SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
Journées de l'Hydraulique
Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales,
Italie), 7 août 2009.
Laura Turconi, Domenico Tropeano, Gabriele Savio
Citer ce document / Cite this document :
Turconi Laura, Tropeano Domenico, Savio Gabriele. Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7
août 2009.. In: Evénements extrêmes fluviaux et maritimes. Leurs variabilités spatiales et chronologiques dans l'ouest de
l’Europe. 34èmes journées de l’hydraulique Paris, 1 et 2 février 2012. 2012;
https://www.persee.fr/doc/jhydr_0000-0001_2012_act_34_1_1258
Fichier pdf généré le 26/10/2020
Résumé
Le 7 Août 2009 pluies orageuses dans la région de Bardonnèche (Province de Turin, Piémont),
atteignant jusqu’une heure de durée, proches de 1 mm/ min, provoquèrent des laves torrentielles
qui surmontèrent rues et ponts dans des zones habitées mais heureusement sans damage à
personnes ni maisons. On décrit ici les processus de lave torrentielle qui ont affecté le bassin-
versant du torrent du Fréjus, avec égard à sa géologie-géomorphologie, ainsi que les conditions
de déclenchement, le comportement dynamique, les événements du passé. Le volume du dépôt
qui a presque comblé le lit vers le bord du cône de déjection, plus celui, qui avec une épaisseur
jusqu’à un demi-mètre a débordé sur rues et places adjacents ainsi que quelques ponts peut être
estimé 15.000 m3, tandis que le volume total de solide (en plupart schistes lustrés du
Mésozoïque) transité à l’aval de l’embouchure du cône a été dix fois majeur. Résidents et
touristes, par centaines, ont pu directement observer le phénomène ci-décrit (qui est duré trois
quart d’heure à peu près) et les témoignages de quelqu’un d’entre eux ont été très utiles pour un
examen plus approfondi des caractères physiques du mélange détritique coulant.
Abstract
Debris flows in teh Bardonecchia area (Western Italian Alps), 7 August 2009.
On 7 August, 2009 heavy rainfall, officially accounting for 1 mm/ min intensity, triggered muddy
debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps) involving roads and bridges with slight
damages in proximity of housings. The Torrente Frejus debris flow is described, with regard to
geological and morphological set up of the catchment, start-up conditions, dynamic behavior of the
flow mixture and its characteristics, and comparison with past events. Deposits almost totally
infilled in the lower channel stretch and left by overflow in the adjoining roads in the Bardonecchia
village approached 15.000 m3, and the total solid volume (mainly Mesozoic calcschist-originated)
carried down the fan channel was ten-fold greater ; almost one third was composed by pebbles
and boulders as large up to several m3. Many residents and holiday-makers (few hundred people)
have had an opportunity to direct witness such event, and the reports from some of these proved
helpful in reconstructing physical debris flow processes, which lasted over three quarters in the
settled area of Bardonecchia.
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
1
LAVES TORRENTIELLES A BARDONNECHE (ALPES
OCCIDENTALES, ITALIE), 7 AOUT 2009
Debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps),
7 August 2009
Laura TURCONI1
, Domenico TROPEANO2
Gabriele SAVIO3
1
CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail:
marmot1972@libero.it; laura.turconi@irpi.cnr.it
2
CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail:
tropeano.domenico@libero.it
3
CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail:
g_savio@libero.it
Résumé - Le 7 Août 2009 pluies orageuses dans la région de Bardonnèche (Province de Turin, Piémont),
atteignant jusqu’une heure de durée, proches de 1 mm/min, provoquèrent des laves torrentielles qui
surmontèrent rues et ponts dans des zones habitées mais heureusement sans damage à personnes ni maisons.
On décrit ici les processus de lave torrentielle qui ont affecté le bassin-versant du torrent du Fréjus, avec
égard à sa géologie-géomorphologie, ainsi que les conditions de déclenchement, le comportement
dynamique, les événements du passé. Le volume du dépôt qui a presque comblé le lit vers le bord du cône de
déjection, plus celui, qui avec une épaisseur jusqu’à un demi-mètre a débordé sur rues et places adjacents
ainsi que quelques ponts peut être estimé 15.000 m3
, tandis que le volume total de solide (en plupart schistes
lustrés du Mésozoïque) transité à l’aval de l’embouchure du cône a été dix fois majeur. Résidents et
touristes, par centaines, ont pu directement observer le phénomène ci-décrit (qui est duré trois quart d’heure
à peu près) et les témoignages de quelqu’un d’entre eux ont été très utiles pour un examen plus approfondi
des caractères physiques du mélange détritique coulant.
Abstract - On 7 August, 2009 heavy rainfall, officially accounting for 1 mm/min intensity, triggered muddy
debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps) involving roads and bridges with slight
damages in proximity of housings. The Torrente Frejus debris flow is described, with regard to geological
and morphological set up of the catchment, start-up conditions, dynamic behavior of the flow mixture and its
characteristics, and comparison with past events. Deposits almost totally infilled in the lower channel stretch
and left by overflow in the adjoining roads in the Bardonecchia village approached 15.000 m3
, and the total
solid volume (mainly Mesozoic calcschist- originated) carried down the fan channel was ten-fold greater;
almost one third was composed by pebbles and boulders as large up to several m3
. Many residents and
holiday-makers (few hundred people) have had an opportunity to direct witness such event, and the reports
from some of these proved helpful in reconstructing physical debris flow processes, which lasted over three
quarters in the settled area of Bardonecchia.
I INTRODUCTION
Bardonnèche (Vallée de Suse, Province de Turin) est un site alpin très renommé par son climat salubre et
les offres le plus variées d’usage touristique, surtout les sports d’hiver qui ont atteint le clou à l’occasion des
Jeux Olympiques 2006. La population habituelle (3000 habitants) atteint jusqu’à 40.000 personnes pendant
la saison des grandes vacances. Par conséquent, à partir da la moitié des années ’60, les zones urbanisées ont
rapidement envahi les cônes de déjection, ce qui a été de même pour la plupart des bâtiments dans les aires
alpines.
L’après-midi du 7 août 2009 pluies orageuses ont affecté l’haute Vallée de Suse, déclenchant les effets
majeurs aux alentours de Bardonnèche, lorsque des laves torrentielles se produisirent dans les bassins
versants du Rochemolles, du Fréjus, de la Rhô et la Doire de Melezet.
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
2
A l’issue de ravins ou combes secondaires (Combe Jaune, Rio Fourn, Rio Vallon) les laves torrentielles ont
affecté routes et zones habitées. Dans le chef-lieu de Bardonnèche, à partir des 19:00 des coulées boueuses se
sont succédées pendant trois quart d’heure le long du Fréjus qui parcourt canalisé son cône alluvial sur lequel
une grande partie des bâtiments a été édifiée. Tel évènement, qui n’avait pas été prévu à échelle de détail par
les bulletins météo, donc imprévu, s’est décelé surprenant et étonnant pour la plupart des personnes qui
n’avaient jamais eu affaire avec les laves torrentielles et leur effets. D’après les nombreuses témoignages,
appréhension générale et souci ont dominé la scène. La boue flottait avec vitesse (5-7 m/s) et tout d’abord les
vagues de lave, à travers les ponts, allaient créer des splash géantes sur les routes et les murs de quelques
maisons tout proche du canal d’écoulement, envahissant après la partie inférieure de la zone habitée avec une
épaisseur de dépôt jusqu’à un demi-mètre y enveloppant quelques voitures. Heureusement la soudaine
intervention du personnel du Commune, les Carabiniers, la Police, les Pompiers, le Corps Forestier ainsi que
les volontaires de protection civile a permis d’éviter dommage à personne; seul les ouvrages de
régularisation le long du lit du torrent ont été endommagées.
Les phénomènes et les effets sur-décrits ont été directement observés par les auteurs ainsi que par dizaines
de témoins qui ont contribué à la récolte d’une riche documentation photo et vidéo. Le jour suivant, grâce à
des conditions météo assez favorables, une récognition à hélicoptère a été conduite merci à une longue
coopération instauré entre le CNR-IRPI et le Commande régional des Pompiers.
II ENVIRONNEMENT:
Les bassins versants tributaires de la Doire de Bardonnèche s’encadrent dans un contexte géo-structurel
parmi les plus dynamiques de l’arc alpin occidental. De la même façon de la Val Cenischia (Turconi et al.
2009) et d’autres zones de montagne, les Alpes environnantes Bardonnèche reflètent les énergies
d’exhaussement et translation qui caractérisent ce lambeau du système alpin piémontais, proche de la zone
de séparation entre le domaine intérieur (Zone des Calcschistes avec ‘Pierres Vertes’) et le marge extérieur, à
tectonique relaxée, du domaine briançonnais. De nombreux accidents tectoniques sont typiques, auxquels il
faut ajouter l’énergie de relief élevée, l’activité glaciaire du Quaternaire récente et les processus saisonniers
de désagrégation de la roche tendre; tout cela va produire en continuité à travers le temps et même au présent
des phénomènes gravitaires importantes.
III EVENEMENT DU 7 AOUT 2009
Suivant le réseau météo de ARPA Piemonte les pluies mesurées à l’issue des bassins versant les plus
touchés par l’orage (Fréjus et Rochemolles) correspondent à valeurs cumulés de 9 mm (le pic 1,8 mm/10 min
– Bardonecchia Pranudin) et 13,2 mm (pic 6 mm/10 min – Rochemolles). Le pluviomètre IRPI-CNR
(Bardonecchia – Forte Bramafam) a enregistré 18 mm avec un pic de 4,6 mm/5 min. Par suite de l’apport du
muddy-debris flow du Fréjus en Doire, l’hydromètre ARPA de Beaulard (6 km à l’aval) a enregistré à 20:00
un pic di 1,31 m (le niveau précédent se rapportait à -0,13 m).
L’on sait que en haute montagne la variabilité locale des précipitations intenses peut résulter extrêmement
élevée, surtout en raison des effets orographiques, par conséquent on donne parfois confiabilité à données
‘non-officielles’ provenant d’observations ponctuelles (anrainern, en littérature allemande et autrichienne).
D’après le témoignage local, un seau cylindrique positionné à un alpage à 1800 m aurait été rempli jusqu’à
25-30 cm. On peut donc assumer en théorie que la pluie réelle tombée à l’épicentre de l’orage aurait été de
l’ordre de grandeur 12 à 20 fois majeur que les pluies ‘officielles’.
III.1 Bassin du Rochemolles
Les laves torrentielles ont affecté les petits bassins-versant rive droite du torrent de Rochemolles. Le ravin
de Costa Lunga par ruissellement intensif et suite à la charge en débris solides le long du parcours a donné
lieu à une lave torrentielle qui a atteint le réservoir du barrage de Rochemolles. Dans la combe Rio Fourn,
qui surplombe le village, une lave torrentielle s’est déclenchée, la plupart de laquelle n’a pas pu être arrêté
par l’ouvrage récemment bâti pour protéger les maisons du risque avalanches de neige. Elle a été canalisé par
le lit du torrent qui traverse la zone habitée de Rochemolles, en surmontant les endiguements et emportant
deux petits ponts en bois (Figure 1). Les débris déposés proche de quelques édifices ont atteint un mètre
d’épaisseur. Une voiture parquée en proximité du torrent a été entraîné. Selon les témoins, après le passage
du front de lave, très visqueux, une seconde pulsation plus fluidifiée, sous forme de hyperconcentrated flow,
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
