La langue

172 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
172
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
26
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La langue

  1. 1. Page
1
of
3

 Fiche de réflexionI. Rapport___________________________________________________________________________a. Le contexte119/01/2013, 21h. On était dans le bar sur le campus.b. Les intervenants2 1) Moi-même, Anglais, 22 ans. 2) Gilles, Français, 22 ans. Je connais Gilles de Berlin, et il m’a rendu visite à Warwick. 3) Barbara, Allemande, 25 ans. Barbara est étudiante en échange universitaire.c. Que s’est-il passé ?Il s’agit d’une conversation sur l’omniprésence de la langue anglaise en France et enAllemagne et le combat contre le tout-anglais. Bien que Barbara soit contente avec laprésence croissante des mots anglais en allemand, c’est-à-dire que cela ne la dérange pas,Gilles est outré. Il a expliqué qu’il est fier de sa langue, de sa richesse infinie, et il espère queson évolution inévitable ne la fera pas se perdre. Il n’aime pas du tout l’invasion de l’anglaisdans la langue française et il veut protéger sa langue. Sa réaction passionnée étaitintéressante par rapport à la réaction indifférente de Barbara.d. Réaction3J’étais surpris, pour la plupart, par sa belligérance contre l’anglais. On anglais, on abeaucoup de mots français et cela ne me dérange pas du tout. Je ne suis pas opposé avecvéhémence à l’influence française : donc son opposition résolue aux mots anglais dans salangue était un peu bizarre. Il me semblait que j’étais moins fier de ma langue et de monidentité culturelle que Gilles.Je peux tout à fait comprendre qu’il ne veut pas que l’anglais change sa langue maternelle,mais son indignation était si forte que je la trouvais un peu surprenante. Je croyais qu’ilavait une vision étriquée du langage.Ce que je trouve intéressant, c’est la grande différence entre les opinions du Français et del’Allemande. A peu près le même âge, Gilles et Barbara avaient deux attitudes trèsdifférentes vers l’importance de l’anglais et cela m’a intéressé.


























































 
 
1 

Par
exemple
:
date,
heure,
lieu
2 
Pour
chaque
intervenant,
notez
autant
de
détails
que
possible
comme
le
sexe,
l’âge
(
plus
âgé
que
vous,
du
même
âge,
 plus
jeune),
la
nationalité,
les
liens
avec
cette
personne.
3 
Décrivez
vos
émotions
et
leur
intensité
(par
exemple
:
extrêmement
vexé,
très
heureux,
légèrement
agacé)



  2. 2. Page
2
of
3

II. Réflexion__________________________________________________________________________________ a. Votre explication4Je crois que l’influence actuelle de la langue anglaise est difficile pour moi de comprendrecomplètement. C’est moi qui parle la langue dominante, donc je ne sais pas ce que c’est quede perdre une partie de ma langue à une langue dominante comme l’anglais. De plus,l’anglais c’est déjà un grand mélange des langues françaises et allemandes, donc je croisqu’on s’est habitué à accepter les mots étrangers.Cela ne me surprend pas que les Français soient un peuple fier. Mais c’est quand mêmesurprenant d’entendre un jeune homme de 22 ans qui est passionné pas sa langue. C’est unconcept étranger pour moi.Moi je pense que la langue évolue inévitablement : c’est presque obligatoire. Une languen’est pas statique : elle se modifie. Pour cette raison je ne suis pas opposé aux modificationsde la langue anglaise, et les nouveaux mots arrivés des langues étrangères sont absolumentacceptables. b. Votre réflexion5Il faut dire qu’il y a une arrogance parmi les anglophones en ce qui concerne l’apprentissagedes langues. On pense que l’apprentissage d’une nouvelle langue est souvent une perte detemps, ce qui, en soi, peut être valable, parce que de nos jours tout le monde parle l’anglais.On s’habitue vite aux gens qui apprennent l’anglais et beaucoup de gens ne voient aucuneraison d’apprendre les langues étrangères. C’est un comportement vraiment honteux desAnglais mais quand même accepté dans la culture.En Angleterre on parle l’anglais donc on ne peut pas comprendre la menace qu’elle pose auxautres langues. Cela rend difficile la compréhension des attitudes comme celle de Gilles quiest ouvertement fier de sa langue et veut la protéger. Il faut dire aussi que ce n’est pas justela langue qui change. Si la langue change, l’identité nationale change, la culture change,donc c’est beaucoup plus important que l’on pense. La croyance de la supériorité de lalangue anglaise pourrait être ancrée dans l’histoire coloniale. c. Autre réflexion6La France, comme l’Angleterre, a une très longue histoire littéraire et culturelle et je croisqu’ils ont peur que l’érosion de la langue provoquerait la modification de la culturefrançaise. C’est tout à fait compréhensible de penser que l’invasion de l’anglais amèneraitune partie de la culture américaine, anglaise, quoi que ce soit.


























































