1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret

2 381 vues

Publié le

PLU 1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret
Ville d'Ergué-Gabéric

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 381
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
278
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1b rapport de_presentation_2013-06-03_arret

  1. 1. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1 SOMMAIRE –––––––––––––––––– 1. INTRODUCTION .......................................................................................................... 6 1.1 L’objet du Plan Local d’Urbanisme ................................................................................................ 6 1.2 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme .................................................................................... 8 1.3 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme ............................................................................................ 9 1.3.1 1.3.2 1.3.3 1.3.4 1.3.5 1.4 1.4.1 Le Rapport de présentation (L. 123-1-2 et R. 123-2 du Code de l’Urbanisme) .............................................................................................................................................9 Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (L. 123-1-3 et R. 123-3 du Code de l’Urbanisme) .................................................................... 11 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (L. 123-1-4 et R. 123-3-1) ............................................................................................................................... 11 Le Règlement et le Plan de zonage (R. 123-4 du Code de l’Urbanisme).............................................................................................................................................................12 Les annexes (articles R. 123-13 et R. 123-14 du Code de l’Urbanisme)............................................................................................................................................................12 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme .......................................................................... 15 Historique du POS.....................................................................................................................................................................................................................................................................................15 1.5 Les modalités de concertation .................................................................................................. 16 1.6 Lexique des abréviations utilisées............................................................................................... 17 2. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ......................................... 20 2.1 2.1.1 2.1.2 2.1.3 2.1.4 2.1.5 2.1.6 2.1.7 2.1.8 2.1.9 Données socio-économiques ...................................................................................................... 21 Evolution de la population ....................................................................................................................................................................................................................................................................21 Structure par âge de la population..............................................................................................................................................................................................................................................23 Le logement ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................25 Composition socioprofessionnelle de la population ..........................................................................................................................................................................................................29 Projections .....................................................................................................................................................................................................................................................................................................32 Vie associative.............................................................................................................................................................................................................................................................................................33 Activités économiques ...........................................................................................................................................................................................................................................................................33 Enseignement et petite enfance ...................................................................................................................................................................................................................................................36 Equipements ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................38
  2. 2. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2 2.2 Les liaisons ....................................................................................................................... 38 2.3 Etat initial de l’environnement .................................................................................................. 42 2.3.1 2.3.2 2.3.3 2.3.4 2.3.5 2.3.6 2.3.7 Le relief............................................................................................................................................................................................................................................................................................................42 Réseau hydrographique et points d’eau....................................................................................................................................................................................................................................44 Faune-Flore....................................................................................................................................................................................................................................................................................................55 Climat .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................56 Géologie ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................59 Occupation des sols..................................................................................................................................................................................................................................................................................61 Le patrimoine culturel ...........................................................................................................................................................................................................................................................................66 2.4 Activité agricole.................................................................................................................. 70 2.5 Le risque majeur ................................................................................................................. 72 2.5.1 2.5.2 2.6 2.6.1 2.6.2 2.6.3 2.6.4 2.7 2.7.1 2.7.2 2.7.3 2.7.4 2.8 2.8.1 2.8.2 2.9 2.9.1 2.9.2 2.9.3 Les risques naturels ................................................................................................................................................................................................................................................................................72 Les risques technologiques ................................................................................................................................................................................................................................................................73 Le paysage........................................................................................................................ 74 Les grandes composantes paysagères .......................................................................................................................................................................................................................................76 Les unités paysagères............................................................................................................................................................................................................................................................................83 La trame verte et bleue .......................................................................................................................................................................................................................................................................86 Paysage et voies structurantes ......................................................................................................................................................................................................................................................88 Urbanisme ........................................................................................................................ 90 Les limites naturelles et coupures physiques ......................................................................................................................................................................................................................90 Le fonctionnement....................................................................................................................................................................................................................................................................................92 Les polarités .................................................................................................................................................................................................................................................................................................95 Typologie et patrimoine .................................................................................................................................................................................................................................................................... 100 Bilan et perspectives d’évolution ............................................................................................... 107 Bilan du Plan d’Occupation des Sols ......................................................................................................................................................................................................................................... 108 Analyse de la consommation d’espaces et objectifs de modération................................................................................................................................................................. 111 Recensement des contraintes législatives, règlementaires et supra-communales ........................................... 118 Dispositions législatives ..................................................................................................................................................................................................................................................................... 118 Les documents d’urbanisme supra-communaux................................................................................................................................................................................................................ 129 Les enjeux à développer ................................................................................................................................................................................................................................................................... 153
  3. 3. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 3 3. ORIENTATIONS ET MISE EN ŒUVRE DU PLU ..................................................................... 156 3.1 3.1.1 3.1.2 3.1.3 3.1.4 3.2 3.2.1 3.2.2 Les choix retenus pour établir le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD)......................... 156 Renforcer la cohérence territoriale d’Ergué-Gabéric............................................................................................................................................................................................... 158 Inscrire le développement d’Ergué-Gabéric au sein du bassin de vie de l’agglomération quimpéroise ................................................................................ 159 Gérer le trafic et promouvoir une politique de déplacements alternatifs à la voiture..................................................................................................................... 161 Prendre en compte la qualité des espaces naturels et anticiper les risques d’inondations........................................................................................................... 162 Stratégie règlementaire générale .............................................................................................. 164 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation.......................................................................................................................................................................................... 165 Le Règlement et le Plan de zonage............................................................................................................................................................................................................................................ 170 3.3 Compatibilité et conformité du PLU avec les normes législatives et règlementaires supérieures et les documents d’urbanisme supra-communaux ......................................................................................................... 199 3.3.1 3.3.2 Les normes législatives et réglementaires supérieures ........................................................................................................................................................................................... 199 Les documents d’urbanisme supra-communaux................................................................................................................................................................................................................207 4. INCIDENCES DES ORIENTATIONS DU PLU SUR L’ENVIRONNEMENT........................................... 232 4.1 Evolution du zonage ............................................................................................................. 232 4.2 Impact sur l’environnement ..................................................................................................... 238 4.2.1 4.2.2 4.2.3 4.2.4 4.2.5 4.2.6 Le principe du renouvellement urbain et le développement durable...............................................................................................................................................................238 L’activité agricole...................................................................................................................................................................................................................................................................................239 Les milieux naturels ............................................................................................................................................................................................................................................................................. 241 La gestion des ressources naturelles et les déchets .................................................................................................................................................................................................247 Le patrimoine.............................................................................................................................................................................................................................................................................................252 Prise en compte des risques et des nuisances .................................................................................................................................................................................................................254 5. LES INDICATEURS DE SUIVI ........................................................................................ 258 5.1 Consommation des espaces ..................................................................................................... 259 5.2 Environnement ................................................................................................................... 260
  4. 4. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 4
  5. 5. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 5 1 – INTRODUCTION ............................................................... 6 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6 – – – – – – L’objet du Plan Local d’Urbanisme ................................................. 6 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme ...................................... 8 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme ............................................. 9 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme ............................ 15 Les modalités de concertation .................................................... 16 Lexique des abréviations utilisées ................................................ 17
  6. 6. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 6 1. INTRODUCTION « Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le garant dans le cadre de ses compétences. Afin d'aménager le cadre de vie, d'assurer sans discrimination aux populations résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de réduire les consommations d'énergie, d'économiser les ressources fossiles d'assurer la protection des milieux naturels et des paysages, la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration et la création de continuités écologiques, ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de promouvoir l'équilibre entre les populations résidant dans les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les collectivités publiques harmonisent, dans le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions d'utilisation de l'espace. Leur action en matière d'urbanisme contribue à la lutte contre le changement climatique et à l'adaptation à ce changement. » (Article L. 110 du Code de l’urbanisme). 1.1 L’objet du Plan Local d’Urbanisme Le PLU traduit une organisation du territoire communal, en proposant un aménagement de l’espace conforme aux aptitudes du milieu au regard de chacune des vocations potentielles et des usages existants ou projetés : urbanisation, agriculture, loisirs et tourisme, protection de la nature et du patrimoine, activités économiques, … Le PLU expose le diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques, précise les besoins répertoriés en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, d’environnement, d’équilibre social de l’habitat, de transports, d’équipements et de services et réglemente l’utilisation des sols de la Commune.
  7. 7. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 7 Les objectifs exprimés par la Collectivité qui ont conduit à la révision du Plan d’Occupation des Sols actuel pour passer en Plan Local d’Urbanisme ont été définis lors de la délibération du Conseil Municipal du 24 Septembre 2012 et portent : - sur l'accueil et l'intégration des nouveaux habitants tout en maîtrisant la consommation foncière ; sur le renforcement de l'attractivité économique et touristique d'ERGUE-GABERIC ; sur la préservation d'une activité agricole dynamique et diversifiée ; sur la préservation et la valorisation des espaces naturels ; sur le renforcement de l'accessibilité du territoire et des déplacements alternatifs ; sur la poursuite de l'aménagement des espaces publics et le développement des équipements. Une mise à jour des documents s’impose également par rapport à l’évolution législative depuis le dernier POS : - la loi SRU du 13 décembre 2000, la loi Urbanisme et Habitat du 3 Juillet 2003, les dispositions des articles L. 110 et L. 121-10 du Code de l'Urbanisme valant Loi d'Aménagement et d'Urbanisme au sens de l'article L. 111-1-1 dudit Code, les dispositions de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 et ses décrets d'application, la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion du 25 mars 2009 et ses décrets d'application, les lois d’orientation agricole des 9 juillet 1999 et 27 juillet 2010, les dispositions de la loi "Grenelle" du 3 août 2009 et du 12 juillet 2010, … Nota : dans le présent Rapport de présentation, toute référence à un article de loi se réfère au Code de l’urbanisme, sauf mention contraire particulière.
