérimentation au titre de l’article 72-4 et s’enfoncer plus vite que nos voisins de Guadeloupel’étendue du champ et des durées d’habilitation du dans le chômage, la récession et la marginalisation de73-3. Extension déjà initiée par l’amendement notre jeunesse.Letchimy N° 46 à la Loi du Grenelle del’environnement d’octobre 2008 (amendement qui Pour sa part, le PPM prendra toute sa part aux débatsprécipite les évènements et fait sortir de sa torpeur à venir, avec dignité et responsabilité et dans le souciinstitutionnelle le président de la Région, Secrétaire permanent de l’intérêt du plus grand nombre. Nous negénéral du MIM. nous laisserons pas détourner par les sirènes, allé- chantes pour certains, d’une autonomie de conven-Pour nous, donc, les choses sont on ne peut plus tionnement organisant différemment notre dépendan-claires : les Martiniquais doivent massivement aller ce, dans le risque et la précarité !voter le 17 janvier et VOTER NON au passage pré-cipité au 74, pour avoir la possibilité de voter pour la Didier LAGUERREmise en place d’une collectivité unique au pouvoir Secrétaire Général du PPMnormatif renforcé le 24 janvier. RESULTATS DE RIVIERE-SALEE au 2eme tour du 11 octobre :Cette position, claire, construite et réfléchie, dérangebon nombre des tenants du changement non maîtrisé, André LESUEUR élu avec 404 voix de plus qu’en 2008.piloté par l’Autre. A court d’arguments pour justifier André LESUEUR (FMP) : 3322 voixleur choix et convaincre les Martiniquais de les suivre,les insultes et raisonnements honteux fleurissent, Louis-Félix DUVILLE (MIM) : 2829dans le quotidien local du 6 octobre et sur le Net. Ces 1er tour 2009pratiques d’un autre temps en disent long sur la qua- André LESUEUR 2794lité de l’argumentation de leurs auteurs, sur leur Louis-Félix DUVILLE 2519niveau de tolérance aux opinions différentes. Bref, en Daniel ROBIN 396agissant ainsi, loin de convaincre et de rallier les Rappel des résultats de mars 2008 :gens, le porte-parole d’Objectif 74 se ridiculise et se LESUEUR = 2918 – DUVILLE = 2829 – ROBIN = 396 Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 14 octobre 2009
  3. 3. L’autonomie se conquiert ! VERS LE MOUVEMENT POUR LAUTONOMIE ET LE PROGRÈS (MAP)L a demande de report de la consul- qui est une nécessaire transition avant 24 janvier 2010. tation des Martiniquais sur de passer au stade du changement Nous invitons à voter : l’évolution institutionnelle et définitif du régime politique. - NON le 17 janvier 2010 à l’article 74 telde l’élection régionale par les deux pré- que rédigésidents des collectivités de la 3°) Que le PPM a raison de demander - OUI le 24 janvier 2010 pour la créationMartinique, se solde par un échec. une modification de la Constitution pour de la collectivité uniqueEn effet, la réponse du Président de la créer les conditions d’un choix éclairé 2ème étape :République Française augure avec évi- du Peuple Martiniquais pour un change- Obtenir par le biais de la loi organiquedence des difficultés que nous ment de statut. régissant la collectivité unique, le droit àMartiniquais rencontrerons lors de la Le risque de désaveu de l’évolution ins- l’expérimentation et une habilitationnégociation de la loi organique dans le titutionnelle proposée dans le cadre de pour légiférer sur une période de 6 ans.cadre d’un changement de régime poli- l’article 74, le 17 janvier 2010, est tel,tique fondé sur l’article 74. qu’il est d’ores et déjà anticipé par 3ème étape :Cela, les Progressistes s’en sont inquié- l’organisation d’une 2ème consultation Négocier avec l’Etat la modification detés dès la 1ère réunion du Congrès le le 24 janvier 2010, en vue de la création la Constitution pour un changement de18 décembre 2008. d’une collectivité unique dans le cadre statut, dans le respect de l’égalité desAprès ce triste résultat, comment peut- de l’article 73. droits et le droit à la différence.on encore gloser sur le succès de cettedémarche ! Or, c’est justement ce que le PPM vou- 4ème étape :AUCUN report de consultation n’a été lait éviter: le rejet du principe de Aboutir à une nouvelle consultation duaccordé sinon un déplacement de l’Autonomie au travers d’un article 74 Peuple Martiniquais pour le change-quelques jours après les vacances de purement idéologique ; un “article 74 ment du régime politique de laNoël , et pendant la période du sanction” pour le Peuple Martiniquais. Martinique, garantissant l’égalité desCarnaval. La seule alternative à l’échec annoncé, droits comme socle, et ouvrant desLes élections régionales ont été MAIN- serait une fusion mécanique des deux perspectives globales de responsabilitéTENUES à leur date initiale ! collectivités. et d’Autonomie locale.Ce résultat ne peut que renforcer les Les Progressistes et Démocrates conti-incertitudes et les peurs qui entourent le Aujourd’hui, ceux, notamment les nuent le combat et sauront créer lesprocessus d’évolution demandé dans le Indépendantistes, qui se réclament de conditions nécessaires à une véritablecadre de l’article 74. l’Autonomie de l’article 74, par entête- période de transition. ment et dogmatisme ,construisent le litLA DÉMONSTRATION du statu quo et du conservatisme. Ils se Le PPM appelle à une initiative unitaireEST AINSI FAITE : glorifient de ce que le Président de la de toutes les forces démocratiques et République Française n’ait ouvert aucu- progressistes Martiniquaises dans un1°) Qu’en l’état actuel de la législation et ne possibilité à l’expérimentation, cest- Mouvement pour l’Autonomie et lenotamment de la Constitution, c’est à-dire à un processus sérieux, prudent Progrès ( MAP) dont l’objectif estl’Etat qui donne la cadence, qui fixe et responsable débouchant sur un d’obtenir, au sein de la République, unel’agenda, et qui décidera in fine du changement fondamental. région autonome dans le respect decontenu de la loi organique qui nous l’égalité des droits et du droit à la diffé-sera appliquée, et des moyens qui nous AU CONTRAIRE ! rence.seront transférés. Ceci constitue pour L’Autonomie permettant de conjuguernous un déni de démocratie. l’égalité des droits et le droit à la diffé- Le Président rence est en marche : c’est ce que nous du Parti Progressiste Martiniquais2°) Que le PPM a raison de dire que appelons la 3ème voie. Serge LETCHIMYpour éviter toute dérive et échec, il est 11 octobre 2009nécessaire d’instituer une phase Pour y parvenir, nous proposons und’expérimentation suffisamment longue processus en 4 étapes.