Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 75 Publicité

Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio

Télécharger pour lire hors ligne

« Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? », 10e Colloque international du GRER, « La radio dans l’univers audio Expressions, concurrences et contextes », 10e Colloque international du GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio)
Département d’information et de communication
Université Laval à Québec
9 au 11 novembre 2022
https://radiodansuniversaudio.com/

Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788

09:00 Ouverture du colloque et mots de bienvenue par Henri Assogba Professeur titulaire à l’Université Laval et responsable du comité d’organisation, Étienne Damome Maître de conférences HDR à l’Université Bordeaux Montaigne et président du GRER, Guylaine Martel Directrice du département d’information et de communication, Université Laval, Guillaume Pinson Doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines, Université Laval
09:30 La radio dans l'univers audio : sociologie d'une fragmentation Conférence inaugurale par Hervé Glevarec Directeur de recherche au CNRS, Université de Paris Cité
10:30 Pause-café
10:45 Table ronde d’ouverture : « Mutations de l’univers audio du point de vue des acteurs »
par Julien Morissette Directeur artistique de Transistor Média et fondateur du Festival de la radio numérique à Gatineau / Québec, Jean-Nicolas Gagné, Directeur général de Qub Radio, la radio numérique de Québécor / Québec, Natacha Mercure Première directrice stratégie et contenus audionumériques à Radio-Canada, Silvain Gire, Cofondateur et directeur éditorial d'Arte Radio / France,
Modératrices, Colette Brin Professeure titulaire à l’Université Laval, Marie-Laurence Rancourt, Directrice artistique et générale de Magnéto
12:00 Pause déjeuner
12:00 Pause déjeuner
1er panel scientifique présidé par Jean-Jacques Cheval, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne
14:00 Radiophonique ou radionumérique : l'un dans l'autre ou l'autre dans l’un par Séverine Equoy Hutin professeure des Universités en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bourgogne Franche-Comté / France.
14:25 « Flux vs stock : le direct sauve-t-il la radio face à l’audio ? » par Frédéric Antoine Professeur à l’Université de Namur / Belgique
14:50 « The Serial productions, from remediation to innovation » par Ella Waldmann Doctorante à l’Université Paris Cité / France
15:15 Pause-café

Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788
2e panel scientifique présidé par Nozha Smati, Enseignante-chercheure à l’Université de Lille
15:45 « La Radio Tunisienne dans l’univers audio : Réflexion sur les nouveaux contextes professionnels, les enjeux technologiques et les défis de contenus médiatiques » par Soumaya Berjeb, IPSI - Université de la Manouba / Tunisie
16:10 « Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? » par Sébastien Poulain Chercheur associé au MICA - l’Université Bordeaux Montaigne / France

« Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? », 10e Colloque international du GRER, « La radio dans l’univers audio Expressions, concurrences et contextes », 10e Colloque international du GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio)
Département d’information et de communication
Université Laval à Québec
9 au 11 novembre 2022
https://radiodansuniversaudio.com/

Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788

09:00 Ouverture du colloque et mots de bienvenue par Henri Assogba Professeur titulaire à l’Université Laval et responsable du comité d’organisation, Étienne Damome Maître de conférences HDR à l’Université Bordeaux Montaigne et président du GRER, Guylaine Martel Directrice du département d’information et de communication, Université Laval, Guillaume Pinson Doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines, Université Laval
09:30 La radio dans l'univers audio : sociologie d'une fragmentation Conférence inaugurale par Hervé Glevarec Directeur de recherche au CNRS, Université de Paris Cité
10:30 Pause-café
10:45 Table ronde d’ouverture : « Mutations de l’univers audio du point de vue des acteurs »
par Julien Morissette Directeur artistique de Transistor Média et fondateur du Festival de la radio numérique à Gatineau / Québec, Jean-Nicolas Gagné, Directeur général de Qub Radio, la radio numérique de Québécor / Québec, Natacha Mercure Première directrice stratégie et contenus audionumériques à Radio-Canada, Silvain Gire, Cofondateur et directeur éditorial d'Arte Radio / France,
Modératrices, Colette Brin Professeure titulaire à l’Université Laval, Marie-Laurence Rancourt, Directrice artistique et générale de Magnéto
12:00 Pause déjeuner
12:00 Pause déjeuner
1er panel scientifique présidé par Jean-Jacques Cheval, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne
14:00 Radiophonique ou radionumérique : l'un dans l'autre ou l'autre dans l’un par Séverine Equoy Hutin professeure des Universités en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bourgogne Franche-Comté / France.
14:25 « Flux vs stock : le direct sauve-t-il la radio face à l’audio ? » par Frédéric Antoine Professeur à l’Université de Namur / Belgique
14:50 « The Serial productions, from remediation to innovation » par Ella Waldmann Doctorante à l’Université Paris Cité / France
15:15 Pause-café

Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788
2e panel scientifique présidé par Nozha Smati, Enseignante-chercheure à l’Université de Lille
15:45 « La Radio Tunisienne dans l’univers audio : Réflexion sur les nouveaux contextes professionnels, les enjeux technologiques et les défis de contenus médiatiques » par Soumaya Berjeb, IPSI - Université de la Manouba / Tunisie
16:10 « Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? » par Sébastien Poulain Chercheur associé au MICA - l’Université Bordeaux Montaigne / France

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par Dr Sebastien Poulain (20)

Plus récents (20)

