Book7

317 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
317
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Book7

  1. 1. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 1 Mohamed Lemine SHAH Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba Dépôt légal en Mauritanie n° 1142 du 26/09/2011 MCJS/DBN Edition AL YEMAMA
  2. 2. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 3 Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux Louange à Allah, Maître des mondes Cher pèlerin, Nous vous présentons cette contribution à la propa- gation et à la diffusion des enseignements de notre sainte religion, en application de l’ordre du prophète, paix et salut sur lui: «Transmettez de ma part même si c’est un verset...» «Que le présent informe l’absent. » et vous n’êtes pas sans savoir, cher frère de l’Islam, que nous sommes les messagers de notre Saint Pro- phète à cet effet, nous devons tous assumer la res- ponsabilité de diffuser les enseignements et les va- leurs de l’Islam qui ne comprend ni clergé, ni tutelle, ni blancs- seings [titres d’absolution]. Mais chaque musulman est automatiquement (homme de religion) et à ce titre il doit prôner le recomman- dable et proscrire le répréhensible, conformément aux critères de la Charia. Partant de ce principe, j’ai l’honneur de vous présenter le cinquième pilier de l’Islam (le pèlerinage) avec un bref aperçu de l’histoire de la Ka’aba. Tout en m’excusant pour les lacunes et les fautes lin- guistiques et autres que pourrait contenir ce travail, car la traduction n’est pas une mince affaire, et le fran- çais constitue pour moi un univers dans lequel je suis rentré par effraction ! et relativement tard.! En tout état de cause, l’important est que l’idée vous parvienne.
  3. 3. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 4 Qu’Allah nous guide vers le bien . «...Et dis : Seigneur pardonne et fais miséricorde. C’est toi le meilleur des miséricordieux » Al Mouminoun 118 Nouakchott, le 10 octobre 2011 Mohamed Lemine Shah
  4. 4. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 5 Vous voilà commencer vos préparatifs pour accomplir le pèlerinage. Félicitations car vous avez finalement surmonté les problèmes de la vie quotidienne. Vous entamez une œuvre grandiose, un tournant dé- cisif dans votre vie et franchissez un pas qui vous fera certainement vivre une nouvelle phase. Pour compléter votre tâche, mon cher frère, vous devriez comprendre certaines significations et tech- niques du pèlerinage, ce que nous allons vous pré- senter dans cet aperçu, en nous excusant pour les difficultés, voire l’impossibilité de la traduction... Pour commencer, nous dirons qu’il constitue une obli- gation une fois dans la vie pour tout adulte, lucide, libre et capable (physiquement et matériellement). La majorité des ulémas le considèrent comme une obligation immédiate sans délai pour celui qui le peut. Il est établi que le Calife Oumar ibn El Khattab, qu’Al- lah soit satisfait de lui, a dit: « J’ai pensé à envoyer des hommes dans les régions pour voir tout celui qui a des biens et n’accomplit pas le pèlerinage et lui imposer tribut.» D’autre part Saïd Ibn Joubayr disait: «Si mon voisin aisé mourait, sans avoir accompli le pèlerinage, je ne prierais pas sur lui ». Le pèlerinage est obligatoire une seule fois confor- mément au hadith rapporté dans les Sounan (livre de hadiths) d’Abou Daoud citant Abdellah Ibn Abbas : Le prophète, paix et salut sur lui a dit : « Le pèlerinage est obligatoire une seule fois, faire plus constitue une
  5. 5. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 6 bonne œuvre de la propre initiative de son auteur». Quant à la vertu et à la récompense du pèlerinage, elles dépassent tout entendement. Par exemple, sui- vant les compilateurs des hadiths, dans leurs deux Sa- hihs [livres de hadiths authentiques des deux cheikhs Al Boukhari et Mouslim, Abou Hourayra qu’Allah soit satisfait de lui rapporte : le Messager d’Allah, paix et salut sur lui a dit: «…Quiconque accomplit le pèleri- nage sans commettre d’obscénité ni d’acte pervers re- viendra comme le jour de sa naissance [sans péché].» Suivant les deux Sahihs précités Aïcha a dit: «Ô Messager d’Allah, nous considérons le jihad comme le meilleur travail pieux, pourquoi donc ne le faisons- nous pas ? « Le prophète, paix et salut sur lui dit: «… mais le meilleur jihad c’est le pèlerinage agréé.» Mouslim rapporte le hadith de Amr Ibn Al Aas : Le pro- phète, paix et salut sur lui a dit: « Le pèlerinage efface ce qui le précède [comme péchés] ». Chez Al Nassaï, Ibn Abbas a dit : Le prophète, paix et salut sur lui a dit: « Faites suivre le pèlerinage complet par le pèlerinage réduit (Oumra), car ils éliminent la pauvreté et effacent les péchés comme le soufflet éli- mine les impuretés du fer, de l’or et de l’argent.» L’obligation du pèlerinage « …et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la maison. Et quiconque ne croit pas... Allah se passe largement des mondes… » Al Imran 97. La totalité des ulémas considèrent que la présence
  6. 6. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 7 de la provision, de la monture (transport et frais de séjour) sécurité de la route, la capacité physique et l’absence d’autres obstacles rendent le pèlerinage une obligation religieuse. Quant à celui auquel on propose le pèlerinage à travers un don, par exemple, cela ne l’engage pas, il n’en devient pas capable et s’il l’accomplit son pèlerinage est valide. C’est comme la femme qui ne trouve pas un mahram [père, oncle, frère ou neveu de lait] pour l’accom- pagner, en raison du hadith d’Ibn Abbas rapporté par les deux cheikhs [Al Boukhari et Mouslim] : le Messager d’Allah, paix et salut sur lui a dit: « Aucun homme ne doit se trouver seul avec une femme, sauf en présence d’un mahram et la femme ne doit voyager qu’avec un mahram». Les deux cheikhs [Al Boukhari et Mouslim] ont consigné le hadith rapporté par Abou Hourayra où le prophète, paix et salut sur lui a dit: « Il n’est pas licite pour une femme de faire un voyage d’un jour et d’une nuit, sauf avec un mahram» Dans ce cadre, certains malikites permettent à la femme qui n’a pas accompli le pèlerinage obliga- toire de voyager sans un mahram si elle trouve une compagnie sûre. Voyager en groupe ou l’accompagnement soli- taire ainsi que s’assurer d’un adieu au départ et d’un accueil à l’arrivée ne constituent pas une compagnie sûre dans l’entendement religieux
  7. 7. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 8 comme pourraient le penser certains. Le mahram entendu est un homme lucide, adulte et auquel est illicite pour la vie d’épouser le femme qu’il accompagne au pèlerinage. Si la femme ac- complit le pèlerinage sans mahram, elle commet un péché mais son pèlerinage est valide selon l’opi- nion prédominante comme celui qui a prié sur une terre usurpée par la force. La falsification des pièces d’Etat Civil s’est répan- due à notre époque pour tromper les autorités, contourner les procédures et avoir un mahram sur le papier et il semble - et Allah seul sait- que cela est répréhensible, car il peut être assimilable aux interdits du pèlerinage. Enfin la femme n’est pas tenue de demander l’autorisation de son mari pour le pèlerinage obligatoire, alors qu’elle doit l’obtenir pour le pèlerinage surérogatoire. Peut-on accomplir le pèlerinage pour le défunt? Al Tirmidhi cite Sufyan Al Thewri, Ibn Al Moubarak, Al Chafi’i, Ahmed et Ishaq pour lesquels il est licite d’accomplir le pèlerinage pour le défunt. Mais la doctrine d’ El Imam Malik en la matière se résume dans le fait qu’il est interdit d’accomplir le pèleri- nage obligatoire en lieu et place de l’individu sain et décommandé pour le pèlerinage surerogatoire. Quant à celui qui est incapable, le pèlerinage ne constitue pas une obligation pour lui.
