SlideShare une entreprise Scribd logo

E.N.pdf

Numérique

1  sur  37
Télécharger pour lire hors ligne
Présenté par: M. EL HILALI
CHAP 1: Introduction au monde numérique
1. Numérique ou analogique ?
Représentation analogique
La plupart des capteurs transforment une grandeur physique (température,
pression...) en grandeur électrique.
Exemple: le microphone transforme la pression acoustique en grandeur
électrique proportionnelle.
Représentation numérique
La grandeur mise sous forme numérique n'est plus proportionnelle à la
grandeur d'entrée. Elle s'exprime par symboles ou codes (chiffres) par
exemple: le tachymètre d'une automobile, s'il est numérique, indique une
valeur par pas de 1 km/h : la progression est discontinue; s'il est
analogique (à aiguille), la progression est continue. La représentation
numérique est donc DISCONTINUE.
Electronique analogique
- Variation continue des grandeurs électriques
➔Information  valeurs instantanées I(t) et V(t)
Electronique numérique
- Variation binaire des grandeurs électriques
➔Codage de l’Information  Niveau d’abstraction supplémentaire
2. Les avantages des circuits numériques
Immunité au bruit : les circuits sont généralement peu sensibles à des petites
variations de tension.
Conception simple : le traitement de données binaires permet de réaliser des
circuits plus simples et faciles à simuler.
Exemple : une multiplication de deux tensions est plus facile à effectuer en
numérique qu’en analogique.
Stockage de l’information : il est plus facile de mémoriser des 0/1 qu’une tension
analogique.
Intégration à grande échelle : la plupart des fonctions se font à partir de quelques
opérations élémentaires faciles à répéter.
Portabilité : possibilités de traiter des données binaires sur des machines
différentes.
CHAP 1: Introduction au monde numérique
Mais
• La plupart des circuits numériques ne peuvent pas dépasser des
fréquences de ~ GHz.
• Notre monde est analogique : tout capteur commence d’abord par
mesurer une tension analogique, qui doit être convertie en binaire.
CHAP 1: Introduction au monde numérique
3. Les systèmes de numération
La base d’un système de numération est le nombre de chiffres différents
qu’utilise ce système de numération. En électronique numérique, les
systèmes les plus couramment utilisés sont : le système binaire, le système
octal, le système décimal et le système hexadécimal.
a- Système décimal
C’est le système à base 10 que nous utilisons habituellement. Il contient dix
chiffres : 0,1,2,3,4,5,6,7,8,9.
Le chiffre 2356 dans ce système, s’écrit (2356)10
Donc ce chiffre s’écrit comme un polynôme :
N = 2 x 103 + 3 x 102 + 5 x 101 + 6 x 100 = 2356
Un nombre décimal N entier composé de n+1 chiffres pourra s’écrire sous la
forme :
N = α0 x 100 + α1 x 101 + … + αn x 10n
N = ෌𝑖=0
𝑛
αi x 10𝑖
CHAP 1: Introduction au monde numérique
CHAP 1: Introduction au monde numérique
Unité Dizaine Centaine Milliers 10*Milliers 100*Milliers
Chiffre a0 a1 a2 a3 a4 a5
Rang 0 1 2 3 4 5
Poids 100 101 102 103 104 105
Les puissances de 10 sont appelés les poids ou les valeurs de position.
Le poids est égal à la base élevée à la puissance de son rang.
n 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
2n 1 2 4 8 16 32 64 128 256 512 1024 2048 4096 8192 16384 32768
b- système binaire
Le système binaire est le système de base 2, c’est à dire qui utilise deux
chifrres différents : le 0 et le 1. Chacun d’eux est appelé bit (contraction de
binary digit) ou élément binaire.
Dans ce système, le poids est une puissance de 2.
Exemple : N = (10110)2
N = 1 * 24 + 0 * 23 + 1 * 22 + 1 * 21 + 0 * 20
N = (22)10
* Puissance de 2 :

Recommandé

Chapitre-2_SYSTEMES DE NUMERATION ET CODAGE.pdf
Chapitre-2_SYSTEMES DE NUMERATION ET CODAGE.pdfChapitre-2_SYSTEMES DE NUMERATION ET CODAGE.pdf
Chapitre-2_SYSTEMES DE NUMERATION ET CODAGE.pdfRazaneLAMARA
 
