SlideShare une entreprise Scribd logo
FRÉDÉRIC MACLER
L'Église
Arménienne
PARIS
LIBRAIRIE E. NOURRY
62, HUE DES tiCOLES, 62
1920
DU MISE AUTEUR
Publications relatives à l' A rménie moderne.
La musique en Arménie. -Paris, E. Nourry, i•12, 4o pages.
Autour de l'Arménie, Paris, E. Nourry, 't'il +326 p.
La France et l'Arménie à travers l'art et l'histoire. Paris,
H. Turabian, 59 p. et illustrations.
L'éternelle victime, dans Le Rappel, no du 13 novembre 1918.
France et Arménie, dans La Voix de l'Arménie, ne du
15 novembre 1918.
A propos des Arméniens, dans Par le monde, n° du 15 dé-
cembre 1918.
Les Arméniens en Syrie et en Palestine. Communication au
Congrès français de la Syrie. Mar`seille, 1919.
Erzeroum, ou Topographie de la haute Arménie..., dans le
Journal asiatique, no de mars-avril 1919,
Note sur quelques inscriptions funéraires arméniennes de
Malacca..., dans le Journal asiatique, n° de mai-juin 1919.
L'Eglise arménienne, dans Foi et Vie, cahier B, n°
20 juillet 1919.
L'assassinat d'un poète arménien, dans La Vie, n. du 15 oc-
tobre 1919.
Comment a vécu l'Arménie, dans,La Vie, no du 1• janvier
1920.
Impôt turc et peuple arménien, dans La Vie, no du 15 jan-
vier 1920.
Un gouverneur turc en Asie-Mineure, dans La Vie, no du.
lsr.février 1920.
L'ÉGLISE ARMÉNIENNE'
_ SOMMAIRE. — Arménie et zoroastrisme. — Arméniens et
Byzantins. — Arméniens et Arabes. — Armé-
niens et Latins (Cilicie). — Arméniens, Mongols,
Turcs et Persans. — X1Xe siècle. — Arménie et
Russie. — L'aube du IX• siècle.
Mesdames, Messieurs,
Un Arménien, enlevé à la fleur de l'âge, s'en
était allé mourir tristement à Malacca, dans le
lointain Orient. Une inscription, gravée sur sa
pierre tombale, portait les mots suivants :
Salut! 6 toi qui lis l'épitaphe de la tombe où je dors.
Die-moi les nouvelles, dis-moi la liberté des hommes de mon
[pays, pour qui j'ai tant pleuré;
Die-moi s'il s'est levé parmi nous un bon gardien qui les
[dirige et les protège.
Car j'ai vainement attendu toute ma vie qu'un bon berger
[vienne veiller au troupeau dispersé.
Moi, Hagop, petit-fils de Chamir, Arménien d'une noble
[famille dont je tiens le nom,
Né en Perse, dans une ville étrangère, à Nor Djou4ha, où
[tues parents reposent à jamais,
Le Destin m'a conduit dans cette lointaine Malacca, qui
[gardera mes restes mortels (2).
(r) Causerie faite è L'église des Billettes, le 8 février 192o -
(2} Cf. Robert Norman ISLAND, Historical tombstones or
Malacca, mostly of portuguese origin... (London, 1905),
in.4°, p. 6, — et Journal asiatique, tgig, I, p. 56o-563.
2
Si le, destin, par un caprice inattendu, per-
mettait à liagop de quitter le royaume des om-
•bres, nul doute que cet Arménien ne saluât avec
joie les moments que nous vivons. Il discerne
rata sans peine l'aube du jour nouveau qui com-
mence à poindre pour son peuple. Il verrait dans
cet état naissant de l'Arménie le résultat de fac-•
teurs nombreux et divers qui, tous, contribuè-
rent, chacun pour sa part, à l'heure de la'
délivrance et à assurer l'affranchi,sinient (l'un
peuple éperdûment épris de libellé, de vie so-
ciale, morale et intellectuelle, désireux avant
tout de vivre sa vie après les tribulations sécu-
laires qui l'ont fait la victime de ses puissants
voisins.
Parmi ces facteurs essentiels du renouveau
arménien, la place doit être faite très grande à
l'Église nationale arménienne. C'est ce qu'en
peu de mots, je voudrais vous rappeler dans
l'entretien de ce soir.
***
Le 2,6 mai et, le général arménien Vardan,
• à la tète de ses troupes, fortes d'environ 6o.000
hommes, accepta le combat contre un ennemi
plusieurs fois supérieur en nombre. L'armée
perse avait déjà traversé i'Aderbeidjan et s'ache-
minait vers les districts de lier et de Zarévand.
Le but des Persans était double : vaincre et do-
miner définitivement l'Arménie, privée de roi
depuis l'an tia8 ; étouffer le christianisme armé-
nien et faire de ses adeptes des adeptes du zo-
roastrisme.
Les Arméniens, de leur côté, luttaient pour
l'indépendance de leur patrie ; ils soutenaient
le combat de la foi chrétienne contre les visées
dominatrices des mages. C'était un duel à vie ou
à mort. Il s'agissait pour Vardan et ses soldats
d'assurer le triomphe du nom arménien chré-
tien ; il s'agissait pour les Vardaniens de défen-
dre le sol de la patrie déjà souillé par l'enva-
hissement de l'ennemi.
Le combat s'engagea dans la plaine d'Avaraïr.
Non seulement les prêtres exhortaient les soldats
arméniens à repousser toute frayeur, non seule-
ment ils enflai -Limaient les combattants en évo-
quant les souvenirs bibliques d'Abraham sacri-
fiant son propre fils Isaac, de Phinée immolant
les Hébreux violateurs de la loi, du petit David
luttant contre le géant Goliath, mais ils prê-
chaient eux4mèmes d'exemple. Les évêques, les
prêtres, les diacres, toutes les classes du clergé
arménien, l'épée à la main, veulent, eux aussi,
contribuer à repousser l'ennemi du nom chré-
tien.
Malgré tant de courage et d'héroïsme, malgré
tant d'abnégation et d'esprit de sacrifice, les Ar-
méniens succombèrent sous le nombre. Vardan
et io36 de ses compagnons trouvèrent la mort
dues cette lutte inégale. Les survivants de l'ar-
mée arménienne se sauvèrent par petits groupes
dans des endroits inaccessibles, qu'eux seuls con-
naissaient, dan.s des châteaux forts où ils pour-
raient se reformer et continuer la lutte, une lutte
de guerilla, contre les troupes perses, durement
éprouvées, elles aussi, par le combat qui venait
d'avoir lieu.
La résistance arménienne aurait pu durer
longtemps, les • incursions que Vasak dirigeait
contre les Persans leur auraient causé à la lon-
gue de grands dommages. Le roi de Perse jugea
4
plus opportun de faire acte de lionne volonté'
et de donner des preuves non équivoques de ses
intentions pacifiques.
Sous l'administration un peu plus humaine
-du nouveau. marzpan (i52-.(164), les Arméniens
mirent bas les armes pour quelques années.
L'édit du roi proclamant libre l'exercice public
du christianisme fut partout promulgué. Les
évêques rentrèrent dans leurs diocèses ; les moi.
nes reprirent possession de leurs monastères et
de leurs domaines. Les anciens propriétaires spo-
liés recouvrèrent leurs biens. Pendant quelque
temps, le pays fut exempt de tribut ; le contin-
gent de cavalerie que devait fournir l'Arménie
fut diminué. Enfin, ceux que la violence avait
fait apostasier curent la faculté de rentrer dans
le giron de l'Eglise. (c Les dieux, disait le roi
dans son édit de tolérance, sont irrités contre
ceux qui ne vénèrent pas spontanément la reli-
gion du mazdéisme... Aussi, je laisse à chacun
la liberté de suivre le culte qu'il préfère, car tous
sont nies sujets... u
Et, de fait, au ve siècle de notre ère, une par-
tie de l'Arménie était devenue tributaire de la
Perse. Mais c'est précisément l'époque où, pri-
vée de chef temporel, elle affirme le plus sa per-
sonnalité. Le caractère arménien s'est - formé dé-
finitivement dans ces siècles qui vont du Ve à la
fin du ne et où, successivement tributaire des
Persans, des Byzantins et des Arabes, la natio.-
nalité arménienne se développa, s'épanouit, se
cristallisa enfin, de sorte que, dans le proche
Orient, cc petit peuple constitua un bloc nette-
(Ir) Cf. Fa. Totnemarze, Histoire politique et religieuse
de l'Arménie... (Parie [1910]), 1, p. 533-534).
—
ment distinct des peuples qui l'environnaient:
Une parenthèse d'ordre dogmatique me paraît
ici nécessaire. Elle vous expliquera, sous une for-
me peut-être ardue, comment le christianisme
arménien ne se confond pas avec les autres bran-
ches du christianisme.
On distingue, dans la formation et l'évolution
du dogme chrétien, un certain nombre de pério-
des où les préceptes et les articles de foi s'ajou-
tant les uns aux autres, finirent par constituer
cette masse imposante que l'on dénomme la dog-
matique chrétienne.
Dans ces multiples périodes, une des plus im-
portantes est le ive siècle, où les docteurs de
l'Eglise se livrèrent ces fameux combats que l'on
nomme les luttes christologiques. 11 s'agissait
de démêler' l'élément humain et l'élément divin
'en Jésus-Christ. La question controversée était la
suivante la nature du Christ est-elle identique
à celle de Dieu, ou lui est-elle seulement analo-
gue ? Les uns soutenaient que le Christ est Dieu ;
d'autres, qu'il est simplement une créature. A
ces controverses, que je me. garderai de vous ex-
poser, prirent part les plus célèbres pères de l'É-
glise, Athanase, Basile , Grégoire •de Nazianze,
Grégoire de Nysse. La première phase se termina
par le concile de Nicée, 325, Tri condamnait la
doctrine d'Arius. Les Arméniens adoptèrent les
décisions de ce premier concile (erliménique.
La deuxième phase 'des luttes ch•istologiques
est marquée par les noms de Cyrille de Jérusalem,
de Cyrille' d'Alexandrie, de 'Nestorius. Celui-ci
soutenait que le Christ avait conservé chacune
de ses deux natures distinctes ; il enseignait-
/a juxtaposition des deux natures dans le Christ.
Par contre, un archimandrite de Constanti-
6
nople, Eutychès, enseigne l'unité de la nature
en Christ ; il établit le monophysisme. On con-
voque un concile à Ephèse, 4.49, où Dioscure,
aidé de soldats, fait triompher la doctrine mo-
nophysite. Mais les décisions en furent annu-
lées par le concile oecuménique de Chalcédoine,
où l'on écarta les théories extrêmes, et où l'on
établit la dualité de la nature et l'unité de la
personne. C'était en 451, et les Arméniens, ab-
sorbés par leur lutte défensive contre les Per-
ses, ne purent y envoyer de délégués. Ils igno-
rèrent longtemps les déCisions du concile de
Chalcédoine, et, plus tard, lorsqu'ils songèrent
à éclairer leur religion, ils adoptèrent le mo-
nophysisme, tout en anathématisant Eutychès.
La chose est mise hors de doute par le xxe cha-
pitre du 3e livre de l'Histoire universelle d'E-
tienne Asolik. de Tarôn.
***
La séparation ne fut pas moins radicale entre
Byzance et l'Arménie, qu'entre l'Arménie et
ta Perse.
La turpitude des derniers Arsacides d'Armé-
nie précipita la chute de cette dynastie et, dès
l'année 396, l'Arménie était, de fait sinon de
droit, partagée entre la cour de Byzance et le
royaume de Perse. Un seul parmi les derniers
Arsacides essaya de réagir contre la décadence
qui menaçait son royaume. Le roi Vram-Clia-
pouh encouragea d'instruction et favorisa la nais-
sance de la littérature arménienne chrétienne.
Mais, mieux que les rois, mieux que les,prin-
ces, les catholicos ou chefs suprêmes de l'église
— 7 —
arménienne provoquèrent le radieux épanouis-
sement des lettres arménienneS. Grégoire l'Illu-
minateur, Vartanès, Nersès le Grand, Sahak le
Parthe, Mesrob le vartabcd posèrent les bases de
toute la vie intellectuelle et morale du peuple ar-
ménien par les traductions qu'eux et leurs élè-
ves firent de la Bible, des ouvrages de philoso-
phie, de théologie, d'histoire des auteurs grecs,
romains et syriaques. On considère le vB siècle
comme d'or de la littérature arménienne.
C'est le point de départ incontestable de la vie
nationale et indépendante du peuple arménien.
Cette indépendance se manifeste par les nom-
breuses écoles que ces • savants purent fonder
dans l'Arménie persane.
11 n'en allait pas de même dans l'Arménie by-
zantine, où il fut interdit d'établir des écoles
arméniennes, de prêcher le peuple en arménien,
de Finsiruire dans sa langue maternelle. Peut-
être faut-il voir dans cet exclusivisme grec à
l'égard des Arméniens une des raisons majeures
pour lesquelles ceux-ci montrèrent si peu d'em-
pressement à accepter le concile de Chalcédoine.
Une autre raison réside vraisemblablement
dans le fait suivant. Sur le point d'être battus
par les Perses et de voir le zoroastrisme supplan-
ter leur christianisme, les Arméniens implorè-
rent le secours de l'empereur chrétien Marcien,
qui le leur refusa.
L'inimitié ne lit que s'accroître entre Armé-
niens et Byzantins, et les premiers rejetèrent
délibérément un concile qui avait été tenu par
les iseconds. Pour des raisons d'ordre politique
autant que dogmatique, l'Arménie et Byzance
ne pouvaient pas suivre la même destinée.
Une tradition qui, selon toute vraisemblance,
e
r.- 8
ne remonte pas très haut dans le moyen-llge,
explique comment les catholicos présidèrent aux
destinées du Peuple arménien et de son église
nationale et autonome : bien qu'élevé à Césarée
de Cappadoce, en plein centre grec, Grégoire
l',Illuminateur déclare que son eglise,
arménienne, n'a été fondée ni par lui-indue.
ni par les apôtres,, mais par le Christ, le chef de
toutes les églises.
Le Christ descendit du ciel et ordonna à son
serviteur de lui construire une église dans la
ville de Valarchapat, ancienne résidence royale.
L'église reçut le nom de « Etchnnadzin », mot
certainement forgé pour-les besoins de la cause
et qui signifie « est descendu le lils unique
Quoi qu'il en soit de cette tradition, et quel
que soit le degré de confiance qu'on puisse lui
reconnaître, elle établit un fait : celui de mar-
quer de la façon la plus nette et la plus catégo-
rique que Léglise arménienne ne procède d'au-
cune autre, qu'elle a été établie à l'endroit dési-
gné par le Christ lui-même, qu'en un mot elle
est autocéphale. •
D'antre part, d'après une tradition non moins
accréditée riiez les Arméniens que la précédente,
Grégoire l'Illuminateur et ses successeurs
médiats auraient procédé. de la façon suivante
pour assurer le recrutement du primitif clergé
d'Arménie : Pour éviter l'ingérence étrangère,
pour ne pas faire appel, en particulier, à des
membres du clergé byzantin, on aurait choisi
parmi les prêtres • arméniens païens die sujets
intelligents que l'on aurait envoyés faire leurs
études dans des centres de chrétienté syrienne,
spécialement à Edesse et à Medzpin. Leurs étu-
des achevées; ces anciens prêtres païens étaient
— 9 —
consacrés au nouveau culte du Christ ; ils avaient
l'avantage d'être Arméniens. C'était à la fois
affirmer et affermir le caractère essentiellement
national de l'Eglise arménienne.
Enfin, il fallait au nouveau culte une liturgie.
Grégoire l'Illuminateur, alève de Césarée de
- Cappadoc,e, aurait pu iulDpkr le rituel grec. 11
redoutait les visées dominatrices de l'Eglise by-
zantine. 11 fait traduire la liturgie syriaque.
L'inimitié byzantine ne fit .qu'augmenter à
l'endroit de l'Arménie. Elle se manifeste non seu-
lement dans le domaine de la dogmatique, mais
aussi dans celui de la politique. Les catholicos,
constatant l'incapacité des derniers A•sacides à
la lin du ive et au début du ve siècle, veillent
eux-mêmes sur Je trône royal ; les rois ne si-
gnent aucun- traité avec leurs voisins ou avec
leurs ennemis sans avoir consulté le catholicos.
Celui-ci, d'accord avec leS patriotes arméniens,
princes et seigneurs, dévide d'éduquer le peu-
ple, de l'instruire, de lui apprendre à vivre sa
vie bien que soumis au joug étranger. Ce sont
les catholicos qui, à travers les siècles, depuis
le ive jusqu'à l'aube du xxe, conduisent le peuple
arménien dans la voie du progrès et de la civi-
lisation, le protègent dans les moments diffi-
ciles de son existence, le dirigent, d'un pas lent,
mais assuré, jusqu'à ce degré de maturité ois
if pourra, aujourd'hui ou demain, reconstituer
un Etat indépendant, vivre sa vie, renouer en-
fin la tradition, si souvent interrompue, de son
oeuvre de nation civilisatrice au milieu des peu-
ples qui le voulaient asservir, qui le martyrisè-
rent durement et fréquennnent, et qui, en der-
nière analyse, voient leurs plans destructeurs
misérablement échouer devant la ténacité d'un
10 —
petit peuple, décidé à vivre quand même. L'E-
glise arménienne, foncièrement démoci•atique,
a sauvé son peuple.
***
Les siècles passent. Le monde ressent les se-
cousses d'un cataclysme nouveau.
Parti des sables brûlants de son désert, le - con-
quérant musulman promène, au galop de son
cheval, une nouvelle religion.
La conquête arabe embrasse d'abord l'Arabie
elle-même. Le flot pousse vers le nord et se
scinde en deux courants. L'un dirige l'invasion
vers l'ouest, gagne l'Egypte, se répand sur tou-
te l'Afrique septentrionale, franchit le djebel
Tarik r domine l'Espagne et pousse une pointe
hardie dans le sud de la France.
L'autre armée envillit la Syrie, pénètre en
Perse, d'où le dernier roi sassanide s'enfuit en
Bactriane, emportant avec lui le feu sacré et ses
pyrées.
La conquête de. la Perse achevée, restait à
dompter l'Arménie, ce dernier fleuron de la cou-
ronne persane. Pendant cinquante ans, la lutte
fut atroce, et les plus grandes cruautés furent
commises. Les catholicos, qui résidaient alors
à Dwin, adressent leur appel désespéré à l'em-
pire chrétien de Byzance. Les ba,sileis, qui en-
tendaient prélever en Arménie un fort tribut,
qui prétendaient exiger la soumission absolue
de ce pays, sans prendre en retour d'engagement
à son égard, sans lui accorder aucune protec-
tion efficace, en retirèrent peu à peu leurs trou-
pes, et, à la lin du vue siècle, la conquMe arabe
de l'Arménie était un fait accompli. L'évêque
ri-
r— 41. —
Sébêos et son successeur Léwont ont raconté
avec les détails souhaitables ce que fut ce nou-
veau fléau, qui venait de s'abattre sur le terri-
toire arménien.
Malgré les horreurs du carnage, malgré les
tueries .sans nombre, qui sont le lot inevitable
de toute guerre, de toute conquête et de toute
domination, l'islamisme arabe apportait un élé-
ment nouveau dans les relations de peuple à
peuple. Il mettait fin ,*ix querelles religieuses.
Le temps n'était plus aux discussions théologi-
ques ni aux conversions forcées, imposées par
les supplices les plus raffinés. En face de cet
ennemi nouveau, il fallait se battre ou se sou-
mettre, il fallait se révolter ou accepter la nou-
velle domination. La Perse, avec son zoroastris,
me, s'effondra devant la conquête arabe. L'Ar-
ménie, avec son christianisme et son église, res-
ta aeule en face de l'islamisme, sut lui imposer
le respect de ses traditions et de sa religion, et
finit par vivre 'en bonne intelligence avec ses
nouveaux maîtres.
Transportés dans des pays de civilisation su-
périeure, les Arabes, sentant leur infériorité cul-
turelle, adoptent et s'approprient sans scrupule
les civilisations qu'ils rencontrent. lls ne cher-
chent pas à en imposer une qu'ils ne possèdent
pas ; ils ne détruisent pas, par simple méthode
barbare, pour le plaisir de détruire. Leur cime-
terre n'hésite pas à répandre des flots de sang,
jusqu'à cc qu'ils aient obtenu la soumission
voulue ; mais, ce but une fois atteint, le con-
quérant arabe respecte le monument d'art qu'il
rencontre sur sa route ; il sent la supériorité
d'une architecture dont il pourra faire son pro-
fit; il laisse subsister ce dont il espère tirer parti.
— 12 —
Aussi la politique arabe à l'égard des Armé-
niens diffère-t-elle totalement de celle des Sas-
sanides. Tandis que les Persans n'avaient songé
qu'à convertir de force les Arméniens et à se les
assimiler par n'importe quel moyen, tout l'ef-
fort des Arabes consiste a maintenir l'Arménie
dans une -soumission absolue ci a en tirer le plus
de profit possible.
ln monument arménien, malheureusement
ruiné, montre à l'évidence la liberté dont joui-
rent lis catholicos arméniens du vile siècle pour
élever des temples et bfitir des églises. J'ai nom-
mé Zwarthnots. Cette église constituait, avec
Etchmiadzin, R'ipsimê, Gayiani3 et Cholakalh, un
des plus importants sanctuaires arméniens cons-
truits dans la plaine hraratienne.
En édifiant le couvent et, l'église de Zwarth-
note, 645-66o, catholicos Nersès Ill n'avait
d'antre but que de ramener dans la région de
Valarchapat le siège 'pontifical qui résidait à
Dwin depuis le milieu du ve siècle. 11 s'éloignait
ainsi de Dwin, complètement au pouvoir des
ostikans ou gouverneurs arabes ; il s'écartait- da-
vantage des empereurs de Byzance, dont la per-
