Archéologie à fouesnant

444 vues

Publié le

Archéologie à fouesnant

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
444
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
100
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Archéologie à fouesnant

  1. 1. FOEN IZELLA GOUESNAC’H Visite du Site de SAINT CADOU à GOUESNAC'H le 16 Avril 1988 Le. 15 Février 1987 Là section de GOUESNAC'H de la toute jeune association FOËN IZELLA faisait visiter à ses adhérents et sympathisants la Chapelle de SAINT CADOU, seul monument encore visible dans ce quartier de GOUESNAC'H. La visite et les commentaires se limitèrent à la chapelle , l’oratoire et la fontaine et retracèrent les circonstances qui amenèrent un Saint homme nommé CADOU venu du Pays de GALLES à créer en cet endroit au 6ème siècle un ermitage. La Chapelle actuelle fut construite à partir de 1578. Nous vous invitons à vous reporter à la notice que FOEN IZELLA a publié dans son bulletin n° l relatant les différentes étapes de cette construction, les détails sur les statues qui s'y trouvent, l'historique de la vie de SAINT CADOU, du grand pardon des lutteurs, qui depuis plusieurs siècles s'y déroule, ainsi que l'histoire de la reconstruction de la chapelle ruinée pour cause d'abandon du pardon par les autorités religieuses et civiles locales, lassées des beuveries qui s'y déroulaient et où le profane prenait la place sur le côté religieux. En lisant ces lignes notamment sur les circonstances du sauvetage de la Chapelle au siècle dernier, vous vous direz peut-être que nos ancêtres du siècle dernier nous ont montré le chemin à suivre lorsqu'on a vraiment la volonté de sauver un monument, eux qui n'avaient pas à leur disposition les moyens techniques dont nous disposons actuellement. KERSINAOU La Chapelle de SAINT CADOU est construite sur les terres de KERSINAOU Le domaine de KERSINAOU comprend actuellement : la ferme exploitée par Mr BARRE le manoir de KERSINAOU appartenant à Mr et Mme GRASSAL. . Cette grande maison bâtie en I86O par Mr VERNON-BONNEUIL surprend par son architecture. L'architecte à qui les VERNON-BONNEUIL avait commandé cette construction qui était en fait leur résidence secondaire, serait de nationalité italienne, et cette bâtisse possédait primitivement une terrasse. Les briques rouges figurant autour des fenêtres proviennent de la briqueterie de PORS-MEILLOU,. Seule originalité du bâtiment, hormis le style méditerranéen, une inscription en vieux français figurant à l'intérieur du bâtiment audessus de l'escalier principal : " VENT SOUFFLE EN TOUTE SAISON UN BON AIR EN CETTE MAISON QUE JAMAIS NI FIEVRE NI PESTE NI LES MAULX QUI VIENNENT D'ESCER EN VIE QUERELLE OU PROCEZ CEULX QUI S'Y TIENDRONT NE MOLESTEZ. N. RAPIN 1540-1599 Le parc qui s'étend devant .le manoir descend en pente douce jusqu'à l'anse de SAINT CADOU NOTRE-DAME DE PENITY Les habitants de GOUESNAC'H et des communes voisines seront peut – être surpris de lire. ces lignes, mais il nous a paru intéressant dans le cadre de cette visite du "site de SAINT CADOU " d'évoquer l'existence de cette chapelle. 1/3
  2. 2. Voici les éléments à notre disposition : Le relevé cadastral actuel de la propriété de KERSINAOU (partie BARRE) fait apparaître sous le n° 32 de la section A, une parcelle dénommée PARC PENITY surface 96 a 19. Cette parcelle figurait également sous ce même numéro et cette même dénomination de PARC PENITY sur le plan cadastral de 1840. PENITY (ou PENITI ) désigne un ermitage Le rédacteur d’une note trouvée aux archives diocésaines et non datées, écrit Sur le bras de mer qui va jusqu'à MOULIN DU PONT, il y avait autrefois une chapelle dédiée à ND DE PENITY, non loin de la chapelle de SAINT CADOU. Le rédacteur de cette note n'a pas vu les ruines qui en restent, et ne connaît rien de cette chapelle. Il sait toutefois que la statue de ND DE PENITY a été transportée à la chapelle de SAINT CADOU. " Cette statue est de grandeur naturelle. Elle rappelle les statues du XV ème, elle est en bois polychrome «. Une chapelle aurait donc été