  8. 8. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 9 Ainsi le pèlerinage à la place d’un défunt n’est pas obligatoire pour Malik sauf s’il l’a demandé par tes- tament qui, dans ce cas, est valide pour le tiers des biens qu’il laisse. Celui qui accomplit le pèlerinage pour une per- sonne doit l’avoir accompli pour soi- même. Sachez aussi que personne ne doit emprunter en vue d’accomplir le pèlerinage. Quant à celui qui accomplit le pèlerinage avec de l’argent mal acquis, certains disent que son pèle- rinage est valide et il supporte le péché commis et d’autres considèrent ce pèlerinage invalide. Les coordonnées du pèlerinage (Miqat) Sachez, chers lecteurs, que le pèlerinage se dis- tingue comme un culte limité dans un temps et un espace déterminé. Et si la prière et le jeûne sont limités dans le temps, le pèlerinage réunit les deux puisqu’il a ses coordonnées temporelles et spa- tiales. Ainsi, le pèlerinage a pour cadre temporel: Chewwal – Dhoul Qiùda- Dhul Hijja ou les dix premiers jours de celui-ci selon certains. Les Malikites disent tout le mois, et si l’individu se «sacralise» ( la purifica- tion et l’habit ou ihram rituel) avant cette période son pèlerinage n’est pas valide. « Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l’on se décide de l’accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dis-
  9. 9. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 10 pute pendant le pèlerinage …» Al Baqara 197. Quant aux coordonnées spéciales, elles appa- raissent dans le tableau suivant selon les directions: Direction Lieu de sacralisation Distance(km) Médine Dhoul Houleyva(puits d’Ali) 450 Syrie Al Jouhva (Rabigh) 204 Nejd Qarn 94 Yémen Yelemlem 54 Iraq Dhatou’Irq 94 Ces coordonnées ont été déterminées et fixées par le prophète, paix et salut sur lui et selon les deux Sahihs d’après le hadith d’Ibn Abbas:» Elles sont pour eux et pour ceux qui y passent parmi les non habitants qui veulent accomplir le pèlerinage com- plet et le pèlerinage réduit (Oumra) ». Telles sont les coordonnées spatiales constituant la direction pour l’arrivant et celui qui suit un itiné- raire ne passant pas par une coordonnée légale [miqat], sa coordonnée est l’endroit adjacent à la voie aérienne ou terrestre. A titre d’exemple on peut se «sacraliser» à partir de la ville de Djeddah, car elle est située entre deux miqat (Yelemlem – El Jou- hva). ٍSe «sacraliser» avant sa coordonnée spatiale constitue un acte valide, mais il est incontestable que se «sacraliser» à partir de la coordonnée spa-
  10. 10. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 11 tiale vaut mieux car le prophète, paix et salut sur lui, l’a fait et c’est lui qui nous enseigne les rites car c’est lui le professeur et l’inspirateur. Celui qui se trouve entre la coordonnée spatiale et la Ka’ba se sacralise là où il est ou dans le lieu où naît son intention d’accomplir le pèlerinage complet ou le pèlerinage réduit. Les gens de la Mecque et les étrangers qui s’y trouvent se sacralisent dans la ville pour le pèle- rinage complet, mais pour le pèlerinage réduit Oumra ils se sacralisent à partir du lieu non sacré en dehors des limites des lieux sacrés, comme Al Ten’im par exemple. Les non habitants de la Mecque n’y entrent qu’en état de sacralisation selon la majorité des ulémas et Al Chafi’i a dit que celui qui ne veut pas accomplir un rite peut y entrer sans sacralisation. En définitive celui qui passe, par exemple, par une coordonnée spatiale : - s’il va revenir avant d’entrer à la Mecque, n’a pas à se sacraliser ; - s’il va entrer, il se sacralise s’il n’est pas un résident ou un visiteur à répétition (comme par exemple celui qui fait le transport entre Mekka et Djeddah) ; - s’il veut accomplir le pèlerinage ou le pèleri- nage réduit, il se sacralise à partir de la coor- donnée spatiale (Miqat). S’il la dépasse et se sacralise, il continue et doit sacrifier un animal
  11. 11. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 12 et s’il la dépasse sans se sacraliser, il revient et se sacralise. Nous constatons ici la variation des coordonnées spatiales de 54 km pour les Yéménites à 450 km pour les habitants de Médine. On imagine donc que vous demandez et vous interrogez: - Pourquoi cette disparité? Pourquoi les coor- données spatiales ne sont-elles pas tracées de façon géométrique? Parce que c’est la volonté d’Allah le Tout- Puissant et que c’est un acte de culte, lequel n’est pas force- ment soumis à la logique et aux critères rationnels, l’acte de culte étant une décision d’Allah, exécu- toire et non discutable, transmise pour l’unanimité. Si nous connaissons cela et en tenons compte, nous serons à l’abri de l’obsession, et de la dérive qu’Allah nous en garde. Types de pèlerinage Le pèlerinage se divise en trois façons : 1. pèlerinage accompli tout seul (Ifrad); 2. pèlerinage complet combiné avec le pèlerinage réduit (Qiran); dans ce cas le pèlerin fait un seul Tawaf, et une seule navette rituelle entre Al Sava et Al Marwa pour le pèlerinage complet et le pèle- rinage réduit et reste en habits de sacralisation jusqu’au départ pour les sites du pèlerinage. Celui qui combine pèlerinage complet et pèlerinage
  12. 12. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 13 réduit doit faire l’offrande d’un mouton, du septième d’une chamelle ou du septième d’une vache. Et s’il en est incapable ou s’il ne peut trouver l’offrande fixée, il doit jeûner trois jours au pèlerinage et sept quand il retourne chez lui. 3. pèlerinage réduit (Oumra) durant les mois du pèlerinage et raccourcissement des cheveux, ensuite, tout ce qui est interdit par la sacralisa- tion lui est permis et le huitième jour de Dhoul Hijja (Yewm Tarwiya) il se sacralise de nouveau pour le pèlerinage de l’endroit où il se trouve et se dirige vers les sites du pèlerinage, cela s’appelle (Temetoù). Dans ce cas le pèlerin doit faire une offrande d’un mouton, du septième d’une chamelle ou du sep- tième d’une vache et s’il ne trouve pas il doit jeûner trois jours au pèlerinage et sept quand il retourne chez lui. Le pèlerinage seul (Ifrad) vaut mieux pour Malik et Al Chafi’i, le pèlerinage suivant un pèlerinage réduit (Temetou’ù) est meilleur selon Ahmed. Et pour Abou Hanifa, Soufyan Al Thewri et Ishaq il est préférable de combiner le pèlerinage complet et le pèlerinage réduit (Qiran). Citant certains ulémas, El Qadi Iyyad dit que les trois types ont la même valeur. Il y a beaucoup de divergence en la matière et beaucoup de liberté, s’il plaît à Allah. Pour Abou Hanifa, les gens de la Mecque n’ont pas
  13. 13. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 14 à accomplir le Temetou’ù, c’est aussi le choix d’Al Boukhari mais la majorité des oulémas affirme que le Mekkois peut accomplir le Temetou’ù, sans être tenu de faire une offrande. Signalons que le jeûne de trois jours pour celui qui ne peut faire une offrande intervient seulement après le port des habits de sacralisation. Avant de conclure ce chapitre, il convient de sou- ligner que le pèlerinage est pèlerinage quel que soit son type, compte tenu du hadith authentique rapporté par Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, qui a dit: «Nous sommes sortis avec le Messager d’Al- lah, paix et salut sur lui, l’an du pèlerinage d’adieu. Parmi nous certains allaient au pèlerinage, d’autres voulaient faire le pèlerinage réduit et le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, avait l’intention d’ac- complir le pèlerinage. Ceux qui venaient en pèle- rinage réduit se sont désacralisés à leur arrivée et ceux qui allaient au pèlerinage ou combinaient le pèlerinage complet et le pèlerinage réduit ne se sont désacralisés que le jour du sacrifice». Sachez que si vous faites une sacralisation absolue sans préciser ni désigner, cela est permis et votre pèlerinage est suffisant et valide, s’il plaît à Allah. Les actes du pèlerinage : Il ne fait aucun doute que le pèlerinage est un exercice et une pratique, mais comme tout acte de culte, il part de cadres théoriques, quoique son
  14. 14. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 15 aspect pratique reste essentiel. Ainsi, le pèlerinage inclut un ensemble: • D’actes absolument obligatoires que l’offrande ne compense pas ; • De devoirs qui n’invalident pas le pèlerinage et se compensent par le sang [de l’offrande]; • De vertus et de comportements n’impliquant pas d’offrande. Et nous allons jeter la lumière sur ces éléments: Actes absolument impératifs du pèlerinage (Arkane ou piliers) : La sacralisation (Ihram) – la station debout (ou ar- ret) (Wouqouf) à Arafat - le circuit rituel du déferle- ment (Ivada) - les tours rituels (Issa’i) entre Al Sava et Al Marwah. Devoirs ou obligations (Wajibat) : Ils se compensent par le sang et n’invalident pas le pèlerinage, comme par exemple: La sacralisation à partir de la coordonnée spatiale – (la talbiat) - le circuit rituel de l’arrivée (Tawaf El Qoudoum) pour ceux qui en voient l’obligation – le passage de la nuit du sacrifice à Muzdelifa - la lapi- dation des stèles- la prière surérogatoire du circuit rituel - le passage de la nuit de la lapidation à Mina- Le pèlerinage a un ensemble de vertus, de com- portements et de compléments dont nous citerons notamment:
  15. 15. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 16 - le port d’habits blancs dans la sacralisation- la lotion pour la sacralisation, les types de circuit rituel et la prière surérogatoire avant la sacralisation- l’embrassement de la Pierre Noire – le toucher du coin yéménite- la marche accélérée dans les trois premiers tours du circuit rituel et la marche normale dans le reste- la marche accélérée entre les deux colonnes - le circuit rituel de l’adieu Tawaf El Widaa (pour ceux qui n’en voient pas l’obligation) la prière à Al Mouhassab après le retour à la Mecque- le retard jusqu’au troisième jour après la fête du sacri- fice - se tenir sur la terre d’Arafat avant ses mon- tagnes- le commencement de lapidation des stèles par la ’Aqaba – sacrifier son offrande. La sacralisation (Ihram) : Elle se réalise par l’intention associée à un mot ou à un acte et Ibn Habib dit que la talbiat est obligatoire. Al Chafi’i dit: «si l’homme fait la talbiat sans inten- tion d’accomplir le pèlerinage complet ou le pèleri- nage réduit il n’est ni pèlerin ni n’accomplit un pèle- rinage réduit ; s’il a l’intention et ne fait pas la talbiat jusqu’à accomplir tous ses rites son pèlerinage est complet et il a invoqué le hadith sur lequel Al Bou- khari et Mouslim sont d’accord : Les actions sont des intentions.» Parmi les sounan de la sacralisation on peut citer: la lotion – l’enlèvement des habits cousus- la prière surérogatoire - la talbiat de temps en temps, notam-
  16. 16. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 17 ment après la montée, la descente, après la prière et lors des rencontres. Le pèlerin prononce la talbiat jusqu’à midi le jour d’Arafat, en suspendant sa talbiat depuis le début du circuit rituel jusqu’à la fin des tours rituels entre Al Sava et Al Marwa. Quant à celui qui accomplit le pèlerinage réduit, il interrompt sa talbiat quand il entre dans l’espace sacré. Celui qui laisse la talbiat doit faire une offrande. Il est interdit à celui qui est en sacralisation de por- ter des vêtements cousus, se couvrir la tête si c’est un homme (la femme ne se voile pas le visage ni ne porte des gants ). Le pélerin ne rase ni tresse les cheveux de sa tête jusqu’au jour du sacrifice ne coupe pas ses ongles ni ceux d’autrui, ne se lave la tête que pour impureté rituelle, ne se parfume pas, ne se pommade, n’attaque pas le gibier terrestre (la chasse), ne fait pas l’amour et, ne scelle pas de contrat de mariage ni pour soi- même ni pour autrui, jusqu’à ce qu’il se rase à Mina, tout devient licite pour lui sauf les femmes, le parfum et la chasse. Et quand il accomplit le circuit rituel du déferlement (Ivada), il se désacralise. Pour les actes préparatoires de rapport charnel, cela entraîne d’égorger un mouton. le fait d’avoir un rapport charnel, cela entraîne tout simplement la nullité du Haj, bien que le pélerin doit le suivre, le parachever avec l’obligation de refaire un Haj com-
  17. 17. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 18 pensatoire et d’immoler un chameau, une vache et à défaut de jeûner dix jours. Pour la conclusion du mariage et des fiançailles et tous péchés, il suffit pour le pélerin de demander pardon à Allah (Tawba et Istighfar). Il est à noter qu’on ne doit pas interrompre un pè- lerinage complet ou réduit, même s’il est déclaré invalide. Celui qui est en sacralisation porte une ceinture, sous le tablier pour les Malékites et ils divergent sur le port de la bague par l’homme. Il n’y aucun mal à ce que celui qui est en sacrali- sation s’abrite sous l’ombre en montant ou en mar- chant car cela a été pratiqué par le Prophète, paix et salut sur lui, lors du pèlerinage d’adieu, à travers le hadith d’Oum Al Houçain, car il était accompagné par Oussama et Bilal dont l’un conduisait sa mon- ture et l’autre lui mettait l’ombre. L’argument de celui qui dit que cela implique une offrande est réfuté par un hadith authentique et ex- près du prophète Paix et Salut sur lui. En bref, l’homme sacralisé entre dans la réconcilia- tion et la coexistence pacifique avec son environne- ment et son milieu naturel comme les animaux, les insectes, les arbres et les objets inanimés, autant d’éléments qu’Allah le Tout – Puissant a assujetti à l’homme durant son séjour terrestre, dans sa vie d’ici bas… Mais il se les concilie temporairement dans une trêve permettant à l’homme de méditer
  18. 18. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 19 sur lui- même et de revoir ses comptes et ses rela- tions verticales et horizontales. Mais cela ne signi- fie point qu’il est devenu la proie des prédateurs et des oppresseurs, car dans les deux Sahihs, Aicha, qu’Allah soit satisfait d’elle, rapporte que le Mes- sager d’Allah, paix et salut sur lui, a dit: «Il y a cinq animaux nuisibles qu’on peut tuer dans l’espace sacré: le corbeau, l’épervier, le scorpion, la souris et le chien âqour.» L’imam Ibn Taymiya a dit: « l’homme sacralisé a le droit de repousser ce qui lui nuit, et même de le combattre et de le tuer…» Sur un autre plan, nous rappelons que se sacrali- ser pour la femme qui accouche et pour celle qui a ses règles est valide car dans le Sahih de Mouslim d’après le hadith de Jabir : Asmaa Bint ’Oumaïs a enfanté Mohamed Ibn Abou Bakr à Dhoul Houlaifa l’année du pèlerinage d’adieu, elle fit sa lotion et se sacralisa. La femme qui accouche et celle qui a ses règles accomplissent tous les rites du pèlerinage sauf la circumambulation rituelle. La circumambulation rituelle (Tawaf) Elle se divise en circumambulation rituelle d’arri- vée (Qoudoum), de déferlement (Ivada) et d’adieu (Widaa). En général, la circumambulation rituelle a un en- semble d’obligations comme :
  19. 19. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 20 La pureté rituelle- la couverture des parties intimes – la succession- l’ordre – être en dehors de la Maison Sacrée – être à l’intérieur de la Mosquée Sacrée - être sept tours – la prière surérogatoire après et certains disent que c’est une sounna [acte recommandé et non obligatoire]. Parmi ses sounan [actes recommandés et non obligatoires] citons: la marche – toucher la Pierre Noire- la marche accélérée dans les trois premiers tours de la première circumambulation rituelle qu’il fait. Il convient de souligner que la circumambulation rituelle du déferlement est une obligation absolue dont l’abandon invalide le pèlerinage et peut être reculée jusqu’au troisième jour après la fête du sa- crifice, même s’il vaut mieux la faire tôt. Pour les Malékites son temps s’étend jusqu’à la fin de Dhoul Hajja car il fait partie des mois de pèlerinage pour eux et celui qui la retarde doit faire une offrande. Pour les Chafiites son temps aussi long n’a pas de fin tant que le pèlerin vit. Ibn Abbas, a dit: « La circumambulation autour de la Maison Sacrée est une prière, mais Allah permet d’y parler. » Certains ulémas considèrent même que la femme peut utiliser des médicaments pour retarder, sus- pendre ou terminer la menstruation et la femme qui a les menstrues n’est pas tenue de faire la circu- mambulation de l’adieu exactement comme le Mec-
  20. 20. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 21 quois. Mais que faire si la femme a ses règles avant la circumambulation du déferlement, est pressée par le temps et son accompagnateur (Mahram) ou sa compagnie veulent voyager ; ce qui peut arriver? Dans ce cas, la femme accomplit la circumambula- tion selon les fatwas de l’imam Ibn Taymiya et du cheikh Al Outhaymeen basée sur la règle juridique tirée du Saint Coran : « … Allah veut pour vous la facilité, il ne veut pas la difficulté pour vous … », 185 Al Baqara Il faut noter ici l’opinion d’Abou Hanifa qui n’exige pas la pureté rituelle pour la circumambulation et celle d’Ataa qui considère que si la femme craint les menstrues elle avance la circumambulation du déferlement avant la lapidation des stèles et l’abat- tage de l’offrande et toutes ces opinions doivent être prises en considération si nécessaire, pour simpli- fier et faciliter conformément à l’esprit de l’Islam. Sachez, cher lecteur, que le Prophète, paix et sa- lut sur lui, a donné lors du pèlerinage d’adieu de grandes leçons et ouvert de larges voies pour faci- liter et simplifier aux gens et leur épargner les dif- ficultés. Cet exemple du saint Prophète doit nous inspirer en cette époque, notamment dans les rites du pè- lerinage, surtout alors que le nombre des pèlerins augmente continuellement, louange à Allah.