 
 
4 
Expliquez
pourquoi
vous
avez
réagi
ainsi.
5 
Quelles
sortes
de
comportements
(comportements
acceptés
dans
votre
culture)
et/ou

hypothèses,
valeurs
ou
croyances
 ont
pu
influencer
vos
réactions?
6 
Quelles
conventions
du
comportement
et/ou

hypothèses,
valeurs
ou
croyances
ont
pu
influencer
le
comportement
de
 l’autre
personne
?


  3. 3. Page
3
of
3

Il y a une propension en France de penser que la grande fierté national française c’est lalangue française. L’existence de l’Académie Française confirme l’idée d’une fiertélinguistique.III. Ré-évaluation après discussion avec votre partenaire__________________________________________________________________________________ a. Réflexion de mon partenaire sur mon expérience7J’en ai parlé avec Yousef et il pense que la réticence des Français à accepter l’invasion del’anglais concerne la rivalité historique entre la Grande-Bretagne et la France. Les piresennemis pendant des siècles, les Français aujourd’hui sont réticents à concéder leur défaitedans la bataille pour la hégémonie linguistique.Yousef a dit aussi que la réaction de Gilles est un peu stéréotypée. De son expérience, unegrande partie de la jeunesse française aime bien la langue anglaise : on l’entend au cinéma,à la télévision et à la radio. Les Français ne sont pas toujours très fiers, c’est un cliché. b. Ré-interpretation et ré-évaluation personnelles8Je crois que si le Français est fier de sa langue, c’est peut-être parce que c’est une deslangues les plus difficiles à maîtriser dans le monde, bien qu’elle soit envahie par lesanglicismes.Tout d’abord j’étais surpris par la fierté de Gilles pour sa langue et son héritagelinguistique. Je n’ai pas vraiment compris sa réaction : j’ai mieux compris celle de Barbara.L’anglais est partout en Allemagne, en fait il est cool d’utiliser les mots anglais. Certes, c’estfacile pour moi comme étudiant d’allemand. Mais c’est dommage que les Allemands n’ontpas leurs propres mots : cela diminue la richesse de la langue.Donc en fin de compte, j’ai changé d’avis. Je comprends mieux la réaction de Gilles parceque la diversité des langues et l’identité culturelle sont très importantes à mon avis.


























































 
 
7 
Discutez
votre
expérience
avec
votre
partenaire,
Demandez‐lui
de
donner
son
opinion
et
d’avancer
des
explications
possibles
sur
les
différences
culturelles

de
comportement,
de
valeurs
et

de
croyances
du/des
intervenant(s).

Notez

ensuite
les
réflexions
de
votre
partenaire
sur
votre
expérience.

8 
Expliquez
à
présent,
comment
vous
interprétez
et
évaluez
cette
expérience.
Il
est
possible
que
votre

interprétation
évolue
et
change
au
fil
du
temps.
Une
fois
que
vos
connaissances
interculturelles
se
seront
approfondies,
vous
éprouverez
peut‐être
le
besoin
de
revisiter
vos
expériences
vécues
en
début
d’année
et
d’affiner
vos
réflexions.




×