Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(1)
Dieu a établi Sa relation avec toi pour
te rendre he...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(2)
En ce monde il est impossible de créer.
Or il est po...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(3)
Tu as formé des relations très
réelles même en ce mo...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(4)
En un sens, la relation particulière était la
répons...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(5)
L’ego est toujours à l’affût des menaces, et
la part...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(6)
Tu as bien moins de mal maintenant à
te rendre compt...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(7)
Il est essentiel de se rendre compte que
toutes les ...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(8)
La relation particulière a le cadre le
plus imposant...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(9)
Regarde le tableau. Ne te laisse pas
distraire par l...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(10)
C’est pourquoi l’instant saint est si
important dan...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(11)
L’instant saint est une miniature du Ciel, à
toi en...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(12)
Deux dons te sont offerts. Chacun est
complet et ne...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(13)
Toi qui as tant essayé et qui essaies encore de
fai...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(14)
L’autre tableau est encadré légèrement,
car le temp...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(15)
Le tableau de lumière, d’une manière
on ne peut plu...
Chapitre 17
LE PARDON ET LA
RELATION SAINTE
IV. Les deux tableaux
(16)
Lorsque Dieu S’élève à Sa juste place et toi
à la t...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

IV. Les deux tableaux

358 vues

Publié le

Un Cours en Miracles - Le Texte
UCEM
Chapitre 17 - LE PARDON ET LA RELATION SAINTE

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
358
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

