Enquête 2008 auprès des traducteurs indépendants

Synthèse des résultats
(en complément des résultats détaillés de l’enquê...
S    O        M       M           A           I          R          E


1. Préalable                                      ...
1. Préalable

Cette synthèse n’engage que ses auteurs. Nous avons souhaité aller un cran plus loin
qu’un simple commentair...
Les traducteurs interrogés ont été identifiés auprès de ressources professionnelles (sites
personnels et professionnels, l...
5. Synthèse


La filière de la traduction : une filière « hyper-morcelée » et au cœur des enjeux actuels.

       Enjeu d...
Un lien entre les traducteurs indépendants et les agences très important :
68% des répondants obtiennent 2/3 de leur CA au...
Il semble pourtant que les répondants ne prennent pas, en grande majorité, conscience
de l'importance du rôle de commercia...
Quelles visions de la filière ont les traducteurs indépendants sollicités et comment
caractérisent-ils leur relation avec ...
Il faut pourtant noter que, pour une majorité des répondants (mais de notre point de vue,
heureusement pas la totalité d’e...
Une « aire de jeu » sans limite

Avec l’arrivée des plateformes spécialisées en ligne de mise en relation, la zone de
cont...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Synthese Enquete Traduction KDZID TradOnline

3 628 vues

Publié le

Synthèse de l'enquête concernant la filière de le traduction en France menée auprès des traducteurs indépendants

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 628
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
348
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Synthese Enquete Traduction KDZID TradOnline

