D A N S                   L E S             P A S   D E S   G R A N D S   A V E N T U R I E R S                3 - Marie-C...
erMarie I , roi des Sédangs                            En partenariat avec
62 • LE FIGARO MAGAZINE - 20 JUILLET 2012
D A N S   L E S   P A S   D E S   G R A N D S       A V E N T U R I E R S                           Des temples et des tou...
D A N S                     L E S   P A S   D E S   G R A N D S   A V E N T U R I E R SDans ces pavillonsau bord du lac,l’...
K                                on Tum, sur les hauts plateaux du         Jeune Bahnar                                Vie...
D A N S                   L E S             P A S      D E S            G R A N D S                            A V E N T U...
D A N S                   L E S             P A S             D E S               G R A N D S                             ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Residence Hotel & Spa featured in Le Figaro

326 vues

Publié le

www.la-residence-hue.com

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
326
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La Residence Hotel & Spa featured in Le Figaro

  1. 1. D A N S L E S P A S D E S G R A N D S A V E N T U R I E R S 3 - Marie-Charles David de Mayréna. En 1888, sur les hauts plateaux du Vietnam, Marie- Charles David de Mayréna se fit élire roi des Sédangs, une tribu insoumise et invaincue. Histoire de l’aventu-ROGER-VIOLLET rier méconnu qui fascina et inspira André Malraux. AuVietnam, sur les traces de PAR JEAN-LOUIS TREMBLAIS (TEXTE) ET ÉRIC MARTIN POUR LE FIGARO MAGAZINE (PHOTOS) Le lac Lak, dans la cordillère Annamitique. Au printemps 1888, c’est à dos d’éléphant, avec une centaine de coolies et de tirailleurs, que Mayréna partit à la conquête de son royaume. 60 • LE FIGARO MAGAZINE - 20 JUILLET 2012
  2. 2. erMarie I , roi des Sédangs En partenariat avec
  3. 3. 62 • LE FIGARO MAGAZINE - 20 JUILLET 2012
  4. 4. D A N S L E S P A S D E S G R A N D S A V E N T U R I E R S Des temples et des tours millénaires qui surgissent de la jungle vietnamienne Les Moïs détestant les Vietnamiens, Mayréna prétendit que sa maîtresse annamite, future reine des Sédangs, était une princesse de l’ancien royaume du Champa (ici, les vestiges de My Son). 20 JUILLET 2012 - LE FIGARO MAGAZINE • 63
  5. 5. D A N S L E S P A S D E S G R A N D S A V E N T U R I E R SDans ces pavillonsau bord du lac,l’empereurTu Duc écrivaitdes poèmes.Se tailler un royaume dans la montagneKon Jari, « capitale »de Marie Ier et fief desmissionnaires.A droite, le rong, maisoncommunautairede l’ethnie bahnar.
  6. 6. K on Tum, sur les hauts plateaux du Jeune Bahnar Vietnam, à un jet de pierre du Cam­ dans la région de Kon Tum. bodge et du Laos. En ce lundi pascal, Une tribu évangélisée la foule se presse aux abords de et profrançaise. la cathédrale de l’Immaculée Con­ ception. Un surprenant édifice en bois de fer (imputrescible), bâti sur pilotis, au toit pointu comme celui des rongs, les maisons communau­ taires des tribus locales. L’œuvre des missionnaires français, venus évan­géliser ces peuplades animistes et idolâtres il y a cent cinquanteans. Pour mieux propager leur foi, les soldats du Christ se sontadaptés à leurs ouailles. Dans l’architecture religieuse commedans la liturgie catholique : servie en plein air par le padre Paulo,la messe est dite en bahnar et en djarai, langues des deux ethniesmajoritaires du diocèse. Des bonnes sœurs en tunique bleue ani­ment le