SlideShare une entreprise Scribd logo
Mulhouse S a m e d i 2 27 5 o c t o b r e 2 0 1 4 L'ALSACE 
Édouard Cousin 
Qu’allait-il donc donner, ce fameux 
forum Libé, annoncé à grands 
coups de com’municipale, par en-core 
ouvert que déjà critiqué pour 
son coût pour la collectivité, avec 
ses plateaux taillés sur mesure 
pour faire du buzz sur les réseaux 
sociaux ? 
Le premier débat – et le plus sulfu-reux 
– hier matin, a mis tout le 
monde d’accord. La confrontation, 
pendant une bonne heure, entre la 
ministre de la Justice Christiane 
Taubira et le philosophe Alain Fin-kielkraut 
a été un moment de très 
haute tenue. Loin de s’écharper, 
les deux protagonistes ont débattu 
– évidemment – mais de manière 
courtoise et respectueuse face à 
une grande salle de la Filature qui 
affichait complet et qui a goûté 
avec un bonheur certain la qualité 
des échanges. 
Thème de ce premier débat du 
jour : « réinventer la démocratie ». 
Le philosophe a commencé par un 
constat : « Il y a en France une 
vraie crise de la démocratie, ac-compagnée 
d’un sentiment de dé-possession 
démocratique parmi la 
population […] Nous vivons dans 
un monde de flux (financiers, mi-gratoires…) 
que le politique n’est 
pas capable d’accompagner. La 
question est de savoir si le politi-que 
est en mesure de reprendre la 
main ». Christiane Taubira a 
d’abord abondé dans le sens de son 
contradicteur : « La démocratie va 
mal et les politiques en sont en 
partie responsables […] L’enjeu est 
de savoir comment restituer au 
peuple le pouvoir dont il se sent 
dépossédé. » 
Ne pas se réfugier 
dans le déjà-vu mais 
oser le jamais vu 
À défaut d’un consensus, et même 
si quelques points de convergence 
ont pu être trouvés sur la démocra-tie, 
les questions clivantes n’ont 
pas manqué. « Il existe, en France, 
des territoires perdus par la Répu-blique. 
Des endroits où des com-p 
o r t e m e n t s d e h a i n e s e 
manifestent. Des insultes telles 
que sale Français, sale juif, tout 
cela existe », a martelé Alain Fin-kielkraut. 
La ministre de la Justice, 
elle, a parlé d’amour ! « Les socié-tés 
sont plurielles. On n’empêchera 
pas les gens de se rencontrer et de 
s’aimer ! La question, c’est com-ment 
nous vivons ensemble. » 
La question de la politique, de la 
gauche et de la droite, est revenue 
à plusieurs reprises sur le tapis. 
L’occasion d’aborder le Front natio-nal. 
« Il ne faut surtout pas banali-ser 
le discours du FN. Il revient à la 
gauche de s’emparer de cette ques-tion 
et de ne pas rester en retrait », 
a estimé l’auteur de La Défaite de 
la pensée. « Partout, nous consta-tons 
des analogies avec la France 
des années 30. La tendance est de 
se réfugier dans le déjà-vu plutôt 
que dans le jamais vu. Face à cette 
situation, il convient de faire face. 
De ne pas se tourner vers le déni. 
Nous sommes tous tenus de faire 
un grand effort de lucidité, de clair-voyance. 
» La garde des Sceaux a 
complété : « On n’a jamais raison 
d’avoir peur et le déni est une fai-blesse, 
souvent une lâcheté […] On 
a toujours tort de ne pas livrer ba-taille 
», a-t-elle estimé. Mais, selon 
elle, « c’est faux de dire que la 
France est un peuple de la peur, du 
repli ». Faisant référence aux Lu-mières, 
à la Déclaration universelle 
des droits de l’homme, Christiane 
Taubira a complété : « Nous de-vons 
reprendre conscience que 
nous sommes capables de cons-truire, 
collectivement, des répon-ses 
à la crise de la démocratie. » 
On a toujours tort de 
ne pas livrer bataille 
Après une première interruption 
provoquée par un opposant à la 
prison de Lutterbach resté, éton-namment, 
assez longtemps seul 
face aux débatteurs avant d’être 
prié de quitter la scène par les re-présentants 
de la force publique, le 
débat s’est terminé par une derniè-re 
joute verbale cette fois entre 
Alain Finkielkraut et, dans la salle, 
l’élue municipale d’opposition Eu-rope 
écologie Les Verts Djamila 
Sonzogni. 
La première journée du forum Libé 
s’est ensuite poursuivie avec 
d’autres intervenants de qualité : 
l’homme politique Daniel Cohn- 
Bendit, l’écrivain Alexandre Jardin, 
l’ancien directeur de campagne de 
Barack Obama… En somme du 