fidie et la cruauté avaient été si dures au peu-
peuple arménien. •
'A velte date, on se trouve .en. face de deux faits
positifs : le monophysisme définitivement adop-
té par l'église nationale arménienne comme étant
l'expression adéquate , de sa pensée religieuse ;
— l'érection du temple de Zwarthnots, qui con-
sacre la séparation totale d'avec Byzance.
Et les Arabes, reconnaissant la valeùr et les
mérites des Arméniens, sachant qu'il valait .
mieux les traiter en amis qu'en ennemis, déci-
dèrent de restaurer la royauté arménienne. Sur
— 13 —
le déclin du ne siècle, le prince des princes,
Achot Bagratouni, avait si sagement administré
ses domaines, il avait rendu de si grands servi-
ces à la cour de Bagdad, que le khalife lui en-
voya, par l'entremise de Yisa, une couronne et
des habits royaux. Le - en n'ohms Gêorg oignit
à Ani le nouveau roi d'Arménie. Ainsi le •peu-
ple arménien, dont l'existence, depuis le v° siè-
cle, avait été en grande partie sauvegardée par
ses cathelicos et son église, i, ∎-ait refleurir son
indépendance. C'était un lurrizon nouveau qui
s'ouvrait devant lui.
***
De grandes familles princières • présidèrent
aux destinées de l'Arménie médiévale : les Ard-
zroumiq, les Sitmiq, les Bagratouniq, les Ma-
ni ikonianq.
Ces derniers; ne possédant pas de vastes ter-
ritoires, bornèrent leur ambition à servir la na-
tion avec fidélité et dévouement. Pluiieurs fré-r •
néraux, issus de cette famille, ajoutèrent un
lustre nouveau aux armées arméniennes.
La principauté des Siuniq laissa un nom di-
gne de mémoire dans les annales de 'l'Arménie.
On conserve le souvenir de plusieurs princesses
qui, fidèles aux instructions de leurs évêques,
acquirent une réputation toute particulière de -
bonté et de charité. La princesse Bouregh, dont
la beauté égalait la piété, alla au devant d'Héra-
clius, avec des chevaux et de magnifiques ca-
deaux, lorsque cet empereur se dirigeait vers la
Perse. Une autre princesse, Chahandoukht, fit
édifier de superbes constructions qu'elle offrit
au monastère de Tathew, Ce couvent était deve-
U — •
nu, dès le vif siècle, un foyer intense d'instruc-
tion. Les plus célèbres calligraphes, les miniatu-
ristes les plus habiles s'y étaient, formés ou s'y
étaient donné rendez-vous. La quantité de rui-
nes de châteaux, d'églises, de couvents, que
l'on relève en Sionnie, montre à l'évidence quel
degré la civilisation. y avait atteint, lorsque les
Bagratides régnaient à Ani et les Ardzrouniq à
Van.
Les Bagratouniq 'on Bagratides reçurent de
Iliegdad unc couronne royale, et le premier roi,
Achat, couronné à Ani, sut faire respecter les
limites qu'il avait tracées à' son royaume. L'uni-
té qu'il avait réalisée ne tarda pas à• disparaître
à sa mort. L'Arménie fut divisée par l'ambition
même de ses princes. Smhai, fils et successeur
d'Achot, avait à peine pris les rênes du gouver-
nement, que son oncle Abas voulut lui arracher
la royauté. Les efforts du cm holicos Gêorg pour
les récon'cil'ier restèrent vains. • Plus tard, la
royauté bagratide, ne tarda pas à être scindée ;
on compta un royaume à Ani, un autre à Kars.
Les. Ardzrouniq, de leur côté, avaient fondé
un état indépendant dans le Vaspourakan, avec
Van pour capitale. C'était une nouvelle cause
d'affaiblissement pour le peuple arménien. Aus-
si l'effort des catholicos consista-t-il avant tout
à maintenir l'unité morale du peuple, alors que
l'unité politique lui faisait de plus en plus dé-
'faut.
Un exemple, choisi entre plusieurs, fera com-
prendre le rôle capital qu'avait à jouer le ca-
tholicat arménien pour préserver son peuple de
la ruine et de l'anarchie.
Malgré son énergie, le roi Achot Erkath ne
parvint pas à faire comprendre aux nakharar
— 15 —
(satrapes) que leurs luttes intestines causaient
le plus grand préjudice à la patrie elle-même.
L'ostikan Youssouf en profitait. pour établir
sa résidence à Dwin et diriger en personne les
(11 s a...tal jolis commises par ses soldats arabes.
Go nouveau malheur de l'Arménie trouva enfin
un écho à Byzance. Le catholicos obtint de l'em-
pereur. que des secours fussent envoyés au roi
d'ArMénie. Youssouf fut surpris d'apprendre la
chose, et il couronna roi un certain Achot, cou-
sin du mi Achot lui-même. La guerre civile s'en-
suivit luit naturellernent. Elle ne prit lin que
sur l'intervention du catholieus, qui réussit à
réconcilier les deux princes. La paix fut conclue
à Dwin. Ce rôle bienfaisant du catholicat se
poursuit pendant toute la durée de la dynastie
bagratide. Il serait oiseux d'insister davantage.
** *
Les différentes royautés de la Grande Armé-
nie avaient peu à peu succombé sous les coups
réitérés dos Byzantins et des Turcs Seldjoukides.
Le royaume d'Ani lui-même n'existait plus, et
les Arméniens qui l'avaient pu avaient émigré
vers des sites plus hospitaliers. Une bonne par-
tie s'était dirigée vers la Cilicie où, dès les temps
les plus reculés, les Arméniens étaient venus
.trafiquer. se fortifièrent sur les hauteurs du
Taurus et là, absolument chez eux, ils purent
braver l'ennemi. A la fin du xe siècle, la migra-
tion s'accentue et, au xne, les Arméniens com-
mencent à entrer en relation avec les nations oc-
cidentales qui venaient en Orient délivrer les
'lieux saints des mains des Egyptiens. Un de ces
princes arméniens fit une alliance d'amitié avec
— 16 —
les Croisés ; Constantin les secourut, leur fit
connaître les routes, leur procura des provisions
et des munitions pendant le siège .d'Antioche.
Pour lui témoigner leur reconnaissance, les prin-
ces croisés lui décernèrent le titre de marquis.
Le xIIe siècle touchait à son déclin, et Sala-
heddin, ce Kurde, né dans l'Arménie méridio-
nale, s'empara de Jérusalem (1187). Les nations
occidentales forment rie nouvelle croisade et,
sous la conduite de Frédéric Barberousse, ne
tardent pas à pénétrer en Asie. Arrivé à iconium,
l'empereur envoie une ambassade au prince
d'Arménie, Léon, lui demandant aide et protec-
tion pour la grande oeuvre chrétienne qu'il vient.
accomplir en Orient. Léon répond favorablement
à l'empereur et envoie d'abondantes provisions
aux Croisés. Il espère, en retour, recevoir une
couronne royale de la main même de l'empe-
reur.
Lorsque l'armée impériale eut pénétré en
Isaurie, le prince Léon, le .catin d iras Grigor, le
célèbre Nersès Lampronatsi, archevêque de Tar-
se, vont au devant de l'empereur. La rencontre
ne put avoir lieu, car Frédéric s'était nové en
se baignant dans le Calicadnus. -
Le couronnement de Léon fut, différé de ce
chef pendant quelques années. Il fallut attendre
qu'Henri VI, fils et sueeesseur de Barberousse,
se fût mis d'accord avec le pape Célestin III pour
envoyer à Léon une couronne royale et un éten-
dard à son chiffre. Enfin, le jour de la Noël i
Léon fut solennellement sacré roi d'Arménie par
le catholicos Grégoire VI, dans la cathédrale de
Tarse. Tous les dignitaires du nouveau royaume.
assistèrent à cette solennité, ainsi que le cardi-
nal Conrad, délégué du pape et de. l'empereur.
•
— 17 —
Pour ne pas rester en retard, le basileus Alexis
l'Ange envoya, lui aussi, une couronne à Léon,
confirmant de la sorte les droits et prérogatives
des Arméniens sur la Cilicie.
Le peuple arménien prit ainsi. contact avec
une nouvelle branche de la chrétienté, la cour
de Rome. Léon ne perdit pas de temps pour or-
ganiser son royaume. 1I transféra le trône de
Tarse à Sis, qui devipt la capitale politique et
religieuse de l'Arméno-Cilicie. Il fonda des tri-
bunaux, fixa la quotité des impôts et imita, dans
une ]arge mesure, l'organisation des principau-
lés latines de Svrie. Il dota richement les cou-
vents et donna des immeubIe.s aux ordres des
chevaliers. Il entra en relations suivies avec los
nations européennes et se sépara complètement
de Byzance, contre qui il pourrait dortnavant
lutter avec. succès, grâce à ses nouveau v alliés.
Les papes tirèrent également profit, des rela-
tions qui venaient de s'établir entre l'Occident
et l'Arménie. A partir tin règne de Léon II, une
correspondance active et suivie 's'établit entre
les papes de. Renie- et d'Avignon, les rois et les
catholicos 'd'Arménie, dans le but d'unifier les
églises romaine et arménienne. Plusieurs rois de
l'Arméno-Cilicie, fondant de grandes espéran-
ces sur leurs relations avec -l'Occident, étaient
enclins à faire de grandes concessions théologi-
ques et religieuses. Mais la nation arménienne
défendit énergiquement l'indépendance et l'au-
tonomie de son église, et les tentatives d'union
faites par Borne n'eurent pas phis de succès au-
près du peuple d'Arménie que celles qui avaient
été faites jadis par hi toute puissante Byzance.
Dans cet ordre d'idées, une mention spéciale
doit Mre faite des Unitaires qui, une fois encore
— 48 —
tentèrent de rapprocher tellement les églises ar-
ménienne et romaine, qu'il en résulterait natu-
rellement une fusion si intime et si étroite que
ces églises finiraient par n'en faire plus qu'une
seule.
Leur chef, Jean de Qrni, neveu du prince
Grigor, seigneur de Qrni, était élève du domi-
nicain Barthélemy de Bologne. L'effort des On-
nitor consistait à établir une union complète
entre l'église arménienne et l'église latine, non
seulement en ce qui concerne la foi, niais en ce
qui regarde le rite. Ils voulaient, ramener le rite
arménien au rite latin.
Ces intentions po)voquèrent le mécontente-
ment du peuple arménien, qui se refusait abso-
lument à échanger la liturgie de Grégoire l'Illu-
minateur confie celle de Bome.
Parmi les Unitaires, Nersès Balients, origi-
naire de Cilicie, évêque d'Ourmia, se fit particu-
lièrement remarquer. Il se rendit en France,
sous le pontificat do Clément VI, séjourna à Avi-
gnon et se perfectionna dans la connaissance du
latin. De même, le patriarche d'Arménie, Ha-
gop H, vint en France, en 3”, alla à Avignon
auprès du pape Innocent VI, et s'entretint avec
lui des affair-.5:, d'Arm•nie. Il écrivit diverses let-
tres pastorales, dans le but d'encourager l'en-
'reprise des Unitaires.
Malgré ces différentes tentatives, venues de
l'Occident, le clergé national arménien veillait.
Le couvent de Tathew, en Siounie, devint, k
rempart de l'orthodoxie arménienne. Jean d'O-
rotn, Grégoire de Tathew et leurs élèves acqui-
rent par leur science, par leurs publications, par
leur orthodoxie farouche mais justiliée, la ré-
— 19 —
putation de défenseurs de l'église et du peuple
e,'Arménie contre les avances de l'église latine.
***
Placée au carrefour des peuples, l'Arménie
étt•it condamnée, par sa position géographique,
à subir Le choc. de toutes les hordes barbares qui,
parties de l'Asie centrale, déferlaient vers l'ouest,
en rasant tout sur leur passage. Après les inva-
sions seldjoukkles à la fin du xie et ;tu Nu' siècle,
ce •fut, au xme siècle, le tour dus Mongols. Et
l'Arménie eut toujours, au sein de son clergé,
des hommes de valeur qui surent parer au dan-
ger le plus immédiat, sans le 'pouvoir éviter
complètement,
Yan'an le Grand, qui ne connut pas les hon-
neurs ecclésiastiques, qui se borna, sa vie durant,
à rester un simple moine, joua un rôle considé-
rable parmi ses contemporains et exerça une in-
fluence très grande sur iPs événements politi-
ques qui se déroulaient de son temp.s (i). Le
catholicos Constantin I" le chargea de missions
importantes et délicates auprès des évêques, des
supérieurs de communautés et des princes de la
Grande Arménie (2)-.
En outre, « le pape Innocent IV, qui, comme
tous les souverains pontifes à cette époque, dé-
ploya tous ses efforts pour ramener l'église ar-
ménienne à l'unité catholique et lui faire accep-
ter la suprématie du Saint-Siège, envoya en
Orient un légat nommé... Dimanche, forme vril-
gaire.... du nom de Dominique, avec une lettre
(T) CF. DULA MUER, Recueil dei historiens des croisades...,
Documents arméniens... {Paris, 1869), 1, p, 431-433,
f) Cf. pui.AuRiatt, op, Cit., p. 412.
— 20 —
adressée au roi Héthoum I" ; ce prince et le al-
tholieos éonfièrent à Vartan, nomme au plus docte
de leurs théologiens, lé soin d'y répondre et de la
réfuter. Cette réponse, qui renferme, en gui-
gnes pages, la discussion des points de dogme
controversés alors entre l'Eglise arménienne et
latine, prouve que Vartan était au cou-
rant des questions théologiques et philosophi-
ques agitées de son temps dans les école de
l'Occident. » (1)
Mais la circonstance de sa vie oit Vardan .ma,
nifesta le phis son habileté diplomatique e at-
tira .cle ce chef le plus grand honneur sur l'Egli-
se arménienne fut kt suivante : de nomades
qu'ils étaient, les Mongols tendaient peu à peu,
à devenir sédentaires. Le khan Iloulagou, qui
ignorait probablement le nombre de ses fun-
mes, ne connaissait pas davantage celui de ses
fils. Il s'agissait rependant de savoir guet sentit
son héritier sur le trône royal. On fit appel au
clergé arménien, comme étant alors l'élément
de civilisation le plus avancé et le plus capable
de résoudre un- tel problème. Et, dans ce clergé,
le choix tomba sur Vardan.
La caravane arménienne se met en marche et
arrive « à la cour de Houlagou, alors dans tout
l'éclat de sa puissance. La relation de l'entrevue
de l'humble moine arménien avec le monarque
mongol nous laisse apercevoir la ligne de con-
duite que Houlagou s'attachait à suivre pour
faire oublier aux vaincus les violences de la con-
qui''te, et. les rallier à son autorité ; elle nous le
.peint avec des instincts de bienveillance, de
douceur et d'humanité, et sous un aspect tout
(r) CF. Dut.mntrit, op. cit , p. 432-433.
— 21 —
différent de celui sous lequel -nous le montrent
d'autres écrivains, organes des nationalités op-
primées. La conversation intime qu'eut notre
historien avec Houlagon, la déférence que Lui
témoignait la principale femme de ce prince,
Dôkhouz Khathnun, et dont elle donna une
preuve éclatante, en le consultant sur une des
questions les plus graves et les plus délicates,
l'ordre de succession au treille, après la mort de
son mari, attestent combien arta n était appré-
cié à. la cour de Tauri•. Saris croire. qu'il déci-
da à lui seul cette question, en se prononçant
énergiquement pour Abaka, et pour le maintien
des dernières volontés de lioulagou, mandes-
léi'S en faveur-de son fils aîné, il n'est pas dou-
teux fine sa voix n'ait eu quelque poids dans la
balance, et n'ait conquis au nouveau souverain
les sympathies et le concours d'un parti puis-
sant et - nombreux; celui des populations chré-
tiennes de l'Orient. » (i)
***
Ces relations de bonne intelligence entre les
Arméniens et les Mongols étaient de bon augure
pour le peuple d'Arménie, et' les choses seraient
•esiées en cet, état, si les Mongols, dont la reli-
gion était plus que primitive (2), ne s'étaient
avisés d'en changer. Ils se trouvaient en face du
christianisme, dont la doctrine n'était pas pour
leur déplaire, mais dont la morale austère n'exer-
(r) Cf. DULAUSIER. Recueil e s historions des croisades.-
Documents arméniens.., 1, p . 433 .
(2) Cf. KIRAKOS DE GANDZ., K, apud M. BROSSET. Deux his-
toriens arméniens.,, (Saut-Pétersbourg, 1870), 13.0 134
et suivantes.
— 22 —
çait aucun attrait sur leurs esprits. rudimentaires,
et en face de l'islam, dont les félicités paradi-
siaques, beaucoup plus tangibles, leur apparais-
saient avec une attirance plus conforme a leurs•
appétits 'frustes et sauvages. Les Mongols optè-
rent pour l'islamisme et .ce fut un coup mottet
porté aux relations d'amitié déjà existantes en-
tre eux et les Arméniens.
Dès lors, et - pendant des siècles, du xve à la fin
du xvine, l'Arménie fut le théâtre des dévasta-
tions les plus inouïes que l'histoire ait enregis-
trées. 11 faut descendre au début du xxe siècle
pour voir les barbares de nos jours surpasser
ceux du moyen -âge.
L'Arménie et son peuple furent une pomme
de discorde continuelle entre les Turcs et les
Persans ; il n'y avait plus de royaume d'Armé-
nie ; il n'y avait plus de princes et de seigneurs
puissants, susceptibles de prendre la défense et
les intérêts du faible et de l'opprimé. • Après la
tyrannie des Ep..,yptiens, des Perses, des Kurdes,
des Tatars, des Turcomans, le sol de l'Arménie
était définitivement partagé entre la Perse et la
Turquie. Et malgré cela, le peuple arménien ne
disparaissait pas ; i1 ne sombrait pas dans la
tourmente qui le menaçait à chaque instant ; il
maintenait, au contraire, son individualité, sa
personnalité, son caractère ethnique et religieux
nettement déterminés. 11 vivait quand même, et
ceci, grâce à son église, grâce à son clergé. Pen-
dant des siècles, mais plus particulièrement au
xve, au xvi°, an xvne, l'Eglise arménienne a été
la véritable gardienne de la'nationalité armé-
nienne ; pendant des siècles, la race et la nation
arméniennes auraient péri, englouties par le tor-
rent des invasions, la folie des •massacres• et la
— 23 —
cruauté des déportations, si l'Eglise arménienne
n'avait veillé, avec un soin jaloux, sur les des-
tinées de son Peuple.
Et voici qu'au xvme siècle, l'aube d'un jour
nouveau semble se lever pour ce peuple affligé
de tant de maux. '
La Russie s'achemine lentement vers le sud,
vers le Caucase, vers les nations de chrétienté
orientale., qui saluent en elle le libérateur atten-
du depuis longtemps, qui les délivrera enfin et
à jamais de la tyrannie musulmane.
•A différentes reprises, les chrél iens d'Orient
avaient fait appel à Pierre le Grand pour les dé-
livrer du joug musulman et, en. 1722, le rno-
ment semblait propice. La Russie venait de triom-
pher de la Suède, et, sur le rappel de promesses
qu'il avait jadis faites, le tsar se décida •à mar-
cher vers l'Orient. La Perse septentrionale était
soc le point d'échapper aux Russes, grâce aux
intrigues des Afghans et des Ottomans.
« Le tsar est informé que les Arméniens de
l'Aderbeidjan lui procureront le plus efficace
des concours et il ordonne de constituer une ar-
mée de 5o.000 hommes, composée d'Arméniens
et de Géorgiens, qui doivent commencer l'in-
surrection en attendant l'arrivée des troupes rus-
ses. Pierre lui-même commande l'expédition,
descend le Volga, et vient jusqu'à Derbend,
dont il s'empare. Les Arméniens et les Géor-
giens se félicitent de l'arrivée des-troupes impé-
riales, 'escomptant trop tôt l'affranchissement
du joug persan. -Sans qu'on en connaisse exacte-
ment la raison, le tsar change d'avis, ne des-
cend pas au sud de Derbend et rebrousse chemin •
peur retourner à Astrakhan et en Russie, s'em-
.parant,' en cours de route, de la région septen-
— 24 —
trionale de la mer Caspienne. Le départ de Pier-
re le Grand ne change rien à l'économie de l'ex-
pédition, et les Busses continuent leur conquête
en s'emparant de Bakou et en occupant militai-
rement les provinces peuplées d'Arméniens, que
l'on nomme le Chirvan, le Karabagh, la région
de Nakhidjévan.
s< Mais les Arméniens avaient éprouvé, de ce
chef, une cruelle déception. Ils ne perdirent pas
courage, et, avec une patience digne de tous les
éloges, ils attendirent le moment favorable. Il
sembla venu lorsque la tsarine Catherine II et son
gouvernement ravivèrent par des promesses en-
courageantes les espérances arméniennes. Des
intelligences habilement entretenues à la cour
impériale permirent aux chefs des Arméniens,
aux méiiks du Caucase., d'élaborer un plan de
campagne qui affranchirait le pays de la tyran-
nie persane. La guerre avait été déridée pour l'été
i781i. Les forces arméniennes, réunies aux rus-
ses, devaient chasser les Persans et supprimer
la principauté de Chou.cha. » (1)
L'âme. et le promoteur dr cette politique avait
été l'archevêque Hovseph Arghoutian. Il devint
l'objet des faveurs de Catherine II et du tsar
Paul : le titre de prince fut décerné aux mem-
bres de sa famille (m).
Le programme était bien tracé et remplissait
toutes les conditions du succès. Mais... les Bus-
ses ne vinrent pas, et leur jonction avec les Ar-
méniens ne put avoir lieu. Quelques années