  1. 1. Enquête 2008 auprès des traducteurs indépendants Synthèse des résultats (en complément des résultats détaillés de l’enquête présentés dans un document annexe) (disponible sur simple demande) 01 décembre 2008 Mathieu Maréchal Directeur général et gérant majoritaire de Trad Online m.marechal@tradonline.fr www.tradonline.fr Vincent Rivalle Associé minoritaire de la société Trad Online et consultant indépendant, entreprise KDz’ID v.rivalle@kdzid.fr www.kdzid.com
  2. 2. S O M M A I R E 1. Préalable 3 2. Pourquoi une telle enquête ? 3 3. Méthodologie 3 4. Réponses obtenues 4 5. Synthèse 5 ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 2/10
  3. 3. 1. Préalable Cette synthèse n’engage que ses auteurs. Nous avons souhaité aller un cran plus loin qu’un simple commentaire à plat des nombreux résultats obtenus (chiffrés ou contenus dans les réponses aux questions ouvertes). Mais nous avons aussi tenu à limiter la diffusion de notre propre analyse pour laisser place aux échanges les plus libres et fructueux. 2. Pourquoi une telle enquête ? Un constat a été à l’origine de la décision de mener cette enquête : - La filière de la traduction en France et en Europe est très méconnue et pour ainsi dire très peu étudiée ni répertoriée en tant que telle. - La bonne santé de la filière repose sur deux acteurs principaux : les sociétés (ou agences) de traduction et les traducteurs (indépendants en grande majorité). Précaution : l’enquête cible la filière de la traduction dite technique. Le secteur de la traduction littéraire n’est pas régi par les même règles et pratiques (ex. les droits d’auteurs). L’interprétariat n’est pas non plus étudié, même si certains professionnels ont une double expertise et proposent leurs services à la fois de traducteur et d’interprète. Une ambition : appréhender la situation actuelle de la filière de la traduction technique sous l’angle de la relation entre traducteurs indépendants et agences de traduction. Cet état des lieux est un premier matériau permettant d'initier une meilleure connaissance de ce secteur. Notre ambition, au-delà de cette première enquête, nécessairement limitée, est réellement de renforcer les liens entre les agences et les traducteurs et de contribuer à la connaissance et reconnaissance de la filière auprès des entreprises et institutions. Note : La question des tarifs n'est pas abordée. Cette question a été abordée dans la dernière enquête de la SFT parue mi-novembre 2008, dont certaines données confirment les enseignements recueillis dans notre enquête. 3. Méthodologie Le questionnaire a entièrement été administré en ligne. Composé de 52 questions, il a été adressé par email au mois d’octobre 2008 à environ 1400 traducteurs indépendants dont le français est une des langues de travail (source, cible). ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 3/10
  4. 4. Les traducteurs interrogés ont été identifiés auprès de ressources professionnelles (sites personnels et professionnels, listes de traducteurs agréés, forums en ligne, places de marché en ligne,…). 4. Réponses obtenues 410 réponses de traducteurs ont été reçues soit près de 30% des répondants (sur une * population déclarée d’environ 8000 traducteurs en France en 2003). *Source : Gouadec et CIDJ 320 réponses complètes et 90 partiellement ou pas tout renseignées. Les résultats rassemblés dans cette étude sont donc le reflet de la réalité vécue au jour le jour par plus de 300 traducteurs indépendants. Toutes les réponses recueillies sont de l’ordre du déclaratif. Le questionnaire a permis une large expression à travers 11 questions ouvertes et 12 zones marquées « autre ». Le matériau reçu (verbatim) est extrêmement riche et dense (environ 45 pages recto-verso). Une synthèse est proposée tout au long de ce document et permet de compléter certaines réponses. ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 4/10
  5. 5. 5. Synthèse La filière de la traduction : une filière « hyper-morcelée » et au cœur des enjeux actuels.  Enjeu de création d'emploi : création de son propre emploi  Enjeu technologique : l’importance de l’apport des outils basés sur le web et le développement constant de solutions d’aide à la traduction (mémoires de traduction, etc.) ou de traduction automatique  Enjeu de pérennité des entreprises françaises : des agences de traduction de très petite taille qui ont du mal à grandir  Enjeu de croissance rentable et durable : un déterminant marché qui s’oriente de plus en plus sur les prix et par conséquent, des marges qui se réduisent.  Enjeu de positionnement face à la mondialisation, un effet à double tranchant : o une opportunité (commercialisation, coûts de production) o une contrainte : arrivée de la concurrence située dans des pays à faible coût.  Enjeu d’animation de la filière : des acteurs isolés, peu visibles et peu soutenus par les différents acteurs économiques français (étatiques ou privés), sans véritable dynamique collective de représentation et de défense de la filière. L’enquête est ici centrée sur la situation et la vision des traducteurs indépendants traduisant de et vers le français. Une population de professionnels, composée de personnes isolées physiquement et interconnectées par le Web. La traduction dite « littéraire » n’est pas abordée dans cette enquête, étant basée sur un modèle économique différent de la traduction dite « technique », cette dernière ayant comme clients finaux les entreprises et prenant en charge tout type de document (rapports, plaquettes, descriptions de produits, questionnaires, modules de formation,..), le contenu de sites internet, … La filière est constituée par les acteurs suivants :  les traducteurs indépendants,  les agences de traduction, entre 3 et 8 salariés pour la structure « standard », assurant une fonction commerciale, de gestion de projet et, pour les plus importantes, ayant quelques traducteurs salariés en interne,  les éditeurs de logiciel (TAO = traduction assistée par ordinateur, mémoires de traduction, correction,..)  les plateformes en ligne spécialisées de mise en relation agences<->traducteurs et clients<->traducteurs ou agences. ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 5/10