Publicité

Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio

  1. 1. « La radio dans l’univers audio. Expressions, concurrences et contextes » 10e Colloque international du GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio) Département d’information et de communication Université Laval à Québec 9 au 11 novembre 2022 https://radiodansuniversaudio.com/ mercredi 9 novembre 2022 à 16h45 Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? 2e panel scientifique présidé par Nozha Smati, enseignante chercheuse à l’Université de Lille Dr Sebastien Poulain, Mica, Université Bordeaux Montaigne
  2. 2. contestation dans le secteur médiatique. Mieux, les données médiamétriques prennent en considération ces nouvelles formes sonores en termes d’usages qui sont scrutés à la loupe par les acteurs du milieu. Comment la radio s’adapte-t-elle à l’engouement et à l’élargissement de l’univers audio ? Telle est la question principale qui sera traitée lors de ce colloque international qui réunira autant des chercheurs que des praticiens et artisans du son. Les communications, possiblement transversales, pourront porter sur : ● les nouveaux modes d’expression et de création sonore, avec de nouvelles grammaires, de nouvelles écritures et de nouveaux formats ; ● les concurrences auxquelles les radios doivent faire face, notamment l’élargissement de l’univers audio via les écrans, la vidéo, ou les plateformes de streaming ; ● le renouvellement du ou des contextes de la radio et son impact sur l’information, les thèmes traités, le rapport aux auditeurs. 1. Expressions La radio qui a récemment célébré son premier centenaire d’existence a toujours su s’adapter à toutes les formes d’innovation technologique intervenues dans l’univers des médias. La multiplicité des possibilités de création audio, la réduction des coûts de production, l’accessibilité de plus en plus importante aux téléphones intelligents (smartphones) et aux tablettes électroniques, aux réseaux sociaux et à toutes les possibilités offertes par les technologies numériques élargissent et modifient l’univers audio. La création radiophonique s’en trouve affectée puisque la conception et la diffusion des émissions prennent en compte ce nouvel environnement – podcasting, webcasting, simulcasting, webradio – avec des implications autant au niveau de la grammaire sonore, des manières de raconter que des formats proposés. La radio garderait une spécificité, une qualité qui lui est essentielle? Comment la radio s’adapte-t-elle à ces enjeux d’élargissement de l’univers audio ? Quelles sont les stratégies qui permettent à la radio et à ses acteurs de se réinventer et d’innover ? Avec quels défis ? Des propositions qui posent les enjeux de découvrabilité du programme radiophonique et des modalités de consommation et de diffusion de l’audio, désormais plurielles, sont attendues. Des analyses pourront porter sur la manière dont le son reconfigure et reformate l’univers radiophonique et comment ce dernier élargit les possibilités d’écoute et de consommation pour les auditeurs autant que pour la radio elle-même. Des réflexions qui portent spécifiquement sur l’objet sonore, ses variations, sa périodicité, son étrangeté, sa temporalité, son pouvoir informationnel ou esthétique, sa capacité à créer du lien ou de desservir les communautés diverses sont également les bienvenues. 2. Concurrences Avec l’élargissement de l’univers audio, se poseront nécessairement des interrogations concernant le rôle des écrans, de l’image et de la vidéo dans leur rapport au son radiophonique. L’existence ou non des relations de complémentarité, de collaboration et/ou de cannibalisation pourra être étudiée. Par-delà, il s’agira de questionner plus généralement la pertinence du concept de radio à travers ses marqueurs de spécificité, entre autres le son, possiblement en comparaison avec les autres médias et d’illustrer cette tendance de l’outil radiophonique à miser sur le sonore pour conquérir de nouveaux publics. À titre d’illustration, les mesures d’audience indiquent, ces dernières années, une forte proportion de jeunes dans le lot de ceux qui n’écoutent pas ou plus la radio traditionnelle. En revanche, les jeunes figurent en bonne place parmi ceux qui développent de nouvelles habitudes d’écoute qu’offre l’univers audio. Par exemple, on APPEL À COMMUNICATION La radio dans l’univers audio Expressions, concurrences et contextes 10e Colloque international du GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio) Organisé en partenariat avec le Département d’information et de communication Université Laval : du 9 au 11 novembre 2022, Québec (Canada) Le GRER, conformément à son objet de recherche, organise son dixième colloque international en axant les réflexions sur les nouvelles formes sonores et les mutations de la radio dans l’univers audio. Au-delà du support ou du canal de transmission qui varie et évolue au gré des technologies, l’une des caractéristiques majeures de la radio est le son diffusé simultanément à un ensemble d’auditeurs. Même si cette caractéristique majeure peut être remise en cause désormais avec la délinéarisation du flux et le contrôle du direct par l’auditeur que permet la radio numérique ou avec des diffusions simultanées et à la demande uniquement par le biais d’applications numériques ou de réseaux sociaux comme Clubhouse, WhatsApp, Facebook, etc., la taille extrêmement variable de cet ensemble d’auditeurs permet de couvrir un large spectre allant des radios de masse aux radios de niche. Le « boom de la radio amateur » qu’anticipait, dès 2004, le journaliste de BBC Ben Hammersley avec la croissance phénoménale de ce qu’il appelait la « révolution audible » 1 se constate de manière continue, ces dernières années, avec l’engouement pour la création et l’écoute des podcasts qu’ils soient natifs (contenus audio originaux) ou offerts en replay radio (contenus écoutés après leur passage à l’antenne). Ce vif intérêt (Bouton, 2020 ) se traduit également par la naissance de nouvelles formes de radios qui se revendiquent d’être des « pure players sonores » 2 ou des radios à la demande. Les modèles économiques de ces nouvelles structures médiatiques sont loin d’être stabilisés. À cela, s’ajoute, par exemple, la tendance actuelle de plus en plus portée – surtout dans les pays du Nord – vers la production de contenus radiophoniques enrichis, à l’intégration de l’image et de la vidéo dans la production radiophonique numérique, à la production d’une radio filmée et par conséquent à la transformation profonde du traditionnel studio de radio. Cet engouement et cet élargissement de l’univers audio sont des réalités de plus en plus documentées qui ne souffrent plus de 1 C’est le titre de l’article de Ben Hammersley à qui l’on attribue la paternité du mot « Podcast » : https://www.theguardian.com/media/2004/feb/12/broadcasting.digitalmedia 2 Dans ce concept non encore stabilisé, l’on pourrait citer les plateformes exclusivement dédiées au son et à la voix (comme Arte Radio, Transistor Média, Louie Média, etc.) ou encore les plateformes de diffusion de musique en streaming comme Spotify, Deezer ou autres. 2
  3. 3. Soumission des propositions Les personnes intéressées à participer à ce colloque international doivent faire parvenir un résumé de 300 à 500 mots exposant leur problématique, leur méthodologie et, le cas échéant, les résultats anticipés. Les propositions doivent être transmises par courriel, avant le 25 février 2022, à l’adresse colloque2022.grer@gmail.com. Veuillez indiquer votre nom et vos références (affiliation, université ou institution, adresse électronique, numéro de téléphone et titre de communication) dans le corps de votre message. Une réponse sera donnée au plus tard le 6 mai 2022 par le comité scientifique, après un processus d’évaluation en double aveugle. Comité d’organisation : Henri Assogba, Université Laval Atassé Kodjo Koulété, Université Laval Wisnique Panier, Université Laval Comité scientifique : Frédéric Antoine, Université catholique de Louvain Henri Assogba, Université Laval Colette Brin, Université Laval André Breton, Université du Québec à Montréal Renaud Carbasse, Université Laval Jean-Jacques Cheval, Université Bordeaux Montaigne Étienne Damome, Université Bordeaux Montaigne François Demers, Université Laval Séverine Equoy Hutin, Université de Franche-Comté Anne-Caroline Fiévet, École des hautes études en sciences sociales Hervé Glevarec, Université Paris Dauphine-PSL Pergia Gkouskou- Giannakou, Université Clermont Auvergne Isabel Guglielmone, Université de Compiègne André Éric Létourneau, Université du Québec à Montréal Charles Moumouni, Université Laval Dominique Payette, Université Laval Albino Pedroia, Institut d’études politiques de Paris Sébastien Poulain, Université Bordeaux Montaigne Pascal Ricaud, Université de Tours Nozha Smati, Université de Lille Thierry Watine, Université Laval Pierre Morelli, Université de Lorraine Fredj Zamit, Université de la Manouba, Tunisie Annie Lenoble-Bart, Université Bordeaux Montaigne Bibliographie indicative : « Conditions de production d’un podcast sur les masculinités », Le Temps des médias, 2021/1 (n° 36), p. 242-245. DOI : 10.3917/tdm.036.0242. URL : https://www.cairn.info/revue-letemps-des-medias-2021-1-page- 242.htm pourra se demander comment les radios musicales résistent au déplacement de l’audience juvénile des plateformes de streaming comme Spotify, Deezer ou autres. Comment la radio se positionne-t-elle par rapport aux autres concurrents de l’univers audio (podcasts, assistants vocaux, audio social, etc.) ? L’offre radiophonique se renouvelle-t-elle avec des propositions innovantes ou se contente-t-elle de suivre la tendance en important des manières de faire ou des modèles en vogue dans l’univers audio ? Des travaux qui mettent en lumière les hybridations ou des stratégies d’incorporation de nouveaux publics à travers de nouvelles formes sonores seront les bienvenus. Des études empiriques réalisées dans différents espaces géographiques (Europe, Amérique, Afrique, etc.) sont attendues et contribueront à l’approfondissement des connaissances en la matière. 