Le progressiste n° 2111

478 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
478
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le progressiste n° 2111

  1. 1. 1 euro Le Progressiste Mercredi 16 décembre 2009 - N° 2111 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE Camille Darsières : 3 ans déjà « Le PPM (…) est dans le droit fil de la pensée de l’un de ses meilleurs dirigeants parce que l’un des plus fidèles disciples de Césaire » (pages 6/7)AU SOMMAIRE- S. Letchimy et l’identité nationale (pp.2 et 3)- Avancée institutionnelle (pp.4 et 5)- Lette à un ami abstentionniste (p. 8)- Calendriers de réunions PPM et MAP (p.12) LE 10 (DIX) JANVIER, LE PPM DIT NON ! LE 24 JANVIER, OUI !
  2. 2. DÉBAT Serge LETCHIMY et lʼidentité nationale Seuls ceux qui ont le pouvoir et surtout Darsière, « enseigne que maintes fois ceux qui en abusent peuvent prétendre nous avons été à lʼenvers de la médaille la définir une fois pour toute - parce quʼils française ». Moi, nègre, indien, Moi fran- feront au fond de leur propre sentiment çais mais Moi profondément martini- la seule définition légitime – quais, devrais-je donc aussi me soumettre à cette injonction, parce que Seuls ceux qui ont le pouvoir et en peu conforme à votre définition de lʼiden- abuse peuvent opérer la sélection et la tité. La question du respect du droit à la hiérarchisation des êtres quʼune telle différence, des droits culturels qui ne nie ambition suppose - quand bien même pas lʼégalité est au cœur de lʼévolution cet arbitraire se dissimulerait derrière des sociétés et des peuples dʼoutre-mer. une consultation qui ne peut être autre Je doute que vous soyez sensible à un chose que la farce quʼelle est en train de tel défi. devenir - On voit bien la logique de domination Dans ce domaine, définir, cʼest choisir, que votre posture entretient : dans tous sélectionner et hiérarchiser. S. LETCHIMY les cas, nationaux ou pas, ceux que Définir par conséquent cʼest exclure ; vous aurez exclus par le fait même deMonsieur le Ministre, Monsieur le Prési- exclure symboliquement et souvent phy- votre définition seront comme déchusdent, Mes chers collègues, siquement, ceux qui auront lʼinsigne de quelque chose dʼessentiel, leur cul- déshonneur de ne pas correspondre ture, leur identité parce que la France aLʼoffensive relancée par lʼéquipe gouver- du mal à se reconnaitre comme société aux définitions que vous aurez vous-nementale sur lʼidentité nationale sʼins- multiculturelle. mêmes instituées.crit dans une logique politique dont laficelle est un peu grosse ! De quoi sʼagit- Il ne suffit pas dans ce schéma dʼavoir On sait quels sont ceux que vous dési-il ? la nationalité française pour échapper à gnez du doigt depuis plusieurs années lʼextrême violence symbolique que vous déjà, comme exutoire à des frustrationsIl sʼagit bien sûr de continuer à maintenir mettez en œuvre en imposant de telles que votre politique socioéconomique nelʼépicentre du débat électoral sur des définitions. fait quʼaccentuer.perspectives nationales-sécuritaires audétriment dʼune autre question, bien plus Ce sont évidemment ceux qui occupent Il suffit de correspondre, dans lʼimagi-structurante mais qui vous est beaucoup le bas de la hiérarchie sociale, ceux qui naire collectif que vous aurez contribuémoins favorable électoralement : celle à formaliser, au portrait forcément cari- précisément ne seront pas en mesurede savoir si la richesse nationale est catural de lʼanti-france ! de se défendre politiquement et symbo-équitablement partagée. liquement, car victimes dʼune double do- Dès lors considérés comme « autres », mination :Cette stratégie nʼest pourtant pas sans comme « non-français », commeproduire des effets dont vous ne mesu- « étrangers » quelque soit leur titre juri- - Domination liée dʼune part à une ori-rez pas, semble-t-il, la gravité. dique gine étrangère réelle ou supposée dʼau-Car en somme que faites-vous ? tant facilement mise à lʼindex quʼelle se - ceux-là nʼauront plus quʼà se taire sʼils greffe sur le racisme toujours latent hé-Sous prétexte de renforcer la cohésion veulent être tolérés; rité de décennies de colonisation inten-nationale et sociale, vous ne faites que sive ; - ils nʼauront plus quʼà se « convertir » àla fragiliser en opposant les « bons fran- cette image que vous nous aurez impo- - Domination liée dʼautre part à uneçais » aux « mauvais français » ; ou plusexactement les « vrais français » aux sée ; condition économique et sociale extrê-« vrais étrangers », ceux qui sont dési- mement fragile, consécutive aux muta- - ils nʼauront plus quʼà céder, si tant estgnés comme « étranges » et qui devien- tions du capitalisme et à la quʼils le peuvent, à cette injonction dʼas-nent ainsi les figures contemporaines de déstructuration des classes populaires ; similation, de conformité, de mimétismelʼaltérité. une condition marquée par le chômage, - ou ils nʼauront plus quʼà partir… « La la précarité du travail et de lʼhabitat, etOr, lʼidentité nationale : souvent les difficultés scolaires qui en France, on lʼaime ou on la quitte » dites- vous en ce sens. découlent.- nʼest-ce pas un produit historique fina-lement assez diffus et contradictoire ? Les immigrés dits clandestins et la frac- Et moi, dont les miens ont contribué- nʼest-ce pas ce que chacun y met, dans le sang et la sueur à la construction tion des groupes populaires perçueselon son identité propre, ses espoirs et de la France ? Moi à « lʼart culinaire » comme dʼorigine africaine et nord afri-ses souffrances ? différent, à la « langue » différente, moi, caine : voilà les gêneurs que vous nous dont « lʼHistoire », pour citer Camille désignez ! Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 16 décembre 2009
