Assemblée Générale départementale du 18 mai 2011Fédération du Haut-RhinAline ParmentierSynthèse des AG de sections rapport...
Le débat se poursuit sur la candidature de J. Luc Mélenchon, sa personnalité et ses prises de positionactuelles, sur la ly...
plus largement l’électorat non communiste, en souscrivant à une campagne couplée Présidentielle/législatives collective.Da...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Comte rendu a.g. départementale du 18 mai 2011

460 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
460
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comte rendu a.g. départementale du 18 mai 2011

  1. 1. Assemblée Générale départementale du 18 mai 2011Fédération du Haut-RhinAline ParmentierSynthèse des AG de sections rapportée dans l’introduction à notre réunion :Alors où en sommes-nous du débat des communistes dans notre fédération ?Je vous fais part des grandes lignes issues des comptes-rendu de sections.1/ Une grande majorité des camarades s’inscrit dans la démarche du FDG que nous avons initié etsouhaitent une candidature commune à l’élection présidentielle.2/ L’unité du rassemblement semble primer sur toute autre considération afin d’éviter de revivre ladésillusion des collectifs antilibéraux et de ne pas reproduire l’ échec de 2007.3/ Beaucoup de communistes pensent que J. Luc Mélenchon pourrait faire évoluer le FDG vers unenouvelle dynamique à la condition d’une finalisation d’un accord global sur le programme partagé et leslégislatives.Un choix contesté parfois en raison de la personnalité de Mélenchon et certaines de ces prises deposition.( Nucléaire, libye, plus localement le Concordat).4/ Il reste cependant des doutes sur la volonté de Mélenchon à mener une campagne collective et descamarades ne se prononceront sur le choix de la candidature qu’une fois que le programme et l’accordsur les législatives seront portés à leur connaissance.A. Chassaigne a la sympathie d’une majorité de communistes qui regrettent sa non-médiatisation,handicap évident face à Mélenchon.Certains camarades, peu nombreux, sont opposés à une candidature à l’élection présidentielle étantdonné que nous la réprouvons.Mais de l’opinion générale, penser que nous pourrions gagner en influence et en élus aux électionslégislatives sans faire une bonne campagne présidentielle est un leurre. Dans cet esprit le texte d’accordpolitique acté le 31 mars par les trois partenaires du FDG sur l’ambition et le type de campage estsouvent apprécié.Discussion :Vingt camarades présents, treize sont intervenus.Le camarade vétéran intervient le premier pour évoquer son expérience du Front Populaire quireprésente l’union de millions de Français et l’amène à la certitude que la construction d’un nouveauFront Populaire du XXIème siècle passe par l’élargissement du Front de Gauche.Il fait sien l’appel des résistants qui suggère que les forces progressistes s’attèlent à la rédaction d’unnouveau CNR retient toute son attention et souhaiterait que notre futur candidat à la présidentiellereprenne ces revendications dans sa profession de foi.André Chassaigne est très apprécié pour son travail de terrain mais il manque de médiatisation.
  2. 2. Le débat se poursuit sur la candidature de J. Luc Mélenchon, sa personnalité et ses prises de positionactuelles, sur la lybie notamment, mais aussi par le passé sur le traité de Maastrich.Un camarade pense que la direction a mal mené le débat sur la candidature d’A. Chassaigne et sonmanque de soutien. La critique vaut de même pour l’Humanité qui ne traite pas les deux candidats defaçon équitable.Un constat : les grands médias font et défont les hommes politiques et les candidats à la présidentielle,c’est ainsi qu’il font la part belle à J. Luc Mélenchon, cela ne signifie pas qu’il soit populaire pour autant.Car « populaire » veut dire « aimé du peuple », à ce jour rien ne le prouve.Que se passera t’il si les communistes ne désignent pas Mélenchon ? S’il y a échec il nous seraimputable, c’est inacceptable.Pour que les communistes soient motivés et s’impliquent dans la campagne, le candidat doit être issud’une dynamique de débat loyal.D’ailleurs certains camarades ne comprennent pas que le vote des communistes de la mi-juin neportera pas sur toutes les candidatures déclarées.Plusieurs intervenants privilégient le programme partagé à la personne susceptible de le porter. Endifférenciant bien ce qu’était le programme commun dans les années 70, qui n’était ni populaire nipartagé. La démarche du Front de Gauche n’est en aucune façon comparable à cette période, ce quenous voulons c’est changer l’équilibre des forces au sein de la gauche en France.Nous devons nous mettre en situation de créer une dynamique capable d’aller vers le nouveau FrontPopulaire et pour cela il faut réfléchir comment, avec nos forces, nous allons élargir le FDG auxcitoyens-nes. Le mouvement pour les retraites est un potentiel sur lequel il faut s’appuyer pour ouvrird’autres fronts qui permettront cet élargissement.Des fronts de luttes et le travail de proximité sera déterminant pour rendre populaire notre programmepartagé.Un camarade pense que le programme partagé doit être arrêté au mois de septembre pour entrer encampagne, il ne vois pas comment ce programme pourrait rester évolutif et ouvert à la co-élaborationindéfiniment.Un autre pense que le PCF n’a pas initié le Front de Gauche pour tirer la couverture à soi et imposer uncandidat PCF . Et pose la question d’une éventuelle participation à un gouvernement de gauche avecle PS dont le programme est à minima et non garanti.Un camarade de l’enseignement pointe la question du vote utile qui pèse de plus en plus dans sonentourage professionnel et s’accentue avec la disqualification de D. Strauss Khann des primairessocialistes. Face à la crainte d’un nouveau 2002 qui est très présent dans les esprits, il se sent démunidans son argumentation.Pour dépasser la personnalisation de l’élection présidentielle il est absolument nécessaire de changerles institutions et passer à la VI ème République.Malgré les avis encore très partagés des camarades , ils s’inscrivent dans la démarche du Front deGauche et dans ce cadre se précise la candidature Mélenchon qui serait susceptible de rassembler
  3. 3. plus largement l’électorat non communiste, en souscrivant à une campagne couplée Présidentielle/législatives collective.Dans l’hypothèse de cette candidature, André Chassaigne doit être dans le collectif national decampagne pour organiser le travail collectif des deux échéances.Sur le plan local nous apprenons que le Parti de Gauche n’a pas d’exigence en Alsace concernant larépartition des circonscriptions, dans ce cas il est absolument important que ses militants, même peunombreux, s’intègrent pleinement dans la campagne collective.La question de la centrale de Fessenheim et sa fermeture a été évoquée par deux camarades quiinvitent le PCF à évoluer sur cette problématique.Aline ParmentierMulhouse le 19 mai 2011

×