construite antérieurement à SAINT CADOU actuel (construit- au 16è). Nous clôturerons ce chapitre sur l'existence ou la non existence de ND DE PENITY en vous rapportant les faits relatés par Mr BARRE de KERSINAOU qui nous rapporte qu'au milieu du PARC PENITY, lorsqu'il labourait cette parcelle, le soc de sa charrue heurta une très grosse pierre qu'il évalua à environ 3 M2 et enfouie à 30 ou 40 cm de la surface du sol. TOMBEAU ? vestige de la chapelle comme lui ont suggéré des visiteurs qui semblaient connaître l'existence de cette pierre. Les vestiges gallo-romains Le camp de BEG AR C’HASTEL Nous ne pouvons visiter le site de SAINT CADOU sans parler de ce qu'on appelle le camp retranché de BEG AR C'HASTEL (pointe du château) propriété de Mr et Mme SERRET. Les recherches sur l'existence du camp ont été abondamment publiées par les érudits locaux, A SERRET;OGES.DU CHATELLIER. Il me semble préférable de reprendre ici ce qui a été écrit au siècle dernier, car depuis 1ors 1es hommes et le temps ont continué de détruire ces vestiges anciens. Il nous reste cependant le site qui permet d'expliquer l'importance stratégique que pouvait avoir ce camp dans le dispositif de défense gallo-romain. DU CHATELLIER " Les romains avaient fait de GOUESNAC'H un centre stratégique assez Important des ouvrages de défense s'élevaient sur les hauteurs dominant l'ODET d'un côté à GOUESNAC'H, de l'autre à PLOMELIN. A la pointe de SAINT CADOU, on trouve un immense camp retranché; Le camp est défendu d'un côté par l'ODET, de l'autre par l’anse de SAINT CADOU, et du côté des terres par un retranchement en pierres large de 6 mètres et haut d'environ 2 mètres. Ce qui fait l’intérêt de cet ouvrage, c'est qu'on retrouve sur le rempart ainsi formé des traces nombreuses de vitrification. Ce camp très vaste était sans doute destiné à recevoir la population du clan avec son matériel et ses troupeaux lorsqu'elle était menacée par quelque tribu rivale. Sous le règne des empereurs volusien et gallus, un gallo-romain nommé MELLON fut député pour conduire à ROME le tribut de la province et prêter serment au nom des états bretons. A. SERET Communication à la Sté archéologique du Finistère le 26 Mars It85 : " Cet ancien poste est situé à l'extrémité de la pointe de l'anse de SAINT CADOU en GOUESNAC'H. De forme presque circulaire, la moitié du camp a, d'un côté, des défenses naturelles, des rochers presque à pic au bas desquels coule la rivière. De l'autre côté un rempart assez élevé fait de main d'homme et qui existe encore. 2/3
  3. 3. La position stratégique de ce point est très importante. On commande l'entrée des Vircours, on domine tout le Ledanou où aucun mouvement de bateau ne peut se faire sans être immédiatement remarqué. De plus on y aperçoit facilement les signaux des postes de Bourlibou, Lesperhet et celui de Penhoat-Bian, ce dernier situé en face, de l'autre côté de la rivière. Si on examine le remparts on remarque qu'il est très élevé, construit en terre et en gros granit, très abondant en cet endroit. La masse de terre remuée est énorme pour un si petit emplacement et semble prouver que c'est plutôt un abri pour se protéger des vents de N.-O. et de S.-O. qu'un moyen de défense. Environ à un kilomètre se trouve un plateau d'où l’œil embrasse un horizon des plus étendus, et c'était là que devait être le camp ou tout au moins le pâté principal, car de là on découvre la mer, les Montagnes Noires, la crête de la colline où est actuellement la route de Concarneau, les hauteurs de Saint-Evarzec. C'est non loin de ce plateau que l'on a trouvé des tuiles romaines, des haches en bronze (cachette du fondeur à Miné-Tosta). Lanhuron, où on a également recueilli des haches et divers outils est au-dessous de ce plateau P.S. Pour les amateurs de TOPONYMIE, nous signalons que les parcelles 28, 29,30 et 31 voisines du PARC PENITY, s'appellent" CASTEL-BIHAN». Les parcelles I7, 22, 23 (descente vers PORZ-GWIN) s'appellent CASTELBRAS. KERSINAOU Vient de DINAOU : descente, pente le D se transforme en S ou Z par mutation. 3/3

×