Chapitre2 (les systèmes de numération)
Chapitre2 (les systèmes de numération)Chapitre2 (les systèmes de numération)
Chapitre2 (les systèmes de numération)killua zoldyck
 
architecture des calculateurs (2).pdf
architecture des calculateurs (2).pdfarchitecture des calculateurs (2).pdf
architecture des calculateurs (2).pdfinformatiquehageryah
 
Chap7 simulation numérique
Chap7 simulation numériqueChap7 simulation numérique
Chap7 simulation numériqueMariem ZAOUALI
 
Les symboles des portes logiques
Les symboles des portes logiquesLes symboles des portes logiques
Les symboles des portes logiquesmorin moli
 

Contenu connexe

Similaire à E.N.pdf

Numeration et codage_de_linfo
Numeration et codage_de_linfoNumeration et codage_de_linfo
Numeration et codage_de_linfoyarsenv47
 
Réussir l'addition dans un système de numération
Réussir l'addition dans un système de numération Réussir l'addition dans un système de numération
Réussir l'addition dans un système de numération ATPENSC-Group
 
Cours Electronique Numérique Partie 1
Cours Electronique Numérique Partie 1 Cours Electronique Numérique Partie 1
Cours Electronique Numérique Partie 1 Amine Drira
 
Examen principal + Correction ASD
Examen principal + Correction ASDExamen principal + Correction ASD
Examen principal + Correction ASDInes Ouaz
 
representation_numerique_de_l_information_annote.ppt
representation_numerique_de_l_information_annote.pptrepresentation_numerique_de_l_information_annote.ppt
representation_numerique_de_l_information_annote.pptphysikcollege
 
Nombres réels et négatifs en binaire
Nombres réels et négatifs en binaireNombres réels et négatifs en binaire
Nombres réels et négatifs en binairevalentin Victoire
 
Info smpc2 part1
Info smpc2 part1Info smpc2 part1
Info smpc2 part1mostafadess
 
condition et boucle (2).pptx
condition et boucle  (2).pptxcondition et boucle  (2).pptx
condition et boucle (2).pptxMohammedErritali2
 
Exemples for1
Exemples for1Exemples for1
Exemples for1salmazen
 
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...Soumia Elyakote HERMA
 
Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Guesmi Amal
 
Ch1 systemenumeration
Ch1 systemenumerationCh1 systemenumeration
Ch1 systemenumerationmickel iron
 

Similaire à E.N.pdf (20)

Cours d'algorithmique
Cours d'algorithmiqueCours d'algorithmique
Cours d'algorithmique
 
Numeration et codage_de_linfo
Numeration et codage_de_linfoNumeration et codage_de_linfo
Numeration et codage_de_linfo
 
Réussir l'addition dans un système de numération
Réussir l'addition dans un système de numération Réussir l'addition dans un système de numération
Réussir l'addition dans un système de numération
 
Réseaux partie 2.ppt
Réseaux partie 2.pptRéseaux partie 2.ppt
Réseaux partie 2.ppt
 
Cours Electronique Numérique Partie 1
Cours Electronique Numérique Partie 1 Cours Electronique Numérique Partie 1
Cours Electronique Numérique Partie 1
 
CODAGE.pptx
CODAGE.pptxCODAGE.pptx
CODAGE.pptx
 
Chapitre 2
Chapitre 2Chapitre 2
Chapitre 2
 
Examen principal + Correction ASD
Examen principal + Correction ASDExamen principal + Correction ASD
Examen principal + Correction ASD
 
representation_numerique_de_l_information_annote.ppt
representation_numerique_de_l_information_annote.pptrepresentation_numerique_de_l_information_annote.ppt
representation_numerique_de_l_information_annote.ppt
 
Ch2 representation
Ch2 representationCh2 representation
Ch2 representation
 
Slide-Complexite by loic.pdf
Slide-Complexite by loic.pdfSlide-Complexite by loic.pdf
Slide-Complexite by loic.pdf
 
Video
VideoVideo
Video
 
Nombres réels et négatifs en binaire
Nombres réels et négatifs en binaireNombres réels et négatifs en binaire
Nombres réels et négatifs en binaire
 
Info smpc2 part1
Info smpc2 part1Info smpc2 part1
Info smpc2 part1
 
Td logique
Td logiqueTd logique
Td logique
 
condition et boucle (2).pptx
condition et boucle  (2).pptxcondition et boucle  (2).pptx
condition et boucle (2).pptx
 
Exemples for1
Exemples for1Exemples for1
Exemples for1
 
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...
Expérimentation et interprétation des algorithmes de tri élémentaires tp algo...
 
Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)Cours programmation en matlab2 (1)
Cours programmation en matlab2 (1)
 
Ch1 systemenumeration
Ch1 systemenumerationCh1 systemenumeration
Ch1 systemenumeration
 

E.N.pdf

  • 1. Présenté par: M. EL HILALI
  • 2. CHAP 1: Introduction au monde numérique 1. Numérique ou analogique ? Représentation analogique La plupart des capteurs transforment une grandeur physique (température, pression...) en grandeur électrique. Exemple: le microphone transforme la pression acoustique en grandeur électrique proportionnelle. Représentation numérique La grandeur mise sous forme numérique n'est plus proportionnelle à la grandeur d'entrée. Elle s'exprime par symboles ou codes (chiffres) par exemple: le tachymètre d'une automobile, s'il est numérique, indique une valeur par pas de 1 km/h : la progression est discontinue; s'il est analogique (à aiguille), la progression est continue. La représentation numérique est donc DISCONTINUE. Electronique analogique - Variation continue des grandeurs électriques ➔Information  valeurs instantanées I(t) et V(t) Electronique numérique - Variation binaire des grandeurs électriques ➔Codage de l’Information  Niveau d’abstraction supplémentaire
  • 3. 2. Les avantages des circuits numériques Immunité au bruit : les circuits sont généralement peu sensibles à des petites variations de tension. Conception simple : le traitement de données binaires permet de réaliser des circuits plus simples et faciles à simuler. Exemple : une multiplication de deux tensions est plus facile à effectuer en numérique qu’en analogique. Stockage de l’information : il est plus facile de mémoriser des 0/1 qu’une tension analogique. Intégration à grande échelle : la plupart des fonctions se font à partir de quelques opérations élémentaires faciles à répéter. Portabilité : possibilités de traiter des données binaires sur des machines différentes. CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 4. Mais • La plupart des circuits numériques ne peuvent pas dépasser des fréquences de ~ GHz. • Notre monde est analogique : tout capteur commence d’abord par mesurer une tension analogique, qui doit être convertie en binaire. CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 5. 3. Les systèmes de numération La base d’un système de numération est le nombre de chiffres différents qu’utilise ce système de numération. En électronique numérique, les systèmes les plus couramment utilisés sont : le système binaire, le système octal, le système décimal et le système hexadécimal. a- Système décimal C’est le système à base 10 que nous utilisons habituellement. Il contient dix chiffres : 0,1,2,3,4,5,6,7,8,9. Le chiffre 2356 dans ce système, s’écrit (2356)10 Donc ce chiffre s’écrit comme un polynôme : N = 2 x 103 + 3 x 102 + 5 x 101 + 6 x 100 = 2356 Un nombre décimal N entier composé de n+1 chiffres pourra s’écrire sous la forme : N = α0 x 100 + α1 x 101 + … + αn x 10n N = ෌𝑖=0 𝑛 αi x 10𝑖 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 6. CHAP 1: Introduction au monde numérique Unité Dizaine Centaine Milliers 10*Milliers 100*Milliers Chiffre a0 a1 a2 a3 a4 a5 Rang 0 1 2 3 4 5 Poids 100 101 102 103 104 105 Les puissances de 10 sont appelés les poids ou les valeurs de position. Le poids est égal à la base élevée à la puissance de son rang. n 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 2n 1 2 4 8 16 32 64 128 256 512 1024 2048 4096 8192 16384 32768 b- système binaire Le système binaire est le système de base 2, c’est à dire qui utilise deux chifrres différents : le 0 et le 1. Chacun d’eux est appelé bit (contraction de binary digit) ou élément binaire. Dans ce système, le poids est une puissance de 2. Exemple : N = (10110)2 N = 1 * 24 + 0 * 23 + 1 * 22 + 1 * 21 + 0 * 20 N = (22)10 * Puissance de 2 :