  6. 6. Un lien entre les traducteurs indépendants et les agences très important : 68% des répondants obtiennent 2/3 de leur CA auprès d’agences de traduction. Plus de 50% des traducteurs répondants n’ont jamais de clients finaux en direct. Un des maillons essentiels de la filière se situe au niveau de la relation entre les agences et les traducteurs. Les traducteurs professionnels : une population très largement composée d’indépendants Un statut d’indépendant revendiqué, assumé et recherché : 4% des répondants seulement souhaitent trouver un poste de salarié en entreprise, 3% seulement envisagent de se lancer dans la création d’une agence de traduction. Une filière représentative de l’évolution actuelle de la structuration du marché de l’emploi : la création de son propre emploi, le statut d’auto-entrepreneur,… Les sources étant très peu nombreuses et fiables, on estimait (source Gouadec) en 2001 à plus de 8000 le nombre de traducteurs indépendants déclarés et à 700, le nombre d’agences de traductions (pouvant être unipersonnelle). Les agences de traduction sont de très loin les premiers clients/apporteurs d’affaires des traducteurs indépendants. Plus de la moitié des traducteurs interrogés n’ont jamais de contact avec le client final, et le CA enregistré par les traducteurs provient en très grande partie des agences (par l'intermédiaire des plateformes de mise en relation ou non). Le fait même d’être indépendant est ressenti comme un frein à la mise en place de démarches commerciales pertinentes et efficaces en direction des clients finaux. Une relation directe avec les clients finaux est ressentie comme permettant d'afficher des tarifs plus élevés que par l'intermédiaire des agences (notion de chiffre d’affaires) et parfois de mieux comprendre le besoin et le contexte (notion de qualité). Les autres limites ressenties par les répondants touchent à leur capacité de pouvoir prendre en charge efficacement des projets de traduction complexes et multilingues. Les clients recherchent en effet le plus souvent un interlocuteur unique pouvant répondre à tous leurs besoins de traduction, quels que soient le type de documents et les langues sources et cibles notamment. Enfin, nombreux sont ceux qui pensent ne pas être suffisamment outillés (processus et outils commerciaux et marketing) et ne pas connaitre suffisamment les clients (qui contacter dans l'organisation, où trouver ses coordonnées, etc.) pour démarcher directement les clients finaux. ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 6/10
  7. 7. Il semble pourtant que les répondants ne prennent pas, en grande majorité, conscience de l'importance du rôle de commercialisation pris en charge par les agences. Ce rôle, pourtant essentiel, semble peu perçu à leurs yeux comme une réelle valeur ajoutée des agences. La valeur ajoutée qui leur est très largement demandée est d’assurer la qualité finale de la prestation (qualification précise de la demande, relecture, mise en page, maîtrise des délais, gestion de projet), et de bien comprendre et transmettre les besoins du client aux traducteurs. De plus, une bonne moitié des répondants pense que les agences sont responsables de la baisse généralisée des prix au mot proposés aux clients. Le diplôme de traduction n’est pas un sésame pour réussir, sur un plan commercial, dans le métier de traducteur 50% des répondants possèdent un diplôme de traduction. Seuls 10% des répondants pensent que la détention d’un diplôme peut être un facteur décisif dans une relation commerciale. 15% des répondants lient le fait d’avoir un diplôme à la capacité d’afficher des tarifs plus élevés. En résumé, les répondants pensent que le diplôme n’est pas un facteur clé pour la réussite commerciale des traducteurs et n’est pas un gage de qualité du traducteur. Le diplôme est aujourd’hui dans les faits très rarement un préalable au référencement auprès d’agences et n’est quasiment jamais demandé par les clients finaux dans le cas d’une relation directe traducteur/client final. Le métier de traducteur n’étant pas réglementé, un diplôme de traduction n’est pas un préalable à l’exercice de l’activité. L’importance de la double expérience (autres activités (donc expertise sectorielle) / traduction) est très souvent soulignée et identifiée comme étant le facteur le plus important permettant de remporter des projets de traduction. Enfin, le diplôme est vu certes comme l’acquisition d’une certaine expertise en matière de traduction mais surtout comme un moyen de se constituer un premier réseau et d’échanger sur le fond avec les experts du sujet. Le fait que certaines agences rendent obligatoire le fait d’avoir un diplôme dans leur processus de référencement des traducteurs est généralement compris sous l’angle d’un critère « comme un autre » et qui est intuitivement « facile » à mettre en avant par les agences. Pourtant, une grande majorité des répondants insistent sur le fait que le diplôme n’est aucunement corrélé à la qualité du traducteur. La connaissance intime du contexte (expertise sectorielle essentiellement) est très souvent citée comme étant la composante numéro un de la qualité de la prestation (le préalable, mais faut-il le rappeler, étant de traduire bien évidemment vers sa langue maternelle). ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 7/10
