BardaneBardaneArctium minus et Arctium LappaBurdock                             Entrant dans la composition d’un remède co...
Le ma rc hé                                                       Personnes-ressources et acheteursDemande de l’industrie ...
AROMATIQUES (iteipmai). 1998. La bardane, fiches          Cette initiative est réalisée grâce à la collaboration  techniqu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bardane

1 745 vues

Publié le

Plante médicinale : la bardane. Fiche technique.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 745
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bardane

  1. 1. BardaneBardaneArctium minus et Arctium LappaBurdock Entrant dans la composition d’un remède contre le cancer, la demande pour la bardane est forte. P r o p r ié t é s e t u t il is a t io ns Culinaires La racine, séchée et torréfiée, est un succédané du café.La bardane détient des propriétés médicinales, mais On peut aussi en faire une bière qui « purifie le sang ».entre également dans les domaines de l’alimentation, descosmétiques et de l’usage domestique. La petite et la La racine des individus de première année estgrande bardanes auraient les mêmes propriétés comestible et on peut la sécher pour l’hiver.médicinales et font donc l’objet d’un traitement conjointdans cette fiche. Le cœur des tiges florales cueillies avant la floraison et débarrassées de toutes les fibres qui les entourent seMédicinales mange cru ou cuit dans deux eaux (pour enlever l’amertume). La plante est riche en fer et en vitamine C.La racine de bardane (A. lappa) entre dans lacomposition de l’Essiac, un produit connu par certains Autrespour son efficacité contre le cancer (Flor-Essence,commercialisé par Flora inc., est un produit similaire). La Utilisée pour les bains de peau, la bardane possède unebardane est également sudorifique. Elle soulage les action tonique et adoucissante.douleurs des rhumatismes, aide à lutter contre lesaffections chroniques de la peau (acné, eczéma, clous, La cendre de la plante, cueillie au moment de laetc.) et du cuir chevelu. Certains vont même jusqu’à dire floraison, donne un engrais riche en potassium.qu’en tonifiant le cuir chevelu, elle préviendrait lacalvitie. Antiseptique et antimicrobienne, elle purifie lesang, régularise la digestion et aide à traiter les infectionsrespiratoires. Finalement, on la dit hypoglycémiante, H a b it a t p r iv il é giédiurétique et dépurative. La petite bardane (A. minus), plus commune que laSelon iteipmai1, la racine apaise (traditionnellement) grande bardane (A. lappa), se retrouve souvent sur desl’acné modérée (par voie orale ou pour usage local) et sols humides et fertiles, particulièrement dans les terrainsaide l’organisme dans ses fonctions d’élimination. La vagues, les pâturages, les anciens lits de ruisseaux oufeuille calme les démangeaisons des maladies de la peau, encore en bordure des forêts. On trouve la grandeles piqûres d’insectes et la peau crevassée, écorchée ou bardane dans des endroits semblables, en plus desgercée. bordures des cours d’eau.1 L’Institut technique interprofessionnel des plantes àparfum, médicinales et aromatiques (iteipmai) est uninstitut de recherche français. Fiches techniques Produits forestiers non ligneux en Gaspésie
  2. 2. Le ma rc hé Personnes-ressources et acheteursDemande de l’industrie En Gaspésie, le marché demeure marginal. Les boutiques d’aliments naturels vendent un peu de bardanes, mais il faut souvent se tourner vers les marchés à l’extérieur deLa demande reste à évaluer. Selon plusieurs individus, la région. Communiquer avec les magasinsune personne faisant la culture d’une variété japonaise d’alimentation naturelle. Ailleurs au Québec, plusieursde la bardane, en Montérégie, occuperait la plus grosse herboristeries ou organismes font la vente de plantespart du marché. médicinales. Finalement, il existe une filière des plantes médicinales biologiques du Québec à Rock Forest (prèsLa demande principale pour la bardane au pays provient de Sherbrooke) qui peut être rejointe au (819) 847-des transformateurs Essiac et Flor-Essence. 