SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  36
Télécharger pour lire hors ligne
LE MAGAZINE DE BREST MÉTROPOLE ET DE LA VILLE DE BREST
DÉCEMBRE 2016 - JANVIER 2017 - N°195
www.brest.fr
La rencontre Charles Kermarec, libre libraire
Si on bougeait Les rendez-vous des fêtes de fin d’année
les Capucins
En route pour
Le papier utilisé pour ce magazine est un papier
100 % recyclé labellisé EUFlower et imprimé dans une
usine certifiée ISO 14001 pour son management de
l’environnement et labellisée Imprim Vert.
Sillage, c’est aussi sur www.sillage.brest.fr
Recevez une alerte dès la parution du
nouveau numéro et consultez les anciens
numéros en ligne.
Vous résidez sur Brest métropole et vous
ne recevez pas Sillage dans votre boîte aux
lettres ? Signalez-nous ce problème par
mail : reclamations.sillage@brest-metropole.fr
ou par téléphone : 02 98 33 50 50
L
a fin d’année sur Brest métropole se
fait synonyme d’un sacré renouveau.
Avec un bon mois d’avance, c’est un
joli cadeau qui s’est posé au pied du
sapin : le téléphérique, entré en service le
19 novembre, et la découverte pour tous
du nouveau visage des Capucins.
Un grand moment et, aussi, un beau reflet de la
dynamique du territoire, tout entier tourné vers
l’avenir et l’invention des possibles.
Après avoir franchi pour la première fois la Penfeld
par les airs, nombre d’habitants ont pu goûter, et
goûtent encore, les aménagements réalisés dans
les Ateliers. Un voyage dans le temps, au cœur
de ce bâtiment chargé d’histoire, et désormais
porteur de réjouissantes pistes d’avenir. De
quoi s’approprier avec d’autant plus de cœur ce
nouveau pan de territoire, qui n’a pas fini d’évoluer.
Le début d’année 2017 marquera une nouvelle
étape, avec l’ouverture de la médiathèque François
Mitterrand - Les Capucins, lieu magique de culture
et de partage, puis de nouveaux équipements
innovants. Quoi de mieux que la naissance d’un tel
lieu public et fédérateur, pour démarrer l’année en
beauté ?
Nos meilleurs vœux à tous pour 2017, belles fêtes
et à l’année prochaine !
Bonne lecture !
La rédaction
COUVERTURE : FRANCK BETERMIN
Prochain numéro
de SILLAGE dans vos boîtes
à partir du 6 février 2017
Direction de la publication
Bernadette Abiven
Direction de la communication 
Vincent Nuyts
Rédaction en chef 
Élisabeth Jard
Rédaction 
Mickaël Baudu, Damien Goret, Rémi Morvan
Photographes 
Franck Betermin, Yvan Breton, Cédric Dauphin,
Jean-Yves Guillaume, Mathieu Le Gall, Pierrick
Segalen
Design éditorial
Denis Pichelin / Dynamo+
Mise en page
Impression 
Imaye Graphic - Laval
Tirage : 113 500 exemplaires
Publicité 
Agence Bergame, Brest,
Tél. 02 98 46 05 17
Distribution 
Mediapost : à parution
ISSN 1143 - 2233
Renseignements 
Sillage
CS 73826
29238 Brest Cedex 2
Tél. 02 98 33 50 50
Mél : sillage@brest-metropole.fr
4-5 Grand angle
6 à 15 Le dossier
En route pour les Capucins
Après la mise en service du
téléphérique en novembre,
la médiathèque François
Mitterrand - Les Capucins ouvrira
le 3 janvier, et des portes ouvertes
des Ateliers se dérouleront les 7
et 8 janvier. Autant d’événements
qui ouvrent une nouvelle page de
l’histoire du territoire, autour de ce
site patrimonial fort, qui trouve là une
nouvelle vie.
18-19 Vous avez l’œil
Vos plus belles photos de la
métropole et de son Pays.
20-21 En bref
Un contrat de réciprocité entre
Brest métropole et le Centre Ouest
Bretagne;la signature d’un nouveau
programme pour le renouvellement
urbain à Brest; l’arrivée d’un manager
de centre-ville…
22-23 La rencontre
Charles Kermarec.
25 à 30 Si on bougeait
Une sélection sportive et culturelle
pour les prochaines semaines.
FRANCKBETERMIN
25
22
JEAN-YVESGUILLAUME
6
FRANCKBETERMIN
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 3
Soif de culture(s)Nouveau succès pour
la 31e édition du Festival
européen du film court
de Brest, qui a vu, du 8 
au 13 novembre, quelque
28 000 spectateurs
se presser au Quartz, pour
découvrir les perles du 7e art
version court métrage.
PHOTOS CÉDRIC DAUPHIN
grand angle
4 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Grand moment d’émotion
à Brest, avec la sortie en
avant-première de La Fille
de Brest, le 8 novembre
au cinéma Les Studios,
en présence de la
réalisatrice Emmanuelle
Bercot, et de l’héroïne
de la vraie vie, le médecin
brestois Irène Frachon.
PHOTOS MATHIEU LE GALL
Attentifs aux conseils des chefs,
les participants à la première
masterclass internationale
de cuisine, organisée par
l’association Comme des
chefs dans les cuisines de
l’hôtel Océania, à Brest les 19
et 20 novembre, concoctent
quelques plats réjouissants
PHOTO JEAN-YVES GUILLAUME
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 5
Bienvenue aux Capucins ! Au cœur de la métropole, ce nouveau pan de territoire commence à s’ani-
mer. Une sacrée découverte pour tous, et un nouvel atout pour Brest métropole, qui a su poser là les
bases d’un avenir solide, où innovation, culture et sens du collectif promettent de porter haut les
valeurs et les richesses de notre territoire.
A
vec le téléphérique qui
relie désormais en trois
minutes la rive gauche
aux Ateliers des Capu-
cins, l’un des plus grands
chantiers du territoire sur les
vingt dernières années est devenu
une réalité pour tous.
En décidant de créer, dans ce lieu
historique et majestueux, un nou-
veau quartier conçu pour s’intégrer
au cœur de la métropole de demain,
la collectivité avait pris un sacré
pari. C’était en 2002, avec la Mission
Penfeld, qui aboutit près de dix ans
plus tard à la vente du site à la col-
lectivité, par la Marine nationale. Les
travaux, démarrés en 2012, révèlent
dès aujourd’hui un aménagement à
la hauteur des attentes, entre res-
pect de l’histoire et anticipation des
usages de l’avenir.
Premiers équipements
« La mise en service du téléphé-
rique nous permet de changer de
stature, pour dévoiler enfin à tous
le potentiel de ce lieu, qui reste je
••• en route
pour les Capucins !
pense unique en France », estime
Alain Masson, vice-président de
Brest métropole en charge des
grands projets. Les différentes
portes ouvertes qui ont eu lieu ces
dernières années sur le chantier lais-
saient certes augurer d’un résultat à
la hauteur. Les pionniers du téléphé-
rique et, depuis, tous ceux qui ont
franchi la Penfeld pour découvrir
par eux-mêmes ce nouveau pan de
territoire, n’auront pas été déçus !
Car si les Capucins n’en sont qu’à
l’aube de leur nouvelle vie, celle-ci
6 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
dossier
F.BETERMIN
Après la mise en service
du téléphérique, les
Capucins s’apprêtent
à lever le rideau sur la
médiathèque, la place des
Machines… Enfin ?
Oui ! Ce lieu utilisé par DCNS
jusque dans les années 2000
tourne une page de son
histoire et s’ouvre à tous.
C’est l’un des chantiers
les plus importants de la
métropole depuis le tramway,
et nous sommes fiers d’ouvrir
les portes de ce lieu unique.
C’est-à-dire ?
Nous avons voulu que ce
site exceptionnel s’intègre
pleinement au cœur de la
métropole. Pour cela, nous
avons imaginé un lieu ouvert,
où la culture et l’innovation
seront les locomotives. L’idée
est que tous s’en emparent,
afin d’en faire un lieu de vie,
d’innovation, de lien social,
qui témoigne de la vitalité du
territoire.
Certains pointent le fait
que les Capucins ouvrent
sans être totalement
aménagés. Que leur
répondez-vous ?
Tout n’est pas fini, et quoi
de plus normal vu l’ampleur
du chantier ! La place des
Machines, qui rend hommage
à l’histoire des ouvriers qui
ont travaillé ici, est ouverte.
Dès janvier, la médiathèque
François Mitterrand - Les
Capucins le sera, puis la
cantine numérique, et les
espaces dédiés à l’innovation.
Enfin les commerces et
les premiers habitants. Les
associations sont installées à
la maison de l’international,
la cité de l’international
va accueillir ses premiers
chercheurs.
François Cuillandre
Président de Brest
métropole.
3 QUESTIONS À
Après des
années de
grands travaux,
Les Capucins
ont démarré
une nouvelle
vie, avec
notamment la
mise en service
du téléphérique
le 19 novembre.
L’occasion
pour tous de
découvrir la
réalité de ce
nouveau pan de
territoire.
s’annonce d’ores et déjà plus que
séduisante : « Nous sommes à un
moment majeur de la construction
de ce lieu, qui va élargir le cœur de
la métropole et de son Pays dans
les dix années à venir. Nous avons
donné le la, en souhaitant impulser
une tonalité culturelle et d’innova-
tion aux Ateliers. On le verra avec
l’ouverture de la médiathèque en
janvier, puis de la cantine numé-
rique, du Village by CA, dédié aux
start-up », rappelle Alain Masson.
Inventer l’avenir ensemble
Les bases sont là, et il ne reste désor-
mais "plus" qu’à s’approprier ce site
à la fois familier dans le paysage et
totalement inédit dans ses usages.
Depuis des mois, les acteurs de la
rive droite s’y emploient, conscients
de l’opportunité que représente ce
nouveau venu pour la dynamique de
tout le secteur. La découverte des
lieux en direct, à travers des balades
impromptues ou les nombreuses
animations qui vont démarrer, per-
mettra à tous, dans les semaines et
mois à venir, de se projeter dans
l’identité des Capucins, de la patiner
à leur image. « Il revient mainte-
nant aux acteurs de l’économie et
à tous ceux qui le souhaitent de
s’investir, d’inventer la suite, d’être
créatifs », pointe Alain Masson. Un
beau challenge collectif, au service
de l’avenir d’une jeune métropole
qui a décidément tous les atouts
pour grandir !
Elisabeth Jard
FRANCKBETERMIN
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 7
dossier
dossier
Médiathèque François Mitterrand - Les Capucins
Réinventer le partage
•De l’espace ! La médiathèque des
Capucins réinvente l’accès au
savoir et à la culture. Résultat :
un espace de 10 000 m², où se
croisent les disciplines, où chacun
peut aller et venir, picorer, rester
l’après-midi déguster un roman, ou
jouer avec les petits, assister à une
conférence dans l’auditorium…
•Des milliers de pages… Le livre
papier n’est pas mort, et la média-
thèque en offre une quantité
époustouflante : 12 000 romans,
5 000 BD, mangas et comics,
2 000 ouvrages sur la littérature et
les langues. Mais aussi 20 000 CD
et 5 000 DVD.
•Lieu connecté. Pour autant, le
numérique est ici présent partout.
Avec le WiFi gratuit, et 50 postes
repères
9 700 m²d’espaces pour se
cultiver, profiter,
découvrir, rêver,
jouer…
120 000références en accès
libre et 350 000 en
réserve.
1791
c’est la date de
parution de l’ouvrage
de La Pérouse sur
son tour du monde. Il
fait partie des trésors
de la médiathèque.
24,7
c’est le budget
prévisionnel, en
millions d’euros, de
la médiathèque, dont
7,6 millions d’euros
pour la ville de Brest.
1
une seule carte
permet d’accéder aux
collections de toutes
les médiathèques du
réseau de la ville de
Brest dès le 3 janvier.
Un pass media
sera également mis
en place avec les
médiathèques des
autres communes en
2017.
Elle ouvrira le 3 janvier. Posée sur le flanc de la Penfeld, ouvrant majestueusement ses immenses baies
sur un horizon marin et urbain de toute beauté, la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins
vient redessiner les contours de la culture sur notre territoire. Voulu par la ville de Brest, ce lieu dédié à
l’ouverture se veut un espace commun, partagé de tous, où tous les moyens sont bons, du livre d’époque
au support dématérialisé, en passant par les jeux et les simples rencontres, pour élargir ses horizons.
Revue d’ensemble.
informatiques disséminés sur
tout l’espace, en libre accès. Des
ateliers d’appropriation des tech-
niques seront régulièrement pro-
posés, et des salles de coworking
mises à disposition.
•Patrimoine à l’honneur. Lieu hau-
tement contemporain, la média-
thèque rend aussi un bel hom-
mage à l’histoire des Capucins,
et à l’histoire tout court  ! Le
département patrimoine recèle
10 000 ouvrages imprimés entre
le XVe et le XIXe siècle, 200 manus-
crits et 3 000 volumes de journaux
et revues datant principalement du
XIXe siècle.
•Les réserves à l’honneur. Les fonds
anciens et précieux sont visibles
via une vitrine depuis l’intérieur de
la médiathèque. Des visites seront
possibles, et une salle d’exposition
dédiée. Un fonds breton est aussi
disponible.
• Tous les âges. L’enfance et la jeu-
nesse disposent d’espaces adap-
tés. Mobilier cosy ou en vogue,
Racontines pour les petits le same-
di matin, mais aussi Pyjamas-parties
chaque veille de vacances, quand
les ados disposent d’un espace
pour lire, jouer, se rencontrer. Les
jeux de la mezzanine sont par ail-
leurs reliés au département jeu-
nesse du rez-de-chaussée par…
un toboggan !
•Pleins feux sur l’emploi. Cha-
cun peut accéder librement à un
espace dédié à la recherche d’em-
ploi et la formation, avec conseils
8 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
dossier
FRANCKBETERMIN
personnalisés. Un espace numé-
rique de découverte des métiers
d’avenir et qui recrutent est éga-
lement à disposition.
•L’actualité comme vous voulez.
Dès l’entrée dans la grande nef
d’accueil, un kiosque permet de
consulter quelque 400 titres de
presse. Abonnement papier et
numérique en libre accès.
•Accessibilité. En sus d’une boucle
magnétique pour personnes
malentendantes, un secteur Lire
autrement est proposé aux per-
sonnes en situation de handicap.
L’offre inclut 1 400 livres audio,
1 000 documents en gros carac-
tères et un fonds consacré à la
culture sourde. Un poste informa-
tique est dédié.
•Le dimanche aussi : La nouvelle
médiathèque sera ouverte à comp-
ter du 3 janvier. Sur les horaires
suivants : du mardi au vendredi
de 12 h 30 à 18 h 30 ; le samedi
de 10 heures à 18 heures ; et
environ 35 dimanches par an, de
14 heures à 18 heures.
FRANCKBETERMIN
Quelle est l’ambition de ce nouvel
équipement ?
L’idée majeure est d’ouvrir un lieu pour
tous. Surtout, il ne s’agit pas seulement
d’une médiathèque : nous avons souhaité
offrir un ensemble de services publics
autour du livre et de la lecture, mais aus-
si aller au-delà, répondre aux envies et
besoins d’aujourd’hui et demain. C’est
le sens de l’orientation numérique, mais
aussi du jeu pour les plus jeunes, de
l’espace d’exposition… Nous n’ouvrons
pas une médiathèque de plus : il s’agit ici
d’inventer, avec les habitants, un nouvel
espace de dialogue, d’échanges et de
création.
Les autres médiathèques de la ville
de Brest et des communes de Brest
métropole ne vont-elles pas souffrir
de l’arrivée de ce nouvel outil ?
La médiathèque des Capucins a, depuis
l’origine, été pensée en lien étroit avec le
réseau. Celui des médiathèques de quartier
de Brest, qui ont été rénovées. Et celui des
autres communes, qui pourront bientôt faire
partie du réseau et ainsi permettre à leurs
abonnés de continuer à profiter de leurs res-
sources, comme de celles de Brest. Cette
nouvelle médiathèque se veut complémen-
taire de l’existant, en proposant d’autres
dynamiques. Elle ne vient déshabiller per-
sonne, mais enrichir l’offre pour tous !
Gaëlle Abily,
Adjointe au maire
de Brest en charge
de la culture.
2 QUESTIONS À
PREMIERS RENDEZ-VOUS
Ouverture de la médiathèque François
Mitterrand : le 3 janvier 2017.
Exposition inaugurale : L’Épervier, escale
BD aux Capucins. Avec Patrice Pellerin,
plongée dans le Brest du XVIIIe siècle. De
janvier à avril.
Patrimoine vivant, trois quarts d’heure
pour découvrir les richesses patrimoniales
de la médiathèque. Mardi 17 janvier et
mardi 7 février à 12 h 45 et 18 h 30 :
Découverte des alguiers.
« La bobine », le RDV cinéma. Mardi
17 janvier à 18 h 30 et vendredi 27 jan-
vier à 18 h 30.
Rendez-vous maritimes : L’aventure
des algues, avec Guillaume Sallah Tho-
mas, étudiant en master 2 histoire des
sciences et techniques, et Philippe Potin,
directeur de recherche au CNRS, à la sta-
tion biologique de Roscoff. Jeudi 26 jan-
vier à 18 h 30.
Conférence participative animée par Yan
Marchand, philosophe : Comment devenir
heureux en moins d’une heure ? Mardi
28 février à 18 h 30.
Les livres de… Tous les premiers jeudis
du mois, à 12 h 45, un invité présente ses
livres de chevet et œuvres de prédilection.
Premier rendez-vous jeudi 2 février avec
François Morel.
Jeux de société en famille le samedi
28 janvier après-midi.
Mais aussi : des rendez-vous jeunesse
les samedis matin, des concerts, des
ateliers numériques, des tournois de jeux
vidéo…
Le 3 janvier, la
médiathèque
François
Mitterrand - Les
Capucins ouvrira
ses portes, et
participera aussi
aux portes ouvertes
des Ateliers, les 7
et 8 janvier.
MATHIEULEGALL
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 9
dossier
PIERRICKSEGALEN
Pensés pour
devenir un
haut lieu du
numérique, les
Ateliers des
Capucins vont
rendre visibles
au plus grand
nombre les
enjeux de cette
révolution.
À l’heure du numérique
L
es Capucins préfigurent
l’avenir de la métro-
pole brestoise, dont les
contours, dans une partie
des ateliers, se dessine-
ront autour du numérique. La média-
thèque (lire page 8) et la cantine
numérique qui la jouxtera, et accueil-
lera le grand public autant que les
coworkers, font d’ailleurs des Ateliers
le bâtiment totem du label French
tech Brest +. « Mais il faut être hon-
nête : à ce jour, French tech Brest +
ne parle réellement qu’aux initiés,
concède Éric Vandenbroucke, direc-
teur du technopôle Brest-Iroise. Or
Les Capucins, avec la médiathèque
ou la cantine, permettront au grand
public de s’approprier les enjeux de
la transition numérique. »
Parler au grand public,
attirer les créateurs
En plus de ces deux équipements
et du Village by CA (lire ci-dessous),
un espace supplémentaire sera
aménagé, à proximité immédiate
de la cantine, pour recevoir exposi-
tions, démonstrations, animations
et événements réguliers… « Le
numérique à Brest existe déjà en
dehors des Ateliers, précise Joëlle
Calvar, de la mission stratégie et
prospective de Brest métropole.
Mais ceux-ci seront un lieu particu-
lier, un lieu qui amplifiera les réali-
sations de l’écosystème, toujours
en mouvement, pour sensibiliser le
plus grand nombre. Un lieu hybride,
aussi, puisqu’ils contribueront à
convaincre les créateurs d’entre-
prises innovantes que c’est bien
ici qu’ils jouiront d’un écosystème
porteur pour eux. »
À terme, l’accueil d’un pôle d’excel-
lence maritime aurait également
du sens, pour Éric Vandenbroucke
: « Le pacte État-métropole a, entre
autres, donné à Brest le caractère
de l’excellence maritime, qui se
traduit au technopôle ou encore
à Océanopolis. Lier numérique et
maritime aux Capucins, ce serait
un bel écho au label French tech
Brest + et au Campus mondial de
la mer. »
 http://frenchtech-brestplus.bzh/
Damien Goret
DAMIENGORET
Le Crédit Agricole va donc lancer
son Village by CA, au contact direct
du téléphérique, dès l’arrivée dans
les Ateliers. Quelle est sa vocation ?
De manière générale, le lieu va servir à
développer la croissance et l’emploi sur
le territoire. Comment ? En y attirant
les start-up à fort potentiel, ainsi qu’en
servant de plate-forme de transformation
pour les entreprises partenaires autour
de l’innovation et du digital. Vingt-cinq
start-up pourront être accueillies sur
600 m², avec un showroom, un espace de
coworking, des espaces évolutifs pour
accompagner leur développement… Son
ouverture est programmée au printemps.
En d’autres termes, vous leur offrez
un incubateur ?
Nous allons surtout former une
coopérative de start-up, qui bénéficieront
effectivement des services classiques
d’un incubateur. Mais elles profiteront
surtout du réseau de clients du Crédit
Agricole ou de nos partenaires, et l’on
sait l’importance que cela revêt, pour
de jeunes entrepreneurs, d’avoir l’accès
direct à des clients.
Comment recruterez-vous
les start-up ?
Elles seront sélectionnées au sein d’un
comité constitué par les partenaires.
Le but, c’est que les jeunes entrepreneurs
locaux, nationaux ou internationaux
se disent que c’est ici, sur le territoire
de Brest métropole, par le biais de
l’écosystème que nous allons créer, qu’ils
peuvent réussir. À noter aussi que le
grand public y sera largement accueilli
pour mieux comprendre ce qui
se joue ici.
Jean-Yves
Fontaine,
du Crédit Agricole,
pour le Village by CA.
3 QUESTIONS À
10 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
P
lébiscite général pour
le premier téléphérique
urbain de France, mis en
service le 19 novembre !
En un seul week-end,
18 800 passagers se sont pressés pour
prendre la route des Capucins par
les airs ! Un événement majeur, pour
lequel la ministre de l’environnement,
de l’énergie et de la mer avait fait le
déplacement. Ségolène Royal n’a pas
caché son enthousiasme, après un
premier aller-retour au-dessus de la
Penfeld : « C’est une première natio-
nale et même mondiale : le transport
par câble est le transport du futur
dans les villes. Avec zéro pollution,
zéro accident, zéro bouchon ! ». A ses
côtés, François Cuillande, président
de Brest métropole, ne cachait pas
plus sa fierté : « Brest prend de la
hauteur ! Ce téléphérique va certes
nous amener une plus-value tou-
ristique, mais il s’agit avant tout
d’un outil de transport urbain sup-
plémentaire, une nécessité qui va
permettre de mieux desservir les
Capucins, et apportera à toute la
rive droite une liaison directe au
centre-ville ». Ce jour-là, accompa-
gné de Charlotte et Lewin, les deux
jeunes parrains du téléphérique, le
président de Brest métropole leur
a fait un cadeau de Noël en avance,
qu’ils ne sont pas près d’oublier : les
cabines porteront leurs prénoms !
 Horaires de service du téléphérique : de 7 h
30 à 19 heures, du lundi au samedi et de 8 h
30 à 19 heures le dimanche ; à terme de 7 h
30 à 0 h 30. Tarif : un titre de transport du
réseau Bibus.
Téléphérique
C’est parti !
dossier
Les 19 et
20 novembre,
plus de
18 000 personnes
se sont pressées
pour prendre la
route des Capucins
par les airs, via le
téléphérique.
Le 19 novembre,
Ségolène Royal,
ministre de
l’environnement,
de l’énergie et de
la mer, avait fait le
déplacement. Avec
François Cuillandre
et les deux jeunes
parrains du
téléphérique, elle a
donné le feu vert des
premières cabines.
L’EXEMPLARITÉ ÉNERGÉTIQUE
Le quartier des Capucins a fait de l’optimisation énergétique un de ses
leitmotivs. En termes de production électrique, 1 300 m² de panneaux pho-
tovoltaïques ont été installés : sur le toit de la médiathèque, dont la pro-
duction sera réinjectée dans le réseau électrique public ; et sur celui des
ateliers, qui produiront jusqu’à 12% des besoins énergétiques annuels des
équipements et espaces publics. « En cas d’excédent énergétique, il sera
automatiquement redistribué aux programmes voisins des Ateliers », explique
Sylvie Mingant, à la direction de l’écologie urbaine de Brest métropole.
Une redistribution automatique rendue possible grâce au réseau intelli-
gent (smart grid) de Schneider electric, dont les Capucins sont équipés. En
complément, les acteurs (habitants, commerces…) seront connectés à une
plate-forme qui collectera toutes les consommations du quartier, pour les
rendre visibles sur un écran consultable de tous. Les commerçants et bâti-
ments tertiaires pourront également consulter leurs propres consommations
en temps réel. Autre point notable : les Capucins sont reliés au réseau de
chaleur urbain, et leurs besoins thermiques seront couverts à 90 % par les
énergies renouvelables issues de la chaufferie bois et de l’unité de valorisa-
tion des déchets du Spernot. Le Miroir des énergies de l’avenue Le Gorgeu,
à Brest, les optimisera.
D.G.
De nombreuses
innovations
(panneaux
photovoltaïques…)
feront des
Capucins
un quartier
emblématique
de l’optimisation
énergétique.
PANORAMICBRETAGNE
FRANCKBETERMIN
FRANCKBETERMIN
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 11
dossier
FRANCKBETERMIN
PANORAMICBRETAGNE
LA MÉMOIRE DANS LA PEAU
Parce que le nouveau quartier des Capucins ne saurait éluder le
passé sur lequel il s’est construit, décision a été prise de conserver
des rappels de son histoire débutée en 1695 et qui, en 1841, s’est
tournée vers la fabrication et la réparation des navires de la Royale.
C’est de tout ce passé industriel que les Capucins ne sauraient
faire table rase. L’architecture même des Ateliers a été conservée,
et nombre d’éléments d’époque ont été maintenus, à l’image de
l’escalier hélicoïdal de la médiathèque. Six machines ont par ail-
leurs été sauvegardées. Nettoyées, vernies, mises en lumière, et
situées sur la bien nommée place des Machines, elles sont les
traces de ce qui s’est joué en ce lieu chargé d’histoire(s). C’est
également tout un parcours d’interprétation qui a été bâti autour
des Capucins et, plus largement, du quartier de Recouvrance. Inti-
tulé Balcons sur la Penfeld, il sera composé, au second semestre
2017, de plusieurs stations disséminées des Ateliers au jardin des
Explorateurs, en passant par la tour Tanguy.
D.G.
D
’un côté, les Ateliers,
architecture d’époque,
appelés à devenir un
nouveau lieu public
ouvert à tous, «  une
sorte de monument spectaculaire
et sans équivalent à Brest », ainsi
que les décrit Claire Guihéneuf,
directrice générale de Brest métro-
pole aménagement. De l’autre, leur
répondant comme en écho, les dif-
férents immeubles, modernes, sor-
tis de terre ou en passe d’en sortir,
qui mêlent logements et activités
tertiaires. Ainsi se dessinent Les
Capucins, « ce nouveau quartier
contemporain en train d’émerger,
et appelé à devenir une partie du
cœur de métropole », poursuit
Claire Guihéneuf.
La maison de l’international y a
déjà pris ses quartiers. L’immeuble
Cap Vert, où se sont installées dif-
férentes entreprises et institutions
(Caisse des dépôts…), aussi. Avant
l’été prochain, ce sera au tour des
premiers habitants de prendre pos-
session des 106 appartements
de l’îlot C. Et, à terme, ce sont
560 logements qui seront créés
aux Capucins. Un autre permis de
construire, sur l’îlot D, devrait d’ail-
leurs être déposé prochainement,
pour des immeubles où cohabite-
ront habitations et tertiaire. Plus
loin, sur l’îlot G, un opérateur a
déjà été retenu. Dans ses cartons :
un projet de résidence intergéné-
rationnelle, entre étudiants et per-
sonnes âgées, dont l’ouverture est
programmée mi-2019. Sur l’îlot
B, enfin, un appel à projets a été
lancé en septembre, dans la pers-
pective d’y bâtir un hôtel adapté
au site.
D.G.
Immobilier
Des logements aux bureaux :
un quartier de ville
Avant l’été
prochain,
les premiers
habitants
des Capucins
contribueront
eux aussi à
donner vie à
ce nouveau
quartier de
ville.
La place des
Machines, au
rendez-vous de
l’Histoire.
12 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Les espaces
publics de
Recouvrance
ont bénéficié
d’aménagements
d’espaces
publics, pour
1,5 million
d’euros. Comme
ici la place
Le Saëc, aux
abords des
nouvelles halles.
MATHIEULEGALL
R
ive droite, l’arrivée du
petit nouveau de ce
grand quartier est atten-
due avec impatience. Et
si certains pourraient
penser que les Capucins tirent toute
la couverture à eux, il n’en est déci-
dément rien. Engagé dans une opé-
ration d’amélioration de l’habitat
dès 2010, le quartier de Recouvrance
a progressivement réussi à recon-
quérir un statut à sa mesure. « Sur
le quartier prioritaire de Recou-
vrance, l’opération a permis de
réhabiliter 48 immeubles dégradés,
d’améliorer 186 logements, géné-
rant 7 millions d’euros de travaux
(dont 4,5 millions d’argent public).
Les espaces publics ont quant à
eux bénéficié d’aménagements pour
1,5 million d’euros », rappelle ainsi
Lionel Daniélou, en charge du dos-
sier à Brest métropole.
« Beaucoup craignaient effective-
ment que Les Capucins ne captent
tous les efforts… mais c’est faux !
Et quand on se balade dans le quar-
tier, et notamment dans le bas de
Recouvrance, on le voit. Les rues
d’Armorique et Vauban ont été
refaites, avec conteneurs enterrés,
et il y a bien sûr eu l’arrivée du
tram, celle du nouveau Mac Orlan,
des placettes Henri Ansquer et
Jeannette Bouillol », appuie Yann
Guével, adjoint au maire de Brest en
charge du grand quartier des Quatre
Moulins.
Un travail au long cours
Une nouvelle opération de renou-
vellement urbain (NPNRU) vient
de débuter (lire p. 21), qui va
permettre, sur les dix prochaines
années, de poursuivre et amplifier le
travail engagé : « Nous étions sur un
quartier à l’habitat souvent dégra-
dé, mais les choses avancent, et
vont continuer à avancer. Les com-
merçants ont participé à la dyna-
mique avec les nouvelles halles, que
nous avons accompagnées, en réha-
bilitant la place Le Saëc », poursuit
l’élu. Qui sait tout le potentiel de
son quartier dans la réussite des
Capucins et inversement, dans le
cadre d’un grand projet urbain pour
la rive droite : « Ici, nous avons
tous les services publics que sont en
droit d’attendre des habitants qui
arrivent sur un nouveau quartier
de centre-ville : piscine, crèches,
écoles, collège, stades, la Brest
Arena… ». Les habitants de la rive
droite, eux, sont prêts : depuis des
mois, professionnels de la cohésion
sociale, habitants et associations