( 6 ans) d’exercice de pouvoirs 1ère étape :élargis par une collectivité unique, ce L’obtention de la collectivité unique le Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 14 octobre 2009
  4. 4. Le P.P.M. et l’évolution institutionnelle.LE P.P.M., ayant choisi le statut SANS NEGOCIATION PREALABLE CE QUE VEUT LE P.P.M.d’AUTONOMIE pour la Nation avec le Gouvernement, SANSMartiniquaise, dès sa création, L’ASSURANCE de préserver tous les - TOUT DE SUITE, une COLLECTIVI-A UNE POSITION CLAIRE. acquis sociaux, durement conquis. TE UNIQUE, élue au SRUTIN MIXTE - Des COMPETENCES NOUVELLES, ****************** ****************** négociées, avec EXPERIMENTATION - et, ENSUITE, un STATUTNON à l’article 74, voté par le d’AUTONOMIE, inscrit dans laCongrès des élus, flou et imprécis, Constitution française.dans la précipitation,C’est mal parti pour les tenantsde l’article 74L es rodomontades des Les maires de cinq de ces com- 5. Justin Pamphile, maire et tenants de l’article 74 ne munes ne figurent pas parmi les conseiller général du Lorrain. trompent personne. « L’appel signataires de l’appel. Ils ont déjàdes maires » qui soutiennent pris le large. Un calcul sommaire, sur la basel’article 74 qu’ils ont récemment des populations communales,publié, montre clairement que leur Ce sont : montre qu’alors que ceux qui ontcoalition est déjà en pleine déli- 1. Jenny Dulys, maire et conseillè- voté à l’origine pour le 74 représen-quescence. re générale du Morne-Rouge ; taient 221000 habitants, soit 55% 2. Raymond Occolier, maire- de la population, les maires signa-Trois mois après le vote du conseiller régional et Georges taires de l’appel ne représententCongrès du 18 juin, seuls 14 Cléon, conseiller général du plus que 174000 hts, soit 43% de lamaires soutiennent encore leur pro- Vauclin ; population. C’est donc plutôt malposition de changement de statut. 3. Louis-Joseph Manscour dépu- parti pour les promoteurs du 74, àOr, lors du vote du congrès, les té-maire et Frédéric Buval, trois mois de la première consulta-représentants, (conseillers géné- conseiller général de Trinité ; tion.raux et régionaux), de 19 com- 4. Jean Zéphirin, maire et Raphaelmunes avaient voté pour le passa- Vaugirard, conseiller général du Jean CRUSOLge au 74. Gros-Morne ; Abonnez-vous au Progressiste Abonnement annuel : 50 euros - Abonnement de soutien : 60 eurosNom : ………………………….………………………………………………………………Prénom : …………………………….…………………………………………………………Adresse : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Libellez vos chèques à l’ordre du PPM et renvoyez V otre coupon à l’adresse suivante : Parti Progressiste Martiniquais. Ancien Réservoir de Trénelle 97200 - Fort-de-France.
  5. 5. « L’assimilation a atteint ses limitesparce qu’elle a atteint son but » reux. J’ai tellement entendu ou lu de sottises depuis sur ce sujet que je me demande si je ne devrais pas y revenir dans un ouvrage qui y serait spécia- lement consacré. Dans SQSM, Je réponds en passant aux détracteurs de cette loi, en leur posant quelques questions simples que ne peuvent pas ne pas se poser tous ceux qui ont une connaissance même très approximative de l’évolution des pays voisins, ou qui les ont visités, Cuba comprise3. Je dis que nous n’avons pas à rougir de ce que nous sommes. Je sais bien. Il y a des Martiniquais qui s’interrogent : comment le pays qui a donné au monde Aimé Césaire et Frantz Fanon peut-il accepter sa dépendan- ce ? C’est peut-être parce queS nous avons une histoire très différente de celle des autres colonies non seulement de notre région caraïbe mais de ur la Question dite du combat pour l’IDENTITÉ lancé celle de toutes les colonies des Statut de la Martinique1 en 1956. anciens empires coloniaux que s’ouvre par un rappel nous sommes les seuls à avoirhistorique de la seconde des Quand j’ai rédigé ce texte en eu à peu près dans le mêmetrois grandes étapes que 1996 et même quand je l’ai temps un Césaire et un Fanon.Césaire distingue dans notre repris en 2003, je ne lui attri-histoire, après le combat pour buais pas une importance déci- Mais à quelque niveau que cela LIBERTÉ qui s’achève avec sive. J’avais tort. J’avais évo- soit : qu’il s’agisse des libertésl’abolition de l’esclavage en qué ce problème dans publiques ou privées, de pra-1848, le combat pour « Questions sur l’histoire tique de la démocratie, de lal’EGALITÉ, c’est-à-dire pour antillaise 2» il y a plus de trente protection sociale des catégo-l’assimilation, une conquête ans, à une époque où j’étais ries les plus défavorisées desubversive, entendue comme indépendantiste. Je pense notre population, dele fondement de la revendica- aujourd’hui que cette question l’éducation, de la santé, destion de l’égalité des droits, le mérite un traitement plus rigou- loisirs, de la culture (y compris Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 14 octobre 2009