  8. 8. Quelles visions de la filière ont les traducteurs indépendants sollicités et comment caractérisent-ils leur relation avec les agences, leur premier apporteur d’affaires ? Petit préalable, on retrouve certaines caractéristiques « classiques » d’une filière composée d’indépendants, isolés de fait et n’étant pas intégrés à ce qui pourrait être appelé « une dynamique collective de filière » :  30% des répondants disent ne pas avoir d’avis sur la situation actuelle de la filière,  30% encore disent ne pas savoir si l’organisation de la filière est optimale. En ce qui concerne la relation traducteur-agence, les informations recueillies sont intéressantes :  Trois quarts des répondants estiment avoir de bonnes relations avec les agences de traduction, tout en précisant toutefois qu’ils ont dû faire face à certaines difficultés avec certaines d’entre elles. Ces difficultés ne sont toutefois pas des pratiques courantes de la filière et ne concernent qu’un petit nombre d’agences.  18% des répondants décrivent leur relation avec les agences comme étant mauvaise.  Les mauvaises pratiques rencontrées concernent très largement le non-respect des délais de paiement (et dans certains cas, le non-paiement) ainsi que des contraintes fortes et en augmentation sur les délais de réalisation de la prestation de traduction. La question de la « non-reconnaissance » de la qualité du travail du traducteur est aussi abordée.  Enfin, les 2 éléments centraux les plus cités qualifiant une bonne relation avec une agence concernent (et c’est en rapport avec les difficultés rencontrées énoncées ci-dessus) les délais de paiement et l’obtention d’un retour qualité du client final, dans une logique d’amélioration continue. La filière et sa dynamique interne sont critiquées relativement sévèrement par les répondants, qui affirment pourtant pour la plupart avoir conscience de la difficulté de la mise en œuvre d’une animation collective d’une filière composée d’un tissu extrêmement morcelé d’acteurs - les traducteurs indépendants et les très nombreuses petites agences de traduction. Ce scepticisme concernant la capacité de la filière à s’organiser (sentiment reposant sur une analyse factuelle de la situation actuelle et depuis quelques années) se traduit notamment dans les chiffres suivants : 60% pensent que la filière n’est pas suffisamment organisée et seulement 11% pensent que la filière est bien animée. Pourtant, 77% des répondants estiment que la filière doit s’organiser pour promouvoir et assurer son excellence, mais sur la question du « comment » - la question opérationnelle donc, la plus épineuse – peu de pistes sont énoncées. Ce besoin est clairement exprimé. ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 8/10
  9. 9. Il faut pourtant noter que, pour une majorité des répondants (mais de notre point de vue, heureusement pas la totalité d’entre eux), cette question de la dynamique collective n’est envisagée qu’entre traducteurs et non pas au niveau de la filière dans son ensemble. En grossissant un peu le trait, cela pourrait être interprété davantage comme une vision de défense du métier de traducteur que de défense de la filière de la traduction dans son ensemble. La filière française de la traduction souffre de son isolement et de son manque de visibilité 40% des répondants pensent que la filière se porte bien, 30% sont sans avis et 30% pensent qu'elle se porte mal. Les reproches qui apparaissent fréquemment sont les suivants :  un manque de connaissance/reconnaissance du métier de la part des clients, institutions, acteurs des politiques publiques,  un manque de réglementation,  un manque criant de collaboration entre acteurs,  et aussi un sentiment généralisé que les agences de traduction tirent les prix à la baisse. La technologie, au cœur de l’évolution du marché de la traduction Deux évolutions majeures sont apparues au cours des 10 dernières années : 1. Les outils d’aide à la traduction, suivis aujourd’hui par de nombreux projets (soutenus par des financements importants de R&D, en forte croissance) visant à l’élaboration d’outils de traduction performants. 2. La naissance des plateformes de mise en relation des acteurs de la traduction et supports de présentation et commercialisation pour les traducteurs. Les outils et moyens de communication actuels ont aussi modifié en profondeur la filière et les modes de relation entre les différents acteurs. Enfin, les récentes initiatives en matière de mémoires de traduction et de leur mise en commun doivent être analysées avec précision. Les répondants ne considèrent pourtant pas les avancées de la traduction automatique comme une menace à horizon 5 ans. Commentaire de notre part : angélisme, ignorance, réalisme ? ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 9/10
  10. 10. Une « aire de jeu » sans limite Avec l’arrivée des plateformes spécialisées en ligne de mise en relation, la zone de contact d’un traducteur est illimitée. Cette évolution leur a permis de trouver des clients hors des frontières sans limite géographique (seuls 15% des traducteurs se limitent au niveau local/national pour trouver des clients agences ou clients finaux). La mondialisation a ici encore des effets contradictoires sur la filière :  un accroissement du marché global de la traduction, qui se traduit dans cette enquête par 56% des répondants annonçant une hausse de leur CA sur les 5 années passées (14% seulement déclarant le contraire),  mais une offre en provenance des pays à faible niveau de vie qui tire les prix vers le bas (pourtant, 53% des répondants expriment leur confiance dans la capacité de la filière à résister à la baisse des tarifs et à l’arrivée de solutions basées en « offshore » grâce en grande partie à la qualité, voire, mais c’est une solution rarement évoquée, à l’aide de la réglementation et des normes),  une ouverture sur des clients partout dans le monde,  mais un risque accru concernant les délais de paiement et non-paiement avec un recours juridique plus difficile à mobiliser à l’international. ENQUETE-TRADUCTEURS / ENQUETE 2008 AUPRES DES TRADUCTEURS INDEPENDANTS / RESULTATS Synthèse-enquete-filière-traduction.docx / 30 novembre 2008 10/10

×