plus tard, en 1791, •les pourparlers recommen-
(I) CF. F. MArman. L'Arménie et les tsars, dans Foi et Vie,
no du aoilt 1916.
(2) Cf. M, ORMANIAN I L'Eglise arménienne... (Paris, 191o),
P. 7w.
— 25 —
Gèrent, toujours en vue du même objectif. Ca-
therine 11 elle-même intervient et manifeste sa
volonté très ferme de donner satisfaction aux
justes revendications des Arméniens. Les Bus-
i.es, cette fois, arrivent en nombre, et, secondés
par les Arméniens, se rendent maîtres de Der-
bend, de Chamakiii, de Gantzag (Elisabethpol),
et pénètrent dans le Karabagh. La fortune sem-
Hait sourire aux Arméniens, lorsque l'impéra-
trice mourut ; les troupes russes reçoivent l'or-
dre de rentrer dans leur pays, et les Arméniens
se trouvent à nouveau à la merci de leur enne-
mi séculaire. » (1)
Le xix° siècle débute sous des auspices peu fa-
vorables au peuple et à l'église d'Arménie. Et
s'il m'était 'permis d'employer un artifice. d'ex-
position, ,cher aux historiens, je vous propose-•
rais de reconnaître trois époques dans cette pé-
riode allant des dernières années du xviir' à la
lin du /of..
La première serait marquée par les compéti-
tions de ]);miel et de. David pour occuper le siège
pontifical d'litchmiadzin et par les querelle s qui
en furent la conséquence naturelle. Danie'I et
David constituèrent chacun mi parti dans le sein
même de l'église métropole. Pour assurer le
triomphe de leur cause, les partisans de Daniel
'l'hésitèrent pas à rompre avec la tradition et à
commettre iris acte anticammique : leur chef
fut oint catholicos dans le couvent de sourb
(saint) Yohan ou Ereqkhoran, en ii8o2, alors
(i) Cf. P. MACLER, op, cit., p. 31.o.
que, un an auparavant, David avait été oint dans
l'église métropole d'Etchmiadzin.
ile la sorte, il y eut deux titulaires pour le '
môme siège pontifical. Ces querelles ne nous
intéresseraient que médiocreniefit si elles n'a-
vaient eu unie repercnesion immédiate dans la
vie politique et morale-du peuple arménien. L'un
de ces partis servait la politique du sultan de
Stamboul, tandis que l'autre tavorisait celle de
la capitale moscovne. Le parti de Daniel chercha,
par le moyen du sultan ottoman, à décider le
Khan d'Erivan à détrôner David. Le khan ré-
pondit qu'il n'avait pas à s'occuper de cette af-
faire, vu que les Arméniens ont une loi d'après
laquelle un pontife, une fois oint, doit être main-
tenu sur son siège jusqu'à sa mort.
Le parti daniefien se plaça sous le protectorat
de la 'Russie, tandis que les davidiens recouru-
rent à l'inituence, pursune. Les dissensions se
prolongeaient, au detriment du prestige du siège
d'Etchiniadzin, lorsque David finit par arracher
à Daniel une lettre de repentir. Malgré ces que-
relles, qui ébranlèrent fortement l'autorité du -
siège catholical, il convient de mentionner, ne
lfit-ce qu'en passant,, l'institution du synode d'Et-
chmiadzin, due à l'initiative de Daniel", 1806.
Il gouverna fin an et demi, sous le protectorat
de la Russie, et fut reconnu comme catholicos
par les puissances musulmanes.
Un pareil état de choses ne pouvait se prolon-
ger et, si l'histoire doit relever le peu de kin
que -Daniel et, David prirent des intérêts du peu-
ple arménien. on signalera d'autant plus volon-
tiers l'aelkité de Nersès Achttarakétsi.
Bien tRant d'ttre élu catholicos (18(13), Ner-
sès d'Aclitarak avait rendu de grands services '
— 27 —
à la nation arménienne. 11 prit une part impor-
tante à l'institution du , synode d'Etehmiadzin.
fonda à Tiflis, en 1824, le célèbre séminaire
NerSessian. Il fut, de 1822 à 1826, pendant des
moments très difficiles, le véritable et parfois le
seul soutien du siège pontifical, dont il réussit
à payer une partie des dettes. qui l'accablaient.
Enfin, il crut servir les intérêts du peuple arillé-
Men, en dégageant le siège d'Etcnmiadzin du
joug musulman, et en le plaçant sous Je protec-
torat de la liussie (1827).
La Russie avait réussi à occuper Erivan et
Etchmiadzin, grâce aux volontaires arméniens,
cmuniandés par l'archevêque Nersès Achtarakétsi
(1828). « A cette occasion, l'empereur Nicolas 1
(1825-1855) se prodigua en promesses, au point
de faire luire à leurs yeux l'espoir d'une auto-
nomie politique. Comme me de ses bonnes in-
tentions -, il avait même donné momentanément
le nom d'Arménie à ces nouvelles provinces.
Mais ce ne fut là qu'une simple manoeuvre ima-
ginée dans le but de faciliter ses projets dç do-
mination. Une fois le pays soumis, le gouver-
nement du czar chercha même à soumettre k
spirituel. C'est ainsi que le règlement (pologé-
nie) sp&ialement édicté (1836) pour établir les
rapports de l'administration patriarcele, ouvrit
toutes grandes les. portes à l'intervention de l'au-
torité politique. Les observations que purent
faire à cet égard les Arméniens de Russie, de
Turquie et des Indes restèrent sans résultats, et
le pologé nie n'a cessé d'être en vigueur dans son
intégrité »
(1) cf. M. °M'AMAN, L'Eglise arménienne... (Paris, 19E0),
p. 71-72.
— 28 —
Nersès d'Achtarak avait peut-être fait fausse
route en faisant 'appel au tsar, pour préparer et
réaliser "l'affranchissement et l'indépendance du
peuple arménien par la Russie. Il avait, en tous
cas, agi en parfaite bonne foi.
Toute autre fut la méthode préconisée par
Khrimian. Lui aussi voulait la liberté, l'indé-
pendance, l'autonomie de la nation arménienne.
Mais au lieu de recourir à l'étranger, au lieu de
faire appel à un allié puissant qui peut devenir
tOt ou tard un inaitm et un despote, il exhorte
son peuple à ne compter que sur lui-même, à
préparer par ses propres moyens son émancipa-
tion et son affranchissement. Il prépare la voie
Morale, la seule vraie, alors que ses prédéces-
seurs avaient trop compté sur le concours de
l'étranger;
L'oeuv're de Krimian a été fort bien décrite par
un écrivain arménien contemporain.. Je m'en
voudrais de ne pas vous faire connattre
qu'une de ce2, pages. Mon français ne vaudra pas
son arménien. Vous saurez être indulgents (i) :
'Tandis que la presse arménienne de Constan-
tinople, morne et atone, se taisait en face des tor-
tures inouïes que subissaient les Arméniens des
provinces, une voix résonnait, fière et altière,
dans ce silence timide et volontaire; elle réson-
nait avec tonte la eonscience de la dignité hu-
maine, sans s'insinuer, sans flatter, sans cacher
les plaies ensanglantées du « grand muet qu'est
le peuple », de l'exécrable enfer des souffrances
arméniennes, enfer pavé de sang et. d'ignominie.
Cette voix s'élevait du Vaspourakan, des han-
(i) Ci. F. MACLER, Autour de l'Arménie (Paris, 1917),
p. 24o et suivantes,
teurs de Varak, où était allé percher l'aigle, et
d'où il lançait ses cris aigus vers les horizons
bruineux du pays arménien, pleurant avec son
peuple, vivant ses tortures et partageant son mar-
tyre, faisant connaître les plaintes désespérées
de ce peuple contre- les forces aveugles de la
barbarie.
C'était khrinnan, la noble conscience, l'in-
terprète des douleurs et des voeux endeuillés du
peuple arménien d'alors. « L'aigle du Vaspou-
rakan » (Ardzive Vasbouragani) apparaissait
comme, un phénomène extrèmenitent révolu-
tionnaire dans l'horizon arménien. C'était le seul
organe de la patrie, qui, ,tout en pleurant les
ruines, adressait à la nouvelle génération des
appels de lutte et de révolte. Les pleurs et les
plaintes ne formaient qu'un même cri de dou-
leur, s'élevant de l'obscure imprimerie de Va-
rak, parvenant au loin, à Constantinople, au Cau-
case, en Perse , racontant les souffrances du
peuple, apportant partout le parfum des monts
et des vallons de la patrie, remplissant les coeurs
de l'enthousiasme le plus patriotique, Je plus
pur, le plus chaleureux.
Kbrimiao était un autre Alic.han, établi sur le
sol int'que de hi patrie, au sein de sa propre race,
en contact immédiat et journalier avec le formi-
dable drame qui se déroulait, en communion di-
recte avec les plaintes douloureuses qui éma-
naient des milliers d'âmes environnantes. •Khri-
mian était un autre Alichan, peut-être moins
poète que le chantre tl'Avaraïr, mais plus ori-
ginal et plus profond, doué d'une mentalité plus
forte et d'une. verve phis vigoureus'e, un maure
à la fois de la plume et de. la parole, en un mot
un écrivain, un orateur, un condUcteur.
— 30 --
C'était un maître, de naissance, original,
singulier, ne possédant pas une instrudtion nor-
male et complète, mais surprenant son interlo-
cuteur par sa parole instructive et sa sagesse pro-
fonde. C'était un métal brut qui rendait un
son merveilleux, le type véritable de l'apôtre
dont le regard sublime reflétait les immenses
douleurs de son 'peuple, dont le visage simple
et titanique personnifiait les hautes montagnes
de l'Arménie, ses horizons immenses, ainsi que
ses eaux claires et limpides.
khrimian .fut. le premier abbé qui devint pu-
bliciste et prononça des harangues. Il fut le pre-
mier religieux qui renonça à la vie stérile du cou-
vent et s'adonna, de toutes les forces de son être,
au peuple des travailleurs. La démocratie n'a,
sans aucun doute, pas eu de représentant plus il-
lustr• et plus pur, de pionnier plus puissant et
plus convaincu•que cet abbé « égaré ». Les li-
vres de prières furent exclus de ses préoccup•
fions journalières ; les chaires des églises re-
tentissaient de ses sermons. patriotiques, cha-
leu•eux et encourageants, évoquant les noms vé-
nérés et légendaires d'Aram et de Haïk.
De ces mêmes tribunes sacrées, le Docteur,
épris de liberté, lançait, en même temps que ses
prières, ses foudres contre les usuriers, les ecclé-
siastiques prévaricateurs et toutes les classes du
,peuple ouvrier. De ces 'mêmes tribunes, il cin-
glait de son verbe mordant la dissimulation, l'i-
gnorance ; faisant, par contre, l'apologie de l'é-
tude, de la civilisation, de l'école populaire, de
la science, du progrès sous toutes ses formes.
Ce type rare et admirable d'autodidacte eut
très vite rempli son arsenal intellectuel. Il fit les
progrès les plus rapides, grâce à son extraordi-
— 31 --
Haire faculté d'observation et de compréhension,
grâce surtout à ses longues et lointaines pérégri-
nations en Turquie, au Caucase, en Perse. Par-
tout et toujours, il observait attentivement et
étudiait minutieusement la vie arménienne, et les
antiques ruines de la patrie. Partout il rallumait
le feu patriotique par ses sermons •entraînants,
par son langage simple et biblique. il relevait
les courages abattus, les cœurs accablés, invitant
tout le monde à l'action, à l'oeuvre inlassable de
la reconstitution- de la patrie.
Sa' plume ne fut pas moins forte que son ver-
be. Que de puissance, que de beauté, que de
flamme dans ces appels, dans ces pleurs, dans
ces cris désespérés et suppliants, dans ces en-
couragements énergiques, mâles et belliqueux
qui abondent dans les écrits de Khrimian, à da-
ter de sa première publication, « Heravirag Ara-
ratian », où la lyre du poète commence à chan-
ter, jusqu'aux pages sublimes de l' « Ardzive
Vaspourakani », dans lequel il expose., aux yeux
du lecteur, l'immense Arménie avec ses 'specta-
cles les plus grandioses et les plus touchants,
avec ses ruines tristes et glorieuses, avec l'ombre
encore parlante des Mesrop, des Vardan, des
Sahak...
Et le lecteur émerveillé, au milieu de cette
galerie immense mais délaissée, entrevoit, dres-
sé sur les ruines, le géant, le patriote, pleurant,
exhortant, encourageant sans cesse, appelant les
enfants errants de r rménie : « Vers la patrie 1
Vers la patrie 1 Ré‘eillez-vous, fils de Haïk 1 ré-
veillez-vous ! Car le soleil de la civiliSation a
point à l'horizon des cieux ; il n'y a plus de des-
potisme barbare 1 »
Quel spectacle ravissant que celui de ce soleil
— 32 ---
levant Klohnian avait pressenti déjà son rayon-
nement libérateur. Aussi, ne - se contente-t-il
plus, dans l' « Ardzive Vaspourakani » de sim-
pies mélodies plaintives, de lamentations inuti-
les et démoralisantes ! il sait y faire vibrer l'ac-
cent de la révolte ; il sait y prêcher la résistance
en vue de la liberté.
Ses hautes qualités morales et intellectuelles,
son patriotisme des plus ardents et des plus sin-
cères, ses efforts inlassablement tendus vers la
libération de son peuple valurent à Khrimian le
titre de premier révolutionnaire des Arméniens
de Turquie.
« Ardzive Vaspourakani » a sa place d'hon-
neur dans la presSe. arménienne, comme dans
l'histoire de la renaissance nationale. Il fait par -
tic de l'existence volcanique de Khrimian. Il
consult ae le superbe monument de son immense
et si féconde activité.
l:n groupe d'élèves de l'internat fondé par
Khrimian à Varak collaborait à son périodique.
C'étaient les aiglons intellectuels qu'il avait ame-
nés des quatre coins de l'Arménie. 115 vivaient
et grandissaient sous le souffle vivificateur du
maître adoré ; ils s'instruisaient, s'ennoblis-
saient dans son atmosphère pure, idéale, en sa
compagnie charmante et captivante. C'étaient
Servantzdiantz, Toklimakhian, d'autres encore,
tous futurs conducteurs du peuple arménien,
instituteurs, prédicateurs, écrivains. Et Raffi
lui-même, l'éminent romancier national armé-
nien, le plus fort inspirateur, le plus grand pro-
moteur des récents mouvements arméniens, ap-
portait, quoique encore débutant, sa collabora-
tion à l' « Ardzive Vaspourakani », durant son
court séjour à Varak.
- 33
Ces patriotes convaincus constataient person-
nellement, sur place, en pleine Arménie turque,
les horreurs du régime ottoman ; ils assistaient
au drame le plus effrayant et le plus mons-
trueux ; ils voyaient, de leurs yeux, la torture
la plus cruelle .et la plus satanique appliquée à
ce petit peuple de quelques millions d'âmes.
Les affres de cet enfer s'intensifiaient d'année en
année, par l'incursion des Circassiens et d'au-
tres réfugiés musulmans, par le contre-coup des
mouvements libérateurs des Balkans, par l'épui-
sement progressif de la Turquie amenant à sa
suite l'augmentation effrénée des impôts.
En présence des manieurs séculaires et sans
cesse croissants de la pairie, l'Aigle du Vaspoura-
kan et ses aiglons frappaient énergiquement à
la porte de la déesse Liberté, voulant à tout prix,
d'un effort héroïque, jeter à bas l'hydre du des-
potisme. Et c'était la muse de Khilmian qui,
éplorée, inconsolable, mais fière et intrépide,
était venue se fixer dans la patrie même pour
proclamer une idée sublime • sur ces hauteurs
endeuillées : l'idée de l'insurrection arménien-
ne, qui devait désormais grandir, se développer
progressivement sous la double poussée de l'es-
prit subjectif et de la réalité objective, et qui
s'en intit gagner peu à peu les coeurs, et enllani-
mer les esprits.
La lutte héroïque, lugubre, singulière, devait
éclater en un temps confus et sous un ciel ora-
s ri-, eux. Mais il fallait qu'elle éclatât, selon l'ex-
pression prophétique de l'Aigle du Vaspoura-
kan, pour régénérer un peuple insulté et foulé
aux pieds ; il faillait qu'elle éclatât, pour essuyer
de son front la honte de la servitude et faire
pousser à nouveau les nobles rejetons d'une Nou-i"
- 34 —
velte Arménie, sur le sol trempé de larmes et de
sang de l'ancienne...
***
Avec de tels hommes, la destinée du peuple
arménien était en de bonnes mains. Mais ce n'é-
tait pas suffisant. Il fallait passer du rêve à la
réalisation. Pendant des siècles, et jusqu'en ces
toutes dernières années, les Arméniens répan-
dus dans le monde entier s'étaient accoutumés
à considérer le siège patriarcal d'Etchiniadzin
comme le point de ralliement de leur nation.
C'était un stade qu'il fallait franchir. Il fallait
désormais faire mieux.
C'est ce que comprit très bien le catholicos
actuel d'Etchmiadzin. Dès le début de l'année
1913, S. S. Kévork V nommait une Délégation
nationale arménienne, résidant à Paris, avec
mission spéciale de présenter les doléances du
peuple arménien aux grandes puissances et d'ob-
tenir enfin un adoucissement aux maux dont
souffraient les Arméniens. Après préparé
l'émancipation du peuple armér;en, il conve-
nait de l'accomplir. Le président de cette Délé-
gation, S. E. Boghos Nubar, se mit à ]'oeuvré,
sans tarder. Le traité de San Stefano, comme
celui de Berlin, était resté lettre morte ; la con-
vention de Chypre, comme le projet de réformes
présenté à la Porte en 1895, demeurait sans effet.
Par une série de notes (1), la Délégation natio-
nale arménienne demandait aux grandes puis-
sances de faire enfin exécuter les réformes sti-
pulées par l'article fir du Traité de Berlin. Un
(,) Cf. F. MACLER, Autour de l'Arménie (Paris, 1917),
p. 287 et suivantes.
35
premier point était acquis. On apprenait en
mai 1914, que deux inspecteurs généraux
avaient été désignés pour surveiller l'exécution
des réfornres promises. La grande guerre éclata.
Les inspecteurs ne partirent pas.
Une deuxième émanation de l'église arménien-
ne, peut-être moins immédiate que la précé-
dente, est la création de la République armé-
nienne du Caucase, en mai t918. Avec leurs
propres forces, alors qu'ils étaient lâchement;
abandonnés par leurs alliés de la veille, les Géor- .
giensetles'Tatars,et.aussipeusecourusque
possible par los puissances occidentales, les Ar-
méniens de Russie furent assez énergiques et
assez volontaires, ils eurent assez de foi et d'es-
pérance dans l'avenir de leur race, pour procla-
mer la république sur la terre de leurs pères, à
l'endroit même où s'était déroulée la plus belle,
la plus brillante, la plus authentique de leur
histoire. Le territoire du nouvel Etat compre-
nait Etchmiadzin, dont les cathdlicos, depuis
l'an 14.41, avaient veillé, avec un soin jaloux,
.sur les destinées d'un peuple privé dès lors de
'tout chef temporel et national.
***
Après avoir vaincu le monde, al o ès avoir ré-
duit à sa merci rois et empereurs, après avoir
promené à travers l'Europe son aigle victorieuse,
le vainqueur de Lodi, d'Arcole, des Pyramides,
d'Austerlitz, d'Iéna, méditait tristement sur son
rocher solitaire de Sainte-Hélène. Récapitulant
un jour les événements passés, — ainsi le. rap-
porte le Mémorial de Sainte- Hélène, — « l'em-
pereur, dans le cours de 1a. conversation, est ar-
— 36 J.
rivé à dire, parlant de l'Egypte et de la Syrie,
que s'il eût enlevé Saint Jean - d'Acre, ce qu'il
eût dû faire, il opérait une révolution dans l'o-
rient... Saint Jean d'Acre enlevé, l'armée fran-
çaise volait à Damas et à Alep ; elle eût été en
un clin d'oeil sur l'Euphrate ; les chrétiens de
la Syrie, les Druses, les chrétiens de l'Arménie
se fussent joints à cile ; les populations allaient
être ébranlées... j'aurais atteint Constantinople
et les Indes ; j'eusse changé la face du monde.»
Napoléon I" n'atiteignit pas Constantinople,
- il ne traversa pas l'Arménie, il ne• changea pas
la face du monde. Les dominateurs sont tôt où
tard dominés. Les peuples, de jour en jour, ne
veulent plus être dominés. Ils demandent à être
gou%(.qués, à être administrés, aussi sagement
que la chose est possible pour les cerveaux hu-
mains.
Et le rêve, entrevu au début du xix'
vient enfin, cent ans plus tard, de trouver sa
.réalisation. Les légionnaires français et britan-
niques, opérant leur jonction avec les légion-
naires arméniens, ont dompté le dominateur de
la Syrie et de la Cilicie. i1 ne s'agit plus de tra-
verser l'Arménie et de foncer sur l'Inde.; il s'a-
git d'affranchir à jamais des populations qui,
trop longtemps, ont gémi sous la férule du Turc;
il s'agit., cette fois, de changer la lace du mon-
de, non plus au sen:s où l'entendaient les con-
quérants de jadis, mais en permettant à...chaque
peuple, coinine à "chaque individu, de vivre et
de respirer librement. L'armée arménienne, de
concert avec ses alliés, réalise en ce . moment
cet idéal sublime, entrevu' et préparé, pour une
très grande part, par l'Eglise nationale armé-
nienne.
J'ai dit.
L eglise armenienne_macler_1920
Couvent armétuén au-&rci di re .47c.
I MPRTMERIE N. GA,I,LTEER ET A, l'HÉBERT, ANGERS