3. Contextes La maladie à coronavirus (Covid-19) a mis à l’épreuve l’ensemble des certitudes autour desquelles a toujours fonctionné l’humanité. Elle a modifié un temps les mécanismes habituels de production de l’information et la pratique des médias par les publics. Le parallèle entre l’évolution du média radio et celle d’un virus qui mute et s’adapte en s’appuyant sur son environnement plus qu’en subissant ses règles (Bordier, Kirchner et Nussbaumer, 2012) prend tout son sens ici. Comment les acteurs de l’écosystème radiophonique ont-ils réagi à la chute des niveaux d’écoute de la radio constatée dès le début de la pandémie en raison du confinement imposé et de ses effets sur les trajets professionnels, moments d’écoute privilégiés de la radio ? Si le phénomène de la désinformation n’est pas nouveau en soi, les incertitudes engendrées par la Covid-19, le besoin de rassurer ses proches, l’isolement et le développement des applications de voix ont contribué à la production et à la circulation d’un nombre impressionnant de fausses nouvelles et particulièrement dans l’univers audio. Tout le monde a contribué à alimenter les polémiques parfois complotistes (Chevrel, Éveillard, 2021). Dans cet axe, nous encourageons des propositions qui explorent la contribution des radios, en raison de leur spécificité, à cette lutte contre les fausses informations. Des études de cas portant sur initiatives comme Wa FM, une webradio participative diffusée en Côte d’Ivoire sur la messagerie WhatsApp pour lutter contre les fausses nouvelles liées au coronavirus3 ou le réseau social alternatif Clubhouse lancé en période de distanciation sociale et qui est un mélange de podcasting audio, de radio parlée et de conférence téléphonique (Strielkowski, 2021) pourront être proposées. À travers cet axe, nous attendons des propositions qui explorent ces adaptations innovantes parfois nécessaires et ingénieuses que les médias en général et particulièrement les radios ont dû faire pour continuer de produire et d’intéresser leurs publics. Nous attendons également des études de cas sur le rôle de la radio dans le cadre de la diffusion d’information et, spécialement, de la diffusion des informations de vulgarisation scientifique pendant la pandémie. 3 Wa FM est retenue comme une initiative innovante par Reporters sans frontières (RSF) dans sa liste des 30 « héros de l’information » au temps du coronavirus (https://rsf.org/fr/actualites/les-heros-de-linformation-autemps-du- coronavirus-le-journalisme-peut-sauver-des-vies). 3
  4. 4. Allouch Annabelle, Muller Caroline, « « Au nom des connards » ? Esquisse d’une analyse de la réception du podcast de Victoire Tuaillon », Le Temps des médias, 2021/1 (n° 36), p. I-XXII. DOI : 10.3917/tdm.036.0243. URL : https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias- 2021- 1-page-I.htm Serge Armel Attenoukon. L’usage de « capsules post MOOC » et des podcasts à l’Université d’Abomey-Calavi, Distances et médiations des savoirs [Online], 17 | 2017, Online since 20 March 2017, connection on 17 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/dms/1752 ; DOI: https://doi.org/10.4000/dms.1752 Antoine, Frédéric. Analyser la radio : Méthodes et mises en pratique. De Boeck Superieur, 2016. Arnheim, Rudolf. Radio. Van Dieren Editeur, 2005 [1936]. Bordier Romain, Kirchner Aloïs, Nussbaumer Jonathan. Radio numérique : qui nous réveillera dans 10 ans ?, Mémoire de fin d’études, Paris : Mines ParisTech, 2012. Bouton Rémi. Podcast : le grand retour du son, Nectart, 2020/1 (N° 10), pp. 96- 103. DOI : 10.3917/nect.010.0096. URL : https://www- cairn-info.acces.bibl.ulaval.ca/revue-nectart-2020- 1-page-96.htm Chevrel Stéphanie, Éveillard Anne. Covid-19 : une crise sous l’emprise des réseaux sociaux. Les Tribunes de la santé, 68, 2021, pp.95- 103. https://doi.org/10.3917/seve1.068.0095 Cohen Évelyne. "Podcasting: From replay to the creation of audio podcasts", Sociétés & Représentations, 2019/2 (No 48), p. 159-167. URL: https://www.cairn- int.info/journalsocietes-et-representations-2019-2- page-159.htm Equoy Hutin Séverine, Deleu Christophe (dir). Dossier “Les renouvellements de l’écriture radiophonique : programmes, formes, contenus”, RadioMorphoses, [En ligne], n°4 – 2019. URL : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2019/01/0 4/lecriture-renouvelle-programmesradiophoniques/ Glevarec Hervé. Libre antenne. La réception de la radio par les adolescents. Paris/Bry-surMarne: Armand Colin/INA, 2005. Glevarec Hervé. Ma radio. Attachement et engagement. Enquête de réception auprès d'auditeurs. Paris: INA Editions, 2016. Gouliaéva Oxana, Dosquet Éric, Moysan Yvon, «Chapitre 9. Podcasts : nouveau storytelling», dans : , La révolution des assistants vocaux. Comprendre les enjeux et réussir ses stratégies marketing, sous la direction de Gouliaéva Oxana, Dosquet Éric, Moysan Yvon. Paris, Dunod, « Marketing / Communication », 2020, p. 149-167. URL : https://www.cairn.info/---page149.htm Anne Lubnau, “Récits de vie podcastés : peut-on parler de non-conformisme ?”, Essais [Online], 7 | 2015, Online since 26 February 2021, connection on 17 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/essais/6461 ; DOI: https://doi.org/10.4000/essais.6461 Oliveira, Madalena. L’esthétique de l’écoute. Sur la liaison de l’imaginaire radiophonique à la parole émotive. Sociétés, 2011, 111(1), pp. 123–130. 2011. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/soc.111.0123). Poulain, Sebastien, « Les postradiomorphoses : enjeux et limites de l’appropriation des nouvelles technologies radiophoniques », in Pascal Ricaud et Nozha Smati (sous la direction de), « Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques », RadioMorphoses, n°2, 2017, http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2017/02/21/postradiomorphoses/ Nicolas Roland and Philippe Emplit, “Enseignement transmissif, apprentissage actif : usages du podcasting par les étudiants universitaires”, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [Online], 31(1) | 2015, Online since 23 February 2015, connection on 17 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/ripes/932 ; DOI: https://doi.org/10.4000/ripes.932 Ana Isabel Reis et Fábio Ribeiro “The New Territories of the Podcast”, Comunicação Pública no. 31 (prévu pour décembre 2021), https://journals.openedition.org/cp/11423?lang=en Schaeffer, Pierre. Propos sur la Coquille. Éditions phonurgia nova, 1990. Ricaud Pascal, Smati Nozha (dir.). « Numérisation de la radio : pratiques et perspectives », RadioMorphoses, [En ligne], n°1 – 2016, mis en ligne le «18/11/2016», URL : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2016/06/07/introduction-au-dossier/ Smati Nozha, Ricaud Pascal (dir.). Dossier « Évolution des formats et modes d’expression radiophoniques », RadioMorphoses, [En ligne], n°2-2017. URL : http://www.radiomorphoses.fr/index.php/2017/08/04/introduction/ Strielkowski Wadim. The Clubhouse Phenomenon: Do We Need Another Social Network?, Preprints, 2021, 2021030503 (doi: 10.20944/preprints202103.0503.v1). Sullivan John, Aufderheide Patricia, Bonini Tiziano, Berry Richard, Llinares Dario. Podcasting in transition: formalization and its discontents, AoIR Selected Papers of Internet Research, 2020. https://doi.org/10.5210/spir.v2020i0.1115 4
  5. 5. 5
  6. 6. • https://radiodansuniversaudio.com/ 6
  7. 7. 7 https://www.facebook.com/ColloqueRadiodansuniversaudio https://twitter.com/ColloqueGrer https://www.youtube.com/channel/UCBdHNvFia4X56PIrZHYz1CQ/streams
  8. 8. Programme des sessions Salle CSL-3788 Pavillon Louis-Jacques- Casault (CSL) - Université Laval 1055 Av. du Séminaire, Québec, QC G1V 0A6, Canada 8
  9. 9. Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788 09:00 Ouverture du colloque et mots de bienvenue par Henri Assogba Professeur titulaire à l’Université Laval et responsable du comité d’organisation, Étienne Damome Maître de conférences HDR à l’Université Bordeaux Montaigne et président du GRER, Guylaine Martel Directrice du département d’information et de communication, Université Laval, Guillaume Pinson Doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines, Université Laval 9
  10. 10. Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788 09:30 La radio dans l'univers audio : sociologie d'une fragmentation Conférence inaugurale par Hervé Glevarec Directeur de recherche au CNRS, Université de Paris Cité 10:30 Pause-café 10:45 Table ronde d’ouverture : « Mutations de l’univers audio du point de vue des acteurs » par Julien Morissette Directeur artistique de Transistor Média et fondateur du Festival de la radio numérique à Gatineau / Québec, Jean- Nicolas Gagné, Directeur général de Qub Radio, la radio numérique de Québécor / Québec, Natacha Mercure Première directrice stratégie et contenus audionumériques à Radio-Canada, Silvain Gire, Cofondateur et directeur éditorial d'Arte Radio / France, Modératrices, Colette Brin Professeure titulaire à l’Université Laval, Marie-Laurence Rancourt, Directrice artistique et générale de Magnéto 12:00 Pause déjeuner 10
  11. 11. 11
  12. 12. 12:00 Pause déjeuner 1er panel scientifique présidé par Jean- Jacques Cheval, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne 14:00 Radiophonique ou radionumérique : l'un dans l'autre ou l'autre dans l’un par Séverine Equoy Hutin professeure des Universités en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bourgogne Franche-Comté / France. 14:25 « Flux vs stock : le direct sauve-t-il la radio face à l’audio ? » par Frédéric Antoine Professeur à l’Université de Namur / Belgique 14:50 « The Serial productions, from remediation to innovation » par Ella Waldmann Doctorante à l’Université Paris Cité / France 15:15 Pause-café 12
  13. 13. Programme des sessions Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788 2e panel scientifique présidé par Nozha Smati, Enseignante- chercheure à l’Université de Lille 15:45 « La Radio Tunisienne dans l’univers audio : Réflexion sur les nouveaux contextes professionnels, les enjeux technologiques et les défis de contenus médiatiques » par Soumaya Berjeb, IPSI - Université de la Manouba / Tunisie 16:10 « Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? » par Sébastien Poulain Chercheur associé au MICA - l’Université Bordeaux Montaigne / France 13