  8. 8. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 8 1.2 Le cadre juridique du Plan Local d’Urbanisme Le Plan Local d’Urbanisme exprime, selon l’article L. 121-1 du Code de l’Urbanisme, les règles d’urbanisme régissant le territoire de la Commune. « Les schémas de cohérence territoriale, les plans locaux d'urbanisme et les cartes communales déterminent les conditions permettant d'assurer, dans le respect des objectifs du développement durable : L'équilibre entre : 1a) Le renouvellement urbain, le développement urbain maîtrisé, la restructuration des espaces urbanisés, la revitalisation des centres urbains et ruraux ; b) L'utilisation économe des espaces naturels, la préservation des espaces affectés aux activités agricoles et forestières, et la protection des sites, des milieux et paysages naturels ; c) La sauvegarde des ensembles urbains et du patrimoine bâti remarquables ; 1-bis La qualité urbaine, architecturale et paysagère des entrées de ville ; La diversité des fonctions urbaines et rurales et la mixité sociale dans l'habitat, en prévoyant des capacités de 2construction et de réhabilitation suffisantes pour la satisfaction, sans discrimination, des besoins présents et futurs en matière d'habitat, d'activités économiques, touristiques, sportives, culturelles et d'intérêt général ainsi que d'équipements publics et d'équipement commercial, en tenant compte en particulier des objectifs de répartition géographiquement équilibrée entre emploi, habitat, commerces et services, d'amélioration des performances énergétiques, de développement des communications électroniques, de diminution des obligations de déplacements et de développement des transports collectifs ; La réduction des émissions de gaz à effet de serre, la maîtrise de l'énergie et la production énergétique à partir 3de sources renouvelables, la préservation de la qualité de l'air, de l'eau, du sol et du sous-sol, des ressources naturelles, de la biodiversité, des écosystèmes, des espaces verts, la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques, et la prévention des risques naturels prévisibles, des risques technologiques, des pollutions et des nuisances de toute nature. »
  9. 9. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 9 1.3 Le contenu du Plan Local d’Urbanisme 1.3.1 Le Rapport de présentation (L. 123-1-2 et R. 123-2 du Code de l’Urbanisme) L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables, les orientations d'aménagement et de programmation et le règlement. Il s'appuie sur un diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de développement forestier, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, de commerce, d'équipements et de services. Il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. »
  10. 10. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 10 Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : 1. Expose le diagnostic prévu au deuxième alinéa de l'article L. 123-1-2 ; 2. Analyse l'état initial de l'environnement, présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers et justifie les objectifs de modération de cette consommation et de lutte contre l'étalement urbain arrêtés dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard, notamment, des objectifs fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale, et des dynamiques économiques et démographiques ; 3. Explique les choix retenus pour établir le projet d'aménagement et de développement durables et, le cas échéant, les orientations d'aménagement et de programmation ; il expose les motifs de la délimitation des zones, des règles et des orientations d'aménagement et de programmation mentionnées au 1 de l'article L. 123-1-4 des zones, des règles qui y sont applicables, notamment au regard des objectifs et orientations du projet d'aménagement et de développement durables. Il justifie l'institution des secteurs des zones urbaines où les constructions ou installations d'une superficie supérieure à un seuil défini par le règlement sont interdites en application du a de l'article L. 123-2 ; 4. Evalue les incidences des orientations du plan sur l'environnement et expose la manière dont le plan prend en compte le souci de sa préservation et de sa mise en valeur ; 5. Précise les indicateurs qui devront être élaborés pour l'évaluation des résultats de l'application du plan prévue à l'article L. 123-12-1. …»
  11. 11. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 11 1.3.2 Le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (L. 123-1-3 et R. 123-3 du Code de l’Urbanisme) « Le Projet d'Aménagement et de Développement Durables définit les orientations générales des politiques d'aménagement, d'équipement, d'urbanisme, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, et de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques. Le Projet d'Aménagement et de Développement Durables arrête les orientations générales concernant l'habitat, les transports et les déplacements, le développement des communications numériques, l'équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l'ensemble de l'établissement public de coopération intercommunale ou de la Commune. Il fixe des objectifs de modération de la consommation de l'espace et de lutte contre l'étalement urbain. » 1.3.3 Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (L. 123-1-4 et R. 123-3-1) « Dans le respect des orientations définies par le projet d'aménagement et de développement durables, les orientations d'aménagement et de programmation comprennent des dispositions portant sur l'aménagement, l'habitat, les transports et les déplacements. 1) En ce qui concerne l'aménagement, les orientations peuvent définir les actions et opérations nécessaires pour mettre en valeur l'environnement, les paysages, les entrées de villes et le patrimoine, lutter contre l'insalubrité, permettre le renouvellement urbain et assurer le développement de la Commune. Elles peuvent comporter un échéancier prévisionnel de l'ouverture à l'urbanisation des zones à urbaniser et de la réalisation des équipements correspondants. Elles peuvent porter sur des quartiers ou des secteurs à mettre en valeur, réhabiliter, restructurer ou aménager. Elles peuvent prendre la forme de schémas d'aménagement et préciser les principales caractéristiques des voies et espaces publics. »
  12. 12. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 12 1.3.4 Le Règlement et le Plan de zonage (R. 123-4 du Code de l’Urbanisme) « Le règlement délimite les zones urbaines, les zones à urbaniser, les zones agricoles et les zones naturelles et forestières. Il fixe les règles applicables à l'intérieur de chacune de ces zones dans les conditions prévues à l'article R. 123-9. Il peut délimiter, dans des secteurs situés à proximité des transports collectifs existants ou programmés, des secteurs dans lesquels une densité minimale de construction est imposée. ». Le PLU est gouverné par l’application des dispositions des articles L. 123-1-5 et R. 123-9 du Code de l’Urbanisme. 1.3.5 Les annexes (articles R. 123-13 et R. 123-14 du Code de l’Urbanisme) « Elles indiquent, à titre d’information, sur un ou plusieurs documents graphiques, s’il y a lieu : 1. Les secteurs sauvegardés, délimités en application des articles L. 313-1 et suivants ; 2. Les zones d'aménagement concerté ; 3. Les zones de préemption délimitées en application de l'article L. 142-1 dans sa rédaction antérieure à la loi n° 85-729 du 18 juillet 1985 relative à la définition et à la mise en œuvre de principes d'aménagement et de l'article L. 142-3 dans sa rédaction issue de la même loi ; 4. Les périmètres à l'intérieur desquels s'applique le droit de préemption urbain défini par les articles L. 211-1 et suivants, ainsi que les périmètres provisoires ou définitifs des zones d'aménagement différé ; 5. Les zones délimitées en application du e de l'article L. 430-1 à l'intérieur desquelles s'appliquent les dispositions relatives au permis de démolir prévues aux articles L. 430-2 et suivants ; 6. Les périmètres de développement prioritaires délimités en application de la loi n° 80-531 du 15 juillet 1980 relative aux économies d'énergie et à l'utilisation de la chaleur ; 7. Les périmètres d'interdiction ou de réglementation des plantations et semis d'essences forestières, les périmètres d'actions forestières et les périmètres de zones dégradées à faible taux de boisement, délimités en application des 1°, 2° et 3° de l'article L. 126-1 du code rural et de la pêche maritime ; 8. Les périmètres miniers définis en application des titres II, III et V du livre Ier du code minier ;
  13. 13. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 13 9. Les périmètres de zones spéciales de recherche et d'exploitation de carrières et des zones d'exploitation et d'aménagement coordonné de carrières, délimités en application des articles 109 et 109-1 du code minier ; 10. Le périmètre des zones délimitées en application de l'article L. 111-5-2 à l'intérieur desquelles certaines divisions foncières sont soumises à déclaration préalable ; 11. Les périmètres à l'intérieur desquels l'autorité compétente peut surseoir à statuer sur les demandes d'autorisation en application de l'article L. 111-10 ; 12. Le périmètre des secteurs dans lesquels un programme d'aménagement d'ensemble a été approuvé en application de l'article L. 332-9 ; 13. Le périmètre des secteurs situés au voisinage des infrastructures de transports terrestres, dans lesquels des prescriptions d'isolement acoustique ont été édictées en application de l'article L. 571-10 du code de l'environnement ; 14. Le plan des zones à risque d'exposition au plomb ; 15. Les périmètres d'intervention délimités en application de l'article L. 143-1 pour la protection et la mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains ; 16. Les secteurs où une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent a autorisé un dépassement des règles du plan local d'urbanisme en application des articles L. 123-1-1 et L. 127-1 du Code de l’Urbanisme. La délibération qui précise les limites de ce dépassement est jointe au document graphique faisant apparaître ces secteurs ; 17. Les périmètres fixés par les conventions de projet urbain partenarial visées à l'article L. 332-11-3 ; 18. Les secteurs où une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent a autorisé, pour les constructions respectant les critères de performance énergétique prévus par l'article R. 111-21 du code de la construction et de l'habitation, un dépassement des règles du plan local d'urbanisme en application de l'article L. 128-1. La délibération qui précise les limites de ce dépassement est jointe au document graphique faisant apparaître ces secteurs ;