œuvrent à tisser des liens étroits
avec les acteurs des Capucins. Les
conseils consultatifs de quartier ont
par ailleurs contribué à la dénomi-
nation des rues du plateau et des
espaces des Ateliers, et continue-
ront à être associés aux orientations
futures du projet.
E.J.
Renouvellement urbain
Gagnant-gagnant pour la rive droite
dossier
« Nous avons ici tous les services publics que sont en droit
d’attendre les habitants d’un quartier de centre-ville. »
 Yann Guével, adjoint au maire de Brest en charge du quartier des Quatre Moulins
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 13
dossier
FRANCKBETERMIN
E
t si l’on construisait l’ave-
nir commun ensemble ?
Depuis le mois de mai,
des dizaines d’habitants
se sont pris au jeu, pour
imaginer, avec la collaboration du
Fourneau, centre national des arts
de la rue, de Passerelle, centre
d’art contemporain, et du Bureau
cosmique, collectif d’architectes
constructeurs, ce que sera le quoti-
dien des Ateliers. « Nous sommes
là dans un nouvel espace public,
et l’objectif est que les habitants
se l’approprient au mieux. Nous
avons donc été missionnés par la
collectivité pour les accompagner, et
proposer des possibles sur le mobi-
lier urbain, ses usages… », résume
Michèle Bosseur, du Fourneau.
Retenue dans le cadre de l’appel
à projets Ville de demain de l’État,
l’opération a permis à de nombreux
habitants d’embarquer dans cette
fabrique des possibles. « Les envies
étaient diverses, mais claires. Les
gens voulaient être ensemble, pou-
voir bouger les choses à leur guise,
et aussi rester dans l’esprit du lieu,
de son histoire. »
Comme sur des roulettes !
C’est sur cette base que le Bureau
cosmique a ensuite imaginé le mobi-
lier urbain qui habille et habite la
place des Machines. Tout en bois
et métal, l’ensemble appelle à
bouger, puisque les cinq stations
mobiles (de grandes tables équi-
pées de lampes et de prises à bran-
cher selon les envies), les cimaises
(parois amovibles pouvant former
des box de rangement, comme iso-
ler un espace pour une réunion) ou
le gradin ont été pourvus de rou-
lettes. Pour chaque élément, des
usages ont été définis : des tables
pour manger ensemble, pour travail-
ler, mais aussi pourquoi pas pour
s’allonger ! Un gradin pour mieux
voir un spectacle sur la place… ou
pour mieux se faire voir d’un public :
« Tout est surtout fait pour créer
d’autres usages, que les habitants
imagineront sur place ! ».
Le kiosque, seul élément fixe,
demeurera le lieu de rendez-vous
des initiatives privées et publiques.
Il accueillera notamment, dès ce
mois de décembre, la fabrique Chez
Capucine : un rendez-vous ouvert à
tous, tous les samedis après-midi,
pour découvrir et s’approprier les
lieux comme le mobilier. La réflexion
sur les futurs espaces sportifs
urbains et ceux destinés aux plus
jeunes démarrera quant à elle dès
le début d’année 2017 !
E.J.
 Plus d’infos sur www.lefourneau.com et centre
d’art contemporain Passerelle : 02 98 43 34 95
Mobilier urbain
Des usages à inventer !
Imaginé avec
des habitants
volontaires, le
mobilier urbain
des Capucins
trouvera ses
usages avec
leur imaginaire.
DAMIENGORET
En quoi consiste cette société publique locale (SPL) ?
Elle a pour mission de gérer le site des Ateliers. Ce qui signifie en premier lieu assurer la
sécurité des Ateliers, qui ont pour vocation de recevoir du public. Mais nous avons aussi
pour but de faire vivre ce lieu d’exception, d’en faire un rendez-vous d’animation, de
découverte du patrimoine, et d’accompagner les visiteurs pour qu’ils se l’approprient. Ce
lieu est conçu pour être celui des habitants.
Justement, comment ce nouvel espace public va-t-il pouvoir se vivre ?
Il y aura évidemment des événements et des spectacles programmés avec les partenaires
du territoire. Pour autant, ces Ateliers ne sont pas une nouvelle scène, mais bien un
lieu de vie, où chacun aura sa place et où chacun peut venir, dans le respect des autres.
Nous travaillons ainsi sur l’idée d’instaurer, très vite, un brunch des Capucins, chaque
dimanche. Nous sommes ici dans une sorte de nouveau jardin public, ouvert à tous. Les
pratiques culturelles amateurs (musique, danse…) sont les bienvenues. Les pratiques
sportives légères seront aussi possibles, telles que le tai-chi-chuan, le yoga, etc.
Alain Lelièvre,
Directeur général
de la SPL
Les Ateliers des
Capucins.
2 QUESTIONS À
14 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Les commerces attendus
en 2018
Des commerces s’installeront de
part et d’autre de la rue, au rez-
de-chaussée et au 1er étage des
Ateliers. Pourtant, les Ateliers ne
seront pas une galerie commerçante
classique. Les activités qui s’y
installeront devront justifier d’une
capacité à dynamiser le lieu, à
susciter l’animation et la rencontre
entre les visiteurs. Un appel à
projets est en cours actuellement,
et une quinzaine de candidats
(restauration, loisirs sportifs et
culturels…) y ont répondu. D’autres
mûrissent encore leur réflexion.
Les premières installations sont
attendues en 2018, pour laisser aux
sélectionnés le temps de consolider
leur projet. Le projet de cinéma a
évolué courant novembre, et prévoit
désormais un établissement de cinq
salles, sans diffusion d’art et essai.
Place publique
Le nouveau visage de Brest
Le journaliste Thierry Guidet vient
de publier, avec Brest métropole
aménagement, un hors-série
de la revue Place publique, tout
entier consacré aux Capucins, le
nouveau visage de Brest. Un ouvrage
précisément documenté, entre
photos, images de synthèse et
nombreuses rencontres avec ceux
qui, depuis des années, travaillent
sur le projet. Une belle analyse,
aussi, de la mutation collective que
vit actuellement le territoire brestois
à travers la (re)naissance des
Capucins.
Les Capucins, le nouveau visage de Brest,
par Thierry Guidet.
SÉBASTIENDURAND
Au printemps,
les
psychanalystes
de l’ANPU sont
venus dresser
le portrait
chinois de la
ville avec les
habitants.
Psychanalyse urbaine
À l’écoute de la ville FINIR
POUR
LES ÉVÉNEMENTS À VENIR…
Un fest-deiz bal populaire pour No Border
Dans le cadre de la sixième édition du festival No
Border, un fest-deiz se
déroulera au sein des Ate-
liers le 10 décembre, de
15 heures à 18 heures.
Ouvert à tous.
 www.lequartz.com
Portes ouvertes les 7 et
8 janvier 2017
Après la mise en service
du téléphérique, puis l’ou-
verture de la médiathèque
François Mitterrand, Les
Capucins font leurs portes ouvertes les 7 et 8 janvier.
Un rendez-vous festif et culturel, où l’on pourra évi-
demment mieux découvrir le site. Des visites guidées
seront proposées, notamment autour de l’histoire des
Capucins, et de la place des Machines. Des expo-
sitions, des jeux, des spectacles et de nombreuses
surprises seront également au menu.
 En savoir plus sur www.brest.fr
Dañs Fabrik en février
La sixième édition de Dañs Fabrik fait un pas de
côté pour investir, le temps de deux projets chorégra-
phiques, les Ateliers. En partenariat avec le Quartz et
le Fourneau, ces deux projets se joueront sur l’espace
public. Ouvert à tous.
 www.lequartz.com
Brest urban trail en avril
Le 1er trail urbain de Brest se déroulera en avril, aux
Ateliers. Autour de cette course qui permettra sur
14 kilomètres de découvrir des lieux insolites, de
nombreuses animations en lien avec la santé seront
proposées à tous.
Fous de danse en mai
Le 14 mai, Fous de danse, sous la direction artistique
de Boris Charmatz, fait bouger les Ateliers, avec de
nombreux spectacles dont certains pourraient être
ouverts aux amateurs. Ouvert à tous.
Indoor show en juin
C’est une compétition
internationale de BMX
freestyle qui se profile
pour le mois de juin,
avec en sus un Open
BMX freestyle, ouvert
aux amateurs comme
aux professionnels.
Erwan Keravec / Hamon-Martin Quintet
Annie Ebrel - Nolùen Le Buhé
Bazel et Youssef Zahed/ Duo Paranthoen
Quatuor Dour-Le Pottier / Bel Air de Forro
FEST-DEIZ
GRAND BAL
POPULAIRE
SAMEDI 10 DÉCEMBRE 2016
DE 15H À 18H
Photo:RenéTanguy/Communication:EwenPrigent
SHUTTERSTOCKDR
D
ans le cadre de la
démarche d’appropria-
tion par les habitants,
l’Agence nationale de
psychanalyse urbaine
(ANPU) sonde l’identité locale depuis
le mois de mai, avec le Fourneau et
Passerelle. Consultation d’habitants
embarqués avec le Fourneau, mais
aussi séances de portraits chinois
de la ville avec les passants, en mai
à Recouvrance et Saint-Louis : les
psychanalystes urbains ont consulté
de toute part pour mieux dresser
« le portrait de Brest comme une
personne, et mieux comprendre
comment ses habitants se pro-
jettent dans son avenir », explique
Fabienne Quéméneur, de l’ANPU. En
début d’année, le diagnostic sera
posé publiquement, proposant une
thérapie adaptée, et surtout une
démarche à la fois « poétique et en
accord avec les envies et les besoins
de chacun ». À partir du mois de
février, des ateliers de l’urbanisme
enchanteur seront organisés dans le
kiosque de la place des Machines,
où tout un chacun pourra venir pico-
rer, se projeter, s’identifier…
POUR EN SAVOIR PLUS www.brest.fr
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 15
INAUGURÉE LE 17 NOVEMBRE, LA RÉSIDENCE POUR PERSONNES ÂGÉES DE
KERLEVENEZ ACCUEILLERA À TERME 156 PERSONNES ÂGÉES, DANS UN CADRE
ENTIÈREMENT RENOUVELÉ. UN CHANTIER MAJEUR, QUI TÉMOIGNE DE LA VOLONTÉ
LOCALE D’AMÉLIORER LA PRISE EN CHARGE DE NOS AÎNÉS.
Kerlevenez renouvelle
l’accueil des aînés
V
ivre plus vieux, vivre
mieux. L’allongement de
la durée de la vie voit de
plus en plus de seniors
rester vivre à domicile,
de plus en plus longtemps. Une
bonne nouvelle pour tous. Mais
une réalité qui impose aussi de
revoir l’hébergement en établisse-
ments : les résidents y arrivant de
plus en plus tard dans leur vie, la
dépendance arrive, elle, plus rapi-
dement. Or, les résidences créées
il y a des dizaines d’années ne sont
plus forcément adaptées à ce type
de public, qui réclame un accompa-
gnement bien plus soutenu.
Face à ce constat, la ville a souhai-
té repenser l’Ehpad de Kerlevenez,
qui regroupe désormais également
les résidents et le personnel de
l’ancien Ehpad de Kermaria. Une
alliance pour le mieux puisque, sur
le site de Kerlevenez, à Bellevue,
le bâtiment historique a été entiè-
rement refait, et qu’une extension
neuve a vu le jour, pour l’accueil de
l’ensemble des nouveaux habitants
aux cheveux blancs.
Le choix de l’ambition
pour les aînés
Sur quatre niveaux, dans un design
aux couleurs vives, où la lumière
naturelle a été privilégiée, le nou-
vel établissement offre un confort
de vie largement amélioré. En sus
des chambres individuelles, des
restaurants, du salon de coiffure ou
des salons pour les familles, deux
unités spécialisées dans la prise
en charge des malades d’Alzhei-
mer (ou troubles apparentés)
permettent de garantir aux per-
sonnes, comme à leurs familles, un
accompagnement individualisé et
adapté à chacun. Kerlevenez signe
le renouveau de l’accueil des plus
âgés sur la ville.
Le chantier, mené par Brest métro-
pole habitat (BMH), a couru sur
trois ans. Il est l’un des plus impor-
tants pour Brest ces dernières
années, avec un budget de 17 mil-
lions d’euros. « Nous devons être
fiers, collectivement, de ce nouvel
équipement pour lequel tous se
sont engagés : la ville, l’État, le
conseil départemental, la caisse
nationale de solidarité pour
l’autonomie, l’agence régionale
de santé, le centre communal
d’action sociale qui gère le site, et
BMH, qui en est propriétaire. Cet
investissement majeur témoigne
de notre volonté d’apporter des
solutions face aux défis du grand
âge. Et nous avons choisi l’ambi-
tion pour nos aînés, pour renfor-
cer les solidarités à leur égard »,
a souligné François Cuillandre,
maire de Brest, en inaugurant la
nouvelle entité.
E.J.
Sillage novembre 2016 - janvier 2017 I I
Kerlevenez
regroupe
désormais, dans
un ensemble
entièrement refait,
156 résidents.
« Nous avons choisi l’ambition pour nos aînés,
pour renforcer les solidarités à leurs égards »
 François Cuillandre, maire de Brest
François Cuillandre,
maire de Brest et
Georges Bellour,
directeur de Brest
métropole habitat,
accompagnés de
nombreux élus
ont inauguré la
nouvelle structure
le 17 novembre.
PIERRICKSEGALEN
MATHIEULEGALL
JEAN-YVESGUILLAUME
JEUNES VACANCES SPORTIVES AU PROGRAMME
Escalade ? Parkour ? Et si les ados de 11 à 17 ans profitaient de leurs vacances de
Noël pour s’initier, gratuitement, à des sports originaux ? C’est exactement ce que leur
offre la base multisports installée par le service sports et quartiers de la ville de Brest,
au gymnase Jean Guéguéniat, du 19 au 23 décembre. Des activités qui sortent de
l’ordinaire, donc, encadrées par des animateurs et les entraîneurs des clubs qui vien-
dront également présenter leurs propositions : du football américain sur un après-midi,
avec le club Tonnerre de Brest ; des initiations à l’athlétisme, en partenariat avec le
Stade Brestois ; de la boxe ; du handball, à quelques semaines du mondial de handball
masculin, dont certains matchs se dérouleront à Brest Arena (lire page 26)… Prévus
pour une quinzaine de jeunes à chaque fois, les ateliers se dérouleront tout la journée,
à partir de 10 heures et jusqu’à midi, puis de 13 h 45 à 17 heures. Les inscriptions se
feront sur place ou sur www.brest.fr.
 Plus d’infos sur www.brest.fr, ou par téléphone
au 06 33 31 59 57 et au 02 98 00 80 85
École publique du Forestou
Quand la mer éduque
«Si , p o u r p a r l e r
d’environnement à
des enfants, on ne
les fait pas travail-
ler sur du concret,
il y a peu de chances que l’on
touche au but. » Engagés depuis
2014 dans une démarche qui a valu
à leur école d’être labellisée éco-
école, les enseignants du Forestou
commencent à savoir de quoi ils
parlent en termes de sensibilisation
à l’environnement. Potagers, salle
d’observation des espèces et com-
posteurs font partie du quotidien
des 200 élèves du groupe scolaire
qui, depuis la rentrée, arpentent
également la plage de Keraliou, à
Plougastel-Daoulas, au sein d’une
aire marine éducative. Kézako ?
« Les enfants se servent de la zone
pour développer des connaissances
sur le milieu marin. Le projet est
suivi par les ministères de l’édu-
cation, de l’environnement, de
l’outre-mer, et l’agence des aires
marines protégées (AAMP), pose
François Morisseau, de l’AAMP. Il
est né d’une campagne océanogra-
phique menée aux îles Marquises,
au cours de laquelle les écoliers
avaient souhaité s’occuper eux-
mêmes d’une baie près de chez
eux. »
Véritable succès pédagogique, le
concept a été décliné en France
métropolitaine, où quatre aires
marines éducatives ont été créées,
dont celle du Forestou. Riche,
« le projet donnera des clés aux
enfants pour interpeller élus, usa-
gers de la plage ou associations
sur certaines problématiques
qu’ils auront identifiées ». Les
huit classes du Forestou vont donc
participer aux études menées sur
la zone, en fonction de leurs âges.
Tous les résultats et observations
seront discutés entre les élèves,
les enseignants et les nombreuses
associations qui se sont jointes
au dispositif, soutenu par Brest
métropole. « Et c’est cette cohé-
rence entre tous, sur un même
projet, qui donne du sens au tra-
vail des petits », affirment Claire
Bellec et Myriam Le Floc’h, deux
des enseignantes.
 www.aires-marines.fr
D.G.
PIERRICKSEGALEN
À la découverte
de l’élément
marin, pour les
petits de l’école
du Forestou.
Noël : une
bonne occasion
de s’initier à
des activités
originales.
II I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Elles pagaient
contre la maladie
C
haque samedi matin, un
long vaisseau propulsé
par une vingtaine de
rameuses parcourt la
Penfeld ou l’Élorn. Scène
ordinaire d’une vie portuaire… mais
pas seulement. Sur ce Dragon Boat,
toutes ces Penn ar belles, le nom de
leur équipage, ont vécu, vivent encore
pour certaines, un cancer du sein. Et
pourtant, l’embarcation n’inspire pas
la nostalgie : « On rit beaucoup, et ça
regonfle les batteries ! », confirme
Christelle, l’une des rameuses.
Cette section du Canoë-Kayak bres-
tois (CKB) a pu être créée dans le
cadre du sport adapté, avec l’aide
de la Ligue contre le cancer, de l’as-
LE NOËL DÉCALÉ DES QUATRE MOULINS
À année particulière, Noël particulier ! Le quartier des Quatre
Moulins profite des fêtes de fin d’année pour donner à son
rendez-vous de Noël une ampleur inédite. Les 10 et 11 dé-
cembre, le traditionnel Étrange Noël des Quatre Moulins déserte
l’espace de la mairie, pour une fête qui essaimera des temps
forts un peu partout, sur un thème aussi numérique que sortant
des sentiers battus.Au Mac Orlan, d’abord, sera donné un spec-
tacle d’arts visuels vivants intitulé Cinématique, mêlant réel et
virtuel (le 10, à 20 h 30, dès 7 ans). La Maison de la Fontaine
sera également le théâtre d’une exposition autour du numérique.
Et les 10 et 11 (de 14 heures à 18 heures), au 205 rue Anatole
France, place sera faite à un Noël accessible à tous, où l’on
viendra fabriquer, réparer, jouer, tester. Ateliers de gastronomie
autour de la cuisine moléculaire, jeux et rétrogaming, interven-
tions artistiques et quantité d’autres surprises sont également
au programme. Plus loufoques mais pas moins intrigants : un
concours intergalactique d’emballage de paquets-cadeaux, des
tours en calèche sans père Noël… Bref, « tout pour faire de ce
Noël un rendez-vous décalé, qui se justifie par le coup de pro-
jecteur dont a bénéficié durant l’année tout le quartier, que les
Capucins continuent aussi à mettre en lumière », se réjouit Yann
Guével, adjoint au maire en charge du quartier.
PENN AR BELLES
sociation des médecins du CHRU,
d’Odyssea… Et sa pertinence frise
l’évidence. « Ici, on se reconstruit !
On a toutes vécu la même chose :
quand l’une est fatiguée, c’est enten-
du, elle s’arrête ! Les autres sont là
pour ramer ! », souligne Annie. Enca-
drées par des bénévoles du CKB, ces
dames ont la force de ceux qui ont
connu l’épreuve. Leurs encadrants
masculins le reconnaissent volon-
tiers : « Avec elles, on prend des
sacrées leçons de courage », sourit
Jean-Pierre.
Cap sur Venise !
Véritable thérapie pendant et après
le traitement, l’activité a aussi
réussi à souder ces femmes. Qui
ambitionnent d’aller plus loin, en
participant à la Vogalonga de Venise,
randonnée internationale pour
bateaux à rames et pagaies, en juin
2017. Une façon de s’engager pour
autrui, puisque l’opération vise à pro-
téger la lagune, tout en continuant à
se projeter. Elles lanceront bientôt
une cagnotte participative sur le Net,
organiseront des concerts, afin de
réunir les 22 000 euros nécessaires
à ce défi. Un sacré engagement, qui
constitue, en soi, une nouvelle vic-
toire sur la maladie !
 Contact : Facebook Les Penn ar belles
E.J.
Les Penn
ar belles
projettent de
participer
à la Vogalonga
de Venise en
juin 2017.
Un Noël hors
des sentiers
battus ? Ce
sera dans
le quartier
des Quatre
Moulins !
FRANCKBETERMIN
FRANCKBETERMIN
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I III
Le Lamaneur
prépare son retour
Début novembre, une association pour
le retour du Lamaneur sur la façade
du Grand Large, au port de commerce,
a été créée. Objectif : faire appel au
mécénat des entreprises locales (60 %
de défiscalisation du montant des dons,
via un crédit d’impôt), afin de réunir les
30 000 euros nécessaires à la remise
en place de la fresque de Paul Bloas,
devenue symbole du port de commerce
de Brest et de ses travailleurs.
Photographiée avant son décrochage
en 2015, l’œuvre de 9 mètres sur
15 pourrait alors retrouver sa place
initiale, sur bâche. Les promoteurs de
l’association espèrent pouvoir réunir
les fonds pour la fin 2016, et un
accrochage au printemps.
 Contact : benoitdecadenet@yahoo.fr
paulbloas@hotmail.com
Réseau de chaleur urbain
Le planning des travaux
Le réseau de chaleur urbain continuera
de s’étendre durant l’année 2017, et un
planning prévisionnel des travaux a été
adopté. Dès janvier, ceux-ci débuteront
dans le secteur Kérourien - Valy Hir,
au niveau des quartiers de Brest
métropole habitat, des rues Résistance
et Keranquéré, Kerargroas, puis avenue
de l’École Navale. La rue d’Aquitaine
sera concernée en mars-avril. Le secteur
Buquet (rue Général Paulet) entrera en
chantier dans la foulée, tandis que la
traversée du boulevard de l’Europe est
programmée en juillet.
Travail collectif pour
actions cohérentes
I
mportante en termes de santé et
de tranquillité publiques, ainsi
qu’en matière de sécurité, la
question de la surconsommation
d’alcool à Brest, que ce soit sur
l’espace public ou dans la sphère pri-
vée, constitue l’une des priorités du
mandat en cours. Pour en débattre,
élus et acteurs du territoire se sont
réunis le 16 novembre, au Quartz,
pour une journée de mobilisation
collective intitulée « Alcool à Brest,
questions complexes, réponses
concrètes ». Un premier rendez-vous
comme une première pierre qui sup-
portera la construction collective
d’un plan d’actions, prévu fin 2017.
« Nous ne partons pas d’une page
blanche, rappelle Patricia Salaün-
Kerhornou, adjointe au maire en
charge de la tranquillité urbaine. Le
Défi brestois nous a laissé nombre
d’indications, et avait fait évoluer
les mentalités. Des actions ont par
ailleurs été engagées. »
Au rang des mesures notables déjà
prises : les dispositifs de prévention
et de médiation lors des manifes-
tations publiques ; le financement
des vacations de médecins de nuit
au commissariat pour les ivresses
publiques manifestes… « On sent
qu’une réelle démarche collective
s’est enclenchée, et nous avons
voulu l’amplifier », précise pour sa
part Bernadette Abiven, première
adjointe au maire de Brest.
Tables rondes, temps d’échange et
de restitution ou groupes de tra-
vail ont permis de rassembler les
personnes qui, au quotidien, sont
en prise directe avec la question
de la surconsommation d’alcool.
Médecins, associations étudiantes,
commerçants, représentants de la
police et de la justice : tous ont
apporté leur voix au débat. « Avec,
en fil rouge, l’idée d’établir un
langage commun à tous, dans le
but de parler ensuite des mêmes
choses », assure Patricia Salaün-
Kerhornou.
D.G.
PLAN ALCOOL
DAMIENGORET
Gérant de
discothèque,
représentant
d’association
étudiante ou encore
commissaire
central : de
nombreux acteurs
étaient présents
lors de ce premier
rendez-vous.
JEUDIS DES SENIORS
LA NOUVELLE SAISON EST LANCÉE
Proposés par la ville de Brest et le centre local
d’information et de coordination (Clic), les Jeudis
des seniors ont pour objectif d’ouvrir les résidences
de personnes âgées vers l’extérieur, par le biais de
temps d’échange et de découverte. Dans les pro-
chains mois, au niveau des sujets abordés, qui
dépassent le simple cadre de la santé : le yoga, les
voyages ou encore l’estime de soi. Prochains rendez-
vous programmés : le 5 janvier, à 15 heures, à la
résidence Kerlevenez, sur le thème du Voyage à tra-
vers le monde ; et le
2 mars, à 15 heures,
à la résidence Ker
Héol, pour une ini-
tiation au yoga.
 Ouvert à tous. Plus
d’infos sur
www.brest.fr et
au Clic de Brest
02 98 33 21 66  Pour plus de renseignements, contactez le CLIC
(Centre Local d’Information et de Coordination)
de Brest au 02 98 33 21 66 ou sur www.brest.fr
Directioncommunicationseptembre2016-Créationgraphique:www.grinette.com
VOSRENDEZ-VOUS2016/2017
2 mars à 15h Initiation au yogaRésidence Ker Héol – 7 rue de Ker Héol6 avril à 15h Le climat dans tous ses états
Résidence Louise Le Roux – 20 rue de Maissin
EntréE librE
ouvErt à tous
Temps d’échangeet de découverte
Brest
3 novembre à 15h
Le jardin, lieu de bien-être et de découverte
Résidence du Ponant - 26 Rue Mathurin Méheut5 janvier à 15h
Récit de voyage à travers le monde
Résidence de Kerlevenez – 4 rue de Champagne
1er
juin à 15h Estime de soi et vieillissement
Résidence Poul ar Bachet – 30 Rue Louis Pidoux
Les
jeudis
des
seniors
IV I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Chaque mois, vous avez l’œil sur Brest métropole et
son Pays, que vous croquez de mille manières. Des
vues inédites, magiques, décalées ou mystérieuses,
qui viennent compléter le joli portrait du territoire.
N’hésitez pas à nous envoyer vos photos : nous
les publions sur le site Internet brest.fr… Et à chaque numéro, ces deux
pages mettent à l’honneur quelques-uns de nos coups de cœur !
 Rendez-vous sur : http://images.brest.fr
www.images.brest.fr
La chapelle de Lesconvel
Locmaria-Plouzané
J’avais découvert le site sur un magazine de l’office de
tourisme de Plougonvelin, et je m’étais promis d’aller
jusqu’à Lesconvel pour vérifier sa beauté.
Yann Quiviger
Les danseuses
Place Wilson, Brest
Cette photographie fait partie d’une série en cours d’élabo-
ration,visant à intégrer la danse à un environnement urbain
(en l’occurrence la ville de Brest et ses lieux marquants).
Nous retrouvons ici les danseuses Laura Le Gouez, Énora
Guiziou et Manon Guiziou.
Julien Tocanier (www.JulienTocanier.com)
Vous avez l’œil !
18 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
La veilleuse de nuit
Brest
Le port de commerce peut s’endor-
mir en paix : la lune veille.
Alain Leprêtre
Sodebo
Brest
Photo du départ de maxi trimaran Sodebo Ultim de
Thomas Coville. J’étais embarqué sur la vedette
des lamaneurs en charge du remorquage du tri-
maran pour l’envoyer en grande rade.
Yannick Le Bris
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 19
en bref
Conciliateurs de justice
Des permanences chaque semaine
Les conciliateurs de justice, nommés par la cour
d’appel, sont là pour accompagner tout un chacun
dans le règlement des conflits du quotidien, que
ceux-ci opposent des particuliers entre eux ou
à des professionnels (hors affaires familiales et
litiges avec l’administration). Sur toute la métropole,
les conciliateurs proposent régulièrement des
permanences, dans les mairies. En voici la liste.
BREST : Mairie centrale, les 2e et 4e mercredis du mois
de 14 heures à 17 heures (sur RDV 02 98 00 80 96) ;
mairie de Saint-Marc, tous les lundis de 14 heures à
16 h 30 (02 98 00 85 70) ; mairie de Lambézellec :
les 2e et 4e jeudis de 13 h 30 à 16 h 10 (sur RDV
02 98 00 85 20) ; mairie de l’Europe : le mercredi de
14 heures à 16 heures (sur RDV 02 98 00 26 30) ;
mairie de Saint-Pierre : les 2e et 4e mardis de 9 heures
à 12 heures (02 98 00 81 70) ; mairie des Quatre
Moulins : les 2e et 4e mardis de 9 heures à 12 heures
(02 98 00 85 40).
BOHARS : les 1er et 3e lundis de 14 heures à
17 heures (02 98 03 59 63).
GUILERS : les 2e et 4e lundis de 14 heures à
17 heures (02 98 07 61 52).
GUIPAVAS : les 1er et 3e lundis de 14 h 30 à
17 heures (02 98 84 75 54).
GOUESNOU : le 4e mercredi de 9 heures à 12 heures
(02 98 07 86 90).
LE RELECQ-KERHUON : les 1er et 3e lundis de
14 h 30 à 16 h 30 (02 98 28 14 18).
 www.brest.fr
Cartes d’identité
Nouvelles modalités
La Bretagne a été désignée région pilote
pour la mise en place de nouvelles
procédures de délivrance des cartes
d’identité. Depuis le 1er décembre, les
demandes sont en effet dématérialisées,
ce qui entraîne pour Brest métropole
un regroupement des services sur trois
communes : Brest, Plougastel-Daoulas
et Guipavas. Les autres mairies de la
métropole ne pourront plus assurer
ce service. Il est toutefois possible de
faire une demande dans les autres
collectivités voisines équipées*.
Les personnes souhaitant faire une
demande doivent donc désormais
s’adresser à l’une des communes qui
disposent d’une station à même d’entrer
les données directement sous forme
numérique, et prendre rendez-vous pour
remplir les documents avec un agent.
Pour gagner du temps, il est aussi
conseillé de préremplir un formulaire en
ligne sur : https://www.servicepublic.fr/
particuliers/vosdroits/R45668.
* Lannilis, Lesneven, Landerneau,
Plabennec, Ploudalmézeau, Saint-Renan.
 www.brest.fr
Orientation
Trois salons à l’agenda
Le début 2017 sera marqué, comme
chaque année, par la tenue de différents
salons et forums de l’orientation sur
la métropole brestoise. Premier à
s’installer dans le paysage, Azimut, salon
de l’orientation et de l’enseignement
supérieur, se déroulera du 19 au
21 janvier, au parc des expositions de
Penfeld (de 9 heures à 17 heures).
La semaine suivante, le 28, place à
Foromap, au Quartz (de 9 heures à
17 heures), dédié à l’apprentissage et à
la formation en alternance. Le 4 février
enfin, c’est à Guipavas, aux halles du
Moulin Neuf (de 9 heures à 13 heures),
que se tiendra Trajectoires, destiné aux
parents et aux élèves de troisième des
établissements publics et privés de
Brest et Landerneau.
 www.foromap29.fr ; www.salon-azimut.
com ; http://www.ecolescollegeslycees-public-
brestlanderneau.ac-rennes.fr/
Réciprocité ville-campagne
Une première nationale !
C
’est une première nationale qui s’est déroulée, le 4 novembre
à Plonévez-du-Faou. Les représentants de Brest métropole, du
Pays du Centre Ouest Bretagne (COB), mais aussi de l’État, du
département du Finistère ou encore de la région Bretagne, y
ont en effet paraphé un document majeur dans l’histoire de la
coopération territoriale : le contrat de réciprocité entre Brest métropole et