  14. 14. 14
  15. 15. 15
  16. 16. 16
  17. 17. Jour 1 (09 Nov) - Salle CSL 3788 19:00 - Salle 4512 (Le Cercle) du pavillon Alphonse Desjardins Écriture sonore et récit de soi : 20 ans de podcasts selon ARTE RADIO : Soirée d’écoute d'œuvres sonores inédites suivie d’un cocktail dînatoire (réseautage, activité sociale, etc.) par Silvain Gire Cofondateur et directeur éditorial d'Arte Radio / France 17
  18. 18. Jour 2 (10 Nov) - Salle CSL 3788 3e panel scientifique présidé par Anne-Caroline Fiévet, Ehess 09:00 Radio et nouvel écosystème audio par Albino Pedroia, Université de la Sorbonne, Paolo Morawsky, Bureau de recherches RAI, Louise-Hélène Paquette chercheure associée au Pôle médias de HEC Montréal / Québec 09:25 De-programmer / esthétique de la recherche / programmer / recherches des esthétiques par Julien Bellanger chargé de projets – Radio JET FM / France, Henri Landré chargé de projets – Radio JET FM / France 09:50 De la radio globale… à la radio en miettes par Fañch Langoët, Auditeur et bloggeur radio / France 10:15 Pause-café 18
  19. 19. 19
  20. 20. 4e panel scientifique présidé par Étienne Damome, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne 10:45 Renouvellement de contextes et appropriation des radios : le cas des radios communautaires en Afrique de l’Ouest par Denise Kako N’Gatoye, Doctorante à l’UQÀM / Québec (absente) 11:10 Les radios associatives au risque du tournant audio et numérique : savoir se réinventer? par Pascal Ricaud, Université de Tours 11:35 Prendre l’auditeur par la main par Chantal Francoeur, Professeure à l’UQÀM / Québec 12:00 Pause déjeuner 20
  21. 21. 21
  22. 22. Visite de la bibliothèque et du service des archives de l’université Laval Avec Romain Bigay et grâce à Simon-Olivier Gagnon 22 Vues depuis le dernier étage de la bibliothèque
  23. 23. Dictaphone à cylindre de cire 23 Visite de la bibliothèque et du service des archives de l’université Laval
  24. 24. 5e panel scientifique présidé par André Breton, Professeur associé à l’UQÀM 14:00 La radio et le défi de la mobilisation contre la COVID-19 : exemple des Personnes déplacées internes à Kaya, Pissila et Kongoussi au Burkina Faso par Lassané Yaméogo, CNRST / Burkina-Faso et Emma Heywood, Université de Sheffield / Royaume-Uni (absent) 14:25 Lutter contre les fausses informations en temps de pandémie : l'exemple de la radio Mikado FM au Mali lors de la crise du Covid-19 par Salmco Assogouenon, Étudiant à l’Université Paris 8 / France 14:50 De los programas femeninos a los podcast feministas en la radio española par Arantza Gutierrez Paz, Universidad del País Vsco/Euskal Herriko Unibertsitatea / Espagne (absente) 15:15 Radios musicales et plateformes de streaming : concurrence ou convergence ? par Romain Bigay, Doctorant à l’Université Paris Nanterre / France 15:40 Pause-café 24
  25. 25. 6e panel scientifique présidé par François Demers, Professeur associé à l’Université Laval 16:00 Production et circulation du discours socio- économique dans l’univers audio au Niger. L’interactivité par conférence téléphonique dans les radios communautaires ruralespar Idé Hamani, ATER à l’Université de Lorraine / France 16:25 Réception et participation des auditeurs haïtiens à l’ère du numérique par Wisnique Panier, Chercheur associé au CEIMH – Université Laval / Québec 16:50 Propos radiophoniques controversés en temps de pandémie, archives et critiques. Le travail de la coalition Sortons les radios-poubelles dans la ville de Québec par Simon-Olivier Gagnon, Doctorant à l’Université Laval / Québec 17:15 Fin des présentations scientifiques du colloque 25
  26. 26. Jour 2 Visite de CKIA FM grâce à Simon- Olivier Gagnon 26 Studio à l’étage
  27. 27. Les archives de CKIA au sous sol Studio à l’étage 27
  28. 28. Entrée/acceuil 28 Studio du RDC au fond
  29. 29. Jour 3 AG du GRER 29
  30. 30. Conférence Le podcast comme outil faustien de gafamisation de la radio ? 30
  31. 31. 31
  32. 32. Contexte : 1. L’invisibilité des radios et du son lors de requêtes dans les moteurs de recherche (MdR). Ainsi dans la page des résultats de recherche (« search engine result page », SERP ci-dessous). De même dans l’onglet « actualité ». Sauf quelques exceptions comme le site internet de la radio publique France Info. 2. Le mot « podcast » qui s’est imposé face à d’autres mots comme « audioblogging », « balado », « audio » ou « replay ». Or, ce mot est issu d’un Gafam : Apple. 3. L’absence de tuner sur les téléphones et autres technologies d’Apple qui empêche d’écouter la FM gratuitement en protégeant ses données sans consommer des données. 32 Observations à l’origine de la recherche : la contrainte forte des Gafam sur le média radio :
  33. 33. 33 « AlterHostel Radio » audioblog d’ARTE Radio mai 2017 « Alter'Radio » Soundcloud été 2018 « Alterpodcast » Soundcloud hiver 2020 « Alterpodcast » Facebook 14 août 2020 Chronologie : de la « radio » au « post » Facebook Plaquette de 2015 de présentation du projet d’auberge qui prévoit la création d’une radio 4. La micro radio d’organisation étudiée précédemment qui a été gafamisée tout en se présentant comme critique du capitalisme : • elle était appelé « radio » avant d’être appelée « podcast » (elle a été applisée). • elle était sur des sites indépendants avant d’être facebookisé, c’est-à- dire transféré sur un réseau social (la page Facebook).
  34. 34. Notions • Les podcasts (radio et natifs) sont les postradiomorphoses qui connaissent le plus grand succès depuis quelques années. Elles renouvellent la production, la diffusion et la réception de la radio. ❑ Les postradiomorphoses : phénomène concernant le média radio qui voit apparaître de nouveaux dispositifs numériques (sites internet, RNT, podcasts, réseaux, applications…) qui occasionnent de nouveaux usages sociaux (pré-, post-, péri-, synchro- radiophonie grâce à des images et du texte). • A l’image des nouvelles technologies et des GAFAM, elles sont synonymes de modernité, voire de postmodernité et font donc l’objet d’une forte injonction sociale et économique à les utiliser. ❑ La gafamisation de la société « serait un processus, ou un ensemble de processus, d’emprise de quelques entreprises transnationales qui par leur situation de quasi- monopole technologique imposent massivement leurs modèles de société à une société qui ne leur résiste pas ou peu » (Fernandez Vicente et alii, 2018). 34 GAFAM :
  35. 35. • La gafamisation de l’Alter’Hostel conduit à un « double blind » (Bateson et Winkin, 1984) qui consiste, pour une organisation commerciale, à tenir des discours anti- capitalistes via des dispositifs techniques ultra-capitalistes (Fernández Vicente, Mabillot, Vercher, 2018). En effet, la réussite économique - qui permet à une organisation de disposer de davantage de liberté dans la vie socio-économique - dépend aujourd’hui beaucoup de la réussite de la communication, notamment numérique. Or, celle-ci est dépendante des dispositifs techniques capitalistes qui imposent une « violence symbolique » (Bourdieu et Thompson, 2001), à l’instar de la dévalorisation du terme « radio » au profit du terme « podcast ». • Ainsi, les usagers d’internet qui veulent se faire connaitre (idées, informations, services, produits) et créer des dynamiques semblent devoir passer un pacte « faustien » avec des GAFAM détenus par le « capital intellectuel monopolistique » (Pagano, 2014). Ce pacte peut être qualifié de « faustien » dans la mesure où les GAFAM promettent une réussite communicationnelle, mais en échange d’une soumission aux règles de la gafamisation qui tentent d’agir aussi bien sur nos esprits via l’« infomédiation » (Smyrnaios et Rebillard, 2011) que nos corps (Bèzes et Mercanti-Guérin, 2021). Ce pacte promet une sorte de jeunesse éternelle et puissance infinie à la radio, mais elle tend à faire perdre une partie de son identité. 35 Questionnement
  36. 36. • Que fait la gafamisation - principalement le MdR Google - aux postradiomorphoses ? Quelles sont les métamorphoses de la post-radio du fait de la puissance des GAFAM ? Quelles sont les politiques algorithmiques envers les radios, c’est-à-dire envers les productions mises en ligne sur internet par des personnes et organismes se présentant comme faisant de la radio ? Ou plutôt quels sont les effets des politiques algorithmiques des GAFAM sur le média radio en ligne ? Quelle place ont les radios et les podcasts dans l’économie numérique ? Notamment par rapport à 1,98 milliard de sites internet recensés à l’échelle mondiale en août 2022 (selon Internet live stats). Quelle est la place des postardiomophoses dans l’« économie de la visibilité » (Heilmann, 2007, p. 310), c’est-à-dire de l’« économie de l’attention » (Citton, 2014)? 36
  37. 37. • Du fait de l’emprise des GAFAM sur le web, on peut faire l’hypothèse que ceux-ci – ou une partie d’entre eux - jouent un rôle important dans tout succès compte-tenu du travail d’éditorialisation des MdR (Gomez-Mejia et alii, 2016). • Les MdR sont ce que Brigitte Simonnot appelle des « méta-éditeurs » des postradiomorphoses ? ❑ En effet, « s’ils ne sont pas à l’origine de la publication des contenus qu’ils présentent et n’en contrôlent pas la mise en forme originale, ce sont eux qui leur donnent une visibilité et les rendent accessibles aux internautes. » (Simonnot, 2016) • Comment les MdR agissent sur le travail de forme et de fond des concepteurs et éditeurs de sites internet qui forment une partie importante des postradiomorphoses ? 37