beau monde. La suite aujourd’hui, 
à la Filature, pour continuer de 
« construire la ville de demain » 
comme le propose le slogan du 
forum. 
SURFER Une interview en vidéo de 
Christiane Taubira dans laquelle elle 
évoque le thème du forum « repen-ser 
la démocratie » ainsi que la 
question de la prison de Lutterbach 
est visible sur le site www.lalsace.fr 
Y ALLER Le forum « Mulhouse c’est 
vous ! » se poursuit aujourd’hui sa-medi 
à la Filature, à partir de 
10 h 30. Programme complet sur le 
site internet www.mulhouse.fr 
DÉMOCRATIE 
Un débat de haut vol 
pour ouvrir le forum 
Le forum Libération « Mulhouse, c’est vous ! » a débuté hier matin dans la grande salle de la Filature par un débat 
de grande qualité entre la ministre de la Justice Christiane Taubira et le philosophe Alain Finkielkraut. 
Animé par Laurent Joffrin, le débat sur le thème « réinventer la démocratie » a opposé le philosophe Alain Finkielkraut et 
la ministre de la Justice Christiane Taubira, en ouverture du forum Libé, hier matin. Photo L’Alsace/Jean-François Frey 
« Mulhouse, laboratoire de 
la révolution démocratique » 
Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération, et Jean Rottner, maire 
de Mulhouse, ont ouvert le forum, hier matin, à la Filature. 
Photo L’Alsace/Jean-Francois Frey 
Des opposants de tout poil 
tentent de se faire entendre 
Quelques « bonnets rouges » qui défendaient l’Alsace unie et les fronta-liers 
ont pu échanger quelques mots avec la ministre. Photo L’Alsace/E.C. 
Plusieurs groupes, partis et as-sociations, 
de gauche comme 
de droite, ont profité du forum 
« Mulhouse c’est vous ! » pour 
tenter de faire passer leur mes-sage. 
Sur le parvis de la Filature, hier 
matin, le public a pu croiser les 
militants du Parti communiste 
français, d’Europe écologie Les 
Verts, de la Ligue des droits de 
l’homme. Tout comme leurs ho-mologues 
de l’association À con-tre 
courant, ils entendaient 
dénoncer la manière dont le fo-rumavait 
été organisé, ainsi que 
la tutelle du journal Libération. 
De leur côté, les membres de la 
coordination Mulhouse Palesti-ne 
réclamaient l’abrogation de 
la circulaire Alliot-Marie qui, se-lon 
eux, pénalise les actions mi-litantes 
en général, et les appels 
au boycott des produits en pro-venance 
d’Israël en particulier. 
Le PCF, toujours, associé au 
Front de gauche, appelait à la 
défense des Départements. 
Les bonnets rouges ont pu dire 
quelques mots à la Garde des 
Sceaux au moment où elle quit-tait 
la Filature. Ils ont dénoncé 
la grande région Alsace-Lorrai-ne- 
Champagne-Ardenne et 
l’obligation d’affiliation des tra-vailleurs 
frontaliers à l’assuran-ce- 
maladie française. Enfin, les 
jeunes militants de droite de 
l’Uni avaient collé des affiches, 
dans la nuit de jeudi à vendredi, 
pour critiquer la politique me-née 
par la même Christiane 
Taubira. 
Moment de flottement quand un 
opposant au projet de prison à 
Lutterbach s’est invité sur la scène 
de la Filature. Photo L’Alsace/J-F.F. 
La nuit précédant le forum, les 
militants de droite de l’Uni ont 
collé des affiches pour dénoncer la 
politique de Christiane Taubira. DR 
F.F. 
Avec Daniel Cohn-Bendit dans la 
grande salle de la Filature et deux 
autres ateliers à la même heure 
(17 h), la concurrence était rude. 
Une bonne vingtaine de personnes 
ont quand même participé, hier, à 
l’atelier du forum Libé intitulé « Un 
conciliateur à Mulhouse ? » Créer 
cette fonction, sous ce terme ou un 
autre, c’est une piste que la Ville de 
Mulhouse envisage pour « prendre 
en compte l’insatisfaction » que des 
citoyens peuvent exprimer vis-à-vis 
de la collectivité, a expliqué en 
ouverture Patrick Puledda, l’adjoint 
enchargedeladémocratielocale.Et 
pour donner une idée de ce qui exis-te 
en la matière dans divers pays, 
directionleCanada :l’atelieradébu-té 
par la projection d’une vidéo con-sac 
rée à l’ombudsman (une 
ombudswoman, en l’occurrence) de 
Montréal. 
Avec son équipe, elle se penche sur 
les situationsproblématiquesqui lui 
sont soumiseset s’efforcedetrouver 
des solutions. Elle est dotée de deux 
pouvoirs principaux : faire des en-quêtes 
et émettredes recommanda-tions. 