  14. 14. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 14 19. Les périmètres délimités par une délibération du conseil municipal ou de l'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale compétent dans lesquels le premier alinéa de l'article L. 111-6-2 ne s'applique pas. » « Les annexes comprennent à titre informatif également : 1. Les servitudes d'utilité publique soumises aux dispositions de l'article L. 126-1 ainsi que les bois ou forêts soumis au régime forestier ; 2. La liste des lotissements dont les règles d'urbanisme ont été maintenues en application du deuxième alinéa de l'article L. 315-2-1 ; 3. Les schémas des réseaux d'eau et d'assainissement et des systèmes d'élimination des déchets, existants ou en cours de réalisation, en précisant les emplacements retenus pour le captage, le traitement et le stockage des eaux destinées à la consommation, les stations d'épuration des eaux usées et le stockage et le traitement des déchets ; 4. Le plan d'exposition au bruit des aérodromes, établi en application des articles L. 147-1 à L. 147-6 ; 5. D'une part, les prescriptions d'isolement acoustique édictées, en application des articles L. 571-9 et L. 57110 du code de l'environnement, dans les secteurs qui, situés au voisinage des infrastructures de transports terrestres, sont affectés par le bruit et, d'autre part, la référence des arrêtés préfectoraux correspondants et l'indication des lieux où ils peuvent être consultés ; 6. Les actes instituant des zones de publicité restreinte et des zones de publicité élargie, en application des articles L. 581-10 à L. 581-14 du code de l'environnement ; 7. Les dispositions d'un projet de plan de prévention des risques naturels prévisibles rendues opposables en application de l'article L. 562-2 du code de l'environnement et les dispositions d'un projet de plan de prévention des risques miniers établi en application de l'article 94 du code minier ; 8. Les zones agricoles protégées délimitées en application de l'article L. 112-2 du code rural ; 9. L'arrêté du préfet coordonnateur de massif prévu au septième alinéa de l'article L. 145-5. »
  15. 15. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1.4 Le contexte d’élaboration du Plan Local d’Urbanisme 1.4.1 Historique du POS • Révision du POS • Modification N°1 du POS • Révision simplifiée N°1 du POS • Mise à jour N°1 du POS • Mise à jour N°2 du POS • Modification N°2 du POS • Mise à jour N°3 du POS • Modification N°3 du POS 23 Mai 2000 18 Décembre 2006 (Loi Barnier) 25 Février 2008 (Création de la zone d’activités communautaire de Kerourvois 2) 27 Août 2009 (PPRi) 18 Septembre 2009 (ZAD de Pen-Carn) 13 Septembre 2010 (Ouverture à l’urbanisation d’une zone NA2 située à Saint-Joachim) 30 Juillet 2012 (Servitudes radioélectriques) 19 Novembre 2012 (la nouvelle ZAC du Centre-Bourg) 15
  16. 16. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 16 1.5 Les modalités de concertation Les moyens mis en œuvre pour la concertation publique ont été les suivants : • L'organisation de deux réunions publiques aux différentes étapes charnières de la procédure (une au stade du débat du PADD, le 28 janvier 2013, une avant l'arrêt du projet de PLU, le 11 avril 2013). • Une information de la population au travers du site Internet de la Ville, des publications municipales, notamment le magazine, et de la presse quotidienne régionale. • La mise en place d'un cahier d'observations en Mairie à compter du 1er Octobre 2012 et pendant toute la durée de l'élaboration du projet, aux heures habituelles d'ouverture. • Une permanence d'élus en Mairie pour renseigner le public. L’élaboration du PLU a été lancée une première fois lors de la délibération du Conseil Municipal le 15 décembre 2008. La procédure d’élaboration du PLU a été menée jusqu’au pré-projet d’arrêt, même si le projet de PLU ne fût pas arrêté. Durant cette période, une importante concertation fût mise en œuvre, avec notamment la tenue de 5 réunions publiques, une exposition, etc. Durant cette période, la jurisprudence a évolué et précisé le contenu des délibérations prescrivant l’élaboration des PLU qui doivent définir les objectifs de la révision. Les objectifs n’ayant pas été définis, l’élaboration du PLU fût annulée et relancée par la nouvelle délibération du Conseil Municipal en date du 24 septembre 2012 qui définit les objectifs et les modalités de la concertation telles que rappelées ci-dessus. Cette nouvelle concertation vient donc compléter celle qui avait déjà eu lieu dans le cadre de l’élaboration interrompue du PLU, et s’inscrit dans un esprit de continuité.
  17. 17. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 1.6 Lexique des abréviations utilisées CES COS ENE EPCI OAP PAC PLH PLU POS PPA PADD SCoT UH ZAC Coefficient d’Emprise au Sol Coefficient d’Occupation des Sols Engagement National pour l’Environnement Etablissement Public de Coopération Intercommunale Orientations d’Aménagement et de Programmation Porter A Connaissance Programme Local de l’Habitat Plan Local d’Urbanisme Plan d’Occupation des Sols Personne Publique Associée Projet d’Aménagement et de Développement Durables Schéma de Cohérence Territoriale Urbanisme et Habitat Zone d’Aménagement Concerté 17
  18. 18. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 18
  19. 19. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 19 2 – DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ......................................................... 20 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 2.6 2.7 2.8 2.9 – Données socio-économiques ....................................................... 21 – Les liaisons ........................................................................ 38 – Etat initial de l’environnement .................................................... 42 – Activité agricole ................................................................... 70 – Le risque majeur .................................................................. 72 – Le paysage ......................................................................... 74 – Urbanisme ......................................................................... 90 – Bilan et perspectives d’évolution ................................................ 107 - Recensement des contraintes législatives, règlementaires et supra-communales ................................................................................... 118
  20. 20. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 20 2. DIAGNOSTIC ET ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT Extrait de l’article L. 123-1-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation… … s'appuie sur un diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et des besoins répertoriés en matière de développement économique, de surfaces agricoles, de développement forestier, d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, de commerce, d'équipements et de services. Il présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers. Il justifie les objectifs compris dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard des objectifs de consommation de l'espace fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale et au regard des dynamiques économiques et démographiques. » Extrait de l’article R. 123-2 du Code de l’Urbanisme : « Le rapport de présentation : 1. Expose le diagnostic prévu au deuxième alinéa de l'article L. 123-1-2 ; 2. Analyse l'état initial de l'environnement, présente une analyse de la consommation d'espaces naturels, agricoles et forestiers et justifie les objectifs de modération de cette consommation et de lutte contre l'étalement urbain arrêtés dans le projet d'aménagement et de développement durables au regard, notamment, des objectifs fixés, le cas échéant, par le schéma de cohérence territoriale, et des dynamiques économiques et démographiques ; »
  21. 21. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 21 2.1 Données socio-économiques 2.1.1 Evolution de la population La plupart des données ci-dessous sont issues du recensement de 2009 réalisé par l’INSEE. Elles sont complétées, amendées ou actualisées avec les informations et indications fournies par la mairie. EVOLUTION ANNEE POPULATION 1968 1975 1982 1990 1999 2009 2 821 3 950 5 679 6 517 6 929 7 855 En NOMBRE en % variation anuelle (%) 1 129 1 729 838 412 926 40% 44% 15% 6% 13% 4,9% 5,3% 1,7% 0,7 % 1,1% La population de la Commune a connu une très forte croissance sur la période 1968-1990. Le rythme s’est ralenti depuis, mais il n’en demeure pas moins qu’elle poursuit sa progression. Cette situation est évidemment liée à la proximité, pour ne pas dire la contiguïté, de la Commune avec la ville de Quimper. Sur la tendance actuelle, le rythme moyen de croissance, qui semble assez régulier, représente encore un ordre de grandeur de 90 à 95 habitants nouveaux par an.
  22. 22. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 22 Structure de l’évolution démographique (moyennes annuelles) : taux de natalité, en %0 Taux de mortalité, en %0 Solde naturel annuel (%) Solde migratoire annuel (%) Variation totale annuelle (%) 1968- 1975- 1982- 1990- 19991975 1982 1990 1999 2009 17.6 12.6 11.8 10.89 11,1 7,3 9.9 7 6.2 6.2 0.8 4.2 4,9 0.6 4.7 5,3 0.6 1.2 1,7 0.5 0.2 0,7 0,4 0,9 1,3 Source INSEE On constate un certain dynamisme de la population Gabéricoise, mais l’apport de population a surtout été le fait d’arrivées de ménages extérieurs à la Commune, surtout dans les années 1968-1982. Cet afflux massif est principalement le fait de la constitution du quartier du Rouillen, en bordure sud-ouest de la Commune. Le développement du quartier de Lestonan a suivi. Si cette tendance s’est fortement ralentie par la suite, elle se maintient encore à un niveau raisonnable. Le solde naturel n’a quant a lui pas subi de variation notable. Il est resté, durant toute cette période, positif. Cette stabilité, contrairement à ce que l’apport migratoire aurait pu laisser penser, tendrait à indiquer soit que cet apport de population nouvelle n’a pas été le fait que de jeunes ménages, soit que les jeunes enfants sont arrivés sur la Commune avec leurs parents.