chœur tandis que des jeunes filles aux pieds nus dansenteninclinantlesmains,àlafaçondesapsaras.Avecunefoiintacteet touchante, l’assistance reprend à pleins poumons des coupletsendialecteautochtone,d’oùn’émergequel’intraduisible,commeJérusalem ou alléluia. Unefoisl’assistancedispersée,rendez­vousestprisaveclepère Messe pascalePaulo. Il connaît tout sur l’implantation des missionnaires chez à la cathédrale deles Moïs (1). En revanche, un sourire gêné et des yeux ronds ac­ l’Immaculée Conception,cueillent la question qui nous amène en ces lieux : « Connaissez­ à Kon Tum.vous Marie Ier, qui fut roi des Moïs en 1888 ? » Non, il ne connaît pasnotrehéros.Visiblement,lecuréestsincère.Onnepeutleblâmerde cette lacune. Qui se souvient de l’épopée aussi fulgurante quepathétiquedel’aventurierfrançaisMarie­CharlesDaviddeMay­réna (1842­1890) ? Peu de gens, mais ceux qui se sont penchéssurlagestedececondottieresontrestéscaptivés,fascinés,envoû­tés. André Malraux, qui l’appelait son « fantôme de gloire », s’eninspira fortement dans La Voie royale (où Perken est son doubleévident). Il lui consacra ensuite un roman inachevé et intitulé LeRègne du Malin. Surtout, il rêva toujours d’en faire un film qui, s’ilavait vu le jour, aurait rejoint dans la légende du septième artL’Homme qui voulut être roi et Apocalypse Now. Ancien officier chez les spahis, séducteur hors pair et duelliste redoutéToutcommenceauprintemps1888àSaïgon,rueCatinat(rebap­tiséeDongKhoi–«soulèvementpopulaire»–parlescommunis­ que dans le sultanat d’Aceh, en Indonésie. Entre­temps, il a dé­tes, après 1975), quelque part entre les Messageries Maritimes et barqué à Saïgon, surnommé le « Paris de l’Orient », gardé lel’HôtelContinental.Danslamoiteurdel’Asie,suruneterrassede péculeetchangédeprojet.Songranddessein:fédérerlesethniescafé, un bel homme de forte stature (1,82 m, ce qui est immense desmontagnes,lepaysmoï,sauvageethostile.Unemosaïquedepour l’époque), habillé avec recherche sinon dandysme (c’est un peuplesrétifsàtouteformedecivilisation,quicroientauxespritsadmirateur de Barbey d’Aurevilly), sirote une absinthe en écha­ de la forêt, vivent de la chasse et passent leur temps à se faire lafaudantlesplansdesafutureexpédition,indifférentauxregards guerre, notamment pour s’approvisionner en esclaves. A partexplicites que lui jettent les Européennes de la colonie. A 46 ans, quelques intrépides missionnaires installés à Kon Tum, nulMarie­Charles David de Mayréna s’apprête à jouer le coup de sa Français n’ose s’y aventurer. Trop dangereux, trop insalubre.vie, pourtant déjà bien remplie. Car le gaillard n’est pas un bé­ C’estjustementcequiplaîtàMayréna.Cetteabsencedefonction­jaune. Ex­officier chez les spahis (il a participé à l’annexion de la nairesetdemilitairesluilaisselechamplibre.UneterraincognitaCochinchine),familierdesGrandsBoulevardsetdescabaretspa­ dontlui,quirêveàCortèsetàPizarre,seraleconquistador.Outrerisiens, séducteur invétéré, duelliste éprouvé (il a occis un fâ­ sa capacité de persuasion, son bagout et son panache, il a de lacheux à l’épée), affairiste indélicat et journaliste intermittent, il a chance. En effet, le Siam – conseillé par les Anglais et les Prus­quitté l’Europe en 1885. Non sans avoir soutiré de l’argent au ri­ siens – convoite cet hinterland moï qui lui assurerait le contrôlechissime baron Seillière pour financer une exploration scientifi­ de la rive orientale du Mékong. Cette perspective inquiète Pa­ 20 JUILLET 2012 - LE FIGARO MAGAZINE • 65
