SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
Le meurtre de la ruelle
Aujourd’hui c’était mon jour de course. Il faisait nuit. Pas de
bruit. Rien. Personne dans la rue. J’étais seule sur ma trottinette.
Quelques lumières étaient encore allumer. Il faisait très froid. Je
n’entendais que le bruit du vent. Il soufflait plutôt fort. J’approchai
d’une grande ruelle. Je m’arrêtais devant. Il faisait tellement noir que
je ne n’en voyais pas le fond. C’était le seul chemin pour me rendre
chez moi. Je me lançais. Plus j’avançais, moins je voyais. Des chats
miaulent. Des poubelles tremblent.
Je sentais la peur m’envahir. Une partie de moi me disait qu’il
n’y avait aucun danger. Je reprenais du courage. Une porte claqua
puis plus rien.
Soudain, sous l’ombre d’une torche, une forme apparut. C’était
la forme d’un homme, il était coupé en deux! Je voulais crier à l’aide
mais aucun bruit ne sortait de ma bouche.
Mon cœur battait tellement vite que j’eu peur qu’il sorte de
mon corps. Mes jambes tremblaient et ne voulaient plus bouger. La
forme s’approchait. J’avais l’impression qu’elle flottait dans la brume.
Je pris mon courage à deux mains. Je commençais à reculer. Soudain
je glissai. L’homme se rapprochait. J’avais l’impression que mon cœur
allait lâcher. Je regardais cet être étrange.Ses yeux étaient
totalement blancs. J’observais les alentours à la recherche de
quelque chose à lancer pour qu’il s’arrête. Je trouvais un objet
pointu, je ne me demandais même pas ce que c’était, et je lui lançais
dessus. Son bras s’arracha. Cet homme, ou plutôt cette chose ne
ressentait rien.
Il était à quelques pas de moi. La peur m’envahissait de plus en
plus. J’essayais de me lever. Je glissais, mais me relevais. Je me mis à
courir. Je n’avais jamais couru aussi vite. Je commençais à voire une
petite lueur au bout de la ruelle. Mais l’immonde être se déplaçait
plus vite que moi. Il arrivait juste devant moi. Il me frappa au visage.
Je vacillais et lui rendit son coup. Il tombait et ne bougeait plus.
Je me réveillais dans mon lit. Ce n’était qu’un mauvais rêve. Je
me levais, allais dans ma salle de bain. Je vis cette trace sur ma joue
avec tout ce sang qui coulait. Je regardais mes mains, elles étaient
ensanglantées. Je me lavais. Je retournais dans la ruelle ou tout
s’était passé. Je vis le corps d’un homme. C’était moi, moi qui venais
de le tuer. J’étais devenu une meurtrière.
A SUIVRE…

Contenu connexe

Plus de EN

Redaction fantastique klervi
Redaction fantastique klervi Redaction fantastique klervi
Redaction fantastique klervi EN
 
Un rêve inattendu 2
Un rêve inattendu 2Un rêve inattendu 2
Un rêve inattendu 2EN
 
Perceval louis lm
Perceval  louis  lmPerceval  louis  lm
Perceval louis lmEN
 
La vénus d’ille
La vénus d’illeLa vénus d’ille
La vénus d’illeEN
 
Alexandre
AlexandreAlexandre
AlexandreEN
 
Hermeline de beaupré2
Hermeline de beaupré2Hermeline de beaupré2
Hermeline de beaupré2EN
 
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)EN
 
(1ère page)
(1ère page)(1ère page)
(1ère page)EN
 
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.EN
 
Morgane de clairefontaine
Morgane de clairefontaineMorgane de clairefontaine
Morgane de clairefontaineEN
 
Le siecle des lumieres
Le siecle des lumieresLe siecle des lumieres
Le siecle des lumieresEN
 
Stephan arthur
Stephan  arthurStephan  arthur
Stephan arthurEN
 
Louana & al
Louana & alLouana & al
Louana & alEN
 
Thomas
ThomasThomas
ThomasEN
 
Le siècle des lumières
Le siècle des lumièresLe siècle des lumières
Le siècle des lumièresEN
 
Le siècle des lumières
Le siècle des lumièresLe siècle des lumières
Le siècle des lumièresEN
 