L’ombudsman de Montréal a 
unpouvoirmoraltrèsfort,témoigne 
Johanne Savard, qui occupe la fonc-tion 
:pas loinde100%deses recom-mandations 
sont suivies par la 
collectivité. 
« Quelqu’un d’objectif, 
pragmatique 
et indépendant » 
Ilne s’agit pas de transposer tel quel 
l’exemple montréalais, ont bien ca-dré 
Patrick Puledda et Olivier Cha-pelle, 
journaliste à L’Alsace, qui 
animaitl’atelier :larencontred’hier 
visait à entamer la réflexion sur ce 
quepourrait êtreunconciliateuràla 
mulhousienne. « Je vois cet homme 
ou cette femme comme une person-nequalifiée, 
faciled’accès,objective 
et pragmatique. Il ou elle devra être 
indépendant et doté d’une grande 
qualité d’écoute et d’analyse […] 
Cette personne ne sera inféodée à 
aucun service », a suggéré Roland 
Gautsch, délégué du Défenseur des 
droits Jacques Toubon, venu appor-ter 
son regard. Et dans la salle, les 
premières questions n’ont pas tar-dé. 
Des exemples ? Comment serait 
nomméceconciliateur ?Serait-ilbé-névole 
ou salarié ? Comment garan-tir 
son indépendance ainsi que le 
caractèreapolitiquedesafonction ? 
« L’indépendance est sûrement le 
point central de la crédibilité d’une 
telle instance », acquiesce Patrick 
Puledda. Et une piste évoquée pour 
la garantir est l’inamovibilité de ce-lui 
ou celle qui exercera le rôle. 
Le groupe s’est aussi efforcé de dé-grossir 
ce que pourrait être le péri-mè 
t r e d ’ i n t e r v e n t i o n d ’ u n 
conciliateur mulhousien. « Il ne de-vra 
pas être le bureau des pleurs », 
souligne Roland Gautsch. Olivier 
Chapelle dégage (notamment de 
l’exemple de Montréal) deux limi-tes 
: d’une part, la saisie du concilia-teur 
suppose d’avoir au préalable 
émis une plainte ou effectué des dé-marches 
directement auprès du ser-vice 
concerné et d’avoir essuyé un 
refus ; d’autre part, le conciliateur 
ne pourra se saisir de plaintes déjà 
encoursdetraitementpar lajustice. 
Au final, plus de questions que de 
réponses, mais la réflexion ne fait 
quedémarrer.Et lepublicdel’atelier 
a émis le souhait d’être associé à la 
suite des opérations. 
ATELIER 
« Un conciliateur à Mulhouse ? » 
L’un des nombreux ateliers du forum Libération était consacré, hier, à une nouvelle fonction qui pourrait voir le jour 
à Mulhouse pour faire écho à certaines réclamations des citoyens vis-à-vis de la collectivité. 
Face au public de l’atelier, trois intervenants : Roland Gautsch, Patrick Puledda 
et Olivier Chapelle. Photo L’Alsace/Jean François Frey 
Forum Libé oblige, c’est Laurent 
Joffrin, le directeur de la rédaction 
du quotidien national, qui a ouvert 
les débats, hier matin, dans la 
grande salle de la Filature. « Nous 
allons parler de crise de la démo-cratie 
pendant deux jours, ici, à 
Mulhouse. Mais nous ne souhai-tons 
pas que ce forum soit celui de 
la déploration. Car l’idée démocra-tique 
recueille encore un large as-s 
e n t ime n t a u s e i n d e l a 
population », a souligné le journa-liste. 
Il a aussi rappelé que « c’est la 
Ville de Mulhouse qui est à l’origi-ne 
de ces deux journées » (en dé-boursant 
au passage plus de 
180 000 euros, comme cela a été 
indiqué par l’adjoint aux finances, 
Philippe Maitreau, lors du conseil 
municipal lundi soir, NDLR). Lau-rent 
Joffrin a conclu son propos en 
considérant même que : « Mul-house 
est destinée à servir de labo-ratoi 
re à ce t te ré volut ion 
démocratique ». Cyril Lage, cofon-dateur 
de Démocratie ouverte, 
une association qui s’engage à fai-re 
évoluer la démocratie, a relevé 
de son côté que Mulhouse avait 
été la première collectivité de 
France à avoir adhéré à la démar-che 
THC, pour « territoire haute-ment 
citoyen ». 
Le mot de la fin est revenu au 
maire, Jean Rottner, qui a d’abord 
tenu à indiquer que ce forum ré-pondait 
à une de ses promesses de 
campagne. Selon lui, le renouveau 
de la démocratie passera par l’im-plication 
de tous. « Mon message, 
c’est : aide-toi, la Ville t’aidera ! 
Les élus ne sont pas là pour faire 
les choses à la place de…Je souhai-te 
faire en sorte que cette ville soit 
le terrain propice pour libérer les 
énergies. Ce qui correspond 
d’ailleurs au thème de ces deux 
jours : Mulhouse, c’est vous ! » 
MUL02