3
a atteint le cône de déjection. A l’aval de Rochemolles la combe du Vallon a déposé sur son cône beaucoup
de matières solides; après une première pulsation qui a parcouru le cône y déposant au moins 5000 m3
de
matériaux, pendant une demi-heure des coulées boueuses se sont répliquées de plus en plus liquides qui ont
emporté en partie le dépôt de néoformation (Figure 2).
Aussi le long d’un ravin qui est en train de se former depuis l’écroulement du 1er janvier 2001 à l’aval du
village de Rochemolles, une petite lave a été produite qui a atteint le cours d’eau principal. Celui-ci ayant
pris en charge les apports solides des ravins surnommés, a entraîné des graviers voire des gros blocs en les
déposant jusqu’au confluent avec la Doire sans provoquer grandes dommages.
Figure 1: The Rochemolles village, distal fan area of the Rio Fourn torrent, flooded by a debris flow on 7 August 2009.
Le village de Rochemolles, cône du torrent Rio Fourn, inondé pendant l'événement du 7 août 2009.
Figure 2: Rivo del Vallone torrent, Westward of the Rochemolles village, a sight on the deposition area of the debris
flow occurred on 7 August 2009.
Vallée du Rivo del Vallone, ouest du village de Rochemolles, vue partielle de la zone de dépôt des laves torrentielles du
7 août 2009.
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
4
III.2 Bassin du torrent du Fréjus
Dans ce bassin tributaire une lave torrentielle a tiré sa origine depuis les nombreuses sources et
ravinements qui proviennent de la ligne de partage des eaux, et a parcouru l’entier cours d’eau jusqu’au
confluent avec la Doire de Melezet. Surtout dans le sous-bassin Merdovine ou Pian dell’Acqua les processus
de ruissellement concentré et de lave torrentielle ont apparu en évidence. Des apports détritiques ultérieurs
ont été provoqués par le collapse de rivages, lié à phénomènes gravitaires sur le versant gauche du Vallon
Merdovine (Figure 3).
Figure 3: Catchment head of the Frejus torrent, left side (sub- catchment Merdovine). Soil slip-debris flow deposits,
super- imposed on a active landslide mass, both concurring to furnish stony and muddy materials during and after the
debris flow passage in the stream incision below.
Torrent Fréjus, côté gauche (sous-bassin versant Merdovine): dépôts des coulée de boue. Le glissement de terrain a
déterminé les contributions supplémentaires dans le lit du torrent.
Bien que d’autres phénomènes de ruissellement concentré aient étés observés à la base des plaques
rocheuses de la Pointe Fréjus et dans la Combe Châtelard, le principal tributaire de droite, ça a été la poussée
de lave du Merdovine qui a mobilisé d’abord dans sa incision et puis dans le cours même du Fréjus sur une
étendue de plus de 100 mètres plusieurs blocs rocheux, certains d’entre eux atteignant 25-30 m3
.
Le Vallon du Gautier, tributaire droite plus à l’aval, a délivré lui aussi beaucoup de débris, selon une
dynamique habituelle pour ce cours d’eau, c’est-à-dire par érosion brutale des matériaux qui proviennent
d’une grande masse en éboulement sur le versant gauche qui toutes les années en printemps avancé va
bloquer le cours d’eau. Lambeaux résiduels de ponts de neige qui ont été observés à l’amont dans l’incision
du torrent font supposer parmi les facteurs déclenchant la lave aussi des débâcles de la masse nivale; ce
phénomène, d’autre part, a été fréquemment observé dans la zone en étude et ailleurs dans nombreux ravins
d’haute montagne et parfois il a été cause de laves torrentielles même en absence de pluies.
A l’aval des tributaires et conditionné par la géomorphologie qui a permis le sous-creusement d’un long et
étroit canyon jusqu’à l’issue dans la vallée principale, le puissance de charriage des laves torrentielles a été
amorcée par regard à la quantité et la taille des plus grands blocs; ce qui a été aussi favorisé par la présence
de petites ‘pièges à sédiments’ en correspondance d’ouvrages de rétention échelonnées le long de l’incision.
Une d’entre elles, le barrage à ‘fenêtres’ haut de 7 mètres, a été comblé entièrement.
Le Fréjus sur son cône traverse entièrement, canalisé, la zone habitée de Bardonnèche et est réglé par un
double endiguement continu ainsi qu’une trentaine de traverses d’amorcement échelonnées le long de 1,5 km
environ. Ici le premier front de la lave paraît composé de grand blocs et fragments de bois, auquel il a fait
suite pendant une demi-heure un mélange boueux de plus en plus fluidifié à pleine section, ce qui n’a pas
empêché le fait que dans la zone apicale (rive droite) et celle distale du cône quelques secteurs de berges
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
5
(sièges routiers) aient été surmontés par suite de la forte réduction de pente longitudinale du cours d’eau
(Figure 4).
Près de la gare le pont routier a été totalement embouché et les rues adjacentes envahies par boue et débris
jusqu’à un mètre d’épaisseur. L’alluvionnement a été continu jusqu’au confluent avec la Doire de Mélèzes,
où plusieurs dizaines de milliers de m3
de matériaux se sont déposés.
Figure 4: The Bardonecchia housing- in the rather flattish toe of the alluvial fan of T. Frejus torrent, which is, however,
almost 30 m- thick as indicated by a just recently- drill borehole in this area. Such datum suggests as huge should have
been the thickening of deposits thorough the Holocene, by simple addition, layer by layer, of debris flow deposits by
hundreds events. The flooding here shown (7 August 2009) was due to a sharp cross-channel reduction downstream,
also favoured by the scanty light of the bridge.
L’alluvionnement du Frejus à Bardonnèche (7 août 2009) a été due à une forte réduction de la section d’écoulement à
laquelle il faut ajouter la contrainte due à l’intrados du pont vers la zone de confluence.
III.3 Bassin Doire de Melezet
Deux ravins entaillés dans les roches carbonatées jurassiques sur le versant est de l’Aiguille Rouge, en
particulier celui nommé Combe Jaune, de la même façon que le 6 août 2004 et le 16 juillet 2006 ont produit
des laves torrentielles à débris grossiers (Figure 5); par suite la liaison routière avec la Vallée Etroite a été
bloquée sur une longueur de presque 500 m et une voiture a été emportée heureusement sans dommage à
personnes. D’autres ravins dans la même vallée qui d’habitude sont sujets à laves torrentielles cette fois n’ont
rien bougé.
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
6
Figure 5: The Rio di Valle Stretta catchment. Mesozoic, carbonatic rocks form a wall bordering the right slope of the
valley in proximity of the frontier between Italy and France. Debris flows almost once a year occurs, issuing from an
incision, perennially feeded by debris, due to primarian supply by intensely cracked limestone and dolomite strata, and
talus deposits. A lot of tourists usually drive along the bends of a road track over the debris fan (here in the bottom) thus
liable to evenly-distributed interruptions by debris flows. This lately happened on 7 August 2009.
Bassin-versant du Rio Valle Stretta. Roches calcaires et dolomitiques (Mésozoïque) s’érigent en bordure du versant
droit de la vallée, en proximité de la frontière entre l'Italie et la France; de là tirent leur origine des coulées de débris
presque tous les années et par conséquent la piste d’accès à la vallée est toujours soumise à danger potentiel et à
interruptions.
IV CAS D’ETUDE TORRENT DU FREJUS: METHODE ET RESULTATS
Les phénomènes et les effets conséquents à la parution des laves ont été surveillés pendant leur durée le 7
août et le jours suivant afin de comprendre, compte tenu des conditions ambiances et géo-morphologiques,
les causes préparatoires et celles qui ont déclenché les processus, les enjeux dynamiques ainsi que les
conséquences. Récognitions sur place et dans les bassins-versants ont été effectuées, visant à la description et
à la mesure des principaux paramètres de la géologie, morphologie, sédimentologie, topographie; en
particulier les formes d’instabilité par glissement/éboulement, lave torrentielle et l’usage du sol ont été
examinés à l’aide de photo aériennes et terrestres des archives IRPI (qui couvrent un arc de temps près de
quatre-vingt ans), comparées au présent, pour mettre en évidence les possibles changes dans le temps.
Documents historiques ont été consultés de la même façon. Un aide important à l’évaluation des modalités
de l’écoulement des laves a été donné par les nombreuses témoignages par voix ainsi que photo et vidéo.
Afin de mieux comprendre le mécanisme de charriage en masse, nature et déposition des sédiments on a
relevé éléments topographiques et des échantillons de la matrice des mixtures ont été prélevés en cinq points
pour l’analyse granulométrique et la recomposition en laboratoire du mélange d’origine. Le critère de choix
du site et du matériel à prélever a été adopté compte tenu de lambeaux de dépôt non-façonnés,
correspondants au débit de pic par rapport à l’expansion latérale et/ou altimétrique du front de lave. Des
points de prélèvement pour chaque échantillonnage, de poids convenable (compris entre les 1000 et 5000 g)
ont été choisi en correspondance de poches résiduelles (piégées par exemple à l’abri de saillies rocheuses, ou
dans le vide entre blocs) qui donnaient certitude d’avoir ‘capturé’ une portion des mixtures pendant leur
écoulement, en gardant avec bonne probabilité la fraction liquide d’origine. Vers l’aval, l’échantillon no.1
correspond au secteur moyen-inf. du lit principal (Rio Pian dell'Acqua-Rio Merdovine), le no. 2 au secteur
moyen du cours d’eau (Fréjus) au confluent avec le premier tributaire (Combe Gautier), le no. 3 au secteur
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
7
moyen-inf. du Fréjus à l’amont de l’apex du cône, les nos. 4 et 5 au secteur inférieur du lit principal
(canalisé), à l’apex du cône. La répartition des échantillons suivant leur taille a apparu dans l’ensemble
homogène et s’encadre dans la typologie connue des dépôts de lave tirant origine de roches-mère
calcschisteuses.
Afin de recréer les conditions de saturation totale (bien sûr en stationnarité) les échantillons, triés au
préalable pour l’analyse granulométrique, ont été reconstitués en mélange sec, puis on l’a adjoint de l’eau au
fur et à mesure que les vides interstitiels étaient totalement comblés. Du rapport (Psol+PH2O)/V on a extrait
des valeurs de densité compris entre 1.77 et 1.99 k/dm3
, ce qui est en dans la règle pour la matrice des laves
en domaine de calcschistes. La teneur en eau représentait le 22-26% en poids par rapport au matériel solide
(Table 1).
Echantillon Ensité (sec) Densité (tot.) % Eau
1 1,64 1,87 26,24
2 1,42 1,78 21,83
3 1,72 1,99 13,37
4 1,45 1,77 24,19
5 1,65 1,85 23,26
Table 1 – Caractéristiques de chaque échantillonnage
L'échantillon 3, qui a été pris dans un lobe de dépôt avec 18% de fraction caillouteuse peut être regardé
comme un outlier. Les valeurs sur dits (densité totale) sont un peu plus petits de ceux relatifs à d’autres
processus de lave en milieu géologique en calcschistes (par exemple le ravin du Marderello en Val
Cenischia); ça dépend des caractères granulométriques différents et du mineur poids spécifique (en Fréjus
calcschistes et phyllades, en Marderello plutôt marbres, pierres vertes et calcschistes gréseux massifs). Un
échantillon qui avait été extrait du Fréjus (moyen cours), lors d’une lave torrentielle du 21 juillet 2006, a
montré densité 2 k/dm3
et teneur en eau 20,11%, valeurs qui sont assez proche des surnommés.
IV.1 Le processus de laves torrentielles
Les importants et rapides apports hydriques en contrebas de l’arc rocheux de crête, surtout les torrents Pian