  21. 21. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 22 La circumambulation de l’arrivée et la circu- mambulation d’adieu La circumambulation de l’arrivée est obligatoire dans les cas suivants: - Si le pèlerin se sacralise de l’espace non sacrée pour le pèlerinage seul ou le pèlerinage complet et s’il ne craint pas d’être en retard pour les ritueles du pèlerinage, sinon l’obligation tombe. En bref, nous disons: L’opinion de Malik et d’Abou Thewr est que la circumambulation de l’arrivée est une obligation compensée par le sang de l’offrande et pour eux la circumambulation d’adieu est une sounna n’impliquant pas d’offrande. Pour la majorité des ulémas, la circumambulation de l’arrivée n’implique pas d’offrande et la circu- mambulation d’adieu est une obligation qu’on per- met à la femme en règles d’abandonner si elle re- vient à la Mecque avant la pureté rituelle. Peut on interrompre la circumambulation? Oui lorsque le muezzin appelle à la prière, on doit obligatoirement interrompre la circumambulation pour accomplir la prière obligatoire. Il est préférable de terminer le tour rituel, sinon on continue quand la prière se termine et la circumambulation ne devient pas invalide si on l’interrompt pour une raison de force majeur, comme l’hémorragie nasale et autre, mais si on interrompt la circumambulation pour une prière surérogatoire ou la prière des funérailles elle
  22. 22. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 23 devient invalide et par ailleurs celui qui doute du nombre des tours doit se baser sur la certitude. Certains ulémas disent que la marche dans la cir- cumambulation constitue une condition, d’autres détestent d’y monter. En outre on ne devrait pas bousculer les gens ni utiliser la violence pour toucher ou embrasser la Pierre Noire car c’est une sounna et nuire aux gens est interdit et il suffit de faire un salut avec votre main droite, même de loin. Si vous longez le coin yéménite, touchez- le sans l’embrasser, sinon laissez- le sans signe ni exalta- tion, préservez la sérénité et évitez la photographie et les conversations téléphoniques, car tout cela est contraire à l’atmosphère de tranquillité de quie- tude et de solennité du rite. Quant aux sifflements, battements des mains, hymnes et chants faits par les sectaires et les héré- tiques autour de la Ka’ba, ils constituent incontes- tablement des signes de déviation. Et n’oubliez pas que la marche accélérée dans les trois premiers tours est une sounna dans la pre- mière circumambulation pour le pèlerinage complet et le pèlerinage réduit, ainsi que le fait de sortir sa robe au- dessous de l’aisselle droite et la poser sur l’épaule droite. Il s’agit là d’actes recommandable [sounan] établit selon les hadiths authentiques. Certains ulémas disent que la prière surérogatoire dans la circumambulation est une sounna mais
  23. 23. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 24 l’opinion prédominante c’est l’obligation de cette prière, car le prophète, paix et salut sur lui, l’a faite dans le pèlerinage d’adieu, mais si vous ne trouvez pas facilement un endroit, faîtes votre prière suré- rogatoire n’importe où dans la Mosquée. Si vous êtes dans un temps où la prière est inter- dite, retardez-la ou priez- la n’importe où : à l’hô- tel, à l’aéroport ou ailleurs, car c’est l’opinion et la pratique du Calife Oumar et de son fils, Abdoullah qu’Allah soit satisfait d’eux. Les tours rituels (Issa’i): « Assava et Al Marwa sont vraiment parmi les lieux sacrés d’Allah, donc quiconque fait pèle- rinage à la maison ou fait la Oumra ne commet pas de pêché en faisant les va-et-vient entre ces deux monts…» Al Baqara 158 Les tours sont dans l’ordre : d’Al Sava à Al Marwa et non le contraire et il est obligatoire de parcourir toute la distance, car s’il reste un seul pas les tours rituels ne sont pas valables selon l’opinion de la majorité des ulémas. Parmi les obligations de Issa’i, on peut citer: la succession – l’ordre – accomplir sept tours – être précédé d’une circumambulation principale ou obli- gatoire (dans le rite malikite). Les sounan sont: suivre immédiatement la circu- mambulation – la pureté rituelle- la marche- la sup- plique- l’accélération de la marche des hommes au
  24. 24. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 25 milieu de l’oued. Sachez, aussi, que les tours rituels sont comme la prosternation, en ce sens qu’ils constituent un acte de culte qui ne tient pas seul et doit être connecté à un autre acte de culte. La station debout (Arrêt) rituel à Arafat (Wouqouf) Il est important de savoir qu’Arafat n’est pas le seul mont, mais toute la région, car c’est le mont qui est attribué à la vallée et non le contraire et se lever sur le Mont de la Miséricorde n’est ni demandé ni une sounna. La bousculade pour le mont relève de l’exagération et dénote de l’ignorance des rites, car tout Arafat est valable pour la station debout (Wouqouf) selon Mouslim et d’autres d’après le hadith de Jabir. Dans Al- Mouwatta, d’El imam Malek, Abdoullah Ibn Couraïz a dit que le prophète, paix et salut sur lui, a dit: « On n’a jamais vu Satan aussi petit, aussi méprisable et aussi abattu que le jour d’Arafat du fait de la descente de la miséricorde qu’il voit…» Le wouqouf de l’évanoui est l’objet de controverse entre les oulémas : il est valide pour Abou Hanifa et Malik car il n’a pas besoin d’intention et l’objectif c’est la présence, mais certains oulémas pensent que la station debout de l’évanoui n’est pas valable car initialement on ne lui demande pas d’accomplir les cultes.
  25. 25. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 26 Il n’y a aucune divergence sur la validité du wou- qouf de la femme en règles et de la personne en état d’impureté. Nous avons vu «que le pèlerinage c’est Arafat» et on sait que la sortie vers Mina a lieu le huitième jour de Dhoul Hijja [al tarwiyya]. Là on passe la nuit et après le lever du soleil du neuvième jour on accom- plit le wouqouf à Arafat où on combine les prières du Dhouhr et d’Al Asr. On ne fait pas la prière du vendredi à Mina le hui- tième jour de Dhoul Hijja, ni à Arafat le jour d’Arafat, ni le Jour du Sacrifice, ni les trois jours le suivant (les jours de Techriq). On ne jeûne pas le jour d’Arafat pour celui qui est à Arafat. Et on ne jeûne pas non plus les jours de (Techriq). Passage de la nuit à Mouzdelifa : On lit dans le saint coran : « …Puis quand vous déferlez depuis Arafat, invoquez Allah, à almas- haralharam (Mouzdelifa) et invoquez – le comme il vous a montré la bonne voie, quoiqu’aupara- vant vous étiez du nombre des égarés… » Al Baqara 198 Il y’ a trois opinions sur le passage de la nuit à Mouzdelifa : - La première : c’est une obligation absolue (Rokn) dont l’abandon invalide le pèlerinage - La deuxième : constitue une sounna n’impliquant
  26. 26. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 27 rien. - La troisième et la plus correcte, s’il plaît à Allah : est une obligation que compense l’offrande. Sachez que la sounna prévoit l’accomplissement de la prière de l’aube très tôt à Mouzdelifa le Jour du Sacrifice, comme dans le hadith des deux Sa- hihs rapporté par Ibn Massoud. La lapidation des stèles (Rami El Jemarat) : La lapidation des stèles constitue l’un des rites du pèlerinage. Elle constitue un acte de culte et cela suffit. Il faut noter que la stèle d’Al’Aqabah est un jour indépendant par son temps des trois jours suivant la fête du sacrifice car elle s’en différencie par son moment. Ibn Al Majechoune la considère comme une obliga- tion absolue (Rokn) mais la vérification prouve qu’il s’agit d’une obligation que compense l’offrande. Les faibles, les femmes et assimilés peuvent la lapider après le matin avant le lever du soleil, mais il n’y pas de divergence sur le fait que les hommes valides ne la lapident pas avant le lever du soleil. Celui qui lapide avant le coucher du soleil s’acquitte valablement du rite et on dit que celui qui retarde la lapidation jusqu’à la nuit doit faire une offrande et Allah seul sait. Habituellement, les actes du Jour du Sacrifice sont ordonnés: la lapidation – l’abattage de l’offrande –
  27. 27. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 28 le rasage – la circumambulation de déferlement. Telle est la sounna, mais si l’ordre est perturbé, il n’ya rien de mal en cela. Sachez, Chers lecteurs, que la première désacra- lisation n’a lieu qu’après la lapidation et le rasage ensemble car le rasage est un rite et partant ne vous désacralisez que par un rasage c’est plus sûr pour vous. L’obligation de l’offrande du pèlerinage (Qiran et Temetoù) ne devient effective qu’après la lapi- dation de la stèle d’Al’Aqaba et par exemple si le pèlerin meurt avant cela, on ne la sort pas de son héritage, c’est le choix de Malik. L’avis de certains selon lesquels ladite offrande de- vient obligatoire dès la sacralisation est une opinion faible qu’on ne prend pas en considération. Malik considère aussi que l’offrande qu’égorge le pèlerin constitue un acte bénévole car pour lui l’of- frande de la Fête du Sacrifice n’est pas une sounna pour le pèlerin et la majorité des oulémas diverge avec lui sur cette question. Quant au passage de la nuit à Mina les trois jours suivant la Fête du Sacrifice (Techriq), le prophète, paix et salut sur lui, l’a fait et Al Farouk [Oumar], qu’Allah soit satisfait de lui, envoyait des patrouilles de nuit ordonnant aux pèlerins de ne pas passer la nuit derrière la stèle d’Al’Aqaba du côté de la Mecque, car cela ne fait pas partie de Mina. Bien sûr, passer la nuit à Mina n’est pas une obliga-
  28. 28. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 29 tion absolue car le pèlerinage a été complet avant et partant il constitue une obligation que compense l’offrande. Les stèles sont ordonnées selon les trois jours sui- vant la Fête du Sacrifice. Le pèlerin commence par celle voisine de la Mosquée Al Khayve, fait des suppliques après la première et la deuxième, mais après la troisième il part sans supplique, telle est la sounna. Dans le cas de bousculade ou si les gardes vous ordonnent de quitter, partez sans troubler le pèle- rinage. Le rite de celui qui inverse l’ordre de la lapidation n’est pas valide selon l’opinion prédominante et on ne lapide qu’avec les cailloux et celui qui lapide avec plusieurs cailloux ensemble n’accomplit pas le rite de manière valide. Aussi, il ne suffit pas de déposer les cailloux, il faut les lancer avec force, mais sans violence. Celui qui oublie une stèle la lapide quand il s’en souvient de jour ou de nuit comme celui qui se rap- pelle une prière passée et s’il était retourné à la Mecque ou a quitté pour son pays, il doit faire une offrande. Celui qui laisse, même un seul caillou d’une stèle doit faire une offrande selon Malik et certains oulé- mas considèrent qu’un seul caillou ne réalise pas la signification du rite, divergence résultant de ce que les ulémas appellent l’établissement du motif
  29. 29. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 30 (Tahqiq El Manat). Dans tous les cas, l’opinion la plus sûre est celle adoptée par Malik selon le hadith d’Ibn Abbas, « … celui qui oublie ou laisse un rite du pèlerinage doit faire une offrande » . Le mandat est licite dans la lapidation et le pèle- rin ne peut déléguer qu’un pèlerin et vous pouvez lapider au lieu et place de plusieurs personnes et si le patient guérit il recommence la lapidation et doit faire une offrande selon Malik. Certains disent qu’il recommence et d’autres affirment le contraire et assurent même qu’il n’a pas à faire d’offrande. On lapide à la place des gamins et on fait la talbiat pour eux selon le hadith de Jaber, rapporté par Ibn Majah. Si le soleil se couche le deuxième jour alors que le pèlerin est à Mina, il doit y passer la nuit et accom- plir la lapidation le troisième jour. Concernant la lapidation pendant la nuit, les opi- nions des ulémas divergent. Il y a divergence aussi relative aux Mecquois : peuvent- ils se hâter de partir? L’avis le plus partagé est qu’ils peuvent se hâter de partir après deux jours comme les autres. L’empêchement de l’accès au pèlerinage (Ihs- sar) Dans le saint coran il est dit: « … et accomplissez pour Allah le pèlerinage et
  30. 30. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 31 la oumra si vous en êtes empêchés, alors faites un sacrifice qui vous soit facile … » Al Baqara 196 - Que signifie l’empêchement ? Les ulémas en ont beaucoup parlé et on peut résu- mer leurs opinions en trois avis : 1. Il signifie l’empêchement du pèlerin par l’ennemi d’accomplir la circumambulation, selon Ibn Abbas, Ibn Omar et d’autres. 2. Il signifie que le pèlerin a été empêché par une maladie ou un autre obstacle qui l’a retenu et em- pêché d’accomplir le pèlerinage, selon Abdallah Ibn Mas’oud et les Hanafites. 3. La maladie, l’ennemi et tout empêchement. L’opinion choisie est que l’empêchement signifie le refus de l’accès par l’ennemi et celui qui est em- pêché par une autre raison se désacralise par un pèlerinage réduit. Que signifient le sacrifice, l’offrande et l’animal à immoler (Vidya et Noussouk)? Le sacrifice désigne l’adsout pour les interdits que la personne sacralisée peut commettre, sauf, bien sûr, la chasse et les rapports sexuels, par exemple, s’il se rase la tête ou porte des habits cousus il doit un sacrifice: jeûner trois jours ou nourrir six personnes pauvres, en donnant à chacune deux mouds ou l’abattage d’un mouton qu’il donne en charité et qu’on appelle une offrande.