  6. 6. de la culture) et but qu’elle a atteint ses même de l’économie, limites. » notre secteur incontestable-ment le plus faible mais non C’est parce cette loi a atteintdépourvu de moyens de ses limites que nous pouvonsredressement, notamment en passer à la troisième étape determes d’infrastructures, aucun notre histoire, celle du combatde nos voisins de la Caraïbe pour l’IDENTITÉ et par consé-ne nous fait rêver. quent pour la RESPONSABILITÉ martini-Et je prétends que ce que nous quaises.sommes, nous le devons pour Le Robert 25.09.09l’essentiel, à la lucidité de des rapports de Césaire et duCésaire, à sa clairvoyance, à césairisme à l’assimilation et à Édouard de Lépinesa modestie, mieux, à son l’assimilationnisme me parais-exceptionnelle humilité. À la sait évidente, est peut-êtredifférence de quelques petits finalement au moins aussi 1 Edouard de LÉPINE, Sur lamarquis du national populis- important que les autres si j’en Question dite du Statut de la Martinique, Désormeaux, juin 2009me, qui prétendent lui juge par l’ambiguïté et laapprendre ce qu’il leur a ensei- confusion qui continuent de 2 Edouard de de Lépine, Questionsgné Césaire, sans jamais régner sur le sujet dans cer- sur l’histoire antillaise, trois essaisrenoncer à ses propres convic- tains milieux. sur l’Abolition, l’assimilation ettions, n’a pas cru, en 1946, l’autonomie, Désormeaux 1978,pouvoir mettre sa propre pen- Ne serait-ce que pour cette rai- Cuba a été pendant longtemps lasée, sa condamnation de son que la loi d’assimilation du 3 principale source d’inspiration desl’assimilation clairement expri- 19 mars 1946, à juste titre partisans d’un changement radicalmée dès 1935, au-dessus de rebaptisée départementalisa- de notre statut. Je les connais bien.la volonté des masses popu- tion par Césaire, a été l’objet J’ai été l’un d’eux pendant 9 ans. J’ai rêve moi aussi d’une sierralaires, se réservant de prouver des attaques les plus sour- nuestra. Le rêve s’est transformé enle mouvement en marchant, noises, les plus insidieuses et cauchemar en août 1968 quand Fideldans une démarche pédago- parfois les plus odieuses Castro a approuvé l’invasion de lagique progressive qu’il a sensi- contre son rapporteur. Pour les Tchécoslovaquie par les tanks sovié-blement améliorée au fil du populistes de tous bords, c’est tiques. Il était évanoui depuis plus de trente ans quand j’ai visité Cuba entemps, sans jamais recourir parce cette loi serait la mère de 2000. J’ai rougi comme cela neaux formules définitives de toutes les catastrophes qui m’était jamais arrivé en me rappelanttous ces extra-lucides qui bibe- nous sont tombées dessus ce que j’avais enseigné à mes jeunesronnaient encore qu’il faudrait non seulement en camarades communistes, et enl’assimilationnisme de leurs dénoncer les résultats mais en comparant le pays que j’avais sous les yeux à celui dont j’avais rêvé engrands pères, quand, lui, avait éradiquer l’esprit. 1966 et 1967 quand j’avais représen-rompu les amarres depuis té le PC à la Tricontinentale puis àlongtemps. Je n’ai jamais réus- Il me semble que les l’OLAS.si à lui faire dire à qui il pensait Césairistes peuvent accepterquand il a utilisé la formule, à sans rougir le point de vue dela fin des années 1970, me l’ancien premier ministre de lasemble-t-il. « Ces gens-là ne France, le Réunionnaism’aiment pas beaucoup », me Raymond Barre, repris parrépondait-il. notre ami Paul Vergès à l’occasion du 62e anniversaire Ce chapitre sur les origines de de la Loi du 19 Mars, troisl’assimilation qui, en décembre semaines avant la mort de2003, ne me semblait pas Césaire : « c’est parce queessentiel, tellement la question l’assimilation a atteint son Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 14 octobre 2009
  7. 7. EXPERIENCE Saint Martin : Le 74 trop vite avalé a été indigeste… pant. Concernant la taxe foncière, la premier, les aides sociales, et les autresLe Trésorier Principal Bernard Refay COM doit recouvrer environ 6 millions paiements. Pour palier au manque de d’euro. Les contribuables vont recevoir trésorerie, la collectivité a été obligée de leur imposition au 16 octobre et devront demander l’aide de l’Etat. J’ai suggéré payer avant le 5 décembre, une date qui que Saint-Martin reçoive 20 millions, vient d’être avancé et qui va permettre mais il se peut que ce soit moins que ça. de souffler un peu. La taxe profession- nelle devrait être perçue au 15 St. Martinn’s Week : Certains disent décembre aussi, mais la date risque que la COM fait des dépenses super- d’être repoussée, elle représente envi- flues ? ron 4 millions d’euro. Les avis de l’impôt Bernard Refay : Je me garderais bien sur le revenu seront envoyés au 31 de juger le contenu de la dépense, ce octobre, et payables au 15 décembre. n’est pas mon rôle. Ce que je peux vous FINANCES DE LA COM Cet impôt se monte à 10 millions d’euro, dire, c’est que la création de nouveaux DANS LE ROUGE : mais on compte sur 4 à 5 millions, car services, comme le pôle social, a coûté L’ETAT VA AIDER certaines sommes ont déjà été perçues de l’argent. Les réajustements (réévalu- SAINT-MARTIN… par acomptes. tion) sur les salaires aussi, ainsi que la Il y a ensuite toutes les autres taxes : les venue de nouveaux cadres, mais laSt. Martinn’s Week a voulu savoir droits d’enregistrements des notaires qui COM avait besoin de ces nouvelles com-pourquoi les finances de la collectivi- sont variables, mais qui représentent pétences. Il semble aussi que certainsté sont dans le rouge. Bernard Refay, environ 6,5 millions, la taxe sur les car- services de la COM aient été priés dele trésorier principal de la COM, qui