Contenu connexe

En vedette

Présentation sessions d'information
Présentation sessions d'informationPrésentation sessions d'information
Présentation sessions d'information
projetliane
 
Síntesis didáctica junio 2014
Síntesis didáctica junio 2014Síntesis didáctica junio 2014
Síntesis didáctica junio 2014
Lilia G. Torres Fernández
 
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIEDr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
neurochir972
 
Tutorial Ning para un Taller de Comunicación
Tutorial Ning para un Taller de ComunicaciónTutorial Ning para un Taller de Comunicación
Tutorial Ning para un Taller de Comunicación
Cristina Romero
 
Los arbitros nov2010
Los arbitros nov2010Los arbitros nov2010
Los arbitros nov2010
gabogadosv
 
Le top 100 du numérique Français
Le top 100 du numérique FrançaisLe top 100 du numérique Français
Le top 100 du numérique Français
HETIC
 
L'ENSAIA
L'ENSAIAL'ENSAIA
L'ENSAIA
ENSAIA
 
Clase #2 de access
Clase #2 de accessClase #2 de access
Clase #2 de access
Esmeralda2227
 
Huber Décor Signs Samples
Huber Décor Signs SamplesHuber Décor Signs Samples
Huber Décor Signs Samples
Huber Decor
 
Parte seis del libro
Parte seis del libroParte seis del libro
Parte seis del libro
Lilia G. Torres Fernández
 
Presentacion definitiva bogota mito
Presentacion definitiva  bogota mitoPresentacion definitiva  bogota mito
Presentacion definitiva bogota mito
carlos martinez
 
Altaide recruteur 2.0
Altaide recruteur 2.0Altaide recruteur 2.0
Altaide recruteur 2.0
altaideSR
 
Mod 5
Mod 5Mod 5
Mod 5
gabogadosv
 
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
Soluciona Facil
 
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
Canadian Patient Safety Institute
 
PHP - fonctions mysql
PHP - fonctions mysqlPHP - fonctions mysql
PHP - fonctions mysql
mazenovi
 
Les meves plantes
Les meves plantesLes meves plantes
Les meves plantes
Natzaret
 
Gpa magallanes nivel 1
Gpa magallanes nivel 1Gpa magallanes nivel 1

En vedette (20)

Présentation sessions d'information
Présentation sessions d'informationPrésentation sessions d'information
Présentation sessions d'information
 
Síntesis didáctica junio 2014
Síntesis didáctica junio 2014Síntesis didáctica junio 2014
Síntesis didáctica junio 2014
 
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIEDr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
Dr MANZO CHU FORT DE FRANCE NEUROCHIRURGIE
 
Tutorial Ning para un Taller de Comunicación
Tutorial Ning para un Taller de ComunicaciónTutorial Ning para un Taller de Comunicación
Tutorial Ning para un Taller de Comunicación
 
Prétest, post test et evaluation
Prétest, post test et evaluationPrétest, post test et evaluation
Prétest, post test et evaluation
 
Los arbitros nov2010
Los arbitros nov2010Los arbitros nov2010
Los arbitros nov2010
 
Le top 100 du numérique Français
Le top 100 du numérique FrançaisLe top 100 du numérique Français
Le top 100 du numérique Français
 
L'ENSAIA
L'ENSAIAL'ENSAIA
L'ENSAIA
 
Clase #2 de access
Clase #2 de accessClase #2 de access
Clase #2 de access
 
Huber Décor Signs Samples
Huber Décor Signs SamplesHuber Décor Signs Samples
Huber Décor Signs Samples
 
Parte seis del libro
Parte seis del libroParte seis del libro
Parte seis del libro
 
Presentacion definitiva bogota mito
Presentacion definitiva  bogota mitoPresentacion definitiva  bogota mito
Presentacion definitiva bogota mito
 
Altaide recruteur 2.0
Altaide recruteur 2.0Altaide recruteur 2.0
Altaide recruteur 2.0
 
Mod 5
Mod 5Mod 5
Mod 5
 
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
La estrategia en redes sociales, una clave de internacionalización #enredate...
 