  3. 3. DÉBAT- ces mauvais français coupables de La France que vous nous renvoyez M. contestable aujourdʼhui.violer les lois dʼentrée sur le territoire, le Ministre me parait comme hors du temps, un peu comme lʼhomme africain Parallèlement à la conception élective- soupçonnés en permanence de dé- de lʼidéologie coloniale que décrivait de dont il se réclamait face aux intellectuelsloyauté et de double langage, manière pour le moins inopportune le prussiens, il affirmait aussi que seuls Président de la République à Dakar… ceux qui ont des ancêtres communs- soumis de manière incessante à la dra- peuvent être admis au fameux « plébis-matisation caricaturale de pratiques cul- En raison du poids de son héritage co- cite de tous les jours », nous ramenantturelles et religieuses qui ont la lonial et de son statut ancien de pays ainsi à ce grand fantasme de la Francemalchance de réactiver le vieux fond ra- dʼimmigration, la France plus que tout éternelle et homogène que je dénonçaisciste et orientaliste issu dʼune période autre pays ne saurait être réduite à une plus haut.coloniale que votre camp sʼévertue par identité étriquée que vous tentez deailleurs à refuser de mettre en critique nous imposer. Barrès aussi, chers collègues, se récla-pour tenter de souligner son rôle positif ! mait de Renan et on comprend pour-(2005, loi de la honte). Ce pays correspond bien plus surement quoi ! à un vaste espace dʼaffiliations multiples,Vous tentez dʼêtre plus subtil que le plurielles en interdépendance constante. Un autre héritage français, celui de Cé-Front national, mais lʼennemi que vous saire et de Fanon, qui est aussi un héri-nous désignez est en fait le même ! La Nation nʼest donc pas une éternité tage antillais, africain et nord-africain, mais le produit dʼun métissage sans nous invite au contraire à nous défaireLa ficelle est grosse vous disais-je parce cesse renouvelé entre une multitude de ce quʼun chercheur sud-africain duque vous ne faites finalement quʼinver- dʼintérêts et dʼappartenances sociales, nom de Mbembé présentait commeser les rapports de domination propre à culturelles, politiques qui nʼont rien dʼex- « un narcissisme politique, culturel et in-la société française, en faisant de toutes clusives les unes par rapport aux autres tellectuel dont on pourrait dire que lʼim-victimes un coupable idéal. et que chacun est libre de sʼapproprier pensé procède dʼune forme ou dʼabandonner. dʼethno-nationalisme racialisant ».Cʼest bien à cela que nous sert cette fa-meuse thématique du « communauta- Il sʼagit bien de nous concentrer sur unerisme » devenue bizarrement approche sociologique, pluraliste, cos-omniprésente au moment même où mopolite et égalitaire de la société et dusʼopérait la conversion française au néo- « vivre-ensemble ».libéralisme. « Il y a deux manières de se perdre : parComme toujours, la posture nationaliste ségrégation murée dans le particulier ousert ainsi à échapper aux attendus de la par dilution dans lʼ « universel ». Maquestion sociale chère à Jaurès, au prix conception de lʼuniversel est celle dʼundʼune xénophobie et dʼune discrimina- universel riche de tout le particulier, richetion galopante. Dans lʼespace de liberté qui est le notre de tous les particuliers, approfondisse- - délimité par le respect de lʼintégrité et la ment et coexistence de tous les particu-Bref, annoncer que lʼon va pouvoir « dé- liberté de chacun - toutes ces affiliations, liers ». Ainsi parlait Césaire en 1956.créter » lʼidentité nationale et définir toutes ces appartenances subjectivesquelque chose dʼaussi subjectif, relève sont également légitimes et il ne vous Il est temps de rejeter le vieil assimila-en fait dʼune formidable prétention qui en appartient pas de nous dire celles qui tionnisme ethnocentrique hérité de ladit long sur la conception bien restrictive sont conformes ou non conformes à troisième République auquel votre dé-que vous avez de la société dʼau- lʼidentité nationale, sauf à sʼengager marche renvoie ! Il est temps de penserjourdʼhui. dans une voie extrêmement dange- lʼuniversalité da0ns la diversité. reuse aussi bien pour nos libertés queLa France dʼaujourdʼhui, Monsieur le mi- pour la cohésion sociale. Césaire nous met en garde : « une civi-nistre, trouve ses racines dans toutes les lisation qui ruse avec ses principes estrégions dʼEurope, dʼAfrique, du Moyen- Aussi, mes chers collègues, je ne clôtu- une civilisation moribonde ».Orient, dʼAsie, dʼAmérique, des