Plus de EN (16)

Redaction fantastique klervi
Redaction fantastique klervi Redaction fantastique klervi
Redaction fantastique klervi
 
Un rêve inattendu 2
Un rêve inattendu 2Un rêve inattendu 2
Un rêve inattendu 2
 
Perceval louis lm
Perceval  louis  lmPerceval  louis  lm
Perceval louis lm
 
La vénus d’ille
La vénus d’illeLa vénus d’ille
La vénus d’ille
 
Alexandre
AlexandreAlexandre
Alexandre
 
Hermeline de beaupré2
Hermeline de beaupré2Hermeline de beaupré2
Hermeline de beaupré2
 
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)
Balgruf de sombreloup dit le sanglant a 2 (1)
 
(1ère page)
(1ère page)(1ère page)
(1ère page)
 
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.Histoire chevalière de jeanne et joseph.
Histoire chevalière de jeanne et joseph.
 
Morgane de clairefontaine
Morgane de clairefontaineMorgane de clairefontaine
Morgane de clairefontaine
 
Le siecle des lumieres
Le siecle des lumieresLe siecle des lumieres
Le siecle des lumieres
 
Stephan arthur
Stephan  arthurStephan  arthur
Stephan arthur
 
Louana & al
Louana & alLouana & al
Louana & al
 
Thomas
ThomasThomas
Thomas
 
Le siècle des lumières
Le siècle des lumièresLe siècle des lumières
Le siècle des lumières
 
Le siècle des lumières
Le siècle des lumièresLe siècle des lumières
Le siècle des lumières
 

Le meurtre de la ruelle

  • 1. Le meurtre de la ruelle Aujourd’hui c’était mon jour de course. Il faisait nuit. Pas de bruit. Rien. Personne dans la rue. J’étais seule sur ma trottinette. Quelques lumières étaient encore allumer. Il faisait très froid. Je n’entendais que le bruit du vent. Il soufflait plutôt fort. J’approchai d’une grande ruelle. Je m’arrêtais devant. Il faisait tellement noir que je ne n’en voyais pas le fond. C’était le seul chemin pour me rendre chez moi. Je me lançais. Plus j’avançais, moins je voyais. Des chats miaulent. Des poubelles tremblent. Je sentais la peur m’envahir. Une partie de moi me disait qu’il n’y avait aucun danger. Je reprenais du courage. Une porte claqua puis plus rien. Soudain, sous l’ombre d’une torche, une forme apparut. C’était la forme d’un homme, il était coupé en deux! Je voulais crier à l’aide mais aucun bruit ne sortait de ma bouche. Mon cœur battait tellement vite que j’eu peur qu’il sorte de mon corps. Mes jambes tremblaient et ne voulaient plus bouger. La forme s’approchait. J’avais l’impression qu’elle flottait dans la brume. Je pris mon courage à deux mains. Je commençais à reculer. Soudain je glissai. L’homme se rapprochait. J’avais l’impression que mon cœur allait lâcher. Je regardais cet être étrange.Ses yeux étaient totalement blancs. J’observais les alentours à la recherche de quelque chose à lancer pour qu’il s’arrête. Je trouvais un objet
  • 2. pointu, je ne me demandais même pas ce que c’était, et je lui lançais dessus. Son bras s’arracha. Cet homme, ou plutôt cette chose ne ressentait rien. Il était à quelques pas de moi. La peur m’envahissait de plus en plus. J’essayais de me lever. Je glissais, mais me relevais. Je me mis à courir. Je n’avais jamais couru aussi vite. Je commençais à voire une petite lueur au bout de la ruelle. Mais l’immonde être se déplaçait plus vite que moi. Il arrivait juste devant moi. Il me frappa au visage. Je vacillais et lui rendit son coup. Il tombait et ne bougeait plus. Je me réveillais dans mon lit. Ce n’était qu’un mauvais rêve. Je me levais, allais dans ma salle de bain. Je vis cette trace sur ma joue avec tout ce sang qui coulait. Je regardais mes mains, elles étaient ensanglantées. Je me lavais. Je retournais dans la ruelle ou tout s’était passé. Je vis le corps d’un homme. C’était moi, moi qui venais de le tuer. J’étais devenu une meurtrière. A SUIVRE…