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
Journée nationale d’audit de la TEV : résultats et commentaires
 
PHP - fonctions mysql
PHP - fonctions mysqlPHP - fonctions mysql
PHP - fonctions mysql
 
EDITORIAL
EDITORIALEDITORIAL
EDITORIAL
 
Les meves plantes
Les meves plantesLes meves plantes
Les meves plantes
 
Gpa magallanes nivel 1
Gpa magallanes nivel 1Gpa magallanes nivel 1
Gpa magallanes nivel 1
 

Similaire à L eglise armenienne_macler_1920

Les croisades
Les croisadesLes croisades
Les croisades
Hamza Ouhatte
 
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
freemens
 
Fiche 5 H 005 2009 Croisades
Fiche 5 H 005 2009 CroisadesFiche 5 H 005 2009 Croisades
Fiche 5 H 005 2009 Croisades
origene
 
العصر الوسيط
العصر الوسيطالعصر الوسيط
العصر الوسيط
metlaoui2
 
Histoire Des Courants Littéraires
Histoire Des Courants LittérairesHistoire Des Courants Littéraires
Histoire Des Courants Littéraires
Signlighter
 
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
freemens
 
Novels as travel guides
Novels as travel guidesNovels as travel guides
Novels as travel guides
Anatole Pierre Fuksas
 
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
La Charte de Cyrus
La Charte de CyrusLa Charte de Cyrus
La Charte de Cyrus
leily ahmadi
 
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdfMorisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis GalletEtienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Jean-Luc Garneau
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Azzam Madkour
 
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et ConversionSaint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
Martin M Flynn
 
03 L Europe FéOdale
03   L Europe FéOdale03   L Europe FéOdale
03 L Europe FéOdale
rafa5979
 
Soldats moyen age (4)
Soldats moyen age (4)Soldats moyen age (4)
Soldats moyen age (4)
François Bernard
 
La Chanson de Geste
La Chanson de GesteLa Chanson de Geste
La Chanson de Geste
ValeriaEmiliaGaite
 
Pastoralia 6 (light) dossier
Pastoralia 6 (light) dossierPastoralia 6 (light) dossier
Pastoralia 6 (light) dossier
cathobruxelles
 
05 l'expansion de l'occident
05 l'expansion de l'occident05 l'expansion de l'occident
05 l'expansion de l'occident
Salle212
 
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptxNOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
OscarHernandez834268
 
L'orient ancien
L'orient ancienL'orient ancien
L'orient ancien
mlaugel
 

Similaire à L eglise armenienne_macler_1920 (20)

Les croisades
Les croisadesLes croisades
Les croisades
 
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
(Bibliothèque identitaire) l'esclavage et les arabo musulmans (clan9 islam tr...
 
Fiche 5 H 005 2009 Croisades
Fiche 5 H 005 2009 CroisadesFiche 5 H 005 2009 Croisades
Fiche 5 H 005 2009 Croisades
 
العصر الوسيط
العصر الوسيطالعصر الوسيط
العصر الوسيط
 
Histoire Des Courants Littéraires
Histoire Des Courants LittérairesHistoire Des Courants Littéraires
Histoire Des Courants Littéraires
 
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
(Tapez bibliothèque identitaire) les heros identitaires europeens ( racisme a...
 
Novels as travel guides
Novels as travel guidesNovels as travel guides
Novels as travel guides
 
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
 
La Charte de Cyrus
La Charte de CyrusLa Charte de Cyrus
La Charte de Cyrus
 
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdfMorisco - Mauresque - Moorish.pdf
Morisco - Mauresque - Moorish.pdf
 
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis GalletEtienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
Etienne Marcel, opéra en 4 actes de Camille Saint-Saëns et Louis Gallet
 
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
Chapitre I: Vers une évolution culturelle- 4- Le monde médiéval et la ferveur...
 
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et ConversionSaint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
Saint Paul, Apotre 1 Racines Culturelles et Conversion
 
03 L Europe FéOdale
03   L Europe FéOdale03   L Europe FéOdale
03 L Europe FéOdale
 
Soldats moyen age (4)
Soldats moyen age (4)Soldats moyen age (4)
Soldats moyen age (4)
 
La Chanson de Geste
La Chanson de GesteLa Chanson de Geste
La Chanson de Geste
 
Pastoralia 6 (light) dossier
Pastoralia 6 (light) dossierPastoralia 6 (light) dossier
Pastoralia 6 (light) dossier
 
05 l'expansion de l'occident
05 l'expansion de l'occident05 l'expansion de l'occident
05 l'expansion de l'occident
 
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptxNOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
NOUVEAUX ENVAHISSEURS 2e version.pptx
 
L'orient ancien
L'orient ancienL'orient ancien
L'orient ancien
 

Plus de Mircea Tivadar

Ambasada Azerbaigean
Ambasada AzerbaigeanAmbasada Azerbaigean
Ambasada Azerbaigean
Mircea Tivadar
 
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappa
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappaSculptures de gaylord_ho-julia_zappa
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappa
Mircea Tivadar
 
Papusi incredibile
Papusi incredibilePapusi incredibile
Papusi incredibile
Mircea Tivadar
 
Diaszpora21 2014 dec
Diaszpora21 2014 decDiaszpora21 2014 dec
Diaszpora21 2014 dec
Mircea Tivadar
 
Sergei prokudin gorskii
Sergei prokudin gorskiiSergei prokudin gorskii
Sergei prokudin gorskii
Mircea Tivadar
 
Supliment scã‚nteia
Supliment scã‚nteiaSupliment scã‚nteia
Supliment scã‚nteia
Mircea Tivadar
 
Gyergyã³ tã¶rtã©nete
Gyergyã³ tã¶rtã©neteGyergyã³ tã¶rtã©nete
Gyergyã³ tã¶rtã©nete
Mircea Tivadar
 
Meghã­vã³ szeptember_20
Meghã­vã³  szeptember_20Meghã­vã³  szeptember_20
Meghã­vã³ szeptember_20
Mircea Tivadar
 
Veselie mare
Veselie mareVeselie mare
Veselie mare
Mircea Tivadar
 
1 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam111 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam11
Mircea Tivadar
 
1 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam111 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam11
Mircea Tivadar
 
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hrWww.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
Mircea Tivadar
 

Plus de Mircea Tivadar (20)

Ambasada Azerbaigean
Ambasada AzerbaigeanAmbasada Azerbaigean
Ambasada Azerbaigean
 
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappa
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappaSculptures de gaylord_ho-julia_zappa
Sculptures de gaylord_ho-julia_zappa
 
Papusi incredibile
Papusi incredibilePapusi incredibile
Papusi incredibile
 
Diaszpora21 2014 dec
Diaszpora21 2014 decDiaszpora21 2014 dec
Diaszpora21 2014 dec
 
Sergei prokudin gorskii
Sergei prokudin gorskiiSergei prokudin gorskii
Sergei prokudin gorskii
 
Supliment scã‚nteia
Supliment scã‚nteiaSupliment scã‚nteia
Supliment scã‚nteia
 
Afis text nou
Afis text nouAfis text nou
Afis text nou
 
Invitatie v3
Invitatie v3Invitatie v3
Invitatie v3
 
Afis v3
Afis v3Afis v3
Afis v3
 
Afis
AfisAfis
Afis
 
Invitatie
InvitatieInvitatie
Invitatie
 
Gyergyã³ tã¶rtã©nete
Gyergyã³ tã¶rtã©neteGyergyã³ tã¶rtã©nete
Gyergyã³ tã¶rtã©nete
 
Meghã­vã³ szeptember_20
Meghã­vã³  szeptember_20Meghã­vã³  szeptember_20
Meghã­vã³ szeptember_20
 
Veselie mare
Veselie mareVeselie mare
Veselie mare
 
1 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam111 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam11
 
1 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam111 une apocalypse-appele_islam11
1 une apocalypse-appele_islam11
 
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hrWww.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
Www.nicepps.ro 12702 great_old_bridges_hr
 
Pareimposibil
PareimposibilPareimposibil
Pareimposibil
 
Cainele prietenul meu
Cainele  prietenul meuCainele  prietenul meu
Cainele prietenul meu
 
Invitatie simpozion
Invitatie simpozionInvitatie simpozion
Invitatie simpozion
 

Dernier

1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
NadineHG
 
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certificationMS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
OlivierLumeau1
 
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTIONCours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
Sékou Oumar SYLLA
 
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
mcevapi3
 
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Txaruka
 
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdfapprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
kamouzou878
 
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptxMARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
Martin M Flynn
 
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimismeFormation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
M2i Formation
 
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
dokposeverin
 
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
lebaobabbleu
 
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPrésentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
siemaillard
 
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiquesA2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
lebaobabbleu
 
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
MahouwetinJacquesGBO
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Friends of African Village Libraries
 

Dernier (14)

1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
 
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certificationMS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
 
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTIONCours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
Cours Gestion d’actifs BNP -- CAMGESTION
 
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
 
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
 
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdfapprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
 
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptxMARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
 
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimismeFormation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
 
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
 
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
 
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaPrésentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Présentation3.pptxaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
 
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiquesA2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
 