Ca- rerai pas mon propos par la citation tra-raïbes et dʼOcéanie. Toutes les cultures, ditionnelle et convenue dʼun passage du Il nous invite au contraire à une « identitétoutes les histoires, toutes les langues, discours de Renan à la Sorbonne. non pas archaïsante, dévoreuse de soi-toutes les sagesses et toutes les dou- même, mais dévorante du monde, cʼest-leurs que portent les 5 continents sont Non seulement parce que je nʼai pas à-dire faisant main basse sur tout leaussi les nôtres, dans le sens où elles pour référence ceux qui ont fait lʼapolo- présent pour mieux réévaluer le passésʼy interpénètrent toutes en perma- gie des conquêtes coloniales et du et pour, mieux encore, préparer lenence. « droit des races supérieures sur les futur ». races inférieures », mais aussi parceCe sont aussi elles qui font la diversité que les conceptions de Renan compor- Merci de votre attentionde notre société, cʼest-à-dire son dyna- tent une dimension éminemmentmisme et sa richesse. Serge Letchimy Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 16 décembre 2009
  4. 4. POLITIQUE AVANCEE INSTITUTIONNELLE : LE NON SOUS LE SIGNE DE L’UNITE ET DE L’UNION Voilà ! Le mot est lâché : cʼest Nous devons faire triompher le LʼUNION. Et ce nʼest pas un écart NON le 10 janvier et dire non au po- de langage quand, lors de la mani- pulisme ». BUVAL : « Nous aussi, festation de rentrée de la Fédéra- nous avons été pris en otages le 18 tion Socialiste, son président- juin quand il nous a été asséné : si député de la Martinique, maire de zot lé manjé, fok zot voté apwesan ! Trinité, Louis-Joseph MANS- 13 séances dʼune heure et demie COUR, affirmait que cette réunion pour sceller le destin dʼun peuple ». était « une préfiguration de lʼunité L.J. MANSCOUR : » Nous souhai- dans lʼunion de toutes les forces dé- tons mener campagne au nom de mocratiques de gauche dans les la Fédération Socialiste. Nous ne luttes futures à mener ». Et enten- pouvons prendre le risque dʼaller Serge SOUFFLEUR dre Alex RANLIN demander de dans le 74 ! Assurément, le NON « répéter, répéter encore, nous mo-Schoelcher, Fort-de-France, Rivière lʼemportera le 10 janvier. Nous vou- biliser pour cette victoire du NON leSalée – pour ne citer que ces lons transcender les différences et 10 janvier » ; Patricia TELLE : «étapes au calendrier de nos réu- favoriser lʼunion ». Nous devons converger vers un ar-nions quotidiennes- le PPM va à la ticle 73 maîtrisé car aujourdʼhui plus Quʼil sʼagisse de Didier LA-rencontre des Martiniquais pour rien ne sera comme avant. Nous GUERRE, Secrétaire général dudes échanges librement consentis, voulons évoluer avec la populationpassionnants et constructifs. PPM, de Jean-Claude WILLIAM, martiniquaise, donner une autre président du Mouvement des Auto-Nulle tentative chez nous dʼimposer image de la politique, changer et nomistes et Progressistes, de Mar-un discours professoral et préten- tendre vers un projet ». Simon lène LANOIX, ex-présidente de latieux ! Simplement, des discussions MORIN, du Mouvement Joséphin Fédération Socialiste, le discours aapaisées qui portent une rhéto- et une formule savoureuse : « Le 74 nous demande de faire un grand été le même : une argumentationrique argumentée et solide. Notre écart sans échauffement ». VAUGI- solide que cadre une dialectiqueposition clairement établie se dé- RARD : » Nous devons souhaiter structurée. Mais ce qui frappe lecline naturellement. Partout, cʼest du progrès pour notre pays avec plus dans les propos des us et desce besoin dʼinformations qui sʼex- une évolution que nous maîtrisons. autres, cʼest leur volonté non feinteprime depuis que les Martiniquais Le 73, le 74, ne nous dispensent de se retrouver pour mener desont investi le champ subtil du sujetet se le sont appropriés pour le por- pas dʼun projet pour la Martinique, luttes communes pour faire avancerter à la compréhension et au discer- ce que les tenants de lʼarticle 74 la Martinique. Comme ils tiennent ànement du plus grand nombre. Et le nʼont pas ! Ils vivent, du reste, le le préciser, il ne sʼagira pas pourmessage, notre message, passé eux de se fondre et se confondre,dans lʼalambic de la patience et de de se rallier opportunément, maisla raison, prend place et sʼinstalle. de sʼassocier dans la plénitude deVoter NON le 10 janvier 2010 leurs particularités en toute respon-contre lʼarticle 74 tel quʼil nous est sabilité.présenté, est devenu bien plusquʼun geste réflexe salutaire : unacte citoyen de haute conscience. LʼUNION, vous disais-je : on y estLes yeux dessillés, les consciences déjà. Auparavant, vous devez voteralertées, dʼautres formes dʼexpres- et faire voter NON le 10 janvier àsions républicaines se font jour, des lʼarticle 74 tel quʼil nous est pré-stratégies prennent forme et alors, senté.cette possibilité qui au fil du temps Catherine CONCONNEétait devenue une chimère, cetteprobabilité maintes fois différée, spectre de leur échec annoncé ». Serge SOUFFLEURsouventes fois retardée sʼinvite au Catherine CONCONNE : « Derendez-vous de lʼhistoire de notre belles routes et des Martiniquaispeuple. laissés sur leur bord, où lʼemploi et le développement seront absents. Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 16 décembre 2009