  31. 31. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 32 En d’autres termes, l’offrande constitue l’une des composantes du sacrifice, lesquelles ne sont pas hiérarchisées mais accomplies au choix. Qu’est-ce que le sang [l’animal à sacrifier]? On emploie le sang pour deux types: 1. Le sacrifice ou l’adsout pour les interdits que commet la personne sacralisée comme nous l’avons vu. 2. L’offrande qui désigne le reste et comprend l’obli- gation, le vœu et le bénévolat, évidement : « …ni leur chairs ni leur sang n’atteindront Al- lah, mais ce qui l’atteint de votre part c’est la piété ... » Al Haj 37. Il convient de souligner que le sacrifice peut se multiplier avec la multiplication de ses causes, sauf si ces motifs viennent immédiatement sans sépa- ration, ou s’il les fait en pensant être désacralisé, dans ce cas il fait un seul sacrifice. Le pèlerinage réduit (Oumra): Il comprend une circumambulation Tawaf, des tours rituels Issa’i, le rasage ou le raccourcissement des cheveux. Certains oulémas comme Ahmed et Al Chafi’i, considèrent que la Oumra est obligatoire, mais pour la majorité des oulémas elle constitue une sounna, toutefois, le pèlerinage réduit a une grande récompense : suivant les deux Sahihs, Abou Hou-
  32. 32. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 33 raira rapporte que le prophète, paix et salut sur lui a dit: « Le pèlerinage réduit au pèlerinage réduit constitue l’expiation entre eux et le pèlerinage com- plet agréé n’a pour récompense que le Paradis » Dans un hadith rapporté par Ibn Abbas dans les deux Sahihs, le prophète, paix et salut sur lui a dit: « le pèlerinage réduit pendant le Ramadan équi- vaut à un pèlerinage complet avec moi.» Malik en déteste la répétition plus d’une fois par an, et peut-être, qu’il craignait la banalisation des rites et leur transformation en actes ordinaires. En tout cas, il a été établi qu’Aïcha et Ibn Omar, qu’Allah soit satisfait d’eux, répétait le pèlerinage réduit plusieurs fois par an et c’est l’opinion de nombreux ulémas L’année de la oumra commence avec le mois de Mouharam. Ainsi, si quel’qu’un performe la Oumra en Dhoul-hija, il peut aussi la faire en Mouharam sans que ceci soit déconseillé, car il l’aura faite dans un nouvel an, ce qui est d’ailleurs recommandé. Il n’y a aucun mal à accomplir le pèlerinage réduit pendant les mois du pèlerinage ou en d’autres par- ties de l’année, quoique le mois du Ramadan soit le meilleur et on peut accomplir le pèlerinage réduit avant d’accomplir le pèlerinage obligatoire, comme l’a fait notre prophète, paix et salut sur lui. Il a été établi que le prophète, paix et salut sur lui, a accompli de son vivant un pèlerinage complet et quatre réduits (Oumra) qui sont: Al Houdaybiyya,
  33. 33. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 34 Alja’rana, Al Qadaa et le quatrième avec le pèleri- nage de l’adieu. Signalons qu’il faut compléter les actions du pèle- rinage complet ou réduit une fois commencées car les ulémas sont unanimes sur le fait que le début du pèlerinage complet ou réduit même s’il n’était pas obligatoire, engage celui qui s’y sacralise, et Il ne peut plus renoncer Question: Celui qui accomplit le pèlerinage réduit pour soi- même et veut le faire pour autrui? - L’opinion la plus probable est que cela soit permis si celui pour lequel on accomplit le pèlerinage réduit est malade, vieillard ou assimilé. Ici s’il avait l’intention avant de se sacraliser, il re- vient et se sacralise des coordonnées spatiales et s’il n’avait eu l’intention qu’après sa sacralisation pour soi – même, il sort jusqu’au plus proche en- droit non sacré puis se sacralise. Dans les deux Sahihs on rapporte qu’Aïcha, qu’Al- lah soit satisfait d’elle, est sortie de la Mecque jusqu’à Al Ten’im puis s’est sacralisée pour un pè- lerinage réduit et elle était accompagnée par son frère Abderrahmane sur ordre du prophète, paix et salut sur lui. Certains ulémas disent que Al Ten’im est désigné pour celui qui accomplit le pèlerinage réduit à partir de la Mecque et l’opinion la plus probable est que c’est l’endroit non sacré et Al Ten’im et les autres lieux sont identiques.
  34. 34. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 35 En conclusion, dans cette présentation rapide du pèlerinage, nous avons choisi la concision et l’utilité et celui qui veut approfondir le sujet peut consulter les ouvrages détaillant les fondements jurispruden- tiels, ouvrage répandus un peu partout, louange à Allah, mais nous ne saisirons pas la signification du pèlerinage avant de le pratiquer et de vivre son expérience pratique et affective car rien ne vaut l’expérience. Il est incontestable que celui qui a l’occasion et la possibilité d’accomplir le pèlerinage complet ou le pèlerinage réduit et rate le train manque beaucoup de bien et une grande miséricorde, notamment après le raccourcissement des distances et le rap- prochement des lieux grâce aux divers moyens de transport qu’Allah a mis à la disposition de ses ser- viteurs et aux services et au confort que ceux- ci proposent aux voyageurs car vous parcourez au- jourd’hui en vingt minutes la distance qu’on accom- plissait jadis en un mois ou plus…! Dans tous les cas, nous ne disons pas à celui qui a les moyens du pèlerinage et ne l’accomplit pas : tu n’es pas musulman. Nous disons plutôt : tu es menacé par un grave danger , car tu ne sais pas quand tu deviendras pauvre ou tu tomberas malade ou tu mourras.
  35. 35. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 36 La Ka’ba La Ka’ba doit ce nom à sa forme cubique, c’est- à-dire rectangulaire et à sa hauteur et sa protubé- rance selon certains. La Ka’ba figure par son nom dans le Coran deux fois. Sourat El Maida 57 et 59 Elle se situe presque au centre de la Grande Mos- quée, constitue le centre de la Terre, dit-on et a une hauteur d’environ quinze mètres. Sur son côté oriental se trouve une porte à envi- ron deux mètres au- dessus du sol et elle a quatre colonnes d’angles qui sont la colonne noire, la co- lonne du Cham, la colonne du Yémen et la colonne de l’Irak. Au sommet du mur nord, il ya la gouttière (Mizab) faite d’or pur et surplombant Hijr Ismaël. Cette Maison sacrée qu’Allah interdit jusqu’au Jour de la Résurrection de sorte qu’on n’en inquiète pas les animaux, on n’en coupe pas les arbres, on n’y porte pas les armes et elle est le plus noble lieu de la terre qu’Allah aime le plus. Tout cela est établi dans le hadith sahih [authen- tique]. Durant la période antéislamique, l’homme qui y ren- contrait le meurtrier de son père ne le dérangeait pas tant qu’il se trouvait dans le Sanctuaire invio- lable (Haram), bien que les Arabes d’alors fussent vindicatifs et vengeurs.