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
 

L eglise armenienne_macler_1920

  • 2. DU MISE AUTEUR Publications relatives à l' A rménie moderne. La musique en Arménie. -Paris, E. Nourry, i•12, 4o pages. Autour de l'Arménie, Paris, E. Nourry, 't'il +326 p. La France et l'Arménie à travers l'art et l'histoire. Paris, H. Turabian, 59 p. et illustrations. L'éternelle victime, dans Le Rappel, no du 13 novembre 1918. France et Arménie, dans La Voix de l'Arménie, ne du 15 novembre 1918. A propos des Arméniens, dans Par le monde, n° du 15 dé- cembre 1918. Les Arméniens en Syrie et en Palestine. Communication au Congrès français de la Syrie. Mar`seille, 1919. Erzeroum, ou Topographie de la haute Arménie..., dans le Journal asiatique, no de mars-avril 1919, Note sur quelques inscriptions funéraires arméniennes de Malacca..., dans le Journal asiatique, n° de mai-juin 1919. L'Eglise arménienne, dans Foi et Vie, cahier B, n° 20 juillet 1919. L'assassinat d'un poète arménien, dans La Vie, n. du 15 oc- tobre 1919. Comment a vécu l'Arménie, dans,La Vie, no du 1• janvier 1920. Impôt turc et peuple arménien, dans La Vie, no du 15 jan- vier 1920. Un gouverneur turc en Asie-Mineure, dans La Vie, no du. lsr.février 1920.
  • 3. L'ÉGLISE ARMÉNIENNE' _ SOMMAIRE. — Arménie et zoroastrisme. — Arméniens et Byzantins. — Arméniens et Arabes. — Armé- niens et Latins (Cilicie). — Arméniens, Mongols, Turcs et Persans. — X1Xe siècle. — Arménie et Russie. — L'aube du IX• siècle. Mesdames, Messieurs, Un Arménien, enlevé à la fleur de l'âge, s'en était allé mourir tristement à Malacca, dans le lointain Orient. Une inscription, gravée sur sa pierre tombale, portait les mots suivants : Salut! 6 toi qui lis l'épitaphe de la tombe où je dors. Die-moi les nouvelles, dis-moi la liberté des hommes de mon [pays, pour qui j'ai tant pleuré; Die-moi s'il s'est levé parmi nous un bon gardien qui les [dirige et les protège. Car j'ai vainement attendu toute ma vie qu'un bon berger [vienne veiller au troupeau dispersé. Moi, Hagop, petit-fils de Chamir, Arménien d'une noble [famille dont je tiens le nom, Né en Perse, dans une ville étrangère, à Nor Djou4ha, où [tues parents reposent à jamais, Le Destin m'a conduit dans cette lointaine Malacca, qui [gardera mes restes mortels (2). (r) Causerie faite è L'église des Billettes, le 8 février 192o - (2} Cf. Robert Norman ISLAND, Historical tombstones or Malacca, mostly of portuguese origin... (London, 1905), in.4°, p. 6, — et Journal asiatique, tgig, I, p. 56o-563.
  • 4. 2 Si le, destin, par un caprice inattendu, per- mettait à liagop de quitter le royaume des om- •bres, nul doute que cet Arménien ne saluât avec joie les moments que nous vivons. Il discerne rata sans peine l'aube du jour nouveau qui com- mence à poindre pour son peuple. Il verrait dans cet état naissant de l'Arménie le résultat de fac-• teurs nombreux et divers qui, tous, contribuè- rent, chacun pour sa part, à l'heure de la' délivrance et à assurer l'affranchi,sinient (l'un peuple éperdûment épris de libellé, de vie so- ciale, morale et intellectuelle, désireux avant tout de vivre sa vie après les tribulations sécu- laires qui l'ont fait la victime de ses puissants voisins. Parmi ces facteurs essentiels du renouveau arménien, la place doit être faite très grande à l'Église nationale arménienne. C'est ce qu'en peu de mots, je voudrais vous rappeler dans l'entretien de ce soir. *** Le 2,6 mai et, le général arménien Vardan, • à la tète de ses troupes, fortes d'environ 6o.000 hommes, accepta le combat contre un ennemi plusieurs fois supérieur en nombre. L'armée perse avait déjà traversé i'Aderbeidjan et s'ache- minait vers les districts de lier et de Zarévand. Le but des Persans était double : vaincre et do- miner définitivement l'Arménie, privée de roi depuis l'an tia8 ; étouffer le christianisme armé- nien et faire de ses adeptes des adeptes du zo- roastrisme. Les Arméniens, de leur côté, luttaient pour l'indépendance de leur patrie ; ils soutenaient
  • 5. le combat de la foi chrétienne contre les visées dominatrices des mages. C'était un duel à vie ou à mort. Il s'agissait pour Vardan et ses soldats d'assurer le triomphe du nom arménien chré- tien ; il s'agissait pour les Vardaniens de défen- dre le sol de la patrie déjà souillé par l'enva- hissement de l'ennemi. Le combat s'engagea dans la plaine d'Avaraïr. Non seulement les prêtres exhortaient les soldats arméniens à repousser toute frayeur, non seule- ment ils enflai -Limaient les combattants en évo- quant les souvenirs bibliques d'Abraham sacri- fiant son propre fils Isaac, de Phinée immolant les Hébreux violateurs de la loi, du petit David luttant contre le géant Goliath, mais ils prê- chaient eux4mèmes d'exemple. Les évêques, les prêtres, les diacres, toutes les classes du clergé arménien, l'épée à la main, veulent, eux aussi, contribuer à repousser l'ennemi du nom chré- tien. Malgré tant de courage et d'héroïsme, malgré tant d'abnégation et d'esprit de sacrifice, les Ar- méniens succombèrent sous le nombre. Vardan et io36 de ses compagnons trouvèrent la mort dues cette lutte inégale. Les survivants de l'ar- mée arménienne se sauvèrent par petits groupes dans des endroits inaccessibles, qu'eux seuls con- naissaient, dan.s des châteaux forts où ils pour- raient se reformer et continuer la lutte, une lutte de guerilla, contre les troupes perses, durement éprouvées, elles aussi, par le combat qui venait d'avoir lieu. La résistance arménienne aurait pu durer longtemps, les • incursions que Vasak dirigeait contre les Persans leur auraient causé à la lon- gue de grands dommages. Le roi de Perse jugea
  • 6. 4 plus opportun de faire acte de lionne volonté' et de donner des preuves non équivoques de ses intentions pacifiques. Sous l'administration un peu plus humaine -du nouveau. marzpan (i52-.(164), les Arméniens mirent bas les armes pour quelques années. L'édit du roi proclamant libre l'exercice public du christianisme fut partout promulgué. Les évêques rentrèrent dans leurs diocèses ; les moi. nes reprirent possession de leurs monastères et de leurs domaines. Les anciens propriétaires spo- liés recouvrèrent leurs biens. Pendant quelque temps, le pays fut exempt de tribut ; le contin- gent de cavalerie que devait fournir l'Arménie fut diminué. Enfin, ceux que la violence avait fait apostasier curent la faculté de rentrer dans le giron de l'Eglise. (c Les dieux, disait le roi dans son édit de tolérance, sont irrités contre ceux qui ne vénèrent pas spontanément la reli- gion du mazdéisme... Aussi, je laisse à chacun la liberté de suivre le culte qu'il préfère, car tous sont nies sujets... u Et, de fait, au ve siècle de notre ère, une par- tie de l'Arménie était devenue tributaire de la Perse. Mais c'est précisément l'époque où, pri- vée de chef temporel, elle affirme le plus sa per- sonnalité. Le caractère arménien s'est - formé dé- finitivement dans ces siècles qui vont du Ve à la fin du ne et où, successivement tributaire des Persans, des Byzantins et des Arabes, la natio.- nalité arménienne se développa, s'épanouit, se cristallisa enfin, de sorte que, dans le proche Orient, cc petit peuple constitua un bloc nette- (Ir) Cf. Fa. Totnemarze, Histoire politique et religieuse de l'Arménie... (Parie [1910]), 1, p. 533-534).
  • 7. — ment distinct des peuples qui l'environnaient: Une parenthèse d'ordre dogmatique me paraît ici nécessaire. Elle vous expliquera, sous une for- me peut-être ardue, comment le christianisme arménien ne se confond pas avec les autres bran- ches du christianisme. On distingue, dans la formation et l'évolution du dogme chrétien, un certain nombre de pério- des où les préceptes et les articles de foi s'ajou- tant les uns aux autres, finirent par constituer cette masse imposante que l'on dénomme la dog- matique chrétienne. Dans ces multiples périodes, une des plus im- portantes est le ive siècle, où les docteurs de l'Eglise se livrèrent ces fameux combats que l'on nomme les luttes christologiques. 11 s'agissait de démêler' l'élément humain et l'élément divin 'en Jésus-Christ. La question controversée était la suivante la nature du Christ est-elle identique à celle de Dieu, ou lui est-elle seulement analo- gue ? Les uns soutenaient que le Christ est Dieu ; d'autres, qu'il est simplement une créature. A ces controverses, que je me. garderai de vous ex- poser, prirent part les plus célèbres pères de l'É- glise, Athanase, Basile , Grégoire •de Nazianze, Grégoire de Nysse. La première phase se termina par le concile de Nicée, 325, Tri condamnait la doctrine d'Arius. Les Arméniens adoptèrent les décisions de ce premier concile (erliménique. La deuxième phase 'des luttes ch•istologiques est marquée par les noms de Cyrille de Jérusalem, de Cyrille' d'Alexandrie, de 'Nestorius. Celui-ci soutenait que le Christ avait conservé chacune de ses deux natures distinctes ; il enseignait- /a juxtaposition des deux natures dans le Christ. Par contre, un archimandrite de Constanti-
  • 8. 6 nople, Eutychès, enseigne l'unité de la nature en Christ ; il établit le monophysisme. On con- voque un concile à Ephèse, 4.49, où Dioscure, aidé de soldats, fait triompher la doctrine mo- nophysite. Mais les décisions en furent annu- lées par le concile oecuménique de Chalcédoine, où l'on écarta les théories extrêmes, et où l'on établit la dualité de la nature et l'unité de la personne. C'était en 451, et les Arméniens, ab- sorbés par leur lutte défensive contre les Per- ses, ne purent y envoyer de délégués. Ils igno- rèrent longtemps les déCisions du concile de Chalcédoine, et, plus tard, lorsqu'ils songèrent à éclairer leur religion, ils adoptèrent le mo- nophysisme, tout en anathématisant Eutychès. La chose est mise hors de doute par le xxe cha- pitre du 3e livre de l'Histoire universelle d'E- tienne Asolik. de Tarôn. *** La séparation ne fut pas moins radicale entre Byzance et l'Arménie, qu'entre l'Arménie et ta Perse. La turpitude des derniers Arsacides d'Armé- nie précipita la chute de cette dynastie et, dès l'année 396, l'Arménie était, de fait sinon de droit, partagée entre la cour de Byzance et le royaume de Perse. Un seul parmi les derniers Arsacides essaya de réagir contre la décadence qui menaçait son royaume. Le roi Vram-Clia- pouh encouragea d'instruction et favorisa la nais- sance de la littérature arménienne chrétienne. Mais, mieux que les rois, mieux que les,prin- ces, les catholicos ou chefs suprêmes de l'église
  • 9. — 7 — arménienne provoquèrent le radieux épanouis- sement des lettres arménienneS. Grégoire l'Illu- minateur, Vartanès, Nersès le Grand, Sahak le Parthe, Mesrob le vartabcd posèrent les bases de toute la vie intellectuelle et morale du peuple ar- ménien par les traductions qu'eux et leurs élè- ves firent de la Bible, des ouvrages de philoso- phie, de théologie, d'histoire des auteurs grecs, romains et syriaques. On considère le vB siècle comme d'or de la littérature arménienne. C'est le point de départ incontestable de la vie nationale et indépendante du peuple arménien. Cette indépendance se manifeste par les nom- breuses écoles que ces • savants purent fonder dans l'Arménie persane. 11 n'en allait pas de même dans l'Arménie by- zantine, où il fut interdit d'établir des écoles arméniennes, de prêcher le peuple en arménien, de Finsiruire dans sa langue maternelle. Peut- être faut-il voir dans cet exclusivisme grec à l'égard des Arméniens une des raisons majeures pour lesquelles ceux-ci montrèrent si peu d'em- pressement à accepter le concile de Chalcédoine. Une autre raison réside vraisemblablement dans le fait suivant. Sur le point d'être battus par les Perses et de voir le zoroastrisme supplan- ter leur christianisme, les Arméniens implorè- rent le secours de l'empereur chrétien Marcien, qui le leur refusa. L'inimitié ne lit que s'accroître entre Armé- niens et Byzantins, et les premiers rejetèrent délibérément un concile qui avait été tenu par les iseconds. Pour des raisons d'ordre politique autant que dogmatique, l'Arménie et Byzance ne pouvaient pas suivre la même destinée. Une tradition qui, selon toute vraisemblance, e
  • 10. r.- 8 ne remonte pas très haut dans le moyen-llge, explique comment les catholicos présidèrent aux destinées du Peuple arménien et de son église nationale et autonome : bien qu'élevé à Césarée de Cappadoce, en plein centre grec, Grégoire l',Illuminateur déclare que son eglise, arménienne, n'a été fondée ni par lui-indue. ni par les apôtres,, mais par le Christ, le chef de toutes les églises. Le Christ descendit du ciel et ordonna à son serviteur de lui construire une église dans la ville de Valarchapat, ancienne résidence royale. L'église reçut le nom de « Etchnnadzin », mot certainement forgé pour-les besoins de la cause et qui signifie « est descendu le lils unique Quoi qu'il en soit de cette tradition, et quel que soit le degré de confiance qu'on puisse lui reconnaître, elle établit un fait : celui de mar- quer de la façon la plus nette et la plus catégo- rique que Léglise arménienne ne procède d'au- cune autre, qu'elle a été établie à l'endroit dési- gné par le Christ lui-même, qu'en un mot elle est autocéphale. • D'antre part, d'après une tradition non moins accréditée riiez les Arméniens que la précédente, Grégoire l'Illuminateur et ses successeurs médiats auraient procédé. de la façon suivante pour assurer le recrutement du primitif clergé d'Arménie : Pour éviter l'ingérence étrangère, pour ne pas faire appel, en particulier, à des membres du clergé byzantin, on aurait choisi parmi les prêtres • arméniens païens die sujets intelligents que l'on aurait envoyés faire leurs études dans des centres de chrétienté syrienne, spécialement à Edesse et à Medzpin. Leurs étu- des achevées; ces anciens prêtres païens étaient
  • 11. — 9 — consacrés au nouveau culte du Christ ; ils avaient l'avantage d'être Arméniens. C'était à la fois affirmer et affermir le caractère essentiellement national de l'Eglise arménienne. Enfin, il fallait au nouveau culte une liturgie. Grégoire l'Illuminateur, alève de Césarée de - Cappadoc,e, aurait pu iulDpkr le rituel grec. 11 redoutait les visées dominatrices de l'Eglise by- zantine. 11 fait traduire la liturgie syriaque. L'inimitié byzantine ne fit .qu'augmenter à l'endroit de l'Arménie. Elle se manifeste non seu- lement dans le domaine de la dogmatique, mais aussi dans celui de la politique. Les catholicos, constatant l'incapacité des derniers A•sacides à la lin du ive et au début du ve siècle, veillent eux-mêmes sur Je trône royal ; les rois ne si- gnent aucun- traité avec leurs voisins ou avec leurs ennemis sans avoir consulté le catholicos. Celui-ci, d'accord avec leS patriotes arméniens, princes et seigneurs, dévide d'éduquer le peu- ple, de l'instruire, de lui apprendre à vivre sa vie bien que soumis au joug étranger. Ce sont les catholicos qui, à travers les siècles, depuis le ive jusqu'à l'aube du xxe, conduisent le peuple arménien dans la voie du progrès et de la civi- lisation, le protègent dans les moments diffi- ciles de son existence, le dirigent, d'un pas lent, mais assuré, jusqu'à ce degré de maturité ois if pourra, aujourd'hui ou demain, reconstituer un Etat indépendant, vivre sa vie, renouer en- fin la tradition, si souvent interrompue, de son oeuvre de nation civilisatrice au milieu des peu- ples qui le voulaient asservir, qui le martyrisè- rent durement et fréquennnent, et qui, en der- nière analyse, voient leurs plans destructeurs misérablement échouer devant la ténacité d'un
  • 12. 10 — petit peuple, décidé à vivre quand même. L'E- glise arménienne, foncièrement démoci•atique, a sauvé son peuple. *** Les siècles passent. Le monde ressent les se- cousses d'un cataclysme nouveau. Parti des sables brûlants de son désert, le - con- quérant musulman promène, au galop de son cheval, une nouvelle religion. La conquête arabe embrasse d'abord l'Arabie elle-même. Le flot pousse vers le nord et se scinde en deux courants. L'un dirige l'invasion vers l'ouest, gagne l'Egypte, se répand sur tou- te l'Afrique septentrionale, franchit le djebel Tarik r domine l'Espagne et pousse une pointe hardie dans le sud de la France. L'autre armée envillit la Syrie, pénètre en Perse, d'où le dernier roi sassanide s'enfuit en Bactriane, emportant avec lui le feu sacré et ses pyrées. La conquête de. la Perse achevée, restait à dompter l'Arménie, ce dernier fleuron de la cou- ronne persane. Pendant cinquante ans, la lutte fut atroce, et les plus grandes cruautés furent commises. Les catholicos, qui résidaient alors à Dwin, adressent leur appel désespéré à l'em- pire chrétien de Byzance. Les ba,sileis, qui en- tendaient prélever en Arménie un fort tribut, qui prétendaient exiger la soumission absolue de ce pays, sans prendre en retour d'engagement à son égard, sans lui accorder aucune protec- tion efficace, en retirèrent peu à peu leurs trou- pes, et, à la lin du vue siècle, la conquMe arabe de l'Arménie était un fait accompli. L'évêque
  • 13. ri- r— 41. — Sébêos et son successeur Léwont ont raconté avec les détails souhaitables ce que fut ce nou- veau fléau, qui venait de s'abattre sur le terri- toire arménien. Malgré les horreurs du carnage, malgré les tueries .sans nombre, qui sont le lot inevitable de toute guerre, de toute conquête et de toute domination, l'islamisme arabe apportait un élé- ment nouveau dans les relations de peuple à peuple. Il mettait fin ,*ix querelles religieuses. Le temps n'était plus aux discussions théologi- ques ni aux conversions forcées, imposées par les supplices les plus raffinés. En face de cet ennemi nouveau, il fallait se battre ou se sou- mettre, il fallait se révolter ou accepter la nou- velle domination. La Perse, avec son zoroastris, me, s'effondra devant la conquête arabe. L'Ar- ménie, avec son christianisme et son église, res- ta aeule en face de l'islamisme, sut lui imposer le respect de ses traditions et de sa religion, et finit par vivre 'en bonne intelligence avec ses nouveaux maîtres. Transportés dans des pays de civilisation su- périeure, les Arabes, sentant leur infériorité cul- turelle, adoptent et s'approprient sans scrupule les civilisations qu'ils rencontrent. lls ne cher- chent pas à en imposer une qu'ils ne possèdent pas ; ils ne détruisent pas, par simple méthode barbare, pour le plaisir de détruire. Leur cime- terre n'hésite pas à répandre des flots de sang, jusqu'à cc qu'ils aient obtenu la soumission voulue ; mais, ce but une fois atteint, le con- quérant arabe respecte le monument d'art qu'il rencontre sur sa route ; il sent la supériorité d'une architecture dont il pourra faire son pro- fit; il laisse subsister ce dont il espère tirer parti.
  • 14. — 12 — Aussi la politique arabe à l'égard des Armé- niens diffère-t-elle totalement de celle des Sas- sanides. Tandis que les Persans n'avaient songé qu'à convertir de force les Arméniens et à se les assimiler par n'importe quel moyen, tout l'ef- fort des Arabes consiste a maintenir l'Arménie dans une -soumission absolue ci a en tirer le plus de profit possible. ln monument arménien, malheureusement ruiné, montre à l'évidence la liberté dont joui- rent lis catholicos arméniens du vile siècle pour élever des temples et bfitir des églises. J'ai nom- mé Zwarthnots. Cette église constituait, avec Etchmiadzin, R'ipsimê, Gayiani3 et Cholakalh, un des plus importants sanctuaires arméniens cons- truits dans la plaine hraratienne. En édifiant le couvent et, l'église de Zwarth- note, 645-66o, catholicos Nersès Ill n'avait d'antre but que de ramener dans la région de Valarchapat le siège 'pontifical qui résidait à Dwin depuis le milieu du ve siècle. 11 s'éloignait ainsi de Dwin, complètement au pouvoir des ostikans ou gouverneurs arabes ; il s'écartait- da- vantage des empereurs de Byzance, dont la per- fidie et la cruauté avaient été si dures au peu- peuple arménien. • 'A velte date, on se trouve .en. face de deux faits positifs : le monophysisme définitivement adop- té par l'église nationale arménienne comme étant l'expression adéquate , de sa pensée religieuse ; — l'érection du temple de Zwarthnots, qui con- sacre la séparation totale d'avec Byzance. Et les Arabes, reconnaissant la valeùr et les mérites des Arméniens, sachant qu'il valait . mieux les traiter en amis qu'en ennemis, déci- dèrent de restaurer la royauté arménienne. Sur