  5. 5. VIE DU PARTI NOUS DIRONS NON LE 10 JANVIER 2010 ET OUI LE 24 JANVIER 2010Cʼest en ces termes que la été comprises de tous comme tisfait dʼêtre venu sʼenrichir, afinconsigne de vote a été donnée nous avons pu le constater . de se présenter aux urnes ence vendredi soir 20/11/09 lors delʼintervention de nos cama- Car dʼaucuns présentent lʼarticle toute quiétude.rades : 74 comme étant la panacée, le remède miracle à tous nos maux Nous pouvons donc dire que leChristian EDMOND-MARIETTE alors quʼen réalité il rompt avec message est passé, mais que laconseiller général, et Alain AL- lʼidentité législative. Donc, direFRED conseiller Municipal à non ! cʼest faire preuve de réa- mobilisation continue.lʼassistance venue nombreuse lisme et de prudence.ce soir là à lʼinvitation du balisier Jonas BOUTONCamille DARSIERE, chez notre Haut du formulairecamarade Georges COPPET à Ceci dit, nos intervenants ayant Trésorier du balisier Camille DARSIERESMontgérald,dans le cadre des la parfaite maîtrise du sujet ontprochaines consultations sur déployé toute leur énergie à ex-lʼévolution institutionnelle et sta- pliquer les raisons pour les-tutaire. quelles il fallait dire NON à une évolution statutaire dans le ++++++++++++++++++++++++++Au mois de janvier 2010 la Mar- cadre de lʼarticle 74 tel quʼil est ++++++++++++++++++++++++++tinique écrira une nouvelle page rédigé et pourquoi il fallait dire ++++++++++++++++++++++++++de son histoire et ce sera là un OUI à lʼassemblée unique dansenjeu important pour lʼavenir de le cadre de lʼarticle 73 de lanotre île et indéniablement celui Constitution Française ce qui Le M.A.P. sʼadresse à vous ! Cede notre progéniture. permettrait une première expéri- sera sur Radio Canal Antilles mentation.Et à ce titre notre balisier se ré- (100.6 Mhz) à partir de ce mer-jouit dʼune part , dʼavoir organisé Ils se sont montrés à la hauteur credi à 7h10, 12h10, 18h30.cette rencontre avec les ci- des attentes en dressant un ta-toyens du quartier afin de porter bleau de la situation à cette foulelʼinformation au cœur même de en quête dʼinformations où des ++++++++++++++++++++++++++la cité, et dʼautre part, de la réponses précises et concises ++++++++++++++++++++++++++qualité et de la pertinence des ont été apportées aux questions. ++++++++++++++++++++++++++débats qui ont suivi permettantainsi des échanges intenses et A notre avis, le plus grand nom-riches en informations tant sur la bre est reparti confiant et ras-loi organique , sur lʼévolution suré et très certainement enstatutaire , que sur lʼévolution mesure de pouvoir faire passerinstitutionnelle, qui nʼavait pas le message à son tour, donc sa- Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 16 décembre 2009
  6. 6. IN MEMORIAM CAMILLE DARSIÈRES TROIS ANS DÉJÀ rois ans déjà que Camille je lui avais annoncé mon inten-T Darsières nous a laissés. Cʼest à la fois comme sicʼétait hier et en même temps tion dʼécrire sur lui, à la de- mande du directeur monumental Dictionnaire Bio- ducomme si cʼétait incroyablement graphique du Mouvement Ou-lointain. Comme si cʼétait hier vrier Français, Claude Pennetier,parce que ses amis ne peuvent une brève notice. Il sʼy était op-pas ne pas se rappeler ce terri- posé estimant quʼil nʼy avait pasble petit matin du jeudi 14 dé- sa place et me suggérant dʼau-cembre 2006 quand la nouvelle tres noms plus dignes, selon lui,nous a sortis du lit, incapables de figurer dans ce dictionnaire.de dire un mot pendant delongues minutes, mal en point, Le second trait de ce caractèretout juste en mesure de nous apparemment si froid, si distant,traîner jusquʼà son domicile à cʼétait son extraordinaire sensi-Clairière, mais hors dʼétat de bilité. Jean-Claude Duverger,faire la moindre déclaration. son suppléant aux élections lé-Comme si cʼétait incroyablement gislatives de 1993 à 2002 et lʼunlointain, parce que, en ce troi- vait tenir en une page ou deux. de ses plus fidèles amis, mʼac-sième anniversaire, nous Cʼest cette réponse qui est deve- compagne souvent dans la pré-nʼavons pas senti autant quʼil nue le livre de quelque trois sentation de mon livre. Ilnous paraissait souhaitable, cents pages qui devait paraître rappelle chaque fois une anec-lʼélan qui au lendemain de sa le 14 décembre 2008 pour le se- dote qui lʼa beaucoup frappé.disparition semblait devoir sou- cond anniversaire de sa mort, Devant les accusations ignobleslever le PPM, pour le mettre au Hommage à un grand Martini- portées contre lui à partir deniveau de lʼespérance du meil- quais, Camille Darsières. Cʼest 1992-1993, touchant les difficul-leur de ses bâtisseurs. en le relisant juste avant dʼen re- tés financières dʼune Collectivité mettre à lʼéditeur la copie défini- qui, sous sa présidence, avaitJʼavais essayé dʼintervenir à la tive que jʼai mieux mesuré tout construit trois lycées en troiscérémonie organisée au siège ce quʼil y manquait, que je ans, il lui arrivait de fondre endu PPM deux jours après son nʼavais pas eu le temps