1Construction de la matrice de positionnementpour la Ville de Montréal
2Préambule : Enjeux et Démarche........................................................................................ 4A...
36. Promotion de la Ville............................................................................................ 21I....
4Préambule : Enjeux et Démarche
5A. Les enjeuxNécessité de la matrice et difficultés de réalisation : Voir ou l’on est et choisir où l’on vaLa matrice sou...
6Ainsi, vouloir attirer des entreprises revient à se positionner comme une ville d’affaires.De même, attirer des « talents...
7Villes industrielles et peu accueillantesTourisme et Qualité de vieNew York CitySan FranciscoSeattleSingapourBarceloneTor...
8C. a démarcheSe baser sur l’existant mais une nouvelle optiqueÉtant donné la base pertinente que constituait la matrice d...
9dans le positionnement de celle-ci, nous avons décidé de réaliser une comparaisonentre la matrice de positionnement et le...
10Deuxième partie :Les indicateurs
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sommaire construction de la matrice perceptuelle pour le benchmark de la ville de montréal

913 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
913
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sommaire construction de la matrice perceptuelle pour le benchmark de la ville de montréal

  1. 1. 1Construction de la matrice de positionnementpour la Ville de Montréal
  2. 2. 2Préambule : Enjeux et Démarche........................................................................................ 4A. Les enjeux ................................................................................................................... 5B. Un précédent : la matrice perceptuelle de 2005.......................................................... 5C. La démarche................................................................................................................ 8Deuxième partie : Les indicateurs..................................................................................... 10I. Ville d’Affaires et de savoir...................................................................................... 111. Dynamisme économique / Compétitivité.............................................................. 11• Investissements en R&D................................................................................... 11• Global Competitiveness Index 2006 and 2005................................................. 11• IMD World Competitiveness Yearbook (WCY) .............................................. 12• Indicateur de compétitivité pays ....................................................................... 142. Coût de faire des affaires ...................................................................................... 14• Baromètre de l’attractivité européenne (E&Y France).................................... 14• Best US Places for business.............................................................................. 14• Choix concurrentiels (KPMG 2006)................................................................. 153. Accès à la main d’œuvre qualifiée........................................................................ 16• Niveau des Universités : classement de Shanghai ............................................ 16• Taux de diplômés titulaires d’un baccalauréat ou plus..................................... 164. Facilité à faire des affaires.................................................................................... 17• European Cities Monitor 2006 par le cabinet Cushman & Wakefield : « Thebest cities to locate a business today»....................................................................... 17• Doing Business (Groupe Banque Mondiale – 2007) :...................................... 17• Indice Economic Freedom 2007...................................................................... 18• Indicateur facilité à faire des affaires – pays .................................................... 195. Logistique ............................................................................................................. 19• Nombre de ports et classements........................................................................ 19• Classement du trafic aéroportuaire .................................................................. 20
  3. 3. 36. Promotion de la Ville............................................................................................ 21I. Ville accueillante et agréable.................................................................................... 221. Coût de la vie ........................................................................................................ 22• Étude de Mercer 2007....................................................................................... 22• Indice Big Mac.................................................................................................. 22• Pouvoir d’achat dans le Monde (Union des Banques Suisses – UBS) ............. 23• Pour les villes qui n’apparaissent pas dans le classement................................. 242. Qualité de la vie .................................................................................................... 24• Mercer............................................................................................................... 243. Aménagement urbain et transports ....................................................................... 254. Ouverture sur le Monde ........................................................................................ 25• Nombre d’immigrants dans la population totale.............................................. 25• Nombre d’étudiants étrangers diplômés à partir du baccalauréat..................... 26• L’ « Indexpérience »......................................................................................... 26• Travel and Tourism Competitiveness Index (World Economic Forum – 2007)265. Culture et divertissement ...................................................................................... 286. Développement durable ........................................................................................ 28• La qualité de l’air.............................................................................................. 28• L’existence d’une politique verte...................................................................... 29• Le Reader’s digest............................................................................................. 297. Marché du travail .................................................................................................. 30Deuxième partie : Quelques résultats ............................................................................... 32Troisième partie : Du statistique au perceptuel................................................................. 34