  23. 23. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2.1.2 Structure par âge de la population Les données ci-après, également issues de l’INSEE, présentent la répartition par tranches d’âges de la population. Tranches d'âges 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 à 74 ans 75 à 89 ans 90 ans ou plus Ensemble Hommes Nombre % 804 21,3% 510 13,5% 803 21,3% 960 25,5% 535 14,2% 154 4,1% 5 0,1% 3771 100,0% Femmes Nombre % 791 19,4% 546 13,4% 908 22,2% 997 24,4% 569 13,9% 247 6,0% 27 0,7% 4085 100,0% 23
  24. 24. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 24 D’après les indications de l’INSEE, les variations entre 1999 et 2006 sont : stabilité de la tranche 0-14 ans, une diminution des 15-29 ans, une légère diminution des 30-44 ans, une légère augmentation des 45-59 ans, et une augmentation des plus de 60 ans. Soit, globalement, une tendance au vieillissement. On constate par ailleurs une assez forte représentation des moins de 14 ans, qui constituent environ 20 % de la population totale. Un tiers de la population a moins de 30 ans. Cette donnée corroborerait le fait que l’arrivée des nouveaux habitants est le fait de ménages constitués, avec enfants, venant s’installer en périphérie proche de l’agglomération quimpéroise. Enfin, en dehors d’une légère sur-représentation des femmes dans les plus de 75 ans, la part des hommes et des femmes est relativement équilibrée dans les différentes tranches d’âges, les femmes étant, comme c’est souvent le cas, légèrement plus nombreuses que les hommes.
  25. 25. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 25 2.1.3 Le logement Globalement, ces évolutions se traduisent, au cours des mêmes périodes, par une augmentation importante du parc des logements. 1968 1975 1982 1990 1999 2009 Résidences principales 834 1 165 1 694 2 109 2 499 3 152 Résidences secondaires 26 24 20 52 54 32 Logements vacants 39 84 73 113 64 108 Ensemble des logements 899 1 273 1 787 2 274 2 617 3 292 3.4 3.4 3.4 3.1 2.8 2.5 Nombre moyen d'habitants des résidences principales Deux faits sont frappants : 1 – la croissance du nombre de logements est vigoureuse et constante depuis 1968 (et sans doute avant puisque, en 1949, il y avait, à Ergué-Gabéric, 279 logements : leur nombre a plus que décuplé depuis), 2 – le taux de vacance est très faible : les résidences principales représentent plus de 95 % du parc total des logements.
  26. 26. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 26 Près des trois quarts des logements existant à Ergué-Gabéric ont été construits après 1968. Cet état de fait est aisément perceptible dans la typologie de l’habitat : si les maisons traditionnelles sont réparties sur tout le territoire (fermes et hameaux, Bourg ancien), les pôles d’urbanisation qui se sont constitués autour du Bourg, au Rouillen et dans le secteur de Lestonan sont essentiellement caractérisés par le bâti de type pavillonnaire. La prépondérance du bâti individuel est perceptible à travers le graphique suivant.
  27. 27. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 27 Les données de l’INSEE indiquent une émergence du logement collectif après 1975 ; auparavant, il était présent mais de façon très marginale. En 1999, il ne représentait encore que 2,9 % du total des logements ; en 2009, il en représente 9,7 %. Son émergence n’est donc véritablement qu’un phénomène récent (+ 240 logements sur la période). On notera qu’il s’agit, en moyenne, de logements de taille plus réduite que les logements individuels : le nombre de pièces y est en moyenne de 2,9, contre 5,2 pour les maisons. Ces logements, dont les programmes sont répartis sur les trois principaux quartiers, relèvent essentiellement du locatif social ; leur nombre est appelé à augmenter encore, dans l’optique du respect de l’objectif de 20 % fixé par la loi SRU.
  28. 28. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 28 Les Gabéricois sont, à près de 81 %, propriétaires de leur logement, un peu plus de 18 % sont donc locataires, dont 11,5 % en logement HLM. La part des locataires a légèrement augmenté depuis 1999, puisqu’ils étaient alors presque 15 %, dont 7,1 % en HLM. Parallèlement, un autre phénomène marque par son ampleur : la diminution, depuis 1982 (l’inflexion est très nette comme le montre le graphe) du nombre de personnes par foyer. Ce phénomène, qualifié aujourd’hui couramment de « décohabitation », s’explique par plusieurs facteurs : - augmentation du nombre de personnes âgées vivant seules après le décès du conjoint, - diminution du nombre moyen d’enfants par famille, - diminution du nombre de ménages en couples, le nombre de familles monoparentales étant en nette progression (de 155 en 1999 à 224 en 2009 soit presque 44 % de plus en 10 ans).
  29. 29. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 29 Le développement du logement se poursuit, puisque le rythme des demandes de permis de construire, quoique variable reste relativement soutenu : 21 demandes en 2005, 63 en 2006, 58 en 2007, 30 en 2008, 16 en 2009, 18 en 2010, 14 en 2011 et 68 en 2012. Les demandes pour des logements collectifs et/ou locatifs étaient, en 2005, de 5 pour 52 logements, 3 pour 50 en 2006, aucune demande en 2007 et 2008, 3 pour 39 en 2009, 2 pour 11 en 2010, 4 pour 41 en 2011 et 6 pour 36 en 2012. L’inventaire au 1er janvier 2011 recense 462 logements locatifs sociaux, sur 3 203 résidences principales, soit un taux de logements locatifs sociaux de 14,42%. La Commune doit, pour respecter les 20 % de la loi SRU, en fournir 641, soit un manque de 179 1 logements locatifs sociaux. Les projections prévoient dans les différentes opérations la création de 130 nouveaux logements sociaux, soit un total de 592, portant le taux prévisionnel de logements locatifs sociaux à 16,59%. 2.1.4 Composition socioprofessionnelle de la population Les données qui suivent, également issues de l’INSEE, concernent la répartition de la population active totale (tranche d’âge des 15 à 64 ans) selon les catégories. Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers Autres Total population active 1999 nombre 48 189 327 955 1 015 964 39 3 537 % 1.4% 5.3% 9.2% 27.0% 28.7% 27.3% 1.1% 2009 nombre 21 242 444 1 167 1 006 943 25 3 848 % 0.5% 6.3% 11.5% 30.3% 26.1% 24.5% 0.6% On constate une pré-éminence du tertiaire, ainsi qu’une forte représentation d’ouvriers, même si la part de ces derniers tend à diminuer, passant de 27.3 % en 1999 à 24.5 % en 2009. Cette composition est à relier à la nature des activités économiques présentes non seulement à Ergué-Gabéric, mais aussi dans toute la zone d’emploi de Quimper. 1 D’après l’annexe 1 de l’arrêté préfectoral de prélèvement 2011, adressée à la commune.
  30. 30. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Composition par catégories socioprofessionnelles de la population active, en 1999 et en 2009 Répartition par catégories socioprofessionnelles - 1999 1.1% 1.4% 5.3% 9.2% 27.3% 27.0% 28.7% 30
  31. 31. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 31 On relèvera que la Commune, et en particulier le quartier du Rouillen, est très proche de plusieurs des zones d’activités : - ZA du Troyalac’h en Saint Evarzec, au sud ZA du Grand Guelen, du Petit Guelen, de Kergonan, de Kerjaouen, de Kerdroniou, au sud-ouest, La Zone Industrielle de l’Hippodrome, en pointe sud-ouest, La Zone Industrielle de Dioulen, située à cheval entre Elliant et Rosporden, au sud-est, Les Zones d’Activités de Gourvily et Cuzon au nord-ouest, Plus au nord, la zone industrielle de Lumunoc’h, en Briec, est facilement accessible par la RN 165. Sur la Commune elle-même la zone d’Activités de Kerourvois regroupe un nombre important d’entreprises, et quelques activités industrielles (Bolloré) sont présentes à Odet-Lestonan. Si l’on examine le lieu de travail des actifs (15 ans ou plus), les données de l’INSEE indiquent que 23,7 % des actifs résidant à Ergué-Gabéric travaillent dans la Commune elle-même, a contrario un peu plus des trois quarts travaillent à l’extérieur, mais très majoritairement dans le département. En 1999, la proportion était légèrement supérieure (24,7 %), mais cela représentait un nombre inférieur d’actifs. L’augmentation du nombre d’actifs est donc majoritairement liée à des emplois pourvus hors de la Commune. La population d’Ergué Gabéric paraît donc être plutôt une population résidante, ce qui se comprend aisément de par sa situation géographique en bordure de l’agglomération quimpéroise. La Commune profite également, à ce titre, de la proximité des infrastructures de transport. Néanmoins, la Commune a une vie économique importante, puisque 403 établissements pourvoient, sur place, 3 044 emplois, en majorité dans le tertiaire, mais également dans l’industrie. On peut en déduire que, entre les personnes partant travailler à l’extérieur et celles venant travailler dans la Commune, le solde net est d’environ 650 sorties.