de déve- larmes devant Jean-Claude enenterrement au cours dʼune de lopper et quʼil faudra bien com- lui racontant les affres de saces réunions du lundi dont il pléter un jour ou lʼautre, mère (plus de 95 ans), qui neavait été lʼinventeur et le mainte- moi-même ou un autre, peu im- croyait pas un traître mot deneur. Pour assurer la pérennisa- porte, si on veut rendre à Ca- cette campagne odieuse, maistion de la mémoire du principal mille lʼhommage quʼil mérite et ouvrait chaque matin « France-organisateur du parti dʼAimé Cé- au pays tout lʼenseignement quʼil Antilles » avec la hantise dʼy voirsaire, jʼai décidé le soir même peut tirer dʼune meilleure annoncer lʼarrestation de sondʼécrire à la direction du Parti connaissance dʼun de ses servi- fils.pour faire deux ou trois proposi- teurs qui ne mettait rien au-des-tions que jʼavais été incapable sus de lʼamour et du respect quʼil Le troisième trait qui me semblede formuler clairement devant portait à son peuple. mériter lʼattention cʼest pourtantles militants. lʼoptimisme dont il pouvait faire Deux ou trois traits de son carac- preuve dans les moments diffi-La seule réponse écrite que jʼai tère me paraissent dignes de re- ciles. À lʼheure où les noyeurs dealors reçue de mon balisier mʼa tenir lʼattention : sa modestie, sa poissons racontent tant et tantamené à commencer à rédiger sensibilité et son optimisme. Sa de sottises à propos de laune justification de ces proposi- modestie dʼabord. Trois ou qua- construction dʼun lycée de transittions. Dans mon esprit, cela de- tre mois à peine avant sa mort, pour accueillir quelque 1200 Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 16 décembre 2009
  7. 7. IN MEMORIAMélèves en attendant la recons- volonté. premier pas dʼune dé-truction du Lycée Schœlcher, je marche nationaliste etme souviens de lʼune des plus Un dernier mot. À un mois dʼune quʼils dénoncent aujourdʼhuibelles performances jamais réa- importante consultation popu- comme le dernier avatar de lʼas-lisées par un responsable poli- laire sur nos institutions on ne similationnisme.tique au profit de la jeunesse de me pardonnerait pas mon si-son pays. Informé Je rappelle quʼà lapar le recteur consultation du 7 dé-Claude Lambert, fin cembre 2003, Camillefévrier 1989, du Darsières a assumé,risque de se retrou- probablement avecver avec 800 élèves moins de conviction quesans domicile fixe à de discipline, la positionla rentrée de sep- de son parti dans un ar-tembre 1989, Ca- ticle du 8 octobre 20031mille avait fait qui se termine sur cesadopter par la Com- mots : « le oui ne devramission Perma- pas stopper notre vigi-nente une lance. Mais tout audélibération pré- contraire susciter et im-voyant la construc- pulser une authentiquetion dʼun lycée de mobilisation. ».transit pour la rentrée de 1989. Il lence sur la position de Camillenʼy avait ni terrain, ni plans, ni fi- Darsières sur cette question. Il Le PPM ne dira pas autrenancement. La première pierre était lʼennemi de tous les sim- chose le 10 janvier prochain.de cet établissement a été plismes. Il refusait de tenir ses En ce sens il est dans le droitposée début Avril, ce qui devait adversaires pour des imbéciles fil de la pensée de lʼun de sesprovoquer sourires amusés, et pour des lâches. Le contraire meilleurs dirigeants parcehaussements dʼépaules scep- de ces petits marquis aux talons que, tous comptes faits, lʼuntiques et ricanements homé- roses, au nationalisme dʼautant des plus fidèles disciples deriques. Le Lycée de transit, plus ombrageux quʼil est plus Césaire.Acajou 1, au Lamentin, nʼen ou- tardif, dʼautant plus hargneuxvrit pas moins ses portes le 1er quʼil a beaucoup à se faire par-septembre 1989, au bout de cinq donner. Ils nʼont pas encore Edouard de Lépinemois, à la grande satisfaction de commencé à faire avec lui cetoute la communauté, élèves, quʼils ont fait ou plutôt quʼils ten-professeurs, personnels et pa- tent de faire avec Césaire. Aprèsrents. lʼavoir couvert de tombereaux dʼinjures et de tonnes de cra-À lʼoccasion de ce troisième an- chats, ils voudraient lʼenterrerniversaire de sa mort, je ne sais sous des montagnes de fleurs.lequel de ces traits mérite leplus de respect. Je me flatte de Ils se contentent pour lʼinstant delʼavoir assez bien connu pour ne faire porter à Camille, avec lapas craindre de me tromper en formule du « chat en sac » - quiaffirmant quʼil eût sans doute ap- nʼétait dʼailleurs pas de lui - laprécié quʼon rappelât en quoi il responsabilité de lʼéchec de 1était aussi un digne fils de Cé- ceux qui préconisaient en 2003 Je reproduis intégralement cet articlesaire : dans les moments les le vote en faveur de lʼarticle 73 à la page 301 de lʼHommage à CD.plus difficiles, il savait dompter de la Constitution. Soit dit enle pessimisme de sa raison par passant, ce même article quʼils « Oui à la consultation sur la collectivitéun inaltérable optimisme de sa présentaient alors comme le et lʼassemblée uniques » Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 16 décembre 2009