le COB. Ce premier contrat signé en France inaugure une nouvelle approche
de la gouvernance territoriale, où la solidarité et l’échange sont les maîtres
mots, au service de la croissance des territoires.
Le ministre de l’aménagement du territoire, des ruralités et des collectivités
territoriales, Jean-Michel Baylet, s’est rendu sur place pour parapher le docu-
ment, saluant les acteurs finistériens qui se sont ainsi placés « au cœur de
l’innovation de l’organisation territoriale ». Au côté du ministre originaire du
Sud-Ouest, François Cuillandre a quant à lui filé la métaphore rugbystique :
« Avec le COB, nous sommes la première équipe en France à transformer
l’essai de ces contrats de réciprocité. Ce contrat vient reconnaître un modèle
qui est le nôtre et n’oppose pas les territoires,mais s’appuie sur les richesses
de tous, pour créer les dynamiques et les synergies ».
Signature
officielle du
contrat de
réciprocité
Brest-métropole
Centre ouest-
Bretagne, le
4 novembre à
Plonévez-du
Faou.
JULIENOGOR
20 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
en bref
SAC’H-KEIN HA KAMERA
He c’hamera en dorn, he sac’h ouzh he c’hein e yelo kuit
Morgane a-benn Miz Genver, d’ober tro komzerien yezhoù
minorel Europa. Diouzh menezioù Euskadi da goadeier
skornet ar Samied e ray ar Blougastellenn yaouank tro
Europa e-pad c’hwec’h miz evit filmañ poltredoù tud
yaouank mennet da zifenn ha kas o yezh war-raok...
Leun a startijenn eo ar plac’h 21 bloaz. « Echu ma lisañs
kazetennerezh video ganin em boa c’hoant kemer ur frapad
diskrog em studioù evit beajiñ met war ar memes tachenn
e choman... » a zispleg Morgane Lincy-Fercot gant ur
vousc’hoarzh vras, en he mouezh lusket ha youlek. O vezañ
ma oa bet e Lise Diwan ha graet he studioù kazetennerezh
e reter Bro-C’hall, netra natureloc’h eviti eget divizout mont
da gaout komzerien ar yezhoù minorel asambles gant he
c’hamera. « E-pad an hañv warlene e oa deut ar menoz din
pa oan aet da welet ur mignon e Galisia » emezi. He menoz
eo sevel filmoù bihan etre 3 ha 5 mn diwar-benn tud yaouank
engouestlet evit kas o yezh war-raok. « Tud a vez o lakaat o
yezh da vevañ... » Frammet e vo ar video war ar plas ha lakaet
en linenn war ar rouedad. Kregiñ ganti a ray en Euskadi e miz
Genver ha derc’hel ganti war zu Galisia, Katalonia, Korsika,
Sardinia, ar Frioul en Alpoù ha bec’h de’i war-zu Europa an
Hanternoz o veajiñ gant an tren pe ar c’harr-boutin. Ar Bobl
Kachoubi e Polonia, ar Samied e Skandinavia, ar Frizoned en
Izelvroioù ha Bro-Skos, Kembre ha Kernev-Veur evit echuiñ.
« Klask a rin implijout ar c’harr-nij an nebeutañ ar gwellañ evit
kaout amzer da zizoloiñ ar broioù » emezi. Emañ e soñj chom
ur miz bennak e pep bro ha lakaat 2 pe 3 video en linenn
pep tro. « Pa vin distro e c’hellin frammañ filmoù hiroc’h,
tro 20 mn, dre demoù evel an deskadurezh da skouer. Aes
eo gant ar video » Ar pal kentañ eo kejañ ouzh tud. Klask
a ra bezañ e darempred gant un den bennak e pep bro da
nebeutañ a-raok loc’hañ kuit ha da c’houde.... « Gwelet e vo
war al lec’h. Kousket a rin e ti an dud hag anaoudegezh a rin
gant tud nevez... ». Spered ar foeterez-bro a zo gant ar plac’h
yaouank. Kemeret he doa perzh en abadenn tele Foeterien e
Roumania warlene, beajet he deus er Stadoù Unanet ha graet
ur staj e Montreal. Kontañ a ra Morgane war ur budjed war-dro
10 000 Euro evit he zroiad. Un 3000 euro bennak he deus
lakaet a-gostez dija o labourat. Rastellet he deus 2800 euro
digant mignoned ha tud a youl-vat dre al lec’hienn Crowd
Founding breizhat Kengo ha klokaet he budjed gant skoazell
er Rannvro ha ti-kêr Plougastell. Kement hag en em lakaat
da vat er jeu eo aet Morgane d’ober woofing en un atant eus
Bro-Iwerzhon o c’hortoz kregiñ gant he raktres.
E Galleg : Caméra au poing et sac sur le dos, Morgane
s’apprête à faire le tour d’Europe des langues minoritaires.
Pendant six mois, des montagnes basques aux forêts
enneigées de Laponie, elle va aller à la découverte de jeunes
qui font vivre leur langue. La jeune Plougastellenn mettra
chaque fois en ligne des portraits vidéo de ses diverses
rencontres.
Renouvellement urbain
Le protocole signé
Le 17 novembre, Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, et
François Cuillandre, président de Brest métropole, ont signé le Nouveau programme
national de renouvellement urbain (NPNRU). Ce protocole vise, en concertation avec la
population, à combiner les politiques économiques, sociales et urbaines dans le but de
renforcer la cohésion sociale et l’attractivité de la métropole. Laquelle fera l’objet d’un
protocole multisite, puisque Bellevue, pour un projet d’intérêt national, et Quéliverzan –
Pontaniou – Recouvrance, projet d’intérêt régional, sont concernés. Le NPNRU courra
jusqu’en avril 2018. Durant ces 18 mois, « il s’agira donc d’apporter des réponses
adaptées aux besoins des habitants et des acteurs de ces quartiers », explique François
Cuillandre. Habitants qui seront au
cœur de la démarche, et prendront
part à des tables rondes au cours
du premier semestre 2017.Au total,
2,3 millions d’euros seront engagés,
dont 1,1 million financé par le
NPNRU. Des opérations similaires
avaient été menées avec succès dans
les quartiers de Pontanézen ou Saint-
Martin.
Centre-ville
Le manager a pris ses fonctions
Le recrutement* d’un manager de centre-ville avait été annoncé lors des premières
Assises du commerce, afin d’assurer l’interface
entre la collectivité et les commerçants, et
de devenir l’interlocuteur privilégié de ces
derniers. Brendan Le Faucheur est donc entré
en poste à la fin du mois d’octobre. Fort d’une
expérience de huit ans à la chambre des métiers
et de l’artisanat de Grenoble, il s’occupera
principalement du secteur du centre-ville, de la
place de Strasbourg à Recouvrance, en passant
par les ports du Château et de commerce. Ses missions : dresser un état des lieux
de l’activité du centre-ville, prendre en main les relations avec les entreprises ou
encore réfléchir à des actions redynamisant le centre, en collaboration avec les
commerçants.
* Financièrement soutenu par Brest métropole, la CCI métropolitaine de Brest, la
chambre des métiers et de l’artisanat 29 et les associations de commerçants Vitrines de
Brest et Cœur de Jaurès.
Sapin malin
Une seconde vie
pour les sapins de Noël
Comme chaque année, Brest métropole propose aux
habitants de participer, après les fêtes de fin d’année,
à un geste de recyclage futé : le broyage des sapins
de Noël. Du 4 au 14 janvier, dans tous les quartiers de
Brest et toutes les communes de Brest métropole, les
services de Brest métropole mettent ainsi à disposition
de tous des aires de stockage des sapins. Sur cette
quinzaine, une journée de broyage sera proposée sur
chaque lieu, où chacun pourra apporter son sapin. Les
familles qui le désirent peuvent également récupérer
le produit du broyage, pour l’utiliser en paillage (munissez-vous d’un sac !). Le reste
sera mis à disposition sur les aires de compostage du territoire. L’opération prend
chaque année plus d’ampleur : en 2013, 1 500 familles avaient déposé leur sapin
sur une aire de broyage… elles étaient 4 400 l’an dernier !
 Lieux de stockage et rendez-vous pour le broyage : www.brest.fr et www.vertlejardin.fr
 Dates et lieux des 17 sites
de broyage sur www.brest.fr
et www.vertlejardin.fr
 Dates et lieux des 17 sites
de broyage sur www.brest.fr
et www.vertlejardin.fr
Venez recycler Votre sapin
et partager un moment
de conViVialité
le petit
geste qui
nous
grandiT
trile
saPin MaLin
du 4 au 14
janvier
DAMIENGORET.
DAMIENGORET
YVANBRETON
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 21
la rencontre
1948 Naissance
à Saint-Renan.
1958 Arrivée
en pensionnat
à Charles de
Foucauld, à Brest.
1966 Obtention
d’un bac de
philosophie, suivie
de l’intégration
de l’institut
d’études politiques
de Grenoble.
1976 Ouverture
de la librairie
Dialogues, avec sa
sœur, Marie-Paul.
Suivront Rock’n’
bulles, Dialogues
musiques, Les
Enfants de
Dialogues, la
maison d’édition
Dialogues,
leslibraires.fr…
2016 Ouverture
d’une papeterie
Dialogues, avant
celle d’un grand
café, prévue début
janvier 2017.
Libre
CHARLES KERMAREC
FRANCKBETERMIN
22 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Il y a 40 ans, Charles et Marie-
Paul Kermarec ouvraient une
petite librairie brestoise, qui allait
devenir une véritable institution
locale : Dialogues. Après avoir
pris du champ ces dernières
années, l’homme de Dialogues
reprend la barre, pour continuer
à réinventer l’avenir des livres au
temps du numérique. Une gageure
à la hauteur de la passion que
Charles Kermarec voue aux belles-
lettres et à tous ceux, et ils sont
nombreux, qui ne sauraient mener
leur vie sans les livres.
Dès le départ, en 1976, Dialogues
a « réinventé » la librairie…
Avec ma sœur Marie-Paul, on a juste
imaginé un lieu avec une ambiance,
et des fauteuils, ce qui n’existait
alors nulle part ailleurs. Et on y a
aussi mis une littérature qui n’avait
pas sa place dans les librairies de
l’époque : de la BD, de la science-
fiction… On voulait ouvrir en grand
les portes, faire que les gens
n’entrent pas ici comme dans une
cathédrale, mais joyeusement :
qu’ils s’accaparent le lieu.
Ce qu’ils ont fait !
Très vite, il y a eu le bouche-à-oreille
sur ces deux jeunes inconscients
qui avaient ouvert une librairie dif-
férente. On a aussi baissé les prix,
c’était plus convivial, plus ouvert…
et ça a marché.
Aujourd’hui, vous revenez à la
barre de Dialogues. Repartir dans
l’aventure de la librairie à l’ère du
numérique, n’est-ce pas risqué ?
On vit une période difficile pour l’éco-
nomie, et c’est aussi vrai pour le
centre-ville de Brest. La politique de
dissuasion de la voiture en centre-
ville et le coût exorbitant du station-
nement ne facilitent pas la venue
des habitants des villes alentour.
Et Dialogues n’a pas été conçue
comme une librairie de quartier,
mais comme une librairie pour une
métropole de 400 000 habitants.
J’évoque ce sujet régulièrement avec
Brest métropole.
La menace ne réside-t-elle
pas dans la concurrence du
numérique ?
Quand le numérique est plus pra-
tique, il prend le relais du papier.
Mais le livre Gutenberg est un sup-
port terriblement neuf : nomade,
pas cher, solide et facile d’usage.
Lire un livre sur un canapé, c’est
plus agréable qu’avec un écran, plus
facile à annoter aussi !
Et la vente en ligne ?
Avec notre plate-forme de vente en
ligne, leslibraires.fr, on a agrégé la
force de 350 petits libraires, dont
nous faisons partie. Chacun, en plus
d’être généraliste, est spécialiste
de son domaine : si vous cherchez
le livre le plus pointu, vous le trou-
verez sur les leslibraires.fr ! Dont
le chiffre d’affaires a augmenté de
47 % l’année dernière…
Après Les Enfants de Dialogues,
la maison d’édition, le café
actuel, leslibraires.fr, on aurait pu
s’attendre à ce que la boucle soit
bouclée… Or, vous ouvrez une
papeterie, et bientôt un nouveau
café !
La papeterie, en 2016, ce n’est
pas absurde. Même les jeunes
de 20 ans continuent à griffonner
dans leurs carnets ! D’autre part,
la musique souffre depuis plus long-
temps que le livre de la concurrence
du numérique. Mais nous ne vou-
lions pas tirer un trait sur Dialogues
musiques. Donc, on y crée un lieu
de 150 m², où l’on pourra boire un
café, déjeuner, boire un verre, le tout
au sein de la boutique.
Comment définissez-vous
Dialogues ?
Deux piliers fondent cette maison.
L’envie de rendre service, depuis
le début. Et évidemment la liberté
d’expression, fondement de tout
libraire qui se respecte.
Le parvis de Dialogues portera
bientôt le nom de Marie-Paul
Kermarec. Un hommage qui vous
touche ?
C’est mon ami Michel Serres qui en
a eu l’idée. Je suis ravi que la mairie
ait saisi cette suggestion pour recon-
naître qu’une libraire a été impor-
tante dans l’histoire récente de la
ville, et qu’une citoyenne de base
puisse être ainsi honorée en lieu
et place d’un maréchal qui a fait la
guerre, ou d’un politique.
Et Brest dans tout ça ?
Cette ville a beaucoup évolué ces
dernières années. Pour moi, Fran-
çois Cuillandre est, au même titre
que le fut Georges Lombard, un
maire bâtisseur. Il a beaucoup trans-
formé la ville, avec le tramway, la
Brest Arena, le port du Château…
Tout ça a été très utile à la ville,
aujourd’hui devenue métropole. Je
fais partie de ceux qui disent bravo
à tout ça…
Propos recueillis
par E. J.
« Deux piliers fondent Dialogues : l’envie de rendre service,
et la liberté d’expression »
 Charles Kermarec
libraire
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 23
JEAN-YVESGUILLAUME
Toute une métropole
à l’heure de Noël
À Brest. Le marché de Noël se tient
sur la place de la Liberté jusqu’au
24 décembre. La scénographie a été
revue, entre boules géantes, plafond
lumineux et sapin de circonstance.
Immuables : les décors XXL du père
Noëlsontencorelà,commelesannées
précédentes, pour assurer à l’événe-
ment une atmosphère géante. Une
trentaine d’artisans seront présents,
et des animations ponctuelles auront
lieu les samedis et dimanches.
 www.brest.fr
À Bohars. Une animation photobooth
au foyer communal, le 21 décembre,
de 14 heures à 17 h 30 : des montages
photographiques autour de différents
décors, pour des clichés à faire entre
amis ou avec la famille.
À Gouesnou. Le marché de Noël se
déroulerale10 décembre,de13 heures
à 19 heures, place des Fusillés, autour
d’une vingtaine d’exposants et de leurs
produits artisanaux et du terroir. Ani-
mationsderueetconcertcompléteront
la journée.
À Guilers. La place de la Libération
accueille le marché de Noël à partir
du 16 décembre, jusqu’au Nouvel An,
de 10 h 30 à 12 heures, et de 16 heures
à 19 heures.
À Guipavas. Un premier acte le
16 décembre, à la salle du Douvez, à
partir de 18 h 30, avec vin chaud et
chocolat servis en musique. Un deu-
xième acte le 17 décembre, au centre-
ville, de 15 heures à 19 heures, avec
spectaclecinématographique,musique
et boum géante. Troisième et dernier
acte, le 18 décembre, à la maison de
quartier de Coataudon, de 14 heures à
19 heures, avec le marché de Noël et
autres animations.
Au Relecq-Kerhuon. Une cinquan-
taine d’exposants se réunissent pour
le marché de Noël, le 10 décembre, à
l’Astrolabe.Surl’esplanadedelamédia-
thèque : un village gourmand, des ate-
liers créatifs, une murder party (dès
10 ans), un spectacle pyrotechnique,
l’association les Petits Débrouillards
et une surprise pour clore la soirée...
À Plougastel-Daoulas. Marché de
Noël et spectacles de rue, les 10 (de
10 heures à 19 heures) et 11 décembre
(de 10 heures à 13 heures), place du
Calvaire. Artisanat et produits de
bouche, mais aussi manège pour les
petitsetpromenadesencalèche.Le10,
à 17 heures, à l’Avel Vor : La Course du
vent,unspectaclepourtoutelafamille.
 www.espace-avelvor.fr
À Plouzané. Le 11 décembre, place
JulesFerry,deuxspectaclesderuesont
programmés, tandis que le marché de
Noëlassociatifs’installeaufoyerlaïque
à partir de 14 h 30.
Cette année encore, décors enluminés et senteurs de fin d’année n’oublieront aucune des communes
de la métropole. De Brest à Plouzané, en passant par Guipavas ou Gouesnou, Noël se fête au travers
d’animations qui feront la part belle à la magie.
si on bougeait
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 25
P.L.M.de la CAVALE BLANCHELES CAVALEURSwww.lescavaleurs.wix.com/les-cavaleurs
LA CAVAL’ CADE17 DECEMBRE 2016
Informations : PLMCB 02 98 45 86 43 ou sur le site www.plmcb.infini.fr
Inscriptions : www.sportinnovation.fr ou par courrier au PLM La Cavale Blanche
Tarif :
7€* préinscrit ou 8€* sur place
*: 1€ par participant reversé à l’association « Fée du Bonheur », ( www.feedubonheur.fr)
NOZ TRAIL 14 kmDépart de la course à 18h00 du complexe sportif de la Cavale Blanche
Une galette des rois pour 50 personnes sera offerte à l’équipe la plus représentée
Trail de nuit
La belle
foulée
caritative
Le 17 décembre,
l’association Les
Cavaleurs organise
une nouvelle Caval’
cade, trail de nuit
de 14 kilomètres, au
départ du complexe
sportif de la Cavale
Blanche (départ à
18 heures). Une
f o i s d e p l u s ,
la course sera
organisée au pro-
fit de l’association Fée du
bonheur, qui réalise les rêves des enfants
malades et/ou hospitalisés. Ambiance sympa, parcours
ouvert à tous les coureurs, et une occasion de courir
pour une belle cause !
 www.plmcb.infini.fr
Handball
Le début d’année
sera show !
V
ille hôte du prochain
c h a m p i o n n a t d u
monde de handball
masculin (du 11 au
29 janvier), au même
titre que Lille, Mont-
pellier ou Paris, Brest accueillera la
Coupe du président, du 21 au 23 jan-
vier, à Brest Arena. S’il y a fort à
parier que les favoris du mondial
(l’Allemagne, l’Espagne, le Dane-
mark ou, évidemment, la France)
ne prendront pas part à la Coupe
du président (mais le sport a ses
PIERRICKSEGALEN
Cross de Brest
Prêt, partez !
Véritable institution pour les adeptes de courses
rapides et boueuses, le Cross de Brest se tiendra
cette année le 11 décembre (le 9 pour les scolaires).
Et, avec onze courses programmées, difficile de ne
pas trouver format à son niveau. Deux randonnées
(de 7 et 12 kilomètres) sont par exemple proposées,
ainsi qu’une course nature de 12 kilomètres (départ
à 10 heures). Les cross débuteront pour leur part à
11 h 30 avec, en premier lieu, la course grand public,
pour 5 470 mètres. Les plus performants prendront
le départ de la course des As, à 15 h 15 pour les
femmes (4 650 mètres), et à 15 h 45 pour les hommes
(8 500 mètres). Le tout au départ du fort du Questel,
pour un beau moment de course à pied qui prendra
d’ailleurs des airs d’avant-goût des championnats
du Finistère de cross, qui se dérouleront à Guilers le
8 janvier.
 www.crossdebrest.com
si on bougeait
surprises…), celle-ci étant réser-
vée aux équipes qui termineront
5e et 6e lors des phases de poules
préliminaires, le spectacle sera,
de toute façon, au rendez-vous.
Organisé pour la troisième fois en
France, le mondial regroupera en
effet tout ce que le handball fait de
mieux : les équipes qualifiées lors
des championnats d’Asie (Arabie
Saoudite, Bahreïn, Japon et Qatar,
finaliste du mondial 2015), d’Afrique
(Égypte, Tunisie, Angola) ou
panaméricain (Brésil, Chili, Argen-
tine), et les équipes européennes
(Croatie, Suède, Pologne…). Bref,
au moment d’accueillir la Coupe du
président, et au vu du succès que
rencontre le handball sur la métro-
pole, la ferveur populaire et le grand
spectacle seront au rendez-vous…
Soyez-y aussi !
 www.francehandball2017.com,
billets en vente (à partir de 9 euros) sur
https://tickets.francehandball2017.com
Brest Arena
s’apprête
à accueillir
le mondial
de handball
masculin.
25e
CHAMPIONNAT DU MONDE MASCULIN IHF
RÉSERVEZ VOS PLACES SUR
YVANBRETON
26 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
si on bougeait
NoBorder
Musiques sans
frontières
Pour la sixième année,
les musiques populaires
du monde investissent
le Quartz et le Vauban.
Du 8 au 11 décembre, de nombreux concerts fêtent le mélange
des cultures. Des musiciens bretons (Patrick Molard, Erwan
Keravec...) vont cohabiter avec des artistes venus d’Algérie (Camel Zekri),
du Brésil (Tiganá Santana) ou encore de Mongolie (Khusugtun). Parmi
les temps forts, la création du spectacle Reflets d’Oyaté, avec le pianiste
anglais Tony Hymas, le chanteur basque Beñat Achiary, la contrebassiste
Hélène Labarrière et le clarinettiste Christophe Rocher. Et, cerise sur le
gâteau, un bal populaire qui se déroulera le 10 décembre sur la place des
Machines, aux Capucins !
 Programme complet sur www.noborder.com
Radio
Ouvrez les oreilles
avec Longueur d’ondes
L
a fête des micros et des
ondes est de retour. Du
31 janvier au 5 février,
la 14e édition du festi-
val Longueur d’ondes va
proposer de nombreux
rendez-vous au Quartz, au Mac
Orlan, au Vauban, au centre d’art
Passerelle, au musée des Beaux-Arts
ainsi qu’à la faculté Victor Segalen.
Séances d’écoute, rencontres, émis-
sions de radio en direct, créations
radiophoniques et festival scolaire
sont au menu de ce copieux pro-
gramme dont le thème porte sur
Pères, mères et filiation. Quelques
grands noms de la radio seront à
Brest, notamment Pascale Clark,
Thomas Legrand (France Inter),
Adèle Van Reeth (France Culture)
ou encore François Morel. Journa-
listes au Monde, Fabrice Lhomme et
Gérard Davet sont également atten-
dus pour une rencontre autour du
journalisme d’investigation. Et parmi
les temps forts, les Rencontres du
documentaire radiophonique vont
connaître une seconde édition...
 Plus d’infos sur www.longueur-ondes.fr
François Morel
sera l’un des
invités de
marque de
cette édition.
DR
Au Mac Orlan,
un Désordre
en mouvement
Pour sa 5e édition, qui se déroule
les 27 et 28 janvier au Mac Orlan,
le festival Désordre met le piano
à l’honneur. Différentes proposi-
tions artistiques mêlant danse
et musique sont proposées :
après une ouverture effectuée
par les élèves du Conservatoire
en compagnie de François Rossé,
suivront notamment un concert
d’Éric Thomas, de l’improvisation
danse-musique avec Shiro Damon
et François Rossé ou encore une
chorégraphie d’Aurélien Richard
autour du Paradis de Dante.
 Plus d’infos sur www.brest.fr
La Carène
Les talents d’ici
en première ligne
Avec son rendez-vous Les Caré-
neurs, la salle de la Carène a
toujours voulu jouer la carte
des talents d’ici, en leur offrant,
l’espace d’une soirée, l’occasion
de briller sur scène dans des
conditions optimales. Et cette
nouvelle édition (le 15 décembre,
à 21 heures) ne dérogera pas à la
règle, en permettant à trois forma-
tions de se produire sur la scène
du Club. MC Viper pour du punk
sans concession ; de la pop avec
le duo Linnets, et du garage blues
avec Butcher and Szyslak : autant
de genres et de talents à écouter
sans aucune modération.
 Le 15 décembre, à la Carène. Plus
d’infos sur www.lacarene.fr
GUILERS
UNE BONNE DOSE
D’HUMOUR
Guilers démarre sa saison culturelle en beauté
et tout en bonne humeur, le 28 janvier. Ce soir-
là, à 20 h 30, l’Agora accueillera les Insolents,
véritable concentré d’humour prêt à déranger
intelligemment et à provoquer un rire salvateur.
Cinq comédiens passent du trash à l’absurde,
et du délicat décalage à l’humour noir, entre
incorrection, insolence et impertinence.
 Plus d’infos sur www.guilers.org
RADIOFRANCE/CHRISTOPHEABRAMOWITZ
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 27
Jeunes en scène
Un tremplin
pour les talents !
Les inscriptions pour le tremplin
Jeunes en scène, à destination
des talents bretons de la musique
(âgés de 13 à 20 ans), sont
ouvertes jusqu’au 31 décembre.
Organisé par l’association
Pass’Musique, le tremplin
leur offre, entre autres, un
accompagnement professionnel
ou des cours de technique vocale.
Les auditions se dérouleront à
l’espace Léo Ferré, à Brest, et
les finales sont programmées
au printemps. Nouveauté de
cette édition : un prix pour les
13-16 ans, et une finale dédiée à
l’espace Léo Ferré. La finale des
plus « grands », elle, se déroulera
au Vauban.
 http://pass-musique.fr/
GUIPAVAS À L’HEURE
DE LA MAGIE
Du 25 au 29 janvier, le sixième festival
de la magie invite à l’évasion avec diffé-
rents rendez-vous à l’Awena et à l’Alizé :
diffusion de courts-métrages, master class
avec Bernard Bilis, tremplin magique avec
huit magiciens amateurs, ainsi que des
spectacles donnés par des profession-
nels : Florian Sainvet, Ronan Calvary, Cyril
Delaire, ou encore Philippe Bonnemann,
le directeur artistique du festival.
 Plus d’infos sur
http://alize.mairie-guipavas.fr
Photo
Pluie d’images, la photo
dans tous ses états
Du 14 janvier au 24 février, la 13e édition du festival Pluie d’images pro-
pose une trentaine d’expositions présentées dans différentes structures
culturelles et socio-culturelles de Brest et de Brest métropole. Consacrée
au thème de la frontière, cette édition va de nouveau mêler photographes
professionnels (dont Valerio Vincenzo, Julien Lombardi, Philippe Chancel,
Nicolas Fussler, Olivier Jobard) et amateurs. Le festival, organisé par la
MPT de l’Harteloire, propose également des rencontres, ateliers, actions
éducatives et le toujours très suivi concours de photos.
 Plus d’infos sur www.festivalpluiedimages.com
Astropolis
l’hiver revient
du 16 au
21 janvier.
MATHIEULEGALL
Astropolis
L’hiver tant attendu !
D
e la Carène au Vau-
ban, du Quartz au
centre d’art Pas-
serelle ; entre une
croisière en rade
de Brest et un
Vinyl Market, le festival Astropolis
revient pour un hiver survitaminé,
du 16 au 21 janvier, et décline l’élec-
tro avec une énergie sans pareille.
Les grands noms de la scène inter-
nationale seront au rendez-vous :
si on bougeait
Omar Souleyman, au Quartz, le
21 janvier ; Manu le Malin, fidèle
de l’étape, pour une rencontre et
un film retraçant son parcours (le
20, aux Studios)… Les soirées Bun-
ker palace reprennent également
du service, tandis que les actions
culturelles, nombreuses, prennent
place dans les quartiers ou les éta-
blissements scolaires (conférences,
master class…). Pour les minots : la
traditionnelle et ô combien attendue
Astroboum (le 21, à Passerelle, à
partir de 15 heures).
 www.astropolis.org
Le magicien
Ronan Calvary.
OLIVERJOBART
DR
Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 29
DR
si on bougeait
ALEXANDREMASSOT
EMBARQUEZ DANS
LA PLUS PETITE FÊTE
FORAINE DU MONDE !
« Les plus beaux
moments de
théâtre que
l’on ait vécus
l’ont été avec
des amateurs.
Avec eux, il
y a toujours
l a l i b e r t é
d’inventer, et
de vivre une
a v e n t u r e
artistique et
humaine.  »
Fort de ce
constat, Charlie Win-
delschmidt, metteur en scène du
collectif de théâtre forain contem-
porain Dérézo, a imaginé la Plus
Petite Fête foraine du monde, qui
se jouera en mai sur les communes
de Brest métropole, hors Brest, qui
soutient et accueille la compagnie
à l’année. Un futur spectacle pour
lequel tout un chacun est invité à
postuler. « On fera avec les gens, en
fonction de ce qu’ils sont. Certains
pourront écrire des textes, d’autres
les jouer, d’autres ne seront là qu’en
auditeurs libres… » Les répétitions
démarreront en février.
Mais pourquoi donc la plus petite
fête foraine du monde ? Tout sim-
plement parce que chaque stand
miniature sera tiré, en Solex, par
les acteurs. Quant au déroulé du
spectacle, impossible d’en dire
plus : tout se décidera quand la
troupe sera formée. « L’idée est de
savoir comment les habitants s’em-
parent de l’aventure artistique ! Il
s’agit de faire des choses ensemble,
d’apprendre les uns des autres…
C’est du théâtre d’éducation popu-
laire ! »
 www.derezo.com
Théâtre
Et tout Brest fait Oups !
L
e festival Oups !, rendez-
vous du théâtre dans les
quartiers brestois, sou-
tenu notamment par la
ville de Brest et la Caf,
fêtera sa 12e édition
du 31 janvier au 12 février. Au pro-
gramme : des spectacles familiaux
essentiellement, beaucoup de rires
et de bonne humeur, et des petits
prix, pour que chacun puisse fran-
chir les portes du théâtre. Quelques
grands temps forts : le 31 janvier,
au centre social de Kerourien, l’ou-
verture du festival, entre pétanque,
apér’Oups ! ou le spectacle Ubu, en
partenariat avec le Quartz ; une jour-
née en bus, pour un voyage de spec-
tacle en spectacle, le 4 février ; ou, le
11 février, la carte blanche offerte à
l’artiste Arnaud Le Gouëfflec (photo
ci-contre) qui, à partir de 16 heures,
investira le Mac Orlan pour une jolie
parenthèse faite d’animation vidéo,
de musique ou de film.
 www.oups-brest.com
Arnaud Le
Gouëfflec
sera l’un
des invités
d’honneur de
Oups !
CHRISTOPHEMÉVEL
Mac Orlan
L’ensemble Matheus
joue la surprise
Le 15 janvier (à 16 heures), la
belle salle du Mac Orlan accueille
un ensemble Matheus dont la
réputation n’est plus à faire, et
qui se produira pour un concert
« surprise ». Mais une chose
est certaine : emmenée par son
fantasque chef Jean-Christophe
Spinosi, la formation brestoise,
fidèle à la philosophie qui l’anime,
devrait présenter un programme
inattendu, entre exigence,
réinvention et volonté de toucher
le plus vaste public.
 www.mac-orlan.brest.fr
Inattendu et
réinvention
sont au menu
le 15 janvier
au Mac Orlan,
avec Matheus.
Eve Morcrette
Elle et les autres
De noir et de blanc vêtues, les
photographies d’Eve Morcrette
viennent habiller la nouvelle
année, le long des murs du Centre
atlantique de la photographie.
L’artiste dévoile ici son univers
où la photo n’est jamais loin de la
peinture, centrée autour de corps
nus où le sujet demeure avant
tout celui de la matière,
de la lumière, des courbes.
À la recherche de la vérité pure,
Eve Morcrette n’apporte aucune
retouche à ses photos, réalisées
en argentique, dans une réelle
quête d’authenticité. Un univers
en clair-obscur, à découvrir au Cap
à partir du 13 janvier.
 www.centre-atlantique-photographie.fr
Du 13 janvier au 4 mars, Centre atlantique
de la photographie
30 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
Sillage 195 - Un dossier consacré aux Capucins
Sillage 195 - Un dossier consacré aux Capucins