Contenu connexe

Similaire à L'Alsace du 25 octobre 2014

Indignez vous
Indignez vousIndignez vous
Indignez vous
www.bourse-maroc.org
 
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
c_filleul
 
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
Tikoun38
 
Pierre nora  « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
Pierre nora   « le modèle français est atteint en profondeur », enquêtePierre nora   « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
Pierre nora  « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
Pierre PRIGENT
 
La vie française
La vie françaiseLa vie française
La vie françaiselfiduras
 
La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014
Tikoun38
 
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
Tikoun38
 
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologisteCompte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
Jean-Marie Bouguen
 
Le Catechisme Postmoderne
Le Catechisme PostmoderneLe Catechisme Postmoderne
Le Catechisme PostmoderneJorge Barbosa
 
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
segoleneroyal
 
60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europeLeSoir.be
 
60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europeCédric Petit
 
Manifeste de Libération
Manifeste de LibérationManifeste de Libération
Manifeste de Libération
Manon Mella
 
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615Rubin Sfadj
 
Historique
HistoriqueHistorique
Historique
Yann Lefebvre
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Michel Bruley
 
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po   La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
Isis_LC
 
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSIONLES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
Yann Lefebvre
 

Similaire à L'Alsace du 25 octobre 2014 (20)

Indignez vous
Indignez vousIndignez vous
Indignez vous
 
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
1jour1actu n°59. Comprendre ce qu'est Charlie Hebdo
 
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
 
Pierre nora  « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
Pierre nora   « le modèle français est atteint en profondeur », enquêtePierre nora   « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
Pierre nora  « le modèle français est atteint en profondeur », enquête
 
La vie française
La vie françaiseLa vie française
La vie française
 
La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014
 
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013La Presse Nouvelle Magazine N°311  décembre 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°311 décembre 2013
 
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologisteCompte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
Compte rendu de mandat 2014 du Groupe écologiste
 
Le Catechisme Postmoderne
Le Catechisme PostmoderneLe Catechisme Postmoderne
Le Catechisme Postmoderne
 
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
Chapitre 3 de la "Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solu...
 
