Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

20160627 letra conselhèrs

249 vues

Publié le

Face au désengagement du conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques sur une politique linguistique pour l'occitan, le Collectif "Tòcas'i se gausas" se mobilise.

Publié dans : Actualités & Politique
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

20160627 letra conselhèrs

  1. 1. Tòca'i se gausas ! Collectif d'associations pour la langue béarnaise/gasconne/occitane tocaisegausas.bearn@gmail.com Pau le 27 juin 2016 Objet : Subvention 2016 Copie à : Mmes et MM. les Députés des Pyrénées-Atlantiques, Mmes et MM. les Sénateurs des Pyrénées-Atlantiques, Mmes et MM. les Présidents et Chargés de la Culture des Communautés de Communes du Béarn et du Bas-Adour Mmes les Conseillères départementales, MM. les Conseillers départementaux Lors de la Commission permanente du 27 mai dernier, le Conseil départemental a voté les subventions aux opérateurs de sa politique linguistique Iniciativa. Comme nous le craignions - et ce dès notre courrier du 11 avril 2016 - les arbitrages définitifs sonnent comme une véritable sanction pour les acteurs de transmission et de la diffusion de la langue : Calandreta, CFPÒC, InÒc Aquitaine, Lo Congrès permanent de la lenga occitana, Ràdio País, Reclams, ÒcBi, Per Noste, etc., tous ont vu leurs aides baisser, parfois drastiquement, sans qu'aucune explication ne soit donnée, hormis les restrictions budgétaires qui auraient dû induire une baisse unilatérale de l'ensemble des aides accordées aux associations concernées. Hélas, cela n'a pas été le cas. Nous constatons, par exemple, que le Collectif Ça-i voit sa subvention baisser de 25.000 euros, déclenchant de facto une baisse très forte de son activité menaçant le salarié d'un collectif artistique qui travaille sur le territoire depuis plusieurs années et qui est un véritable acteur dans l'éducation à l'art et à la culture dans le département. Nous ne comprenons pas ces choix : ils n'ont jamais été explicités et sont, de surcroît, stigmatisants et humiliants pour les acteurs que nous sommes. C'est pour cette raison que nous étions présents en nombre devant l'Hôtel du Département et le Parlement de Navarre, les 26 et 27 mai derniers. Vous avez pu constater le climat de tension, donnant lieu malheureusement à des débordements verbaux que nous regrettons. Cette langue, peu importe le nom que l'on lui prête, va très mal. L'érosion de locuteurs continue inexorablement, la transmission familiale est résiduelle et devrait rapidement cesser... Il s'agit là d'un patrimoine vivant de notre département, de la République et plus encore, comme toutes langues, de l'Humanité. Il est d'ores et déjà en grand danger. Pourtant, et c'est là un grand paradoxe, la demande sociale est là, et si elle n'est pas toujours explicite, nous tâchons de la rendre publique. Des écoles ouvrent chaque année, des cours pour adultes se développent. Nous avons désormais un collège immersif en béarnais, une télévision numérique, des dictionnaires sur téléphones mobiles. La demande est telle qu'il est difficile de la satisfaire, de recruter et de former du personnel compétent. Le manque cruel d'enseignants en est une des illustrations les plus édifiantes : sans nul
  2. 2. doute un enjeu de réussite dans la crise de croissance que nous traversons. Les arbitrages récemment réalisés par l'exécutif du département compromettent une politique linguistique dynamique qui fait ses preuves. Car, en plus de ne pas donner les moyens nécessaires pour répondre à une demande croissante, ils fragilisent des structures déjà en situation de précarité. En outre, ils donnent de mauvais signes de la part d'un département qui était, jusqu'alors, précurseur en politique publique pour le béarnais/gascon/occitan et pour le basque. Nous rassemblons de nombreuses structures et de nombreux bénévoles, militants de tous les jours, associés à des professionnels compétents et impliqués : nous sommes soucieux du bon usage des deniers publics et ne sollicitons aucune rente. Nous constatons une nouvelle fois un traitement inégal avec la langue basque qui, elle, dispose d'un budget cumulé de 1.245.000 euros contre 935.000 euros pour le béarnais/gascon/occitan (Budget primitif 2016 voté à la session le 18/02/2016 ). Pire : les crédits prévus au budget primitif ont été réduits lors la commission permanente du 27/05/2016 (Action 1031. soutenir la langue béarnaise/gaconne/occitane) qui a voté un budget total de 814.340 euros, soit une baisse de plus de 120.000 euros ! Le principe d'égalité républicaine sur notre territoire est clairement remis en cause et nous demandons légitimement un traitement égal entre les deux langues ainsi qu'un retour à l'esprit et à l'ambition première d'Iniciativa lors de sa mise en place en 2005, à savoir une véritable politique publique concertée pour le développement de la langue, en lien avec les autres politiques publiques existantes, axée sur la transmission avec des objectifs co-construits avec l'Etat, les Régions et les partenaires publics, un budget dédié, des opérateurs conventionnés par domaines et missions, et des actions évaluées. Au moment où l'État se décide enfin à reconnaître sa richesse linguistique, au moment où toutes les Conseils Régionaux mettent en place des politiques linguistiques pour que perdure ce patrimoine sans prix, au moment où les Régions "Nouvelle Aquitaine" et "Occitanie" s'associent à l'État (ministères de la Culture et de l'Éducation nationale) pour créer l'Office Public de la Langue Occitane (OPLO), un groupement d'intérêt public comparable à l'Office de la langue basque, bref, au moment où toutes les astres semblent s'aligner pour faire vivre notre langue, nous ne pouvons croire que vous ne voulez pas participer à l'effort commun. Aussi, nous souhaitons connaître votre position sur ces trois questions : - Vous engagez-vous personnellement à mettre en place les conditions et les moyens nécessaires à une politique publique concertée de développement de la langue béarnaise/gasconne/occitane, comme c'était le cas jusqu'alors et comme cela a pu être fait pour les langues basque, bretonne ou corse, avec les succès que l'on connaît ? Dans ce cadre, vous engagez-vous à ce que le département des Pyrénées-Atlantiques engage une réflexion avec l'Office public de la langue occitane qui a pour mission de conduire la politique linguistique sur l'ensemble de l'espace occitan ? - Vous engagez-vous à flécher la totalité des crédits pour la langue béarnaise/gasconne/occitane inscrits au budget primitifs 2016 - 935.000 euros - vers les opérateurs de transmission de la langue? - Vous engagez-vous à faire respecter dès 2017 le principe d'égalité républicaine dans la conduite de la politique linguistique dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en consacrant pour le béarnais/gascon/occitan un budget équivalent à celui consacré à la langue basque, soit 1.245.000 euros ? En tant qu'élus, vous êtes face à une responsabilité historique : si l'occitan (ici le béarnais et le gascon) doit être sauvé, ça sera dans les 20 prochaines années : nous savons qu'en menant une politique linguistique énergique et efficace - l'exemple basque est particulièrement probant - , on
  3. 3. peut stopper l'érosion et regagner des locuteurs, et même de faire de cette langue une source d'innovation et d'attractivité pour notre territoire. Encore faut-il se donner les moyens, dépasser les débats stériles et les postures mortifères et construire ensemble un projet ambitieux pour le Béarn et le Bas-Adour. Nous vous adressons, Mmes les Conseillères départementales, MM. les Conseillers départementaux nos salutations respectueuses. Le collectif Tòca'i se gausas !

×