dell'Acqua, Gravieras, qui forment le Merdovine, et la Combe Gautier dont les versants ont vu le
surcreusement ou la réactivation des nombreux petits ravins hébergés dans les nappes de débris de pente, ont
provoqué l’érosion et la remise en mouvement de masses détritiques et de terrain donnant immédiatement
origine à mélanges solides-liquides. A partir de ces zones-source le flux des matériaux a rapidement atteint le
fond de l’étroite vallée du Fréjus et par pulsations progressives liées à étrécissement ou élargissement de la
section du lit torrentiel, une lave torrentielle multiple s’est dirigée vers l’embouchure du lit canalisé à
l’amont de la ville de Bardonnèche. Dans la zone habitée, vers la fin de l’orage qui a été marquée par un gros
coup de tonnerre (les 19:00 à peu près), le front de lave a commencé à écouler avec vitesse variable suivant
la pente de lit, la section d’écoulement et la conformation des berges, qui sont partout revêtues par ouvrages
de renforcement: endiguements en pierraille dans le secteur plus à l’amont du cône et murs verticaux en
béton ailleurs. La vitesse moyenne d’écoulement en surface, déduite de données topographiques et de
l’analyse de documents vidéo a été de 5-7 m/s; on peut donc supposer que le temps de propagation du
premier front de coulée le long du secteur du lit canalisé (900 m) ait été 3-5 minutes au plus. Une vingtaine
de vagues principales se sont puis succédées pendant une douzaine de minutes. En certains secteurs du
chenal l’écoulement a été à pleine section, où l’on a estimé un débit de pointe de 150-200 m3
/s ; en d’autres
secteurs la section d’écoulement a été réduite avec un débit estimé en ce cas de 30-40 m3
/s ; cela en
dépendance de la formation de dépôts ou de la présence de dépôts précédentes, ce qui a favorisé
l’alluvionnement en gauche et droite dans la zone habitée du bas-bourg de Bardonnèche. Le dépôt solide,
dans le segment inférieur du chenal et les rues avoisinantes a été estimé de 15.000 m3
, tandis que le volume
écoulé le long du cône avant le confluent en Doire peut s’approcher à 150.000 m3
.
IV.2 Le débit solide
Le torrent du Fréjus est celui d’où provient le charriage de la plupart des matériaux qui composent
l’apparat sédimentaire à graviers, blocs et cailloux sur lequel a été édifiée la zone habitée de Bardonnèche
jusqu’aujourd’hui. Des apports secondaires ont provenu de la vallée de la Rho, en contiguïté, presque
entièrement entaillée en roche calcaire. Un forage avait été exécuté à fin mars 2008 au marge du cône, à la
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
8
confluence entre le Fréjus et la Doire de Melezet et en face de la paroi rocheuse qui borde la rive droite de la
vallée; on a vu qu’au moins à 31 m de profondeur il n’y a pas encore de roche-mère. L'examen des carottes,
en particulier l’analyse lithologique des clastes, paraît confirmer que ces dépôts sont en très grande partie
attribuables au bassin du Fréjus. En effet les éléments de claire origine calcaire (bassin de la Rho) ne
représentent que 15% du total. La matrice de ces mêmes dépôts présente une courbe granulométrique mal
classée, avec diamètre moyen 4 mm, gravier 60%, sable 25%, limons et argiles 15%. Cela suggère une
origine des dépôts par apports répliqués de laves torrentielles qui en temps relativement rapides ont comblé
la cuvette de Bardonnèche après disparition de la couche glaciaire.
Les résultats des analyses granulométriques (qui ont été faites par voie humide avec Microsieveshaker/1S
pour la fraction <1mm) ont montré une certaine affinité entre eux pour ce qui concerne la fraction limon-
argile (<0.062 mm) qui est comprise entre 20%-32% et celle de sables (<2>0,062 mm) entre 37%-50%.
Gravier et cailloux (jusqu’à 64 mm) sont présents entre 18% et 42%, le diamètre moyen étant 0,20-1,00 mm.
La fraction inférieure à 2 mm est donc la plus élevée étant comprise entre 58% et 82%, et cela explique la
prioritaire aptitude des débris à l’intérieur du réseau hydrographique à la prise en charge sous forme de
mélange dense. La taille des grains est répartie en 13 classes avec bon degré de sorting, chacune d’entre elles
ne diffère que pour le 10% en poids parmi les autres.
La distribution granulométrique, par rapport à celle de la matrice d’autres laves torrentielles étudiées en
Val de Suse, apparaît orientée vers classes en moyenne plus fines; les valeurs de diamètre moyen de celles-là
étaient comprises entre 12 et 17 mm, tandis que les fractions graveleuses étaient variables entre 40-80%,
celles sableuses et limo-argileuses autour de 30-42% et 19-24% respectivement (par exemple le cas du
Marderello en Val Cenischia; Tropeano et al, 2005). Cela correspond au fait que dans le bassin du Fréjus les
calcschistes prévalent, associés à des grandes masses de phyllades, qui délivrent en quantité débris de taille
fine avec poids spécifique et densité de masse plus modeste. Un échantillon prélevé dans le bassin moyen,
juste à la fin de l’orage du 21 juillet 2006, présentait D50= 0,35 mm et teneur respectif en gravier, sable,
limon-argile du 20, 52 e 28%: ces valeurs dans l’ensemble sont concordantes avec les données sur dits. Par
contre, un échantillon prélevé dans le tributaire Combe Gautier, après l’orage d’août 2004, présentait D50=
1,75 mm et teneur respectif en gravier, sable, limon-argile du 48, 32 e 20%. Une telle fluctuation vers tailles
des grains aussi élevées peut s’expliquer tenant compte de la relative prédominance de schistes carbonatés
massifs dans ce vallon.
IV.3 Précédents historiques
Les phénomènes d’instabilité des versants et de crue des torrents dans le quatre vallées qui se réunissent
dans la plaine de Bardonnèche sont plusieurs fois mentionnés dans les documents biblio et d’archive dès du
débout de l’Age Moderne; datations au Carbone-14 ont décelé que tels processus remontent à la Préhistoire,
et l’évidence géomorphologique témoigne qu’il se sont déjà développés à partir du Tard-glaciaire. Entre
1728 et aujourd’hui (trois siècles) au moins 83 épisodes de lave torrentielle sont documentés (et directement
témoignés par les auteurs à partir de 1973). Relativement au Fréjus 20 laves torrentielles sont rapportées, qui
apparaissent avec fréquence particulière (tous les 5-10 ans en moyenne) dans les derniers 50 ans, le donné
étant sans doute en défaut par lacunes existantes pour l’âge à l’arrière [Tropeano et Turconi, 2004]. Parmi les
événements aux conséquences plus lourdes on rappelle ceux du 20 juin 1734, de l’août 1865, du 3 août 1934.
Parmi ceux plus récents, on mentionne le 7 août 1997, 6 août 2004 [Tropeano et al., 2006] et 20 juillet 2006
[Savio et Turconi, 2006], en outre des cas mineurs où la dynamique de débit solide hyper-concentré a
prévalu. Une lave torrentielle s’est dernièrement vérifiée le 13 juillet 2011; bien qu’elle n’ait pas répliqué les
effets de celle ci-décrite, quand-même a été cause de souci une fois encore auprès des habitants. Suivant la
chronique, au moins sept cas parmi les plus éclatants se sont vérifiés en juin-juillet et autant en août, c’est-à-
dire en pleine saison touristique lors que le centre habité et les zone proches du cours d’eau sont très
fréquentés.
V CONCLUSION
L’événement ci-décrit, en ce qui concerne les bassins ayant reflets sur les zone habitées (torrents du Fréjus
et Rochemolles), qui a été directement témoigné par les auteurs, est sans doute comparable à ceux qui se sont
vérifiés dans les douze ans précédents, mais les effets et les volumes des matériaux enjeu ont été plus grands.
Les pluies enregistrées en proximité de la clôture du bassin du Fréjus n’expliquent pas d’une façon suffisante
la magnitude de la coulée boueuse; l’effet des pluies associées à violentes foulées de vent et le collapse de
Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a
Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009
9
ponts de neige (couche résiduelles des tombées de neige exceptionnelles de l’hiver 2008-2009, qui ont
produit à Bardonnèche épaisseur de neige fraîche cumulée proche de 7 mètres) auraient été en mesure de
contribuer sensiblement au déclenchement des laves. En cette occasion aussi on démontre comme il ne
saurait être que simpliste l’essai de corréler seuils de déclenchement de laves torrentielles à partir des
précipitations en milieu d’haute montagne, où les conditions de variabilité spatiale des pluies sont extrêmes,
aussi par rapport à la complexe orographie qui est capable d’influencer décidément les caractéristiques du
‘solide’ de pluie.
Les volumes résiduels de la lave torrentielle du Fréjus, dont la magnitude (volume total des solides
délivrés) peut être établie de l’ordre de 150.000 m3, combinés avec un temps moyen de retour de 10 ans,
justifient en voie d’hypothèse comme l’on puisse parvenir à un édifice de cône de déjection aussi énorme
comme celui de Bardonnèche, tel qu’il a été généré pendant d’ici près 10.000 ans.
Les phénomènes de laves torrentielle canalisée comme celui ci-décrit ne sont rien d’autre que la résultante
finale d’une chaîne complexe d’effets d’événements physiques où les composantes géo-environnementales
interagissent en manière extrêmement complexe entre eux, soit en relations de spatialité que de temporalité
que de dynamiques différentielles; ce qui est assez connu en littérature et en particulier dans les études-guide
d’Aulitzky (1972). Par cela une étude de tels processus avec approche géomorphologique, bien que simplifié
et surtout par nécessités opérationnelles concentré sur les secteurs de cône, qui l’on considère expression
morphologique synthétisé de l’ensemble des phénomènes enjeu dans le système-bassin (Wildbach-Index,
travail cité) ne peut pas s’abstraire d’une analyse semi-quantitative des processus de versant ainsi
qu’hydrologiques, dont le cône n’est qu’une résultante. Le critère même d’Aulitzky, qui s’appuie sur le
signifié des ‘temoignances muettes’ (Stummen Zeugen) or les traces d’évènements passés dans la
morphologie du cône, n’eût pas vérification pratique ni fût récépissé par les même compatriotes; ils
argumentaient que la prévision du degré de danger est possible seul après la récolte et l’estimation de
beaucoup et satisfaisantes données réalistes [Plattner, 2005].
VI REFERENCES ET CITATIONS
Aulitzky H. (1972) – Möglichkeiten und Grenzen der Vorbeugung vor Unwetterkatastrophen.
Oesterreichische Wasserwirtschaft, 24 (1/2):8-17.
Plattner E. (2005) – Die Regelung der Gefahrenzonenplanung in Forstgesetz 1975. Wildbach- und
Lawinenverbau, 152:25-28.
Savio G. & Turconi L. (2006) – Eventi di colata detritica osservati nell’estate 2006 in Italia Nord-
occidentale, GEAM 118, 43 (3):37-46.
Tropeano D., Casagrande A., Luino F., Cescon F. (1996) – Processi di mud-debris flow in Val Cenischia
(Alpi Graie): osservazioni nel bacino del T. Marderello. GEAM, Quaderni, 20 (Suppl. Anno 33, n° 2-
3):5-31.
Tropeano D., Luino F., Turconi L. in collaborazione con Agangi A., Audisio C., Biddoccu M., Chiarle M.,
Casazza M., Cirio C.G., Fassi P., Giulietto W., Godone F., Iannotti S., Savio G. (2006) - Eventi di piena
e frana in Italia settentrionale nel periodo 2002-2004. GNDCI n. 2911, Ed. SMS, Torino:158.
Tropeano D. et Turconi L. (2004) – Using historical documents in landslide, debris flow and stream flood
prevention. Applications in Northern Italy, Kluwer Academic Publishers, Printed in the Netherlands,
Natural Hazards 31:663–679.
Tropeano D., Turconi L., Nocente V., Savio G. (2005) – Le colate detritiche del 29 luglio e 2 agosto 2005
nel T. Marderello (Comune di Novalesa, Piemonte), GEAM, 115, 42 (2-3):51-76.
Turconi L., Sunil De K., Tropeano D., Savio G. (2010) – Slope failure and related processes in the Mt.
Rocciamelone area (Cenischia valley, Western Italian Alps), Geomorphology, 114:115-128.