Contenu connexe

Tendances

Tendances (17)

Version finale bm 2020
Version finale bm 2020Version finale bm 2020
Version finale bm 2020
 
Angoulême mag 69
Angoulême mag 69Angoulême mag 69
Angoulême mag 69
 
thalasso cabourg
thalasso cabourgthalasso cabourg
thalasso cabourg
 
Saint-Seb' le mag 130 septembre-octobre 2014
Saint-Seb' le mag 130 septembre-octobre 2014Saint-Seb' le mag 130 septembre-octobre 2014
Saint-Seb' le mag 130 septembre-octobre 2014
 
Bat validé
Bat validéBat validé
Bat validé
 
Pessac en direct n°95
Pessac en direct n°95Pessac en direct n°95
Pessac en direct n°95
 
Pessac en direct n°97
Pessac en direct n°97Pessac en direct n°97
Pessac en direct n°97
 
Peo novembre
Peo novembrePeo novembre
Peo novembre
 
Echo 90 novembre 2016 bat
Echo 90 novembre 2016 batEcho 90 novembre 2016 bat
Echo 90 novembre 2016 bat
 
Vie à lasne 132 web - partie 2
Vie à lasne 132   web - partie 2Vie à lasne 132   web - partie 2
Vie à lasne 132 web - partie 2
 
Echo 103 mars 2018
Echo 103 mars 2018Echo 103 mars 2018
Echo 103 mars 2018
 
Cr conseil municipal septembre
Cr conseil municipal septembreCr conseil municipal septembre
Cr conseil municipal septembre
 