2676.Certaines herboristeries achètent de la bardane, surtoutcelles certifiées biologiques. La demande dans cedomaine croît d’environ 15 % par année. Une D o m e s t ic a t io nherboristerie de Val-David rapporte qu’elle achèteenviron 175 kg de racines de bardane séchées par année. La bardane se reproduit facilement par semis ou encoreEn 2003, le prix d’achat était de 8,25 $ le kilo, certifié par division des racines. On privilégie les endroits enbiologique. plein soleil ou mi-ombragés. Elle préfère les sols riches en humus, profonds et lâches, avec un pH de 6 à 8.Méthode de cueillette La graine prendra environ dix semaines pour devenir unLa bardane est une plante dite bisannuelle, c’est-à-dire plant commercialisable. Pour utiliser la racine commequi vit deux ans. On cueille les feuilles en été et les légume, déterrer les racines de la première année alorsracines en automne, alors que la plante en est à sa qu’elles sont jeunes et tendres, soit entre trois et cinqpremière année. La deuxième année, on ramasse les mois. Pour les racines séchées, déterrer les racines defleurs à la fin de l’été. Les graines se récoltent la première deux ans à l’automne.ou la deuxième année. En Gaspésie, quelques herboristes font la culture de laLa récolte de la racine pose un problème puisque celle-ci bardane pour leurs besoins dans des dimensionss’enfonce profondément dans le sol. Certains relativement modestes. La cueillette sauvage s’effectueproducteurs procèdent à l’aide de machines spécialisées présentement dans la région. Ailleurs au Québec, unpour son extraction. producteur au moins fait la culture de la bardane à une échelle commerciale, mais d’une variété japonaise (gobo). Toutefois, il demeure difficile d’obtenir desQualité du produit renseignements sur les méthodes de culture.Pour bien conserver les tiges et les feuilles, il faut lessécher à l’air ambiant dans un séchoir prévu à cette fin.Les racines, les graines et les fleurs sont séchées sur treillis. R é f é r e nc e sFinalement, on peut accélérer le séchage des feuilles, desracines et des graines en les plaçant au four à bassetempérature, c’est-à-dire entre 95 °F et 120 °F (entre CHEVALLIER, A. 1997. Encyclopédie des plantes35 ˚C et 50 ˚C). médicinales, Sélection du Reader’s Digest, Montréal, 336 p.Pour les tiges, il faut d’abord les départir de leur partiefibreuse et les couper en morceaux par la suite. FLEURBEC. 1978. Plantes sauvages des villes et des champs, volume 1, Guide d’identification Fleurbec,Toutes les parties doivent être conservées dans un Québec, 208 p.contenant hermétique, à l’abri de la lumière, tout ens’assurant avant tout qu’elles sont bien sèches. INSTITUT TECHNIQUE INTERPROFESSIONNEL DES PLANTES A PARFUM, MÉDICINALES ET Fiches techniques Produits forestiers non ligneux en Gaspésie
  3. 3. AROMATIQUES (iteipmai). 1998. La bardane, fiches Cette initiative est réalisée grâce à la collaboration techniques, recueil, 7 p. de Développement économique Canada et Ressources naturelles Canada.L’HERBOTHÈQUE. 1996-1999. HerbArt Plante médicinale – la bardane, Cours en herboristerie, Ham- Nord.MARIE-VICTORIN, Frère. 1995. Flore laurentienne, 3e édition revue par E. Rouleau et mise à jour par L. Brouillet, S. G. Hay et I. Goulet (en collaboration avec M. Blondeau, J. Cayouette et J. Labrecque pour l’impression de 1997), les Presses de l’Université de Montréal, Montréal. 1083 p.SCHNEIDER, A. 1999. Plantes sauvages médicinales : les connaître, les cueillir, les utiliser, les Éditions de l‘Homme, 302 p.Communications personnellesHÉBERT, Aline. Coop de solidarité Rocher-Percé, Val- d’Espoir, août 2003.L’INTÉGRALE. Épicerie biologique, New Richmond, août 2003.PELLETIER, Ghislain. Les Herbes Hatley, Katevale, septembre 2003.RIOUX, Alain. Filière des plantes médicinales biologiques du Québec, Rock Forest, septembre 2003.VALADE, Anik. Herboriste, Maria, septembre 2003.Sites InternetLE RÉSEAU PROTÉUS Portail santé de médecine intégrée : [www.reseauproteus.net]LES PRODUITS ESSIAC : [www.essiac-resperin.com]L’HISTOIRE DE L’ESSIAC : [http://www.essiacinfo.org]RICHTERS HERB SPECIALISTS : [www.richters.com] Fiches techniques Produits forestiers non ligneux en Gaspésie

×