Contenu connexe

Similaire à Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7 août 2009

Natasha_Lambert_RapportDeStage
Natasha_Lambert_RapportDeStageNatasha_Lambert_RapportDeStage
Natasha_Lambert_RapportDeStage
Natasha Lambert
 
Lido présentation
Lido présentationLido présentation
Lido présentation
Nico Blm
 
Exposition changements climatiques
Exposition changements climatiquesExposition changements climatiques
Exposition changements climatiques
RAC-F
 

Similaire à Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7 août 2009 (20)

Problématique des zones côtières en général et défis actuels dans le contexte...
Problématique des zones côtières en général et défis actuels dans le contexte...Problématique des zones côtières en général et défis actuels dans le contexte...
Problématique des zones côtières en général et défis actuels dans le contexte...
 
CM9 Changement climatique Impacts et adaptation
CM9 Changement climatique Impacts et adaptationCM9 Changement climatique Impacts et adaptation
CM9 Changement climatique Impacts et adaptation
 
Etude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à RufisqueEtude sur les inondations à Rufisque
Etude sur les inondations à Rufisque
 
Embarcations monoxyles de la Loire armoricaine
Embarcations monoxyles de la Loire armoricaine Embarcations monoxyles de la Loire armoricaine
Embarcations monoxyles de la Loire armoricaine
 
Natasha_Lambert_RapportDeStage
Natasha_Lambert_RapportDeStageNatasha_Lambert_RapportDeStage
Natasha_Lambert_RapportDeStage
 
Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil Esteban Faure dg le teil
Esteban Faure dg le teil
 
Présentation DIREN - Colloque Crue 1910
Présentation DIREN - Colloque Crue 1910Présentation DIREN - Colloque Crue 1910
Présentation DIREN - Colloque Crue 1910
 
catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence
 
Diapoinondations2
Diapoinondations2Diapoinondations2
Diapoinondations2
 
Diapoinondations2
Diapoinondations2Diapoinondations2
Diapoinondations2
 
commentaire des cartes climatiques.pdf
commentaire des cartes climatiques.pdfcommentaire des cartes climatiques.pdf
commentaire des cartes climatiques.pdf
 
Plaquette Crue Bd
Plaquette Crue BdPlaquette Crue Bd
Plaquette Crue Bd
 
Lido présentation
Lido présentationLido présentation
Lido présentation
 
H. NAIT-SI et al - Apport du SIG dans l'analyse physique et hydrographique da...
H. NAIT-SI et al - Apport du SIG dans l'analyse physique et hydrographique da...H. NAIT-SI et al - Apport du SIG dans l'analyse physique et hydrographique da...
H. NAIT-SI et al - Apport du SIG dans l'analyse physique et hydrographique da...
 
P2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la séluneP2 les inondations sur le bassin de la sélune
P2 les inondations sur le bassin de la sélune
 
Exposition changements climatiques
Exposition changements climatiquesExposition changements climatiques
Exposition changements climatiques
 
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
La crégut 3 équipements hydroélectriques du territoire ; fil de l'eau haute t...
 
Meteo Bovio Italie
Meteo Bovio ItalieMeteo Bovio Italie
Meteo Bovio Italie
 
Expo CC
Expo CCExpo CC
Expo CC
 
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute TarentaineLac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
Lac de La Crégut : Equipements hydroélectriques du territoire - Haute Tarentaine
 

Plus de Quotidiano Piemontese

Plus de Quotidiano Piemontese (20)

Programma Circonomia 2024 Il Festival dell’economia circolare e della transiz...
Programma Circonomia 2024 Il Festival dell’economia circolare e della transiz...Programma Circonomia 2024 Il Festival dell’economia circolare e della transiz...
Programma Circonomia 2024 Il Festival dell’economia circolare e della transiz...
 