  32. 32. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 32 2.1.5 Projections Si l’on considère, dans le prolongement de la tendance actuelle, une croissance moyenne et régulière de l’ordre de 95 habitants supplémentaires chaque année, en supposant que ce rythme se maintienne dans les années à venir, on peut estimer que la population d’Ergué-Gabéric se situera, en 2028, autour de 9 660 résidants. Parallèlement, le nombre moyen d’occupants par logement (2,5 en 2009) diminue ; il est délicat d’affirmer que la tendance actuelle se prolongera, car les déterminants en sont complexes. Elle montre cependant une certaine régularité depuis 1982, soit une période de 27 ans (une génération). La pente actuelle est de l’ordre de 0.04 habitant/logement en moins chaque année. Sur cette tendance, en 2030, le nombre moyen d’occupant par logement serait de l’ordre de 1,9. Cependant, plusieurs critères sont susceptibles de redresser la courbe. L’inflexion observée sur la dernière période montre que le phénomène s’atténue. D’autre part, l’accueil d’une nouvelle population sur le territoire communal concerne essentiellement des jeunes foyers dont l’occupation par logement est nettement supérieure à 2,5 personnes. Dans ce cadre, le nombre moyen d’occupants par logement en 2030 serait plus proche de 2,2. Il faudrait donc un ordre de grandeur de 4 477 résidences principales, soit, en restant sur le même ratio qu’en 2009, 4 676 logements au total, ce qui se traduit par un besoin d’environ 1 384 logements supplémentaires. Ce chiffre ne tient pas compte de l’évolution du taux de vacance ni du taux de résidences secondaires, difficile à estimer. 2009 2030 21 ans 95 habitants/an 3 292 logements 4 676 logements 1 384 logements 3 152 4 477 1 325 1,0444 résidences principales 7 855 habitants 2,5 hab/lgt résidences principales 9 850 habitants 2,2 hab/lgt résidences principales 1 995 habitants ratio résidences principales/nb total de logements en 2009
  33. 33. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 33 2.1.6 Vie associative La vie municipale gabéricoise se caractérise par un tissu associatif consistant, ces associations intervenant dans des domaines divers : sports, culture, vie de quartier… La Commune répertorie au moins 90 associations : - Sociales et humanitaires : 11, Sports : 26, Culturelles : 17, D’animation : 6, De parents d’élèves : 5, Enfance : 1, Diverses : 24. Ces associations sont réparties sur toute la Commune. 2.1.7 Activités économiques La zone d’activités de Kerourvois, en entrée sud-ouest, accueille la majorité des établissements et entreprises implantés sur Ergué Gabéric. Par ailleurs, l’artisanat, les commerces et services se répartissent sur l’ensemble du territoire. Enfin, les implantations industrielles, peu nombreuses mais importantes en superficie et en taille, se répartissent entre la zone de Kerourvois, Lestonan et Pen Carn (établissements Bolloré). Les bâtiments industriels plus anciens d’Odet, en bordure nord de la Commune, ne sont plus en service.
  34. 34. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION établissements industrie construction commerces- réparation services 51 63 78 194 total 34 386 Nombre d'établissements actifs - 2006 51 63 194 industrie construction commerces- réparation services 78 « Une activité de service se caractérise essentiellement par la mise à disposition d'une capacité technique ou intellectuelle. A la différence d'une activité industrielle, elle ne peut pas être décrite par les seules caractéristiques d'un bien tangible acquis par le client. Compris dans leur sens le plus large, les services recouvrent un vaste champ d'activités qui va du commerce à l'administration, en passant par les transports, les activités financières et immobilières, les services aux entreprises et services aux particuliers, l'éducation, la santé et l'action sociale. C'est le sens généralement donné par les anglo-saxons au terme "services". En France, dans la pratique statistique, ce vaste ensemble est dénommé "activités tertiaires". On y distingue le tertiaire marchand (transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières) du tertiaire non-marchand (éducation, santé, action sociale, administration...) ; les termes secteurs des services sont alors utilisés de façon plus restrictive puisque limités aux services aux entreprises et aux particuliers. » (INSEE).
  35. 35. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 35 Ainsi, les emplois publics doivent-ils être compris dans cette catégorie : l’établissement de tri postal à Kerourvois, les services municipaux, l’enseignement, mais également, par ailleurs, les établissements bancaires, les agences immobilières… Cela comprend également les hôtels et restaurants, les activités récréatives, culturelles et sportives, les services personnels et domestiques. Nombre d'emplois pourvus industrie construction commerces- réparation services total Répartition des emplois pourvus - 2006 935 283 420 1252 2890 32% 43% industrie construction commerces- réparation services 10% 15%
  36. 36. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 36 2.1.8 Enseignement et petite enfance Plusieurs établissements scolaires, répartis au sein des différents quartiers de la Commune, accueillent les élèves de maternelle et d’élémentaire : - Dans le Bourg : une école maternelle (4 classes) et une école primaire (5 classes), - Lestonan : une école maternelle (4 classes+ classes bilingues) et une école primaire (9 classes dont une bilingue) - Au Rouillen : une école maternelle (4 classes) et une école primaire (6 classes dont une CLIS – classe d’inclusion scolaire), - Ecole privée maternelle et primaire (Lestonan) : 9 classes (des niveaux sont parfois regroupés). 2010 Total maternelles Total Primaire Effectifs totaux 2011 2012 346 576 922 354 530 884 326 525 851
  37. 37. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 37 Détail par établissement : Si l’on constate une légère diminution des effectifs globaux d’élèves scolarisés sur la Commune, on voit que les évolutions sont relativement diverses selon les lieux. Pour l’accueil des jeunes enfants, Ergué Gabéric dispose d’une halte garderie (« Bambi ») et d’un relais Assistantes Maternelles, les deux structures étant hébergées au Pôle de la Petite Enfance situé au Rouillen. Une crèche associative (« les P’tits Lutins ») est également présente. Elle est également hébergée au Pôle de la Petite Enfance.
  38. 38. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 38 2.1.9 Equipements Le développement d’Ergué Gabéric s’est accompagné de la mise en place d’équipements sportifs et culturels tels que : (1) Une bibliothèque intercommunale, au Bourg ; (2) Le centre de loisirs de Croas Spern ; (3) Le cyber-espace, à Croas Spern ; (4) Des installations sportives, principalement à Croas Spern (2 terrains de sports et un court de tennis), mais également à Lestonan (3 terrains répartis sur le quartier). 2.2 Les liaisons La Commune est traversée et desservie par : - un axe important, qui intersecte son territoire au sud-ouest : la RN 165 (Brest-Nantes) ; - des voies plus locales : la RD 15 qui relie Quimper à Coray et Gourin, la RD 115 vers Elliant, la RD 51 vers Landudal, - la Commune est également parcourue de nombreuses voies, desservant les lieux-dits et hameaux ; certaines ont un rôle structurant (concentration du bâti le long des principaux axes de liaison aux centres locaux)
  39. 39. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 39
  40. 40. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 40 Les données de comptage routier indiquent cependant des disparités d’utilisation des voies locales : source Conseil Général du Finistère – comptages 2007 Sur la RN 165, la fréquentation se situe entre 21 000 et 28 000 véhicules/jour. Sur la RD 15 (route de Coray) l’ordre de grandeur est de 9 500 véhicules/jour dont 4 % de poids lourds soit environ 380 par jour. Sur la RD 115 (route d’Elliant), on se situe plutôt autour de 2 900 véhicules/jour. La RD 15 est donc véritablement la « colonne vertébrale » routière de la Commune. La Commune est également desservie par les transports en commun ; cinq lignes de bus la relient à Quimper. En revanche, la desserte ferroviaire n’existe pas ; la gare la plus proche est naturellement celle de Quimper.
  41. 41. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION La ligne 36, qui « maille » le territoire d’Ergué Gabéric, sert essentiellement pour le ramassage scolaire. 41
  42. 42. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 42 2.3 Etat initial de l’environnement 2.3.1 Le relief Le territoire communal s’inscrit dans un paysage de plateau, fortement entaillé par les cours d’eau et écoulements qui le parcourent. Il montre de ce fait un relief très accentué, ondulé, avec des dénivelés importants et des pentes relativement fortes. Les flancs de vallées peuvent atteindre couramment 50 % de pente ; en moyenne sur les plateaux elles sont de l’ordre de 5 à 10 %. Le point le plus haut se situe près de Savardiry, en bordure est du territoire, à 139 mètres d’altitude. Le point bas de la Commune correspond au point de confluence du Jet et de l’Odet, à l’extrémité sud-ouest du territoire communal, à environ 7 mètres d’altitude. Les sommets se situent en général entre 80 et 120 mètres d’altitude. Le nord et le nord-est du territoire communal offrent cependant des zones de plateau aux pentes moins marquées et plus larges entre les vallées. Le relief est fortement influencé par la géologie, ce qui est particulièrement net pour la vallée du Jet, qui suit la faille sudarmoricaine, mais plusieurs vallées secondaires suivent des lignes et directions de failles, orientées nord-est sud-ouest ou, inversement, nord-ouest sud-est. On notera que les principaux sites d’habitation se sont établis et développés sur ces hauteurs, à la confluence de deux vallées (le Bourg, le Rouillen) ou sur les lignes de séparation des eaux (la ligne Quelénnec - Stang Ven - Lestonan suit approximativement la ligne de partage des eaux entre le versant Odet-nord et le sous bassin hydrographique des ruisseaux de Penannéac’h, Kervéady et Munuguic).