burants TSC, de laquelle la COM devrait réduire leurs dépenses. Aujourd’hui less’apprête à quitter Saint-Martin, a percevoir 5 millions d’euro. L’impôt sur salaires représentent 2,6 millionsaccepté de nous recevoir et de nous les sociétés se monte à 5 millions d’euro, d’euros par mois, en comptant lesexpliquer, chiffres à l’appui, le pour- mais ce montant peut décroître avec la employés de la Caisse Territoriale desquoi du comment. Durant cette pério- baisse d’activité liée à la crise. Enfin, la écoles. En prenant en compte, l’office dede critique, l’Etat français taxe sur les assurances devrait rapporter Tourisme, le port, l’aéroport, la CTES, lan’abandonne pas Saint-Martin et va moins des 2 millions prévus, soit plutôt maison de retraite et la collectivité, il y alui octroyer une aide exceptionnelle 1,5 million cette année. Voilà la réalité de pas loin de 1000 employés.sous forme d’avance. la situation, des sommes à recouvrer qui St. Martinn’s Week : Quel est le scéna-La presse locale s’est faite le relais ne sont pas encore perçues pour environ rio pour les mois à venir ?ces derniers jours d’une situation 20 millions d’euro. En mars 2009, l’état Bernard Refay : Tout va dépendre de cefinancière alarmante à la collectivité. avait octroyé la somme de 9 millions, en qui va être mis en place. La fiscalité aSt. Martinn’s Week a voulu en savoir dotation de fonctionnement, ce qui a per- ses insuffisances, il faudra prévoir àun peu plus et comprendre qu’elle mis de tenir le premier semestre. moyen terme certains changementsétait la situation réelle des comptes La situation de ce mois de septembre est pour qu’elle rapporte plus. Pour qu’unde la COM. Le trésorier principal la plus critique que la COM ait eu à impôt marche, il faut qu’il soit simple, etrépond à nos questions avec objecti- connaître depuis sa création en 2007. qu’il soit encaissable rapidement. Il y avité et apporte clarté et compréhen- parfois trop de décalage, 2 ans pour lasion à une situation critique, mais pas St. Martinn’s Week : Quelles sont les taxe professionnelle par exemple. Cettecatastrophique. conséquences pour la collectivité ? taxe sera certainement modifiée pour Bernard Refay : La COM fait face à des devenir plus rentable. Il ne faut pasLes explications du trésorier principal problèmes de fonctionnement. Les frais oublier que nous sommes encore dansBernard Refay de fonctionnement sont figés, on ne peut une phase de mise en place de la COM.St. Martinn’s Week : Quel est l’état des pas y déroger, il faut les payer… Les Quand le maire de Fort-de France dit «lieux des finances de la COM en ce mois salaires des employés de la COM sont ok pour l’article 74, mais sur 10 ans ! »,de septembre 2009 ? une priorité et seront payés, mais il y a il n’a pas tort, car la faiblesse de StBernard Refay : Ce qui se passe eu des retards de paiement pour les Martin, c’est d’être passée d’une situa-aujourd’hui n’est pas une surprise, la col- prestataires. Ces derniers doivent être tion à un autre du jour au lendemain. Onlectivité l’avait envisagé dès janvier rassurés, ils seront tous payés avant la a vu les limites du système. Mais l’Etat2009. De nombreux impôts et taxes ne fin du mois de septembre. Il y a un ordre ne laisse pas tomber Saint-Martin, etvont tomber dans les caisses de la COM de priorité de paiement qui est décidé dans deux à trois ans, la COM sera plusque fin 2009 et début 2010, en attendant par le président Gumbs : les salaires en solide. Elle s’en sortira.le manque de trésorerie est préoccu- Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 14 octobre 2009
  8. 8. St. Martinn’s Week : Ce qui a plongé la COM dans le rouge lué… Vous quittez l’île dimanche, La suppression « surprise » de l’octroi de Les frais de fonctionnement de la collec- que gardez-vous de cette expé- mer : 10 millions d’euro tivité ont, eux, été sous évalués avant la rience ? Les transferts de compétence suréva- création de la COM. Bernard Refay : C’est une expérience lués à 5 millions, n’ont été payés parlourde et difficile, moralement et physi- l’état qu’à hauteur de 200 000 euro. La Source :quement. Beaucoup de stress et COM a non seulement dû dire au revoir http://www.stmartinweek.com/contentd’heures sup ! La mise en place de la à cette somme mais aussi rembourser /view/1552/50/COM est une expérience unique, qui m’a l’avance octroyée par l’Etat.coûté beaucoup d’énergie. En récupé- On peut se demander pourquoi le trans-rant la fiscalité, la COM a récupéré une fert des compétences a été si mal éva-grande fonction régalienne del’Etat et ce fut un challengeénorme. Mais je referais cette ÉCONOMIEexpérience, si elle était àrefaire, car j’ai noué à Saint-Martin de solides amitiés ettrouvé une île que j’aimeprofondément. Je vaismaintenant finir ma carrièredans le Jura, ma régiond’origine. Basile Larive,mon remplaçant, prendrases fonctions ici le 1eroctobre. Il arrive de métro-pole, mais c’est un insulaire,il est originaire de Corse. Ilreprend un service qui fonc-tionne mieux, avec deseffectifs plus adaptés, maisla tâche est ardue…A l’issue de la réunioninterministérielle de mardimatin, l’Etat n’a finale-ment décidé d’aucunesomme. Il a demandé cer-taines précisions supplé-mentaires et une prochai-ne réunion devrait statuersur la somme qui seraprêtée à Saint-Martin.Mais un accord de princi-pe est déjà acté.Après Dominique Lacroix,c’est au tour de BernardRefay de quitter Saint-Martin, des piliers du passa-ge en COM. Il en resteencore quelques-unscomme le DGS PascalAverne, dont le contratcourt encore un an et demi.Les nouveaux venusapporteront sans nul douteun autre regard et desactions positives pour laCOM de Saint-Martin… N.L Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 14 octobre 2009