IV. Les deux tableaux

  1. 1. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (1) Dieu a établi Sa relation avec toi pour te rendre heureux, et rien de ce que tu fais qui ne partage Son but ne peut être réel. La seule fonction de quoi que ce soit est le but que Dieu lui a assigné. À cause de la raison pour laquelle Il a créé Sa relation avec toi, la fonction des relations est à jamais devenue de «rendre heureux ». Et rien d’autre. Pour remplir cette fonction, tu entres en relation avec tes créations comme Dieu avec les Siennes. Car rien de ce que Dieu a créé n’est à part du bonheur, et il n’est rien de ce que Dieu a créé qui ne demande qu’à étendre le bonheur comme son Créateur l’a fait. Tout ce qui ne remplit pas cette fonction ne peut être réel.
  2. 2. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (2) En ce monde il est impossible de créer. Or il est possible de rendre heureux. J’ai dit maintes fois que le Saint-Esprit ne te priverait pas de tes relations particulières, mais qu’il les transformerait. Tout ce que cela veut dire, c’est qu’il leur rendra la fonction que Dieu leur a donnée. Il est clair que la fonction que tu leur as donnée est de ne pas rendre heureux. Mais la relation sainte partage le but de Dieu plutôt que de viser à lui faire un substitut. Chaque relation particulière que tu as formée est un substitut à la Volonté de Dieu, qui glorifie la tienne plutôt que la Sienne à cause de l’illusion qu’elles sont différentes.
  3. 3. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (3) Tu as formé des relations très réelles même en ce monde. Or tu ne les reconnais pas parce que tu as donné une telle prédominance à leurs substituts que lorsque la vérité t’appelle, ce qu’elle fait constamment, tu réponds par un substitut. Chaque relation particulière que tu as formée vise, comme but fondamental, à t’occuper l’esprit si complètement que tu n’entendes pas l’appel de la vérité.
  4. 4. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (4) En un sens, la relation particulière était la réponse de l’ego à la création du Saint-Esprit, Qui Lui-même était la Réponse de Dieu à la séparation. Car même si l’ego ne comprenait pas ce qui avait été créé, il avait conscience d’une menace. Tout le système de défense que l’ego a développé pour protéger la séparation contre le Saint-Esprit était en réponse au don de Dieu, par lequel Il l’avait bénie; et Sa bénédiction lui permettait d’être guérie. Cette bénédiction tient en elle-même la vérité sur tout. Et la vérité, c’est que le Saint-Esprit est en étroite relation avec toi, parce qu’en Lui t’est rendue ta relation avec Dieu. La relation avec Lui n’a jamais été rompue, parce que le Saint-Esprit n’a été séparé de personne depuis la séparation. Par Lui toutes tes relations saintes ont été soigneusement préservées, afin qu’elles remplissent le but de Dieu pour toi.
  5. 5. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (5) L’ego est toujours à l’affût des menaces, et la partie de ton esprit dans laquelle l’ego a été accepté est très anxieuse de préserver sa raison, comme elle la voit. Elle ne se rend pas compte qu’elle est totalement insane. Et tu dois te rendre compte de ce que cela signifie exactement si tu veux être ramené à la santé d’esprit. Ceux qui sont insanes protègent leur système de pensée mais ils le font d’une façon insane. Et toutes leurs défenses sont aussi insanes que ce qu’elles sont censées protéger. Il n’y a rien dans la séparation, aucune partie, aucune «raison», aucun attribut, qui ne soit insane. Et sa «protection», qui en est une partie, est aussi insane que le tout. La relation particulière, qui est sa défense principale, doit donc être insane.
  6. 6. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (6) Tu as bien moins de mal maintenant à te rendre compte que le système de pensée que la relation particulière protège n’est qu’un système délirant. Tu reconnais, au moins dans les grandes lignes, que l’ego est insane. Or il te semble encore que la relation particulière est quelque peu «différente». Nous l’avons pourtant examinée de beaucoup plus près que bien d’autres aspects du système de pensée de l’ego dont tu as été plus désireux de lâcher prise. Tant que celui-ci reste, tu ne lâches pas prise des autres. Car celui-ci n’est pas différent. Conserve celui-ci et tu as tout conservé.
  7. 7. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (7) Il est essentiel de se rendre compte que toutes les défenses font ce qu’elles voudraient défendre. La base sous-jacente de leur efficacité, c’est qu’elles offrent ce qu’elles défendent. Ce qu’elles défendent est mis en elles pour être sauvegardé; et en opérant, elles te l’apportent. Chaque défense opère en offrant des dons, et le don est toujours une miniature du système de pensée que la défense protège, insérée dans un cadre doré. Ce cadre est très élaboré, tout serti de joyaux, poli et orné de profondes sculptures. Son but est d’avoir de la valeur en lui-même pour détourner ton attention de ce qu’il renferme. Mais tu ne peux pas avoir le cadre sans le tableau. De la façon dont elles opèrent, les défenses te font penser que tu le peux.
  8. 8. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (8) La relation particulière a le cadre le plus imposant et le plus trompeur de toutes les défenses que l’ego utilise. Son système de pensée est offert ici entouré d’un cadre si lourd et si élaboré que le tableau est presque oblitéré par son imposante structure. Dans le cadre sont tissées toutes sortes d’illusions d’amour, fantasques et fragmentées, serties de rêves de sacrifice et d’agrandissement de soi, où s’entrelacent des fils dorés de destruction de soi. Le brillant du sang resplendit comme des rubis, et les larmes, facettées comme des diamants, luisent sous la faible lumière dans laquelle l’offrande est faite.