  43. 43. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 43
  44. 44. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 44 2.3.2 Réseau hydrographique et points d’eau 2.3.2.1 Réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la Commune d’Ergué Gabéric est structuré par les deux cours d’eau qui la bordent : - L’Odet, qui constitue les limites nord et ouest de la Commune ; l’Odet est un fleuve de 65 km de long, prenant sa source en Saint Goazec. - Son affluent le Jet, qui borde tout le sud du territoire communal. Sa direction est plus homogène, est-sud-est/ouestnord-ouest. Ces deux cours d’eau sont alimentés par de nombreux ruisseaux et écoulements, qui prennent leurs sources dans le plateau environnant. La ligne de partage des eaux entre les deux cours d’eau principaux suit approximativement le tracé de la RD 15, elle partage la Commune en deux, sensiblement dans son grand axe sud-ouest/nord-est. L’ensemble de la Commune appartient donc au bassin versant de l’Odet. Il est cependant possible de définir quelques sous bassins principaux, quoique d’importance inégale : • Au nord, les terrains directement drainés par l’Odet couvrent une superficie de l’ordre de 1 005 hectares ; • En bordure ouest, l’Odet draine plus ou moins directement une superficie de l’ordre de 270 hectares ; • Au centre-ouest, les ruisseaux naissant à Penannéac’h, Kervéady et Munuguic drainent un bassin couvrant approximativement 685 hectares ; • En bordure sud, le Jet reçoit directement des apports de versant sur une superficie d’environ 455 hectares. • Le ruisseau de Coat Chapel, qui draine également le nord du Bourg, draine environ 180 hectares ;
  45. 45. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC • PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 45 Enfin, un gros tiers du territoire communal, au centre-est, est drainé par un cours d’eau venant d’Elliant, le Roudoublout, et son principal affluent sur la Commune, un ruisseau prenant naissance dans le secteur de Trolann – Kervéguen, ce qui représente approximativement 1 350 hectares. On notera cependant que la densité importante du chevelu hydrographique local contraste avec les faibles débits d’écoulement (les cours d’eau sont signalés en pointillé sur les fonds de l’IGN, ce qui signifie que des à-secs peuvent avoir lieu en été). Ce fait est confirmé localement par des résidants.
  46. 46. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 46 Le graphe ci-dessous, qui indique les variations mensuelles du débit moyen de l’Odet à Tréodet (donc en bordure ouest de la Commune), illustre ce fait : les écarts entre les hautes eaux et l’étiage est de l’ordre de 1 à 10.
  47. 47. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 47 Source : Sivalodet, SAGE Odet – III – enjeux, objectifs et actions. Le bassin versant de l’Odet fait l’objet d’un SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux), approuvé depuis le 2 février 2007. La structure gestionnaire est le Sivalodet. L’une des prescriptions du SAGE concerne la protection des cours d’eau et des zones humides. Dans le cadre du PLU, les zones humides inventoriées doivent figurer sur les documents graphiques, avec une trame spécifique. Le document doit, dans la Plan d’Aménagement et de Développement Durables, expliciter les mesures de protection.
  48. 48. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 48 On relèvera également que le SAGE identifie deux « espaces présentant des potentialités pour le stockage temporaire », c’est-à-dire pouvant contribuer à la régulation des crues : - la vallée de l’Odet amont, soit au nord-est du territoire communal (espace n° 7) ; - la vallée du ruisseau de Kerdevot, au sud-est (espace n° 11). Source Sivalodet Enfin, on observe que, si de nombreux plans d’eau de petites dimensions ont été réalisés sur la Commune (la plupart sinon la totalité à titre privé, pour l’agrément), il n’existe pas de grand plan d’eau, étang. Ces plans d’eau sont localisés pour la plupart dans les vallées, et sont dispersés sur tout le territoire de la Commune.
  49. 49. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 49 2.3.2.2 Qualité des cours d’eau Les données ci-dessous sont celles de la base de données de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne. La qualité des cours d’eau est classiquement évaluée grâce aux cartes linéaires de qualité par type d’altération. Les cartes linéaires de qualité de la période 2003-2005 portent sur les 5 altérations de la qualité de l’eau, concernant les macro-polluants, qui sont régulièrement suivies : • matières organiques et oxydables (MOOX), • matières azotées hors nitrates, • nitrates, • matières phosphorées, • effets des proliférations végétales. MOOX Matières azotées Nitrates Matières phosphorées Effets des proliférations végétales MOOX Odet Bonne qualité Bonne qualité Mauvaise qualité Bonne qualité Très bonne qualité Mat.azotées Jet Qualité médiocre Bonne qualité Mauvaise qualité Bonne qualité Très bonne qualité Nitrates Mat. Phosphorées Proliférations végétales
  50. 50. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 50 2.3.2.3 Périmètres de protection des captages d’eau Les prises d’eau qui assurent l’alimentation en eau potable sont situées sur le Steïr affluent de l’Odet, et sur l’Aulne. Elles ne concernent donc pas la Commune d’Ergué Gabéric. 2.3.2.4 Inventaire des cours d’eau et des zones humides Inventaire cartographique des cours d’eau Un inventaire des cours d’eau a été réalisé en 2009 par la Chambre d’Agriculture, associée à la collectivité d’Ergué-Gabéric, à des agriculteurs, des pêcheurs, des associations de protection de l’environnement. Cet inventaire a pour objectif de contribuer à une meilleure préservation et gestion des milieux naturels, et à assurer une sécurisation juridique de tout acteur (collectivité, agriculteur, entreprise, particulier, …) susceptible d’intervenir sur le réseau hydrographique. La cartographie des cours d’eau (voir cartes ci-dessous) résulte de la synthèse des documents cartographiques disponibles, complétée par des vérifications sur le terrain. Lors de la phase de contrôle sur le terrain, la caractérisation d’un cours d’eau a été effectuée sur la base de critères issus de la jurisprudence et des SAGE approuvés (présence d’un écoulement indépendant des pluies- existence d’une berge d’au moins 10 cm - existence d’un substrat différencié - présence d’organismes, faune et flore, inféodés aux milieux aquatiques). Cet inventaire a également fait l’objet de vérifications par les services de la Police de l’Eau (ONEMA). Cet inventaire a été validé par le Conseil Municipal le 31 janvier 2011.
  51. 51. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 51
  52. 52. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 52 Inventaire des zones humides Un inventaire général des zones humides et des cours d‘eau a été réalisé sur les Communes du bassin versant de l’Odet, dont Ergué-Gabéric. Cet inventaire (pour les données qui concernent la Commune) est annexé au présent Rapport de présentation. En voici le bilan à l’échelle d’Ergué-Gabéric : « L’inventaire réalisé en 2004 par le bureau d’études Ouest Aménagement mandaté par le Sivalodet avait identifié 5,2% du territoire de la commune d’Ergué-Gabéric en zones humides. L’actualisation de 2011 a permis de recenser 3,7 km² de zones humides soit 9,3% de la commune. La carte des zones humides à l’échelle de la commune d’Ergué-Gabéric est présentée ci-après. La typologie des zones humides actualisées pour Ergué-Gabéric est également présentée dans le graphique ciaprès. Synthèse des grandes étapes de l’inventaire : Terrain : novembre 2010 Présentation au groupe communal de la carte provisoire : 29 avril 2011 Mise en consultation de la carte provisoire : du 2 mai au 3 juin 2011. - 80 remarques inscrites sur le registre. - Après contacts avec les propriétaires, les associations Eau-et-rivières de Bretagne, l’Observatoire Citoyen et l’Eau et la terre, 21 visites de terrain ont été effectués afin d’ajuster la délimitation de zones humides. Visites de terrain : 20 et 21 juin, 5, 6 et 7 juillet 2011. Contre visite du groupe d’experts : octobre 2011. » Le Conseil Municipal du 26 septembre 2011 a approuvé l’inventaire. Celui du 6 Février 2012 l’a amendé suite à une expertise vérifiant la présence ou non de zones humides sur Lestonan Vian.
  53. 53. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 53
  54. 54. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC 2.3.3 PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 54
  55. 55. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 55 Faune-Flore Le territoire communal ne recèle ni ZNIEFF, ni Natura 2000 (ZICO, ZSC, ZPS…). On recense cependant : - un Site classé : éperon de Griffones, au Stangala : arrêté en date du 6 juillet 1929. - un Site inscrit : le Stangala (vallée de l’Odet), arrêté en date du 29 décembre 1932. Un arrêté de biotope a également été pris, concernant un site au lieu-dit Kerdevot. Il s’agit d’un habitat à chauves-souris. L’absence de ZNIEFF ou de zones inventoriées ou protégées ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas d’espaces naturels d’intérêt. En particulier, d’importants secteurs apparaissent propices au développement d’une faune et d’une flore variée, en particulier les espaces boisés, très présents au nord de la Commune, mais également, de façon plus disséminée, dans les vallées. La Commune se caractérise en effet, du fait de son relief très contrasté, par un réseau de vallées aux versants escarpés, dont la culture est difficile ; ces espaces sont pour beaucoup occupés par des formations boisées, et le fond (talwegs) sert de trame à des chapelets de fonds de vallons humides associés aux écoulements.
  56. 56. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 56 2.3.4 Climat Les données sont celles de la station de Pluguffan. pluies jours T min T max ETP Penman P-ETP Jours de gel J 156.5 17.4 3.9 9.1 17.2 139.3 5.5 F 130.1 14.2 3.8 9.5 21.5 108.6 5 M 102.7 13.7 4.8 11.3 39.4 63.3 1.8 A M 88.5 11.5 8.8 16.5 84.3 4.2 0 85 12.2 5.8 13.3 62.3 22.7 0.6 J 57.8 9.3 11.1 19.2 95.7 -37.9 0 J 58.1 8.8 13.3 21.7 107.7 -49.6 0 A 60.5 9.4 13.3 21.8 94.4 -33.9 0 S 96.2 11 11.6 19.4 61.4 34.8 0 O 123.4 14 9.2 15.6 33.7 89.7 0.1 N 132.4 15.6 6.2 12 21 111.4 1.7 D Année 160.1 1251.3 16.5 153.6 5 8.1 10.1 15 18.4 657 141.7 594.3 3.8 18 EPT : évapotranspiration Pluviométrie mensuelle En mm 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 J F M A M J J A S O N D La pluviométrie, élevée, est répartie sur toute l’année. On note cependant un minimum bien marqué en juillet et août. On observe une légère recrudescence en mai. Cette caractéristique s’observe pour la plupart des stations de Bretagne. Le cumul pluviométrique est important : plus de 1 200 mm sur l’année.