  36. 36. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 37 Les habitants de la Mecque ne construisaient pas de bâtiments plus élevés que la Ka’ba et ont long- temps bâti leurs maisons sous une forme circulaire, par respect du plan rectangulaire de la Ka’ba. Par respect et par vénération, on ne se tourne pas vers la Ka’ba pour faire ses besoins mais on en prend la direction pour les nobles actions comme les ablutions, la prière et l’invocation. On la salue par le circuit rituel, elle constitue une grâce d’Allah pour Ses serviteurs croyants, Allah le Tout- Puis- sant la protège et aucun roi ne la possède car elle est la Maison antique d’Allah dans laquelle les cita- dins et les nomades sont égaux. « …La première maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bekka (La Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers …» Al Imran 96 C’est vers la direction de la Ka’ba qu’on se tourne dans la prière, qu’on enterre les morts, qu’on égorge les ruminants et qu’on commence le circuit rituel sur le mont Al Sava... La construction de la Ka’ba au fil de l’histoire Sur la première construction et les premiers bâtis- seurs de la Ka’ba nous avons de nombreux récits dont des histoires étranges et douteuses, des ver- sions confirmées authentiques et d’autres plau- sibles et non confirmées... Les historiens considèrent que ses premiers
  37. 37. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 38 constructeurs sont les anges, puis successivement Adam, paix sur lui, ensuite Seth, puis Abraham et Ismaël paix sur eux, les Amalécites, la tribu Jou- rhoum, Qusay Ibn Kilab, les Quraïš 18 ans avant la Hijra, 5 ans avant la révélation du Coran au Pro- phète, paix et salut sur lui, en sa présence et il y donna son célèbre avis. En 65 HJR, Abdoullah Ibn Al Zubayr la construit sur les fondations (Qawaid) d’Abraham, ce que le Prophète, paix et salut sur lui, voulait et empêchait par crainte de l’apostasie des arabes de l’epoque comme dans le hadith sahih [authentique], rapporté par Aicha. Al Hajjaj Ibn Youssouf la reconstruisit en 74HJR, après la mort d’Ibn Al Zubayr et la ramena à la construction des Quraïš. Enfin, le sultan ottoman Mourad la construisit sous sa forme actuelle et pour la onzième fois selon les récits en 1040 HJR, suite à sa destruction par des inondations. Nous nous arrêterons un peu sur la construction des Quraïš, laquelle se distingue par certaines ca- ractéristiques car ils ont: • Augmenté la hauteur de la Ka’ba qui était de 432 cm • Construit pour la Ka’ba un plafond pour la pre- mière fois après le vol de ses trésors • Complètement fermée la porte arrière ouest de la Ka’ba • Augmenté la hauteur de la porte est du terrain du circuit rituel
  38. 38. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 39 • Sorti 3 mètres du côté nord de la Ka’ba (Hijr Ismaïl) en raison du manque d’argent bien ac- quis pour construire la Ka’ba sur les fondations d’Abraham • Construit pour la Ka’ba un Mizab (gouttière) pour drainer les eaux de pluie. Le gardiennage de la Ka’ba Le gardiennage de la Ka’ba est resté longtemps un honneur que la famille de Cheybeh se transmettait de père en fils depuis l’époque d’Abd Al Dar Ibn Qusai jusqu’à nos jours. Il est dit dans le hadith sahih [authentique] que le prophète, paix et salut sur lui, le jour de sa rentrée triomphale à la Mecque, a pris à Al Abbas la charge de la fourniture de l’eau aux pèlerins (siqaya) et a pris la clef d’Othman Ibn Talha, le gardien de la Maison sacrée. Puis il entra dans la Mosquée et y pria deux rakaa et quand il sortit, Al Abbas lui demanda de lui don- ner la clef pour lui cumuler la fourniture de l’eau aux pèlerins et le gardiennage de la Ka’ba, Allah révéla alors ce verset: « Allah vous ordonne de restituer les dépôts aux ayants droit, de rendre la justice en toute équité si vous êtes appelés à juger entre les hommes. C’est la bonne exhor- tation qu’Allah vous adresse. Allah entend tout et voit tout.», Nissa 58.
  39. 39. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 40 Il appela Othman, lui remit la clef de la Ka’ba et dit : « Prenez-la, vous autres fils d’Abi Talha, hérédi- taire et éternelle et seul un injuste peut l’arracher ». Ils en sont les gardiens à ce jour. La Pierre Noire C’est une pierre fixée dans le coin sud de la Ka’ba à une hauteur de 110 cm au – dessus du sol du circuit rituel avec une largeur de 17 cm. Elle constituait une seule pierre, mais en raison des évènements qu’elle a connu elle s’est cassée en huit morceaux dont le plus gros a la taille d’une datte. Ces pierres ont été restaurées, assemblées en un seul mor- ceau, entouré d’un cadre en argent dont le premier auteur est Abdullah Ibn Zubair. La Pierre Noire est un rubis du Paradis que le pro- phète, paix et salut sur lui, a soulevé avec sa noble main et mis à sa place lors de la construction de la Ka’ba par les Quraïš en l’an 18 avant la Hijra. Elle marque le début et la fin des circumambula- tions, les vœux y sont exaucés et elle témoigne le Jour de la Résurrection pour ceux qui l’ont touchée selon le hadith authentique. Le noir couvre la seule partie externe de la Pierre, tandis que son corps garde sa couleur blanche. Al Tirmidhi rapporte qu’Ibn Abbas a dit que le Mes- sager d’Allah, paix et salut sur lui a dit: « La Pierre Noire descendit plus blanche que le lait et a été noircie par les péchés des fils d’Adam » .
  40. 40. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 41 Al Boukhari rapporte avec certitude qu’Oumar Ibn Al Khattab vint à la Pierre Noire, l’embrassa et dit: « Je sais que tu es une pierre ne causant ni mal ni bien et si je n’avais pas vu le prophète, paix et salut sur lui, t’embrasser, je n’aurais pas fait le même geste » . Dans le Mousned [livre de hadith] de l’imam Ahmed, Ibn Abbas a dit: Le Messager d’Allah, paix soit sur lui a dit: « Cette Pierre a une langue et deux lèvres et témoigne le Jour de la Résurrection en faveur de ceux qui l’ont touchée avec foi sincère » . Al Moultazam Il se situe entre la Pierre Noire et la porte de la Ka’ba et sa hauteur atteint deux mètres environ. Ibn Abbas a dit: « Toute personne qui s’y place et demande une chose à Allah trouvera satisfaction de son vœu» . Maqam Ibrahim Maqam Ibrahim désigne la pierre sur laquelle Abra- ham , paix sur lui, se tenait pour construire la Ka’ba chaque fois qu’il achevait une partie il passait à la suivante et lorsque le mur s’élevait il accomplissait la circumambulation autour de la Ka’ba et les traces de ses pieds s’y trouvaient. «… et quant Ibrahim et Ismail élevaient les as- sises de la maison : ô notre seigneur, accepte ceci de notre part, car c’est toi l’Audient, l’Om- niscient ... » Al Baqara 127
  41. 41. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 42 Allah glorifia Al Maqam en ordonnant aux musul- mans d’en faire un lieu de prière après la circu- mambulation du grand pèlerinage (Hadj) et du pèle- rinage réduit (Oumra). Maqam Ibrahim, paix sur lui, était adjacent au mur de la sainte Ka’ba et continua ainsi pendant l’ère antéislamique et durant l’époque du Messager d’Al- lah, paix et salut sur lui, et du khalife Abou Bakr et c’est le khalife Oumar Ibn Al Khattab qui l’a décalé du mur de la Ka’ba, comme le rapporte Al Beyhaqi, citant la mère des croyants Aïcha et l’action d’Ou- mar n’ayant pas été contesté par ses compagnons devint ainsi consensuelle . Les inondations ayant déplacé le Maqam d’Abra- ham de son endroit vers la Ka’ba, Oumar le ramena à sa place. Maqam Ibrahim a toujours été l’objet d’un grand intérêt des califes, rois, gouverneurs et princes. Il resta en l’état jusqu’en 1387 HJR, où sa stèle fut enlevée et on y plaça un couvercle de cristal trans- parent et précieux, sous le règne du roi Fayçal Ibn Abdel Aziz. Maqam Ibrahim se trouve toujours à sa place de- puis l’époque du calife Oumar Ibn Al Khattab qu’Al- lah soit satisfait de lui. Il pèse aujourd’hui 1.750 kg et d’une hauteur de 1,30 m.
  42. 42. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 43 Alhatim ou Hijr Ismail C’est la construction non couverte sous forme d’un demi-cercle du côté nord de la Ka’ba. Appelé Alha- tim [le détruit] parce que c’est une partie de la Ka’ba détruite par les Quraïš qui l’en ont sorti quand ils n’ont pas pu trouver les fonds bien acquis pour construire la Ka’ba, comme le rapporte le hadith authentique. La partie sortie de la Ka’ba et entrée dans Hijr d’Is- mail mesure environ trois mètres. Le Hijr a une longueur totale de 456 cm dont trois mètres proviennent de la Ka’ba. Les ulémas affirment que six coudées de Hijr Ismail du côté de la Ka’ba en sont partie sans conteste et celui qui accomplit la circumambulation dans Hijr Ismail ne fait pas de circuit rituel valable, car le pro- phète, paix et salut sur lui, a accompli la circumam- bulation derrière le Hijr et dit: « apprenez vos rites » et les Musulmans en firent ainsi depuis son temps à nos jours. Le caniveau Mizab qui déverse dans Alhatim est fait d’or pur et placé sur la Ka’ba pour drainer l’eau de pluie. Les Quraïš sont les premier à construire un cani- veau pour la Ka’ba, la longueur de la gouttière ac- tuelle étant de 253 cm.