BROCHURE 5 MAGGIO 2024 pedo porno grafia.pdf
BROCHURE 5 MAGGIO 2024 pedo porno grafia.pdfBROCHURE 5 MAGGIO 2024 pedo porno grafia.pdf
BROCHURE 5 MAGGIO 2024 pedo porno grafia.pdf
 
Valchiusella nel cuore: mappa illustrata della Valchiusella
Valchiusella nel cuore: mappa illustrata della ValchiusellaValchiusella nel cuore: mappa illustrata della Valchiusella
Valchiusella nel cuore: mappa illustrata della Valchiusella
 
Piante esotiche invasive Piemonte Parchi
Piante esotiche invasive Piemonte ParchiPiante esotiche invasive Piemonte Parchi
Piante esotiche invasive Piemonte Parchi
 
Programma Biennale Tecnologia 2024 Torino
Programma Biennale Tecnologia 2024 TorinoProgramma Biennale Tecnologia 2024 Torino
Programma Biennale Tecnologia 2024 Torino
 
Sondaggio Elezioni Europee circoscrizione Italia Nord Ovest
Sondaggio Elezioni Europee circoscrizione Italia Nord OvestSondaggio Elezioni Europee circoscrizione Italia Nord Ovest
Sondaggio Elezioni Europee circoscrizione Italia Nord Ovest
 
LE VALLI IN VETRINA 2024 la fiera delle Valli di Lanzo
LE VALLI IN VETRINA 2024 la fiera delle Valli di LanzoLE VALLI IN VETRINA 2024 la fiera delle Valli di Lanzo
LE VALLI IN VETRINA 2024 la fiera delle Valli di Lanzo
 
Il Gambero Rosso della Luisiana in Piemonte
Il Gambero Rosso della Luisiana in PiemonteIl Gambero Rosso della Luisiana in Piemonte
Il Gambero Rosso della Luisiana in Piemonte
 
ISTAT per la Giornata mondiale dell’acqua 2024.pdf
ISTAT per la  Giornata mondiale dell’acqua 2024.pdfISTAT per la  Giornata mondiale dell’acqua 2024.pdf
ISTAT per la Giornata mondiale dell’acqua 2024.pdf
 
Il Turismo in Piemonte nel 2023 : Dati Turismo Piemonte 2023
Il Turismo in Piemonte nel 2023 : Dati Turismo Piemonte 2023Il Turismo in Piemonte nel 2023 : Dati Turismo Piemonte 2023
Il Turismo in Piemonte nel 2023 : Dati Turismo Piemonte 2023
 
Catalogo Piemonte for All proposte turistiche accessibili e sostenibili
Catalogo Piemonte for All proposte turistiche accessibili e sostenibiliCatalogo Piemonte for All proposte turistiche accessibili e sostenibili
Catalogo Piemonte for All proposte turistiche accessibili e sostenibili
 
Le criticità più gravi del disegno di legge C. 1435
Le criticità più gravi  del disegno di legge C. 1435Le criticità più gravi  del disegno di legge C. 1435
Le criticità più gravi del disegno di legge C. 1435
 
Digital Services Act Europa 2024 versione finale
Digital Services Act Europa 2024 versione finaleDigital Services Act Europa 2024 versione finale
Digital Services Act Europa 2024 versione finale
 
Presentazione Congiuntura In Piemonte IV trimestre 2023
Presentazione Congiuntura In Piemonte IV trimestre 2023Presentazione Congiuntura In Piemonte IV trimestre 2023
Presentazione Congiuntura In Piemonte IV trimestre 2023
 
Castelli e Forti in Piemonte un viaggio nelle fortificazioni della regione
Castelli e Forti in Piemonte un viaggio nelle fortificazioni della regioneCastelli e Forti in Piemonte un viaggio nelle fortificazioni della regione
Castelli e Forti in Piemonte un viaggio nelle fortificazioni della regione
 
Report Malaria 2024 Legambiente Mal’Aria di città
Report Malaria 2024 Legambiente  Mal’Aria di cittàReport Malaria 2024 Legambiente  Mal’Aria di città
Report Malaria 2024 Legambiente Mal’Aria di città
 
Report GreenPeace acque potabili in Piemonte
Report GreenPeace acque potabili in PiemonteReport GreenPeace acque potabili in Piemonte
Report GreenPeace acque potabili in Piemonte
 
Performances e posizionamento competitivo dei vini piemontesi nello scenario ...
Performances e posizionamento competitivo dei vini piemontesi nello scenario ...Performances e posizionamento competitivo dei vini piemontesi nello scenario ...
Performances e posizionamento competitivo dei vini piemontesi nello scenario ...
 
Guida Ufficiale delo Storico Carnevale di Ivrea 2024
Guida Ufficiale  delo Storico Carnevale di Ivrea 2024Guida Ufficiale  delo Storico Carnevale di Ivrea 2024
Guida Ufficiale delo Storico Carnevale di Ivrea 2024
 
Calendario regionale delle Manifestazioni Fieristiche in Piemonte 2024
Calendario regionale delle Manifestazioni Fieristiche in Piemonte 2024Calendario regionale delle Manifestazioni Fieristiche in Piemonte 2024
Calendario regionale delle Manifestazioni Fieristiche in Piemonte 2024
 

Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7 août 2009

  • 1. Journées de l'Hydraulique Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7 août 2009. Laura Turconi, Domenico Tropeano, Gabriele Savio Citer ce document / Cite this document : Turconi Laura, Tropeano Domenico, Savio Gabriele. Les laves torrentielles à Bardonnèche (Alpes occidentales, Italie), 7 août 2009.. In: Evénements extrêmes fluviaux et maritimes. Leurs variabilités spatiales et chronologiques dans l'ouest de l’Europe. 34èmes journées de l’hydraulique Paris, 1 et 2 février 2012. 2012; https://www.persee.fr/doc/jhydr_0000-0001_2012_act_34_1_1258 Fichier pdf généré le 26/10/2020
  • 2. Résumé Le 7 Août 2009 pluies orageuses dans la région de Bardonnèche (Province de Turin, Piémont), atteignant jusqu’une heure de durée, proches de 1 mm/ min, provoquèrent des laves torrentielles qui surmontèrent rues et ponts dans des zones habitées mais heureusement sans damage à personnes ni maisons. On décrit ici les processus de lave torrentielle qui ont affecté le bassin- versant du torrent du Fréjus, avec égard à sa géologie-géomorphologie, ainsi que les conditions de déclenchement, le comportement dynamique, les événements du passé. Le volume du dépôt qui a presque comblé le lit vers le bord du cône de déjection, plus celui, qui avec une épaisseur jusqu’à un demi-mètre a débordé sur rues et places adjacents ainsi que quelques ponts peut être estimé 15.000 m3, tandis que le volume total de solide (en plupart schistes lustrés du Mésozoïque) transité à l’aval de l’embouchure du cône a été dix fois majeur. Résidents et touristes, par centaines, ont pu directement observer le phénomène ci-décrit (qui est duré trois quart d’heure à peu près) et les témoignages de quelqu’un d’entre eux ont été très utiles pour un examen plus approfondi des caractères physiques du mélange détritique coulant. Abstract Debris flows in teh Bardonecchia area (Western Italian Alps), 7 August 2009. On 7 August, 2009 heavy rainfall, officially accounting for 1 mm/ min intensity, triggered muddy debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps) involving roads and bridges with slight damages in proximity of housings. The Torrente Frejus debris flow is described, with regard to geological and morphological set up of the catchment, start-up conditions, dynamic behavior of the flow mixture and its characteristics, and comparison with past events. Deposits almost totally infilled in the lower channel stretch and left by overflow in the adjoining roads in the Bardonecchia village approached 15.000 m3, and the total solid volume (mainly Mesozoic calcschist-originated) carried down the fan channel was ten-fold greater ; almost one third was composed by pebbles and boulders as large up to several m3. Many residents and holiday-makers (few hundred people) have had an opportunity to direct witness such event, and the reports from some of these proved helpful in reconstructing physical debris flow processes, which lasted over three quarters in the settled area of Bardonecchia.
  • 3. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 1 LAVES TORRENTIELLES A BARDONNECHE (ALPES OCCIDENTALES, ITALIE), 7 AOUT 2009 Debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps), 7 August 2009 Laura TURCONI1 , Domenico TROPEANO2 Gabriele SAVIO3 1 CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail: marmot1972@libero.it; laura.turconi@irpi.cnr.it 2 CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail: tropeano.domenico@libero.it 3 CNR IRPI UOS Torino; Strada delle Cacce 73 – 10135 Torino (Italia) tel 0039 0113977822; fax 0039 011 3977820 - mail: g_savio@libero.it Résumé - Le 7 Août 2009 pluies orageuses dans la région de Bardonnèche (Province de Turin, Piémont), atteignant jusqu’une heure de durée, proches de 1 mm/min, provoquèrent des laves torrentielles qui surmontèrent rues et ponts dans des zones habitées mais heureusement sans damage à personnes ni maisons. On décrit ici les processus de lave torrentielle qui ont affecté le bassin-versant du torrent du Fréjus, avec égard à sa géologie-géomorphologie, ainsi que les conditions de déclenchement, le comportement dynamique, les événements du passé. Le volume du dépôt qui a presque comblé le lit vers le bord du cône de déjection, plus celui, qui avec une épaisseur jusqu’à un demi-mètre a débordé sur rues et places adjacents ainsi que quelques ponts peut être estimé 15.000 m3 , tandis que le volume total de solide (en plupart schistes lustrés du Mésozoïque) transité à l’aval de l’embouchure du cône a été dix fois majeur. Résidents et touristes, par centaines, ont pu directement observer le phénomène ci-décrit (qui est duré trois quart d’heure à peu près) et les témoignages de quelqu’un d’entre eux ont été très utiles pour un examen plus approfondi des caractères physiques du mélange détritique coulant. Abstract - On 7 August, 2009 heavy rainfall, officially accounting for 1 mm/min intensity, triggered muddy debris flows in the Bardonecchia area (Western Italian Alps) involving roads and bridges with slight damages in proximity of housings. The Torrente Frejus debris flow is described, with regard to geological and morphological set up of the catchment, start-up conditions, dynamic behavior of the flow mixture and its characteristics, and comparison with past events. Deposits almost totally infilled in the lower channel stretch and left by overflow in the adjoining roads in the Bardonecchia village approached 15.000 m3 , and the total solid volume (mainly Mesozoic calcschist- originated) carried down the fan channel was ten-fold greater; almost one third was composed by pebbles and boulders as large up to several m3 . Many residents and holiday-makers (few hundred people) have had an opportunity to direct witness such event, and the reports from some of these proved helpful in reconstructing physical debris flow processes, which lasted over three quarters in the settled area of Bardonecchia. I INTRODUCTION Bardonnèche (Vallée de Suse, Province de Turin) est un site alpin très renommé par son climat salubre et les offres le plus variées d’usage touristique, surtout les sports d’hiver qui ont atteint le clou à l’occasion des Jeux Olympiques 2006. La population habituelle (3000 habitants) atteint jusqu’à 40.000 personnes pendant la saison des grandes vacances. Par conséquent, à partir da la moitié des années ’60, les zones urbanisées ont rapidement envahi les cônes de déjection, ce qui a été de même pour la plupart des bâtiments dans les aires alpines. L’après-midi du 7 août 2009 pluies orageuses ont affecté l’haute Vallée de Suse, déclenchant les effets majeurs aux alentours de Bardonnèche, lorsque des laves torrentielles se produisirent dans les bassins versants du Rochemolles, du Fréjus, de la Rhô et la Doire de Melezet.
  • 4. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 2 A l’issue de ravins ou combes secondaires (Combe Jaune, Rio Fourn, Rio Vallon) les laves torrentielles ont affecté routes et zones habitées. Dans le chef-lieu de Bardonnèche, à partir des 19:00 des coulées boueuses se sont succédées pendant trois quart d’heure le long du Fréjus qui parcourt canalisé son cône alluvial sur lequel une grande partie des bâtiments a été édifiée. Tel évènement, qui n’avait pas été prévu à échelle de détail par les bulletins météo, donc imprévu, s’est décelé surprenant et étonnant pour la plupart des personnes qui n’avaient jamais eu affaire avec les laves torrentielles et leur effets. D’après les nombreuses témoignages, appréhension générale et souci ont dominé la scène. La boue flottait avec vitesse (5-7 m/s) et tout d’abord les vagues de lave, à travers les ponts, allaient créer des splash géantes sur les routes et les murs de quelques maisons tout proche du canal d’écoulement, envahissant après la partie inférieure de la zone habitée avec une épaisseur de dépôt jusqu’à un demi-mètre y enveloppant quelques voitures. Heureusement la soudaine intervention du personnel du Commune, les Carabiniers, la Police, les Pompiers, le Corps Forestier ainsi que les volontaires de protection civile a permis d’éviter dommage à personne; seul les ouvrages de régularisation le long du lit du torrent ont été endommagées. Les phénomènes et les effets sur-décrits ont été directement observés par les auteurs ainsi que par dizaines de témoins qui ont contribué à la récolte d’une riche documentation photo et vidéo. Le jour suivant, grâce à des conditions météo assez favorables, une récognition à hélicoptère a été conduite merci à une longue coopération instauré entre le CNR-IRPI et le Commande régional des Pompiers. II ENVIRONNEMENT: Les bassins versants tributaires de la Doire de Bardonnèche s’encadrent dans un contexte géo-structurel parmi les plus dynamiques de l’arc alpin occidental. De la même façon de la Val Cenischia (Turconi et al. 2009) et d’autres zones de montagne, les Alpes environnantes Bardonnèche reflètent les énergies d’exhaussement et translation qui caractérisent ce lambeau du système alpin piémontais, proche de la zone de séparation entre le domaine intérieur (Zone des Calcschistes avec ‘Pierres Vertes’) et le marge extérieur, à tectonique relaxée, du domaine briançonnais. De nombreux accidents tectoniques sont typiques, auxquels il faut ajouter l’énergie de relief élevée, l’activité glaciaire du Quaternaire récente et les processus saisonniers de désagrégation de la roche tendre; tout cela va produire en continuité à travers le temps et même au présent des phénomènes gravitaires importantes. III EVENEMENT DU 7 AOUT 2009 Suivant le réseau météo de ARPA Piemonte les pluies mesurées à l’issue des bassins versant les plus touchés par l’orage (Fréjus et Rochemolles) correspondent à valeurs cumulés de 9 mm (le pic 1,8 mm/10 min – Bardonecchia Pranudin) et 13,2 mm (pic 6 mm/10 min – Rochemolles). Le pluviomètre IRPI-CNR (Bardonecchia – Forte Bramafam) a enregistré 18 mm avec un pic de 4,6 mm/5 min. Par suite de l’apport du muddy-debris flow du Fréjus en Doire, l’hydromètre ARPA de Beaulard (6 km à l’aval) a enregistré à 20:00 un pic di 1,31 m (le niveau précédent se rapportait à -0,13 m). L’on sait que en haute montagne la variabilité locale des précipitations intenses peut résulter extrêmement élevée, surtout en raison des effets orographiques, par conséquent on donne parfois confiabilité à données ‘non-officielles’ provenant d’observations ponctuelles (anrainern, en littérature allemande et autrichienne). D’après le témoignage local, un seau cylindrique positionné à un alpage à 1800 m aurait été rempli jusqu’à 25-30 cm. On peut donc assumer en théorie que la pluie réelle tombée à l’épicentre de l’orage aurait été de l’ordre de grandeur 12 à 20 fois majeur que les pluies ‘officielles’. III.1 Bassin du Rochemolles Les laves torrentielles ont affecté les petits bassins-versant rive droite du torrent de Rochemolles. Le ravin de Costa Lunga par ruissellement intensif et suite à la charge en débris solides le long du parcours a donné lieu à une lave torrentielle qui a atteint le réservoir du barrage de Rochemolles. Dans la combe Rio Fourn, qui surplombe le village, une lave torrentielle s’est déclenchée, la plupart de laquelle n’a pas pu être arrêté par l’ouvrage récemment bâti pour protéger les maisons du risque avalanches de neige. Elle a été canalisé par le lit du torrent qui traverse la zone habitée de Rochemolles, en surmontant les endiguements et emportant deux petits ponts en bois (Figure 1). Les débris déposés proche de quelques édifices ont atteint un mètre d’épaisseur. Une voiture parquée en proximité du torrent a été entraîné. Selon les témoins, après le passage du front de lave, très visqueux, une seconde pulsation plus fluidifiée, sous forme de hyperconcentrated flow,