  9. 9. Serge LETCHIMY (F-de-F) et Luc-Louison CLEMENTE(Schoelcher) à Mme PENCHARD. Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 14 octobre 2009
  10. 10. POLEMIQUE La pitoyable charge du sieur Boutrin : POURQUOI TANT DE HAINE ? F aut-il que les thuriféraires fana- ses maîtres, tapis dans l’ombre… ? LEADER, qui a le malheur de proposer, tiques d’Alfred Marie-Jeanne et Aussi, les accusations et les reproches sans renier en rien l’AUTONOMIE, une de Claude Lise soient aux abois, violents, adressés à Serge LETCHIMY, démarche de SAGESSE, aux yeux de pour que l’un d’entre eux, le Sieur Louis paraissent vraiment surfaits, et dépour- ceux qui veulent entraîner notre Peuple Boutrin, qui n’a de compte à rendre à vus de réflexion politique : c’est pure- dans les sentiers dangereux d’un personne sinon à lui-même, se laisse ment et simplement de la surenchère article institutionnel, ni pensé, ni réflé- aller à écrire un article infect et odieux verbale, véritable diarrhée d’arguties chi, ni maîtrisé. « Le coup de Jarnac de Serge dénuées de tout fondement, et de toute Letchimy » dans le France-Antilles du 6 justification rationnelle. Attaquer pour Délire complet et vile dénonciation, octobre ! attaquer, comme si le sieur Boutrin sans aucune preuve, de ce triste sire accomplissait une mission téléguidée : aveuglé par sa soif de donner des Sous couvert de gesticulations juri- salir le leader P.P.M., dont la stature gages aux deux chefs de collectivités ; diques et de références pseudo-histo- humaine et la légitimité politique gênent Est-il en service commandé ?... Nous riques qui ne prouvent absolument rien, manifestement ceux qui n’ont rien à n’osons le croire, mais les Foyalais et le Boutrin lance gratuitement et en toute dire objectivement de son analyse de la Peuple martiniquais apprécieront ses indécence des accusations qui frisent situation de notre petit Pays et de ses attaques violentes à l’endroit de Serge la diffamation, et même des injures à propositions…ce, pour tenter de le Letchimy, dont LE TRAVAIL, LE l’endroit du Député-Maire de Fort-de- déstabiliser ! SERIEUX, LA SERENITE, ET LA RES- France, Président du PPM, qui, pour- Et, c’est ébahis et interloqués que PONSABILITE sont reconnus par tous. tant n’avait rien dit, mais rien dit, de nous avons lu les qualificatifs indignes l’actualité du moment, c’est-à-dire le qui étaient réservés à Serge LETCHI- Inquiète t-il à ce point ? ….. projet de création d’une Autorité MY : « déni de démocratie », « désir Honte au pitoyable Louis Boutrin et à Organisatrice de Transport, présenté d’embourber le Pays par des argu- tous ses semblables !! De grâce, un par le Président du Conseil Général au ments fallacieux », « impôt Letchimy peu de respect et de retenue…Notre Sénat ! pour faire la poche des contribuables Peuple, qui a soif d’explications et Mais qui est Boutrin ? Au nom de martiniquais », « déficit abyssal dans la d’argumentations sérieuses, ne mérite quoi ou de qui se permet-il de vociférer gestion de l’inexpérimenté pas cela ! ainsi, comme un toutou hargneux, qui Letchimy »…Bref, tout et n’importe jette sa bave venimeuse, pour plaire à quoi, pourvu qu’ou dévalorise notre J.D.Conférence sur lévolution statutaire et institutionnelle de la Martinique – Le 23/09/2009, Salle Delouvrier Discours du Président de lAPPMF (extraits)Monsieur le Président du Parti Progressiste «réussir à allier notre double souci de rester liés sur notre projet politique ? De qui cela dépend-t-Martiniquais (PPM), à la France et d’être de bons martiniquais» il, en somme, d’arrêter de faire passer la comme l’écrivait Aimé Césaire. Martinique pour un enfant gâté de 63 ans, quiMesdames et Messieurs les élus parisiens, pleure en attendant que sa nourrice de l’Hôtel de Si nous avons créé l’APPMF, c’est parce que Montmaurin prenne des décisions qui nousMesdames et Messieurs, comme M. LETCHIMY, nous sommes convaincus concernent au premier chef ? que plus qu’un simple développement écono-En m’exprimant devant vous aujourd’hui, je ne mique, le développement humain de la Ce qui doit nous rassembler ici et maintenant,sacrifie pas seulement à l’allégeance politique qui Martinique doit passer par la conquête du pouvoir c’est cette volonté martiniquaise, cette volontévoulait qu’à la présence du Président du PPM, politique, par la prise de décisions d’un exécutif commune de mettre le peuple martiniquais enréponde sans mesure celle des Amis du Parti martiniquais sur tout ce qui concerne notre « sin- mouvement et de le rendre enfin autonome pourProgressiste Martiniquais de France (APPMF). gularité culturelle ». rendre à chaque Martiniquais la fierté d’être( … ) Français. Parce qu’un peuple ne saurait grandir si saL’APPMF, est une suite logique, car pour qu’il y Nation est maternée et parce que rater le tour- Ce qui doit nous rassembler c’est ce désir queeût l’APPMF, il a fallu qu’il y eût une volonté mar- nant historique de la question institutionnelle, nous avons tous que chaque Martiniquais soittiniquaise et, longtemps ce ne fut que de Fort-de- c’est rater l’évolution des générations futures. (…) capable d’inventer son avenir.France que s’exprima cette volonté. Mais, nousrappelle Aimé CESAIRE, père comme chacun Si la France et la Martinique suivent au fil de Ce qui doit, enfin, nous rassembler, est la certitu-sait des progressistes martiniquais, « une Nation l’Histoire les mêmes destins, si la France même de que nous avons, au sein du PPM et grâce àn’est pas une création, mais un mûrissement, vient jusqu’à la Martinique constater les crises ses alliances et soutiens, la capacité, la forceannée après année, anneau après anneau. ». Il identitaires et sociales qui ont enflammé notre île, vive, l’ambition responsable de mener à bienétait pour nous l’heure de souder l’anneau de la alors nous avons le devoir d’œuvrer ensemble à notre projet. (…)volonté martiniquaise s’exprimant depuis le la construction d’une Martinique forte, d’uneContinent. (…) Martinique capable, d’une Martinique volontaire. Mesdames et Messieurs, je vous propose Parce qu’un Etat ne peut atteindre sa grandeur qu’avec tous les Martiniquais de France, nousSi nous avons créé l’APPMF, c’est pour que ce en laissant ses périphéries en souffrance.