  • 7. CHAP 1: Introduction au monde numérique * Cadrage d’un nombre : C’est le nombre d’éléments binaires pris pour représenter un intervalle de valeurs. Exemple : % 00011011 nombre représenté sur un octet (8 bits) % 0000000000011011 nombre représenté sur 16 bits. * Valeurs maximum et minimum représentées sur n bits : En utilisant n bits, on peut former 2n nombres différents et le plus grand d’entre eux est égal à (2n-1). Exemple : si n = 8 alors : on peut former 256 nombres différents et Nmax = (28 -1) = 255.
  • 8. c- système octal Le système de numération octal est de base 8, ainsi il utilise 8 chiffres différents : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7. Dans ce système, le poids est une puissance de 8. Exemple : N = (6543)8 N = 6 * 83 + 5 * 82 + 4 * 81 + 3 * 80 N = (3427)10 La succession des nombres par ordre croissant est le suivant : - 1 chiffre : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7. - 2 chiffres : 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 20, 21......, 27, 30, 31....etc. * puissance de 8 : CHAP 1: Introduction au monde numérique n 0 1 2 3 4 5 8n 1 8 64 512 4096 32768
  • 9. d- système hexadécimal Le système hexadécimal est de base 16 et utilise 16 symboles différents : les dix premiers chiffres décimaux : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et les 6 premières lettres de l’alphabet : A, B, C, D, E, F. La succession des nombres hexadécimaux par ordre croissant est la suivante : - 1 chiffre : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E, F, 0, 1, 2, 3.....etc. - 2 chiffres : 00, 01, 02 ....., 09, 0A, 0B,....., 0F, 10, 11, 12,....., 19, 1A, 1B.....etc. Dans ce système, le poids est une puissance de 16. Exemple : N = (AC53)16 N = A * 163 + C * 162 + 5 * 161 + 3 * 160 N = 10 * 163 + 12 * 162 + 5 * 161 + 3 * 160 N = (44115)10 * puissance de 16 : CHAP 1: Introduction au monde numérique n 0 1 2 3 4 5 16n 1 16 256 4096 65536 1048576
  • 10. * valeurs maximum et minimum d’un nombre hexadécimal : CHAP 1: Introduction au monde numérique nombre de chiffres valeur minimum valeur maximum base 16 base 10 1 0 $F 15 2 00 $FF 255 3 000 $FFF 4095 4 0000 $FFFF 65535 5 00000 $FFFFF 1048575 6 000000 $FFFFFF 16777215 7 0000000 $FFFFFFF 268435455 8 00000000 $FFFFFFFF 4294967295
  • 11. 4. Changement de base a) Conversion d’un nombre décimal en un nombre d’un système d’une autre base Problème : un nombre N étant donné en base 10, cherchons à l’écrire dans un système de base b. Méthode : Nous divisons le nombre décimal à convertir par la base b et nous conservons le reste. Le quotient obtenu est divisé par b et nous conservons le reste. S’il y a un reste, le résultat est égal à 1 sinon il est égal à 0. Il faut répéter l’opération sur chaque quotient obtenu. Les restes successifs sont écrits, en commençant par le dernier, de la gauche vers la droite pour former l’expression de N dans le système de base b. Exemple :conversion de N = (86)10 en un nombre du système binaire (b=2). CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 12. b) autres conversions * conversion d’un nombre octal en un nombre binaire : Chaque symbole du nombre écrit dans le système octal est remplacé par son équivalent écrit dans le système binaire à trois bit. Exemple : N = (257)8 = % 010 101 111 2 5 7 * conversion d’un nombre binaire en un nombre octal : C’est l’opération inverse de la précédente. Il faut regrouper les 1 et 0 du nombre trois par trois en commençant par la droite, puis chaque groupe est remplacé par le chiffre octal correspondant. Exemple : N = % 11001101111 = 11 001 101 111 3 1 5 7 N = @ 3157 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 13. * conversion d’un nombre hexadécimal en un nombre binaire : Chaque symbole du nombre hexadécimal est remplacé par son équivalent écrit dans le système binaire. Exemple : N = $ B F 8 N = % 1011 1111 1000 B F 8 * conversion d’un nombre binaire en un nombre hexadécimal : C’est l’inverse de la précédente. Il faut donc regrouper les 1 et 0 du nombre par quartet en commençant par la droite, puis chaque groupe est remplacé par le symbole hexadécimal correspondant. Exemple : N = % 100001101111 N = % 1000 0110 1111 8 6 F N = $ 86F CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 14. 