  • 5. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 3 a atteint le cône de déjection. A l’aval de Rochemolles la combe du Vallon a déposé sur son cône beaucoup de matières solides; après une première pulsation qui a parcouru le cône y déposant au moins 5000 m3 de matériaux, pendant une demi-heure des coulées boueuses se sont répliquées de plus en plus liquides qui ont emporté en partie le dépôt de néoformation (Figure 2). Aussi le long d’un ravin qui est en train de se former depuis l’écroulement du 1er janvier 2001 à l’aval du village de Rochemolles, une petite lave a été produite qui a atteint le cours d’eau principal. Celui-ci ayant pris en charge les apports solides des ravins surnommés, a entraîné des graviers voire des gros blocs en les déposant jusqu’au confluent avec la Doire sans provoquer grandes dommages. Figure 1: The Rochemolles village, distal fan area of the Rio Fourn torrent, flooded by a debris flow on 7 August 2009. Le village de Rochemolles, cône du torrent Rio Fourn, inondé pendant l'événement du 7 août 2009. Figure 2: Rivo del Vallone torrent, Westward of the Rochemolles village, a sight on the deposition area of the debris flow occurred on 7 August 2009. Vallée du Rivo del Vallone, ouest du village de Rochemolles, vue partielle de la zone de dépôt des laves torrentielles du 7 août 2009.
  • 6. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 4 III.2 Bassin du torrent du Fréjus Dans ce bassin tributaire une lave torrentielle a tiré sa origine depuis les nombreuses sources et ravinements qui proviennent de la ligne de partage des eaux, et a parcouru l’entier cours d’eau jusqu’au confluent avec la Doire de Melezet. Surtout dans le sous-bassin Merdovine ou Pian dell’Acqua les processus de ruissellement concentré et de lave torrentielle ont apparu en évidence. Des apports détritiques ultérieurs ont été provoqués par le collapse de rivages, lié à phénomènes gravitaires sur le versant gauche du Vallon Merdovine (Figure 3). Figure 3: Catchment head of the Frejus torrent, left side (sub- catchment Merdovine). Soil slip-debris flow deposits, super- imposed on a active landslide mass, both concurring to furnish stony and muddy materials during and after the debris flow passage in the stream incision below. Torrent Fréjus, côté gauche (sous-bassin versant Merdovine): dépôts des coulée de boue. Le glissement de terrain a déterminé les contributions supplémentaires dans le lit du torrent. Bien que d’autres phénomènes de ruissellement concentré aient étés observés à la base des plaques rocheuses de la Pointe Fréjus et dans la Combe Châtelard, le principal tributaire de droite, ça a été la poussée de lave du Merdovine qui a mobilisé d’abord dans sa incision et puis dans le cours même du Fréjus sur une étendue de plus de 100 mètres plusieurs blocs rocheux, certains d’entre eux atteignant 25-30 m3 . Le Vallon du Gautier, tributaire droite plus à l’aval, a délivré lui aussi beaucoup de débris, selon une dynamique habituelle pour ce cours d’eau, c’est-à-dire par érosion brutale des matériaux qui proviennent d’une grande masse en éboulement sur le versant gauche qui toutes les années en printemps avancé va bloquer le cours d’eau. Lambeaux résiduels de ponts de neige qui ont été observés à l’amont dans l’incision du torrent font supposer parmi les facteurs déclenchant la lave aussi des débâcles de la masse nivale; ce phénomène, d’autre part, a été fréquemment observé dans la zone en étude et ailleurs dans nombreux ravins d’haute montagne et parfois il a été cause de laves torrentielles même en absence de pluies. A l’aval des tributaires et conditionné par la géomorphologie qui a permis le sous-creusement d’un long et étroit canyon jusqu’à l’issue dans la vallée principale, le puissance de charriage des laves torrentielles a été amorcée par regard à la quantité et la taille des plus grands blocs; ce qui a été aussi favorisé par la présence de petites ‘pièges à sédiments’ en correspondance d’ouvrages de rétention échelonnées le long de l’incision. Une d’entre elles, le barrage à ‘fenêtres’ haut de 7 mètres, a été comblé entièrement. Le Fréjus sur son cône traverse entièrement, canalisé, la zone habitée de Bardonnèche et est réglé par un double endiguement continu ainsi qu’une trentaine de traverses d’amorcement échelonnées le long de 1,5 km environ. Ici le premier front de la lave paraît composé de grand blocs et fragments de bois, auquel il a fait suite pendant une demi-heure un mélange boueux de plus en plus fluidifié à pleine section, ce qui n’a pas empêché le fait que dans la zone apicale (rive droite) et celle distale du cône quelques secteurs de berges
  • 7. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 5 (sièges routiers) aient été surmontés par suite de la forte réduction de pente longitudinale du cours d’eau (Figure 4). Près de la gare le pont routier a été totalement embouché et les rues adjacentes envahies par boue et débris jusqu’à un mètre d’épaisseur. L’alluvionnement a été continu jusqu’au confluent avec la Doire de Mélèzes, où plusieurs dizaines de milliers de m3 de matériaux se sont déposés. Figure 4: The Bardonecchia housing- in the rather flattish toe of the alluvial fan of T. Frejus torrent, which is, however, almost 30 m- thick as indicated by a just recently- drill borehole in this area. Such datum suggests as huge should have been the thickening of deposits thorough the Holocene, by simple addition, layer by layer, of debris flow deposits by hundreds events. The flooding here shown (7 August 2009) was due to a sharp cross-channel reduction downstream, also favoured by the scanty light of the bridge. L’alluvionnement du Frejus à Bardonnèche (7 août 2009) a été due à une forte réduction de la section d’écoulement à laquelle il faut ajouter la contrainte due à l’intrados du pont vers la zone de confluence. III.3 Bassin Doire de Melezet Deux ravins entaillés dans les roches carbonatées jurassiques sur le versant est de l’Aiguille Rouge, en particulier celui nommé Combe Jaune, de la même façon que le 6 août 2004 et le 16 juillet 2006 ont produit des laves torrentielles à débris grossiers (Figure 5); par suite la liaison routière avec la Vallée Etroite a été bloquée sur une longueur de presque 500 m et une voiture a été emportée heureusement sans dommage à personnes. D’autres ravins dans la même vallée qui d’habitude sont sujets à laves torrentielles cette fois n’ont rien bougé.
  • 8. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 6 Figure 5: The Rio di Valle Stretta catchment. Mesozoic, carbonatic rocks form a wall bordering the right slope of the valley in proximity of the frontier between Italy and France. Debris flows almost once a year occurs, issuing from an incision, perennially feeded by debris, due to primarian supply by intensely cracked limestone and dolomite strata, and talus deposits. A lot of tourists usually drive along the bends of a road track over the debris fan (here in the bottom) thus liable to evenly-distributed interruptions by debris flows. This lately happened on 7 August 2009. Bassin-versant du Rio Valle Stretta. Roches calcaires et dolomitiques (Mésozoïque) s’érigent en bordure du versant droit de la vallée, en proximité de la frontière entre l'Italie et la France; de là tirent leur origine des coulées de débris presque tous les années et par conséquent la piste d’accès à la vallée est toujours soumise à danger potentiel et à interruptions. IV CAS D’ETUDE TORRENT DU FREJUS: METHODE ET RESULTATS Les phénomènes et les effets conséquents à la parution des laves ont été surveillés pendant leur durée le 7 août et le jours suivant afin de comprendre, compte tenu des conditions ambiances et géo-morphologiques, les causes préparatoires et celles qui ont déclenché les processus, les enjeux dynamiques ainsi que les conséquences. Récognitions sur place et dans les bassins-versants ont été effectuées, visant à la description et à la mesure des principaux paramètres de la géologie, morphologie, sédimentologie, topographie; en particulier les formes d’instabilité par glissement/éboulement, lave torrentielle et l’usage du sol ont été examinés à l’aide de photo aériennes et terrestres des archives IRPI (qui couvrent un arc de temps près de quatre-vingt ans), comparées au présent, pour mettre en évidence les possibles changes dans le temps. Documents historiques ont été consultés de la même façon. Un aide important à l’évaluation des modalités de l’écoulement des laves a été donné par les nombreuses témoignages par voix ainsi que photo et vidéo. Afin de mieux comprendre le mécanisme de charriage en masse, nature et déposition des sédiments on a relevé éléments topographiques et des échantillons de la matrice des mixtures ont été prélevés en cinq points pour l’analyse granulométrique et la recomposition en laboratoire du mélange d’origine. Le critère de choix du site et du matériel à prélever a été adopté compte tenu de lambeaux de dépôt non-façonnés, correspondants au débit de pic par rapport à l’expansion latérale et/ou altimétrique du front de lave. Des points de prélèvement pour chaque échantillonnage, de poids convenable (compris entre les 1000 et 5000 g) ont été choisi en correspondance de poches résiduelles (piégées par exemple à l’abri de saillies rocheuses, ou dans le vide entre blocs) qui donnaient certitude d’avoir ‘capturé’ une portion des mixtures pendant leur écoulement, en gardant avec bonne probabilité la fraction liquide d’origine. Vers l’aval, l’échantillon no.1 correspond au secteur moyen-inf. du lit principal (Rio Pian dell'Acqua-Rio Merdovine), le no. 2 au secteur moyen du cours d’eau (Fréjus) au confluent avec le premier tributaire (Combe Gautier), le no. 3 au secteur
  • 9. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 7 moyen-inf. du Fréjus à l’amont de l’apex du cône, les nos. 4 et 5 au secteur inférieur du lit principal (canalisé), à l’apex du cône. La répartition des échantillons suivant leur taille a apparu dans l’ensemble homogène et s’encadre dans la typologie connue des dépôts de lave tirant origine de roches-mère calcschisteuses. Afin de recréer les conditions de saturation totale (bien sûr en stationnarité) les échantillons, triés au préalable pour l’analyse granulométrique, ont été reconstitués en mélange sec, puis on l’a adjoint de l’eau au fur et à mesure que les vides interstitiels étaient totalement comblés. Du rapport (Psol+PH2O)/V on a extrait des valeurs de densité compris entre 1.77 et 1.99 k/dm3 , ce qui est en dans la règle pour la matrice des laves en domaine de calcschistes. La teneur en eau représentait le 22-26% en poids par rapport au matériel solide (Table 1). Echantillon Ensité (sec) Densité (tot.) % Eau 1 1,64 1,87 26,24 2 1,42 1,78 21,83 3 1,72 1,99 13,37 4 1,45 1,77 24,19 5 1,65 1,85 23,26 Table 1 – Caractéristiques de chaque échantillonnage L'échantillon 3, qui a été pris dans un lobe de dépôt avec 18% de fraction caillouteuse peut être regardé comme un outlier. Les valeurs sur dits (densité totale) sont un peu plus petits de ceux relatifs à d’autres processus de lave en milieu géologique en calcschistes (par exemple le ravin du Marderello en Val Cenischia); ça dépend des caractères granulométriques différents et du mineur poids spécifique (en Fréjus calcschistes et phyllades, en Marderello plutôt marbres, pierres vertes et calcschistes gréseux massifs). Un échantillon qui avait été extrait du Fréjus (moyen cours), lors d’une lave torrentielle du 21 juillet 2006, a montré densité 2 k/dm3 et teneur en eau 20,11%, valeurs qui sont assez proche des surnommés. IV.1 Le processus de laves torrentielles Les importants et rapides apports hydriques en contrebas de l’arc rocheux de crête, surtout les torrents Pian dell'Acqua, Gravieras, qui forment le Merdovine, et la Combe