  9. 9. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (9) Regarde le tableau. Ne te laisse pas distraire par le cadre. Ce don t’est fait pour ta damnation; si tu le prends, tu croiras que tu es damné. Tu ne peux pas avoir le cadre sans le tableau. Ce que tu estimes, c’est le cadre, car tu n’y vois aucun conflit. Or le cadre n’est qu’un emballage pour le don de conflit. Le cadre n’est pas le don. Ne te laisse pas tromper par les aspects les plus superficiels de ce système de pensée, car ces aspects renferment le tout, qui est complet en chaque aspect. La mort réside dans ce don brillant. Ne laisse pas ton regard s’attarder sur la lueur hypnotique du cadre. Regarde le tableau, et rends-toi compte que c’est la mort qui t’est offerte.
  10. 10. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (10) C’est pourquoi l’instant saint est si important dans la défense de la vérité. La vérité elle-même n’a pas besoin de défense, mais tu en as besoin, toi, pour avoir accepté le don de mort. Quand tu acceptes une idée aussi dangereuse pour la vérité, toi qui es la vérité, tu menaces la vérité de destruction. Et ta défense doit maintenant être entreprise, pour garder la vérité entière. La puissance du Ciel, l’Amour de Dieu, les larmes du Christ et la joie de Son éternel Pur- Esprit sont rassemblés pour te défendre contre ta propre attaque. Car tu Les attaques, faisant partie d’Eux, et Eux doivent te sauver, car Ils S’aiment Eux-mêmes.
  11. 11. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (11) L’instant saint est une miniature du Ciel, à toi envoyée du Ciel. C’est aussi un tableau, inséré dans un cadre. Or si tu acceptes ce don, tu ne verras pas du tout le cadre, parce que ce don ne peut être accepté que par ton désir de concentrer toute ton attention sur le tableau. L’instant saint est une miniature de l’éternité. C’est un tableau de l’intemporel, inséré dans un cadre de temps. Si tu te concentres sur le tableau, tu te rendras compte que c’est seulement le cadre qui t’a fait penser que c’était un tableau. Sans le cadre, tu vois le tableau pour ce qu’il représente. Car, de même que le système de pensée de l’ego réside tout entier dans ses dons, de même le Ciel tout entier réside en cet instant, emprunté à l’éternité et inséré pour toi dans le temps.
  12. 12. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (12) Deux dons te sont offerts. Chacun est complet et ne peut être accepté partiellement. Chacun est un tableau de tout ce que tu peux avoir, vu de façon très différente. Tu ne peux pas comparer leur valeur en comparant un tableau à un cadre. Tu dois seulement comparer les tableaux, sinon la comparaison est entièrement in-signifiante. Souviens-toi que le don, c’est le tableau. Et sur cette base seulement, tu es réellement libre de choisir. Regarde les tableaux. Tous les deux. L’un est minuscule, difficile à voir sous les lourdes ombres de son encadrement, énorme et disproportionné. L’autre, au cadre léger, suspendu en pleine lumière, est beau à regarder pour ce qu’il est.
  13. 13. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (13) Toi qui as tant essayé et qui essaies encore de faire entrer le meilleur tableau dans le mauvais cadre, et ainsi de combiner ce qui ne peut pas être combiné, accepte ceci et réjouis-toi : Ces deux tableaux sont parfaitement encadrés pour ce qu’ils représentent. L’un est encadré pour être flou et ne pas être vu. L’autre est encadré pour une parfaite clarté. Le tableau des ténèbres et de la mort devient de moins en moins convaincant au fur et à mesure que tu le cherches parmi tout cet emballage. Chaque fois que l’une de ses pierres insensées, qui du cadre semblait briller dans les ténèbres, est exposée à la lumière, elle devient terne et sans vie, et elle cesse de te distraire du tableau. Et finalement, tu regardes le tableau lui-même et tu vois enfin que, sans la protection du cadre, il n’a aucune signification.
  14. 14. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (14) L’autre tableau est encadré légèrement, car le temps ne saurait contenir l’éternité. Là il n’y a aucune distraction. Le tableau du Ciel et de l’éternité devient de plus en plus convaincant au fur et à mesure que tu le regardes. Et maintenant, parce que tu les compares réellement, une transformation des deux tableaux peut enfin se produire. Chacun est mis à sa juste place lorsque les deux sont vus en relation l’un avec l’autre. Le tableau des ténèbres, porté à la lumière, n’est plus perçu comme apeurant, mais le fait que ce n’est qu’un tableau a finalement fait son chemin en toi. Et ce que tu vois là, tu le reconnaîtras pour ce que c’est : un tableau de ce que tu pensais réel, et rien de plus. Car au-delà de ce tableau, tu ne verras rien.
  15. 15. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (15) Le tableau de lumière, d’une manière on ne peut plus claire et contrastante, est transformé en ce qui se trouve au- delà du tableau. En regardant cela, tu te rends compte que ce n’est pas un tableau mais une réalité. Ce n’est pas la représentation figurée d’un système de pensée, mais la Pensée même. Ce qu’il représente est là. Le cadre s’efface doucement et Dieu remonte à ta mémoire, t’offrant la création tout entière en échange de ton petit tableau, qui est sans aucune valeur et entièrement dépourvu de signification.
  16. 16. Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE IV. Les deux tableaux (16) Lorsque Dieu S’élève à Sa juste place et toi à la tienne, tu fais à nouveau l’expérience de la signification de la relation et tu connais qu’elle est vraie. Élevons-nous ensemble en paix vers le Père, en L’élevant dans nos esprits. Nous gagnerons tout en Lui donnant la puissance et la gloire, ne gardant plus aucune illusion sur l’endroit où elles sont. Elles sont en nous, par Son élévation. Ce qu’il a donné est à Lui. Cela brille en chaque partie de Lui, comme dans le tout. Toute la réalité de ta relation avec Lui réside dans notre relation réciproque. L’instant saint luit de la même façon sur toutes les relations, car en lui elles ne font qu’un. Car il n’y a ici que la guérison, déjà complète et parfaite. Car Dieu est ici, et là où Il est ne peuvent être que le parfait et le complet.

×