  • 15. — 13 — le déclin du ne siècle, le prince des princes, Achot Bagratouni, avait si sagement administré ses domaines, il avait rendu de si grands servi- ces à la cour de Bagdad, que le khalife lui en- voya, par l'entremise de Yisa, une couronne et des habits royaux. Le - en n'ohms Gêorg oignit à Ani le nouveau roi d'Arménie. Ainsi le •peu- ple arménien, dont l'existence, depuis le v° siè- cle, avait été en grande partie sauvegardée par ses cathelicos et son église, i, ∎-ait refleurir son indépendance. C'était un lurrizon nouveau qui s'ouvrait devant lui. *** De grandes familles princières • présidèrent aux destinées de l'Arménie médiévale : les Ard- zroumiq, les Sitmiq, les Bagratouniq, les Ma- ni ikonianq. Ces derniers; ne possédant pas de vastes ter- ritoires, bornèrent leur ambition à servir la na- tion avec fidélité et dévouement. Pluiieurs fré-r • néraux, issus de cette famille, ajoutèrent un lustre nouveau aux armées arméniennes. La principauté des Siuniq laissa un nom di- gne de mémoire dans les annales de 'l'Arménie. On conserve le souvenir de plusieurs princesses qui, fidèles aux instructions de leurs évêques, acquirent une réputation toute particulière de - bonté et de charité. La princesse Bouregh, dont la beauté égalait la piété, alla au devant d'Héra- clius, avec des chevaux et de magnifiques ca- deaux, lorsque cet empereur se dirigeait vers la Perse. Une autre princesse, Chahandoukht, fit édifier de superbes constructions qu'elle offrit au monastère de Tathew, Ce couvent était deve-
  • 16. U — • nu, dès le vif siècle, un foyer intense d'instruc- tion. Les plus célèbres calligraphes, les miniatu- ristes les plus habiles s'y étaient, formés ou s'y étaient donné rendez-vous. La quantité de rui- nes de châteaux, d'églises, de couvents, que l'on relève en Sionnie, montre à l'évidence quel degré la civilisation. y avait atteint, lorsque les Bagratides régnaient à Ani et les Ardzrouniq à Van. Les Bagratouniq 'on Bagratides reçurent de Iliegdad unc couronne royale, et le premier roi, Achat, couronné à Ani, sut faire respecter les limites qu'il avait tracées à' son royaume. L'uni- té qu'il avait réalisée ne tarda pas à• disparaître à sa mort. L'Arménie fut divisée par l'ambition même de ses princes. Smhai, fils et successeur d'Achot, avait à peine pris les rênes du gouver- nement, que son oncle Abas voulut lui arracher la royauté. Les efforts du cm holicos Gêorg pour les récon'cil'ier restèrent vains. • Plus tard, la royauté bagratide, ne tarda pas à être scindée ; on compta un royaume à Ani, un autre à Kars. Les. Ardzrouniq, de leur côté, avaient fondé un état indépendant dans le Vaspourakan, avec Van pour capitale. C'était une nouvelle cause d'affaiblissement pour le peuple arménien. Aus- si l'effort des catholicos consista-t-il avant tout à maintenir l'unité morale du peuple, alors que l'unité politique lui faisait de plus en plus dé- 'faut. Un exemple, choisi entre plusieurs, fera com- prendre le rôle capital qu'avait à jouer le ca- tholicat arménien pour préserver son peuple de la ruine et de l'anarchie. Malgré son énergie, le roi Achot Erkath ne parvint pas à faire comprendre aux nakharar
  • 17. — 15 — (satrapes) que leurs luttes intestines causaient le plus grand préjudice à la patrie elle-même. L'ostikan Youssouf en profitait. pour établir sa résidence à Dwin et diriger en personne les (11 s a...tal jolis commises par ses soldats arabes. Go nouveau malheur de l'Arménie trouva enfin un écho à Byzance. Le catholicos obtint de l'em- pereur. que des secours fussent envoyés au roi d'ArMénie. Youssouf fut surpris d'apprendre la chose, et il couronna roi un certain Achot, cou- sin du mi Achot lui-même. La guerre civile s'en- suivit luit naturellernent. Elle ne prit lin que sur l'intervention du catholieus, qui réussit à réconcilier les deux princes. La paix fut conclue à Dwin. Ce rôle bienfaisant du catholicat se poursuit pendant toute la durée de la dynastie bagratide. Il serait oiseux d'insister davantage. ** * Les différentes royautés de la Grande Armé- nie avaient peu à peu succombé sous les coups réitérés dos Byzantins et des Turcs Seldjoukides. Le royaume d'Ani lui-même n'existait plus, et les Arméniens qui l'avaient pu avaient émigré vers des sites plus hospitaliers. Une bonne par- tie s'était dirigée vers la Cilicie où, dès les temps les plus reculés, les Arméniens étaient venus .trafiquer. se fortifièrent sur les hauteurs du Taurus et là, absolument chez eux, ils purent braver l'ennemi. A la fin du xe siècle, la migra- tion s'accentue et, au xne, les Arméniens com- mencent à entrer en relation avec les nations oc- cidentales qui venaient en Orient délivrer les 'lieux saints des mains des Egyptiens. Un de ces princes arméniens fit une alliance d'amitié avec
  • 18. — 16 — les Croisés ; Constantin les secourut, leur fit connaître les routes, leur procura des provisions et des munitions pendant le siège .d'Antioche. Pour lui témoigner leur reconnaissance, les prin- ces croisés lui décernèrent le titre de marquis. Le xIIe siècle touchait à son déclin, et Sala- heddin, ce Kurde, né dans l'Arménie méridio- nale, s'empara de Jérusalem (1187). Les nations occidentales forment rie nouvelle croisade et, sous la conduite de Frédéric Barberousse, ne tardent pas à pénétrer en Asie. Arrivé à iconium, l'empereur envoie une ambassade au prince d'Arménie, Léon, lui demandant aide et protec- tion pour la grande oeuvre chrétienne qu'il vient. accomplir en Orient. Léon répond favorablement à l'empereur et envoie d'abondantes provisions aux Croisés. Il espère, en retour, recevoir une couronne royale de la main même de l'empe- reur. Lorsque l'armée impériale eut pénétré en Isaurie, le prince Léon, le .catin d iras Grigor, le célèbre Nersès Lampronatsi, archevêque de Tar- se, vont au devant de l'empereur. La rencontre ne put avoir lieu, car Frédéric s'était nové en se baignant dans le Calicadnus. - Le couronnement de Léon fut, différé de ce chef pendant quelques années. Il fallut attendre qu'Henri VI, fils et sueeesseur de Barberousse, se fût mis d'accord avec le pape Célestin III pour envoyer à Léon une couronne royale et un éten- dard à son chiffre. Enfin, le jour de la Noël i Léon fut solennellement sacré roi d'Arménie par le catholicos Grégoire VI, dans la cathédrale de Tarse. Tous les dignitaires du nouveau royaume. assistèrent à cette solennité, ainsi que le cardi- nal Conrad, délégué du pape et de. l'empereur. •
  • 19. — 17 — Pour ne pas rester en retard, le basileus Alexis l'Ange envoya, lui aussi, une couronne à Léon, confirmant de la sorte les droits et prérogatives des Arméniens sur la Cilicie. Le peuple arménien prit ainsi. contact avec une nouvelle branche de la chrétienté, la cour de Rome. Léon ne perdit pas de temps pour or- ganiser son royaume. 1I transféra le trône de Tarse à Sis, qui devipt la capitale politique et religieuse de l'Arméno-Cilicie. Il fonda des tri- bunaux, fixa la quotité des impôts et imita, dans une ]arge mesure, l'organisation des principau- lés latines de Svrie. Il dota richement les cou- vents et donna des immeubIe.s aux ordres des chevaliers. Il entra en relations suivies avec los nations européennes et se sépara complètement de Byzance, contre qui il pourrait dortnavant lutter avec. succès, grâce à ses nouveau v alliés. Les papes tirèrent également profit, des rela- tions qui venaient de s'établir entre l'Occident et l'Arménie. A partir tin règne de Léon II, une correspondance active et suivie 's'établit entre les papes de. Renie- et d'Avignon, les rois et les catholicos 'd'Arménie, dans le but d'unifier les églises romaine et arménienne. Plusieurs rois de l'Arméno-Cilicie, fondant de grandes espéran- ces sur leurs relations avec -l'Occident, étaient enclins à faire de grandes concessions théologi- ques et religieuses. Mais la nation arménienne défendit énergiquement l'indépendance et l'au- tonomie de son église, et les tentatives d'union faites par Borne n'eurent pas phis de succès au- près du peuple d'Arménie que celles qui avaient été faites jadis par hi toute puissante Byzance. Dans cet ordre d'idées, une mention spéciale doit Mre faite des Unitaires qui, une fois encore
  • 20. — 48 — tentèrent de rapprocher tellement les églises ar- ménienne et romaine, qu'il en résulterait natu- rellement une fusion si intime et si étroite que ces églises finiraient par n'en faire plus qu'une seule. Leur chef, Jean de Qrni, neveu du prince Grigor, seigneur de Qrni, était élève du domi- nicain Barthélemy de Bologne. L'effort des On- nitor consistait à établir une union complète entre l'église arménienne et l'église latine, non seulement en ce qui concerne la foi, niais en ce qui regarde le rite. Ils voulaient, ramener le rite arménien au rite latin. Ces intentions po)voquèrent le mécontente- ment du peuple arménien, qui se refusait abso- lument à échanger la liturgie de Grégoire l'Illu- minateur confie celle de Bome. Parmi les Unitaires, Nersès Balients, origi- naire de Cilicie, évêque d'Ourmia, se fit particu- lièrement remarquer. Il se rendit en France, sous le pontificat do Clément VI, séjourna à Avi- gnon et se perfectionna dans la connaissance du latin. De même, le patriarche d'Arménie, Ha- gop H, vint en France, en 3”, alla à Avignon auprès du pape Innocent VI, et s'entretint avec lui des affair-.5:, d'Arm•nie. Il écrivit diverses let- tres pastorales, dans le but d'encourager l'en- 'reprise des Unitaires. Malgré ces différentes tentatives, venues de l'Occident, le clergé national arménien veillait. Le couvent de Tathew, en Siounie, devint, k rempart de l'orthodoxie arménienne. Jean d'O- rotn, Grégoire de Tathew et leurs élèves acqui- rent par leur science, par leurs publications, par leur orthodoxie farouche mais justiliée, la ré-
  • 21. — 19 — putation de défenseurs de l'église et du peuple e,'Arménie contre les avances de l'église latine. *** Placée au carrefour des peuples, l'Arménie étt•it condamnée, par sa position géographique, à subir Le choc. de toutes les hordes barbares qui, parties de l'Asie centrale, déferlaient vers l'ouest, en rasant tout sur leur passage. Après les inva- sions seldjoukkles à la fin du xie et ;tu Nu' siècle, ce •fut, au xme siècle, le tour dus Mongols. Et l'Arménie eut toujours, au sein de son clergé, des hommes de valeur qui surent parer au dan- ger le plus immédiat, sans le 'pouvoir éviter complètement, Yan'an le Grand, qui ne connut pas les hon- neurs ecclésiastiques, qui se borna, sa vie durant, à rester un simple moine, joua un rôle considé- rable parmi ses contemporains et exerça une in- fluence très grande sur iPs événements politi- ques qui se déroulaient de son temp.s (i). Le catholicos Constantin I" le chargea de missions importantes et délicates auprès des évêques, des supérieurs de communautés et des princes de la Grande Arménie (2)-. En outre, « le pape Innocent IV, qui, comme tous les souverains pontifes à cette époque, dé- ploya tous ses efforts pour ramener l'église ar- ménienne à l'unité catholique et lui faire accep- ter la suprématie du Saint-Siège, envoya en Orient un légat nommé... Dimanche, forme vril- gaire.... du nom de Dominique, avec une lettre (T) CF. DULA MUER, Recueil dei historiens des croisades..., Documents arméniens... {Paris, 1869), 1, p, 431-433, f) Cf. pui.AuRiatt, op, Cit., p. 412.
  • 22. — 20 — adressée au roi Héthoum I" ; ce prince et le al- tholieos éonfièrent à Vartan, nomme au plus docte de leurs théologiens, lé soin d'y répondre et de la réfuter. Cette réponse, qui renferme, en gui- gnes pages, la discussion des points de dogme controversés alors entre l'Eglise arménienne et latine, prouve que Vartan était au cou- rant des questions théologiques et philosophi- ques agitées de son temps dans les école de l'Occident. » (1) Mais la circonstance de sa vie oit Vardan .ma, nifesta le phis son habileté diplomatique e at- tira .cle ce chef le plus grand honneur sur l'Egli- se arménienne fut kt suivante : de nomades qu'ils étaient, les Mongols tendaient peu à peu, à devenir sédentaires. Le khan Iloulagou, qui ignorait probablement le nombre de ses fun- mes, ne connaissait pas davantage celui de ses fils. Il s'agissait rependant de savoir guet sentit son héritier sur le trône royal. On fit appel au clergé arménien, comme étant alors l'élément de civilisation le plus avancé et le plus capable de résoudre un- tel problème. Et, dans ce clergé, le choix tomba sur Vardan. La caravane arménienne se met en marche et arrive « à la cour de Houlagou, alors dans tout l'éclat de sa puissance. La relation de l'entrevue de l'humble moine arménien avec le monarque mongol nous laisse apercevoir la ligne de con- duite que Houlagou s'attachait à suivre pour faire oublier aux vaincus les violences de la con- qui''te, et. les rallier à son autorité ; elle nous le .peint avec des instincts de bienveillance, de douceur et d'humanité, et sous un aspect tout (r) CF. Dut.mntrit, op. cit , p. 432-433.
  • 23. — 21 — différent de celui sous lequel -nous le montrent d'autres écrivains, organes des nationalités op- primées. La conversation intime qu'eut notre historien avec Houlagon, la déférence que Lui témoignait la principale femme de ce prince, Dôkhouz Khathnun, et dont elle donna une preuve éclatante, en le consultant sur une des questions les plus graves et les plus délicates, l'ordre de succession au treille, après la mort de son mari, attestent combien arta n était appré- cié à. la cour de Tauri•. Saris croire. qu'il déci- da à lui seul cette question, en se prononçant énergiquement pour Abaka, et pour le maintien des dernières volontés de lioulagou, mandes- léi'S en faveur-de son fils aîné, il n'est pas dou- teux fine sa voix n'ait eu quelque poids dans la balance, et n'ait conquis au nouveau souverain les sympathies et le concours d'un parti puis- sant et - nombreux; celui des populations chré- tiennes de l'Orient. » (i) *** Ces relations de bonne intelligence entre les Arméniens et les Mongols étaient de bon augure pour le peuple d'Arménie, et' les choses seraient •esiées en cet, état, si les Mongols, dont la reli- gion était plus que primitive (2), ne s'étaient avisés d'en changer. Ils se trouvaient en face du christianisme, dont la doctrine n'était pas pour leur déplaire, mais dont la morale austère n'exer- (r) Cf. DULAUSIER. Recueil e s historions des croisades.- Documents arméniens.., 1, p . 433 . (2) Cf. KIRAKOS DE GANDZ., K, apud M. BROSSET. Deux his- toriens arméniens.,, (Saut-Pétersbourg, 1870), 13.0 134 et suivantes.
  • 24. — 22 — çait aucun attrait sur leurs esprits. rudimentaires, et en face de l'islam, dont les félicités paradi- siaques, beaucoup plus tangibles, leur apparais- saient avec une attirance plus conforme a leurs• appétits 'frustes et sauvages. Les Mongols optè- rent pour l'islamisme et .ce fut un coup mottet porté aux relations d'amitié déjà existantes en- tre eux et les Arméniens. Dès lors, et - pendant des siècles, du xve à la fin du xvine, l'Arménie fut le théâtre des dévasta- tions les plus inouïes que l'histoire ait enregis- trées. 11 faut descendre au début du xxe siècle pour voir les barbares de nos jours surpasser ceux du moyen -âge. L'Arménie et son peuple furent une pomme de discorde continuelle entre les Turcs et les Persans ; il n'y avait plus de royaume d'Armé- nie ; il n'y avait plus de princes et de seigneurs puissants, susceptibles de prendre la défense et les intérêts du faible et de l'opprimé. • Après la tyrannie des Ep..,yptiens, des Perses, des Kurdes, des Tatars, des Turcomans, le sol de l'Arménie était définitivement partagé entre la Perse et la Turquie. Et malgré cela, le peuple arménien ne disparaissait pas ; i1 ne sombrait pas dans la tourmente qui le menaçait à chaque instant ; il maintenait, au contraire, son individualité, sa personnalité, son caractère ethnique et religieux nettement déterminés. 11 vivait quand même, et ceci, grâce à son église, grâce à son clergé. Pen- dant des siècles, mais plus particulièrement au xve, au xvi°, an xvne, l'Eglise arménienne a été la véritable gardienne de la'nationalité armé- nienne ; pendant des siècles, la race et la nation arméniennes auraient péri, englouties par le tor- rent des invasions, la folie des •massacres• et la
  • 25. — 23 — cruauté des déportations, si l'Eglise arménienne n'avait veillé, avec un soin jaloux, sur les des- tinées de son Peuple. Et voici qu'au xvme siècle, l'aube d'un jour nouveau semble se lever pour ce peuple affligé de tant de maux. ' La Russie s'achemine lentement vers le sud, vers le Caucase, vers les nations de chrétienté orientale., qui saluent en elle le libérateur atten- du depuis longtemps, qui les délivrera enfin et à jamais de la tyrannie musulmane. •A différentes reprises, les chrél iens d'Orient avaient fait appel à Pierre le Grand pour les dé- livrer du joug musulman et, en. 1722, le rno- ment semblait propice. La Russie venait de triom- pher de la Suède, et, sur le rappel de promesses qu'il avait jadis faites, le tsar se décida •à mar- cher vers l'Orient. La Perse septentrionale était soc le point d'échapper aux Russes, grâce aux intrigues des Afghans et des Ottomans. « Le tsar est informé que les Arméniens de l'Aderbeidjan lui procureront le plus efficace des concours et il ordonne de constituer une ar- mée de 5o.000 hommes, composée d'Arméniens et de Géorgiens, qui doivent commencer l'in- surrection en attendant l'arrivée des troupes rus- ses. Pierre lui-même commande l'expédition, descend le Volga, et vient jusqu'à Derbend, dont il s'empare. Les Arméniens et les Géor- giens se félicitent de l'arrivée des-troupes impé- riales, 'escomptant trop tôt l'affranchissement du joug persan. -Sans qu'on en connaisse exacte- ment la raison, le tsar change d'avis, ne des- cend pas au sud de Derbend et rebrousse chemin • peur retourner à Astrakhan et en Russie, s'em- .parant,' en cours de route, de la région septen-
  • 26. — 24 — trionale de la mer Caspienne. Le départ de Pier- re le Grand ne change rien à l'économie de l'ex- pédition, et les Busses continuent leur conquête en s'emparant de Bakou et en occupant militai- rement les provinces peuplées d'Arméniens, que l'on nomme le Chirvan, le Karabagh, la région de Nakhidjévan. s< Mais les Arméniens avaient éprouvé, de ce chef, une cruelle déception. Ils ne perdirent pas courage, et, avec une patience digne de tous les éloges, ils attendirent le moment favorable. Il sembla venu lorsque la tsarine Catherine II et son gouvernement ravivèrent par des promesses en- courageantes les espérances arméniennes. Des intelligences habilement entretenues à la cour impériale permirent aux chefs des Arméniens, aux méiiks du Caucase., d'élaborer un plan de campagne qui affranchirait le pays de la tyran- nie persane. La guerre avait été déridée pour l'été i781i. Les forces arméniennes, réunies aux rus- ses, devaient chasser les Persans et supprimer la principauté de Chou.cha. » (1) L'âme. et le promoteur dr cette politique avait été l'archevêque Hovseph Arghoutian. Il devint l'objet des faveurs de Catherine II et du tsar Paul : le titre de prince fut décerné aux mem- bres de sa famille (m). Le programme était bien tracé et remplissait toutes les conditions du succès. Mais... les Bus- ses ne vinrent pas, et leur jonction avec les Ar- méniens ne put avoir lieu. Quelques années plus tard, en 1791, •les pourparlers recommen- (I) CF. F. MArman. L'Arménie et les tsars, dans Foi et Vie, no du aoilt 1916. (2) Cf. M, ORMANIAN I L'Eglise arménienne... (Paris, 191o), P. 7w.