  38. 38. Difficultés méthodologiques : – Les MdR sont de grandes « boites noires » (« blackbox »), c’est-à-dire des programmes informatiques complexes dont les requêtes (entrées) et les résultats (sorties) peuvent être observées, mais dont les processus internes ne sont pas accessibles (A l’exception de PageRank de Google). Il y aurait environ 200 facteurs utilisés par Google pour hiérarchiser les sites internet. Il est difficile de décrire une réalité multifactorielle dont on ne connaît pas tous les facteurs ni la pondération de tous ces facteurs. Les grandes familles de facteurs sont liées : ➢ aux liens hypertextes, ➢ à l’expérience de l’utilisateur, ➢ aux contenus. – Il y a eu 3 234 changements dans le système de recherche de Google en 2018 (Moz, 2019) du fait des interactions permanentes entre les concepteurs de MdR, des publications des éditeurs et des usages des utilisateurs. Les algorithmes des MdR sont à la fois le fruit de rapports de force et un acteur qui modifie les rapports de force informatiques. Que dirait-on si Médiamétrie - dont la méthodologie d’étude des audiences a été critiquée souvent par des radios mécontentes des résultats - changeait sa méthodologie aussi souvent même si les changements sont mineurs ? – Autre difficulté, les stratégies et les actions de référencement des concepteurs et éditeurs de sites internet sont invisibles. Ce sont de petites « boites noires ». Même si les choix sont a priori faits en fonction des prescriptions des MdR. 38
  39. 39. Il est globalement compliqué de faire de la recherche sur les « dispositifs de communication » (Monnoyer-Smith, 2013) que sont les MdR du fait de leurs stratégies systémiques opaques (Rieder et Sire, 2014) et biaisées (Cassin, 2007). Nous devons donc faire des inductions et des hypothèses à partir des requêtes et des résultats issus des requêtes. Nous pouvons travailler sur : – les actions des MdR (le « faire »). – les discours – notamment les discours prescriptifs - des MdR (le « dire »). – les actions des éditeurs (résultat du « faire faire »). – les discours des éditeurs (résultat du « faire dire ») (Bonaccorsi et Julliard, 2010). Mais il est nécessaire de rester prudent et ne pas oublier qu’il s’agit de faire des hypothèses. 39 Conséquences :
  40. 40. Méthodologie choisie • Il s’agit d’analyser le fonctionnement de 6 MdR occidentaux, ou du moins les résultats du fonctionnement de ceux-ci. Les recherches habituelles se focalisent sur Google alors qu’on peut sans doute progresser dans la connaissance de Google en le comparant aux autres MdR (Simonnot, 2016). Il est possible de partir de l’hypothèse selon laquelle, si on trouve des résultats différents pour une même requête, c’est que des choix algorithmes différents ont eu lieu, même s’il est impossible de savoir véritablement lesquels. • Les MdR faisant des recherches par mot, c’est la requête « radio » qui a été utilisée. C’est une requête ouverte. • Dans un premier temps, nous regarderons le classement de la 1ère SERP de plusieurs MdR. • Dans un second temps, nous regarderons les sites internet classés dans la 1ère SERP de Google pour essayer de comprendre l’origine du classement. 40 Demandes d’interviews sans réponse
  41. 41. Les MdR 41
  42. 42. Les spécificités des MdR Moteur Google Bing Ecosia Yahoo! DuckDuckGo Qwant Création 1998 2009 2009 1995 2008 2013 Pays USA USA Allemagne USA USA France Autonomie algorithmique Bing et Yahoo Bing semi Protection des données 42 Autres MdR : Lilo, Brave Search, St art Page, SearX, W olfram Alpha, Exalead, Framabee, Peekier, Disconnect Search, Gibiru, Sw isscow s, Yippy, Ecogine, Yacy, M et aGer, Baidu, Panguso, Yandex… Spécificités : - Propre algorithme ou non - Protection des données ou non - Quantité de données indexées - Esthétique plus ou moins conviviale - Options (« Flight », « Livres », « Finance »…) - Financement d’ONG ou non
  43. 43. France 43 Les MdR sont gafamisés via Google (Alphabet) et, beaucoup plus loin, Bing (Microsoft). Ils parviennent à monopoliser la recherche d’informations sur le web. Monde Le rapport de force entre les MdR : hégémonie de Google en parts de marché. L’oligopole des MdR
  44. 44. L’hégémonie de Google a d’autant plus d’importance que les MdR dominent l’entrée dans l’expérience en ligne : 68% des expériences en ligne commencent avec un MdR en 2019 selon BrightEdge. 44 Les MdR « gate keeper » d’internet Le Web est un réseau de type « aristocratique » (Origgi, 2007) : • 54,4% des cliques des utilisateurs vont sur l’un des trois premiers résultats de recherche en 2022 (selon Backlinko). Cognitivement, nous semblons penser que les trois premiers résultats sont forcément les meilleurs (comme aux Jeux Olympiques). • Et seulement 63% des utilisateurs de Google vont sur la seconde page de la SERP.
  45. 45. Les SERP des 6 MdR : sonophobie 45
  46. 46. • La textophilie du web : Un site internet est constitué par du code (HTML + CSS), c’est-à-dire du texte. Internet est constitué d’une mise en relation de ces sites : une inter-textualité via des liens hypertextes qui permettent le référencement grâce à des MdR et des annuaires. • La textophilie des MdR : Les robots des MdR analysent (« crawlent ») des textes des sites internet (mots clés, descriptifs, titres…) pour les indexer et les classer dans leurs SERP. Ils recherchent, organisent, hiérarchisent. Les « consignes relatives à la qualité » Google pour le référencement organique sont textuelles (« Search Engine Optimization » (SEO) c’est-à- dire référencement naturel grâce au triptyque contenus de qualité / optimisation technique / augmentation des backlinks (netlinking)) : titres, descriptions, mots clés, productivité, diversité, maillage interne sur le site… Même si l’UX (« User eXperience » c’est-à-dire l’expérience utilisateur lorsqu’il consulte un site internet) et même le SXO (« Search eXperience Optimization » qui est une alliance entre le SEO et le SXO) prennent de plus en plus d’importance grâce des de « eye tracking » (où les yeux vont sur un écran), d’« A/B testing » (même contenu avec une forme différente), « storytelling », « rich snippets » (ou données structurées/supplémentaires : titre en bleu, URL en vert, description de la page, petite image)... Les images, sons et vidéos ne peuvent véritablement exister que si ils sont décrits/transcrits. • La sonophobie du web : Si les premières webradios apparaissent deux ans après le 1er site internet de Tim Berners-Lee (1991), on ne peut pas dire que le son soit très valorisé en général et la radio en particulier. Les images et le son, c’est-à-dire l’audiovisuel sont peu référencés, ce qui oblige à écrire/décrire ces images et ces sons pour leur référencement. Ainsi, YouTube demande certaines informations pour aider au référencement : un titre, des mots clés, des descriptions… Certains algorithmes – comme celui de YouTube - sont capables de retranscrire le son téléchargé sur sa plateforme, mais cette retranscription n’est pas faite automatiquement et demande une action humaine : déclenchement de la transcription et surveillance du résultat pour corriger les résultats. 46 La sonophobie des MdR
  47. 47. • Unanimité hiérarchique sur l’actualité, les vidéos, les images, le shopping, les cartes (sauf Yahoo!). • Google se distingue grâce à des services supplémentaires : livres, la réservation de billets d’avion, la finance. • Qwant se distingue sur le son via l’élément « Musique » : référence à des albums, artistes et titres • Injonction : la radio doit être commercialisée (shopping : terme euphémisant l’aspect mercantile), actualisée (traiter de l’actualité), audiovisualisée (images et vidéos) pour exister. 47 Les éléments de la SERP : sonophobie
  48. 48. Apparence des sites des MdR : textophilie, iconophobie, sonophobie 48 Exceptions : • Wikipédia • Pied de page • Commerciales • Actualité • Logos • Contenu : des logos du MdR ; une barre contenant des éléments ; un classement vertical • Apparence : Les MdR sont lisibles, dépouillés, rapides, sans doublons (contrairement aux annuaires/index et les 1ers MdR qui les ont précédés). L’internaute est contraint de faire confiance et de cliquer en fonction du classement proposé par le MdR et des quelques informations de méta-descriptions. Il ne peux pas utiliser les yeux. • Objectif : rapidité et efficacité des MdR. Exemple : les robots de Google trouvent environ 5 Mards de résultats en moins d’une seconde.
  49. 49. Les contenus des sites internet : le multiradio • La requête « radio » aboutit à des SERP où ce sont des sites internet permettant d’écouter de nombreuses stations de radio qui sont les mieux classés : des « fermes à radios » qui ressemblent aux « annuaires » des débuts du web. • On peut faire l’hypothèse que les internautes qui écrivent la requête « radio » veulent écouter une radio sans forcément avoir une idée très précise. Ils sont intéressés par le média radio en soi, en général plutôt que par une station de radio en particulier, même s’ils ont forcément des affinités et habitudes. Ils veulent être en capacité de changer de radio et ne pas être « enfermés » sur le site internet d’une radio. Ils veulent zapper d’une radio à une autre en quelques secondes, quand ils n’aiment pas une musique, une chronique, une émission, la publicité… 49 Annuaires de radios Wikipedia Stations de radio Places de marché Google Bing Ecosia Yahoo! DuckDuckGo Qwant 1 ecouterradioenligne.com fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio.fr 2 radio-en-ligne.fr amazon.fr/électronique/rádio radio.fr radio.fr radio.fr fr.wikipedia.org/wiki/Radio 3 radio.fr radio-en-ligne.fr ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com radioscoop.com 4 radiofrance.fr radio.fr ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com radioclassique.fr 5 radiofrench.fr ecouterradioenligne.com radio.net radio-live.fr radio-live.fr player.radio-esperance.fr 6 radioenlignefrance.com ecouter-en-direct.com radiofrance.fr radio-en-ligne.net radiofrance.fr radiofrance.fr 7 ecouter-en-direct.com radio-live.fr radio-live.fr radio.fr › city › orleans radio.fr › country › France rts.ch 8 francetvinfo.fr radio.net radio.fr › country › France amazon.fr/radio radioenlignefrance.com ecouterradioenligne.com 9 fr.wikipedia.org/wiki/Station_de_radio radiofrance.fr radioenlignefrance.com manomano.fr/Promo/Brico-Jardin onlineradiobox.com › fr radiofg.com 10 fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radioenlignefrance.com radio-uk.co.uk catawiki/Audio/Modèle guide-radio.com radio-m.net