  8. 8. PAROLES CITOYENNES Lettre à un ami abstentionnisteMon cher ami, quement que des INDEPEN- passation des pouvoirs vers lʼau- DANTISTES « purs et durs » tonomie dans la gestion et la sʼaccommodent à ce point du « 74 ». Je me rappelle en ce gouvernance de nos affaires.Je te sais habituellement trèshésitant, et sʼabstenir de voter début dʼannée, comment nousest inconcevable. Cette consul- étions tous les deux impression- nés par la force populaire de latation du 10 janvier 2010 est très mobilisation martiniquaise Boug mwen, je suis convaincuimportante pour lʼavenir de nos contre la vie chère et la « pwofi-familles, de nos enfants, de que cette méthode pour évoluer tasyon ». Nʼoublie pas que cʼestnotre pays ! à lʼinitiative dʼun collectif syndi- est la BONNE, celle qui peutPersonnellement, mon choix est cal ! Cʼest insensé de croire que aboutir. Tu me connais, je veuxfait : Je voterai NON le 10 janvier le « 74 » aurait réglé ce conflit,2010 ! Ou lé sav poutchi ? dont on nʼa pas fini dʼanalyser que les choses bougent, mais je les causes. pense dʼabord aux familles mar-Quand tu dois faire une acquisi-tion, tu demandes une FAC- Par contre, lʼarticle 73 garantit tiniquaises qui ne doivent rienTURE PRO FORMA qui détaille lʼapplication de toutes les lois perdre dans cette affaire. Alors,le contrat-type, les coûts, les ga-ranties et assurances néces- mon vieux, il faut aller voter etsaires, nʼest-ce pas ? Eh bien ne trompe pas ! Cʼest NON lemon vieux, le « 74 » tel quʼon 10 janvier2010 ! On en repar-veut nous le faire voter, à la sau-vette, ne remplit pas, mais pas lera pour la suite, OK ?du tout, ces conditions.On ne sait quels pouvoirs leConseil Constitutionnel accor- Bien amicalement,dera quand il votera la Loi orga-niqueOn ne sait pas si lʼEurope accep- (adaptées si besoin à la situationtera de nous garder le statut de locale) et surtout, par le statut de Alain PHILIPBERTRUP pour les financements RUP, nous assure les finance-Cʼest sûr que le levier fiscal sera ments européens nécessaires àactionné, plutôt trop souvent la réalisation des projets structu- rels, éducatifs, environnemen-En plus, je trouve des relents de taux, etc.…xénophobie dans certains textesconcernant le foncier et lʼemploi. De plus, tu sais quʼavec la fusionCertes, il faut protéger notre pa- des deux assemblées territo-trimoine foncier et humain, mais riales, il y aura du remue-mé-tout de même ! Jʼexagère peut- nage ! Dans ce contexteêtre, mais cet excès de « natio- économiquement difficile et in-nalisme » et les coups de sang certain, il vaut mieux que ce changement se fasse dans la P.S. : Un spécialiste de lade certains dirigeants mʼef- continuité ! Par contre, sur les 5 Constitution disait : « Mieux vautfraient. ou 6 ans prochains, il faut des rester dans le 73 quʼun 74 malEn plus, je trouve très malhon- négociations serrées avec lʼEtatnête intellectuellement et politi- et lʼEurope pour bien réaliser la négocié ! » Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 16 décembre 2009
  9. 9. ECONOMIE Serge Letchimy interroge le gouvernement sur la situation économique et sociale de la Martinique fondamental, notamment en ma- des PME qui constituent, vous tière dʼéconomie sociale. lʼavez indiqué, le tissu écono- Quelles contributions peuvent mique majoritaire en Martinique. être apportées et peuvent-elles Les objectifs sont au nombre de notamment bénéficier de me- trois : améliorer lʼaccès au mar- sures dʼaccompagnement ? ché, rendre les TPE-PME plus Lʼactivité touristique nʼéchappe pas compétitives et renforcer leur à la crise. Nous sommes passés de structure financière. 1 million de touristes par an à moins de 400 000. Existe-t-il des dispositifs Sʼagissant des conditions dʼin- particuliers, dʼautant que nous tervention dʼOséo, il faut savoir sommes touchés par « lʼeffet que cet établissement public est chlordécone » ? Comment lʼÉtat représenté outre-mer par lʼAFD, S. LETCHIMY peut-il accompagner les institutions le but étant dʼaméliorer lʼinter- locales pour la commercialisation vention outre-mer en étendant la de la destination martiniquaise ? gamme des produits dʼOséo dis-Mme la présidente. La parole Le chlordécone a des effets col- tribués outre-mer. Par ailleurs, leest à M. Serge Letchimy, pour latéraux. Ainsi, le préfet de la fonds de garantie DOM permetexposer sa question, n° 815. Martinique a pris la décision la couverture des crédits ban- dʼarrêter la commercialisation deM. Serge Letchimy. Monsieur le caires à moyen terme à lʼinves- produits venant de la mer.secrétaire dʼÉtat chargé de lʼem- tissement et à la restructuration Quelles mesures sont prisesploi, la Martinique connaît une des entreprises. À ce dispositif pour compenser ces pertes fi-situation économique très diffi- nancières très importantes ? sʼest ajouté un nouveau volet decile, due à la fois à la crise éco- Enfin, les conditions de mise en garantie des crédits.nomique mondiale et aux œuvre du RSTA et du régime fis- Vous mʼavez interrogé égale-différentes crises que nous cal qui lui sera applicable ris- ment sur les associations dʼin-avons connues sur le plan so- quent, du fait de certaines sertion. Je suis prêt, parcial. Les