5. OPERATIONS SUR LE SYSTEME BINAIRE 1) Nombres signés La plupart des dispositifs numériques traitent positifs et les nombres négatifs, ce qui impose de prendre en compte deux symboles supplémentaire : + et -. Ces dispositifs n’acceptant que des 0 et des 1, il faut ajouter un autre bit pour symboliser le signe. Lorsqu’il est égal à 0 ➔le nombre est positif ; S’il est égal à 1 ➔ le nombre est négatif. Ce bit est appelé bit de signe et le nombre ainsi formé est dit signé. Notation en grandeur exacte Ex : + (47)10 = % 0 101111 et - (47)10 = % 1 101111 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 15. Complément à 1 d’un nombre binaire Complémenter à 1 un chiffre binaire revient à remplacer un 0 par un 1 et un 1 par un 0. Ex : - 47 s’écrit % 1 101111 en notation exacte et son complément à 1 est % 1 010000, le bit de signe restant inchangé. Complément à 2 d’un nombre binaire Pour obtenir le complément à 2 d’un nombre binaire, il faut prendre le complément à 1 de ce nombre et lui ajouter 1. Dans le cas d’une addition, un nombre binaire négatif est écrit sous la forme du complément à 2 car cela facilite la réalisation de l’opération. Ex : -47 s’écrit % 1 101111 en notation exacte, son complément à 1 est % 1 010000, son complément à 2 est % 1 010001. CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 16. b) Addition L’addition de nombre signé est utilisée dans la plupart des circuits numériques. Trois cas peuvent se présenter : • L’addition de deux nombres positifs, • L’addition de deux nombres de signes contraires, • L’addition de deux nombres négatifs. La méthode consiste à écrire les nombres positifs en notation exacte et à remplacer les nombre négatifs par leur complément à 2 avant d’additionner. Si le résultat est positif, il est en notation exacte, s’il est négatif, il est en notation complément à 2. 0 + 0 = 0 0 + 1 = 1 1 + 0 = 1 1 + 1 = 0 avec un report de 1 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 17. i) addition de deux nombres positifs Effectuons l’addition (+17)10 et (+12)10 L’écriture de l’addition est la suivante : 1er nombre (+17)10 0 1 0 0 0 1 2ème nombre (+12)10 + 0 0 1 1 0 0 Résultat 0 1 1 1 0 1 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 18. ii) addition de deux nombres de signes contraires Deux cas se présentent : • La grandeur du nombre positif est supérieure à celle du nombre négatif. Effectuons l’addition des nombres suivants : (+17)10 = % 0 10001 et (-12)10 = % 1 01100 (-12)10 étant négatif, il faut le remplacer par son complément à 2. Effectuons l’addition : 1er nombre 0 1 0 0 0 1 2ème nombre + 1 1 0 1 0 0 Résultat 1 0 0 0 1 0 1 Remarque : Nous avons additionné les bits de signe et la retenue ; cela peut entraîner, comme dans le cas présent, un débordement qui est toujours a rejeté. La somme étant positive, le résultat est en notation exacte : % 0 00101 = (+5)10 CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 19. • La grandeur du nombre positif est inférieure à celle du nombre négatif. Effectuons l’addition des nombres (-17)10 = % 1 10001 et (+12)10 = % 0 01100 Le complément à 2 de (-17)10 est : % 1 01111 L’écriture de l’addition est alors : 1er nombre 1 0 1 1 1 1 2ème nombre + 0 0 1 1 0 0 Résultat 1 1 1 0 1 1 Cette somme est négative, le résultat est le complément à 2 du total cherché qui s’écrit en notation exacte : % 1 0 0 1 0 1 = (-5)10. CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 20. iii) addition de deux nombres négatifs Effectuons l’addition de (-17)10 et (-12)10. Les compléments à 2 sont : (-17)10 = % 1 01111 et (-12)10 = % 1 10100 L’écriture de l’addition est alors : 1er nombre 1 0 1 1 1 1 2ème nombre + 1 1 0 1 0 0 Résultat 1 1 0 0 0 1 1 Cette somme est négative, le résultat est le complément à 2 du résultat cherché qui s’écrit en notation exacte : 1 11101 = (-29)10. CHAP 1: Introduction au monde numérique
  • 21. 1. Définitions : 1.1 Table de vérité Une fonction X peut comporter n variables. Nous obtenons 2n combinaisons de ces n variables. Pour chacune de ces combinaisons, la fonction peut prendre une valeur 0 ou 1. L'ensemble de ces 2n combinaisons des variables et la valeur associée de la fonction représente ➔ "LA TABLE DE VERITE" Exemple d'une table de vérité : CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) X=ഥ 𝑎. 𝑏. ҧ 𝑐