  50. 50. Les contenus des sites internet : exceptions – Les entrées Wikipédia « Radiodiffusion » (9ème pour Google et 1er pour Bing), « station de radio » (10ème pour Google) et « radio » (2ème pour Qwant). – Des places de marché (« market places ») pour acheter des postes de radio. Surtout Yahoo! (Amazon, Manomano, Catawiki mais aussi Cdiscount et Idealo en 11ème et 12ème position). – Quelques radios : France Info sur Google (radio d’actualité très consultée) et 5 radios (Radio Scoop, Radio Classique, Radio Espérance, FG, Radio M) pour Qwant (manque de performance de l’algorithme). – Médecine : sites liés aux radiographies médicales sur un autre MdR français (Lilo) : les cabinets de médecins sur Pagesjaunes.fr (8ème), doctolib.fr (9ème), groupe-resonance-imagerie.fr (10ème) 50 Annuaires de radios Wikipedia Stations de radio Places de marché Google Bing Ecosia Yahoo! DuckDuckGo Qwant 1 ecouterradioenligne.com fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio.fr 2 radio-en-ligne.fr amazon.fr/électronique/rádio radio.fr radio.fr radio.fr fr.wikipedia.org/wiki/Radio 3 radio.fr radio-en-ligne.fr ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com radioscoop.com 4 radiofrance.fr radio.fr ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com radioclassique.fr 5 radiofrench.fr ecouterradioenligne.com radio.net radio-live.fr radio-live.fr player.radio-esperance.fr 6 radioenlignefrance.com ecouter-en-direct.com radiofrance.fr radio-en-ligne.net radiofrance.fr radiofrance.fr 7 ecouter-en-direct.com radio-live.fr radio-live.fr radio.fr › city › orleans radio.fr › country › France rts.ch 8 francetvinfo.fr radio.net radio.fr › country › France amazon.fr/radio radioenlignefrance.com ecouterradioenligne.com 9 fr.wikipedia.org/wiki/Station_de_radio radiofrance.fr radioenlignefrance.com manomano.fr/Promo/Brico-Jardin onlineradiobox.com › fr radiofg.com 10 fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radioenlignefrance.com radio-uk.co.uk catawiki/Audio/Modèle guide-radio.com radio-m.net
  51. 51. Les classements des MdR : quasi-consensus • 9 annuaires radiophoniques se partagent le marché du flux radiophonique. • Résultats globalement assez similaires parmi les MdR et quasi identiques pour Bing, Ecosia, Yahoo! et DuckDuckGo. Cela pose des questions sur la diversité algorithmique. • Une société de site internet d’annuaire parvient à placer trois fois son site internet sur le MdR Ecosia avec différentes extensions : radio.fr, radio.net et radio.fr › country › France. Une société d’annuaire parvient à placer deux sites internet (radio-en-ligne.fr et radio-en-ligne.net) dans les SERP de Yahoo !. Cela interroge sur la performance des algorithmes. • Exception : Qwant ne place que 4 annuaires. Cela permet de pluraliser les MdR mais il est difficile de comprendre la logique puisque les radios de la SERP ont une audience relativement faible, comme Radio Espérance. On peut l’interpréter comme une faiblesse de l’algorithme. • Plusieurs acteurs importants de l’audio et de la radio sont absents :Spotify, Deezer… 51 Google Bing Ecosia Yahoo! DuckDuckGo Qwant 1 ecouterradioenligne.com fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio-en-ligne.fr radio.fr 2 radio-en-ligne.fr amazon.fr/électronique/rádio radio.fr radio.fr radio.fr fr.wikipedia.org/wiki/Radio 3 radio.fr radio-en-ligne.fr ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com ecouterradioenligne.com radioscoop.com 4 radiofrance.fr radio.fr ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com ecouter-en-direct.com radioclassique.fr 5 radiofrench.fr ecouterradioenligne.com radio.net radio-live.fr radio-live.fr player.radio-esperance.fr 6 radioenlignefrance.com ecouter-en-direct.com radiofrance.fr radio-en-ligne.net radiofrance.fr radiofrance.fr 7 ecouter-en-direct.com radio-live.fr radio-live.fr radio.fr › city › orleans radio.fr › country › France rts.ch 8 francetvinfo.fr radio.net radio.fr › country › France amazon.fr/radio radioenlignefrance.com ecouterradioenligne.com 9 fr.wikipedia.org/wiki/Station_de_radio radiofrance.fr radioenlignefrance.com manomano.fr/Promo/Brico-Jardin onlineradiobox.com › fr radiofg.com 10 fr.wikipedia.org/wiki/Radiodiffusion radioenlignefrance.com radio-uk.co.uk catawiki/Audio/Modèle guide-radio.com radio-m.net
  52. 52. Les sites internet de la SERP de Google 52
  53. 53. Écouter la radio en ligne • Nombre de radios : 43 logos/radios sur la page d’acceuil (plutôt nationales : musicales, puis généralistes, puis locales et une webradio (Radio Meuh)). Internationale multilingue (7 d’Amérique du nord, 6 d’Amérique centrale, 11 d’Amérique du Sud, 29 d’Europe, 14 d’Afrique, 17 d’Asie, 2 d’Océanie) • Classement : selon les stations préférées (sans précision), par station (NRJ, Skyrock FM, RFI, RFM, France Inter), genres préférés (Musiq. du Monde, Musique France, Top 40, Débat, Musique Electro) ; selon la région (14 : Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Haute- Normandie, Île-de-France, Languedoc-Roussillon, Limousin) et le genre (49 : comédie, chanson d’amour, chrétienne contemporaine…). • Podcast : non. • Réseaux sociaux : rejoint Twitter en janvier 2012 : 11 abonnements 545 abonnés (7/8/2022) ; Facebook : page créée le 16 janvier 2012 dont 1 682 personnes aiment ça ; 1 711 personnes sont abonnées ; a publié entre 16 janvier 2012 et 18 décembre 2013 • Propriétaire : Instant Audio https://instant.audio/ : site en anglais qui dirige vers d’autres sites internet différenciés selon les pays et une page Facebook Radiowebsitesorg (637 personnes aiment ça, 634 personnes sont abonnées ; 2 messages : 2 mars 2013 et 18 décembre 2013) lié à un ancien site : http://www.radiowebsites.org/ Contact : dmca@ecouterradioenligne.com ; info@ecouterradioenligne.com 53 https://ecouterradioenligne.com/ 1
  54. 54. radio-en-ligne.fr • Nombre de radios : 60 radios/podcasts par page sur 44 pages : 2 640 contenus • Classement : par genre (15) et ville (en fait région) (13) ; changement de pays facile vers 66 pays ; des radios nationales : des radios généralistes puis les radios musicales • Podcasts : oui. • Réseaux sociaux : non. • Spécificités : – Match de foot à la radio : les radios qui commentent la ligue 1, 2 et les matchs européens – Top de musique (le lundi en France) : 40 musiques classées issues de YouTube et Apple music • Propriétaire : AppMind Rua de Júlio Dinis, 778-2ºD, 4050-012 Porto- Portugal « AppMind est une entreprise qui combine développement de logiciels et contenu rédactionnel pour offrir une expérience unique via des sites Web, des smartphones et des tablettes. Nous pensons que l'avenir se situe dans le monde numérique et que le marché des applications en est un élément important. » 54 https://www.radio-en-ligne.fr/ 2
  55. 55. radio.fr • Nombre de radios : Annonce « 60 000 stations de radio du monde entier » dont « 2 500 stations de radio et webradios de France » • Classement : Les 3 premières radios du Top 100, puis 8 radios locales (régionales ou région de proximité : R Intensité, Radio RVE, Evasion FM Eure-et-Loir, Evasion FM Yvelines Sud, ABC Disco Funk), puis 5 radios du top 100 (généralistes nationales – F Inter, RTL, F Info, RMC - puis musicales nationales - Nostalgie), 5 radios sélectionnées par la « rédaction » (des musicales régionales – RGZ Radio, StereoChic, Radio Hauraki - ou nationales – Virgin Radio, RFM), 158 genres musicaux, 98 thèmes, 13 régions, 15 « radios les plus écoutées par nos utilisateurs », présentation du site, FAQ • Podcasts : non. • Réseaux sociaux : non. • Spécificités : Moteur de recherche interne. • Propriétaire : société allemande fondée en 2007 sous le nom de radio.de GmbH. 55 https://www.radio.fr/ 3
  56. 56. • 27/09/2022 • Radio France : 76 radios • 44 F Bleu ; F Inter ; F Culture ; F Info • F Musique : normale, et 9 radios thématiques : Opéra, La Baroque, Classique Easy, Classique Plus, Les concerts, La Jazz, B.O Musiques de films, la Contemporaine, Ocora Musiques du monde • Mouv’ : normale et 7 webradios, Rap français, Rap US, R’n’B, Mouv’ Classics, Dancehall, Kids’N Family,100% Mix • FIP : normale, et 10 webradios : Rock, Jazz, Groove, Monde, Nouveau, Reggae, Electro, Metal, Pop, Hip Hop Radio France • Nombre de radios : Seulement 7 stations mises en avant mais il y en a davantage (76 radios sur le web : F Inter, F Info, F Culture, F Bleu (44), F Musique (10), Mouv’ (8), FIP (11)) car la plupart des stations ont des duplications thématiques. Les radios sont ce qu’on voit en premier. Elles sont en haut de la page. • Classement : Les radios semblent classées/hiérarchisées par l’audience (F Inter est plus valorisée que d’autres radios). Mais il y a l’idée de transiter vers d’autres radios : les photos, les thèmes, les titres et les résumés sont plus valorisés que les logos et les noms de radio. Il y a des rubriques fixes sur les radios et des rubriques thématiques liées à l’actualité : « En direct sur vos radios », « Pouvoir d'achat, une loi et des débats », « Le monde en direct », « À la une de France Inter », « À ne pas manquer sur France Culture », « Molière, le chien et le loup », « À la une de France Musique », « Transports, loisirs, enfants : bien profiter de son été », « À la une de FIP », « À ne pas manquer sur Mouv’ », « Sur le terrain », « Vivez les festivals d’été », « Les plus écoutés » • Podcasts : beaucoup et particulièrement mis en valeur : ils font l’essentiel de la page (les radios sont presque secondaires même si elles sont eu haut de la page). • Audience : 80 millions de téléchargements par mois des podcasts produits par RF. • Réseaux sociaux : oui. • Spécificités : – Site coloré, esthétique, riche en informations – Moteur de recherche – Actualités 56 https://www.radiofrance.fr/ 4
  57. 57. Radio French • Nombre de radios : 123 radios visibles mais annonce « 50 000 chaînes de radio en ligne sur Internet ». • Classement : 14 genres ; 5 « meilleures » (RFM, Nostalgie, RTL 2, RMC, RTL) ; 5 « dernières » radios sur la plateforme (Champagne FM, ABC Lounge…) • Réseaux sociaux : ; Facebook (nombreux messages entre le 7 avril 2021 et le 21 juillet 2021 : un message par radio sur la plateforme), YouTube (3 vidéos entre 30 et 50 vus sur la chaine, sur Chérie FM et sur RFM), Pinterest (91 épingles en 2021), Twitter (rejoint Twitter en avril 2021 avec 98 tweets au 8/8/22 ; messages entre le 7 avril 2021 et le 16 février 2022 : un message par radio sur la plateforme), Sound cloud (vide sauf une présentation), mais aussi Flickr, LinkedIn. • Podcasts : non. • Propriétaire : créé et réalisé par Fabrice Lebrun. Adresse : 123 quai Saint-Nicolas Tours, Centre 37000 France ; Téléphoner : (+33)938498234. Liens possible avec RFM car la RFM est très valorisée dans le classement, sur YouTube (un extrait d’émission de la matinale du 30 décembre 1999). 57 https://radiofrench.fr/ 5