  7. 7. D A N S L E S P A S D E S G R A N D S A V E N T U R I E R SIl se dit protégépar le géniede la guerre Toute négociation commence par le serment de l’alcool ris, qui rechigne néanmoins à y envoyer la troupe. Ce serait di­ de riz bu dansplomatiquement explosif. des jarres. Aussi, lorsque Mayréna, que les rapports de police présententcomme un trafiquant d’armes et un aigrefin mythomane, a pro­ Pança, hérite du titre de marquis d’Hénoui ! Ce qui est inouï…posé ses offres au gouverneur général d’Indochine, celui­ci a Une monarchie d’opérette ? Bien sûr. Mais Marie Ier y croit. Asautésurl’occasionetluiadonnéunfeuorange:encasdesuccès, telpointqu’en1889,ilserendàParispourrencontrerleprésidentla zone passera dans le giron de la France ; en cas d’échec, l’aven­ Sadi Carnot et lui demander en grande pompe de reconnaître leturierseradésavoué.Bref,unemissionofficieusedontl’adminis­ royaume sédang. Marie Ier, en tenue d’apparat, décorations pen­trateurenchefdelacolonien’apasmesurélesconséquences.Car dantes, jamais en manque d’anecdotes pittoresques, devient lale sieur Mayréna va réussir au­delà de toute espérance. Ô com­ mascotte des salons. Pour survivre (car il est à sec, comme tou­bien ! Avec une colonne de 80 coolies et 15 tirailleurs annamites, jours), il vend des titres de propriété ou d’exploitation sur sonsa congaï de Saïgon – une Vietnamienne qu’il présente comme royaume,desmédailles,desbaronnies,desduchésetdescomtésune princesse chame (2) – et un acolyte douteux dénommé Mer­ fantaisistes. Mais Mayréna agace en haut lieu. Tandis qu’il pa­curol,anciencroupier,ilvasefrayeruncheminàtraverslajungle rade en métropole, l’administration démantèle son royaume enets’ytaillerunroyaume.S’appuyantsurlesmissionnairescatho­ loucedé.SurordredeParis,lesenvoyésdelaRépubliquesontve­liques de Kon Tum, il sillonne la brousse à dos d’éléphant, court nus dans tous les villages moïs afin de récupérer les drapeaux dede rong en rong, palabre pendant des journées, prête le serment Marie Ier et les remplacer par des étendards tricolores. Vexé, lede l’alcool de riz (bu en commun dans de grandes jarres avec de monarquedéchutenteuneultimeparade.Ilréussitàconvaincrelongues pailles), défie et défait les réticents ou les mécontents en un industriel belge de financer une opération visant à récupérercombatsingulier.Sabravouren’ad’égalequesarouerie.Sousson « ses terres » avec des mercenaires recrutés en Malaisie. Entre­uniforme de fantaisie – pantalon blanc, dolman bleu aux man­ prise qui échoue lamentablement à l’escale de Singapour, oùches galonnées d’or –, il porte une cotte de mailles sur laquelle les Mayrénaapprendduconsulatqu’ilestinterditdeséjourenIndo­fléchettes au curare viennent se briser. Imprégnés de surnaturel, chine.Exilésurl’îlemalaisedeTioman,oùilcollectedesnidsd’hi­les Moïs pensent que ce géant barbu, qui ne craint rien ni per­ rondellepourlesmarchandschinois,leroidesSédangsnesurvi­sonne, est un demi­dieu, qui jouit de la protection des génies. vra pas à l’affront. Le 11 novembre 1890, abandonné de tous sauf de son chien, il meurt. Une mort brutale, à l’image de son exis­ Le royaume de Marie Ier est doté de tous les tence. Morsure de serpent pour les uns, suicide au poison pour attributs de la souveraineté les autres. Sic transit gloria mundi.En six mois, son audace et son charisme aboutissent à ce prodige AKonJari,siègedesontrôneéphémère,nousavonsvainementdont toute l’Indochine va bientôt faire des gorges chaudes : May­ cherchétracedesonrègne:unsouvenir,untémoignage,unereli­réna