entreprises les plus tou- dispositions, de faire perdre à lʼintermédiaire des services dechées sont les TPE ou les PME, certains bénéficiaires une partie lʼÉtat déconcentrés, à voir com-qui représentent, je le rappelle, de leur pouvoir dʼachat. Des me- ment mieux venir en aide aux90 % des entreprises locales. La sures de compensation sont- associations dʼinsertion. Cʼest uncrise a entraîné une perte sèche elles prévues pour ces familles ? domaine auquel je crois, en fa-dʼenviron 10 000 emplois, ce qui veur duquel nous avons investiporte le nombre de chômeurs à Mme la présidente. La parole de lʼargent au titre des politiquesla Martinique à 45 000, soit 25 % est à M. Laurent Wauquiez, se- de lʼemploi et quʼil faut continuerde la population. crétaire dʼÉtat chargé de lʼem- à soutenir.Des dispositifs sont mis en place ploi. Concernant le RSTA, il avaitpar les institutions locales mais M. Laurent Wauquiez, secrétaire été mis en place dans lʼattenteje souhaiterais savoir quels mé- dʼÉtat chargé de lʼemploi. Mon- du RSA par un amendementcanismes dʼaccompagnement sieur le député, vous soulignez au PLF pour 2010. Dès lorssont susceptibles dʼêtre mis en à juste titre la situation écono- que le RSA sera mis en oeuvreœuvre et quel bilan le Gouverne- mique délicate dans laquelle se dans les DOM, il le sera dansment dresse de lʼintervention trouve la Martinique suite à la les mêmes conditions fiscalesdʼOséo et de lʼAgence française crise mondiale et à la crise so- que le RSA en métropole, cede développement en Marti- ciale du début de lʼannée. qui est parfaitement normal enn i q u e . Le dernier conseil interministé- termes dʼéquité républicaine,Par ailleurs, des associations riel de lʼoutre-mer a prévu un en- à laquelle je sais que voustrès importantes jouent un rôle semble de réponses en faveur êtes attaché. Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 16 décembre 2009
  10. 10. ECONOMIEPour les activités touristiques, le concernent uniquement la com- M. Serge Letchimy. Concernantbut est dʼabord de préserver lʼof- mercialisation dans certaines Oséo, je crois quʼil serait intéres-fre hôtelière dans la crise, en- zones. Dans le même temps, les sant de dresser un bilan de sonsuite de soutenir la demande, services du ministère de lʼagri- impact. Il semble quʼune ving-notamment par des campagnes culture travaillent à définir un dis- taine de dossiers soient traités,de promotion, enfin, à moyen alors que des dizaines dʼentre- positif dʼaccompagnement desterme, de mettre en place un prises sont en difficulté. Jʼauraisgroupe de travail notamment sur pêcheurs. Enfin, des cam- pagnes de promotion pour la aimé que votre ministère fassela desserte aérienne des An- une expertise, en concertationtilles, qui est un des goulets consommation des poissons bien sûr avec les institutions lo-dʼétranglement majeurs. frais issus de la pêche locale cales, pour voir comment onSʼagissant enfin de la question sont en cours dʼétude avec les peut augmenter le nombre dede la contamination des produits professionnels.de la mer par le chlordécone aux personnes pouvant bénéficier duAntilles, des mesures ont en Mme la présidente. La parole dispositif dʼaccompagnement.effet été prises par le préfet, qui est à M. Serge Letchimy.Lycée Schoelcher : motion du conseil d’administration Communiqué de presseLe Conseil dʼAdministration vote : - La reconstruction du Lycéedu lycée Schœlcher samedi 5 Schœlcher sur site et dans les plusdécembre 09 sʼest déroulé en Le Ca du lycée Schœlcher, brefs délais.présence du recteur qui a réuni en sa séance du 5 dé- cembre 2009 déclare, en de- Il se prononce contre la dispa-tenté une ultime médiation hors de tout débat politicien, rition dʼun outil dʼexcellence,entre ville et région également vouloir : alors même que celui fonc-présentes. tionne encore très bien.Malgré une discussion longue, - La non dispersion de la commu-aucun accord nʼa manifeste- nauté scolaire (personnels et Le CA considère que si un auditment été trouvé, le représentant élèves) doit être fait, il doit lʼêtre par unde la région rappelant quʼil organisme international, type - Le maintien de la structure péda- SOCOTEC ou VERITAS dû-nʼavait rien à négocier. La mo- gogique actuelletion suivante, émanant du ment habilité pour ce genreSNES, a été votée par 9 voix - Le transfert dans un lycée de tran- dʼaudit sur la solidité en cas depour, 1 voix contre, 3 absten- sit à proximité pendant la durée séisme.tions et 3 ne prenant pas part au des travaux COMMUNIQUÉ MAPLe Mouvement des Autonomistes et des Progres- Pour défendre la démocratie, plus que jamais, le Mou-sistes vement des Autonomistes et des Progressistes ap- pelle à voter :Condamne fermement les propos racistes et xéno-phobes tenus par Monsieur Claude CAYOL Conseiller · NON le 10 janvierRégional, membre du RDM, au sujet du mouvementde protestation des élèves du Lycée Schoelcher · OUI le 24 janvierDénonce la campagne dʼinjures qui sʼinstalle insidieu-sement dans le débat politique en MartiniqueAppelle toutes les forces démocratiques à la vigi-lance, à ne pas céder aux provocations, et à se mobi- Le 14 Décembre 2009liser contre toutes dérives antidémocratiques ettentatives macoutistes. Le Président Jean Claude WILLIAM Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 16 décembre 2009