  58. 58. Radio en ligne France • Nombre de radios : 2 072 radios en France et 20 000 dans le monde (37 pays avec drapeau + 22 « pays » sans drapeau comprenant Guadeloupe, Nouvelle Calédonie, Guyane, Lé Réunion, Martinique). • Classement : 64 thèmes, 170 villes, départements, pays ; distinction entre les « fréquences » (57) et « playlists » (500 dont 20 pour Chérie FM) ; la radio a une description, une liste de programmes, une liste de fréquences FM, parfois des listes de lecture, des enregistrements de podcast et des informations de contact. • Podcasts : oui. • Réseaux sociaux : Instagram (de Laurent Gerra : « Cette page n’est malheureusement pas disponible. »), YouTube (chaine de Laurent Gerra, vidéo du 5 mai 2020 de démonstration du fonctionnement du site où on trouve Radio RTL en direct avec 2467 vus) , LinkedIn (de Laurent Gerra). • Audience : « L'audience de nos sites est de plus de 200 000 personnes par jour. » • Propriétaire : Laurent Gerra (homonyme de l’humoriste), « Database Administrator », projet lancé en décembre 2017. Difficile de connaître son passé. « Nous sommes une équipe professionnelle de 20 personnes et diffusons environ 20 000 stations de radio dans le monde. Nous faisons cela depuis plus de 5 ans. L'audience de nos sites est de plus de 200 000 personnes par jour. » Le propriétaire d'une station peut modifier les informations de base sur leur radio via le formulaire de contact ou par mail - info@radioenlignefrance.com. 58 https://radioenlignefrance.com/ 6
  59. 59. Ecouter la radio en direct • Nombre de radios : 42 radios (RMC, RTL, RTL 2, NRJ, RFM, Radio Nova, France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, Radio FIP, Europe 1, Skyrock, Virgin Radio, Radio Nostalgie, Rire et Chansons, Fun Radio, BFM Business, Le Mouv’, Chérie FM, MFM Radio, Radio Latina, OÜI FM, Radio Swiss Jazz, Jazz Radio, TSF Jazz, Radio Classic & Jazz, Radio Classique, Generations, Vibration, Voltage, Contact, Radio FG, Classic 21, RFI Monde, Hotmix Radio, Radio Scoop, Ado, Radio Meuh, Sud Radio, WIT FM). • Classement : non. • Réseaux sociaux : non. • Podcasts : non. • Spécificité : Pas de logos des radios mais des présentations de chacune. • Propriété : Site en français mais peu d’informations, mais des précautions juridiques : « Ce site est un annuaire indépendant des radios en ligne et en direct disponible sur Internet. Les services audios proposés sur ce site appartiennent a leurs propriétaires respectifs. Ce site ne saurait être tenu responsable du contenu diffusé par des services tiers. Chacun des tiers est responsable des contenus qu’il propose, en particulier en cas de violation des droits d’auteur, des droits de propriété industrielle et des droits de la personnalité. Veuillez contacter le webmaster de ces sites pour toutes questions les concernant. Les logos, marques, flux et services diffusés sont la propriété respective de leurs auteurs. » Contact : info@ecouter-en-direct.com 59 https://www.ecouter-en-direct.com/ 7
  60. 60. francetvinfo.fr • Nombre de radios : Une seule radio, créée en 1987, mais qui est aussi une TV. • Podcasts : On peut donner l’exemple de 12 replays de 12h à 13h le 9/8/22 : 6 infos, 2 météos, 1 point Bourse, 3 chroniques (1 « C'est mon budget vacances », 1 « Ils ont fait l'actu », 1 « Le monde d'Élodie ») = 31 minutes en tout • Classement : France.tv, radiofrance, confidentienlité, newsletters, mon compte, puis vidéos, radio, jt, magazines, recherche, direct tv,direct radio, puis Des onglets thématiques (Accueil, politique (Election présidentielle 2022, Actu législatives 2022, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Eric Zemmour, La République en marche – LREM, Les Républicains – LR, Parti socialiste, Rassemblement national – RN, La France insoumise, Europe-Ecologie Les Verts (EELV), Affaires), vrai ou fake, société (Justice, Drogue, Education, Débats, Egalité femmes-hommes, Immigration, Fin de vie, Laïcité, Féminicides, Violences sexuelles, Prisons, Prostitution, Violences sexuelles, PMA, Nucléaire, Manifestation des policiers, Résultats Bac, Résultats Brevet, Résultats Bts, Résultats Cap), faits-divers (Meurtres, Affaires, Enlèvements, Accidents, Police, Terrorisme, Justice – Procès, Evasions, Incendies de forêt, Naufrages, Nordahl Lelandais, Affaire Estelle Mouzin, Disparition de Delphine Jubillar, Policier tué à Avignon, Meurtre de Sarah Halimi), Santé (Covid-19, Déconfinement, Pass sanitaire, Vaccin contre le Covid-19, Confinement, Maladie, Hôpital, Cancer, Biologie – Génétique, Médicament, Alimentation, Lutte contre le tabagisme, Politique de santé, Psycho - Bien-être, Sport et santé, Professions médicales), éco/conso (Auto-entrepreneurs, Aéronautique, Automobile, Bourse, Budget de la France, Commerce, Crise, Déficit, Emploi, Entreprises, Fraude, Grève, Industrie, Immobilier, Impôts – Fiscalité, Médias, Ménages, Retraite, Soldes 2022, Tendances, Télécom, Transports), Monde (Europe, Afrique, Amériques, Asie-Pacifique, Etats Unis d'Amérique, France, Russie, Chine, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Proche-orient, Inde, Brésil, Syrie, Sommet du G7, Sommet de l'UE, Environnement), Europe, culture (Musique, Cinéma, Séries, Arts-Expos, Spectacles, Livres, BD, Mode, Patrimoine, Jeux Vidéo), Sport (Foot, Cyclisme, Tennis, Rugby, Formule 1, Basket, Handball, Golf, Paris 2024, Roland-Garros, Tour de France, Euro de foot, Mondiaux d'athlétisme, Championnats européens, Route du Rhum, Coupe du monde de foot), Environnement (#AlertePollution, Convention citoyenne sur le climat, Biodiversité, Gaz de schiste, Greta Thunberg, Pesticides), Météo (Tsunami, Séisme, Avalanche, Canicule, Climat, Cyclone, Intempéries, Neige, Orages, Tempêtes, Tornade, Météo France, Météo Paris, Météo Lyon, Météo Marseille, Actualités météo), LE LIVE, L’écoutes en direct, puis « Les programmes » (30 émissions), puis « Les replays à ne pas manquer » (8), puis « Les plus consultés ». • Réseaux sociaux : Twitter (a rejoint Twitter en mai 2009, 338,2 k Tweets, 1 330 abonnements, 2,1 M abonnés), Facebook (2 052 401 personnes aiment ça, 2 336 247 personnes sont abonnées), Instagram (4 137 publications, 563 K abonné.e.s, 188 abonnements), YouTube (Actif depuis le 18 sept. 2006, 416 k abonnés, 82 697 011 vues) le 9/8/22. • Audience : 132 millions de visites sur téléphone mobile en juillet 2022 soit le 1er site (ACPM). • Propriété : Radio France et France.tv. 60 https://www.francetvinfo.fr/en-direct/radio.html 8
  61. 61. Synthèse des sites de la SERP de Google 61
  62. 62. Les annuaires • Esthétique : assez minimaliste. Il n’y a parfois même pas les logos des radios (ecouter-en-direct.com). • Technique : Ils sont très simples d’utilisation avec, pour certains d’entre eux, quelques options postradiophoniques (en plus d’écouter, éteindre, augmenter et baisser le son du transistor) : le site internet d’origine, des informations sur les fréquences de la radio, les animateurs et les programmes principaux, le contact de la radio, des liens hypertextes connexes (grille réseaux sociaux), les dernières émissions ou musiques diffusées ou à venir, les radios favorites et récemment écoutées. Ils sont aussi simples pour les éditeurs qui peuvent intégrer leur radio via un URL d’un lecteur de streaming. • Nombre de radios : Les annuaires de radios centralisent les flux de multiples radios publiques et privées commerciales, surtout nationales mais aussi locales : de 7 (RF) à 60 000 (radio.fr) stations, mais 40 à 60 stations peuvent suffire. • Classement : Les radios y sont classées en fonction de leur localisation (continent, pays, région, ville), de leur genre musical (jusqu’à 158 pour radio.fr), de la thématique (jusqu’à 98 pour radio.fr), des distinctions entre radios FM (« Fréquences ») et webradios (« Playlists »), radios et podcasts. Les annuaires favorisent les « grosses radios » : elles sont davantage mises en avant. • Podcasts : 3/7 annuaires (radioenlignefrance.com ; radiofrance.fr ; radio-en-ligne.fr) mais des podcasts assez peu mis en avant. 62 • Réseaux sociaux : Les annuaires sont très peu actifs sur les réseaux sociaux (contrairement aux radios). Plusieurs annuaires les ont utilisés au moment de la création du site mais les ont abandonnés rapidement. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il y a peu d’effets des réseaux sociaux pour l’audience organique et que cela demande beaucoup de travail, donc de personnel. • Audience : Peu d’information sur l’audience des sites. Radio en ligne France fait référence à 200 000 personnes par jour sur « ses sites » quand RF se vante d’avoir 80 millions de téléchargements par mois de ses podcasts. • Propriétaires : Peu d’information sur les personnes à l’origine du projet (TPE voire PME). Ce sont des sites internet européens (contrairement aux GAFAM) : portugais (radio-en-ligne.fr), français (radioenlignefrance.com, radiofrench.fr, francetvinfo.fr/en-direct/radio), allemands (radio.fr) • Financement : semble provenir principalement de bannières publicitaires (horizontales et verticales) et de pré-rolls (radio.fr). Source du traffic
  63. 63. Hypothèses explicatives pour les annuaires • Les annuaires de radio parviennent à un certain succès car : – ils sont très spécialisés ; – ils bénéficient d’une richesse de contenus grâce à un grand nombre de radios ; – une expérience utilisateur (user expérience-UX) très simple et fluide ; – il y a sans doute un faible taux de rebond c’est-à-dire le pourcentage de sessions d’une seule page par rapport à toutes les sessions sur le site Web. – la durée passée sur l’annuaire est sans doute assez longue puisqu’il est possible de zapper d’une radio à l’autre sans changer d’annuaire. – il y a sans doute un faible « dwell time » ou « temps d'arrêt », c’est-à-dire le temps qu'un utilisateur passe entre le moment où il clique sur un résultat de recherche organique et celui où il revient à la page de résultats de recherche. • Ce succès peut surprendre car : – ils ne semblent pas chercher à obtenir de la notoriété, une identité, à développer une marque à l’exception de certains (radio.fr) ; – ils ont un faible degré de sophistication d’un point de vue des postradiomorphoses ; – ils semblent avoir des logiques allant contre les règles et les consignes des MdR depuis l’origine. Ceux-ci ont justement été mis en place pour mettre fin aux annuaires en automatisant l’organisation de la visibilité de l’information. 63