se fait élire roi des Sédangs (les plus redoutables et les plus que, un objet. Une arbalète, un carquois, des fléchettes nousbelliqueux de tous les Moïs qu’il fédère), sous le nom de Marie Ier. auraientsuffi.LesarmesdeladéfuntearméedeSaGlorieuseMa­Sonénergieestinépuisable.IlrédigeuneConstitution(oùl’escla­ jesté, en quelque sorte. Mais des antiquaires fortunés venus devageetlesacrificehumainsontprohibés)etdotesonjeuneEtatde Saïgonen4x 4onttoutrachetécash,nousracontentlesvillageois.tous les attributs de souveraineté. Un drapeau azur frappé d’une Et dans le rong de Kon Jari, entre un gong de bronze et un crânecroix de Malte blanche avec une étoile rouge en son centre. Une debuffle,cen’estpasleportraitdeMarieIer quiestaffichémaisce­devise : « Jamais cédant, toujours s’aidant » (on admirera le jeu de lui d’Hô Chi Minh. Rien, il ne reste rien de Marie­Charles DavidmotsavecSédangs).Créeunedouane,uneposte,destimbres,des de Mayréna. Juste un songe évanoui… ■ JEAN-LOUIS TREMBLAISdécorations:l’ordreroyalsédang,l’ordreduMéritesédangetl’or­ (1) Le terme Moï, qui signifie « sauvage » en vietnamien, désigne – indistinctement et péjorati-dre de Sainte­Marguerite. Crée une armée de 20 000 hommes vement – les ethnies de la chaîne annamitique : Bahnars, Rhadés, Djarais, Sédangs,équipée de Remington et d’arbalètes, avec laquelle il affronte les M’nongs, etc. Habitants originels de l’Indochine, ils furent progressivement repoussés dans lesinsoumis en bataille rangée et aux cris de : « Dieu, France, Sé­ montagnes par les Viets du Tonkin et d’Annam (qui constituent 86 % de la population actuelle).dang !»DuvillagedeKonJari,ilfaitsa«capitale»etinstaureune (2) Le royaume du Champa, dont les cités sacrées comme My Son rivalisent en beauté avecétiquette digne de Versailles. Sa concubine annamite se voit pro­ Angkor, était de religion hindouiste et parlait le sanskrit. Cité par Marco Polo, il fut anéantimue reine des Sédangs ; Mercurol, qui est un peu son Sancho au XIVe siècle par l’expansionnisme sino-annamite. Retrouvez la série « Dans les pas des grands aventuriers » du Figaro Magazine tout l’été sur Europe 1. Chaque vendredi dans « Europe 1 Soir », présenté par Jean-Michel Dhuez, un journaliste du Figaro Magazine vous fait revivre l’épopée d’un personnage hors du commun dans un pays lointain. « Europe 1 Soir » du lundi au vendredi, de 18 h à 20 h.66 • LE FIGARO MAGAZINE - 20 JUILLET 2012
  8. 8. D A N S L E S P A S D E S G R A N D S A V E N T U R I E R S VIETNAM ~ LE CARNET de VOYAGE Y ALLER Dédié à Shiva, My Son est un Vietnam Airlines (01.44.55.39.90 ; sanctuaire religieux (IVe siècle) qui www.vietnamairlines.com) relie émerge de la forêt. C’est Angkor, Paris-Charles-de-Gaulle à Hô Chi sans les hordes de touristes. Le Minh-Ville et Hanoï, à raison de mystère du Champa, civilisation 12 connexions par semaine. A partir engloutie. Le musée des Ethnies de 762 €. La compagnie affrète de du Dak Lak, à Buôn Ma Thuôt. nombreux vols intérieurs à Ouvert il y a six mois, c’est le destination de plus de 20 villes du musée incontournable du pays Vietnam. Tarifs préférentiels pour pour qui veut connaître les les voyageurs ayant utilisé Vietnam 53 minorités du Vietnam, dont les Airlines au départ de Paris. Moïs. Et le seul à utiliser plusieurs langues dans l’affichage, détail qui ORGANISER SON VOYAGE compte ! Artiste-peintre de Sinh, dans la région de Huê, ex-capitale impériale. Asia (01.44.41.50.10 ; www.asia.fr) propose un itinéraire sur