(…) écrivions ensemble une nouvelle page dedernier anneau de la volonté martiniquaise fasse l’histoire de la Martinique et qu’avec tous lesécho sur le Continent. Mesdames et Messieurs, je vous poserai cette Français ralliés à notre cause, nous écrivions, question. De qui cela dépend-t-il d’informer les pas moins qu’une nouvelle page de l’histoire deSi nous avons créé l’APPMF, c’est pour affirmer antillais en général, les martiniquais en particulier, France.plus que jamais notre volonté manifeste de sur nos institutions, sur notre projet d’évolution,
  11. 11. n: CONSULTATIONS DES 17 ET 24 JANVIER 2010 PREMIERE ETAPE VERS L’AUTONOMIE ? déni de démocratie ». Maître du jeu, le président de la République a décidé que l’avenir de la Martinique se jouera en plusieurs étapes : tout d’abord les 17 et 24 jan- vier 2010. Somme toute- et pourquoi ne pas le recon- naître- il s’est rangé au sou- hait du PPM qui préconise que l’avancée institutionnelle se fasse par étapes et que les élections régionales soient maintenues à la date prévue. Cependant, ce n’est pas là le plus important, pour une décision dont l’enjeu dépas- se de beaucoup le cadre étri- qué des ambitions person- nelles et touche dans son A déterminisme le devenir du peuple martiniquais pour de Serge Souffleur pend-t-sser la nombreuses années, sinon ns, qui l’évidence, le Aucun report de consultation durablement. L destin d’unHôtel de baroud désespéré ne leur a été accordé, sinon peuple ne peut se jouer à i nous des deux présidents un décalage mécanique et pile ou face ! De sorte que, de nos collectivités technique de quelques jours tant pour les uns que pour tenant, majeures auprès du prési- pour respecter la législation les autres, il ne peut y avoir dent de la République qui prévaut dans ces cas-là. volontéuais en ni vainqueurs ni vaincus.me pour s’est soldé-comme on le Renvoyés au Carnaval- le Maintenant que le vin est d’être subodorait- par un camou- carnaval des autres que stig- tiré, il importe que chacun flet cinglant pour eux. Et matisait Aimé CESAIRE ?- vienne à résipiscence etsir que ce n’est pas leur air de pour un mariage burlesque, prenne enfin ses responsa-ais soit satisfaction béate et leurs déconfits et penauds, ils bilités. rodomontades spécieuses mesurent aujourd’hui certitu- qui feront illusion ! En fait, l’inanité de leur démarche et Suite pages 12 et 13…grâce à la réalité est tout autre et la se rendent compte, s’ils nea force à bien vérité, d’une affligeante l’avaient encore compris, tristesse. que « c’est l’Etat qui marque la cadence, qui fixe l’agenda roposee, nous et qui décidera in fine de la ge de loi organique qui nous seraous les appliquée, ce qui serait un rivions, oire de Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 14 octobre 2009
  12. 12. Le devoir de citoyen OÙ SONT LES VRAIS N o u s s o m m e s convient, de retenir la solu- AUTONOMISTES ? d’authentiques autono- tion que la raison et l’intérêt mistes. De vrais, de sin- supérieur de la NationPour nous au Parti cères, de purs autono- Martiniquaise nous comman-Progressiste, depuis 1958 mistes. dent.–date de la création du glo-rieux Parti d’Aimé CESAIRE- Alors est venu le temps des Dès le 17 janvier, il noustous les combats que nous décisions. L’heure de nous- faudra aller voter ; nousavons menés ont tendu inva- mêmes a sonné ! Il nous devons ce jour-là, en notreriablement vers l’accession, appartient de nous ceindre âme et conscience, en toutevolonté de notre peuple, à les reins et de passer à liberté, signifier NOTREune collectivité unique tout l’action, vaillamment et en REFUS ET NOTRE REJETde suite et à l’élaboration toute conscience. Si nous D’UN ARTICLE 74 tel qued’un statut, dans son conte- voulons participer au présenté, statut élaborénu et sa substance, pensé et concert du « Tout-Monde », dans la précipitation e neinitié par nous, pour une il est venu le temps de nous nous garantissant nullementdécision du peuple souve- décider. L’histoire, impatien- le maintien de nos droitsrain dans 6 ans, dans le te, nous attend. Mais alors, acquis et –plus grave-cadre de la République fran- après notre attente si long- l’égalité de nos droits consti-çaise. Notre combat, hier temps différée, notre souhait tutionnels au sein de lacomme aujourd’hui, est et notre espoir souventes République. Ce faisant, nousd’une brûlante actualité, fois avortés, il s’agit mainte- ne nous élevons contred’une évidente nécessité. nant de faire le choix qui aucun parti, aucun individu Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 14 octobre 2009