  64. 64. Le seul site d’une seule radio : F. Info • Esthétique : simple mais agréable. Elle est fondée sur les photos liés aux articles/podcasts. • Technique : site simple avec peu d’options postradiophoniques. Mais gros travail éditorial, de classement, de structuration de la page. • Classement : par option technique (postradiomorphoses), proximité temporelle (par rapport à l’actualité et à la diffusion) • Podcasts : extrêmement nombreux grâce à une production permanente. • Réseaux sociaux : grande utilisation et avec succès. • Audience : F. Info est le site internet d’information le plus consulté sur téléphone mobile avec 132 millions de visites en juillet 2022 (ACPM). • Financement : financement public ; ni bannière publicitaire ni pré-roll. 64
  65. 65. Hypothèses explicatives pour F. Info • On peut faire l’hypothèse que les sites comprenant une seule radio (F. Info) ou quelques radios (Radio France) bénéficient : – d’une bonne notoriété, – d’une bonne audience globale de la radio ou des radios, – d’un grand nombre de podcasts ce qui permet un bon trafic organique, direct, referral, social, email, – d’un bon suivi des règles de Google pour son référencement organique. • Pourquoi les autres MdR ne valorisent pas autant F Info ? – Est-ce lié à la spécificité de Google qui valoriserait davantage l’information, l’actualité, les podcasts… ? Le site internet d’actualité qui est un peu le site internet idéal selon Google. – Est-ce lié à un partenariat Google/ F. Info ? – Est-ce lié au fait que RF et FI ont les moyens économiques, humains, techniques pour optimiser leur webmarketing et leur stratégie numérique ? • Le site de RF a été qualifié ici d’annuaire mais il fonctionne en partie comme celui de FI, notamment au niveau de la publication d’articles/podcasts. Toutefois la performance n’est pas la même : – le site internet de RF connaît un succès sur les autres MdR, sauf sur Yahoo! : le site est classé 4ème par Google, 9ème par Bing, 6ème par Ecosia, 0 par Yahoo!, 6ème par DuckDuckGo, 6ème par Qwant ; – le site internet de FI n’est présent que sur la 1ère SERP de Google et est le dernier du classement (excepté Wikipédia) ; – le site internet de FI est sorti de la 1ère SERP de Google en septembre 2022. 65
  66. 66. 66 Conclusion
  67. 67. • Les objectifs : – Pour les annuaires : L’essentiel est d’être bien référencé pour valoriser ce flux via de la publicité sur des bannières ou des pre-roll. Ils créent une nouvelle forme de « bande FM » avec davantage de choix, mais avec des radios assez dépersonnalisées d’un point de vu de l’identité communicationnelle et des possibilités techniques peu élaboré du point de vue des postradiomorphoses. – Pour les radios : Un seul site internet de radio - FI - parvient à faire de la concurrence à ces annuaires sur Google. Est-ce parce qu’elle suit davantage les règles/consignes de Google ? Oui forcément. Si l’écoute de la radio doit jouer un rôle important, l’optimisation du site internet d’un point de vue du référencement organique joue sans doute un rôle très important. Cela passe par une grande productivité de podcasts ou plutôt de retranscription de podcasts dans des articles. Les podcasts sont donc une obligation pour les radios pour faire leur apparition dans la 1ère SERP (sauf sur Qwant). 67
  68. 68. • Les effets : – On peut comprendre les difficultés des radios musicales à exister sur internet. Celles-ci disposent de 2 stratégies possibles : ❑ Elles peuvent se transformer en magazines d’actualité musicale et culturelle pour améliorer le référencement organique. Mais cela demande des ressources journalistiques et marketing qu’elles n’ont pas forcément. ❑ Elles peuvent inonder les annuaires (exemple NRJ avec environ 629 webradios) pour obtenir de bons sondages dans les études d’audience quantitatives centrées sur les utilisateurs/auditeurs ou user centric (exemple Médiamétrie). 68
  69. 69. • Les effets : – Les MdR semblent travailler à la normalisation, moralisation, standardisation des postradiomorphoses (comme de l’ensemble des sites internet) : ❑ Ils ne semblent pas inciter à la l’innovation informatique, à un haut degré de sophistication. ❑ Ils imposent la podcastisation/stockification alors que la radio a été essentiellement un média de flux. Cette dé-fluidification permet de multiplier les données de référencement car chaque podcast devient en partie une entité autonome qui développe sa propre visibilité mais apporte de la visibilité à l’ensemble du site internet. ❑ Et ils participent de l’inversion des rapports de force entre le média radio et le média internet. Les stocks radiophoniques publiés tendent à devancer les flux radiophoniques publiés. Alors que les radios ont été podcastisées depuis 20 ans, ce sont maintenant les podcasts qui sont radiophonisés. ❖ Exemple récent : On peut voir sur la radio France Culture qu’elle transforme en flux des podcasts natifs : les 6 podcasts « Mesrine, l'orgueil et le sang » de Stéphane Berthomet de 30 minutes sont mis en ligne les 15 septembre 2022 et diffusés à la radio les samedis 17, 24 septembre et 1er octobre. 69
  70. 70. • Toutefois, on ne peut que constater dans cette étude que ce sont les annuaires qui sont les plus performants sur les SERP. La réalité des SERP des MdR semble donc différente des principes et idéaux valorisés par eux-mêmes. • Les annuaires ont reconstitué des sortes de « poste de radio » à l’image des transistors du 20ème siècle sur nos terminaux numériques. Une sorte de « monde de la radio » semble se reconstituer. Ce phénomène - déjà ancien sur internet - se retrouve depuis quelques mois sur les téléphones mobiles via des applications-annuaires comme Radioplayer, Radioline ou ou Les Radios Associatives. Il y a donc une forme de résistance à la gafamisation. 70
  71. 71. Post-scriptum 71 Requête « radio » sur Google le 9 novembre 2022 depuis l’université Laval La radio publique est mieux référencée qu’en France mais il y a ici fusion de la radio et de la TV. Les « recherches associées » permettent de comprendre la place de Radio Canada dans le référencement.
  72. 72. Références scientifiques : • BEZES Christophe et MERCANTI-GUERIN Maria. Stratégies d’acquisition des GAFAM : derrière le contrôle des technologies, celui des corps. Une analyse inspirée par Michel Foucault, Management & Avenir, n°125, 2021/5, pp. 45-67. • BATESON Gregory et WINKIN Yves. La Nouvelle communication, Paris : Seuil, 1984, 372 p. • CITTON Yves (dir.). L’Économie de l’attention, Paris : La Découverte, 2014, 329 p. • FERNANDEZ VICENTE Antonio, MABILLOT Vincent et VERCHER Elizabeth. La dissonance numérique chez les anti-capitalistes : entre défaite du pouvoir symbolique et soumission pragmatique, ESSACHESS – Journal for Communication Studies, ESSACHESS editors, 2018. • GOMEZ-MEJIA Gustavo, NICEY Jérémie et VAEZI Shabnam. Questionner les pouvoirs éditoriaux de Google, Communication & langages, n°188, 2016/2, pp. 23-43. • HEILMANN Eric. Surveiller (à distance) et prévenir. Vers une nouvelle économie de la visibilité, Questions de communication, 2007, vol. 11, pp. 303- 322. • IFRAH Laurence. Histoire des moteurs de recherche, In Ifrah, Laurence (dir.), L’information et le renseignement par Internet, Paris : PUF, Que sais-je ?, 2010, pp. 26-38. • MONNOYER-SMITH Laurence. Le Web comme dispositif : comment appréhender le complexe ?, In Barats, Christine (dir.), Manuel d’analyse du Web en Sciences Humaines et Sociales, Paris : Armand Colin, 2013, 258 p. • ORIGGI Gloria. Un certain regard. Pour une épistémologie de la réputation, Workshop « Réputation », Rome, Fondazione Olivetti, 14 avril 2007. • PAGANO Ugo. The Crisis of Intellectual Monopoly Capitalism, Cambridge Journal of Economics, 38, 2014, pp. 1409-1429. • POULAIN Sebastien. Une micro-radio d’organisation douce : les postradiomorphoses entre mobilisation, décélération et communication, In Ricaud, Pascal et Van Dievoet, Lara (dir.), Radio en mobilité : Programmes, pratiques, techniques et perspectives, RadioMorphoses, n°7, 2022. • REBILLARD Franck et SMYRNAIOS Nikos. L’actualité selon Google. L’emprise du principal moteur de recherche sur l’information en ligne, Communication et langages, n°160, 2009, pp. 95-109. • RIEDER Bernhard et SIRE Guillaume. Conflicts of interest and incentives to bias : A microeconomic critique of Google’s tangled position on the Web, New Media & Society, 16, 2014, pp. 195-211. • SIMONNOT Brigitte. Moteurs de recherche. Usages et enjeux, Questions de communication, n°14, 2008/2, pp. 7-15. • SIMONNOT Brigitte. Place des moteurs de recherche dans l’éditorialisation du Web, Communication & langages, n°188, 2016/2, pp. 45-59. 72
  73. 73. Références journalistiques et professionnelles : • ACPM. Classement fréquentation sites web mobiles. acpm.fr. juillet 2022, https://www.acpm.fr/Les-chiffres/Frequentation- Sites-et-Applications/Sites-Grand-Public/Sites-web-mobiles • BrightEdge. Channel Report. brightedge.com. 2019, https://videos.brightedge.com/research- report/BrightEdge_ChannelReport2019_FINAL.pdf • DEAN Brian. We analyzed 4 million google search results. Here is what we learned about organic click throught rate. Backlinko.com. 17 août 2022, https://backlinko.com/google-ctr-stats • HAMMERSLEY Ben. Audible revolution. theguardian.com. 12 février 2004, https://www.theguardian.com/media/2004/feb/12/broadcasting.digitalmedia • Internet live stats. Total number of Websites. internetlivestats.com. https://www.internetlivestats.com/total-number-of- websites/ 73
  74. 74. 74
  75. 75. 75

×