mesure de en teck, et ventilateur au plafond. Néanmoins, à Huê, tentez À LIRE 12 jours et 9 nuits au départ de Entre 100 et 200 €, ce qui est l’expérience chez Tha Om Garden Marie Ier, le dernier roi français, Paris. Transferts et transport en dérisoire pour un établissement de House (00.84.543.52.78.10 ; d’Antoine Michelland, Perrin, 2012. voiture privée avec chauffeur et cette qualité. camtut@gmail.com). Il s’agit d’un C’est l’ouvrage le plus complet et le guide francophone à chaque étape. particulier qui reçoit dans son plus précis sur Mayréna (voir notre Ce forfait inclut : 2 nuits à Huê, jardin typique du Vietnam ancien : critique en page 89). Indispensable 2 nuits à Hoi An, 2 nuits à Kon Tum, pavillons, bassin en demi-lune, pour qui veut en savoir plus. 2 nuits à Buôn Ma Thuôt, 1 nuit à frangipaniers, tamariniers. Menu Marie Ier, roi des Sédangs (1888- Hô Chi Minh-Ville. Hébergement en fixe à 40 $ avec 8 plats. L’endroit 1890) de Maurice Soulié, Marpon chambre double et petit déjeuner étant introuvable, il faut demander et Cie, 1927. Biographie très dans des hôtels 3 étoiles. Prix par La plage du à la réception de l’hôtel La romancée mais fort savoureuse. personne : 2 715 €. Vols sur Victoria Hoi An. Résidence & Spa de réserver, et le Œuvres complètes, tome III, Vietnam Airlines inclus A Hoi An : Victoria Hoi An Beach propriétaire enverra son propre d’André Malraux, Bibliothèque de la (international et intérieurs). Resort & Spa chauffeur. Pléiade, 1996. On y trouve le roman Pour une découverte des seuls (00.84.510.392.7040 ; inachevé de Malraux sur Marie Ier : hauts plateaux de l’Annam, Asia www.victoriahotels.asia). Bâti au À VOIR Le Règne du Malin. Cette ébauche organise un circuit plus court de bord d’une plage de sable blanc, A 50 kilomètres de Hoi An, le site (le texte s’arrête au moment où 4 jours et 3 nuits, de Da Nang à Hô c’est l’endroit idéal pour le farniente. cham de My Son, classé au Mayréna arrive chez les Moïs) est Chi Minh-Ville. A partir de 884 € Aérées et spacieuses, les chambres patrimoine mondial de l’Unesco. une curiosité littéraire. J.-L. T. par personne. sont décorées à la mode coloniale et évoquent l’Indochine française. SE LOGER Grâce à son dynamique manager, CHINE Claude Balland, ceux qui n’aimentLa piscine de pas les bains de soleil pourront se HanoiLa Résidence à Huê. rabattre sur d’autres activités : excursions en bateau ou visite de LAOS Golfe du Hoi An (fleuron de l’architecture Tonkin traditionnelle annamite) en side- Hainan car. Entre 120 et 240 € (chambre VIETNAM ou suite). A Hô Chi Minh-Ville : Sofitel Saïgon Huê Plaza (www.sofitel.com). Tout le Da Nang A Huê : La Résidence Hôtel & Spa confort des Sofitel avec un THAÏLANDE Hoi An (00.84.543.83.74.75 ; www.la- avantage certain : il est situé au Cordillère Annamitique residence-hue.com). Cet hôtel, qui centre-ville, à 500 mètres de l’ex- Kon Tum occupe l’ancien palais du rue Catinat, de l’Hôtel Continental, Play Cu gouverneur français, dégage un de la cathédrale Notre-Dame et charme fou. Le personnel est stylé d’autres vestiges de la présence CAMBODGE et d’un professionnalisme éprouvé. française. Nostalgie, nostalgie… Buôn Ma Thuôt La plupart des chambres donnent Mer OLIVIER CAILLEAU sur la rivière des Parfums et la SE RESTAURER 50 km de Chine citadelle impériale. Style Art déco et Au Vietnam, on mange bien Hô Chi Minh-Ville colonial : lits à baldaquin, meubles partout, de la gargote au palace. 68 • LE FIGARO MAGAZINE - 20 JUILLET 2012

×