Gautier dont les versants ont vu le surcreusement ou la réactivation des nombreux petits ravins hébergés dans les nappes de débris de pente, ont provoqué l’érosion et la remise en mouvement de masses détritiques et de terrain donnant immédiatement origine à mélanges solides-liquides. A partir de ces zones-source le flux des matériaux a rapidement atteint le fond de l’étroite vallée du Fréjus et par pulsations progressives liées à étrécissement ou élargissement de la section du lit torrentiel, une lave torrentielle multiple s’est dirigée vers l’embouchure du lit canalisé à l’amont de la ville de Bardonnèche. Dans la zone habitée, vers la fin de l’orage qui a été marquée par un gros coup de tonnerre (les 19:00 à peu près), le front de lave a commencé à écouler avec vitesse variable suivant la pente de lit, la section d’écoulement et la conformation des berges, qui sont partout revêtues par ouvrages de renforcement: endiguements en pierraille dans le secteur plus à l’amont du cône et murs verticaux en béton ailleurs. La vitesse moyenne d’écoulement en surface, déduite de données topographiques et de l’analyse de documents vidéo a été de 5-7 m/s; on peut donc supposer que le temps de propagation du premier front de coulée le long du secteur du lit canalisé (900 m) ait été 3-5 minutes au plus. Une vingtaine de vagues principales se sont puis succédées pendant une douzaine de minutes. En certains secteurs du chenal l’écoulement a été à pleine section, où l’on a estimé un débit de pointe de 150-200 m3 /s ; en d’autres secteurs la section d’écoulement a été réduite avec un débit estimé en ce cas de 30-40 m3 /s ; cela en dépendance de la formation de dépôts ou de la présence de dépôts précédentes, ce qui a favorisé l’alluvionnement en gauche et droite dans la zone habitée du bas-bourg de Bardonnèche. Le dépôt solide, dans le segment inférieur du chenal et les rues avoisinantes a été estimé de 15.000 m3 , tandis que le volume écoulé le long du cône avant le confluent en Doire peut s’approcher à 150.000 m3 . IV.2 Le débit solide Le torrent du Fréjus est celui d’où provient le charriage de la plupart des matériaux qui composent l’apparat sédimentaire à graviers, blocs et cailloux sur lequel a été édifiée la zone habitée de Bardonnèche jusqu’aujourd’hui. Des apports secondaires ont provenu de la vallée de la Rho, en contiguïté, presque entièrement entaillée en roche calcaire. Un forage avait été exécuté à fin mars 2008 au marge du cône, à la
  • 10. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 8 confluence entre le Fréjus et la Doire de Melezet et en face de la paroi rocheuse qui borde la rive droite de la vallée; on a vu qu’au moins à 31 m de profondeur il n’y a pas encore de roche-mère. L'examen des carottes, en particulier l’analyse lithologique des clastes, paraît confirmer que ces dépôts sont en très grande partie attribuables au bassin du Fréjus. En effet les éléments de claire origine calcaire (bassin de la Rho) ne représentent que 15% du total. La matrice de ces mêmes dépôts présente une courbe granulométrique mal classée, avec diamètre moyen 4 mm, gravier 60%, sable 25%, limons et argiles 15%. Cela suggère une origine des dépôts par apports répliqués de laves torrentielles qui en temps relativement rapides ont comblé la cuvette de Bardonnèche après disparition de la couche glaciaire. Les résultats des analyses granulométriques (qui ont été faites par voie humide avec Microsieveshaker/1S pour la fraction <1mm) ont montré une certaine affinité entre eux pour ce qui concerne la fraction limon- argile (<0.062 mm) qui est comprise entre 20%-32% et celle de sables (<2>0,062 mm) entre 37%-50%. Gravier et cailloux (jusqu’à 64 mm) sont présents entre 18% et 42%, le diamètre moyen étant 0,20-1,00 mm. La fraction inférieure à 2 mm est donc la plus élevée étant comprise entre 58% et 82%, et cela explique la prioritaire aptitude des débris à l’intérieur du réseau hydrographique à la prise en charge sous forme de mélange dense. La taille des grains est répartie en 13 classes avec bon degré de sorting, chacune d’entre elles ne diffère que pour le 10% en poids parmi les autres. La distribution granulométrique, par rapport à celle de la matrice d’autres laves torrentielles étudiées en Val de Suse, apparaît orientée vers classes en moyenne plus fines; les valeurs de diamètre moyen de celles-là étaient comprises entre 12 et 17 mm, tandis que les fractions graveleuses étaient variables entre 40-80%, celles sableuses et limo-argileuses autour de 30-42% et 19-24% respectivement (par exemple le cas du Marderello en Val Cenischia; Tropeano et al, 2005). Cela correspond au fait que dans le bassin du Fréjus les calcschistes prévalent, associés à des grandes masses de phyllades, qui délivrent en quantité débris de taille fine avec poids spécifique et densité de masse plus modeste. Un échantillon prélevé dans le bassin moyen, juste à la fin de l’orage du 21 juillet 2006, présentait D50= 0,35 mm et teneur respectif en gravier, sable, limon-argile du 20, 52 e 28%: ces valeurs dans l’ensemble sont concordantes avec les données sur dits. Par contre, un échantillon prélevé dans le tributaire Combe Gautier, après l’orage d’août 2004, présentait D50= 1,75 mm et teneur respectif en gravier, sable, limon-argile du 48, 32 e 20%. Une telle fluctuation vers tailles des grains aussi élevées peut s’expliquer tenant compte de la relative prédominance de schistes carbonatés massifs dans ce vallon. IV.3 Précédents historiques Les phénomènes d’instabilité des versants et de crue des torrents dans le quatre vallées qui se réunissent dans la plaine de Bardonnèche sont plusieurs fois mentionnés dans les documents biblio et d’archive dès du débout de l’Age Moderne; datations au Carbone-14 ont décelé que tels processus remontent à la Préhistoire, et l’évidence géomorphologique témoigne qu’il se sont déjà développés à partir du Tard-glaciaire. Entre 1728 et aujourd’hui (trois siècles) au moins 83 épisodes de lave torrentielle sont documentés (et directement témoignés par les auteurs à partir de 1973). Relativement au Fréjus 20 laves torrentielles sont rapportées, qui apparaissent avec fréquence particulière (tous les 5-10 ans en moyenne) dans les derniers 50 ans, le donné étant sans doute en défaut par lacunes existantes pour l’âge à l’arrière [Tropeano et Turconi, 2004]. Parmi les événements aux conséquences plus lourdes on rappelle ceux du 20 juin 1734, de l’août 1865, du 3 août 1934. Parmi ceux plus récents, on mentionne le 7 août 1997, 6 août 2004 [Tropeano et al., 2006] et 20 juillet 2006 [Savio et Turconi, 2006], en outre des cas mineurs où la dynamique de débit solide hyper-concentré a prévalu. Une lave torrentielle s’est dernièrement vérifiée le 13 juillet 2011; bien qu’elle n’ait pas répliqué les effets de celle ci-décrite, quand-même a été cause de souci une fois encore auprès des habitants. Suivant la chronique, au moins sept cas parmi les plus éclatants se sont vérifiés en juin-juillet et autant en août, c’est-à- dire en pleine saison touristique lors que le centre habité et les zone proches du cours d’eau sont très fréquentés. V CONCLUSION L’événement ci-décrit, en ce qui concerne les bassins ayant reflets sur les zone habitées (torrents du Fréjus et Rochemolles), qui a été directement témoigné par les auteurs, est sans doute comparable à ceux qui se sont vérifiés dans les douze ans précédents, mais les effets et les volumes des matériaux enjeu ont été plus grands. Les pluies enregistrées en proximité de la clôture du bassin du Fréjus n’expliquent pas d’une façon suffisante la magnitude de la coulée boueuse; l’effet des pluies associées à violentes foulées de vent et le collapse de
  • 11. Congrès SHF : «Evènements extrêmes fluviaux et maritimes», Paris, 1-2 février 2012 – Turconi L., Tropeano D, Savio G. - Laves torrentielles a Bardonnèche (Alpes Occidentales, Italie), 7 août 2009 9 ponts de neige (couche résiduelles des tombées de neige exceptionnelles de l’hiver 2008-2009, qui ont produit à Bardonnèche épaisseur de neige fraîche cumulée proche de 7 mètres) auraient été en mesure de contribuer sensiblement au déclenchement des laves. En cette occasion aussi on démontre comme il ne saurait être que simpliste l’essai de corréler seuils de déclenchement de laves torrentielles à partir des précipitations en milieu d’haute montagne, où les conditions de variabilité spatiale des pluies sont extrêmes, aussi par rapport à la complexe orographie qui est capable d’influencer décidément les caractéristiques du ‘solide’ de pluie. Les volumes résiduels de la lave torrentielle du Fréjus, dont la magnitude (volume total des solides délivrés) peut être établie de l’ordre de 150.000 m3, combinés avec un temps moyen de retour de 10 ans, justifient en voie d’hypothèse comme l’on puisse parvenir à un édifice de cône de déjection aussi énorme comme celui de Bardonnèche, tel qu’il a été généré pendant d’ici près 10.000 ans. Les phénomènes de laves torrentielle canalisée comme celui ci-décrit ne sont rien d’autre que la résultante finale d’une chaîne complexe d’effets d’événements physiques où les composantes géo-environnementales interagissent en manière extrêmement complexe entre eux, soit en relations de spatialité que de temporalité que de dynamiques différentielles; ce qui est assez connu en littérature et en particulier dans les études-guide d’Aulitzky (1972). Par cela une étude de tels processus avec approche géomorphologique, bien que simplifié et surtout par nécessités opérationnelles concentré sur les secteurs de cône, qui l’on considère expression morphologique synthétisé de l’ensemble des phénomènes enjeu dans le système-bassin (Wildbach-Index, travail cité) ne peut pas s’abstraire d’une analyse semi-quantitative des processus de versant ainsi qu’hydrologiques, dont le cône n’est qu’une résultante. Le critère même d’Aulitzky, qui s’appuie sur le signifié des ‘temoignances muettes’ (Stummen Zeugen) or les traces d’évènements passés dans la morphologie du cône, n’eût pas vérification pratique ni fût récépissé par les même compatriotes; ils argumentaient que la prévision du degré de danger est possible seul après la récolte et l’estimation de beaucoup et satisfaisantes données réalistes [Plattner, 2005]. VI REFERENCES ET CITATIONS Aulitzky H. (1972) – Möglichkeiten und Grenzen der Vorbeugung vor Unwetterkatastrophen. Oesterreichische Wasserwirtschaft, 24 (1/2):8-17. Plattner E. (2005) – Die Regelung der Gefahrenzonenplanung in Forstgesetz 1975. Wildbach- und Lawinenverbau, 152:25-28. Savio G. & Turconi L. (2006) – Eventi di colata detritica osservati nell’estate 2006 in Italia Nord- occidentale, GEAM 118, 43 (3):37-46. Tropeano D., Casagrande A., Luino F., Cescon F. (1996) – Processi di mud-debris flow in Val Cenischia (Alpi Graie): osservazioni nel bacino del T. Marderello. GEAM, Quaderni, 20 (Suppl. Anno 33, n° 2- 3):5-31. Tropeano D., Luino F., Turconi L. in collaborazione con Agangi A., Audisio C., Biddoccu M., Chiarle M., Casazza M., Cirio C.G., Fassi P., Giulietto W., Godone F., Iannotti S., Savio G. (2006) - Eventi di piena e frana in Italia settentrionale nel periodo 2002-2004. GNDCI n. 2911, Ed. SMS, Torino:158. Tropeano D. et Turconi L. (2004) – Using historical documents in landslide, debris flow and stream flood prevention. Applications in Northern Italy, Kluwer Academic Publishers, Printed in the Netherlands, Natural Hazards 31:663–679. Tropeano D., Turconi L., Nocente V., Savio G. (2005) – Le colate detritiche del 29 luglio e 2 agosto 2005 nel T. Marderello (Comune di Novalesa, Piemonte), GEAM, 115, 42 (2-3):51-76. Turconi L., Sunil De K., Tropeano D., Savio G. (2010) – Slope failure and related processes in the Mt. Rocciamelone area (Cenischia valley, Western Italian Alps), Geomorphology, 114:115-128.