  43. 43. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 44 Le Coin Yéménite ou Roukn Yemani Angle sud-ouest de la Ka’ba, le Coin Yéménite de la Ka’ba est parallèle au coin sud-est où se trouve la Pierre Noire, vient avant la Pierre Noire dans le circuit rituel et porte le nom de Coin Yéménite parce qu’il est situé dans la direction du Yémen. Le Coin Yéménite a l’avantage d’être placé sur les fondements d’Abraham et Ismail, paix sur eux. Ce Coin a de nobles vertus et de grands avan- tages dont ce que rapporte l’imam Ahmed dans son Mousned (livre de hadiths), citant Ibn Oumar qui a dit : le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, a dit: « la palpation de la Pierre Noire et du Coin Yéménite efface les péchés» . Abou Daoud et d’autres citent Ibn Oumar qui dit : « Le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, tenait tou- jours à toucher le Coin Yéménite et la Pierre dans chaque circumambulation» . Nafe’ a dit: « Ibn Oumar le faisait aussi » . Al Chadhrawane Durant son khalifat au Hedjaz, Abdallah Ibn Al Zou- bayr a construit une protection (mastaba) hors de la Ka’ba autour de ses quatre côtés, connue sous le nom de Al Chadhrawane, afin de protéger la Ka’ba des inondations qui l’envahissaient pendant la sai- son des pluies et pour préserver la sécurité des pèlerins et la sécurité de la couverture de la Ka’ba. Cette mastaba a une largeur de 45 cm et une hau-
  44. 44. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 45 teur de 13 cm par rapport au sol. On a également installé 55 anneaux de cuivre dans la mastaba pour relier les rideaux et la couverture de la sainte Ka’ba. La Porte de la Ka’ba Abraham, paix sur lui, a ouvert deux portes de la noble Ka’ba à l’est et à l’ouest et ceux qui accom- plissaient le circuit rituel entraient par la porte orien- tale qui existe aujourd’hui et sortaient par la porte correspondante à l’arrière de la Ka’ba et ces portes étaient de simples ouvertures. Lorsque les Quraïš reconstruisirent la Ka’ba en l’an 18 avant l’Hégire, ils ont définitivement fermé la porte ouest et soulevé la porte orientale pour empê- cher les intrus qui tentent d’entrer à la Ka’ba. La porte de la Ka’ba est construite aujourd’hui en bois précieux, enveloppée de 280 kg d’or pur et mesure 310 cm de longueur et 190 cm de largeur et se trouve à 225 cm au- dessus du sol du circuit rituel et on y a écrit la Fatiha et certains versets du Coran. La porte extérieure a un rideau appelé la voile (Bur- qoù). La clé de la Ka’ba Longue de 40 cm, la clef de la Ka’ba est conservée dans un sac de soie brodée d’or et portant l’ins- cription : « Allah vous ordonne de restituer les dépôts aux ayants droit.», Nissa, 58.
  45. 45. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 46 Aujourd’hui la Ka’ba a deux toits, l’un intérieur et l’autre extérieur, la surface du plafond extérieur est recouverte de marbre blanc et dans le toit de la Ka’ba il y a une ouverture pour l’éclairage et l’en- trée des rayons du soleil, cette ouverture est longue de 127 cm et large de 107 cm et qu’on ouvre au moment du lavage de la Ka’ba. On y accède par un escalier circulaire en verre renforcé composé de cinquante marches. L’habillage de la Ka’ba Le Messager d’Allah, paix et salut sur lui, a habillé la Ka’ba de vêtements et de tissu. Les khalifes (califes) du Prophète, omeyades et abbassides, les sultans othomanes et les rois saoudiens l’ont habillée, si bien que les habits de la Ka’ba furent l’objet de vol et de pillage. Durant la période abbasside, on avait peur que la Ka’ba s’écroule à cause du grand nombre d’habits qu’elle portait et le khalife Al Mahdi ordonna d’en enlever l’habillage et la revêtit d’un habillage de luxe. Aujourd’hui, la Ka’ba a sa maison exclusive, spé- cialisée dans la fabrication de ses vêtements exté- rieurs et ses rideaux intérieurs. Le coût total de la robe de la Ka’ba atteint 20.000.000 riyals saoudiens, soit plus de 5 millions dollars américains. La couverture de la Ka’ba se fait avec 658 mètres
  46. 46. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 47 de soie naturelle teinte en noir et on revêt la Ka’ba d’un habit neuf le neuf de Dhoul Hijjah de chaque année (jour d’Arafa). Au sommet de la Ka’ba se trouve une ceinture, large de 95 centimètres et longue de 47 mètres et la soie utilisée dans le revêtement de la Ka’ba pèse 670 kg. Le lavage de la Ka’ba Laver l’intérieur de la sainte Ka’ba constitue une tradition très ancienne et le premier à laver la Ka’ba fut le Messager d’Allah Mohamed, paix et salut sur lui, le jour de son entrée triomphale à la Mecque. Après avoir détruit les idoles et enlevé de la Ka’ba les aspects du polythéisme, il ordonna de la laver puis le lavage de la sainte Ka’ba est devenu une habitude, une tradition et un rite strictement obser- vés jusqu’à nos jours. Aujourd’hui, ce lavage a lieu deux fois par an, avant le pèlerinage et après le départ des pèlerins de la Mecque. L’intérieur de la Ka’ba Les murs et le plancher de la Ka’ba sont décorés de l’intérieur de marbre coloré et brodés de magni- fiques gravures et son toit est fixé avec trois po- teaux en bois, distants de 235 cm. En face de la porte d’entrée à l’arrière de la Ka’ba à l’intérieur il y a un mihrab à l’endroit où priait le prophète, paix et salut sur lui et qui se distingue par un marbre de couleur différente pour indiquer la place de la
  47. 47. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 48 prière et à la droite de l’entrée à la Ka’ba se trouve un escalier menant au toit de la Ka’ba et fermé par une porte à serrure, couverte d’un rideau et appelé la porte de la repentance. De l’intérieur, les murs de la Ka’ba sont recouverts de beaux rideaux de soie verte sur lesquels on a écrit : « Il n’est de dieu qu’Allah, Mohamed est le Messager d’Allah ». Les rideaux intérieurs de la Ka’ba sont changés tous les trois ans et à l’intérieur de la Ka’ba on trouve une grande cantine où sont conservés certains de ses reliques acquis, et les cadeaux fournis par les monarques, les chefs d’Etat, dignitaires et autres. Les serviteurs du Sanctuaire Mu’āwiya ibn Abbu Sufyan a été le premier à affec- ter des serviteurs à la Ka’ba au milieu du premier siècle de l’Hégire et les gouverneurs et les sultans le suivirent dans cette tradition. Aujourd’hui, les serviteurs de la Ka’ba perçoivent des salaires mensuels. Ils forment un département spécial et autonome, ont leur propre administration et propre caisse. Et leur fonction est héréditaire. Leur service se limite au nettoyage du lieu du cir- cuit rituel (Mataf), de Hijr Ismaël, de Maqam Ibrahim ainsi que le contrôle de l’éclairage ….. La Ka’ba au cœur des événements Au fil des siècles, la Ka’ba a connu quelques évé-
  48. 48. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 49 nements malheureux et regrettables, comme par exemple les catastrophes naturelles, la démoli- tion, les incendies et les vandalismes , témoins de l’injustice, de l’ignorance et de l’extravagance de l’homme... Nous ne détaillerons point la tentative d’Abraha et ses conséquences désastreuses pour les agres- seurs, rapportées dans la Sourate de l’éléphant, comme leçon et avertissement à tous. Nous commencerons ces événements en l’an 64HJR quand Abdallah Ibn Al Zubair refusa de faire allégeance à Yezid Ibn Mu’āwiya et rejoignit la Mecque se protégeant par le Sanctuaire avec ses partisans. Au milieu des tensions, et dans une nuit de vent violent, alors qu’un soldat allumait le feu... - Une étincelle vola et brûla la couverture de la Ka’ba et la clôture entre le bâtiment fut calcinée en cette nuit du samedi 3 Rabi’ Ier 64 HJR. Ensuite Yezid envoya une armée de Syrie pour combattre Ibn Al Zubair retranché dans la Ka’ba. Elle a été bombardée à la catapulte et les pierres tombaient sur la Ka’ba du côté d’Abou Qubeis, la faisant vibrer du haut vers le bas, selon des témoins oculaires de l’époque. Mais Yezid mourut rapidement, ce qui a abouti à une trêve exploitée par Ibn Al Zubair pour reconstruire la Ka’ba sur les fondations d’Abraham, après avoir consulté les gens qui ont divergé sur la question et
  49. 49. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 50 Ibn Abbas était le plus fort opposant au projet. Quand les Beni Marwān Ibn Al Hakam ont remplacé leurs cousins Ibn Harb, ils ont mandaté Al Hajjaj Ibn Youssef pour éliminer Ibn Al Zubair. Al Hajjaj assié- gea et bombarda la Ka’ba, tua Ibn Al Zubair, en dé- molit les constructions et reconstruisit la Ka’ba sur les fondations des Quraïš en 74 HJR. - en l’an 317 HJR éclata une grande et terrible révolte, déclenchée par les Qaramita qui sont des hérétiques bataniens (Zanadiqa), niant la Charia et égarés par Satan. Parmi eux il y’ avait, le Roi de Bahreïn, Abou Tahir Souleymane Ibn Abi Said Al Qarmati qui attaqua la Mecque le 8 Dhul Hijja 317 HJR. Il massacra les pèlerins autour et à l’intérieur de la Ka’ba combla le puits de Zemzem, tua environ 30000 personnes à la Mecque, déchira la couver- ture de la Ka’ba, la déshabilla, en prit la porte et les parures, le dôme de Zemzem et tous les effets dont les califes ont orné la Ka’ba. Un Qarmati ivre entra à dos de cheval, frappa la Pierre avec un bâton et le cassa. Abou Taher séjourna onze jours à la Mecque, en- leva la Pierre Noire de sa place au moment de la prière du ’Asr, le lundi 14 Dhul Hijjah de l’an 317HJR et l’emmena avec lui dans son pays Hejer (Bahren). Abou Taher ne put prendre Maqam Abraham, car les gardiens de la Mosquée Sacrée l’ont cachée dans certains endroits de La Mecque.
