PROGRAMME
BUREAU POUR LA TUNISIE, L’ALGÉRIE ET LA LIBYE |
«De la réconciliation nationale»
Date: Le 05 septembre 2015
Lieu...
En fait, cette issue heureuse est généralement trouvée dans le cadre de la justice
transitionnelle, celle-ci faisant de la...
Samedi, 05 septembre 2015
09h00 – 09h30
Inscription et Pause-café
09h30 – 09h45
Session d’ouverture
Pr. Hassen Annabi
Prof...
Lotfi Dammak,
Service juridique de la Présidence de la République.
Débat
13h00 – 14h30
Déjeuner
14h30 – 16h30
Deuxième séa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Programme 05092015.doc frs hdf

279 vues

Publié le

forum

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
60
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Programme 05092015.doc frs hdf

  1. 1. PROGRAMME BUREAU POUR LA TUNISIE, L’ALGÉRIE ET LA LIBYE | «De la réconciliation nationale» Date: Le 05 septembre 2015 Lieu: Mövenpick Hotel Gammarth Organisation: Le Forum de l’Académie Politique – Konrad Adenauer Stiftung Argumentaire : Les sociétés traumatisées soit par la violence, la répression politique ou les guerres civiles ayant entamé, par un sursaut révolutionnaire ou un changement politique significatif, une période de transition vers un régime démocratique ne peuvent faire l’économie d’une analyse critique de leur passé en vue d’exorciser le mal dont ils ont été atteints pour se reconstruire sur de nouvelles bases, dans le cadre d’une réconciliation nationale. En fait, cette réconciliation reste une opération complexe et pleine d’embûches, voire même impossible à accomplir parfois. C’est le cas notamment lorsque la crise a des origines lointaines, et de surcroît, confessionnelles et ethniques. L’ancienne république fédérale de Yougoslavie en a fait l’expérience et n’en a trouvé l’issue qu’au frais d’un éclatement de la fédération en de multiples petits Etats. La question est relativement plus facilement gérable lorsque la société a connu des affrontements d’ordre idéologique entre un parti au pouvoir et une opposition révolutionnaire. Les pays d’Amérique latine, dans l’ensemble, se sont trouvés dans cette situation. C’est au prix de quelques douloureuses concessions faites à l’ancienne classe politique (notamment militaire) qu’un régime démocratique a pu être fondé. On peut revenir là à ce qui a été accompli en Argentine par exemple. Dans d’autres cas, l’affrontement ayant débouché sur un changement de régime a des origines politiques : domination d’une communauté par une minorité privilégiée (le régime de l’apartheid en Afrique du Sud) ou dictature civile amenant le musellement de la liberté de conscience et d’expression (Tunisie, Egypte, Irak), la réaction peut être soit catégorique par la dissolution du parti au pouvoir et la poursuite de ses cadres au risque de compromettre toute chance de réconciliation nationale (Irak) soit beaucoup plus mesurée de manière à garantir les droits des victimes tout en aménageant une porte de sortie honorable vers la réconciliation (Bulgarie). Konrad-Adenauer-Stiftung e.V. | Bureau pour la Tunisie, l’Algérie et la Libye 27, Rue de l´Ile de Zembra | 1053 Les Berges du Lac II / Tunis www.kas.de/tunesien | www.kas.de | Tél. +216 70 018 080 | Fax: +216 70 018 099 | Mail: Info.Tunis@kas.de
  2. 2. En fait, cette issue heureuse est généralement trouvée dans le cadre de la justice transitionnelle, celle-ci faisant de la réconciliation nationale l’ultime étape d’un processus qui comprend au préalable la confession des erreurs et la sollicitation du pardon. Cependant, tout processus de justice transitionnelle ne vaut finalement que par ses résultats. C’est pourquoi il est impératif de prendre en considération le contexte et les priorités, afin d’éviter les impasses. Ainsi, la réconciliation économique pourrait être une solution adaptée à une double exigence, à savoir la justice transitionnelle d’une part et la résolution de la crise économique consécutive à l’anarchie politique qui a suivi la chute de la dictature d’autre part. Pr. Hassen Annabi Page 2 de 4
  3. 3. Samedi, 05 septembre 2015 09h00 – 09h30 Inscription et Pause-café 09h30 – 09h45 Session d’ouverture Pr. Hassen Annabi Professeur universitaire Ancien Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation Coordinateur du conseil scientifique du FOAP Dr. Hardy Ostry, Représentant résident Konrad-Adenauer-Stiftung Tunis – Tunisie 09h45 – 13h00 Première séance : «De la réconciliation au Maghreb : Projets et expériences» « Les commissions de vérité et de réconciliation : bilan de l'expérience marocaine. » Abderrazak EL Hiri Enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Université Sidi Mohammed Ben Abdellah -Fès – Maroc et Directeur du Laboratoire de Coordination des Etudes et des Recherches en Analyses et Prévisions Economiques (CERAPE). « Réconciliation nationale : L'expérience algérienne» Pr Mohamed Bendjedidi Professeur de droit international public, membre de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l'Homme, membre de la Fondation Nationale pour la Promotion de la Santé et le Développement de la Recherche (Forem) et ancien Sénateur, Algérie. « Le projet de loi sur la réconciliation économique» Page 3 de 4
  4. 4. Lotfi Dammak, Service juridique de la Présidence de la République. Débat 13h00 – 14h30 Déjeuner 14h30 – 16h30 Deuxième séance : Le cas tunisien : problématique du rapport entre réconciliation et justice transitionnelle « Le projet de loi sur la réconciliation nationale marque-t-il la fin (ou l'avortement) de la justice transitionnelle ? » Pr. Jaouhar Ben Mbarek, Professeur de droit constitutionnel et président du réseau « Dostourna ». « Les défis et les enjeux de la réconciliation économique et nationale» Dr. Moez Joudi, Président de l’Association Tunisienne de Gouvernance (ATG). Débat 16h45 Pause-café Page 4 de 4

×