Lejournaldesindignes4
Lejournaldesindignes4Lejournaldesindignes4
Lejournaldesindignes4
 
Lejournaldesindignes5
Lejournaldesindignes5Lejournaldesindignes5
Lejournaldesindignes5
 
Echo 91 decembre 2016 (1)
Echo 91 decembre 2016 (1)Echo 91 decembre 2016 (1)
Echo 91 decembre 2016 (1)
 
Peo 087 Juillet - Août 2016 Orgerus
Peo 087 Juillet - Août 2016 OrgerusPeo 087 Juillet - Août 2016 Orgerus
Peo 087 Juillet - Août 2016 Orgerus
 
Lejournaldesindignes3
Lejournaldesindignes3Lejournaldesindignes3
Lejournaldesindignes3
 

En vedette

Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatisme
Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatismeRecomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatisme
Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatismeDominique Lahary
 
La participation des usagers en bibliothèque
La participation des usagers en bibliothèqueLa participation des usagers en bibliothèque
La participation des usagers en bibliothèqueElise Breton
 
Building automation Vds catalogo (1)
Building  automation Vds catalogo (1)Building  automation Vds catalogo (1)
Building automation Vds catalogo (1)INSHA EXPORTS PVT LTD
 
Resume Tim Miller 1
Resume Tim Miller 1Resume Tim Miller 1
Resume Tim Miller 1Tim Miller
 
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocio
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocioSharePoint 2013 como centro de sus datos de negocio
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocioJuan Carlos Gonzalez
 
Wineland article Dec 2016 Profile 2
Wineland article Dec 2016 Profile 2Wineland article Dec 2016 Profile 2
Wineland article Dec 2016 Profile 2Michael Jones
 
Siena's Clinical Decision Assistant
Siena's Clinical Decision AssistantSiena's Clinical Decision Assistant
Siena's Clinical Decision AssistantMichael Ippolito
 

En vedette (16)

Programme "Tous aux Capucins"
Programme "Tous aux Capucins"Programme "Tous aux Capucins"
Programme "Tous aux Capucins"
 
Building languages with Kotlin
Building languages with KotlinBuilding languages with Kotlin
Building languages with Kotlin
 
Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatisme
Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatismeRecomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatisme
Recomposition territoriale et bibliothèques : Diversité et pragmatisme
 
La participation des usagers en bibliothèque
La participation des usagers en bibliothèqueLa participation des usagers en bibliothèque
La participation des usagers en bibliothèque
 
Bilan année1 gonette
Bilan année1 gonetteBilan année1 gonette
Bilan année1 gonette
 
Latest Resume
Latest ResumeLatest Resume
Latest Resume
 
Building automation Vds catalogo (1)
Building  automation Vds catalogo (1)Building  automation Vds catalogo (1)
Building automation Vds catalogo (1)
 
Resume Tim Miller 1
Resume Tim Miller 1Resume Tim Miller 1
Resume Tim Miller 1
 
Tarea 3
Tarea 3Tarea 3
Tarea 3
 
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocio
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocioSharePoint 2013 como centro de sus datos de negocio
SharePoint 2013 como centro de sus datos de negocio
 
Wineland article Dec 2016 Profile 2
Wineland article Dec 2016 Profile 2Wineland article Dec 2016 Profile 2
Wineland article Dec 2016 Profile 2
 
Certificates-1
Certificates-1Certificates-1
Certificates-1
 
Aprendizaje inicial
Aprendizaje inicialAprendizaje inicial
Aprendizaje inicial
 
C4 cs00371c
C4 cs00371cC4 cs00371c
C4 cs00371c
 
Presentación1
Presentación1Presentación1
Presentación1
 
Siena's Clinical Decision Assistant
Siena's Clinical Decision AssistantSiena's Clinical Decision Assistant
Siena's Clinical Decision Assistant
 

Similaire à Sillage 195 - Un dossier consacré aux Capucins

Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigé
Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigéSaintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigé
Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigélesaintmarcquoi
 
Supplément culture Tournai
Supplément  culture TournaiSupplément  culture Tournai
Supplément culture Tournailavenir
 
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)comlasne
 
Vie à Lasne - décembre 2014 (1/2)
Vie à Lasne - décembre 2014  (1/2)Vie à Lasne - décembre 2014  (1/2)
Vie à Lasne - décembre 2014 (1/2)comlasne
 
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttp
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttpSm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttp
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttplesaintmarcquoi
 
Bezons infos-mai-2013
Bezons infos-mai-2013Bezons infos-mai-2013
Bezons infos-mai-2013Bezons
 
Orsaynotreville_01_sept_2008
Orsaynotreville_01_sept_2008Orsaynotreville_01_sept_2008
Orsaynotreville_01_sept_2008Ina Mihaylova
 
Vie à Lasne 146 de décembre 2017
Vie à Lasne 146 de décembre 2017   Vie à Lasne 146 de décembre 2017
Vie à Lasne 146 de décembre 2017 comlasne
 

Similaire à Sillage 195 - Un dossier consacré aux Capucins (20)

Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93
 
Peo janvier 2017
Peo janvier 2017Peo janvier 2017
Peo janvier 2017
 
Le journal de Bussy n°172
Le journal de Bussy n°172Le journal de Bussy n°172
Le journal de Bussy n°172
 
Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigé
Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigéSaintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigé
Saintmarcquoi 37janvier2017rougedefinitifcorrigé
 
Argentré infos novembre/décembre 2017
Argentré infos novembre/décembre 2017Argentré infos novembre/décembre 2017
Argentré infos novembre/décembre 2017
 
Pessac en direct n°85
Pessac en direct n°85Pessac en direct n°85
Pessac en direct n°85
 
Saint-Seb' Le Mag 132 janvier-février 2015
Saint-Seb' Le Mag 132 janvier-février 2015Saint-Seb' Le Mag 132 janvier-février 2015
Saint-Seb' Le Mag 132 janvier-février 2015
 
Supplément culture Tournai
Supplément  culture TournaiSupplément  culture Tournai
Supplément culture Tournai
 
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)
Vie à Lasne de décembre 2015 (1/2)
 
Vie à Lasne - décembre 2014 (1/2)
Vie à Lasne - décembre 2014  (1/2)Vie à Lasne - décembre 2014  (1/2)
Vie à Lasne - décembre 2014 (1/2)
 
Saint-Seb' le mag 131 novembre-décembre 2014
Saint-Seb' le mag 131 novembre-décembre 2014Saint-Seb' le mag 131 novembre-décembre 2014
Saint-Seb' le mag 131 novembre-décembre 2014
 
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttp
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttpSm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttp
Sm qcouleurmaquette n°31 def imprimerie ttp
 
Bezons infos-mai-2013
Bezons infos-mai-2013Bezons infos-mai-2013
Bezons infos-mai-2013
 
Orsaynotreville_01_sept_2008
Orsaynotreville_01_sept_2008Orsaynotreville_01_sept_2008
Orsaynotreville_01_sept_2008
 
Vival 82
Vival 82Vival 82
Vival 82
 
Vival 82
Vival 82Vival 82
Vival 82
 
Vie à Lasne 146 de décembre 2017
Vie à Lasne 146 de décembre 2017   Vie à Lasne 146 de décembre 2017
Vie à Lasne 146 de décembre 2017
 
Angoulême mag 68 bd
Angoulême mag 68 bdAngoulême mag 68 bd
Angoulême mag 68 bd
 
Peo mai 2017
Peo mai 2017 Peo mai 2017
Peo mai 2017
 
Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3Peo mai 2017 a3
Peo mai 2017 a3
 