60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe
 
60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe60 idées pour l'europe
60 idées pour l'europe
 
Manifeste de Libération
Manifeste de LibérationManifeste de Libération
Manifeste de Libération
 
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615
GenerationLibre_Memoire_Loi_Renseignement_250615
 
Historique
HistoriqueHistorique
Historique
 
Democratie 01-05-12
Democratie 01-05-12Democratie 01-05-12
Democratie 01-05-12
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
 
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po   La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
La semaine des Outremers 2013 de Sciences Po
 
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSIONLES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
LES MOYENS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION
 
Jacques ellul et le
Jacques ellul et leJacques ellul et le
Jacques ellul et le
 

L'Alsace du 25 octobre 2014

  • 1. Mulhouse S a m e d i 2 27 5 o c t o b r e 2 0 1 4 L'ALSACE Édouard Cousin Qu’allait-il donc donner, ce fameux forum Libé, annoncé à grands coups de com’municipale, par en-core ouvert que déjà critiqué pour son coût pour la collectivité, avec ses plateaux taillés sur mesure pour faire du buzz sur les réseaux sociaux ? Le premier débat – et le plus sulfu-reux – hier matin, a mis tout le monde d’accord. La confrontation, pendant une bonne heure, entre la ministre de la Justice Christiane Taubira et le philosophe Alain Fin-kielkraut a été un moment de très haute tenue. Loin de s’écharper, les deux protagonistes ont débattu – évidemment – mais de manière courtoise et respectueuse face à une grande salle de la Filature qui affichait complet et qui a goûté avec un bonheur certain la qualité des échanges. Thème de ce premier débat du jour : « réinventer la démocratie ». Le philosophe a commencé par un constat : « Il y a en France une vraie crise de la démocratie, ac-compagnée d’un sentiment de dé-possession démocratique parmi la population […] Nous vivons dans un monde de flux (financiers, mi-gratoires…) que le politique n’est pas capable d’accompagner. La question est de savoir si le politi-que est en mesure de reprendre la main ». Christiane Taubira a d’abord abondé dans le sens de son contradicteur : « La démocratie va mal et les politiques en sont en partie responsables […] L’enjeu est de savoir comment restituer au peuple le pouvoir dont il se sent dépossédé. » Ne pas se réfugier dans le déjà-vu mais oser le jamais vu À défaut d’un consensus, et même si quelques points de convergence ont pu être trouvés sur la démocra-tie, les questions clivantes n’ont pas manqué. « Il existe, en France, des territoires perdus par la Répu-blique. Des endroits où des com-p o r t e m e n t s d e h a i n e s e manifestent. Des insultes telles que sale Français, sale juif, tout cela existe », a martelé Alain Fin-kielkraut. La ministre de la Justice, elle, a parlé d’amour ! « Les socié-tés sont plurielles. On n’empêchera pas les gens de se rencontrer et de s’aimer ! La question, c’est com-ment nous vivons ensemble. » La question de la politique, de la gauche et de la droite, est revenue à plusieurs reprises sur le tapis. L’occasion d’aborder le Front natio-nal. « Il ne faut surtout pas banali-ser le discours du FN. Il revient à la gauche de s’emparer de cette ques-tion et de ne pas rester en retrait », a estimé l’auteur de La Défaite de la pensée. « Partout, nous consta-tons des analogies avec la France des années 30. La tendance est de se réfugier dans le déjà-vu plutôt que dans le jamais vu. Face à cette situation, il convient de faire face. De ne pas se tourner vers le déni. Nous sommes tous tenus de faire un grand effort de lucidité, de clair-voyance. » La garde des Sceaux a complété : « On n’a jamais raison d’avoir peur et le déni est une fai-blesse, souvent une lâcheté […] On a toujours tort de ne pas livrer ba-taille », a-t-elle estimé. Mais, selon elle, « c’est faux de dire que la France est un peuple de la peur, du repli ». Faisant référence aux Lu-mières, à la Déclaration universelle des droits de l’homme, Christiane Taubira a complété : « Nous de-vons reprendre conscience que nous sommes capables de cons-truire, collectivement, des répon-ses à la crise de la démocratie. » On a toujours tort de ne pas livrer bataille