  • 22. 1.2 Forme canonique Pour écrire l'équation de X en fonction des 3 variables il faut dire : Autant de termes que de fois que la fonction est égale à 1. Ce qui donne une écriture "algébrique" en notant : Si a vaut 1 nous écrirons a. Si a vaut 0 nous écrirons ഥ 𝒂 et nous lirons a barre. Pour la table de vérité ci-dessus, cela nous donne Cette forme d'écriture est appelée FORME CANONIQUE. CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 23. 3.1 Chronogramme Il existe une autre façon de représenter une fonction logique: appelée chronogramme ou diagramme des temps. Les variables binaires sont représentées par: un niveau de tension lorsqu’elles sont à 1. une valeur nulle lorsqu’elles sont à 0. Elles évoluent dans le temps. Exemple de chronogramme de la fonction ET à 2 entrées : Soit X = a. b Le chronogramme est également utilisé pour représenter le fonctionnement complet d'un système électromécanique. Le cahier des charges d'un système logique peut être exprimé par un chronogramme (ex: gestion des feux de carrefour). CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 24. 2. Opérateurs logiques de base 2.1 Opérateur NON La sortie d'un opérateur NON est toujours dans l'état opposé à celui de l'entrée unique. 2.2 Opérateur ET La sortie d’un opérateur ET est à l'état "1" si et seulement si toutes les entrées sont à l'état "1" CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) symbole USA symbole UE notation Table de vérité S= E Lire E barre E S 0 1 1 0 1 S E Symbole USA Symbole UE Notation Table de vérité S = A.B (lire A et B) A B S 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 1 1 A B S &
  • 25. 2.3 Opérateur OU La sortie d'un opérateur OU est à l'état "1" si et seulement si l'une au moins entrées est à l'état "1" Remarque: Les opérateurs logiques NON, ET et OU ce sont les opérateurs logiques de base, il existe autres opérateurs logiques appelés opérateurs logiques dérivés. CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) Symbole USA Symbole UE Notation Table de vérité S = A+B (lire A ou B) A B S 0 0 0 0 1 1 1 0 1 1 1 1 A B S > 1
  • 26. 2.4 Opérateur OU EXCLUSIF (XOR) La sortie d'un opérateur OU EXCLUSIF est à l'état "1" si et seulement si une et une seule entrée est à l'état "1" CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) Symbole USA Symbole UE Notation Table de vérité S = A B (lire A ou exclusif B) A B S 0 0 0 0 1 1 1 0 1 1 1 0 A B S = 1
  • 27. 3. Association d'opérateurs de base 3.1 ET NON (NAND) 3.2 OU NON (NOR) 3.3 NON OU exclusif (Non XOR) CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) association symbole équivalent Notation Table de vérité S=A.B A B S 0 0 1 0 1 1 1 0 1 1 1 0 & 1 A B S & A B S association symbole Notation Table de vérité S=A+B A B S 0 0 0 0 1 0 1 0 0 1 1 1 > 1 1 A B S A B S > 1 association Symbole Notation Table de vérité S = A B (lire A non ou exclusif B) A B S 0 0 1 0 1 0 1 0 0 1 1 1
  • 28. 3. Association d'opérateurs de base 3.1 Propriétés CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh) Commutativité a + b = b + a a . b = b . a Associativité a . ( b . c ) = ( a . b ) . c = a . b . c a + ( b + c ) = ( a + b ) + c = a + b + c Distributivité a + ( b . c ) = ( a + b ) . ( a + c ) a . ( b + c ) = ( a . b ) + ( a . c ) Absorption a + ( a . b ) = a a . ( a + b ) = a a . 0 = 0 a + 1 = 1 Élément neutre a + 0 = a a . 1 = a a . a = a a + a = a Théorème de MORGAN