Sillage 195 - Un dossier consacré aux Capucins

  • 1. LE MAGAZINE DE BREST MÉTROPOLE ET DE LA VILLE DE BREST DÉCEMBRE 2016 - JANVIER 2017 - N°195 www.brest.fr La rencontre Charles Kermarec, libre libraire Si on bougeait Les rendez-vous des fêtes de fin d’année les Capucins En route pour
  • 2.
  • 3. Le papier utilisé pour ce magazine est un papier 100 % recyclé labellisé EUFlower et imprimé dans une usine certifiée ISO 14001 pour son management de l’environnement et labellisée Imprim Vert. Sillage, c’est aussi sur www.sillage.brest.fr Recevez une alerte dès la parution du nouveau numéro et consultez les anciens numéros en ligne. Vous résidez sur Brest métropole et vous ne recevez pas Sillage dans votre boîte aux lettres ? Signalez-nous ce problème par mail : reclamations.sillage@brest-metropole.fr ou par téléphone : 02 98 33 50 50 L a fin d’année sur Brest métropole se fait synonyme d’un sacré renouveau. Avec un bon mois d’avance, c’est un joli cadeau qui s’est posé au pied du sapin : le téléphérique, entré en service le 19 novembre, et la découverte pour tous du nouveau visage des Capucins. Un grand moment et, aussi, un beau reflet de la dynamique du territoire, tout entier tourné vers l’avenir et l’invention des possibles. Après avoir franchi pour la première fois la Penfeld par les airs, nombre d’habitants ont pu goûter, et goûtent encore, les aménagements réalisés dans les Ateliers. Un voyage dans le temps, au cœur de ce bâtiment chargé d’histoire, et désormais porteur de réjouissantes pistes d’avenir. De quoi s’approprier avec d’autant plus de cœur ce nouveau pan de territoire, qui n’a pas fini d’évoluer. Le début d’année 2017 marquera une nouvelle étape, avec l’ouverture de la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins, lieu magique de culture et de partage, puis de nouveaux équipements innovants. Quoi de mieux que la naissance d’un tel lieu public et fédérateur, pour démarrer l’année en beauté ? Nos meilleurs vœux à tous pour 2017, belles fêtes et à l’année prochaine ! Bonne lecture ! La rédaction COUVERTURE : FRANCK BETERMIN Prochain numéro de SILLAGE dans vos boîtes à partir du 6 février 2017 Direction de la publication Bernadette Abiven Direction de la communication  Vincent Nuyts Rédaction en chef  Élisabeth Jard Rédaction  Mickaël Baudu, Damien Goret, Rémi Morvan Photographes  Franck Betermin, Yvan Breton, Cédric Dauphin, Jean-Yves Guillaume, Mathieu Le Gall, Pierrick Segalen Design éditorial Denis Pichelin / Dynamo+ Mise en page Impression  Imaye Graphic - Laval Tirage : 113 500 exemplaires Publicité  Agence Bergame, Brest, Tél. 02 98 46 05 17 Distribution  Mediapost : à parution ISSN 1143 - 2233 Renseignements  Sillage CS 73826 29238 Brest Cedex 2 Tél. 02 98 33 50 50 Mél : sillage@brest-metropole.fr 4-5 Grand angle 6 à 15 Le dossier En route pour les Capucins Après la mise en service du téléphérique en novembre, la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins ouvrira le 3 janvier, et des portes ouvertes des Ateliers se dérouleront les 7 et 8 janvier. Autant d’événements qui ouvrent une nouvelle page de l’histoire du territoire, autour de ce site patrimonial fort, qui trouve là une nouvelle vie. 18-19 Vous avez l’œil Vos plus belles photos de la métropole et de son Pays. 20-21 En bref Un contrat de réciprocité entre Brest métropole et le Centre Ouest Bretagne;la signature d’un nouveau programme pour le renouvellement urbain à Brest; l’arrivée d’un manager de centre-ville… 22-23 La rencontre Charles Kermarec. 25 à 30 Si on bougeait Une sélection sportive et culturelle pour les prochaines semaines. FRANCKBETERMIN 25 22 JEAN-YVESGUILLAUME 6 FRANCKBETERMIN Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 3
  • 4. Soif de culture(s)Nouveau succès pour la 31e édition du Festival européen du film court de Brest, qui a vu, du 8  au 13 novembre, quelque 28 000 spectateurs se presser au Quartz, pour découvrir les perles du 7e art version court métrage. PHOTOS CÉDRIC DAUPHIN grand angle 4 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 5. Grand moment d’émotion à Brest, avec la sortie en avant-première de La Fille de Brest, le 8 novembre au cinéma Les Studios, en présence de la réalisatrice Emmanuelle Bercot, et de l’héroïne de la vraie vie, le médecin brestois Irène Frachon. PHOTOS MATHIEU LE GALL Attentifs aux conseils des chefs, les participants à la première masterclass internationale de cuisine, organisée par l’association Comme des chefs dans les cuisines de l’hôtel Océania, à Brest les 19 et 20 novembre, concoctent quelques plats réjouissants PHOTO JEAN-YVES GUILLAUME Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 5
  • 6. Bienvenue aux Capucins ! Au cœur de la métropole, ce nouveau pan de territoire commence à s’ani- mer. Une sacrée découverte pour tous, et un nouvel atout pour Brest métropole, qui a su poser là les bases d’un avenir solide, où innovation, culture et sens du collectif promettent de porter haut les valeurs et les richesses de notre territoire. A vec le téléphérique qui relie désormais en trois minutes la rive gauche aux Ateliers des Capu- cins, l’un des plus grands chantiers du territoire sur les vingt dernières années est devenu une réalité pour tous. En décidant de créer, dans ce lieu historique et majestueux, un nou- veau quartier conçu pour s’intégrer au cœur de la métropole de demain, la collectivité avait pris un sacré pari. C’était en 2002, avec la Mission Penfeld, qui aboutit près de dix ans plus tard à la vente du site à la col- lectivité, par la Marine nationale. Les travaux, démarrés en 2012, révèlent dès aujourd’hui un aménagement à la hauteur des attentes, entre res- pect de l’histoire et anticipation des usages de l’avenir. Premiers équipements « La mise en service du téléphé- rique nous permet de changer de stature, pour dévoiler enfin à tous le potentiel de ce lieu, qui reste je ••• en route pour les Capucins ! pense unique en France », estime Alain Masson, vice-président de Brest métropole en charge des grands projets. Les différentes portes ouvertes qui ont eu lieu ces dernières années sur le chantier lais- saient certes augurer d’un résultat à la hauteur. Les pionniers du téléphé- rique et, depuis, tous ceux qui ont franchi la Penfeld pour découvrir par eux-mêmes ce nouveau pan de territoire, n’auront pas été déçus ! Car si les Capucins n’en sont qu’à l’aube de leur nouvelle vie, celle-ci 6 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017 dossier
  • 7. F.BETERMIN Après la mise en service du téléphérique, les Capucins s’apprêtent à lever le rideau sur la médiathèque, la place des Machines… Enfin ? Oui ! Ce lieu utilisé par DCNS jusque dans les années 2000 tourne une page de son histoire et s’ouvre à tous. C’est l’un des chantiers les plus importants de la métropole depuis le tramway, et nous sommes fiers d’ouvrir les portes de ce lieu unique. C’est-à-dire ? Nous avons voulu que ce site exceptionnel s’intègre pleinement au cœur de la métropole. Pour cela, nous avons imaginé un lieu ouvert, où la culture et l’innovation seront les locomotives. L’idée est que tous s’en emparent, afin d’en faire un lieu de vie, d’innovation, de lien social, qui témoigne de la vitalité du territoire. Certains pointent le fait que les Capucins ouvrent sans être totalement aménagés. Que leur répondez-vous ? Tout n’est pas fini, et quoi de plus normal vu l’ampleur du chantier ! La place des Machines, qui rend hommage à l’histoire des ouvriers qui ont travaillé ici, est ouverte. Dès janvier, la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins le sera, puis la cantine numérique, et les espaces dédiés à l’innovation. Enfin les commerces et les premiers habitants. Les associations sont installées à la maison de l’international, la cité de l’international va accueillir ses premiers chercheurs. François Cuillandre Président de Brest métropole. 3 QUESTIONS À Après des années de grands travaux, Les Capucins ont démarré une nouvelle vie, avec notamment la mise en service du téléphérique le 19 novembre. L’occasion pour tous de découvrir la réalité de ce nouveau pan de territoire. s’annonce d’ores et déjà plus que séduisante : « Nous sommes à un moment majeur de la construction de ce lieu, qui va élargir le cœur de la métropole et de son Pays dans les dix années à venir. Nous avons donné le la, en souhaitant impulser une tonalité culturelle et d’innova- tion aux Ateliers. On le verra avec l’ouverture de la médiathèque en janvier, puis de la cantine numé- rique, du Village by CA, dédié aux start-up », rappelle Alain Masson. Inventer l’avenir ensemble Les bases sont là, et il ne reste désor- mais "plus" qu’à s’approprier ce site à la fois familier dans le paysage et totalement inédit dans ses usages. Depuis des mois, les acteurs de la rive droite s’y emploient, conscients de l’opportunité que représente ce nouveau venu pour la dynamique de tout le secteur. La découverte des lieux en direct, à travers des balades impromptues ou les nombreuses animations qui vont démarrer, per- mettra à tous, dans les semaines et mois à venir, de se projeter dans l’identité des Capucins, de la patiner à leur image. « Il revient mainte- nant aux acteurs de l’économie et à tous ceux qui le souhaitent de s’investir, d’inventer la suite, d’être créatifs », pointe Alain Masson. Un beau challenge collectif, au service de l’avenir d’une jeune métropole qui a décidément tous les atouts pour grandir ! Elisabeth Jard FRANCKBETERMIN Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 7 dossier
  • 8. dossier Médiathèque François Mitterrand - Les Capucins Réinventer le partage •De l’espace ! La médiathèque des Capucins réinvente l’accès au savoir et à la culture. Résultat : un espace de 10 000 m², où se croisent les disciplines, où chacun peut aller et venir, picorer, rester l’après-midi déguster un roman, ou jouer avec les petits, assister à une conférence dans l’auditorium… •Des milliers de pages… Le livre papier n’est pas mort, et la média- thèque en offre une quantité époustouflante : 12 000 romans, 5 000 BD, mangas et comics, 2 000 ouvrages sur la littérature et les langues. Mais aussi 20 000 CD et 5 000 DVD. •Lieu connecté. Pour autant, le numérique est ici présent partout. Avec le WiFi gratuit, et 50 postes repères 9 700 m²d’espaces pour se cultiver, profiter, découvrir, rêver, jouer… 120 000références en accès libre et 350 000 en réserve. 1791 c’est la date de parution de l’ouvrage de La Pérouse sur son tour du monde. Il fait partie des trésors de la médiathèque. 24,7 c’est le budget prévisionnel, en millions d’euros, de la médiathèque, dont 7,6 millions d’euros pour la ville de Brest. 1 une seule carte permet d’accéder aux collections de toutes les médiathèques du réseau de la ville de Brest dès le 3 janvier. Un pass media sera également mis en place avec les médiathèques des autres communes en 2017. Elle ouvrira le 3 janvier. Posée sur le flanc de la Penfeld, ouvrant majestueusement ses immenses baies sur un horizon marin et urbain de toute beauté, la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins vient redessiner les contours de la culture sur notre territoire. Voulu par la ville de Brest, ce lieu dédié à l’ouverture se veut un espace commun, partagé de tous, où tous les moyens sont bons, du livre d’époque au support dématérialisé, en passant par les jeux et les simples rencontres, pour élargir ses horizons. Revue d’ensemble. informatiques disséminés sur tout l’espace, en libre accès. Des ateliers d’appropriation des tech- niques seront régulièrement pro- posés, et des salles de coworking mises à disposition. •Patrimoine à l’honneur. Lieu hau- tement contemporain, la média- thèque rend aussi un bel hom- mage à l’histoire des Capucins, et à l’histoire tout court  ! Le département patrimoine recèle 10 000 ouvrages imprimés entre le XVe et le XIXe siècle, 200 manus- crits et 3 000 volumes de journaux et revues datant principalement du XIXe siècle. •Les réserves à l’honneur. Les fonds anciens et précieux sont visibles via une vitrine depuis l’intérieur de la médiathèque. Des visites seront possibles, et une salle d’exposition dédiée. Un fonds breton est aussi disponible. • Tous les âges. L’enfance et la jeu- nesse disposent d’espaces adap- tés. Mobilier cosy ou en vogue, Racontines pour les petits le same- di matin, mais aussi Pyjamas-parties chaque veille de vacances, quand les ados disposent d’un espace pour lire, jouer, se rencontrer. Les jeux de la mezzanine sont par ail- leurs reliés au département jeu- nesse du rez-de-chaussée par… un toboggan ! •Pleins feux sur l’emploi. Cha- cun peut accéder librement à un espace dédié à la recherche d’em- ploi et la formation, avec conseils 8 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 9. dossier FRANCKBETERMIN personnalisés. Un espace numé- rique de découverte des métiers d’avenir et qui recrutent est éga- lement à disposition. •L’actualité comme vous voulez. Dès l’entrée dans la grande nef d’accueil, un kiosque permet de consulter quelque 400 titres de presse. Abonnement papier et numérique en libre accès. •Accessibilité. En sus d’une boucle magnétique pour personnes malentendantes, un secteur Lire autrement est proposé aux per- sonnes en situation de handicap. L’offre inclut 1 400 livres audio, 1 000 documents en gros carac- tères et un fonds consacré à la culture sourde. Un poste informa- tique est dédié. •Le dimanche aussi : La nouvelle médiathèque sera ouverte à comp- ter du 3 janvier. Sur les horaires suivants : du mardi au vendredi de 12 h 30 à 18 h 30 ; le samedi de 10 heures à 18 heures ; et environ 35 dimanches par an, de 14 heures à 18 heures. FRANCKBETERMIN Quelle est l’ambition de ce nouvel équipement ? L’idée majeure est d’ouvrir un lieu pour tous. Surtout, il ne s’agit pas seulement d’une médiathèque : nous avons souhaité offrir un ensemble de services publics autour du livre et de la lecture, mais aus- si aller au-delà, répondre aux envies et besoins d’aujourd’hui et demain. C’est le sens de l’orientation numérique, mais aussi du jeu pour les plus jeunes, de l’espace d’exposition… Nous n’ouvrons pas une médiathèque de plus : il s’agit ici d’inventer, avec les habitants, un nouvel espace de dialogue, d’échanges et de création. Les autres médiathèques de la ville de Brest et des communes de Brest métropole ne vont-elles pas souffrir de l’arrivée de ce nouvel outil ? La médiathèque des Capucins a, depuis l’origine, été pensée en lien étroit avec le réseau. Celui des médiathèques de quartier de Brest, qui ont été rénovées. Et celui des autres communes, qui pourront bientôt faire partie du réseau et ainsi permettre à leurs abonnés de continuer à profiter de leurs res- sources, comme de celles de Brest. Cette nouvelle médiathèque se veut complémen- taire de l’existant, en proposant d’autres dynamiques. Elle ne vient déshabiller per- sonne, mais enrichir l’offre pour tous ! Gaëlle Abily, Adjointe au maire de Brest en charge de la culture. 2 QUESTIONS À PREMIERS RENDEZ-VOUS Ouverture de la médiathèque François Mitterrand : le 3 janvier 2017. Exposition inaugurale : L’Épervier, escale BD aux Capucins. Avec Patrice Pellerin, plongée dans le Brest du XVIIIe siècle. De janvier à avril. Patrimoine vivant, trois quarts d’heure pour découvrir les richesses patrimoniales de la médiathèque. Mardi 17 janvier et mardi 7 février à 12 h 45 et 18 h 30 : Découverte des alguiers. « La bobine », le RDV cinéma. Mardi 17 janvier à 18 h 30 et vendredi 27 jan- vier à 18 h 30. Rendez-vous maritimes : L’aventure des algues, avec Guillaume Sallah Tho- mas, étudiant en master 2 histoire des sciences et techniques, et Philippe Potin, directeur de recherche au CNRS, à la sta- tion biologique de Roscoff. Jeudi 26 jan- vier à 18 h 30. Conférence participative animée par Yan Marchand, philosophe : Comment devenir heureux en moins d’une heure ? Mardi 28 février à 18 h 30. Les livres de… Tous les premiers jeudis du mois, à 12 h 45, un invité présente ses livres de chevet et œuvres de prédilection. Premier rendez-vous jeudi 2 février avec François Morel. Jeux de société en famille le samedi 28 janvier après-midi. Mais aussi : des rendez-vous jeunesse les samedis matin, des concerts, des ateliers numériques, des tournois de jeux vidéo… Le 3 janvier, la médiathèque François Mitterrand - Les Capucins ouvrira ses portes, et participera aussi aux portes ouvertes des Ateliers, les 7 et 8 janvier. MATHIEULEGALL Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 9
  • 10. dossier PIERRICKSEGALEN Pensés pour devenir un haut lieu du numérique, les Ateliers des Capucins vont rendre visibles au plus grand nombre les enjeux de cette révolution. À l’heure du numérique L es Capucins préfigurent l’avenir de la métro- pole brestoise, dont les contours, dans une partie des ateliers, se dessine- ront autour du numérique. La média- thèque (lire page 8) et la cantine numérique qui la jouxtera, et accueil- lera le grand public autant que les coworkers, font d’ailleurs des Ateliers le bâtiment totem du label French tech Brest +. « Mais il faut être hon- nête : à ce jour, French tech Brest + ne parle réellement qu’aux initiés, concède Éric Vandenbroucke, direc- teur du technopôle Brest-Iroise. Or Les Capucins, avec la médiathèque ou la cantine, permettront au grand public de s’approprier les enjeux de la transition numérique. » Parler au grand public, attirer les créateurs En plus de ces deux équipements et du Village by CA (lire ci-dessous), un espace supplémentaire sera aménagé, à proximité immédiate de la cantine, pour recevoir exposi- tions, démonstrations, animations et événements réguliers… « Le numérique à Brest existe déjà en dehors des Ateliers, précise Joëlle Calvar, de la mission stratégie et prospective de Brest métropole. Mais ceux-ci seront un lieu particu- lier, un lieu qui amplifiera les réali- sations de l’écosystème, toujours en mouvement, pour sensibiliser le plus grand nombre. Un lieu hybride, aussi, puisqu’ils contribueront à convaincre les créateurs d’entre- prises innovantes que c’est bien ici qu’ils jouiront d’un écosystème porteur pour eux. » À terme, l’accueil d’un pôle d’excel- lence maritime aurait également du sens, pour Éric Vandenbroucke : « Le pacte État-métropole a, entre autres, donné à Brest le caractère de l’excellence maritime, qui se traduit au technopôle ou encore à Océanopolis. Lier numérique et maritime aux Capucins, ce serait un bel écho au label French tech Brest + et au Campus mondial de la mer. » http://frenchtech-brestplus.bzh/ Damien Goret DAMIENGORET Le Crédit Agricole va donc lancer son Village by CA, au contact direct du téléphérique, dès l’arrivée dans les Ateliers. Quelle est sa vocation ? De manière générale, le lieu va servir à développer la croissance et l’emploi sur le territoire. Comment ? En y attirant les start-up à fort potentiel, ainsi qu’en servant de plate-forme de transformation pour les entreprises partenaires autour de l’innovation et du digital. Vingt-cinq start-up pourront être accueillies sur 600 m², avec un showroom, un espace de coworking, des espaces évolutifs pour accompagner leur développement… Son ouverture est programmée au printemps. En d’autres termes, vous leur offrez un incubateur ? Nous allons surtout former une coopérative de start-up, qui bénéficieront effectivement des services classiques d’un incubateur. Mais elles profiteront surtout du réseau de clients du Crédit Agricole ou de nos partenaires, et l’on sait l’importance que cela revêt, pour de jeunes entrepreneurs, d’avoir l’accès direct à des clients. Comment recruterez-vous les start-up ? Elles seront sélectionnées au sein d’un comité constitué par les partenaires. Le but, c’est que les jeunes entrepreneurs locaux, nationaux ou internationaux se disent que c’est ici, sur le territoire de Brest métropole, par le biais de l’écosystème que nous allons créer, qu’ils peuvent réussir. À noter aussi que le grand public y sera largement accueilli pour mieux comprendre ce qui se joue ici. Jean-Yves Fontaine, du Crédit Agricole, pour le Village by CA. 3 QUESTIONS À 10 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 11. P lébiscite général pour le premier téléphérique urbain de France, mis en service le 19 novembre ! En un seul week-end, 18 800 passagers se sont pressés pour prendre la route des Capucins par les airs ! Un événement majeur, pour lequel la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer avait fait le déplacement. Ségolène Royal n’a pas caché son enthousiasme, après un premier aller-retour au-dessus de la Penfeld : « C’est une première natio- nale et même mondiale : le transport par câble est le transport du futur dans les villes. Avec zéro pollution, zéro accident, zéro bouchon ! ». A ses côtés, François Cuillande, président de Brest métropole, ne cachait pas plus sa fierté : « Brest prend de la hauteur ! Ce téléphérique va certes nous amener une plus-value tou- ristique, mais il s’agit avant tout d’un outil de transport urbain sup- plémentaire, une nécessité qui va permettre de mieux desservir les Capucins, et apportera à toute la rive droite une liaison directe au centre-ville ». Ce jour-là, accompa- gné de Charlotte et Lewin, les deux jeunes parrains du téléphérique, le président de Brest métropole leur a fait un cadeau de Noël en avance, qu’ils ne sont pas près d’oublier : les cabines porteront leurs prénoms ! Horaires de service du téléphérique : de 7 h 30 à 19 heures, du lundi au samedi et de 8 h 30 à 19 heures le dimanche ; à terme de 7 h 30 à 0 h 30. Tarif : un titre de transport du réseau Bibus. Téléphérique C’est parti ! dossier Les 19 et 20 novembre, plus de 18 000 personnes se sont pressées pour prendre la route des Capucins par les airs, via le téléphérique. Le 19 novembre, Ségolène Royal, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, avait fait le déplacement. Avec François Cuillandre et les deux jeunes parrains du téléphérique, elle a donné le feu vert des premières cabines. L’EXEMPLARITÉ ÉNERGÉTIQUE Le quartier des Capucins a fait de l’optimisation énergétique un de ses leitmotivs. En termes de production électrique, 1 300 m² de panneaux pho- tovoltaïques ont été installés : sur le toit de la médiathèque, dont la pro- duction sera réinjectée dans le réseau électrique public ; et sur celui des ateliers, qui produiront jusqu’à 12% des besoins énergétiques annuels des équipements et espaces publics. « En cas d’excédent énergétique, il sera automatiquement redistribué aux programmes voisins des Ateliers », explique Sylvie Mingant, à la direction de l’écologie urbaine de Brest métropole. Une redistribution automatique rendue possible grâce au réseau intelli- gent (smart grid) de Schneider electric, dont les Capucins sont équipés. En complément, les acteurs (habitants, commerces…) seront connectés à une plate-forme qui collectera toutes les consommations du quartier, pour les rendre visibles sur un écran consultable de tous. Les commerçants et bâti- ments tertiaires pourront également consulter leurs propres consommations en temps réel. Autre point notable : les Capucins sont reliés au réseau de chaleur urbain, et leurs besoins thermiques seront couverts à 90 % par les énergies renouvelables issues de la chaufferie bois et de l’unité de valorisa- tion des déchets du Spernot. Le Miroir des énergies de l’avenue Le Gorgeu, à Brest, les optimisera. D.G. De nombreuses innovations (panneaux photovoltaïques…) feront des Capucins un quartier emblématique de l’optimisation énergétique. PANORAMICBRETAGNE FRANCKBETERMIN FRANCKBETERMIN Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 11
  • 12. dossier FRANCKBETERMIN PANORAMICBRETAGNE LA MÉMOIRE DANS LA PEAU Parce que le nouveau quartier des Capucins ne saurait éluder le passé sur lequel il s’est construit, décision a été prise de conserver des rappels de son histoire débutée en 1695 et qui, en 1841, s’est tournée vers la fabrication et la réparation des navires de la Royale. C’est de tout ce passé industriel que les Capucins ne sauraient faire table rase. L’architecture même des Ateliers a été conservée, et nombre d’éléments d’époque ont été maintenus, à l’image de l’escalier hélicoïdal de la médiathèque. Six machines ont par ail- leurs été sauvegardées. Nettoyées, vernies, mises en lumière, et situées sur la bien nommée place des Machines, elles sont les traces de ce qui s’est joué en ce lieu chargé d’histoire(s). C’est également tout un parcours d’interprétation qui a été bâti autour des Capucins et, plus largement, du quartier de Recouvrance. Inti- tulé Balcons sur la Penfeld, il sera composé, au second semestre 2017, de plusieurs stations disséminées des Ateliers au jardin des Explorateurs, en passant par la tour Tanguy. D.G. D ’un côté, les Ateliers, architecture d’époque, appelés à devenir un nouveau lieu public ouvert à tous, «  une sorte de monument spectaculaire et sans équivalent à Brest », ainsi que les décrit Claire Guihéneuf, directrice générale de Brest métro- pole aménagement. De l’autre, leur répondant comme en écho, les dif- férents immeubles, modernes, sor- tis de terre ou en passe d’en sortir, qui mêlent logements et activités tertiaires. Ainsi se dessinent Les Capucins, « ce nouveau quartier contemporain en train d’émerger, et appelé à devenir une partie du cœur de métropole », poursuit Claire Guihéneuf. La maison de l’international y a déjà pris ses quartiers. L’immeuble Cap Vert, où se sont installées dif- férentes entreprises et institutions (Caisse des dépôts…), aussi. Avant l’été prochain, ce sera au tour des premiers habitants de prendre pos- session des 106 appartements de l’îlot C. Et, à terme, ce sont 560 logements qui seront créés aux Capucins. Un autre permis de construire, sur l’îlot D, devrait d’ail- leurs être déposé prochainement, pour des immeubles où cohabite- ront habitations et tertiaire. Plus loin, sur l’îlot G, un opérateur a déjà été retenu. Dans ses cartons : un projet de résidence intergéné- rationnelle, entre étudiants et per- sonnes âgées, dont l’ouverture est programmée mi-2019. Sur l’îlot B, enfin, un appel à projets a été lancé en septembre, dans la pers- pective d’y bâtir un hôtel adapté au site. D.G. Immobilier Des logements aux bureaux : un quartier de ville Avant l’été prochain, les premiers habitants des Capucins contribueront eux aussi à donner vie à ce nouveau quartier de ville. La place des Machines, au rendez-vous de l’Histoire. 12 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 13. Les espaces publics de Recouvrance ont bénéficié d’aménagements d’espaces publics, pour 1,5 million d’euros. Comme ici la place Le Saëc, aux abords des nouvelles halles. MATHIEULEGALL R ive droite, l’arrivée du petit nouveau de ce grand quartier est atten- due avec impatience. Et si certains pourraient penser que les Capucins tirent toute la couverture à eux, il n’en est déci- dément rien. Engagé dans une opé- ration d’amélioration de l’habitat dès 2010, le quartier de Recouvrance a progressivement réussi à recon- quérir un statut à sa mesure. « Sur le quartier prioritaire de Recou- vrance, l’opération a permis de réhabiliter 48 immeubles dégradés, d’améliorer 186 logements, géné- rant 7 millions d’euros de travaux (dont 4,5 millions d’argent public). Les espaces publics ont quant à eux bénéficié d’aménagements pour 1,5 million d’euros », rappelle ainsi Lionel Daniélou, en charge du dos- sier à Brest métropole. « Beaucoup craignaient effective- ment que Les Capucins ne captent tous les efforts… mais c’est faux ! Et quand on se balade dans le quar- tier, et notamment dans le bas de Recouvrance, on le voit. Les rues d’Armorique et Vauban ont été refaites, avec conteneurs enterrés, et il y a bien sûr eu l’arrivée du tram, celle du nouveau Mac Orlan, des placettes Henri Ansquer et Jeannette Bouillol », appuie Yann Guével, adjoint au maire de Brest en charge du grand quartier des Quatre Moulins. Un travail au long cours Une nouvelle opération de renou- vellement urbain (NPNRU) vient de débuter (lire p. 21), qui va permettre, sur les dix prochaines années, de poursuivre et amplifier le travail engagé : « Nous étions sur un quartier à l’habitat souvent dégra- dé, mais les choses avancent, et vont continuer à avancer. Les com- merçants ont participé à la dyna- mique avec les nouvelles halles, que nous avons accompagnées, en réha- bilitant la place Le Saëc », poursuit l’élu. Qui sait tout le potentiel de son quartier dans la réussite des Capucins et inversement, dans le cadre d’un grand projet urbain pour la rive droite : « Ici, nous avons tous les services publics que sont en droit d’attendre des habitants qui arrivent sur un nouveau quartier de centre-ville : piscine, crèches, écoles, collège, stades, la Brest Arena… ». Les habitants de la rive droite, eux, sont prêts : depuis des mois, professionnels de la cohésion sociale, habitants et associations œuvrent à tisser des liens étroits avec les acteurs des Capucins. Les conseils consultatifs de quartier ont par ailleurs contribué à la dénomi- nation des rues du plateau et des espaces des Ateliers, et continue- ront à être associés aux orientations futures du projet. E.J. Renouvellement urbain Gagnant-gagnant pour la rive droite dossier « Nous avons ici tous les services publics que sont en droit d’attendre les habitants d’un quartier de centre-ville. » Yann Guével, adjoint au maire de Brest en charge du quartier des Quatre Moulins Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 13