  11. 11. KOUTT ZEPON UNE IMAGE ÉVOCATRICE POUR TOUS, MAIS PAS FÉDÉRATRICE tristesse inavouée. Lʼimpos- dans son exercice préféré : sible relais quʼil espérait la menace. trouver auprès de ses amis sans voix, marque un peu Nous lʼavons bien compris, plus sa solitude. A attendre quʼil ne sʼagissait nullement le rendez-vous du pouvoir, dʼeffet coup de poing, ni de le voilà maintenant à lʼen- coup de cœur, mais de trée de la petite porte de DESESPOIR.De façon cyclique lʼagressi- lʼhistoire. Comme une re- Imaginons un instant cetvité dʼAMJ nous revient lique marquée par son homme au Pouvoir. Cʼestcomme un boomerang plein temps, il lui est devenu im- marche ou crève ! Les alliésla face. Pas apaisé du tout, possible de sʼen sortir. Il re- dʼhier pourraient devenir leslʼhomme nourrit de ran- p l o n g e rivaux de demain.cœurs et de déceptions, re- Mais il lui faudra reve-compose sur le petit écran nir sur terre, AMJ,ses colères explosives, ses lʼheure de la retraite amots inspirés criblés de sonné et ne pas mourirrage. AMJ nʼen finit pas de par colère pour un rêve quivouloir imposer sa hargne lui inflige un délicieuxtelle une hyène. Comment virus : la politique.peut-on appartenir à ce siè-cle avec autant de haineverbale et de souffrances Bananncachées ? Serait-il embar-rassé par sa propre longé-vité ? Reste sa voix,inoubliable, sûre et sans LE FAUX PAS DE L’IZNOGOODtremblement, ponctuée de COMMUNIQUÉ PPMLe Parti Progressiste Martiniquais condamne et ont été, à chaque fois, condamnés unanimement àfermement les propos racistes et xénophobes la Martinique.tenus ce lundi 14 décembre 2009 par le conseil-ler Régional Claude CAYOL. Le PPM dénonce les dérapages, de plus en plus fré- quents, dune campagne de la haine qui sinstalle insi-De tels propos, inadmissibles doù quils viennent, sont dieusement dans le débat politique actuel à laindignes dun élu martiniquais, enseignant à la retraite Martinique.et éducateur du peuple. Le PPM appelle, une fois de plus, tous les MartiniquaisCes propos portant atteinte à la dignité humaine rap- à être vigilants quant au respect des droits et des li-pellent étrangement ceux tenus sous dautres cieux bertés de chacun.par certains membres de léchiquier politique français, Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 16 décembre 2009
  12. 12. PLANNING CAMPAGNE DÉBAT INSTITUTIONNEL DU P.P.M ET DU M.A.P DU 16 AU 23-12-2009 Date Commune Ressource Lieu et heure NatureMer 16 Déc. Marin M.A.P Cantine Centrale du bourg à Réunion Publique 18H30Mer 16 Déc. Fort-de-France PPM - V. Erin M.J.C Floréal à 19H00 Réunion PubliqueMer 16 Déc. Schœlcher G-HARPON 15 av. Anse Madame Réunion PubliqueMer 16 Déc. Fort-de-France Laurence av. Frantz Fanon place de Réunion Publique Lebeau lʼéglise chez Lugo à 18H30Mer 16 Déc. Fort-de-France R. Séminor Rue Xavier Orville chez Mar- Réunion Publique dayé au T.St-Ville à 18H30Jeu 17 Déc. Prêcheur M.A.P Salle Polyvalente place du Réunion Publique 22mé à 18H30 Jeu 17 Déc. Fort-de-France M. Gautry 20 Rue F.Rustal chez Réunion Publique Redoute M.Raoul ste - Luce à18H30 Jeu 17 Déc. Fort-de-France J. Hajjar 1 Rue de la Liberté 3ème Réunion Publique centre ville étage à 19H00Vend 18 Déc. Trinité M.A.P Cantine Centrale du Bourg à Réunion Publique 18H30Vend 18 Déc. Lorrain F. Daniel Plateau Morne Capot chez Réunion Publique Mme Henriette à 18H30Vend 18 Déc. Fort-de-France- Mme. Merault 13 rue du bois ti baume Réunion Publique Texaco chez Maitre RobeSam 19 Déc. Fort-de-France M.A.P A la permanence à 18H30 Le M.A.P reçoit les professionnels de santéSam 19 Déc. Fort-de-France- J.Millia 143 Route de Moutte entrée Réunion Publique Moutte COPES à 18H30Sam 19 Déc. Anse dʼarlet M.Brigitte Salle Municipale de Réunion Publique Galochat à 18H30Dim 20 Déc. François M.A.P Restaurant les Brisants à Réunion Publique 10H00Lun 21 Déc. Fort-de-France M.A.P A la permanence à 18H30 Le M.A.P reçoit les professionnels de la constructionMar 22 Déc. Fort-de-France G. Gouacide Restaurant la Fontane 151 Réunion Publique Rte de Balata à 18H30Mer 23 Déc. Ducos M. Marie- Foyer Rural de Durivage à Réunion Publique Sainte 18H30 Susceptibles de modifications. Se renseigner au Parti (05.96.71.88.01) ou auprès de Daniel CHOMET (06.96.29.69.40) Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui COMITÉ DE RÉDACTION : ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, Jeannie DARSIERES intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’en- voyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Didier LAGUERRE imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Laurence LEBEAU Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Daniel RENAY 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Serge SOUFFLEUR Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Victor TISSERAND Site Internet : www.ppm-martinique.fr Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 16 décembre 2009

×