  • 29. 3. Association d'opérateurs de base 3.1 TD : Simplifiez les fonctions suivantes : CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 30. 4. Tableau de KARNAUGH Les règles et propriétés de l'algèbre de Boole permettent de simplifier les fonctions. Cette méthode est relativement lourde et ne permet jamais de savoir si l'on aboutit à une expression minimale de la fonction ou pas. Nous pourrons utiliser la méthode du tableau de Karnaugh. Cas de deux variables binaires: nous avons quatre combinaisons, la table de vérité est le suivante : A chaque combinaison des variables est associée une valeur de la fonction. L'idée de KARNAUGH est d'associer une surface à chaque combinaison des variables, en adoptant la représentation suivante : CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 31. Nous disposons de 4 cases correspondant aux 4 combinaisons de variables. La case 1 correspond à la combinaison a = 0 b = 0 ==> (ഥ 𝒂 . ഥ 𝒃) La case 2 correspond à la combinaison a = 1 b = 0 ==> (a . ഥ 𝒃) La case 3 correspond à la combinaison a = 0 b = 1 ==> (ഥ 𝒂 . b) La case 4 correspond à la combinaison a = 1 b = 1 ==> (a . b) Dans chacune de ces cases sera inscrite la valeur de la fonction pour la combinaison de variables correspondant à cette case. En suivant l'exemple déjà représenté nous avons : case n° 2 ==> combinaison de variables a = 1 et b = 0 ==> valeur de la fonction = 0. Pour chacune des cases nous associons un produit de variables CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 32. 4.1 Représentation d'un tableau de Karnaugh Un tableau de Karnaugh peut se représenter sous les formes suivantes : Ces trois représentations sont équivalentes. Un tableau de Karnaugh nous renseigne donc sur les données suivantes : Le nom de la fonction (par exemple : X), Le nom des variables (a, b), L'état des variables : 0 , 1 ou une barre représentant l'état 1, La valeur de la fonction (1 ou 0). CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 33. 4.2 Tableau de Karnaugh à 3 variables A chaque case est associé un triplé des valeurs a, b, c. Exemple : La case n° 1 représentera le triplet {0,0,0} ou a = 0, b = 0 et c = 0. Nous pouvons dire également que la case n°1 correspond au produit (ഥ 𝒂.ഥ 𝒃.ത 𝒄) Dans ce cas la représentation devient : CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 34. 4.3 Tableau de Karnaugh à 4 variables A chaque case est associé un quadruplet des valeurs a, b, c, d. Exemples : la case n° 4 représentera le quadruplet {1,0,0,0} ou a = 1, b = 0, c = 0 et d = 0 (a . ത 𝑏. ҧ 𝑐. ҧ 𝑑). La case n° 11 représentera le quadruplet {1,1,1,1} ou a = 1, b = 1, c = 1 et d = 1 (a . b . c . d ). La case n° 16 représentera le quadruplet {1,0,1,0} ou a = 1, b = 0, c = 1 et d = 0 (a . ത 𝑏 . c . ҧ 𝑑). CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 35. 4.4 Adjacences des cases Dans chaque cas, l'ordre d'écriture des états des variables fait qu'entre deux cases voisines (en ligne ou en colonne) une seule variable change d'état ; on dit de telles cases qu'elles sont adjacentes. La case 2 correspond à a = 0 ; b = 1 ; c = 0 ; d = 0 La case 3 correspond à a = 1 ; b = 1 ; c = 0 ; d = 0 Lorsque nous passons de 2 à 3, seule la variable "a" change d'état : 2 et 3 sont adjacentes. Lorsque nous passons de 2 à 1, seule la variable "b" change d'état : 2 et 1 sont adjacentes. Lorsque nous passons de 2 à 6, seule la variable "d" change d'état : 2 et 6 sont adjacentes. Enfin, lorsque nous passons de 2 à 14, seule la variable "c" change d'état : 2 et 14 sont adjacentes. Nous venons de déterminer les adjacences de la case n° 2. Cette notion de cases adjacentes est fondamentale. CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 36. 4.5 Simplification d’équations La méthode consiste à réaliser des groupements de CASES ADJACENTES contenant des 1 ou des 0. Un groupement de 1 permet d’obtenir l’équation de S, un groupement de 0 permet d’obtenir l’équation ഥ 𝑺. Règles : • Le nombre de cases d’un groupement doit être égal à 1, 2 ,4 , …2n • Les groupements doivent être les plus grands possibles. • Les groupements peuvent se chevaucher pour être les plus grands possibles. • Dans chaque groupement on ne retient que les variables dont l’état ne change pas. • Pour extraire l’équation de la fonction logique on ne retient que les variables dont l’état ne change pas à l’intérieur d’un groupement et on effectue la somme logique (OU logique) de toutes les expressions trouvées. CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)
  • 37. cas de 5 variables: CHAP 2: système numérique (porte logique + tableau de Karnaugh)