  4. 4. 4Préambule : Enjeux et Démarche
  5. 5. 5A. Les enjeuxNécessité de la matrice et difficultés de réalisation : Voir ou l’on est et choisir où l’on vaLa matrice sous-tend deux objectifs. Le premier est un objectif immédiat car ilnous donne une photographie de la situation actuelle par rapport aux autres métropolesmondiales choisies mais aussi sa position au moment où l’on considère la matrice. Lesecond objectif est de type prospectiviste. Il s’agit de prévoir la position de Montréal parrapport aux villes concurrentes en faisant varier certains indicateurs.Stratégiquement, il pourrait être intéressant de savoir quelles variables influentsignificativement ou non sur la position de Montréal dans le futur. D’un point de vueprospectiviste, il peut également s’agir d’envisager la position qu’auront les autres au fildu temps.B. Un précédent : la matrice perceptuelle de 2005Des acquis : se baser sur la matrice existanteEn 2005, avait émané de la Direction Marketing territorial de la Ville de Montréal unpremier modèle de matrice. Celle-ci se voulait perceptuelle avec des notations attribuéesaux villes en fonction du ressenti du Chargé d’études par rapport aux politiques menées etaux efforts constatés. Un focus groupe avec les statisticiens de la Ville avait contribuer àla réalisation de cette matrice.Choix des villesLes villes avaient été choisies sur la base de leurs efforts en termes de marketing et debranding.Les critères choisisL’objectif de cette matrice était d’illustrer la position de Montréal et d’autres villes duMonde selon les grands axes stratégiques que toute ville se voulant mondiale est amenéeà poursuivre. Ses axes sont corrélés avec les types de populations que l’on souhaite attirersur le territoire.
  6. 6. 6Ainsi, vouloir attirer des entreprises revient à se positionner comme une ville d’affaires.De même, attirer des « talents » revient à se positionner comme une ville de savoir où ilest également agréable de résider. Enfin, attirer des touristes revient à se positionner nonseulement comme une ville agréable mais aussi et surtout une ville accueillante.Ainsi, deux axes ont été mis en place : l’axe « Ville d’affaire » et l’axe « Villeaccueillante et agréable ». A chacun des axes correspondait un ensemble de critèresdéfinis.L’axe « Ville d’Affaire » synthétisait les critères suivants : dynamisme économique /compétitivité, accès à de la main dœuvre qualifiée, coût de faire des affaires, facilité defaire des affaires, localisation stratégique, promotion de la ville.L’axe « Ville accueillante et agréable » agrégeait les critères suivants : coût de la vie,aménagement urbain et transport, ouverture sur le monde, culture et divertissement,marché du travail de qualité (niveau de rémunération, opportunités …).Les résultats obtenus sont repris dans le schéma qui suit.
  7. 7. 7Villes industrielles et peu accueillantesTourisme et Qualité de vieNew York CitySan FranciscoSeattleSingapourBarceloneTorontoVancouverMontréalBerlinFrancfortPhiladelphieAustinDublinKCOttawaTucsonVille accueillante et agréableVilles d’affaireVilles muséales ou administratives
  8. 8. 8C. a démarcheSe baser sur l’existant mais une nouvelle optiqueÉtant donné la base pertinente que constituait la matrice de 2005, nous avons décidé denous en inspirer. Nous avons donc conservé les axes et la plupart des critères.Néanmoins, l’objectif du document a changé, passant d’une optique perceptuelle à uneoptique statistique des données.Ainsi, ce qui passait par un ressenti sur la position des villes, par rapport aux diverscritères, va être traduit statistiquement par des indices existants fiables.De plus, 10 des 16 villes considérées étaient Nord-Américaines. Nous avons décidéd’abaisser ce chiffre à 6 parmi les 12 métropoles concernées par la nouvelle étude.La volonté est donc d’avoir une logique plus internationale en ajoutant des métropoleseuropéennes et asiatiques notamment.Le choix des donnéesLes villes ont été choisies suite à la mise à jour et pour certaines, à la création d’unrecueil d’informations les concernant et prenant la forme d’un classeur1.L’axe «ville d’affaires et de savoir » est caractérisé par : l’indice dynamisme économique/ compétitivité, l’accès à de la main dœuvre qualifiée, l’indice coût de faire des affaires,la facilité de faire des affaires, la logistique, la promotion de la ville.L’axe «ville accueillante et agréable » est caractérisé par : le coût de la vie, la qualité dela vie, le tourisme, la qualité de ville verte, la culture et le marché du travail.Confronter les statistiques au perceptuelAfin de ne pas perdre de vue l’importance de l’idée que les gens se font d’une ville1Consultable au service Marketing territorial
  9. 9. 9dans le positionnement de celle-ci, nous avons décidé de réaliser une comparaisonentre la matrice de positionnement et le classement réalisé annuellement par lecabinet Anholt.Difficultés de réalisationLa principale difficulté dans la réalisation de cet exercice est le recueil des données. Eneffet, dans la mesure où il n’existe pas de base de données, aisément accessible tout aumoins, où il serait possible de trouver les données harmonisées, il s’est agi de lesrechercher et de les agréger en prenant bien garde à l’harmonisation des données àagréger - considérer le même périmètre, à savoir, les aires métropolitaines et non pas laville au sens strict du terme notamment-.
  10. 10. 10Deuxième partie :Les indicateurs

×