  13. 13. collective, la victoire de tous les Martiniquais. Ce qui suppose de se ras- sembler sans a priori, sans exclusive. Mettre de côté ses différences, ses différends, ses rancoeurs, ses rancunes, car aujourd’hui ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise. Tous les démocrates de ce pays, tous les hommes, toutes les femmes épris d’équité, de liberté et de justice, tous les humanistes qui aiment par-Lurne, instrument de la démocratie dessus tout la Martinique doi-car si dans le cadre faut que tout un chacun sai- vent être chacun un maillond’échanges constructifs on sisse le sens de ce vote, mais solidaire de la chaîne de ladevait nous apporter la preu- surtout en comprenne vérité et de la dignité.ve que ce fameux article l’importance. Pourquoi ? Tout Nous avons à cet égard créérépondait aux intérêts de simplement parce que ce un Mouvement dont le siglenotre peuple, alors nous vote du 17 janvier détermine est M.A.P. (Mouvement pouraccepterions de revoir notre celui du…24 janvier. C’est-à- l’Autonomie et le Progrès). Ilposition. Or, nous savons qu’il dire que si tous ceux qui se veut le réceptacle de tousn’en est rien ! Cet article, tel comme nous veulent d’une ceux et toutes celles qui veu-que conçu, ne permet pas le collectivité unique dans le lent avec nous construiredroit à l’habilitation contenu cadre de l’article 73 que la notre Martinique de demain.dans le 73-3 et cet autre à consultation du 24 janvier Rejoignez-nous et mêlez vosl’expérimentation qui se avalisera, il leur faudra dès le voix aux nôtres pour affirmerretrouve dans le 73-2. 17 repousser par leur NON une fois pour toutes, tousQue l’on nous comprenne les dangers du 74. ensemble, notre refus d’unbien : nous ne sommes pas statut qui ne répond pas auxdans le statu quo ; du reste, Pour tout dire, le 17 janvier intérêts supérieurs du peuple.notre idéal progressiste nous 2010 devra être la première Dès le 17 janvier, votez etl’interdit. Mais nous ne pou- étape dans la construction de faites voter NON contrevons cautionner une tentative notre idéal progressiste pour l’article 74. Ce vote, ce jour,qui serait préjudiciable aux répondre aux aspirations de est d’une importanceintérêts du peuple martini- notre peuple de voir s’inscrire capitale !quais. dans la Constitution Française l’égalité des Serge SOUFFLEUR NON LE 17, OUI LE 24 ! droits et le droit à la diffé- rence, ce qui est le fonde-Dès le 17 janvier 2010, donc, ment de notre démarchetous les Martiniquais, par un autonomiste. Bien entendu,vote franc, massif et sans cette victoire du NON contreambigüité, devront dire NON l’article 74, si nous la voulonsà un changement de statut éclatante, si nous la voulonsdans le cadre de l’article 74. Il totale, devra être une victoire Le Progressiste - Page 13 - Mercredi 14 octobre 2009
  14. 14. AMENAGEMENT : LA GESTION D’APRES « DEAN ».L’ouragan « Dean », de sinistre trop faible ne permettant pas de bord de la route ». Ces délais tropmémoire depuis deux ans, avait faire face à de grosses dépenses. longs et insupportables mettent enfrappé durement la Martinique. Pour un coût de 6.934.297 euros, lumière l’insuffisance desDe nombreuses familles sinis- ces opérations ont intéressé les méthodes de gestion post-catas-trées sont encore dans l’attente quartiers Cité Dillon, Volga Plage trophe et post-crise en Martinique.d’une solution, mais surtout et Sainte-Thérèse. Sur 175 dos- L’ingénierie de cette opération ad’une aide significative apportée siers présentés, 166 ont été vali- été supportée par la Ville de Fort-à leur malheur, qui pour une res- dés et 42 sont en cours de traite- de-France et la Caisse des Dépôtstauration, qui pour une réhabili- ment. En plus, une dizaine de cas à hauteur d’1 million d’euros (50%tation, qui pour une reconstruc- font partie d’opérations de péri- chacune).tion. Et ce n’est pas normal ! mètres en réhabilitation : RHI Serge LETCHIMY a promisC’est justement ce qu’a dit le dépu- Trénelle, Canal Alaric, Fond d’intervenir auprès du Ministre duté-maire de Fort-de-France, Serge Populaire, 50 pas, Volga Plage. Logement et de la Secrétaire d’EtatLETCHIMY, devant la presse le 9 Sur les 40 chantiers engagés, 4 à l’Outremer pour prolonger de sixoctobre : pendant ces deux sont achevés (pour des travaux de mois les dérogations suite à cetannées, où sont passées les réhabilitation, il faut compter 6 ouragan.familles sinistrées ? Comment ont- mois).elles vécu ? Bien entendu, après Pour beaucoup de familles, le pro- Serge SOUFFLEURcette catastrophe, la Ville par le blème le plus important résidebiais du CCAS (Centre Communal dans le fait de trouver les finance-d’Action Sociale), a apporté une ments adaptés à leur situation. Leaide ponctuelle à plusieurs familles député-maire le répète : « Il fautfoyalaises. Une Convention identifier les personnes insolvablesVille/CCAS/Secours Catholique a pour n’en laisser aucune sur leété passée ; une opé-ration s’est mise enplace en deuxphases avec dans unpremier temps 120familles qui ont reçudes feuilles de tôle etplus d’une dizaine quiont bénéficié depetits travaux dansleur habitation. Dansun 2e temps, la Villeprendra en charge 29familles dont le mon-tant des travauxd’élève à moins de4.000 euros et 21familles dont lesdossiers dépassentcette somme. Cetteopération a un coûtde plus de 400.000euros.Pour les habitationslourdement sinis-trées, les critèresretenus étaient unniveau de revenus Le Progressiste - Page 14 - Mercredi 14 octobre 2009