  50. 50. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 51 La place de la Pierre Noire dans la Ka’ba resta vide, les gens y posaient leurs mains pour la baraka et la Qaramita ont conservé la Pierre 22 années moins quatre jours seulement. Depuis la variole tua Abou Taher durant le Rama- dan 339 HJR, Sanbar Ibn Al Hassan Al Qarmati la rendit aux musulmans le six Dhul Qaada de la même année. En la restituant Sanbar dit: nous l’avons prise par la volonté d’Allah et l’avons rendue par la volonté d’Allah. Nous l’avons prise par ordre et l’avons res- tituée par ordre ! - En 363HJR alors que les gens faisaient la sieste au plus fort de la chaleur et que seul un homme ou deux accomplissaient le circuit rituel, un homme, à la tête couverte marchant lentement, s’approcha du coin de la pierre noire – et on ne savait pas ce qu’il veut – prit un marteau, frappa le coin d’un coup fort, puis souleva ses mains pour lui donner un nouveau coup, un homme des Sakassik du Yémen le poignarda et le fit tomber, les gens vinrent des quatre côtés de la Mosquée et ils constatèrent que c’est un romain qui avait reçu beaucoup d’argent pour détruire le coin de la Ka’ba. Il fut sorti de la Mosquée Sacrée et immolé au feu. - Le vendredi treize Dhul Hijja 414 HJR juste après la fin de la prière, un Egyptien se leva, une épée dans une main et un bâton dans l’autre, se dirigea vers la Pierre Noire, comme s’il voulait la toucher,
  51. 51. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 52 la frappa trois fois et dit: jusqu’à quand continuera- t- on à adorer la Pierre Noire ? Mohamed et Ali? Puisse quelqu’un m’empêcher, je veux démolir la Ka’ba... Beaucoup des gens présents eurent peur et recu- lèrent devant lui mais un homme l’attaqua et le tua d’un coup de poignard. Il fut découpé et brûlé et on executa d’autres personnes accusées de com- plicité. - Au septième jour de Dhul Hijja 954 HJR, ceux qui accomplissaient le circuit rituel à l’aube constatèrent une fumée montant du côté de la Ka’ba, les hauts dignitaires de l’Etat accoururent pour éteindre le feu avant que l’incendie ne se propage. - Le vingt sept Ramadan 976 HJR, le cheikh Ab- doul Wahid Al Chaibi ouvrit la sainte Ka’ba pour les femmes comme d’habitude, on vola la clef de la Ka’ba, il y eut une grande alerte, on ferma les portes de la Ka’ba et les fouilles commencèrent en vain. Puis, après un temps, on retrouva la clef au Yémen avec un homme dont on coupa la tête et la clef fut rendue au cheikh Abdoul Wahid. - Le mercredi 19 Chaabane 1039 HJR, une pluie torrentielle s’abat à deux heures du matin, devient diluvienne entre les prières du Zhouhr et de l’Asr, et continue jusqu’à la nuit du jeudi 20 Chewwal, causant une grande inondation qui pénètre dans la Mosquée Sacrée, entre par la porte de la Ka’ba, en
  52. 52. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 53 atteint la moitié du mur et monte dans le Sanctuaire jusqu’au niveau des ampoules, envahit les maisons des habitants de la Mecque, causant la mort de beaucoup de personnes à l’intérieur et à l’extérieur de la Mosquée Sacrée. Puis, la soirée du jeudi 20 Chaabane 1039 HJR le Mur Chami de la sainte Ka’ba s’effondra ainsi que certaines parties des murs Est et Ouest et le toit s’écroula. C’était sous le règne du sultan ottoman Mourad qui décréta l’état d’alerte et lança les travaux de reconstruction qui furent achevés le dimanche 23 Chewwal 1040 HJR et ce fut la dernière construc- tion de la Ka’ba. - Le jeudi 8 Chewwal 1087 HJR, la sainte Ka’ba apparut souillé d’ordures dans tous ses côtés, ainsi que la Pierre Noire et le Coin Yéménite. On accusa les chiites. Excédés, les Turcs vivant près de la Ka’ba prirent de la Maison Sacrée cinq personnes qu’ils rouèrent de coups d’épées et lapidèrent à mort et ce fut un jour terrible pour les chiites. - Dans l’après-midi du samedi 23 Mouharram 1334HJR pendant la guerre opposant le chérif Hus- sein Ibn Ali aux Turcs ottomans, un soldat turc a tiré une bombe d’un canon et un éclat est tombé sur la Ka’ba y allumant le feu. - Au cours du mois de Mouharram 1351 HJR, un Perse Afghan entra dans le Sanctuaire, arracha une
  53. 53. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 54 pièce de la Pierre Noire, vola un morceau de rideau de la Ka’ba et une pièce d’argent, les gardiens de la Mosquée Sacrée le constatèrent et l’arrêtèrent et il fut exécuté. Ensuite le roi Abdoul Aziz vint durant le mois de Rabi II de la même année, prit le morceau de la Pierre Noire le remit en place de sa propre main et les spécialistes le fixèrent. - Le premier Mouharam 1400 HJR un groupe de terroristes armés s’est introduit dans la Mosquée Sacrée, pour y semer la zizanie, les forces saou- diennes les ont neutralisés et ont rétabli l’ordre. C’était sous le règne du Roi Khaled Ibn Abdul Aziz Al Saoud. Tels sont à notre connaissance les incidents aux- quels la Mosquée Sacrée fit. Il s’agit d’épreuves et de malheurs causés par l’écart par rapport à la religion orthodoxe et par l’abandon de la juste voie... La Ka’ba demeurera majestueuse, endroit de ren- contre et de sécurité pour les gens, attirant les cœurs des croyants, jusqu’à ce qu’Allah exécute Sa Volonté à la fin des temps, à travers sa des- truction par les mains des abyssins et l’extraction du trésor de la Ka’ba, ce qui sans aucun doute va arriver, puisque consigné par les deux cheikhs (Al Boukhari et Mouslim), d’après le hadith rapporté par Abou Hourayra et Ibn Abbas. Ce sera la fin des temps selon le hadith rapporté
  54. 54. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 55 par Al Boukhari citant Al Bara Ibn ’Azib qui dit : le prophète paix et salut sur lui, a dit : « il y aura pèle- rinage après la sortie des Gog et Magog » . Al Sava wel Marwa Linguistiquement Al Sava signifie la pierre lisse. C’est un endroit élevé à la porte de la Mosquée Sacrée et constituait un morceau du Mont Abou Qubeis. Linguistiquement Al Marwa désigne une pierre blanche brillante. Al Marwa est la place où se termine la navette ri- tuelle et à l’origine c’était le mont Qayqo’an. Sous le khalifat d’Abou Ja’far Al Mansour, son gou- verneur de la Mecque Abd Al Samad Ibn Ali, le pe- tit-fils d’Ibn Abbas, construisit douze marches sur Al Sava et quinze marches sur Al Marwa, pour en faciliter l’ascension. Décrivant le chemin de la navette rituelle lorsqu’il accomplit le voyage du pèlerinage en 725 HJR, Ibn Batouta dit : entre Al Sava et Al Marwa il y a une dépression avec un grand marché où on vend les céréales, la viande, les dattes, le beurre et d’autres fruits et ceux qui font la navette rituelle entreAl Sava et Al Marwa peuvent à peine accéder aux boutiques à cause de l’embouteillage et c’est le seul marché organisé de la Mecque. Les historiens disent que la vallée descendait à tel point que la personne montait beaucoup de
  55. 55. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 56 marches pour voir la Maison Sacrée. En l’an 1341 HJR, le chérif Hussein, roi du Hedjaz, ordonna la construction d’un hangar pour la route de la navette rituelle pour protéger les pèlerins contre la chaleur du soleil et ce pour la première fois. Ainsi, les améliorations et les réformes se pour- suivront jusqu’à que la terre de la navette rituelle devienne plate et s’élève petit à petit, atteignant sa forme actuelle. Puis il y avait une balise au début de la vallée et une à sa fin. Par conséquent, les khalifes musulmans ont veillé, les uns après les autres, à ce qu’il y ait deux balises à son début à droite et à gauche et deux à sa fin, ce qu’on appelle les deux inclinaisons vertes, pour préserver la connaissance du milieu de la vallée où il est recommandé d’accélérer la marche. Zemzem Le puits de Zemzem se situe à l’Est de la sainte Ka’ba dans la cour des circumambulations face à Al Moultazem. L’histoire de ce puits est longue, célèbre et authentique selon Ibn Abbas et d’autres. Al Tabarani et Ibn Hibban citent Ibn Abbas qui dit : le Messager d’Allah, paix et salut sur lui a dit: « L’eau de Zemzem est la meilleure eau à la surface de la Terre ; elle a la valeur nutritive des aliments et guérit les maladies » .
  56. 56. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 57 L’eau de Zemzem a jailli dans la plus sainte place sur terre pour désaltérer les pèlerins, les gardiens, les visiteurs et les voisins de la Mosquée Sacrée. Il est connu que l’eau de Zemzem sert à exaucer le vœu pour lequel on la boit.
  57. 57. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 59 Sommaire Obligation du pélerinage___________________ 06 Coordonné du pélerinage _________________ 09 Types du pélerinage ______________________ 12 Actes du pélerinage ______________________ 14 Ihram _________________________________ 16 Tawaf _________________________________ 19 Isa’i __________________________________ 24 Jemerat _______________________________ 27 L’offrande ______________________________ 31 La Oumra ______________________________ 32 La Ka’aba ______________________________ 36 Sava wel Marwa ________________________ 55
  58. 58. Rituels du Pèlerinage et Histoire de la Ka’aba 60 Alyemama MGZ-A-9-C Nouakchott-Mauritanie R.C: 25902 AGR : 436/98

×