  • 14. dossier FRANCKBETERMIN E t si l’on construisait l’ave- nir commun ensemble ? Depuis le mois de mai, des dizaines d’habitants se sont pris au jeu, pour imaginer, avec la collaboration du Fourneau, centre national des arts de la rue, de Passerelle, centre d’art contemporain, et du Bureau cosmique, collectif d’architectes constructeurs, ce que sera le quoti- dien des Ateliers. « Nous sommes là dans un nouvel espace public, et l’objectif est que les habitants se l’approprient au mieux. Nous avons donc été missionnés par la collectivité pour les accompagner, et proposer des possibles sur le mobi- lier urbain, ses usages… », résume Michèle Bosseur, du Fourneau. Retenue dans le cadre de l’appel à projets Ville de demain de l’État, l’opération a permis à de nombreux habitants d’embarquer dans cette fabrique des possibles. « Les envies étaient diverses, mais claires. Les gens voulaient être ensemble, pou- voir bouger les choses à leur guise, et aussi rester dans l’esprit du lieu, de son histoire. » Comme sur des roulettes ! C’est sur cette base que le Bureau cosmique a ensuite imaginé le mobi- lier urbain qui habille et habite la place des Machines. Tout en bois et métal, l’ensemble appelle à bouger, puisque les cinq stations mobiles (de grandes tables équi- pées de lampes et de prises à bran- cher selon les envies), les cimaises (parois amovibles pouvant former des box de rangement, comme iso- ler un espace pour une réunion) ou le gradin ont été pourvus de rou- lettes. Pour chaque élément, des usages ont été définis : des tables pour manger ensemble, pour travail- ler, mais aussi pourquoi pas pour s’allonger ! Un gradin pour mieux voir un spectacle sur la place… ou pour mieux se faire voir d’un public : « Tout est surtout fait pour créer d’autres usages, que les habitants imagineront sur place ! ». Le kiosque, seul élément fixe, demeurera le lieu de rendez-vous des initiatives privées et publiques. Il accueillera notamment, dès ce mois de décembre, la fabrique Chez Capucine : un rendez-vous ouvert à tous, tous les samedis après-midi, pour découvrir et s’approprier les lieux comme le mobilier. La réflexion sur les futurs espaces sportifs urbains et ceux destinés aux plus jeunes démarrera quant à elle dès le début d’année 2017 ! E.J. Plus d’infos sur www.lefourneau.com et centre d’art contemporain Passerelle : 02 98 43 34 95 Mobilier urbain Des usages à inventer ! Imaginé avec des habitants volontaires, le mobilier urbain des Capucins trouvera ses usages avec leur imaginaire. DAMIENGORET En quoi consiste cette société publique locale (SPL) ? Elle a pour mission de gérer le site des Ateliers. Ce qui signifie en premier lieu assurer la sécurité des Ateliers, qui ont pour vocation de recevoir du public. Mais nous avons aussi pour but de faire vivre ce lieu d’exception, d’en faire un rendez-vous d’animation, de découverte du patrimoine, et d’accompagner les visiteurs pour qu’ils se l’approprient. Ce lieu est conçu pour être celui des habitants. Justement, comment ce nouvel espace public va-t-il pouvoir se vivre ? Il y aura évidemment des événements et des spectacles programmés avec les partenaires du territoire. Pour autant, ces Ateliers ne sont pas une nouvelle scène, mais bien un lieu de vie, où chacun aura sa place et où chacun peut venir, dans le respect des autres. Nous travaillons ainsi sur l’idée d’instaurer, très vite, un brunch des Capucins, chaque dimanche. Nous sommes ici dans une sorte de nouveau jardin public, ouvert à tous. Les pratiques culturelles amateurs (musique, danse…) sont les bienvenues. Les pratiques sportives légères seront aussi possibles, telles que le tai-chi-chuan, le yoga, etc. Alain Lelièvre, Directeur général de la SPL Les Ateliers des Capucins. 2 QUESTIONS À 14 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 15. Les commerces attendus en 2018 Des commerces s’installeront de part et d’autre de la rue, au rez- de-chaussée et au 1er étage des Ateliers. Pourtant, les Ateliers ne seront pas une galerie commerçante classique. Les activités qui s’y installeront devront justifier d’une capacité à dynamiser le lieu, à susciter l’animation et la rencontre entre les visiteurs. Un appel à projets est en cours actuellement, et une quinzaine de candidats (restauration, loisirs sportifs et culturels…) y ont répondu. D’autres mûrissent encore leur réflexion. Les premières installations sont attendues en 2018, pour laisser aux sélectionnés le temps de consolider leur projet. Le projet de cinéma a évolué courant novembre, et prévoit désormais un établissement de cinq salles, sans diffusion d’art et essai. Place publique Le nouveau visage de Brest Le journaliste Thierry Guidet vient de publier, avec Brest métropole aménagement, un hors-série de la revue Place publique, tout entier consacré aux Capucins, le nouveau visage de Brest. Un ouvrage précisément documenté, entre photos, images de synthèse et nombreuses rencontres avec ceux qui, depuis des années, travaillent sur le projet. Une belle analyse, aussi, de la mutation collective que vit actuellement le territoire brestois à travers la (re)naissance des Capucins. Les Capucins, le nouveau visage de Brest, par Thierry Guidet. SÉBASTIENDURAND Au printemps, les psychanalystes de l’ANPU sont venus dresser le portrait chinois de la ville avec les habitants. Psychanalyse urbaine À l’écoute de la ville FINIR POUR LES ÉVÉNEMENTS À VENIR… Un fest-deiz bal populaire pour No Border Dans le cadre de la sixième édition du festival No Border, un fest-deiz se déroulera au sein des Ate- liers le 10 décembre, de 15 heures à 18 heures. Ouvert à tous. www.lequartz.com Portes ouvertes les 7 et 8 janvier 2017 Après la mise en service du téléphérique, puis l’ou- verture de la médiathèque François Mitterrand, Les Capucins font leurs portes ouvertes les 7 et 8 janvier. Un rendez-vous festif et culturel, où l’on pourra évi- demment mieux découvrir le site. Des visites guidées seront proposées, notamment autour de l’histoire des Capucins, et de la place des Machines. Des expo- sitions, des jeux, des spectacles et de nombreuses surprises seront également au menu. En savoir plus sur www.brest.fr Dañs Fabrik en février La sixième édition de Dañs Fabrik fait un pas de côté pour investir, le temps de deux projets chorégra- phiques, les Ateliers. En partenariat avec le Quartz et le Fourneau, ces deux projets se joueront sur l’espace public. Ouvert à tous. www.lequartz.com Brest urban trail en avril Le 1er trail urbain de Brest se déroulera en avril, aux Ateliers. Autour de cette course qui permettra sur 14 kilomètres de découvrir des lieux insolites, de nombreuses animations en lien avec la santé seront proposées à tous. Fous de danse en mai Le 14 mai, Fous de danse, sous la direction artistique de Boris Charmatz, fait bouger les Ateliers, avec de nombreux spectacles dont certains pourraient être ouverts aux amateurs. Ouvert à tous. Indoor show en juin C’est une compétition internationale de BMX freestyle qui se profile pour le mois de juin, avec en sus un Open BMX freestyle, ouvert aux amateurs comme aux professionnels. Erwan Keravec / Hamon-Martin Quintet Annie Ebrel - Nolùen Le Buhé Bazel et Youssef Zahed/ Duo Paranthoen Quatuor Dour-Le Pottier / Bel Air de Forro FEST-DEIZ GRAND BAL POPULAIRE SAMEDI 10 DÉCEMBRE 2016 DE 15H À 18H Photo:RenéTanguy/Communication:EwenPrigent SHUTTERSTOCKDR D ans le cadre de la démarche d’appropria- tion par les habitants, l’Agence nationale de psychanalyse urbaine (ANPU) sonde l’identité locale depuis le mois de mai, avec le Fourneau et Passerelle. Consultation d’habitants embarqués avec le Fourneau, mais aussi séances de portraits chinois de la ville avec les passants, en mai à Recouvrance et Saint-Louis : les psychanalystes urbains ont consulté de toute part pour mieux dresser « le portrait de Brest comme une personne, et mieux comprendre comment ses habitants se pro- jettent dans son avenir », explique Fabienne Quéméneur, de l’ANPU. En début d’année, le diagnostic sera posé publiquement, proposant une thérapie adaptée, et surtout une démarche à la fois « poétique et en accord avec les envies et les besoins de chacun ». À partir du mois de février, des ateliers de l’urbanisme enchanteur seront organisés dans le kiosque de la place des Machines, où tout un chacun pourra venir pico- rer, se projeter, s’identifier… POUR EN SAVOIR PLUS www.brest.fr Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 15
  • 16.
  • 17. INAUGURÉE LE 17 NOVEMBRE, LA RÉSIDENCE POUR PERSONNES ÂGÉES DE KERLEVENEZ ACCUEILLERA À TERME 156 PERSONNES ÂGÉES, DANS UN CADRE ENTIÈREMENT RENOUVELÉ. UN CHANTIER MAJEUR, QUI TÉMOIGNE DE LA VOLONTÉ LOCALE D’AMÉLIORER LA PRISE EN CHARGE DE NOS AÎNÉS. Kerlevenez renouvelle l’accueil des aînés V ivre plus vieux, vivre mieux. L’allongement de la durée de la vie voit de plus en plus de seniors rester vivre à domicile, de plus en plus longtemps. Une bonne nouvelle pour tous. Mais une réalité qui impose aussi de revoir l’hébergement en établisse- ments : les résidents y arrivant de plus en plus tard dans leur vie, la dépendance arrive, elle, plus rapi- dement. Or, les résidences créées il y a des dizaines d’années ne sont plus forcément adaptées à ce type de public, qui réclame un accompa- gnement bien plus soutenu. Face à ce constat, la ville a souhai- té repenser l’Ehpad de Kerlevenez, qui regroupe désormais également les résidents et le personnel de l’ancien Ehpad de Kermaria. Une alliance pour le mieux puisque, sur le site de Kerlevenez, à Bellevue, le bâtiment historique a été entiè- rement refait, et qu’une extension neuve a vu le jour, pour l’accueil de l’ensemble des nouveaux habitants aux cheveux blancs. Le choix de l’ambition pour les aînés Sur quatre niveaux, dans un design aux couleurs vives, où la lumière naturelle a été privilégiée, le nou- vel établissement offre un confort de vie largement amélioré. En sus des chambres individuelles, des restaurants, du salon de coiffure ou des salons pour les familles, deux unités spécialisées dans la prise en charge des malades d’Alzhei- mer (ou troubles apparentés) permettent de garantir aux per- sonnes, comme à leurs familles, un accompagnement individualisé et adapté à chacun. Kerlevenez signe le renouveau de l’accueil des plus âgés sur la ville. Le chantier, mené par Brest métro- pole habitat (BMH), a couru sur trois ans. Il est l’un des plus impor- tants pour Brest ces dernières années, avec un budget de 17 mil- lions d’euros. « Nous devons être fiers, collectivement, de ce nouvel équipement pour lequel tous se sont engagés : la ville, l’État, le conseil départemental, la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, l’agence régionale de santé, le centre communal d’action sociale qui gère le site, et BMH, qui en est propriétaire. Cet investissement majeur témoigne de notre volonté d’apporter des solutions face aux défis du grand âge. Et nous avons choisi l’ambi- tion pour nos aînés, pour renfor- cer les solidarités à leur égard », a souligné François Cuillandre, maire de Brest, en inaugurant la nouvelle entité. E.J. Sillage novembre 2016 - janvier 2017 I I Kerlevenez regroupe désormais, dans un ensemble entièrement refait, 156 résidents. « Nous avons choisi l’ambition pour nos aînés, pour renforcer les solidarités à leurs égards » François Cuillandre, maire de Brest François Cuillandre, maire de Brest et Georges Bellour, directeur de Brest métropole habitat, accompagnés de nombreux élus ont inauguré la nouvelle structure le 17 novembre. PIERRICKSEGALEN MATHIEULEGALL
  • 18. JEAN-YVESGUILLAUME JEUNES VACANCES SPORTIVES AU PROGRAMME Escalade ? Parkour ? Et si les ados de 11 à 17 ans profitaient de leurs vacances de Noël pour s’initier, gratuitement, à des sports originaux ? C’est exactement ce que leur offre la base multisports installée par le service sports et quartiers de la ville de Brest, au gymnase Jean Guéguéniat, du 19 au 23 décembre. Des activités qui sortent de l’ordinaire, donc, encadrées par des animateurs et les entraîneurs des clubs qui vien- dront également présenter leurs propositions : du football américain sur un après-midi, avec le club Tonnerre de Brest ; des initiations à l’athlétisme, en partenariat avec le Stade Brestois ; de la boxe ; du handball, à quelques semaines du mondial de handball masculin, dont certains matchs se dérouleront à Brest Arena (lire page 26)… Prévus pour une quinzaine de jeunes à chaque fois, les ateliers se dérouleront tout la journée, à partir de 10 heures et jusqu’à midi, puis de 13 h 45 à 17 heures. Les inscriptions se feront sur place ou sur www.brest.fr. Plus d’infos sur www.brest.fr, ou par téléphone au 06 33 31 59 57 et au 02 98 00 80 85 École publique du Forestou Quand la mer éduque «Si , p o u r p a r l e r d’environnement à des enfants, on ne les fait pas travail- ler sur du concret, il y a peu de chances que l’on touche au but. » Engagés depuis 2014 dans une démarche qui a valu à leur école d’être labellisée éco- école, les enseignants du Forestou commencent à savoir de quoi ils parlent en termes de sensibilisation à l’environnement. Potagers, salle d’observation des espèces et com- posteurs font partie du quotidien des 200 élèves du groupe scolaire qui, depuis la rentrée, arpentent également la plage de Keraliou, à Plougastel-Daoulas, au sein d’une aire marine éducative. Kézako ? « Les enfants se servent de la zone pour développer des connaissances sur le milieu marin. Le projet est suivi par les ministères de l’édu- cation, de l’environnement, de l’outre-mer, et l’agence des aires marines protégées (AAMP), pose François Morisseau, de l’AAMP. Il est né d’une campagne océanogra- phique menée aux îles Marquises, au cours de laquelle les écoliers avaient souhaité s’occuper eux- mêmes d’une baie près de chez eux. » Véritable succès pédagogique, le concept a été décliné en France métropolitaine, où quatre aires marines éducatives ont été créées, dont celle du Forestou. Riche, « le projet donnera des clés aux enfants pour interpeller élus, usa- gers de la plage ou associations sur certaines problématiques qu’ils auront identifiées ». Les huit classes du Forestou vont donc participer aux études menées sur la zone, en fonction de leurs âges. Tous les résultats et observations seront discutés entre les élèves, les enseignants et les nombreuses associations qui se sont jointes au dispositif, soutenu par Brest métropole. « Et c’est cette cohé- rence entre tous, sur un même projet, qui donne du sens au tra- vail des petits », affirment Claire Bellec et Myriam Le Floc’h, deux des enseignantes. www.aires-marines.fr D.G. PIERRICKSEGALEN À la découverte de l’élément marin, pour les petits de l’école du Forestou. Noël : une bonne occasion de s’initier à des activités originales. II I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 19. Elles pagaient contre la maladie C haque samedi matin, un long vaisseau propulsé par une vingtaine de rameuses parcourt la Penfeld ou l’Élorn. Scène ordinaire d’une vie portuaire… mais pas seulement. Sur ce Dragon Boat, toutes ces Penn ar belles, le nom de leur équipage, ont vécu, vivent encore pour certaines, un cancer du sein. Et pourtant, l’embarcation n’inspire pas la nostalgie : « On rit beaucoup, et ça regonfle les batteries ! », confirme Christelle, l’une des rameuses. Cette section du Canoë-Kayak bres- tois (CKB) a pu être créée dans le cadre du sport adapté, avec l’aide de la Ligue contre le cancer, de l’as- LE NOËL DÉCALÉ DES QUATRE MOULINS À année particulière, Noël particulier ! Le quartier des Quatre Moulins profite des fêtes de fin d’année pour donner à son rendez-vous de Noël une ampleur inédite. Les 10 et 11 dé- cembre, le traditionnel Étrange Noël des Quatre Moulins déserte l’espace de la mairie, pour une fête qui essaimera des temps forts un peu partout, sur un thème aussi numérique que sortant des sentiers battus.Au Mac Orlan, d’abord, sera donné un spec- tacle d’arts visuels vivants intitulé Cinématique, mêlant réel et virtuel (le 10, à 20 h 30, dès 7 ans). La Maison de la Fontaine sera également le théâtre d’une exposition autour du numérique. Et les 10 et 11 (de 14 heures à 18 heures), au 205 rue Anatole France, place sera faite à un Noël accessible à tous, où l’on viendra fabriquer, réparer, jouer, tester. Ateliers de gastronomie autour de la cuisine moléculaire, jeux et rétrogaming, interven- tions artistiques et quantité d’autres surprises sont également au programme. Plus loufoques mais pas moins intrigants : un concours intergalactique d’emballage de paquets-cadeaux, des tours en calèche sans père Noël… Bref, « tout pour faire de ce Noël un rendez-vous décalé, qui se justifie par le coup de pro- jecteur dont a bénéficié durant l’année tout le quartier, que les Capucins continuent aussi à mettre en lumière », se réjouit Yann Guével, adjoint au maire en charge du quartier. PENN AR BELLES sociation des médecins du CHRU, d’Odyssea… Et sa pertinence frise l’évidence. « Ici, on se reconstruit ! On a toutes vécu la même chose : quand l’une est fatiguée, c’est enten- du, elle s’arrête ! Les autres sont là pour ramer ! », souligne Annie. Enca- drées par des bénévoles du CKB, ces dames ont la force de ceux qui ont connu l’épreuve. Leurs encadrants masculins le reconnaissent volon- tiers : « Avec elles, on prend des sacrées leçons de courage », sourit Jean-Pierre. Cap sur Venise ! Véritable thérapie pendant et après le traitement, l’activité a aussi réussi à souder ces femmes. Qui ambitionnent d’aller plus loin, en participant à la Vogalonga de Venise, randonnée internationale pour bateaux à rames et pagaies, en juin 2017. Une façon de s’engager pour autrui, puisque l’opération vise à pro- téger la lagune, tout en continuant à se projeter. Elles lanceront bientôt une cagnotte participative sur le Net, organiseront des concerts, afin de réunir les 22 000 euros nécessaires à ce défi. Un sacré engagement, qui constitue, en soi, une nouvelle vic- toire sur la maladie ! Contact : Facebook Les Penn ar belles E.J. Les Penn ar belles projettent de participer à la Vogalonga de Venise en juin 2017. Un Noël hors des sentiers battus ? Ce sera dans le quartier des Quatre Moulins ! FRANCKBETERMIN FRANCKBETERMIN Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I III
  • 20. Le Lamaneur prépare son retour Début novembre, une association pour le retour du Lamaneur sur la façade du Grand Large, au port de commerce, a été créée. Objectif : faire appel au mécénat des entreprises locales (60 % de défiscalisation du montant des dons, via un crédit d’impôt), afin de réunir les 30 000 euros nécessaires à la remise en place de la fresque de Paul Bloas, devenue symbole du port de commerce de Brest et de ses travailleurs. Photographiée avant son décrochage en 2015, l’œuvre de 9 mètres sur 15 pourrait alors retrouver sa place initiale, sur bâche. Les promoteurs de l’association espèrent pouvoir réunir les fonds pour la fin 2016, et un accrochage au printemps. Contact : benoitdecadenet@yahoo.fr paulbloas@hotmail.com Réseau de chaleur urbain Le planning des travaux Le réseau de chaleur urbain continuera de s’étendre durant l’année 2017, et un planning prévisionnel des travaux a été adopté. Dès janvier, ceux-ci débuteront dans le secteur Kérourien - Valy Hir, au niveau des quartiers de Brest métropole habitat, des rues Résistance et Keranquéré, Kerargroas, puis avenue de l’École Navale. La rue d’Aquitaine sera concernée en mars-avril. Le secteur Buquet (rue Général Paulet) entrera en chantier dans la foulée, tandis que la traversée du boulevard de l’Europe est programmée en juillet. Travail collectif pour actions cohérentes I mportante en termes de santé et de tranquillité publiques, ainsi qu’en matière de sécurité, la question de la surconsommation d’alcool à Brest, que ce soit sur l’espace public ou dans la sphère pri- vée, constitue l’une des priorités du mandat en cours. Pour en débattre, élus et acteurs du territoire se sont réunis le 16 novembre, au Quartz, pour une journée de mobilisation collective intitulée « Alcool à Brest, questions complexes, réponses concrètes ». Un premier rendez-vous comme une première pierre qui sup- portera la construction collective d’un plan d’actions, prévu fin 2017. « Nous ne partons pas d’une page blanche, rappelle Patricia Salaün- Kerhornou, adjointe au maire en charge de la tranquillité urbaine. Le Défi brestois nous a laissé nombre d’indications, et avait fait évoluer les mentalités. Des actions ont par ailleurs été engagées. » Au rang des mesures notables déjà prises : les dispositifs de prévention et de médiation lors des manifes- tations publiques ; le financement des vacations de médecins de nuit au commissariat pour les ivresses publiques manifestes… « On sent qu’une réelle démarche collective s’est enclenchée, et nous avons voulu l’amplifier », précise pour sa part Bernadette Abiven, première adjointe au maire de Brest. Tables rondes, temps d’échange et de restitution ou groupes de tra- vail ont permis de rassembler les personnes qui, au quotidien, sont en prise directe avec la question de la surconsommation d’alcool. Médecins, associations étudiantes, commerçants, représentants de la police et de la justice : tous ont apporté leur voix au débat. « Avec, en fil rouge, l’idée d’établir un langage commun à tous, dans le but de parler ensuite des mêmes choses », assure Patricia Salaün- Kerhornou. D.G. PLAN ALCOOL DAMIENGORET Gérant de discothèque, représentant d’association étudiante ou encore commissaire central : de nombreux acteurs étaient présents lors de ce premier rendez-vous. JEUDIS DES SENIORS LA NOUVELLE SAISON EST LANCÉE Proposés par la ville de Brest et le centre local d’information et de coordination (Clic), les Jeudis des seniors ont pour objectif d’ouvrir les résidences de personnes âgées vers l’extérieur, par le biais de temps d’échange et de découverte. Dans les pro- chains mois, au niveau des sujets abordés, qui dépassent le simple cadre de la santé : le yoga, les voyages ou encore l’estime de soi. Prochains rendez- vous programmés : le 5 janvier, à 15 heures, à la résidence Kerlevenez, sur le thème du Voyage à tra- vers le monde ; et le 2 mars, à 15 heures, à la résidence Ker Héol, pour une ini- tiation au yoga. Ouvert à tous. Plus d’infos sur www.brest.fr et au Clic de Brest 02 98 33 21 66  Pour plus de renseignements, contactez le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination) de Brest au 02 98 33 21 66 ou sur www.brest.fr Directioncommunicationseptembre2016-Créationgraphique:www.grinette.com VOSRENDEZ-VOUS2016/2017 2 mars à 15h Initiation au yogaRésidence Ker Héol – 7 rue de Ker Héol6 avril à 15h Le climat dans tous ses états Résidence Louise Le Roux – 20 rue de Maissin EntréE librE ouvErt à tous Temps d’échangeet de découverte Brest 3 novembre à 15h Le jardin, lieu de bien-être et de découverte Résidence du Ponant - 26 Rue Mathurin Méheut5 janvier à 15h Récit de voyage à travers le monde Résidence de Kerlevenez – 4 rue de Champagne 1er juin à 15h Estime de soi et vieillissement Résidence Poul ar Bachet – 30 Rue Louis Pidoux Les jeudis des seniors IV I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 21.
  • 22. Chaque mois, vous avez l’œil sur Brest métropole et son Pays, que vous croquez de mille manières. Des vues inédites, magiques, décalées ou mystérieuses, qui viennent compléter le joli portrait du territoire. N’hésitez pas à nous envoyer vos photos : nous les publions sur le site Internet brest.fr… Et à chaque numéro, ces deux pages mettent à l’honneur quelques-uns de nos coups de cœur ! Rendez-vous sur : http://images.brest.fr www.images.brest.fr La chapelle de Lesconvel Locmaria-Plouzané J’avais découvert le site sur un magazine de l’office de tourisme de Plougonvelin, et je m’étais promis d’aller jusqu’à Lesconvel pour vérifier sa beauté. Yann Quiviger Les danseuses Place Wilson, Brest Cette photographie fait partie d’une série en cours d’élabo- ration,visant à intégrer la danse à un environnement urbain (en l’occurrence la ville de Brest et ses lieux marquants). Nous retrouvons ici les danseuses Laura Le Gouez, Énora Guiziou et Manon Guiziou. Julien Tocanier (www.JulienTocanier.com) Vous avez l’œil ! 18 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 23. La veilleuse de nuit Brest Le port de commerce peut s’endor- mir en paix : la lune veille. Alain Leprêtre Sodebo Brest Photo du départ de maxi trimaran Sodebo Ultim de Thomas Coville. J’étais embarqué sur la vedette des lamaneurs en charge du remorquage du tri- maran pour l’envoyer en grande rade. Yannick Le Bris Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 19