Après une première interruption provoquée par un opposant à la prison de Lutterbach resté, éton-namment, assez longtemps seul face aux débatteurs avant d’être prié de quitter la scène par les re-présentants de la force publique, le débat s’est terminé par une derniè-re joute verbale cette fois entre Alain Finkielkraut et, dans la salle, l’élue municipale d’opposition Eu-rope écologie Les Verts Djamila Sonzogni. La première journée du forum Libé s’est ensuite poursuivie avec d’autres intervenants de qualité : l’homme politique Daniel Cohn- Bendit, l’écrivain Alexandre Jardin, l’ancien directeur de campagne de Barack Obama… En somme du beau monde. La suite aujourd’hui, à la Filature, pour continuer de « construire la ville de demain » comme le propose le slogan du forum. SURFER Une interview en vidéo de Christiane Taubira dans laquelle elle évoque le thème du forum « repen-ser la démocratie » ainsi que la question de la prison de Lutterbach est visible sur le site www.lalsace.fr Y ALLER Le forum « Mulhouse c’est vous ! » se poursuit aujourd’hui sa-medi à la Filature, à partir de 10 h 30. Programme complet sur le site internet www.mulhouse.fr DÉMOCRATIE Un débat de haut vol pour ouvrir le forum Le forum Libération « Mulhouse, c’est vous ! » a débuté hier matin dans la grande salle de la Filature par un débat de grande qualité entre la ministre de la Justice Christiane Taubira et le philosophe Alain Finkielkraut. Animé par Laurent Joffrin, le débat sur le thème « réinventer la démocratie » a opposé le philosophe Alain Finkielkraut et la ministre de la Justice Christiane Taubira, en ouverture du forum Libé, hier matin. Photo L’Alsace/Jean-François Frey « Mulhouse, laboratoire de la révolution démocratique » Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération, et Jean Rottner, maire de Mulhouse, ont ouvert le forum, hier matin, à la Filature. Photo L’Alsace/Jean-Francois Frey Des opposants de tout poil tentent de se faire entendre Quelques « bonnets rouges » qui défendaient l’Alsace unie et les fronta-liers ont pu échanger quelques mots avec la ministre. Photo L’Alsace/E.C. Plusieurs groupes, partis et as-sociations, de gauche comme de droite, ont profité du forum « Mulhouse c’est vous ! » pour tenter de faire passer leur mes-sage. Sur le parvis de la Filature, hier matin, le public a pu croiser les militants du Parti communiste français, d’Europe écologie Les Verts, de la Ligue des droits de l’homme. Tout comme leurs ho-mologues de l’association À con-tre courant, ils entendaient dénoncer la manière dont le fo-rumavait été organisé, ainsi que la tutelle du journal Libération. De leur côté, les membres de la coordination Mulhouse Palesti-ne réclamaient l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui, se-lon eux, pénalise les actions mi-litantes en général, et les appels au boycott des produits en pro-venance d’Israël en particulier. Le PCF, toujours, associé au Front de gauche, appelait à la défense des Départements. Les bonnets rouges ont pu dire quelques mots à la Garde des Sceaux au moment où elle quit-tait la Filature. Ils ont dénoncé la grande région Alsace-Lorrai-ne- Champagne-Ardenne et l’obligation d’affiliation des tra-vailleurs frontaliers à l’assuran-ce- maladie française. Enfin, les jeunes militants de droite de l’Uni avaient collé des affiches, dans la nuit de jeudi à vendredi, pour critiquer la politique me-née par la même Christiane Taubira. Moment de flottement quand un opposant au projet de prison à Lutterbach s’est invité sur la scène de la Filature. Photo L’Alsace/J-F.F. La nuit précédant le forum, les militants de droite de l’Uni ont collé des affiches pour dénoncer la politique de Christiane Taubira. DR F.F. Avec Daniel Cohn-Bendit dans la grande salle de la Filature et deux autres ateliers à la même heure (17 h), la concurrence était rude. Une bonne vingtaine de personnes ont quand même participé, hier, à l’atelier du forum Libé intitulé « Un conciliateur à Mulhouse ? » Créer cette fonction, sous ce terme ou un autre, c’est une piste que la Ville de Mulhouse envisage pour « prendre en compte l’insatisfaction » que des citoyens peuvent exprimer vis-à-vis de la collectivité, a expliqué en ouverture Patrick Puledda, l’adjoint enchargedeladémocratielocale.Et pour donner une idée de ce qui exis-te en la matière dans divers pays, directionleCanada :l’atelieradébu-té par