  57. 57. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 57 Températures mensuelles 25 En ° C 20 15 10 5 0 J F M A M T min J J A S O N D T max Les températures moyennes maximales sont peu élevées, elles n’atteignent pas les 22° C pendant les mois d’été. Les mois les plus froids sont janvier, février et décembre. Pendant ces mois les gelées sont assez peu fréquentes (moins de 6 jours en janvier et février).
  58. 58. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 58 Bilan hydrique P-ETP 160 140 120 100 80 60 En mm 40 20 0 -20 -40 -60 J F M A M J J A S O N D Le diagramme pluie – évapotranspiration (P – ETP) met en évidence une période de déficit hydrique qui court sur les mois de juin, juillet et août, ce qui est relativement court. Ce déficit est modéré (de l’ordre de 120 mm cumulés). L’excédent hydrique cumulé de septembre à mai est de presque 716 mm. Au niveau annuel, on note donc un excédent hydrique important (594 mm).
  59. 59. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 59 2.3.5 Géologie Les données sont celles des cartes de Quimper et Rosporden au 1/50 000. La carte de la page suivante indique que le territoire communal touche la « zone broyée sud-armoricaine », dont l’axe principal correspond ici à la vallée du Jet, et une branche secondaire, parallèle, à hauteur de Saint-Joachim – Place an Dans. Les formations granitiques et apparentées dominent, tandis que des micaschistes (schistes – probablement briovériens - métamorphisés) forment une bande longitudinale dans le centre de la Commune (en vert sur la carte). - ξb : - γ3ALo : granite d’Odet. Roche à texture grenue, à grain grossier, teinte beige clair à blanc cassé. - ζγ4L : séries du nord de Quimper : micaschistes. Gris beige à argenté, à grain fin, finement feuilletée. orthogneiss granodioritique du Loc’h. Roche grise assez sombre, à grain fin à moyen, homogène, présentant un débit en dalles régulières. C’est cette formation qui est exploitée à la carrière de Kerrous (granulats). - γ2b : granite de Kerdevot-Elliant. Teinte beige clair à blanc cassé, souvent assez fortement altéré. Grain moyen à grossier. - Mγ3AL : granite anatectique de la Croix-Rouge (au nord du Bourg). Enclavé dans le granite d’Ergué. Roche grise assez sombre, à grain hétérométrique fin à moyen. Texture grenue parfois mylonitique. - Mη : - γ3ALE : métadiorite de Niverrot-Treanna. Roche massive à grain moyen, grise à gris sombre. Granite d’Ergué – faciès d’Ergué (sud de la Commune). Roche claire à grains fins à moyens, riche en petites paillettes de mica blanc. - Q : filons de quartz laiteux. - RF : nappes alluviales anciennes des plateaux et de la haute terrasse (secteur Créac’h Ergué-Saint André). Dépôts de galets de quartz, assez peu émoussés, reliques d’un ancien cours de l’Odet.
  60. 60. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION Nappes alluviales anciennes Granite d’Odet Orthogneiss granodioritique du Loc’h Micaschistes Granite de Kerdevot-Elliant Granite d’Ergué 60
  61. 61. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 61 2.3.6 Occupation des sols Ergué-Gabéric est une Commune relativement étendue (presque 4 000 hectares). De ce fait on y trouve une grande variété d’usages et d’occupation des sols : urbain, agricole, forestier, industriel… La répartition de ces occupations et usages est, pour partie, déterminée par la topographie, et pour partie par le contexte urbain et la localisation des infrastructures. Il est ainsi net que les terres agricoles se trouvent principalement sur les plateaux, tandis que les boisements et friches se concentrent plutôt dans les vallées et sur les versants pentus. Ce fait est particulièrement notable dans la vallée de l’Odet, mais est également perceptible dans les vallées du Jet et de ses affluents. La répartition des zones boisées est nettement corrélée au chevelu hydrographique de sorte que, globalement les « trames vertes et bleues » se superposent assez bien. Sur les franges des zones boisées et/ou des zones urbaines, se trouvent des terres au devenir incertain, du moins si l’on en juge par le fait qu’elles ne sont plus cultivées et que, contrairement à de nombreuses parcelles en bordure nord, elles ne font pas l’objet d’un reboisement volontaire. On notera la forte présence des vergers, principalement dans le secteur de Lezergué, en relation avec la cidrerie, mais aussi près de Niverrot et, plus ponctuellement, à Pennarun (sud Bourg) et Kervern.
  62. 62. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 62 Enfin, si le bâti se répartit sur tout le territoire, les zones les plus densément habitées sont le Bourg, le quartier du Rouillen et le secteur de Quélennec-Stang Ven-Lestonan. Des quartiers, plus petits mais consistants, se sont formés à Lézébel, la Croix-Rouge-Saint Joachim, Kerriou. Une parcelle en friche, près de Ménez Kervéady Les plateaux cultivés (et une haie replantée) Une replantation de châtaigniers, près de Créac’h Ergué Les pommiers de Lezergué
  63. 63. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 63 Les superficies estimées pour les principaux types d’occupation des terres sont les suivantes : - agriculture (parcelles cultivées, prairies et pâtures, qu’elles fassent partie d’exploitations agricoles ou de propriétés – cette catégorie peut s’entendre comme « espace rural » hors friches, bois, bâti et jardins) : de l’ordre de 2 100 hectares. - Boisements, sans distinction des boisements naturels, spontanés, ou artificiels : de l’ordre de 650 hectares. - Landes, friches, depuis les parcelles abandonnées depuis peu jusqu’aux boisements lâches… Ces emprises, sont en transition entre l’exploitation agricole et le retour à la végétation « climax » qui est, pour l’essentiel, de type forestier. Elles couvrent une surface de l’ordre de 260 hectares. - Habitat, constructions associées, pourtour (jardins) : de l’ordre de 400 hectares. Les vergers couvrent environ 51 hectares, ce qui n’est pas négligeable. Le restant comprend les infrastructures (routes), les emprises artisanales, commerciales, industrielles, les espaces verts publics, les terrains et installations sportives. On constate une forte présence de l’espace agricole, qui couvre un peu plus de la moitié du territoire communal. Les boisements sont également très présents ; ils sont localisés dans la bordure nord et nord-ouest de la Commune (vallée de l’Odet), mais également dans la plupart des fonds de vallons, en particulier la vallée du ruisseau de Kerdevot.
  64. 64. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 64 Boisements naturels et reboisement artificiel, secteur Kernaou – Mez an Lez Les landes et friches constituent des surfaces importantes, mais relativement dispersées. Les zones humides ne sont pas distinguées ici : elles peuvent correspondre à des bois, à des friches, mais aussi à des espaces cultivés ou exploités (prés humides, prairies à joncs), elles recoupent donc les utilisations de l’espace inventoriées. D’après les données de l’inventaire des zones humides du bassin versant de l’Odet approuvé en Conseil Municipal le 26 septembre 2011 et amendé suite à une expertise le 6 Février 2012 (voir le rapport en annexe du présent Rapport de présentation), elles couvriraient une superficie de l’ordre de 370 hectares, soit 9,3% de la surface communale.
  65. 65. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 65
  66. 66. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 66 2.3.7 Le patrimoine culturel Trois édifices de la Commune sont répertoriés, inscrits ou classés au titre des monuments historiques. Il s’agit : De la chapelle de Kerdevot, et du calvaire qui en dépend, datés des 16e, 17e et 18e siècles, classés Monument Historique par arrêté en date du 9 mai 1914. Le site lui-même est inscrit depuis le 9 mai 1931. De l’église paroissiale du Bourg Saint-Guinal, cimetière et son ossuaire, datés des 16e et 17e siècles, classés Monument Historique par arrêté en date du 23 octobre 1939. Du château de Lezergué, daté du 18e siècle (probablement jamais achevé) : inscrit Monument Historique, par arrêté en date du 9 décembre 1929. Les jardins d’agrément du manoir d’Odet (1er quart du 19e siècle) sont également répertoriés, mais ne font pas l’objet d’une inscription ou d’un classement.