  • 24. en bref Conciliateurs de justice Des permanences chaque semaine Les conciliateurs de justice, nommés par la cour d’appel, sont là pour accompagner tout un chacun dans le règlement des conflits du quotidien, que ceux-ci opposent des particuliers entre eux ou à des professionnels (hors affaires familiales et litiges avec l’administration). Sur toute la métropole, les conciliateurs proposent régulièrement des permanences, dans les mairies. En voici la liste. BREST : Mairie centrale, les 2e et 4e mercredis du mois de 14 heures à 17 heures (sur RDV 02 98 00 80 96) ; mairie de Saint-Marc, tous les lundis de 14 heures à 16 h 30 (02 98 00 85 70) ; mairie de Lambézellec : les 2e et 4e jeudis de 13 h 30 à 16 h 10 (sur RDV 02 98 00 85 20) ; mairie de l’Europe : le mercredi de 14 heures à 16 heures (sur RDV 02 98 00 26 30) ; mairie de Saint-Pierre : les 2e et 4e mardis de 9 heures à 12 heures (02 98 00 81 70) ; mairie des Quatre Moulins : les 2e et 4e mardis de 9 heures à 12 heures (02 98 00 85 40). BOHARS : les 1er et 3e lundis de 14 heures à 17 heures (02 98 03 59 63). GUILERS : les 2e et 4e lundis de 14 heures à 17 heures (02 98 07 61 52). GUIPAVAS : les 1er et 3e lundis de 14 h 30 à 17 heures (02 98 84 75 54). GOUESNOU : le 4e mercredi de 9 heures à 12 heures (02 98 07 86 90). LE RELECQ-KERHUON : les 1er et 3e lundis de 14 h 30 à 16 h 30 (02 98 28 14 18). www.brest.fr Cartes d’identité Nouvelles modalités La Bretagne a été désignée région pilote pour la mise en place de nouvelles procédures de délivrance des cartes d’identité. Depuis le 1er décembre, les demandes sont en effet dématérialisées, ce qui entraîne pour Brest métropole un regroupement des services sur trois communes : Brest, Plougastel-Daoulas et Guipavas. Les autres mairies de la métropole ne pourront plus assurer ce service. Il est toutefois possible de faire une demande dans les autres collectivités voisines équipées*. Les personnes souhaitant faire une demande doivent donc désormais s’adresser à l’une des communes qui disposent d’une station à même d’entrer les données directement sous forme numérique, et prendre rendez-vous pour remplir les documents avec un agent. Pour gagner du temps, il est aussi conseillé de préremplir un formulaire en ligne sur : https://www.servicepublic.fr/ particuliers/vosdroits/R45668. * Lannilis, Lesneven, Landerneau, Plabennec, Ploudalmézeau, Saint-Renan. www.brest.fr Orientation Trois salons à l’agenda Le début 2017 sera marqué, comme chaque année, par la tenue de différents salons et forums de l’orientation sur la métropole brestoise. Premier à s’installer dans le paysage, Azimut, salon de l’orientation et de l’enseignement supérieur, se déroulera du 19 au 21 janvier, au parc des expositions de Penfeld (de 9 heures à 17 heures). La semaine suivante, le 28, place à Foromap, au Quartz (de 9 heures à 17 heures), dédié à l’apprentissage et à la formation en alternance. Le 4 février enfin, c’est à Guipavas, aux halles du Moulin Neuf (de 9 heures à 13 heures), que se tiendra Trajectoires, destiné aux parents et aux élèves de troisième des établissements publics et privés de Brest et Landerneau. www.foromap29.fr ; www.salon-azimut. com ; http://www.ecolescollegeslycees-public- brestlanderneau.ac-rennes.fr/ Réciprocité ville-campagne Une première nationale ! C ’est une première nationale qui s’est déroulée, le 4 novembre à Plonévez-du-Faou. Les représentants de Brest métropole, du Pays du Centre Ouest Bretagne (COB), mais aussi de l’État, du département du Finistère ou encore de la région Bretagne, y ont en effet paraphé un document majeur dans l’histoire de la coopération territoriale : le contrat de réciprocité entre Brest métropole et le COB. Ce premier contrat signé en France inaugure une nouvelle approche de la gouvernance territoriale, où la solidarité et l’échange sont les maîtres mots, au service de la croissance des territoires. Le ministre de l’aménagement du territoire, des ruralités et des collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet, s’est rendu sur place pour parapher le docu- ment, saluant les acteurs finistériens qui se sont ainsi placés « au cœur de l’innovation de l’organisation territoriale ». Au côté du ministre originaire du Sud-Ouest, François Cuillandre a quant à lui filé la métaphore rugbystique : « Avec le COB, nous sommes la première équipe en France à transformer l’essai de ces contrats de réciprocité. Ce contrat vient reconnaître un modèle qui est le nôtre et n’oppose pas les territoires,mais s’appuie sur les richesses de tous, pour créer les dynamiques et les synergies ». Signature officielle du contrat de réciprocité Brest-métropole Centre ouest- Bretagne, le 4 novembre à Plonévez-du Faou. JULIENOGOR 20 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 25. en bref SAC’H-KEIN HA KAMERA He c’hamera en dorn, he sac’h ouzh he c’hein e yelo kuit Morgane a-benn Miz Genver, d’ober tro komzerien yezhoù minorel Europa. Diouzh menezioù Euskadi da goadeier skornet ar Samied e ray ar Blougastellenn yaouank tro Europa e-pad c’hwec’h miz evit filmañ poltredoù tud yaouank mennet da zifenn ha kas o yezh war-raok... Leun a startijenn eo ar plac’h 21 bloaz. « Echu ma lisañs kazetennerezh video ganin em boa c’hoant kemer ur frapad diskrog em studioù evit beajiñ met war ar memes tachenn e choman... » a zispleg Morgane Lincy-Fercot gant ur vousc’hoarzh vras, en he mouezh lusket ha youlek. O vezañ ma oa bet e Lise Diwan ha graet he studioù kazetennerezh e reter Bro-C’hall, netra natureloc’h eviti eget divizout mont da gaout komzerien ar yezhoù minorel asambles gant he c’hamera. « E-pad an hañv warlene e oa deut ar menoz din pa oan aet da welet ur mignon e Galisia » emezi. He menoz eo sevel filmoù bihan etre 3 ha 5 mn diwar-benn tud yaouank engouestlet evit kas o yezh war-raok. « Tud a vez o lakaat o yezh da vevañ... » Frammet e vo ar video war ar plas ha lakaet en linenn war ar rouedad. Kregiñ ganti a ray en Euskadi e miz Genver ha derc’hel ganti war zu Galisia, Katalonia, Korsika, Sardinia, ar Frioul en Alpoù ha bec’h de’i war-zu Europa an Hanternoz o veajiñ gant an tren pe ar c’harr-boutin. Ar Bobl Kachoubi e Polonia, ar Samied e Skandinavia, ar Frizoned en Izelvroioù ha Bro-Skos, Kembre ha Kernev-Veur evit echuiñ. « Klask a rin implijout ar c’harr-nij an nebeutañ ar gwellañ evit kaout amzer da zizoloiñ ar broioù » emezi. Emañ e soñj chom ur miz bennak e pep bro ha lakaat 2 pe 3 video en linenn pep tro. « Pa vin distro e c’hellin frammañ filmoù hiroc’h, tro 20 mn, dre demoù evel an deskadurezh da skouer. Aes eo gant ar video » Ar pal kentañ eo kejañ ouzh tud. Klask a ra bezañ e darempred gant un den bennak e pep bro da nebeutañ a-raok loc’hañ kuit ha da c’houde.... « Gwelet e vo war al lec’h. Kousket a rin e ti an dud hag anaoudegezh a rin gant tud nevez... ». Spered ar foeterez-bro a zo gant ar plac’h yaouank. Kemeret he doa perzh en abadenn tele Foeterien e Roumania warlene, beajet he deus er Stadoù Unanet ha graet ur staj e Montreal. Kontañ a ra Morgane war ur budjed war-dro 10 000 Euro evit he zroiad. Un 3000 euro bennak he deus lakaet a-gostez dija o labourat. Rastellet he deus 2800 euro digant mignoned ha tud a youl-vat dre al lec’hienn Crowd Founding breizhat Kengo ha klokaet he budjed gant skoazell er Rannvro ha ti-kêr Plougastell. Kement hag en em lakaat da vat er jeu eo aet Morgane d’ober woofing en un atant eus Bro-Iwerzhon o c’hortoz kregiñ gant he raktres. E Galleg : Caméra au poing et sac sur le dos, Morgane s’apprête à faire le tour d’Europe des langues minoritaires. Pendant six mois, des montagnes basques aux forêts enneigées de Laponie, elle va aller à la découverte de jeunes qui font vivre leur langue. La jeune Plougastellenn mettra chaque fois en ligne des portraits vidéo de ses diverses rencontres. Renouvellement urbain Le protocole signé Le 17 novembre, Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, et François Cuillandre, président de Brest métropole, ont signé le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Ce protocole vise, en concertation avec la population, à combiner les politiques économiques, sociales et urbaines dans le but de renforcer la cohésion sociale et l’attractivité de la métropole. Laquelle fera l’objet d’un protocole multisite, puisque Bellevue, pour un projet d’intérêt national, et Quéliverzan – Pontaniou – Recouvrance, projet d’intérêt régional, sont concernés. Le NPNRU courra jusqu’en avril 2018. Durant ces 18 mois, « il s’agira donc d’apporter des réponses adaptées aux besoins des habitants et des acteurs de ces quartiers », explique François Cuillandre. Habitants qui seront au cœur de la démarche, et prendront part à des tables rondes au cours du premier semestre 2017.Au total, 2,3 millions d’euros seront engagés, dont 1,1 million financé par le NPNRU. Des opérations similaires avaient été menées avec succès dans les quartiers de Pontanézen ou Saint- Martin. Centre-ville Le manager a pris ses fonctions Le recrutement* d’un manager de centre-ville avait été annoncé lors des premières Assises du commerce, afin d’assurer l’interface entre la collectivité et les commerçants, et de devenir l’interlocuteur privilégié de ces derniers. Brendan Le Faucheur est donc entré en poste à la fin du mois d’octobre. Fort d’une expérience de huit ans à la chambre des métiers et de l’artisanat de Grenoble, il s’occupera principalement du secteur du centre-ville, de la place de Strasbourg à Recouvrance, en passant par les ports du Château et de commerce. Ses missions : dresser un état des lieux de l’activité du centre-ville, prendre en main les relations avec les entreprises ou encore réfléchir à des actions redynamisant le centre, en collaboration avec les commerçants. * Financièrement soutenu par Brest métropole, la CCI métropolitaine de Brest, la chambre des métiers et de l’artisanat 29 et les associations de commerçants Vitrines de Brest et Cœur de Jaurès. Sapin malin Une seconde vie pour les sapins de Noël Comme chaque année, Brest métropole propose aux habitants de participer, après les fêtes de fin d’année, à un geste de recyclage futé : le broyage des sapins de Noël. Du 4 au 14 janvier, dans tous les quartiers de Brest et toutes les communes de Brest métropole, les services de Brest métropole mettent ainsi à disposition de tous des aires de stockage des sapins. Sur cette quinzaine, une journée de broyage sera proposée sur chaque lieu, où chacun pourra apporter son sapin. Les familles qui le désirent peuvent également récupérer le produit du broyage, pour l’utiliser en paillage (munissez-vous d’un sac !). Le reste sera mis à disposition sur les aires de compostage du territoire. L’opération prend chaque année plus d’ampleur : en 2013, 1 500 familles avaient déposé leur sapin sur une aire de broyage… elles étaient 4 400 l’an dernier ! Lieux de stockage et rendez-vous pour le broyage : www.brest.fr et www.vertlejardin.fr Dates et lieux des 17 sites de broyage sur www.brest.fr et www.vertlejardin.fr Dates et lieux des 17 sites de broyage sur www.brest.fr et www.vertlejardin.fr Venez recycler Votre sapin et partager un moment de conViVialité le petit geste qui nous grandiT trile saPin MaLin du 4 au 14 janvier DAMIENGORET. DAMIENGORET YVANBRETON Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 21
  • 26. la rencontre 1948 Naissance à Saint-Renan. 1958 Arrivée en pensionnat à Charles de Foucauld, à Brest. 1966 Obtention d’un bac de philosophie, suivie de l’intégration de l’institut d’études politiques de Grenoble. 1976 Ouverture de la librairie Dialogues, avec sa sœur, Marie-Paul. Suivront Rock’n’ bulles, Dialogues musiques, Les Enfants de Dialogues, la maison d’édition Dialogues, leslibraires.fr… 2016 Ouverture d’une papeterie Dialogues, avant celle d’un grand café, prévue début janvier 2017. Libre CHARLES KERMAREC FRANCKBETERMIN 22 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 27. Il y a 40 ans, Charles et Marie- Paul Kermarec ouvraient une petite librairie brestoise, qui allait devenir une véritable institution locale : Dialogues. Après avoir pris du champ ces dernières années, l’homme de Dialogues reprend la barre, pour continuer à réinventer l’avenir des livres au temps du numérique. Une gageure à la hauteur de la passion que Charles Kermarec voue aux belles- lettres et à tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne sauraient mener leur vie sans les livres. Dès le départ, en 1976, Dialogues a « réinventé » la librairie… Avec ma sœur Marie-Paul, on a juste imaginé un lieu avec une ambiance, et des fauteuils, ce qui n’existait alors nulle part ailleurs. Et on y a aussi mis une littérature qui n’avait pas sa place dans les librairies de l’époque : de la BD, de la science- fiction… On voulait ouvrir en grand les portes, faire que les gens n’entrent pas ici comme dans une cathédrale, mais joyeusement : qu’ils s’accaparent le lieu. Ce qu’ils ont fait ! Très vite, il y a eu le bouche-à-oreille sur ces deux jeunes inconscients qui avaient ouvert une librairie dif- férente. On a aussi baissé les prix, c’était plus convivial, plus ouvert… et ça a marché. Aujourd’hui, vous revenez à la barre de Dialogues. Repartir dans l’aventure de la librairie à l’ère du numérique, n’est-ce pas risqué ? On vit une période difficile pour l’éco- nomie, et c’est aussi vrai pour le centre-ville de Brest. La politique de dissuasion de la voiture en centre- ville et le coût exorbitant du station- nement ne facilitent pas la venue des habitants des villes alentour. Et Dialogues n’a pas été conçue comme une librairie de quartier, mais comme une librairie pour une métropole de 400 000 habitants. J’évoque ce sujet régulièrement avec Brest métropole. La menace ne réside-t-elle pas dans la concurrence du numérique ? Quand le numérique est plus pra- tique, il prend le relais du papier. Mais le livre Gutenberg est un sup- port terriblement neuf : nomade, pas cher, solide et facile d’usage. Lire un livre sur un canapé, c’est plus agréable qu’avec un écran, plus facile à annoter aussi ! Et la vente en ligne ? Avec notre plate-forme de vente en ligne, leslibraires.fr, on a agrégé la force de 350 petits libraires, dont nous faisons partie. Chacun, en plus d’être généraliste, est spécialiste de son domaine : si vous cherchez le livre le plus pointu, vous le trou- verez sur les leslibraires.fr ! Dont le chiffre d’affaires a augmenté de 47 % l’année dernière… Après Les Enfants de Dialogues, la maison d’édition, le café actuel, leslibraires.fr, on aurait pu s’attendre à ce que la boucle soit bouclée… Or, vous ouvrez une papeterie, et bientôt un nouveau café ! La papeterie, en 2016, ce n’est pas absurde. Même les jeunes de 20 ans continuent à griffonner dans leurs carnets ! D’autre part, la musique souffre depuis plus long- temps que le livre de la concurrence du numérique. Mais nous ne vou- lions pas tirer un trait sur Dialogues musiques. Donc, on y crée un lieu de 150 m², où l’on pourra boire un café, déjeuner, boire un verre, le tout au sein de la boutique. Comment définissez-vous Dialogues ? Deux piliers fondent cette maison. L’envie de rendre service, depuis le début. Et évidemment la liberté d’expression, fondement de tout libraire qui se respecte. Le parvis de Dialogues portera bientôt le nom de Marie-Paul Kermarec. Un hommage qui vous touche ? C’est mon ami Michel Serres qui en a eu l’idée. Je suis ravi que la mairie ait saisi cette suggestion pour recon- naître qu’une libraire a été impor- tante dans l’histoire récente de la ville, et qu’une citoyenne de base puisse être ainsi honorée en lieu et place d’un maréchal qui a fait la guerre, ou d’un politique. Et Brest dans tout ça ? Cette ville a beaucoup évolué ces dernières années. Pour moi, Fran- çois Cuillandre est, au même titre que le fut Georges Lombard, un maire bâtisseur. Il a beaucoup trans- formé la ville, avec le tramway, la Brest Arena, le port du Château… Tout ça a été très utile à la ville, aujourd’hui devenue métropole. Je fais partie de ceux qui disent bravo à tout ça… Propos recueillis par E. J. « Deux piliers fondent Dialogues : l’envie de rendre service, et la liberté d’expression » Charles Kermarec libraire Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 23
  • 28.
  • 29. JEAN-YVESGUILLAUME Toute une métropole à l’heure de Noël À Brest. Le marché de Noël se tient sur la place de la Liberté jusqu’au 24 décembre. La scénographie a été revue, entre boules géantes, plafond lumineux et sapin de circonstance. Immuables : les décors XXL du père Noëlsontencorelà,commelesannées précédentes, pour assurer à l’événe- ment une atmosphère géante. Une trentaine d’artisans seront présents, et des animations ponctuelles auront lieu les samedis et dimanches. www.brest.fr À Bohars. Une animation photobooth au foyer communal, le 21 décembre, de 14 heures à 17 h 30 : des montages photographiques autour de différents décors, pour des clichés à faire entre amis ou avec la famille. À Gouesnou. Le marché de Noël se déroulerale10 décembre,de13 heures à 19 heures, place des Fusillés, autour d’une vingtaine d’exposants et de leurs produits artisanaux et du terroir. Ani- mationsderueetconcertcompléteront la journée. À Guilers. La place de la Libération accueille le marché de Noël à partir du 16 décembre, jusqu’au Nouvel An, de 10 h 30 à 12 heures, et de 16 heures à 19 heures. À Guipavas. Un premier acte le 16 décembre, à la salle du Douvez, à partir de 18 h 30, avec vin chaud et chocolat servis en musique. Un deu- xième acte le 17 décembre, au centre- ville, de 15 heures à 19 heures, avec spectaclecinématographique,musique et boum géante. Troisième et dernier acte, le 18 décembre, à la maison de quartier de Coataudon, de 14 heures à 19 heures, avec le marché de Noël et autres animations. Au Relecq-Kerhuon. Une cinquan- taine d’exposants se réunissent pour le marché de Noël, le 10 décembre, à l’Astrolabe.Surl’esplanadedelamédia- thèque : un village gourmand, des ate- liers créatifs, une murder party (dès 10 ans), un spectacle pyrotechnique, l’association les Petits Débrouillards et une surprise pour clore la soirée... À Plougastel-Daoulas. Marché de Noël et spectacles de rue, les 10 (de 10 heures à 19 heures) et 11 décembre (de 10 heures à 13 heures), place du Calvaire. Artisanat et produits de bouche, mais aussi manège pour les petitsetpromenadesencalèche.Le10, à 17 heures, à l’Avel Vor : La Course du vent,unspectaclepourtoutelafamille. www.espace-avelvor.fr À Plouzané. Le 11 décembre, place JulesFerry,deuxspectaclesderuesont programmés, tandis que le marché de Noëlassociatifs’installeaufoyerlaïque à partir de 14 h 30. Cette année encore, décors enluminés et senteurs de fin d’année n’oublieront aucune des communes de la métropole. De Brest à Plouzané, en passant par Guipavas ou Gouesnou, Noël se fête au travers d’animations qui feront la part belle à la magie. si on bougeait Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 25
  • 30. P.L.M.de la CAVALE BLANCHELES CAVALEURSwww.lescavaleurs.wix.com/les-cavaleurs LA CAVAL’ CADE17 DECEMBRE 2016 Informations : PLMCB 02 98 45 86 43 ou sur le site www.plmcb.infini.fr Inscriptions : www.sportinnovation.fr ou par courrier au PLM La Cavale Blanche Tarif : 7€* préinscrit ou 8€* sur place *: 1€ par participant reversé à l’association « Fée du Bonheur », ( www.feedubonheur.fr) NOZ TRAIL 14 kmDépart de la course à 18h00 du complexe sportif de la Cavale Blanche Une galette des rois pour 50 personnes sera offerte à l’équipe la plus représentée Trail de nuit La belle foulée caritative Le 17 décembre, l’association Les Cavaleurs organise une nouvelle Caval’ cade, trail de nuit de 14 kilomètres, au départ du complexe sportif de la Cavale Blanche (départ à 18 heures). Une f o i s d e p l u s , la course sera organisée au pro- fit de l’association Fée du bonheur, qui réalise les rêves des enfants malades et/ou hospitalisés. Ambiance sympa, parcours ouvert à tous les coureurs, et une occasion de courir pour une belle cause ! www.plmcb.infini.fr Handball Le début d’année sera show ! V ille hôte du prochain c h a m p i o n n a t d u monde de handball masculin (du 11 au 29 janvier), au même titre que Lille, Mont- pellier ou Paris, Brest accueillera la Coupe du président, du 21 au 23 jan- vier, à Brest Arena. S’il y a fort à parier que les favoris du mondial (l’Allemagne, l’Espagne, le Dane- mark ou, évidemment, la France) ne prendront pas part à la Coupe du président (mais le sport a ses PIERRICKSEGALEN Cross de Brest Prêt, partez ! Véritable institution pour les adeptes de courses rapides et boueuses, le Cross de Brest se tiendra cette année le 11 décembre (le 9 pour les scolaires). Et, avec onze courses programmées, difficile de ne pas trouver format à son niveau. Deux randonnées (de 7 et 12 kilomètres) sont par exemple proposées, ainsi qu’une course nature de 12 kilomètres (départ à 10 heures). Les cross débuteront pour leur part à 11 h 30 avec, en premier lieu, la course grand public, pour 5 470 mètres. Les plus performants prendront le départ de la course des As, à 15 h 15 pour les femmes (4 650 mètres), et à 15 h 45 pour les hommes (8 500 mètres). Le tout au départ du fort du Questel, pour un beau moment de course à pied qui prendra d’ailleurs des airs d’avant-goût des championnats du Finistère de cross, qui se dérouleront à Guilers le 8 janvier. www.crossdebrest.com si on bougeait surprises…), celle-ci étant réser- vée aux équipes qui termineront 5e et 6e lors des phases de poules préliminaires, le spectacle sera, de toute façon, au rendez-vous. Organisé pour la troisième fois en France, le mondial regroupera en effet tout ce que le handball fait de mieux : les équipes qualifiées lors des championnats d’Asie (Arabie Saoudite, Bahreïn, Japon et Qatar, finaliste du mondial 2015), d’Afrique (Égypte, Tunisie, Angola) ou panaméricain (Brésil, Chili, Argen- tine), et les équipes européennes (Croatie, Suède, Pologne…). Bref, au moment d’accueillir la Coupe du président, et au vu du succès que rencontre le handball sur la métro- pole, la ferveur populaire et le grand spectacle seront au rendez-vous… Soyez-y aussi ! www.francehandball2017.com, billets en vente (à partir de 9 euros) sur https://tickets.francehandball2017.com Brest Arena s’apprête à accueillir le mondial de handball masculin. 25e CHAMPIONNAT DU MONDE MASCULIN IHF RÉSERVEZ VOS PLACES SUR YVANBRETON 26 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017
  • 31. si on bougeait NoBorder Musiques sans frontières Pour la sixième année, les musiques populaires du monde investissent le Quartz et le Vauban. Du 8 au 11 décembre, de nombreux concerts fêtent le mélange des cultures. Des musiciens bretons (Patrick Molard, Erwan Keravec...) vont cohabiter avec des artistes venus d’Algérie (Camel Zekri), du Brésil (Tiganá Santana) ou encore de Mongolie (Khusugtun). Parmi les temps forts, la création du spectacle Reflets d’Oyaté, avec le pianiste anglais Tony Hymas, le chanteur basque Beñat Achiary, la contrebassiste Hélène Labarrière et le clarinettiste Christophe Rocher. Et, cerise sur le gâteau, un bal populaire qui se déroulera le 10 décembre sur la place des Machines, aux Capucins ! Programme complet sur www.noborder.com Radio Ouvrez les oreilles avec Longueur d’ondes L a fête des micros et des ondes est de retour. Du 31 janvier au 5 février, la 14e édition du festi- val Longueur d’ondes va proposer de nombreux rendez-vous au Quartz, au Mac Orlan, au Vauban, au centre d’art Passerelle, au musée des Beaux-Arts ainsi qu’à la faculté Victor Segalen. Séances d’écoute, rencontres, émis- sions de radio en direct, créations radiophoniques et festival scolaire sont au menu de ce copieux pro- gramme dont le thème porte sur Pères, mères et filiation. Quelques grands noms de la radio seront à Brest, notamment Pascale Clark, Thomas Legrand (France Inter), Adèle Van Reeth (France Culture) ou encore François Morel. Journa- listes au Monde, Fabrice Lhomme et Gérard Davet sont également atten- dus pour une rencontre autour du journalisme d’investigation. Et parmi les temps forts, les Rencontres du documentaire radiophonique vont connaître une seconde édition... Plus d’infos sur www.longueur-ondes.fr François Morel sera l’un des invités de marque de cette édition. DR Au Mac Orlan, un Désordre en mouvement Pour sa 5e édition, qui se déroule les 27 et 28 janvier au Mac Orlan, le festival Désordre met le piano à l’honneur. Différentes proposi- tions artistiques mêlant danse et musique sont proposées : après une ouverture effectuée par les élèves du Conservatoire en compagnie de François Rossé, suivront notamment un concert d’Éric Thomas, de l’improvisation danse-musique avec Shiro Damon et François Rossé ou encore une chorégraphie d’Aurélien Richard autour du Paradis de Dante. Plus d’infos sur www.brest.fr La Carène Les talents d’ici en première ligne Avec son rendez-vous Les Caré- neurs, la salle de la Carène a toujours voulu jouer la carte des talents d’ici, en leur offrant, l’espace d’une soirée, l’occasion de briller sur scène dans des conditions optimales. Et cette nouvelle édition (le 15 décembre, à 21 heures) ne dérogera pas à la règle, en permettant à trois forma- tions de se produire sur la scène du Club. MC Viper pour du punk sans concession ; de la pop avec le duo Linnets, et du garage blues avec Butcher and Szyslak : autant de genres et de talents à écouter sans aucune modération. Le 15 décembre, à la Carène. Plus d’infos sur www.lacarene.fr GUILERS UNE BONNE DOSE D’HUMOUR Guilers démarre sa saison culturelle en beauté et tout en bonne humeur, le 28 janvier. Ce soir- là, à 20 h 30, l’Agora accueillera les Insolents, véritable concentré d’humour prêt à déranger intelligemment et à provoquer un rire salvateur. Cinq comédiens passent du trash à l’absurde, et du délicat décalage à l’humour noir, entre incorrection, insolence et impertinence. Plus d’infos sur www.guilers.org RADIOFRANCE/CHRISTOPHEABRAMOWITZ Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 27
  • 32.
  • 33. Jeunes en scène Un tremplin pour les talents ! Les inscriptions pour le tremplin Jeunes en scène, à destination des talents bretons de la musique (âgés de 13 à 20 ans), sont ouvertes jusqu’au 31 décembre. Organisé par l’association Pass’Musique, le tremplin leur offre, entre autres, un accompagnement professionnel ou des cours de technique vocale. Les auditions se dérouleront à l’espace Léo Ferré, à Brest, et les finales sont programmées au printemps. Nouveauté de cette édition : un prix pour les 13-16 ans, et une finale dédiée à l’espace Léo Ferré. La finale des plus « grands », elle, se déroulera au Vauban. http://pass-musique.fr/ GUIPAVAS À L’HEURE DE LA MAGIE Du 25 au 29 janvier, le sixième festival de la magie invite à l’évasion avec diffé- rents rendez-vous à l’Awena et à l’Alizé : diffusion de courts-métrages, master class avec Bernard Bilis, tremplin magique avec huit magiciens amateurs, ainsi que des spectacles donnés par des profession- nels : Florian Sainvet, Ronan Calvary, Cyril Delaire, ou encore Philippe Bonnemann, le directeur artistique du festival. Plus d’infos sur http://alize.mairie-guipavas.fr Photo Pluie d’images, la photo dans tous ses états Du 14 janvier au 24 février, la 13e édition du festival Pluie d’images pro- pose une trentaine d’expositions présentées dans différentes structures culturelles et socio-culturelles de Brest et de Brest métropole. Consacrée au thème de la frontière, cette édition va de nouveau mêler photographes professionnels (dont Valerio Vincenzo, Julien Lombardi, Philippe Chancel, Nicolas Fussler, Olivier Jobard) et amateurs. Le festival, organisé par la MPT de l’Harteloire, propose également des rencontres, ateliers, actions éducatives et le toujours très suivi concours de photos. Plus d’infos sur www.festivalpluiedimages.com Astropolis l’hiver revient du 16 au 21 janvier. MATHIEULEGALL Astropolis L’hiver tant attendu ! D e la Carène au Vau- ban, du Quartz au centre d’art Pas- serelle ; entre une croisière en rade de Brest et un Vinyl Market, le festival Astropolis revient pour un hiver survitaminé, du 16 au 21 janvier, et décline l’élec- tro avec une énergie sans pareille. Les grands noms de la scène inter- nationale seront au rendez-vous : si on bougeait Omar Souleyman, au Quartz, le 21 janvier ; Manu le Malin, fidèle de l’étape, pour une rencontre et un film retraçant son parcours (le 20, aux Studios)… Les soirées Bun- ker palace reprennent également du service, tandis que les actions culturelles, nombreuses, prennent place dans les quartiers ou les éta- blissements scolaires (conférences, master class…). Pour les minots : la traditionnelle et ô combien attendue Astroboum (le 21, à Passerelle, à partir de 15 heures). www.astropolis.org Le magicien Ronan Calvary. OLIVERJOBART DR Sillage décembre 2016 - janvier 2017 I 29
  • 34. DR si on bougeait ALEXANDREMASSOT EMBARQUEZ DANS LA PLUS PETITE FÊTE FORAINE DU MONDE ! « Les plus beaux moments de théâtre que l’on ait vécus l’ont été avec des amateurs. Avec eux, il y a toujours l a l i b e r t é d’inventer, et de vivre une a v e n t u r e artistique et humaine.  » Fort de ce constat, Charlie Win- delschmidt, metteur en scène du collectif de théâtre forain contem- porain Dérézo, a imaginé la Plus Petite Fête foraine du monde, qui se jouera en mai sur les communes de Brest métropole, hors Brest, qui soutient et accueille la compagnie à l’année. Un futur spectacle pour lequel tout un chacun est invité à postuler. « On fera avec les gens, en fonction de ce qu’ils sont. Certains pourront écrire des textes, d’autres les jouer, d’autres ne seront là qu’en auditeurs libres… » Les répétitions démarreront en février. Mais pourquoi donc la plus petite fête foraine du monde ? Tout sim- plement parce que chaque stand miniature sera tiré, en Solex, par les acteurs. Quant au déroulé du spectacle, impossible d’en dire plus : tout se décidera quand la troupe sera formée. « L’idée est de savoir comment les habitants s’em- parent de l’aventure artistique ! Il s’agit de faire des choses ensemble, d’apprendre les uns des autres… C’est du théâtre d’éducation popu- laire ! » www.derezo.com Théâtre Et tout Brest fait Oups ! L e festival Oups !, rendez- vous du théâtre dans les quartiers brestois, sou- tenu notamment par la ville de Brest et la Caf, fêtera sa 12e édition du 31 janvier au 12 février. Au pro- gramme : des spectacles familiaux essentiellement, beaucoup de rires et de bonne humeur, et des petits prix, pour que chacun puisse fran- chir les portes du théâtre. Quelques grands temps forts : le 31 janvier, au centre social de Kerourien, l’ou- verture du festival, entre pétanque, apér’Oups ! ou le spectacle Ubu, en partenariat avec le Quartz ; une jour- née en bus, pour un voyage de spec- tacle en spectacle, le 4 février ; ou, le 11 février, la carte blanche offerte à l’artiste Arnaud Le Gouëfflec (photo ci-contre) qui, à partir de 16 heures, investira le Mac Orlan pour une jolie parenthèse faite d’animation vidéo, de musique ou de film. www.oups-brest.com Arnaud Le Gouëfflec sera l’un des invités d’honneur de Oups ! CHRISTOPHEMÉVEL Mac Orlan L’ensemble Matheus joue la surprise Le 15 janvier (à 16 heures), la belle salle du Mac Orlan accueille un ensemble Matheus dont la réputation n’est plus à faire, et qui se produira pour un concert « surprise ». Mais une chose est certaine : emmenée par son fantasque chef Jean-Christophe Spinosi, la formation brestoise, fidèle à la philosophie qui l’anime, devrait présenter un programme inattendu, entre exigence, réinvention et volonté de toucher le plus vaste public. www.mac-orlan.brest.fr Inattendu et réinvention sont au menu le 15 janvier au Mac Orlan, avec Matheus. Eve Morcrette Elle et les autres De noir et de blanc vêtues, les photographies d’Eve Morcrette viennent habiller la nouvelle année, le long des murs du Centre atlantique de la photographie. L’artiste dévoile ici son univers où la photo n’est jamais loin de la peinture, centrée autour de corps nus où le sujet demeure avant tout celui de la matière, de la lumière, des courbes. À la recherche de la vérité pure, Eve Morcrette n’apporte aucune retouche à ses photos, réalisées en argentique, dans une réelle quête d’authenticité. Un univers en clair-obscur, à découvrir au Cap à partir du 13 janvier. www.centre-atlantique-photographie.fr Du 13 janvier au 4 mars, Centre atlantique de la photographie 30 I Sillage décembre 2016 - janvier 2017