  • 27. — 25 — Gèrent, toujours en vue du même objectif. Ca- therine 11 elle-même intervient et manifeste sa volonté très ferme de donner satisfaction aux justes revendications des Arméniens. Les Bus- i.es, cette fois, arrivent en nombre, et, secondés par les Arméniens, se rendent maîtres de Der- bend, de Chamakiii, de Gantzag (Elisabethpol), et pénètrent dans le Karabagh. La fortune sem- Hait sourire aux Arméniens, lorsque l'impéra- trice mourut ; les troupes russes reçoivent l'or- dre de rentrer dans leur pays, et les Arméniens se trouvent à nouveau à la merci de leur enne- mi séculaire. » (1) Le xix° siècle débute sous des auspices peu fa- vorables au peuple et à l'église d'Arménie. Et s'il m'était 'permis d'employer un artifice. d'ex- position, ,cher aux historiens, je vous propose-• rais de reconnaître trois époques dans cette pé- riode allant des dernières années du xviir' à la lin du /of.. La première serait marquée par les compéti- tions de ]);miel et de. David pour occuper le siège pontifical d'litchmiadzin et par les querelle s qui en furent la conséquence naturelle. Danie'I et David constituèrent chacun mi parti dans le sein même de l'église métropole. Pour assurer le triomphe de leur cause, les partisans de Daniel 'l'hésitèrent pas à rompre avec la tradition et à commettre iris acte anticammique : leur chef fut oint catholicos dans le couvent de sourb (saint) Yohan ou Ereqkhoran, en ii8o2, alors (i) Cf. P. MACLER, op, cit., p. 31.o.
  • 28. que, un an auparavant, David avait été oint dans l'église métropole d'Etchmiadzin. ile la sorte, il y eut deux titulaires pour le ' môme siège pontifical. Ces querelles ne nous intéresseraient que médiocreniefit si elles n'a- vaient eu unie repercnesion immédiate dans la vie politique et morale-du peuple arménien. L'un de ces partis servait la politique du sultan de Stamboul, tandis que l'autre tavorisait celle de la capitale moscovne. Le parti de Daniel chercha, par le moyen du sultan ottoman, à décider le Khan d'Erivan à détrôner David. Le khan ré- pondit qu'il n'avait pas à s'occuper de cette af- faire, vu que les Arméniens ont une loi d'après laquelle un pontife, une fois oint, doit être main- tenu sur son siège jusqu'à sa mort. Le parti daniefien se plaça sous le protectorat de la 'Russie, tandis que les davidiens recouru- rent à l'inituence, pursune. Les dissensions se prolongeaient, au detriment du prestige du siège d'Etchiniadzin, lorsque David finit par arracher à Daniel une lettre de repentir. Malgré ces que- relles, qui ébranlèrent fortement l'autorité du - siège catholical, il convient de mentionner, ne lfit-ce qu'en passant,, l'institution du synode d'Et- chmiadzin, due à l'initiative de Daniel", 1806. Il gouverna fin an et demi, sous le protectorat de la Russie, et fut reconnu comme catholicos par les puissances musulmanes. Un pareil état de choses ne pouvait se prolon- ger et, si l'histoire doit relever le peu de kin que -Daniel et, David prirent des intérêts du peu- ple arménien. on signalera d'autant plus volon- tiers l'aelkité de Nersès Achttarakétsi. Bien tRant d'ttre élu catholicos (18(13), Ner- sès d'Aclitarak avait rendu de grands services '
  • 29. — 27 — à la nation arménienne. 11 prit une part impor- tante à l'institution du , synode d'Etehmiadzin. fonda à Tiflis, en 1824, le célèbre séminaire NerSessian. Il fut, de 1822 à 1826, pendant des moments très difficiles, le véritable et parfois le seul soutien du siège pontifical, dont il réussit à payer une partie des dettes. qui l'accablaient. Enfin, il crut servir les intérêts du peuple arillé- Men, en dégageant le siège d'Etcnmiadzin du joug musulman, et en le plaçant sous Je protec- torat de la liussie (1827). La Russie avait réussi à occuper Erivan et Etchmiadzin, grâce aux volontaires arméniens, cmuniandés par l'archevêque Nersès Achtarakétsi (1828). « A cette occasion, l'empereur Nicolas 1 (1825-1855) se prodigua en promesses, au point de faire luire à leurs yeux l'espoir d'une auto- nomie politique. Comme me de ses bonnes in- tentions -, il avait même donné momentanément le nom d'Arménie à ces nouvelles provinces. Mais ce ne fut là qu'une simple manoeuvre ima- ginée dans le but de faciliter ses projets dç do- mination. Une fois le pays soumis, le gouver- nement du czar chercha même à soumettre k spirituel. C'est ainsi que le règlement (pologé- nie) sp&ialement édicté (1836) pour établir les rapports de l'administration patriarcele, ouvrit toutes grandes les. portes à l'intervention de l'au- torité politique. Les observations que purent faire à cet égard les Arméniens de Russie, de Turquie et des Indes restèrent sans résultats, et le pologé nie n'a cessé d'être en vigueur dans son intégrité » (1) cf. M. °M'AMAN, L'Eglise arménienne... (Paris, 19E0), p. 71-72.
  • 30. — 28 — Nersès d'Achtarak avait peut-être fait fausse route en faisant 'appel au tsar, pour préparer et réaliser "l'affranchissement et l'indépendance du peuple arménien par la Russie. Il avait, en tous cas, agi en parfaite bonne foi. Toute autre fut la méthode préconisée par Khrimian. Lui aussi voulait la liberté, l'indé- pendance, l'autonomie de la nation arménienne. Mais au lieu de recourir à l'étranger, au lieu de faire appel à un allié puissant qui peut devenir tOt ou tard un inaitm et un despote, il exhorte son peuple à ne compter que sur lui-même, à préparer par ses propres moyens son émancipa- tion et son affranchissement. Il prépare la voie Morale, la seule vraie, alors que ses prédéces- seurs avaient trop compté sur le concours de l'étranger; L'oeuv're de Krimian a été fort bien décrite par un écrivain arménien contemporain.. Je m'en voudrais de ne pas vous faire connattre qu'une de ce2, pages. Mon français ne vaudra pas son arménien. Vous saurez être indulgents (i) : 'Tandis que la presse arménienne de Constan- tinople, morne et atone, se taisait en face des tor- tures inouïes que subissaient les Arméniens des provinces, une voix résonnait, fière et altière, dans ce silence timide et volontaire; elle réson- nait avec tonte la eonscience de la dignité hu- maine, sans s'insinuer, sans flatter, sans cacher les plaies ensanglantées du « grand muet qu'est le peuple », de l'exécrable enfer des souffrances arméniennes, enfer pavé de sang et. d'ignominie. Cette voix s'élevait du Vaspourakan, des han- (i) Ci. F. MACLER, Autour de l'Arménie (Paris, 1917), p. 24o et suivantes,
  • 31. teurs de Varak, où était allé percher l'aigle, et d'où il lançait ses cris aigus vers les horizons bruineux du pays arménien, pleurant avec son peuple, vivant ses tortures et partageant son mar- tyre, faisant connaître les plaintes désespérées de ce peuple contre- les forces aveugles de la barbarie. C'était khrinnan, la noble conscience, l'in- terprète des douleurs et des voeux endeuillés du peuple arménien d'alors. « L'aigle du Vaspou- rakan » (Ardzive Vasbouragani) apparaissait comme, un phénomène extrèmenitent révolu- tionnaire dans l'horizon arménien. C'était le seul organe de la patrie, qui, ,tout en pleurant les ruines, adressait à la nouvelle génération des appels de lutte et de révolte. Les pleurs et les plaintes ne formaient qu'un même cri de dou- leur, s'élevant de l'obscure imprimerie de Va- rak, parvenant au loin, à Constantinople, au Cau- case, en Perse , racontant les souffrances du peuple, apportant partout le parfum des monts et des vallons de la patrie, remplissant les coeurs de l'enthousiasme le plus patriotique, Je plus pur, le plus chaleureux. Kbrimiao était un autre Alic.han, établi sur le sol int'que de hi patrie, au sein de sa propre race, en contact immédiat et journalier avec le formi- dable drame qui se déroulait, en communion di- recte avec les plaintes douloureuses qui éma- naient des milliers d'âmes environnantes. •Khri- mian était un autre Alichan, peut-être moins poète que le chantre tl'Avaraïr, mais plus ori- ginal et plus profond, doué d'une mentalité plus forte et d'une. verve phis vigoureus'e, un maure à la fois de la plume et de. la parole, en un mot un écrivain, un orateur, un condUcteur.
  • 32. — 30 -- C'était un maître, de naissance, original, singulier, ne possédant pas une instrudtion nor- male et complète, mais surprenant son interlo- cuteur par sa parole instructive et sa sagesse pro- fonde. C'était un métal brut qui rendait un son merveilleux, le type véritable de l'apôtre dont le regard sublime reflétait les immenses douleurs de son 'peuple, dont le visage simple et titanique personnifiait les hautes montagnes de l'Arménie, ses horizons immenses, ainsi que ses eaux claires et limpides. khrimian .fut. le premier abbé qui devint pu- bliciste et prononça des harangues. Il fut le pre- mier religieux qui renonça à la vie stérile du cou- vent et s'adonna, de toutes les forces de son être, au peuple des travailleurs. La démocratie n'a, sans aucun doute, pas eu de représentant plus il- lustr• et plus pur, de pionnier plus puissant et plus convaincu•que cet abbé « égaré ». Les li- vres de prières furent exclus de ses préoccup• fions journalières ; les chaires des églises re- tentissaient de ses sermons. patriotiques, cha- leu•eux et encourageants, évoquant les noms vé- nérés et légendaires d'Aram et de Haïk. De ces mêmes tribunes sacrées, le Docteur, épris de liberté, lançait, en même temps que ses prières, ses foudres contre les usuriers, les ecclé- siastiques prévaricateurs et toutes les classes du ,peuple ouvrier. De ces 'mêmes tribunes, il cin- glait de son verbe mordant la dissimulation, l'i- gnorance ; faisant, par contre, l'apologie de l'é- tude, de la civilisation, de l'école populaire, de la science, du progrès sous toutes ses formes. Ce type rare et admirable d'autodidacte eut très vite rempli son arsenal intellectuel. Il fit les progrès les plus rapides, grâce à son extraordi-
  • 33. — 31 -- Haire faculté d'observation et de compréhension, grâce surtout à ses longues et lointaines pérégri- nations en Turquie, au Caucase, en Perse. Par- tout et toujours, il observait attentivement et étudiait minutieusement la vie arménienne, et les antiques ruines de la patrie. Partout il rallumait le feu patriotique par ses sermons •entraînants, par son langage simple et biblique. il relevait les courages abattus, les cœurs accablés, invitant tout le monde à l'action, à l'oeuvre inlassable de la reconstitution- de la patrie. Sa' plume ne fut pas moins forte que son ver- be. Que de puissance, que de beauté, que de flamme dans ces appels, dans ces pleurs, dans ces cris désespérés et suppliants, dans ces en- couragements énergiques, mâles et belliqueux qui abondent dans les écrits de Khrimian, à da- ter de sa première publication, « Heravirag Ara- ratian », où la lyre du poète commence à chan- ter, jusqu'aux pages sublimes de l' « Ardzive Vaspourakani », dans lequel il expose., aux yeux du lecteur, l'immense Arménie avec ses 'specta- cles les plus grandioses et les plus touchants, avec ses ruines tristes et glorieuses, avec l'ombre encore parlante des Mesrop, des Vardan, des Sahak... Et le lecteur émerveillé, au milieu de cette galerie immense mais délaissée, entrevoit, dres- sé sur les ruines, le géant, le patriote, pleurant, exhortant, encourageant sans cesse, appelant les enfants errants de r rménie : « Vers la patrie 1 Vers la patrie 1 Ré‘eillez-vous, fils de Haïk 1 ré- veillez-vous ! Car le soleil de la civiliSation a point à l'horizon des cieux ; il n'y a plus de des- potisme barbare 1 » Quel spectacle ravissant que celui de ce soleil
  • 34. — 32 --- levant Klohnian avait pressenti déjà son rayon- nement libérateur. Aussi, ne - se contente-t-il plus, dans l' « Ardzive Vaspourakani » de sim- pies mélodies plaintives, de lamentations inuti- les et démoralisantes ! il sait y faire vibrer l'ac- cent de la révolte ; il sait y prêcher la résistance en vue de la liberté. Ses hautes qualités morales et intellectuelles, son patriotisme des plus ardents et des plus sin- cères, ses efforts inlassablement tendus vers la libération de son peuple valurent à Khrimian le titre de premier révolutionnaire des Arméniens de Turquie. « Ardzive Vaspourakani » a sa place d'hon- neur dans la presSe. arménienne, comme dans l'histoire de la renaissance nationale. Il fait par - tic de l'existence volcanique de Khrimian. Il consult ae le superbe monument de son immense et si féconde activité. l:n groupe d'élèves de l'internat fondé par Khrimian à Varak collaborait à son périodique. C'étaient les aiglons intellectuels qu'il avait ame- nés des quatre coins de l'Arménie. 115 vivaient et grandissaient sous le souffle vivificateur du maître adoré ; ils s'instruisaient, s'ennoblis- saient dans son atmosphère pure, idéale, en sa compagnie charmante et captivante. C'étaient Servantzdiantz, Toklimakhian, d'autres encore, tous futurs conducteurs du peuple arménien, instituteurs, prédicateurs, écrivains. Et Raffi lui-même, l'éminent romancier national armé- nien, le plus fort inspirateur, le plus grand pro- moteur des récents mouvements arméniens, ap- portait, quoique encore débutant, sa collabora- tion à l' « Ardzive Vaspourakani », durant son court séjour à Varak.
  • 35. - 33 Ces patriotes convaincus constataient person- nellement, sur place, en pleine Arménie turque, les horreurs du régime ottoman ; ils assistaient au drame le plus effrayant et le plus mons- trueux ; ils voyaient, de leurs yeux, la torture la plus cruelle .et la plus satanique appliquée à ce petit peuple de quelques millions d'âmes. Les affres de cet enfer s'intensifiaient d'année en année, par l'incursion des Circassiens et d'au- tres réfugiés musulmans, par le contre-coup des mouvements libérateurs des Balkans, par l'épui- sement progressif de la Turquie amenant à sa suite l'augmentation effrénée des impôts. En présence des manieurs séculaires et sans cesse croissants de la pairie, l'Aigle du Vaspoura- kan et ses aiglons frappaient énergiquement à la porte de la déesse Liberté, voulant à tout prix, d'un effort héroïque, jeter à bas l'hydre du des- potisme. Et c'était la muse de Khilmian qui, éplorée, inconsolable, mais fière et intrépide, était venue se fixer dans la patrie même pour proclamer une idée sublime • sur ces hauteurs endeuillées : l'idée de l'insurrection arménien- ne, qui devait désormais grandir, se développer progressivement sous la double poussée de l'es- prit subjectif et de la réalité objective, et qui s'en intit gagner peu à peu les coeurs, et enllani- mer les esprits. La lutte héroïque, lugubre, singulière, devait éclater en un temps confus et sous un ciel ora- s ri-, eux. Mais il fallait qu'elle éclatât, selon l'ex- pression prophétique de l'Aigle du Vaspoura- kan, pour régénérer un peuple insulté et foulé aux pieds ; il faillait qu'elle éclatât, pour essuyer de son front la honte de la servitude et faire pousser à nouveau les nobles rejetons d'une Nou-i"
  • 36. - 34 — velte Arménie, sur le sol trempé de larmes et de sang de l'ancienne... *** Avec de tels hommes, la destinée du peuple arménien était en de bonnes mains. Mais ce n'é- tait pas suffisant. Il fallait passer du rêve à la réalisation. Pendant des siècles, et jusqu'en ces toutes dernières années, les Arméniens répan- dus dans le monde entier s'étaient accoutumés à considérer le siège patriarcal d'Etchiniadzin comme le point de ralliement de leur nation. C'était un stade qu'il fallait franchir. Il fallait désormais faire mieux. C'est ce que comprit très bien le catholicos actuel d'Etchmiadzin. Dès le début de l'année 1913, S. S. Kévork V nommait une Délégation nationale arménienne, résidant à Paris, avec mission spéciale de présenter les doléances du peuple arménien aux grandes puissances et d'ob- tenir enfin un adoucissement aux maux dont souffraient les Arméniens. Après préparé l'émancipation du peuple armér;en, il conve- nait de l'accomplir. Le président de cette Délé- gation, S. E. Boghos Nubar, se mit à ]'oeuvré, sans tarder. Le traité de San Stefano, comme celui de Berlin, était resté lettre morte ; la con- vention de Chypre, comme le projet de réformes présenté à la Porte en 1895, demeurait sans effet. Par une série de notes (1), la Délégation natio- nale arménienne demandait aux grandes puis- sances de faire enfin exécuter les réformes sti- pulées par l'article fir du Traité de Berlin. Un (,) Cf. F. MACLER, Autour de l'Arménie (Paris, 1917), p. 287 et suivantes.
  • 37. 35 premier point était acquis. On apprenait en mai 1914, que deux inspecteurs généraux avaient été désignés pour surveiller l'exécution des réfornres promises. La grande guerre éclata. Les inspecteurs ne partirent pas. Une deuxième émanation de l'église arménien- ne, peut-être moins immédiate que la précé- dente, est la création de la République armé- nienne du Caucase, en mai t918. Avec leurs propres forces, alors qu'ils étaient lâchement; abandonnés par leurs alliés de la veille, les Géor- . giensetles'Tatars,et.aussipeusecourusque possible par los puissances occidentales, les Ar- méniens de Russie furent assez énergiques et assez volontaires, ils eurent assez de foi et d'es- pérance dans l'avenir de leur race, pour procla- mer la république sur la terre de leurs pères, à l'endroit même où s'était déroulée la plus belle, la plus brillante, la plus authentique de leur histoire. Le territoire du nouvel Etat compre- nait Etchmiadzin, dont les cathdlicos, depuis l'an 14.41, avaient veillé, avec un soin jaloux, .sur les destinées d'un peuple privé dès lors de 'tout chef temporel et national. *** Après avoir vaincu le monde, al o ès avoir ré- duit à sa merci rois et empereurs, après avoir promené à travers l'Europe son aigle victorieuse, le vainqueur de Lodi, d'Arcole, des Pyramides, d'Austerlitz, d'Iéna, méditait tristement sur son rocher solitaire de Sainte-Hélène. Récapitulant un jour les événements passés, — ainsi le. rap- porte le Mémorial de Sainte- Hélène, — « l'em- pereur, dans le cours de 1a. conversation, est ar-
  • 38. — 36 J. rivé à dire, parlant de l'Egypte et de la Syrie, que s'il eût enlevé Saint Jean - d'Acre, ce qu'il eût dû faire, il opérait une révolution dans l'o- rient... Saint Jean d'Acre enlevé, l'armée fran- çaise volait à Damas et à Alep ; elle eût été en un clin d'oeil sur l'Euphrate ; les chrétiens de la Syrie, les Druses, les chrétiens de l'Arménie se fussent joints à cile ; les populations allaient être ébranlées... j'aurais atteint Constantinople et les Indes ; j'eusse changé la face du monde.» Napoléon I" n'atiteignit pas Constantinople, - il ne traversa pas l'Arménie, il ne• changea pas la face du monde. Les dominateurs sont tôt où tard dominés. Les peuples, de jour en jour, ne veulent plus être dominés. Ils demandent à être gou%(.qués, à être administrés, aussi sagement que la chose est possible pour les cerveaux hu- mains. Et le rêve, entrevu au début du xix' vient enfin, cent ans plus tard, de trouver sa .réalisation. Les légionnaires français et britan- niques, opérant leur jonction avec les légion- naires arméniens, ont dompté le dominateur de la Syrie et de la Cilicie. i1 ne s'agit plus de tra- verser l'Arménie et de foncer sur l'Inde.; il s'a- git d'affranchir à jamais des populations qui, trop longtemps, ont gémi sous la férule du Turc; il s'agit., cette fois, de changer la lace du mon- de, non plus au sen:s où l'entendaient les con- quérants de jadis, mais en permettant à...chaque peuple, coinine à "chaque individu, de vivre et de respirer librement. L'armée arménienne, de concert avec ses alliés, réalise en ce . moment cet idéal sublime, entrevu' et préparé, pour une très grande part, par l'Eglise nationale armé- nienne. J'ai dit.
  • 40. Couvent armétuén au-&rci di re .47c. I MPRTMERIE N. GA,I,LTEER ET A, l'HÉBERT, ANGERS