  67. 67. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 67
  68. 68. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 2.3.7.1 Sites archéologiques Le service régional de l’archéologie recense plusieurs sites archéologiques sur le territoire communal. N° de zone 1 1 2 3 4 5 6 7 8 8 Patrimoine / Age Tumulus / Age du bronze Occupation / Néolithique Voie / Haut-empire Occupation / Bas moyen-âge Occupation / Epoque indéterminée Enclos, fossé / Age du fer – Gallo-romain Occupation / Néolithique – Moyen-âge Voie / Age du fer – Période récente Voie / Age du fer – Période récente Enclos (Système d’) / Epoque indéterminée Site Kervern Kervern Ty Nevez Goarem Vras Kergonan Kerlouis Creac’h Ergué Section Est de Loch Laé à Kervuéguen Section Ouest de Kerveguen à l’Eau Blanche Saint-André 68
  69. 69. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 69
  70. 70. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 70 2.4 Activité agricole La Chambre d’Agriculture a réalisé un « Diagnostic agricole dans le cadre de l’établissement du Plan Local d’Urbanisme » en décembre 2010 qui est joint en annexe du présent Rapport de présentation. Nous rappelons ici les conclusions de ce diagnostic : « La commune de Ergué-Gaberic est caractérisée par des exploitations agricoles conventionnelles et dynamiques. La plupart des exploitations ont réalisé leur mise aux normes environnementales. La commune compte actuellement 28 exploitations professionnelles. Ces exploitations agricoles emploient 75 équivalents temps plein (ETP). La moyenne d’âge des exploitants est de 48 ans. 14 exploitations sont susceptibles de se libérer dans les 5 ans à venir. L’agriculture utilise environ 1 850 hectares de SAU. Sur cet effectif, 1 375 hectares sont valorisés par les exploitants qui ont un siège d’exploitation sur la commune. 475 hectares sont valorisés par les exploitants des communes voisines (Elliant, St Evarzec, Landudal, Quimper, ….). Parallèlement les exploitants de la commune d’Ergué Gaberic valorisent des surfaces sur les communes voisines (Coray, Elliant, St Evarzec) pour une surface de 620 hectares. Au cours des 5 prochaines années, ce sont 540 hectares qui sont potentiellement libérables par les exploitants de la commune dont 425 hectares sur la commune d’Ergué-Gaberic. La ferme de Ergué Gaberic comptabilise un quota laitier de 3 millions de litres, 150 truies naisseurs engraisseurs, 535 vaches allaitantes, 450 000 poules pondeuses et 20 chevaux. La production végétale s’étend sur 1 850 hectares dont 600 hectares de surface en céréales environ. Le tout représente un chiffre d’affaire de 11,6 millions d’euros.
  71. 71. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 71 En zone agricole A, il peut exister des habitations de tiers, éparses ou non, dont la présence ne peut pas être remise en cause. Ces habitations peuvent également faire l’objet de travaux divers de confort dès lors qu’il ne s’agit pas d’en faire un logement supplémentaire. Nous souhaiterions une vigilance pour toutes celles qui se situent à moins de 100 mètres d’un bâtiment d’élevages. Au niveau des villages qui ne comptent plus de sièges d’exploitation et de bâtiments d’élevages en activité, des opportunités pour rénover les anciennes maisons d’habitation, voire même de changer l’affectation d’anciens bâtiments agricoles en habitations peuvent exister. La zone agricole « A » ne permet pas de le faire. Des zonages Nr (rénovation) peuvent être envisagés sur ces villages pour permettre le changement de destination d’anciens bâtiments agricoles en maisons d’habitation. L’objectif est de permettre de valoriser le patrimoine ancien, mais pas d’augmenter de façon trop importante la population dans ces villages ou sur ces anciens sièges d’exploitation. Car même s’ils ont perdu leur vocation agricole, les terres alentours sont exploitées. En effet la production étant fortement rattachée au foncier, il convient d’être prudent dans les futures affectations du sol. »
  72. 72. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 72 2.5 Le risque majeur Le dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM) dans son édition d’octobre 2012 recense 3 types de risque majeur : - les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, submersion, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption, - les risques technologiques : d'origine anthropique, ils regroupent les risques industriels, nucléaire, biologique, rupture de barrage… - les risques liés aux transports de matières dangereuses sont des risques technologiques. On en fait cependant un cas particulier car les enjeux varient en fonction de l'endroit où se développe l'accident. Les risques concernant la Commune d’Ergué Gabéric sont des risques naturels : le risque tempête, le risque sismique, le risque inondation, le risque feu de forêt. Il existe également le risque de « transport de matières dangereuses ». 2.5.1 Les risques naturels • Le risque tempête est présent sur l’ensemble du département du Finistère. Les dernières tempêtes ayant causé d’importants dégâts sont celles d’octobre 1987 et février 1996. Les deux tempêtes de décembre 1999 ont occasionné des dégâts diffus, mais le département a été moins touché que le Poitou-Charentes, par exemple. Une carte de "vigilance météorologique" est élaborée 2 fois par jour par Météo-France et attire l'attention sur la possibilité d'occurrence d'un phénomène météorologique dangereux dans les 24 heures qui suivent son émission. Le niveau de vigilance vis-à-vis des conditions météorologiques à venir est présenté sous une échelle de 4 couleurs et qui figurent en légende sur la carte : - Niveau 1 (Vert) : Pas de vigilance particulière. - Niveau 2 (Jaune) : être attentif à la pratique d'activités sensibles au risque météorologique ; - Niveau 3 (Orange) : être très vigilant - phénomènes météos dangereux prévus ; - Niveau 4 (Rouge) : vigilance absolue - phénomènes météos dangereux d'intensité exceptionnelle.
  73. 73. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 73 • Le risque inondation : la commune d’Ergué Gabéric est concernée pour l’Odet et le Jet ; elle fait l’objet d’un Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles d'Inondations du bassin de l’Odet (PPRI), approuvé par arrêté préfectoral en date du 10 juillet 2008. • Le risque feu de forêt : le feu de forêt est un incendie qui se propage dans toutes zones boisées (forêts, landes…). Toutes les Communes du Finistère sont concernées par ce risque. Un arrêté préfectoral, en date du 21 juin 2006, définit les prescriptions et interdictions dans les zones boisées de plus de 1 hectare. • Le risque sismique est lui aussi présent sur tout le département. L'article D. 563-8-1 du Code de l’environnement qui définit les zones de sismicité du territoire français classe le département du Finistère zone de sismicité 2 – « faible » (cf. carte ci-dessous). 2.5.2 Les risques technologiques • Le risque de transport de matières dangereuses est un risque diffus, lié aux infrastructures de transport. Il s’agit ici principalement de la RN 165 et de la RD 15.
  74. 74. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 74 2.6 Le paysage En connexion directe avec la Commune de Quimper et identifiée comme « pôle de la couronne urbaine » au SCoT de l’Odet (document approuvé le 6 Juin 2012), la Commune d’Ergué Gabéric présente deux visages distincts. L’Ouest de la Commune est fortement urbanisé autour de 3 pôles : le Bourg, le quartier du Rouillen et le quartier de Lestonan. Les espaces agro-naturels enclavés sont en forte mutation et la limite Nord Ouest accueille le site naturel exceptionnel du Stangala. L’Est de la Commune est un vaste paysage de campagne vallonnée dont l’activité agricole est active. Seuls quelques « hameaux » fortement développés le long de la RD 115 rappellent la proximité de la ville de Quimper. La Commune est découpée par un important réseau hydrographique dont les profondes vallées organisent le territoire. Le relief varie entre l’altitude 7 à la confluence de l’Odet et du Jet, à l’altitude 139 à l’extrême Est de la Commune.
  75. 75. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC Les grandes composantes paysagères PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 75
  76. 76. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 76 2.6.1 Les grandes composantes paysagères 2.6.1.1 Les vallées et vallons La quasi-totalité du territoire de la Commune d’Ergué Gabéric est délimitée par des cours d’eau. Seuls quelques petits linéaires en limite Est ne correspondent pas entièrement à des vallées. Les limites Ouest et Nord sont marquées par l’Odet et la limite Sud par le Jet. Ces deux principales vallées sont les seuls remparts naturels qui séparent l’urbanisation de Quimper et celle du Rouillen, quartier Sud Ouest de la Commune. Les vallées secondaires sont très découpées et ont guidé le développement des différents pôles de la Commune. La profondeur de ces vallées offre des vues remarquables à la fois sur le paysage d’Ergué Gabéric et à la fois au-delà, sur l’agglomération quimpéroise.
  77. 77. COMMUNE DE ERGUE-GABERIC PLAN LOCAL D’URBANISME – RAPPORT DE PRESENTATION 77 L’Odet : Véritable colonne vertébrale naturelle intercommunale prenant sa source au Nord Est dans les Montagnes noires et se jetant dans l’Atlantique au niveau de la ville de Bénodet, l’Odet délimite de manière franche l’Ouest et le Nord de la Commune. Avec un dénivelé dépassant par endroit les 75 m, cette vallée forme une véritable coupure naturelle avec les Communes voisines : Quimper, Briec et Landudal. Fortement boisés, ses coteaux accueillent le site exceptionnel du Stangala à l’extrême Nord Ouest au creux d’un méandre. En limite Sud de ce site, les coteaux sont exploités en carrière. Sa partie plus évasée en aval en arrivant sur Quimper a permis une exploitation agricole. Le Jet : Cette rivière dessine la totalité de la limite Sud de la Commune. Bien qu’également très creux avec des coteaux abrupts, le Jet possède un fond de vallée plus large ce qui permet son exploitation agricole. Avec un tracé assez rectiligne cette vallée a également servi de support au tracé de la voie ferrée ainsi que de la RD 115. Les vallées secondaires : Le territoire communal d’Ergué Gabéric est parcouru d’un réseau hydrographique secondaire au relief prononcé qui le vallonne et l’organise. Ces vallées sont support des boisements de la Commune et forment des corridors écologiques compartimentant les différents pôles urbanisés. 2.6.1.2 Les espaces agro-naturels Conditionné par le fort relief découpé, les parcelles agricoles sont relativement petites et le maillage bocager encore bien présent. Seules les hauteurs du Nord Est de la Commune, ainsi qu’une petite partie au Nord Ouest offrent des paysages plus ouverts. Moins pentus et moins soumis à la pression foncière, les exploitations agricoles présentes ont pu se développer tout en gardant les caractéristiques d’un paysage bocager. Si la moitié Est est encore fortement agricole, la partie Ouest est beaucoup plus morcelée. Enclavés par des grandes voies de circulation, des cours d’eau profond et soumis à la pression urbaine, les espaces agricoles sont

×