la projection d’une vidéo con-sac rée à l’ombudsman (une ombudswoman, en l’occurrence) de Montréal. Avec son équipe, elle se penche sur les situationsproblématiquesqui lui sont soumiseset s’efforcedetrouver des solutions. Elle est dotée de deux pouvoirs principaux : faire des en-quêtes et émettredes recommanda-tions. L’ombudsman de Montréal a unpouvoirmoraltrèsfort,témoigne Johanne Savard, qui occupe la fonc-tion :pas loinde100%deses recom-mandations sont suivies par la collectivité. « Quelqu’un d’objectif, pragmatique et indépendant » Ilne s’agit pas de transposer tel quel l’exemple montréalais, ont bien ca-dré Patrick Puledda et Olivier Cha-pelle, journaliste à L’Alsace, qui animaitl’atelier :larencontred’hier visait à entamer la réflexion sur ce quepourrait êtreunconciliateuràla mulhousienne. « Je vois cet homme ou cette femme comme une person-nequalifiée, faciled’accès,objective et pragmatique. Il ou elle devra être indépendant et doté d’une grande qualité d’écoute et d’analyse […] Cette personne ne sera inféodée à aucun service », a suggéré Roland Gautsch, délégué du Défenseur des droits Jacques Toubon, venu appor-ter son regard. Et dans la salle, les premières questions n’ont pas tar-dé. Des exemples ? Comment serait nomméceconciliateur ?Serait-ilbé-névole ou salarié ? Comment garan-tir son indépendance ainsi que le caractèreapolitiquedesafonction ? « L’indépendance est sûrement le point central de la crédibilité d’une telle instance », acquiesce Patrick Puledda. Et une piste évoquée pour la garantir est l’inamovibilité de ce-lui ou celle qui exercera le rôle. Le groupe s’est aussi efforcé de dé-grossir ce que pourrait être le péri-mè t r e d ’ i n t e r v e n t i o n d ’ u n conciliateur mulhousien. « Il ne de-vra pas être le bureau des pleurs », souligne Roland Gautsch. Olivier Chapelle dégage (notamment de l’exemple de Montréal) deux limi-tes : d’une part, la saisie du concilia-teur suppose d’avoir au préalable émis une plainte ou effectué des dé-marches directement auprès du ser-vice concerné et d’avoir essuyé un refus ; d’autre part, le conciliateur ne pourra se saisir de plaintes déjà encoursdetraitementpar lajustice. Au final, plus de questions que de réponses, mais la réflexion ne fait quedémarrer.Et lepublicdel’atelier a émis le souhait d’être associé à la suite des opérations. ATELIER « Un conciliateur à Mulhouse ? » L’un des nombreux ateliers du forum Libération était consacré, hier, à une nouvelle fonction qui pourrait voir le jour à Mulhouse pour faire écho à certaines réclamations des citoyens vis-à-vis de la collectivité. Face au public de l’atelier, trois intervenants : Roland Gautsch, Patrick Puledda et Olivier Chapelle. Photo L’Alsace/Jean François Frey Forum Libé oblige, c’est Laurent Joffrin, le directeur de la rédaction du quotidien national, qui a ouvert les débats, hier matin, dans la grande salle de la Filature. « Nous allons parler de crise de la démo-cratie pendant deux jours, ici, à Mulhouse. Mais nous ne souhai-tons pas que ce forum soit celui de la déploration. Car l’idée démocra-tique recueille encore un large as-s e n t ime n t a u s e i n d e l a population », a souligné le journa-liste. Il a aussi rappelé que « c’est la Ville de Mulhouse qui est à l’origi-ne de ces deux journées » (en dé-boursant au passage plus de 180 000 euros, comme cela a été indiqué par l’adjoint aux finances, Philippe Maitreau, lors du conseil municipal lundi soir, NDLR). Lau-rent Joffrin a conclu son propos en considérant même que : « Mul-house est destinée à servir de labo-ratoi re à ce t te ré volut ion démocratique ». Cyril Lage, cofon-dateur de Démocratie ouverte, une association qui s’engage à fai-re évoluer la démocratie, a relevé de son côté que Mulhouse avait été la première collectivité de France à avoir adhéré à la démar-che THC, pour « territoire haute-ment citoyen ». Le mot de la fin est revenu au maire, Jean Rottner, qui a d’abord tenu à indiquer que ce forum ré-pondait à une de ses promesses de campagne. Selon lui, le renouveau de la démocratie passera par l’im-plication de tous. « Mon message, c’est : aide-toi, la Ville t’aidera ! Les élus ne sont pas là pour faire les choses à la place de…Je souhai-te faire en sorte que cette ville soit le terrain propice pour libérer les énergies. Ce qui correspond d’ailleurs au thème de ces deux jours : Mulhouse, c’est vous ! » MUL02