  15. 15. GRAN NHOM PA KA WONT …. MAIS TOUT DE MEME !!!!!! penser avant, Messieurs les s’enfonce désespérément dans le Parlementaires !!! « Elémentaire, marasme social et économique au Elementaire !!! », dirait le célèbre détec- milieu de clignotants rouge « écarlate ». tive. Pas l’ombre d’une relance audacieuse, 3 – Demande de report « à pas l’ombre d’un vrai projet de dévelop- courant 2010 » (je cite- la Déclaration pement ambitieux et adapté à ce 21ème de Cayenne -) de la Consultation siècle qui dépasse de simples obliga- Populaire : refusé – Certes, le tions légales comme le SRDE, astucieu-J Président a concédé quelques jours de sement tropicalisé en SMDE. La vie Catherine Conconne plus entre la date annoncée de mi- continue de se dérouler comme un long décembre 2009 et mi-janvier 2010, mais fleuve tranquille face à l’indifférence eudi 7 octobre 2009 par un bel on ne peut nier que nos deux amis se ahurie de l’un et de l’autre trop occupés après-midi d’automne tardif à contentent de peu de choses. Il leur à leur petit ménage. Paris, nos deux Présidents de col- accorde 2 – 3 semaines de plus aulectivités martiniquaises posent avec le milieu de la trêve de Noël et du Jour de Parallèlement et pire, on accepte aussisourire sur le perron de l’Elysée. Des l’An pour aller convaincre des électeurs avec le sourire, une spirale annoncée etvisages qui semblent heureux au milieu entre cantiques, boudin chaud, choco- tracée de la défaite. Le Président, telle-des applaudissements du Président de lats, sapins et galette des Rois. Sacré ment mieux informé que nos deux repré-la République, des flonflons des gardes programme pour le Père Noël !! Il a dû sentants du véritable décalage qui exis-républicains et qui laissent présager une en rire, Sarkozy. te entre le réel besoin d’émancipation devraie victoire et de dignes avancées 4 – Assemblée unique qui nos peuples et le « dlô moussach pouobtenues à Paris. L’image est belle, on « juxtapose » les deux assemblées lèt » offert par un article auquel ilscroirait même entendre la Marseillaise !!! existantes (je cite -déclaration de s’accrochent, le désormais célèbre 74, Marie-Jeanne sur le perron de prévoit déjà l’oral de rattrapage 8 joursPlus tard, dans les déclarations des uns l’Elysée -) : accordé – Et dire qu’il est plus tard et le tout sous les hourrah deet des autres, on perçoit de réelles satis- content, l’auteur de ces mots !! Voilà que ses hôtes. Bravo Messieurs, pour lefactions : « Le Président nous a enten- ce qu’on l’on pourrait ramener à une gâchis ! Bravo Messieurs pour cette pré-dus » prétend Alfred Marie-Jeanne (FA petite simplification administrative cipitation inexpliquée et inexplicabledu 8/10), « l’heure de nous-mêmes à entraînant la « juxtaposition » de deux baptisée sur l’autel d’ambitions person-sonné » renchérit Lise. assemblées dans le but, comme ils se nelles et d’esprits tourmentés. plaisent à dire, de rendre plus « efficaceALORS, QU’EN EST-T-IL VRAIMENT ? et moins coûteuse la gestion d’un si petit L’histoire politique martiniquaise déjà territoire », fait le bonheur de tout le célébrée en 2009 par le baptême deLe Président de la République était monde. On nage en plein statu quo et deux cloches, sera cette fois marquéeattendu sur un certain nombre de tout le monde applaudit. « Juxtaposer » d’une pierre blanche : celle d’un exerci-demandes formelles adressées par nos deux assemblées en lieu et place de ce avorté mal mené et rapiécé ici et là,représentants : réelles avancées institutionnelles qui d’émancipation et de réelle prise de res- 1 – Consultation des popula- passent par la mise en place d’un pro- ponsabilités.tions sur l’avenir institutionnel : cessus démocratique et partagé versaccordé - C’est la moindre des choses une vraie autonomie ravit et fait dire Car il existe ce vrai processus vers cetteme direz-vous. Comment envisager avec bonheur à nos deux Présidents vraie autonomie tant voulue par Aiméqu’aujourd’hui, un Président serait resté « nous avons gagné !!! ». Césaire, forcément incompris de Marie-sourd à une demande du peuple légiti- Jeanne, l’indépendantiste et de Lise quimement porté par une grande majorité Gagné Ki sa ??? Gran nhom pa ka wont, l’a lâchement abandonné en chemin.(!!!) du Congrès des Elus ? c’est bien vrai !!! Il faut garder la tête Portée par deux apprentis, écrite sur une 2 – Demande de report des haute, je vous comprends, mais… tout vulgaire feuille de brouillon, cette belleélections régionales : refusé – Il n’y de même !!! ambition rejoindra bientôt la corbeille àaura pas de report des élections régio- papier de nos consciences maladroite-nales. En effet, pour des raisons qui Alors chers compatriotes, faites les ment et brutalement bousculées par cesparaissent d’une évidence élémentaire, comptes avec lucidité et vous verrez deux mêmes dont l’histoire a commencécomment pouvait-t-on envisager que qu’on a fait beaucoup de bruit pour rien, depuis si longtemps et qui tarde àpour « mener confortablement cam- parcouru 16 000 kilomètres en Airbus, s’écrire désormais et enfin en lettrespagne » pour je ne sais quoi, la traversé l’Atlantique pak en pak pour si dorées à l’or fin.République aurait accordé seulement à peu et rentré bien bredouille tout enune seule de ses Régions, une déroga- allant pêcher à Miklon. Catherine Conconnetion et accepté que l’on bouscule ainsi le Fort-de-France, le 8 octobre 2008bon ordre républicain. Il fallait vraiment y Pendant ce temps, le pays est à l’arrêt, Le Progressiste - Page 15 - Mercredi 14 octobre 2009
  16. 16. S. LETCHIMY AVEC M-L. PENCHARDS.Letchimy pedagogue La Pointe Simon en chantier Dans les quartiers populaires Le Plan daménagement urbain de FFce Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates COMITÉ DE RÉDACTION : qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Jeannie DARSIERES Didier LAGUERRE Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Ancien Réservoir de Trénelle Laurence LEBEAU Fort-de-France. Daniel RENAY Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Serge SOUFFLEUR 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Victor TISSERAND Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 - Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 16 - Mercredi 14 octobre 2009

×